Extraits de Primal Body, Primal mind / Excerpt from PBPM

Goemon_

Jedi Council Member
J'ai recopié de nombreux extraits pendant ma lecture de PBPM.
J'en ai fait une rapide traduction.
Voici donc les extraits suivis de la traduction.

I have copy out a lot of excerpts from PBPM when I have read it.
I have done a quit translation of them.
Thus, here are the excerpts and the translation.


EXCERPTS PRIMAL BODY, PRIMAL MIND

Page 13

Syndrome X, or metabolic syndrome, is both created and exacerbated primarily by chronic carbohydrate consumption in combination with dietary trans fats, unnaturally abundant omega-6 fats (vegetable oils), and, to some extent, potentially even excess omega-9 fats (oleic and olive oils).

GLUTEN

Page 37 à 39

A systematic regimen of reducing inflammation and healing the existing damage must be implemented for long-term optimal results and true healing; this is a process that is likely to take at least one year of dedicated effort, although significant tangible benefits are typically seen much sooner—some within days of eliminating all exposure to gluten, in fact. The daily addition of omega-3 fat (EPA), the fatty acid GLA, vitamin D, glutathione-enhancing nutrients, and botanicals such as turmeric (curcumen) can help battle inflammation, while the use of other botanicals (marshmallow root extract, slippery elm bark extract, deglycyrrhizinates licorice extract, and aloe leaf extract can all be helpful) as well as additional substances such as L-glutamine and methylsulfonylmethane can help serve to support the healing of the existing damage. Proline-rich polypeptides from bovine colostrum and whole, minimally processed, grass-fed, organic bovine colostrum can also be of tremendous benefit in restoring healthy gastrointestinal integrity and immune function over time. There are more than nine thousand studies showing grass-fed bovine colostrum's potentially key role in restoring gastrointestinal integrity. Other food sensitivities must also be addressed.
The good news is that other food sensitivities often diminish over time once the aggravating factor of gluten (the granddaddy of them all) is finally out of the picture and intestinal integrity is restored.

Also, a patent cross-reactive to casein (the protein found in milk products) has additionally been demonstrated to be similar to an immunologic reactivity to gluten.

Casein is among the most common cosensitive agents with gluten, but the immune system can come to react to almost anything if gluten consumption persists. Cross-reactivity, which is the tendency to react to substances either genetically or structurally similar to gluten or that our immune system has merely learned to associate with gluten, is an added concern for many.

Among the most common true potentially cross-reactive compounds are :

°casein (milk protein and cheese included)
°oats (including the supposedly “gluten-free” kind)
°rye
°spelt
°kamut (also known as Polish wheat, Egyptian wheat, or camel's wheat)
°yeast
°coffee (so sorry!)
°milk chocolate (don't hit me)

Additional compounds tested for by Cyrex Labs (frequently substituted for gluten) that may cause problems and food sensitivity issues of their own include:

°corn (very common food sensitivity and almost always a GMO food)
°sesame
°buck wheat (note that most buckwheat and soy flour, apart from being potential sensitivities in and of themselves are most commonly contaminated with gluten due to processing methods)
°quinoa
°sorghum
°millet
°tapioca
°amaranth
°rice (yes, rice—increasingly, believe it or not)
°potato
...
...prolonged storage of gluten-containing grains, leading to enterotoxin contamination...


Page 43

Elimination diets can be an effective means of determining the potential for gluten sensitivity, but they must be strictly adhered to for at least six to eight months to make a genuinely clear determination. Avoidance of gluten must be no less than 100 percent from all (even hidden) sources, and not so much as even a single crumb of bread can be eaten... Also, beware of cross-contamination issues, where nongluten foods may come into contact with gluten-containing foods via cooking or preparation surfaces and utensils in restaurants or at home. (Yes, this matters.). The inflammatory effects in the brain especially and throughout the body from even trace gluten exposure can reverberate for fully six months in sensitive individuals. Any exposure of any kind (even seemingly innocuous and unintentional slipups) means you must basically start over on the elimination diet.

Page 44

The prolamon (avenin) content of oats, however, still makes them at least potentially suspect for inherent cross-reactivity issues, even where they may be sold as gluten-free products ? The very same can be said for many products containing corn and cornstarch. Buckwheat and soy flours are almost always contaminated with gluten due to processing and storage methods.

Hydrochloric Acid

Page 56-57

So, why don't I have enough hydrochloric Acid?

Certain nutrient deficiencies can also be culprits (vitamin B1, zinc, and vitamin C are needed for hydrochloric acid production), as can overeating at meals; inappropriate food combination ; excess alcohol consumption ; and chronic stress, anxiety, and overarousal, particularly at mealtime.
Proper hydrochloric acid production is key to the rest of the digestive process, so it's an extremely important issue to address and among the most common deficiencies impacting health.

Chew, chew, chew! (Sorry to say, you're mother was right... about that, anyway.)


Page 60

Taking bile salts (commonly sold as ox bile in health-food stores) with every fat-containing meal is a must in the absence of having a functional gallbladder. Additionally, care must be taken that one does not develop deficiencies of essential fatty acids and vitamins A, D, E, K.

Page 61

For some, taking hydrochloric acid as a supplement at mealtime may be appropriate and necessary for a time, until the stomach is able to resume its own production. If you experience gas, bloating, or excessive fullness after meals, the rule is start with one capsule of hydrochloric acid with a meal. If you do not experience a slight warming sensation with that, take two with your next meal and so on until a sensation of warming is achieved. Then back off by one capsule, and that is your dose.

Page 66

The most effective and inexpensive solution to restore healthy gastro-intestinal flora, by far, comprises the addition of raw cultured vegetables, and, if tolerates, homemade, raw, milk-based or (tastier and healthier yet) dairy-free, coconut milk-based kefir and yogurt to the diet.

Page 69

Meat from grain- or corn-fed animals should probably be as lean and trimmed of fat as possible or countered with extra omega-3 fat supplementation, and always organic.

Page 92

When vitamin D supplementation is determined to be necessary, car, in my opinion, must be taken to use a supplement with vitamin D complex containing the vitamin's numerous cofactors in relative valance, or rather, with vitamin A in its true state, as found in beef liver, grass-fed butter and ghee, and what is called “high-vitamin” cod-liver oil (rich in both vitamins A and D) –not simply beta-carotene.

Recommended supplemental amounts of vitamin D may vary from as low as 1,000 IU for relative maintenance in an otherwise vitamin D—sufficient individual to upward of 10,000 IU per day for someone with an autoimmune condition. The woefully outdated government guideline established as the recommended daily allowance (RDA) for Americans is a meager 400 IU. Available data from modern-day, primitive hunter-gatherer societies generally estimate that the daily dietary intake was probably close to 4,000 IU of dietary vitamin D per day (Price 1939). This does not include vitamin D synthesized in the body from sun exposure, another highly variable and unpredictable process, depending on geographic location, time of year, and one's own inherent density of vitamin D receptors (and metabolic functioning). Higher amounts may be needed for a time to remediate deficiency states, however, or for specific conditions.

Page 99

Once they are consumed, it can take at least two full years for the body to get rid of dietary trans fats, causing untold metabolic chaos in the meantime (Enig 2001).
Trans fats should always be avoid 100 percent at all costs.

Page 100

Modern dietary sources of omega-3 fatty acids, particularly preformed EPA and DHA, include wild-caught seafood from particularly cold waters, such as salmon, hilibut, cod, herring, mackerel, and sardines.

Exclusively grass-fed and finished beef, lamb, venison, and buffalo meat are also superb sources. Unfortunately, virtually all beef sold, even beef labeled as organic in natural foods-type markets, unless otherwise specifically labeled, is feedlot-finished on grains, corn, and soybeans, eliminating virtually all omega-3 fatty acid content and containing highly imbalanced quantities of omega-6 fatty acids.

Page 101

Regardless of whether one makes these healthy dietary changes, it is likely that, for a time, some period of additional supplementation of the omega-3 fatty acids EPA and DHA from either fish oil or Antarctic krill oil may be necessary for remediation of deficiency states.

Regular fish oil or Antarctic krill oil supplements for omega-3 fatty acids, combined with small amounts of cod-liver oil, are far and away the best supplemental sources.

Also, sufficient tissue zinc and dietary selenium levels can help mitigate the potential for mercury toxicity and retention.
Other potentially very important adjuncts to omega-3 fatty acid supplementation include vitamin E, CoQ10 (when affordable), and selenium, which, in addition to vitamin D, protect these highly polyunsaturated oils from breaking down and going rancid. At the very least, some vitamin D and vitamin E should be added to any regimen using supplemental levels of these highly polyunsaturated and delicate oils.

(Note: If you're buying vitamin E as a supplement, be sure to get it in a mixed tocopherol form rich in gamma tocopherol and only in a glycerin base, and not a soybean or canola-oil base).

Selenium can also be readily derived from foods such as Brazil nuts, garlic, and grass-fed butter.

Standard fish oil capsules contain roughly 180 mg of EPA and 120 mg of DHA. At these concentrations, one therapeutic recommendation offered by DR. Joseph Mercola (www.mercola.com) for remediating marked deficiency states of these nutrients involves taking one capsule for every ten pounds of body weight, preferably in two divided doses. This translates to approximately 1 teaspoon of liquid-form omega-3 fish oil for every forty pounds of body weight (much easier). ...is if you are using omega-3 fatty acids for health, mood, or cognitive enhancement, roughly 2,000 mg per day is probably adequate.
Current research in the area of human longevity and life extension puts this closer to 3,000 mg. Much is going to depend on how deficient or symptomatic you are. If needed for mood elevation or stabilization in more-serious mood disorders or bipolar disorder, 10,000 mg of omega-3 fatty acids or more may be appropriate in some individuals. In these instances, capsules become far less practical, and using a liquid form makes more sense. The traditional Greenland Eskimo diet included at least 14,000 mg per day of omega-3 fatty acids. Where deficiencies are likely an issue, as with ADD/ADHD and depression, it is probably better to err on the higher side, as far as dosage is concerned, for at least a period of time. If by some chance a worsening of symptoms is experienced with increased omega-3 supplementation, you may want to screen for a condition known as pyroluria (see appendix F). In these individuals there is a much greater need for omega-6, and the condition may worsen by too much omega-3.

Supplementation of any essential fatty acid should, at the very least, contain added vitamins D and E with selenium, and CoQ10 and R-lipoic acid may serve some additional protection, if affordable.

A newer source of EPA and DHA, Antarctic krill oil, may be a superb alternative for people who want to avoid any fishy aftertaste (sometimes present with conventional fish oils) and is also a source of an extremely potent, naturally occurring protective antioxidant and anti-inflammatory agent, a carotenoid known as astaxanthin. This, along with naturally occurring phospholipids, can actually improve the use and protection of EPA and DHA in the body and brain better than conventional fish oil. Be prepared to pay big bucks for this alternative to fish oil, though; on the plus side, with krill oil “less does more”.

It is probably advisable for most people to consider supplementation with small amounts (the recommended dosages on labels are probably sufficient for most people) of either black currant seed oil or evening primrose oil to cover this base and prevent imbalances from occurring.

Also, be certain these delicate seed oils are labeled as hexane and solvent-free.

The optimal ratio of omega-3 to omega-6 fatty acids seems to be about 1:1 and no more than 1:4. Modern diets are supplying as much as twenty parts of omega-6 to every part of omega-3 fatty acids. This invariably leads to undesirable consequences.

Page 114

Moderate amounts of extra-virgin olive oil in salads and a dash or two of sesame oil, which contains a potent heat-protective antioxidant, sesamin, for flavoring in medium-heat cooking are fine. Excessive amounts of olive oil, however, along with other vegetable oils, have been shown to interfere with the use of omega-3 fats in the diet and have also been shown to potentially enhance insulin resistance (Enig 2001). In contrast, omega-3 fats (in the form of EPA and DHA)--abundant in wild-caught fish, wild game, and exclusively pasture-fed meats—are known to significantly improve insulin sensitivity. Saturated fats like coconut oil, palm oil, butter, lard, and tallow are essentially neutral and benign in moderate quantities, some having numerous beneficial antimicrobial properties. They are also important for the proper use of both essential fats (omega-3 and omega-6 fats) and protein in the body.
...Use a little olive oil on your salads; accent stir-fries with sesame oil; and use raw, organic butter or ghee (if you are casein sensitive) liberally on steamed veggies, as they assist in the absorption of oil-soluble nutrients in the vegetables. Use organic coconut oil, palm oil, organic lard, or quality tallow for higher-heat cooking or sautéing. These fats are highly stable and will not easily go rancid, and rancid fats are extremely damaging to your body and DNA. Short- and medium-chain saturated fats that are found in butter and coconut oil are far more likely to be used as energy by your body, including the heart and other organs, rather than be stored as body fat.

Page 116

Where omega-3 and omega-6 fatty acid intake is concerned, current recommendations by the most knowledgeable lipid researchers and biochemists suggest an intake of no more than three to four parts of omega-6 fatty acids to one part of omega-3 fatty acids. Omega-3 fatty acids should make up at least 0.5-1,5 percent of the total daily caloric intake. Omega-6 fatty acids should make up no more than 2-3 percent of the total daily caloric intake. One-to-one ratios are probably more optimal. Higher intake of omega-3 fatty acids may be desirable or necessary for a time (several months) to reverse a deficiency state.
Among the best sources of omega-3 fatty acids are grass-fed or wild game meats and organ meats and cold-water, wild-caught fish such as salmon, herring, sardines, and mackerel. The best supplemental sources are high-quality fish and krill oils. Quality matters.
Please be aware: Cod-liver oil contains some omega-3 fatty acids but is mainly a source of vitamin A and some D. Raw, preferably soaked and dried, nuts and seeds are a rich source of the parent form of the omega-6 oils and a less rich source of the parent form of omega-3 oils. We do need some of the parent form ALA, found readily in fresh walnuts, in flaxseed oil and even in small amounts in fish oil supplements. Balanced levels of omega-3 and omega-6 fatty acids are also found abundantly in grass-fed meat and wild-caught fish, along with needed protective saturated fats. Black currant seed oil and evening primrose oil are the best sources of supplemental GLA, an important omega-6 fatty acid derivative. Our ancestors got a lot of this, in the form of DGLA, eating organ meats. Periodic supplementation with these oils or increased dietary consumption of organ meats may be desirable in cases of GLA deficiency due to impaired delta-6 desaturase activity ; which manifests as eczema, skin disorders, hormonal imbalances, mood disorders, and some forms of cognitive dysfunction. Most people with deficient levels of omega-3 fatty acids are also deficient in this very important anti-inflammatory omega-6 fatty acid derivative.

Page 117

All other vital organs are also able to thrive on ketones. The human heart prefers ketones, in fact, to any other fuel. Some evidence also shows that a state of healthy ketosis can help starve cancerous tumors, as they are unable to use ketones for fuel and must rely on glucose.

Page 118

Free fatty acids released into the blood travel on albumen to organs, where they diffuse across cell membranes and are carried into mitochondria for oxidation (burning for fuel). Transport across the mitochondrial membrane is accomplished with the help of carnitine (notably found most abundantly in the diet in red meat).

Ketone production increases gradually... reaching its maximum by about 10 days. The same occurs in individuals consuming little or no carbohydrate [emphasis mine]. (Linder 1991)

Page 119

Having said this, it is important to note that there are four possible types of people for whom a state of ketosis is potentially questionable: (1) people with uncontrolled type 1 diabetes (ketoacidosis—a very different, more serious condition of particular concern under certain conditions—is often confused with ketosis), (2) people with renal disease (maybe, depending), (3) people who are pregnant (if they are unaccustomed to being in a state of ketosis), and (4) people who sell diet drugs.

Ketosis (simply put) is essentially the state in which the body is burning fat for energy instead of carbohydrates.

Page 120

Ketones may initially be excreted as more of a waste product. It takes time for the body to adapt to this change, as little as three weeks in younger individuals and longer in older individuals, but about a month to six weeks for most, on average. Certain individuals who have candida yeast overgrowth, are extremely addicted to carbohydrates, or have undiagnosed or unmanaged food sensitivities may take longer and may need additional supplementation and special attention to help facilitate the necessary metabolic changes.

Care must be taken to drink a good deal of water so that more ketones can be lost through the urine than the breath or skin (which may impart a mildly undesirable odor in the beginning). Adding a squeeze of fresh lemon juice can be additionally alkalinizing and can help somewhat with yeast issues. Sufficient water can also help dilute any toxic material commonly stored in adipose tissue so that it can get released in the bloodstream during ketotic states.

Supplementing the diet with high doses of L-carnitine (2-5 g per day) can also help minimize any discomfort, maximize energy levels during the initial stages of weight loss, and facilitate the transition to using fat as a primary source of fuel.

Supplemental doses of pancreatic lipase can also help better facilitate the proper digestion and use of dietary fats. It's also important not to overconsume dietary protein because protein in significant excess of the RDA (roughly 0,8 g/kg of ideal body weight per day, 25-30 g of pure protein, or 2-3 ounces of meat, fish, eggs, etc., per meal) can convert to sugar and be used in the same way, slowing or reversing the state of ketosis for many people.

Page 127

Complete avoidance of sugar- and starch-based foods in addition to most cheeses and sour cream, pickled or fermented foods (including soy sauce), and vinegars is often necessary to get candida under control.

Page 144

This may be as little as 44 to 56 g per day for most adult people (the approximate RDA), which translates to six or seven ounces (just a few) of meat, eggs, or fish—preferably in divided amounts. (See the protein content of foods chart in appendix C, at the back of this book.) Another method of calculation would be to shoot for O,8 g of actual protein per kilogram of ideal body weight per day. Extremely large or active individuals—short of being an Olympic athlete or a professional body-builder—or individuals in a particularly nutritionally depleted state may need 10 g or so more (all relative to lean-body composition and one's activity level). That's really about all. Elite athletes and bodybuilders may need closer to 1.5 g of actual protein per kilogram of body weight to meet their daily needs. Amounts in excess of this will likely suppress ketosis, however (Phinney 2004). Pregnant women, children, and teens, however, should not have their protein intake overly restricted.

Page 146

Yet the most dramatically effective weight-loss approach ever researched involved a diet that consisted of little more than one thousand calories a day divided into five two-hundred-calorie feedings every four hours of almost pure fat (90 percent).

Of course, the particular one-thousand-calorie-per-day, pure-dietary-fat approach used in the Pawan and Kekwick study is not a practical, advisable, or sustainable diet in the long term for anyone; it's woefully restrictive and lacks adequate protein and other nutrients. However, the research underscores the superior impact of eating fat (not carbohydrate) to burn even more fat than would be possible even with a total fast. There's a hint here, folks.

Page 152

Fiber—a nonusable carbohydrate—essentially serves as bulk in the diet and may help facilitate waste elimination in the colon (though it is not essential for that) and serves to bind excess conjugated hormones and better allow for their proper excretion. Apart from this, the body uses only minute amounts of sugar to fuel red blood cells and is able to store all of about two thousand calories' worth as glycogen in the liver and muscles for emergency use for major exertion.

Page 155

Exercise can never compensate for a lousy diet any more than drugs or supplements can. At least 70 percent of your health equation depends on your diet. Most of the other 30 percent is a combination of appropriate supplementation, stress reduction, positive attitude, and exercise. Exercise is a helpful component of healthy weight loss in tandem with a healthier diet. The key is the quality of exercise, not a great quantity of exercise.
Although the details of this topic are best saved for a separate book, suffice it to say that brief bouts of peak anaerobic exertion are essentially superior for expanding the health of the heart and lungs and facilitating weight loss and lean tissue development. More exercise is not necessarily better, contrary to the common tendency of those people who endeavor to jog endlessly on their treadmills or spend hours in the gym lifting weights.
Our ancestors would never have bothered with such wasteful and wearing expenditures of energy! Consider that, apart from walking, exercise for our Paleolithic ancestors consisted mainly of brief bouts of running to catch things they were hunting or running away from things that wanted to eat or trample them. These brief, intense bouts of exercise or exertion served to expend heart and lung capacity, challenged and developed the strength of skeletal muscles, and rapidly used blood glucose and glycogen stores. Now, you might be thinking, 'That doesn't burn any fat!”.
Au contraire.

Page 160

So, what do you do?
First, limit intense exercise to no more than about twenty minutes in duration and focus on brief bouts of significant anaerobic exertion, interspersed with brief periods of recovery at a slower pace that is sufficient for a return to the resting heart rate. This can be done via sprinting, cycling, rowing, elliptical machines, and many other methods. Or, it can be done using kettlebells (my personal favorite), weights, or calisthenics in which muscles are, after warming up, challenged close to their peak capacity for a very few sets.

Once each muscle group has had its neural recruitment capacity sufficiently challenged and has performed at its peak exertion level, you are done for the day. This may take no more than ten or fifteen minutes of challenging exertion, total. Another way of going about it can be sprinting (when biking, rowing, swimming, or elliptical training) for four or five sets of up to a minute each, allowing for heart-rate recovery in between. This exercises and expands heart and pulmonary capacity as well as honing strength. Talk about a time-save, not to mention a lifesaver!
Done appropriately, this style of exercise can be adopted by anyone, regardless of age or fitness level, with or without a gym. Changing your routine and type of exercise daily is another means of enhancing your gains and eliminating plateaus. Don't let your body get too used to any one routine. Also, working muscles in groups or doing whole-body exercises is infinitely more efficient, effective, and natural than exercising as a collection of individual body parts using isolation exercises or machines. Following these brief bouts of anaerobic exertion, critical building and rebuilding mechanisms can immediately take place over the next day or two to make you ultimately better and stranger than you were before. Remember, you don't build strength or regenerate healthy tissue during exercise; it is accomplished during recovery. You must allow sufficient recovery between intense bouts of exercise!

In exercising in brief, intense bouts, you become more readily efficient at storing future sources of carbohydrates as glycogen in muscle, which increases the size and definition of the muscle and better fuels it for the future, instead of simply converting the carbohydrates to body fat for marathons. You also become much more efficient in using those glycogen stores. You better preserve your precious adrenal health. Enhanced muscle strength, stimulated by growth hormone during peak effort, increases the number of mitochondria in the body—our body's little fat-butning factories (hint, hint); found almost exclusively in muscle—and thus inherently enhances our use of fat as fuel and consequently as our primary energy source as well. This also ensures that your body more comfortably releases fat stores for fuel, since no undue demands are being places on endurance capacity. You become a lean, mean, fat-burning machine!
For advanced, excellent, and possibly the best-detailed information regarding this general approach to cardio fitness and bodybuilding or strength training, get Dr. Al Sears's book PACE: The 12-Minute Fitness Revolution (Sears 2010).

Increased lung capacity, possibly more than any other single physical factor, is tantamount to greater longevity (Schunemann et al. 2000).

Page 162

°Regularly take a B-complex supplement with meals (preferably one that is whole food complex-based or coenzymated). B vitamins assist in improving carbohydrate metabolism. Vitamin B1 and especially its fat-soluble derivatives allithiamine and benfotiamine can greatly help reduce glycation. From 100 to 250 mg or more per day is the common dosage.

Page 163

°L-carnosine is an amino acid that can serve as a powerful neuroprotective, antiglycating nutrient. From 500 to 1,000 mg, one or two times daily, is a typical dose.

°L-carnitine (not to be confused with L-carnosine) is a quaternary ammonium compound and an amino acid derivative, not an actual amino acid, and is necessary for transporting fatty acids into the mitochondria, where they can be burned for energy. It can reduce the time it takes to convert from sugar burning to fat burning in resistant individuals. From 2,000 to 5,000 mg per day may be helpful.

°Acetyl-L-carnitine is fat soluble and is better able to protect and aid in fueling the brain than regular L-carnitine. It is ultimately antiglycating and, especially in tandem with R-lipoic acid, has been shown in studies to markedly reverse neuropathy. From 500 to 2,000 mg per day may yield beneficial results.

°Chromium is a trace mineral essential to the normalization of glucose metabolism and is commonly deficient. From 200 to 400 mcg per day of chromium picolinate or GTF chromium is usually sufficient.

°R-lipoic acid, which functions as an antioxidant, is uniquely effective against both fat-soluble and water-soluble free radicals, can prevent and even help reverse glycation, can improve blood sugar metabolism, and can improve cellular energy production. From 50 to 250 mg per day or more may be needed by some people.

°Pyridoxamine is a unique form of vitamin B6 that specifically interferes with toxic glycation reactions. It is among the most potent natural substances for inhibiting AGE formation. Doses of from 50 to 100 mg have commonly been used in studies that reported beneficial effects. It is so effective, in fact, that the FDA has blatantly sought to reclassify this natural nutrient as a drug. I'll spare you my colorful comments on this.

Page 164

°CoQ10 (in the form of ubiquinol) helps support healthy mitochondrial function, serves as a powerful fat-soluble antioxidant, and can greatly improve oxygen and energy use. It is found in every major organ, especially the heart, and is dramatically and dangerously depleted by the use of statin drugs. Common dosage ranges from 50-300 mg (note: err on the higher dose if you have a history of statin drug use).

°Omega-3 fish oil or Antarctic krill oil has something to offer to almost everyone. Getting adequate amounts is critically important. This vital nutrient often calms or eliminates carbohydrate cravings and can greatly enhance insulin sensitivity, as well as help curb inflammation and enhance mood and cognitive function.

°L-glutamine, an amino acid, can stop cravings for sweets, starches, and alcohol instantly as the brain is able to use L-glutamine temporarily for fuel. It is also the number one food for enterocytes, the cells lining the small intestine, and can greatly help regenerate the gastrointestinal mucosa. It usually comes in 500 mg capsules and needs to be taken on an empty stomach for best effect. Start with the lowest dose and increase as necessary. It can also be absorbed sublingually (sprinkled under the tongue) for a more immediate effect. Up to 5 g (5,000 mg) or even more may be necessary. Loose powders are widely available and quite palatable if larger doses are needed. (caution: Refrain from using L-glutamine if you knowingly have cancer, as L-glutamine can serve to fuel certain types of tumor growth.)

Page 165

°Eliminate the use of caffeine and other stimulants. Stimulants aggravate blood sugar problems and deplete two important neurotransmitters, serotonin and norepinephrine, adversely affecting mood and energy.

Page 166

°Try adding some pancreatic lipase on an empty stomach. Deficiencies of lipase are common in people who have trouble managing blood sugar, and supplementation can improve your ability to digest and use fats instead of sugar for fuel! (Pancreatic lipase is found typically as part of a pancreatic enzyme-complex supplement.)

°Stop smoking. Duh!

°Eliminate the use of alcohol.

Page 167

°Get a good night's sleep. Don't be a night owl. Studies repeatedly show sleep deprivation as strongly correlated with decreased insulin sensitivity and unwanted weight gain, along with other problems. Try to get at least six to eight quality hours of sleep every single night, as we were designed to do!

°Exercise daily, or at least three to five times per week. Short bouts of high-intensity interval training or exertion-and-resistance training are most effective. Exercise has been shown to decidedly help improve insulin sensitivity. Exercise such as this immediately following a meal containing carbohydrates also can help burn off some of the sugar.

Page 170

In fact, fructose is twenty to thirty times more glycating (i.e., damaging) than glucose.

Page 171

The lower the sugar and starch content of your veggies, the better!

Page 176

Last, beware of what amounts to the new “yuppie” form of high-fructose syrup being sold as a natural, even exotic-sounding product called agave nectar. Agave is actually much richer in damaging fructose and, as such, potentially much worse for you than industrial high fructose corn syrup (with the exception of the fact that the industrial high fructose corn syrup is made using synthetic chemicals and GMOs). High fructose corn syrup contains about 55 percent fructose content. Agave nectar, by contrast, contains anywhere from 70 percent to 90 pure fructose! Yes, agave has a supposedly low glycemic index. Big deal. So do antifreeze and Nutrasweet. The marketing for this highly processed substance has been brilliant, however, and many so-called organic food products now add cheap agave as a supposedly healthy sweetener. Don't fall for it... please.

[Ensuite il y a un passage sur le bénéfice de la réduction des calories, pour une vie plus longue, où il est recommandé de limité la quantité de protéines à 0,8 g par kg de poids corporel idéal, en ne dépassant pas les 0,95 g par kg de poids corporel idéal et en ne dépassant pas les 25 g en une seule prise.]

Page 208

How much insulin we produce over the course of our lives controls how long we live! And it turns out, the less insulin we need, the better.

Page 209

That's the clue to as to how we beat Mother Nature at her own game. The down-regulation of insulin (and mTOR) triggers the up-regulation of repair and maintenance on a cellular level that allows us to remain healthy until food becomes more available and we can finally reproduce. Bingo.
That's our magic loophole. And it's not a drug, a supplement, or something that is expensive or complicated to implement. In fact, applying this simple loophole will even save you some real money—money on groceries and money on health care. You don't even have to feel hungry. Plus, you will discover a vitality and feeling of self-empowerment you never knew was possible for you to have. It's a win-win situation, all the way around.

Page 210

Research across the board has shown that long-lived individuals (animals and humans) share the following characteristics:

°low fasting insulin levels
°low fasting glucose levels
°optimally low leptin levels
°low triglyceride levels
°low percentage of visceral body fat
°lower body temperature
°reduced thyroid levels

Page 213

There are actually several more-recent studies, too, showing significant health benefits where caloric restriction in humans is concerned. The study by Rosedale and colleagues in The Journal of Applied Research demonstrated in the context of an outpatient medical clinic that a diet high in fat (unlimited quantity), adequate in protein (50-80 g per day), and very low in carbohydrate, with some added multivitamin and mineral supplementation (together with 2,000 mg L-carnitine, 400 mg alpha lipoic acid, 100 mg CoQ10, and 1 tablespoon of cod-liver oil per day) led to significant improvement in recognized serum factors related to the aging process (e.g,, glucose, insulin, leptin, and triglycerides) (Rosedale et al. 2009). Patients were told to eat when they were hungry.

Page 214

Homocysteine rapidly ages you and significantly increases your susceptibility to disease! B-complex vitamins (particularly B6, B12, and folic acid) are cheap insurance in this regard, though I always make a point of getting at least some B12 in its methylcobalamin form sublingually to ensure absorption. Note that a high percentage of vegetarians have a tendency toward high homocysteine (Wadoa et al. 2004).

Page 215

Of course, it's easy to restrict overall calories with lab animals, as they have no choice in the matter. It is quite another matter to tray and restrict overall caloric intake when you're driving past fifteen fast-food joints on your way home, are surrounded by constant manipulative advertisements, and have a refrigerator and cupboards full of food at your ravenous fingertips. Unless, of course, you apply the caloric-restriction model in a way that does not leave you hungry, which is exactly what this book tells you how to do. Just follow the simple, most basic dietary guidelines outlined here to eat optimally well, and you will feel fully satisfied, live healthier and longer, and even save some real money along the way! Even while buying the best-quality produce, grass-fed meats, ands wild-caught fish, you can find yourself saving considerable money on groceries. The basic guideline to remember is this: Greatly restrict or eliminate sugar and starch (preferably eliminating gluten completely); keep your protein intake adequate (roughly the RDA: 44-56 g per day or 0.8 g of protein/kg of ideal body weight), amounting to a total of approximately 6 to 7 ounces of organic eggs, grass-fed, or wild-caught meat or seafood per day; eat as many fibrous, “aboveground,” nonstarchy vegetables and greens as you like; and eat as much fat (from fattier cuts of meat or fish, nuts, seeds, avocados, coconut, butter or ghee, olives, olive oil, and other sources) as you need to satisfy your appetite. The bottom line here is that natural dietary fat is not at all our enemy and that, in the absence of dietary carbohydrate and with adequate protein, eating natural dietary fat can result in a far more satisfying, longer, and healthier life overall. It's simple, delicious, and satisfying. No hunger or feelings of deprivation are needed, and you get all the benefits of supporting a longer and healthier life while saving money. It's better for the planet, too.
If you do nothing from this book other than what was outlined in the last paragraph, your health and well-being will change remarkably, and chances are you will age much more gracefully and live longer, and you can do it all without going broke.
And that's no monkey business.

I don't want to achieve immortality through my work; I want to achieve immortality by not dying.
WOODY ALLEN

Page 218

Thus far, the best proven, most cost-effective, and easiest-to-use tool most of us have to reverse many signs of aging and extend the quality and quantity of life is the minimization of insulin by minimizing insulin-provoking foods and substances—plus moderating a quality protein intake. The modified version of caloric restriction presented in this book can work for anyone, an approach that's far more affordable and sustainable than other dietary approaches. For people who can afford it, though, the addition of trans-resveratrol to this dietary approach could have some pretty exciting implications.

Page 230

The brain uses ketones in a state of ketosis. Cerebral ketone use is prevalent, for instance, in newborn infants nursing on fat-rich mother's milk. The switch to dependence on glucose does not occur until carbohydrates are introduced into a child's diet.

Page 231

The body preferentially burns excess sugar whenever it is present, mainly to rid the body of this damaging substance any way it can. Sugar or glucose will also dominate as a source of brain fuel when turbocharged energy is in sudden demand, such as in an emergency. Sufficient carbohydrate stores in the form of glycogen in the liver are always available for this. No one ever needs to consume carbohydrates for glucose to be available to the brain or body when needed. Ever.

Page 232

As much as 10 percent of human brain size has been lost in just the last century alone, likely as the result of decreased amounts of available dietary EPA and DHA and increased consumption of processed foods (Leonard et al. 2003).

Page 233

Fish oils are overwhelmingly preferable to flax oil, as many individuals with learning disabilities and other mental, emotional, and cognitive disorders are known to lack the delta-6 desaturase enzyme necessary to create EPA and DHA from the parent form of omega-3 in vegetable sources, ALA. A mere 3-5 percent or less of the available ALA (in flax oil, walnuts, and similar sources) ever makes it to becoming EPA. Even less becomes the brain's vitally needed DHA (Enig 2001).

Page 234

The overconsumption of vegetable oils such as soy and canola, which are nearly always partially hydrogenated; safflower, sunflower, and corn oils (omega-6 fatty acids); cottonseed oil, which is extremely high in proinflammatory omega-6 fatty acids and not even a food-source oil; margarines and vegetable shortenings, wich contain hydrogenated trans fats; and even excess olive oil (omega-9 fatty acids) can interfere with the body's use of omega-3 fatty acids. These vegetable oils can exacerbate insulin resistance, leading to obesity, atherosclerosis, and other conditions, and when overly processed or rancid can cause mutagenic changes, leading to numerous cancers. With the exception of olive oil, most vegetable oils are best avoided entirely. Olive oil is okay for salads, over steamed vegetables, and as an accent to various dishes, though I don't advise overusing it or actually cooking with it as it can easily become rancid when exposed to higher heat.
Hydrogenated and partially hydrogenated fats should never be used at all. Ever. Don't be fooled by claims of reduced trans fats in fast foods or processed food items or by packaging that claims it contains zero trans fat, then lists soybean oil, regular, nonorganic canola oil, or any other partially hydrogenated ingredient. Labeling laws currently allow a certain amount of trans far per serving before it has to be disclosed. The food industry takes advantage of labeling loopholes everywhere it can. The more one can simply avoid processed or packaged products, the better.
The only safe amount of trans fat is zero.

Page 237

Elimination of these unnatural fats from the diet is essential. The elimination of these substances from the body once they are ingested and incorporated into one's cellular structure, however, may take time—up to two years (Enig 2001).

Page 241 et 242

Regular use of a sublingual methylcobalamin vitamin B12 supplement can be especially helpful in this regard. Vitamin B12 may be less well absorbed from food, or even in pill or capsule form, by many people with compromised digestion. There is no toxicity associated with vitamin B12 at any dosage. It is far better to err on the side of supplementing with more than less. Vitamin B12 deficiency is becoming increasingly common, even among meat eaters. Regular supplementation with a sublingual form is good and inexpensive insurance.
A more recently recognized and tragically overlooked factor in many cases of ADHD involves iodine deficiency. Iodine is needed and used by each and every cell in the body. It can make for a night-and-day difference in many cases of ADHD and is a likely deficiency in many cases of the disorder. It is also needed for the proper functioning of each and every single hormone, to say nothing of normal thyroid function. The absence of iodine in most of our soils and foods today is only part of the problem. Iodized salt (containing iodide and not elemental iodine—only half the necessary form of total iodine for optimal functioning), which is useful mainly for minimizing the incidence of goiters (and is typically filled with undesirable additives, including aluminum), is of little use in providing sufficient tissue levels of both forms of iodine needed in the body for optimal functioning (Brownstein 2008).

The process of restoring healthy iodine levels can take several months or even years for some people, and it should be well and carefully understood. High doses of iodine, particularly when improperly administered, can induce uncomfortable detoxification reactions as the iodine displaces toxic halogens and heavy metals such as mercury, aluminum, and arsenic. A cautious and gradual building up of the iodine dosage in a proper and readily usable form is very important.
It's important to note that improperly applied iodine supplementation can worsen symptoms and accelerate glandular destruction in people with diagnosed (or undiagnosed) autoimmune thyroid disorders (e.g., Hashimoto's disease). It is critical that individuals be carefully screened for thyroid peroxidase antibodies, antithyroglobulin antibodies and autoimmune thyroid issues prior to any iodine supplementation. If you happen to be positive of Hashimoto's disease, then it's imperative that you avoid iodine supplementation altogether. Small amounts of naturally occurring iodine in foods are okay in these cases; just don't supplement. Note that 80 percent or more of cases of low-functioning thyroid are autoimmune related in nature, whether diagnosed or undiagnosed. And 100 percent of cases of hyperfunctioning thyroids are autoimmune in nature. If in doubt, then test, and avoid iodine supplementation until you know the results.
For people who are able to supplement with iodine, certain nutrients such as magnesium, selenium, vitamins E, A, and D, and B-complex and C-complex vitamins, together with supplementation of full-spectrum (Celtic) sea salt and essential fatty acids, are essential to iodine absorbing well and its being used properly in the body. The details are beyond the scope of this book but need to be considered. In the meantime, be sure to include seafood, seaweed, or kelp as part of your daily diet, as they are among the only reliable food sources of iodine. Kelp and seafood sources tend to be safe and well tolerated by most people. Additional iodine supplementation (beyond simply food sources) can be essential for many people, and I encourage you to seek out a qualified and knowledgeable natural health care provider to guide you through the process or restoring healthy iodine levels. The difference that appropriate iodine status can make is nothing short of miraculous for people who are deficient (according to Dr. David Brownstein, more than 96 percent of people in the United States), and it is well worth the pursuit.

Important note: Iodine is needed for the proper metabolism and use of dietary cholesterol. Diets higher in cholesterol thereby do use and require slightly more iodine.

Page 247

There are other potentially helpful supplements and techniques for improving memory, but the above list covers some of the more-important and better-researched approaches. Please don't feel as though you have to supplement with all of this, but do consider following at least the basic dietary and lifestyle suggestions. They go a long way toward making a real difference!

Page 248

More than seventy trace elements have been identified, though comparatively few are as yet recognized as essential for health. Getting them in broad-spectrum form ensures that you aren't missing anything that science just hasn't gotten around to discovering the value of yet. Among the few reliable sources of broad-spectrum trace elements needed for optimal health are ocean-source seafoods, unrefined and mineral-rich Celtic or Himalayan sea salt (vastly more flavorful and healthful than conventional, refined table salt), and supplements such as ConcenTrace Trace Mineral Drops by Trace Minerals Research, which is relatively inexpensive, of high quality, and widely available.
Please avoid the use of what are called colloidal minerals, popularized some years ago by a veterinarian named Dr. Joel Wallach. They contain often dangerous levels of aluminum and other toxic heavy metals and should always be avoided (Schauss 1997). They are also quite expensive. Note that this is not referring to colloidal silver (used as an antimicrobial agent), which falls into a different category.
The consumption of organic, biodynamically grown vegetables is also very helpful, though the mineral composition of these foods is wholly dependent on the composition of the soil in which they were grown. Minerals are, in fact, best absorbed and used from animal or seafood sources through ionization by hydrochloric acid and natural amino-acid chelation. Adequate levels of hydrochloric acid, in addition to dietary fat and fat-soluble nutrients, are needed to facilitate their absorption.
Among the trace minerals, zinc deficiency is one most commonly associated with learning disabilities, ADD/ADHD, cognitive dysfunction, emotional lability, delinquent behaviors, and eating disorders. Zinc is also critical for immunity and healthy digestive function; it is found predominantly in animal-source foods and is commonly deficient in people who have depression. Consuming significant amounts of soy, in particular, as well as large amounts of grains or legumes (due to their phytic acid), is known to cause zinc deficiencies.

Page 249

Supplementation with zinc sulfate in solution or ultra-bioavailable ionic zinc may be necessary, along with increased consumption of zinc-rich foods to remediate deficiency states; in tandem with other cofactors and nutrients, this can significantly improve ADD/ADHD symptoms. Tablets and capsules of zinc are less efficiently absorbed by those people who are most deficient. Also, be careful not to oversupplement with copper by taking zinc supplements that have added copper in them. If you are zinc deficient, it is probably better to take zinc as an isolated supplement. A simple, quick, and inexpensive zinc tally test (a taste test using a zinc sulfate solution), offered by most natural health care providers, can quickly, inexpensively, and fairly reliably determine the presence of zinc deficiency.
Note, too, that zinc deficiency (like any other mineral deficiency) essentially creates a vacuum that also attracts structurally similar but highly toxic elements. In the case of zinc deficiency, this means cadmium (part of all carcinogenic processes) and mercury, which seek to replace zinc at its vacant receptor sites—a very real problem. One of the best preventives of heavy metal toxicity is healthy mineral sufficiency!
Zinc and copper are two minerals that work together but require certain ratios to work optimally in the human body. Zinc needs to be in about an 8:1 or 12:1 ratio with copper for optimal neurological and physiological functioning. When the diet becomes deficient in zinc, or when the body loses large amounts of zinc to stress, which can triple is rate of excretion from the body, or in the case of diets high in phytic acid (found in soy, other legumes, and grain products), the ratio moves closer to 1:1. This can result in copper toxicity, which manifests as the aforementioned zinc deficiency symptoms such as learning disabilities, ADD/ADHD, cognitive dysfunction, emotional lability, and delinquent behaviors (Schauss 1997).
Zinc supplementation may be necessary in some cases where stress, deficiency, or dietary inhibitors (i.e., phytic acid in grains, legumes, and soy) have been prevalent for extended periods of time. Zinc monomethionine is available in a pill form that is preferable to many other pill forms and is commonly and inexpensively found in health food stores, though liuid ionic forms and zinc sulfate in liquid solution are far superior for absorption and bioavailability. Liquid ionic forms (with no added copper) are best used in markedly deficient states. Safe doses for zinc are 50 mg for highly bioavailable forms and 100 mg for low bioavailable forms in average individuals. Ionic zinc tends to be effective at even lower daily doses. Individuals needs may vary widely. Although the RDAs for this nutrient are much lower—only 15 mg for men aged eleven and older and 12 mg for nonpregnant and nonlactating women, for instance—much higher doses may be needed for a time to treat deficiency or specific conditions. People with pyroluria (see appendix F) may require much higher than average levels of zinc supplementation. The average Paleolithic daily intake was probably close to about 50 mg. Note: Zinc toxicity is rare in humans. Individuals on vegetarian, vegan, or high soy-food diets may be especially vulnerable to zinc deficiency.

Page 256

Iodine requires cofactors such as B-complex and C-complex vitamins, magnesium, E-complex vitamins and selenium, broad-spectrum trace elements (using something like Celtic sea salt), and essential fatty acids in order to be properly absorbed into the tissues and properly used. It is important that tissue levels of these nutrient cofactors be healthy prior to iodine supplementation in individuals with nonautoimmune (non-Hashimoto's) thyroid disease. Failure to ensure this may result in uncomfortable reactions.

Page 258

Taking excessive amounts of iodine (or too much too quickly) can lead to uncomfortable detox symptoms (sometimes referred to as Herxheimer reactions) as these halogens are displaced. Therefore, it is important to approach iodine supplementation carefully, knowledgeably, and systematically, preferably under the guidance of a knowledgeable health care practitioner. Iodine's cofactors (previously listed) are essential to successful iodine supplementation.

Unrefined, full-spectrum sea salt that is not iodized is fairly poor source of iodine, incidentally, though it is very helpful with the body's use of iodine. Among the best supplemental sources of higher-potency iodine are Iodoral (combines elemental iodine and iodide, the two forms needed by the body) and Lugol's solution (mostly available by prescription and tastes awful).

It can take three to six months of diligent iodine supplementation to reach full iodine sufficiency throughout the body (longer in some people who have more-severe health challenges), according to Brownstein, and maintenance levels of iodine supplementation may be required long term for many people. For more information concerning iodine's role and the associated risks in cases of autoimmune thyroid disorders and Hashimoto's disease (and the ultimate source of information and resources for these populations), read Why Do I Still Have Thyroid Symptoms When All My Lab Tests Are Normal? by Datis Kharrazian, D.H.Sc., D.C., M.S., or go to the website www.thyroidbook.com.

Page 264

Although all this might sound very complex, the basic foundational formula and dietary approach (presented all along in this book) is actually quite simple. Most supplements are optional.

Page 267

°Among amino acids, competition with each other for metabolic transport sites across the blood-brain barrier tends to make supplementation of amino acids most effective when specifically desired amino acids are taken in isolation from one another, on an empty stomach, and in the absence of dietary protein.

Page 292

°Using Epsom salts in your bathwater (a good two cups) can be an inexpensive way to absorb more detoxifying (and calming) magnesium into your system through your skin in a warm, soothing tub of water. Ahhhh...

Page 297

Because of this toxic onslaught, our need for antioxidants and the foods that help us produce them internally has never been greater. Even though vegetables and greens were mostly an optional source of nutrients in our primitive, ice age past, the time has come to greatly increase their role in our modern diets, both to provide a varied plethora of phytonutrients and antioxidants to our beleaguered, embattled cells and, to some degree, to provide fiber as a means of binging unwanted, conjugated, carcinogenic xenoestrogen and eliminating them from our bodies, preventing their reabsorption. Plant foods are probably more important to us now than ever before.
We must avoid irradiated and chemically treated vegetables as much as possible by buying from local farmers, farmers markets, and co-ops and growing our own. This should be a high priority.
Dietary supplements also have a role to play in supplying us with concentrated sources of key nutrients and both fat- and water-soluble antioxidants. The depletion of nutrients in our soils and other modern factors also make supplementation, to at least some degree, a modern necessity.

Page 298

Antiglycating supplemental nutrients can also further slow the degenerative ravages of dietary glucose.
I also advocate the use of concentrated, unsweetened, quality “green drinks” (powdered, organic, leafy-green-vegetable and phytonutrient concentrates) as a means of getting more concentrated phytonutrition and providing a detoxifying and alkalinizing nutritional boost to otherwise nutrient-depleted produce from our nutrient-depleted soils. These can also be made using fresh, organic leafy-green produce and either a juicer or a Vita-Mix appliance.

To find sources of pure, natural water from deep artesian springs near where you live, often at little or no cost, go to www.findaspring.com and search by your location. No healthier water exists. Otherwise, invest in the highest-quality water filtration system you can possibly afford. The least expensive one I have found that is also portable and requires no electricity (making it also ideal for emergency preparedness) is the Berkey Water Filtration System, available through www.directive21.com.

Page 299

There are any number of stress-management techniques ranging from meditation, biofeedback, and neurofeedback to therapeutic massage that should be incorporated into the lives of everyone. This is not about luxury; it is about necessity.
We also need to become activists and to no longer simply and complacently accept the standards for our health and food supplies that are established and maintained by the multinational and monocultural agriculture and food industries; the medical and pharmaceutical corporations; and the other greed- and ignorance-driven corporate interests (or the regulatory agencies such as the FDA that coddle them).
You don't have to be paranoid to pay attention. Be alert. Be aware of what is happening around you and with your food supply. Don't just get angry over injustice; take positive action for yourself and your community. It's important that we don't waste precious energy and time simply pointing fingers at those we deem guilty, but that we work together constructively to improve the conditions that sustain us.
Support the work of the Weston A. Price Foundation and other consumer advocate groups that are striving to make a difference. Vote with your dollars, and support local farmers working hard to do the right thing. Buy locally produced, real grass-fed meats, eggs, and produce. Shop local food co-ops and farmers markets as much as possible rather than larger chain stores, and join community-supported agriculture programs (CSAs) (see appendix G for resources). And if you have the means, then simply grow or raise your own organic food. The more self-reliant we become, the more control we have over our own food supply and the healthier and more affordable our food becomes.

Page 300

Never doubt that a small group of thoughtful committed people can change the world; indeed, it is the only thing that ever has.
Margaret Mead, anthropologist

Men occasionally stumble over the truth, but most of them pick themselves up and hurry off as if nothing had happened.
Wiston Churchill

Page 317

Magnesium stearate and stearic acid are unnecessary additives, and most commercial sources contain trans fats. Studies at the University of Texas Health Science Center and the East Carolina University School of Medecine reveal that these toxic excipients cause a rapid collapse of T-cell membrane function and cell death, therefore suppressing the immune system (Tebbey and Buttke 1990).
According to another study, “When cells were exposed to stearic acids and palmitic acids, there was a dramatic loss of cell viability after 24 hours. Cell death was induced by stearic and palmitic acid” (Ulloth et al. 2003). An article in Townsend Letter for Doctors and Patients stated, “Stearic Acid, Magnesium Stearate, Calcium Stearate, Palmitate, and Hydrogenated Vegetable Oils are lubricants which enable manufacturing equipment to run more efficiently but inhibit eventual dissolution of the nutrient. Stearic acid may prevent absorption by individuals with compromised digestive systems. Magnesium stearate and stearic acid also present the problem that delivery of the active ingredient may be considerably further down the intestinal tract than the site originally intended. This may result in the nutrient being delivered away from its optimal absorption site. Not only can this impede absorption, in some cases it might be harmful to the liver” (Czap 1999). The authors of another study remarked, “The addition of palmitate or stearate to cultured cells led to activation of a death program with a morphology resembling that of apoptosis. Palmitates and stearates caused cardiac and other types of cells to undergo programmed cell death” (Sparagna and Hickson-Bick 1999). Not the kind of stuff you'd expect to find in a health food supplement. Not all companies use partially hydrogenated sources of magnesium stearate, but it is impossible to tell just looking at the label. My first choice is always a brand that is free of magnesium stearate and other additives.
Another additive of concern is titanium dioxide, which “rapidly damages neurons at low concentrations in complex brain cultures” (Long et al. 2007). Also, titanium dioxide has recently been classified by the International Agency for Research on Cancer as a Group 2B carcinogen that is “possibly carcinogenic to humans” (Canadian Centre for Occupational Health and Safety, 2006). This substance is also widely in cosmetics and sunblock lotions. In addition, it has been strongly linked to autoimmune conditions (Klinghardt 2008). Just because you find a supplement in a health food store (or pharmacy) does not automatically make it healthy for you. Always read labels, including the “other ingredients.”
Supplemental sources that avoid magnesium stearate, stearic acid, and titanium dioxide, although challenging to find, can also improve the bioavailability of vitamins, minerals, and other nutrients and supplements. Additive-free supplements are typically available from health care providers almost exclusively, but there are exceptions. For help, see the resources listed in appendix G.

Page 319

Complexed vitamin C: Be sure the vitamin C you take is complexed with other cofactors (bioflavinoids). Taking ascorbic acid alone can lead to a
 
  • Like
Reactions: ELT

Psalehesost

The Living Force
Note: As can be seen at the bottom of your post, this forum software has a maximum length for posts, and it appears yours was cut off; you can post any missing parts in further posts.
 

Goemon_

Jedi Council Member
Merci Psalehesost.

Donc, voici la fin.

Thank you Psalehesost.

So here is the end.



Page 319

Complexed vitamin C: Be sure the vitamin C you take is complexed with other cofactors (bioflavinoids). Taking ascorbic acid alone can lead to a depletion of other cofactors that ultimately prevents the proper use of ascorbic acid and can actually leave you vitamin-C deficient!

Page 320

Don't spend your money on supplements, though, unless you can afford the best-quality sources. Cheap brands may actually do more harm than good in some cases due to their poor sources and additives.


EXTRAITS “PRIMAL BODY, PRIMAL MIND”

Page 13

Le syndrome X, ou le syndrome métabolique, sont tous deux créés et exacerbés d'abord par la consommation chronique de glucides en combinaison avec des graisse trans, l'abondance de graisse omega-6 non naturelles (huiles végétales), et, jusqu'à un certain niveau, potentiellement même un excès de graisse omega-9 (huile oléic et huile d'olive).

GLUTEN

Page 37 à 39

Un régime systématique de réduction de l'inflammation et de soin des dommages existant doit être mis en œuvre pour des résultats optimaux et une vrai guérison ; c'est un processus qui prend généralement au moins un an d'effort dévoués, bien que des bénéfices tangible significatifs sont généralement vu bien plus tôt—certains durant les premiers jours d'élimination de l'exposition au gluten, en fait. L'ajout quotidien d'omega-3 (EPA), l'acide gras GLA, la vitamine D, des nutriment améliorant la glutathion, et de plantes comme le curcuma peut aider contre l'inflammation, tandis que l'utilisation d'autres plantes (extrait de racine de guimauve, extrait d'écorce d'ormau glissant [slippery elm bark extract], deglycyrrhizinates licorice extract, et de l'extrait de feuille d'aloé peuvent aider) aussi bien que l'ajout d'autres substances tel que la L-glutamine et le méthylsulfonylméthane peuvent servir de support à la guérison des dommages existant. Les polypeptides riches en proline issu de colostrum bovin et colostrum entier, peut raffiné, issu de bovin bio nourris à l'herbe peuvent aussi apporter une aide énormes à la restauration d'une saine intégrité gastrointestinale et de la fonction immunitaire avec le temps. Il y a plus de neuf milles études démontrant que le colostrum de bovin nourris à l'herbe à un rôle clé potentiel dans la restauration de l'intégrité gastrointestinal. Il faut aussi s'occuper d'allergies à d'autres aliments.
La bonne nouvelle est que les autres allergies diminuent souvent avec le temps une fois le facteur aggravant du gluten (le grand-père de tous) est finalement sorti du tableau et que l'intégrité intestinal est restauré.

Aussi, la réactivité-croissé à la caséine (la protéine des produits laitiers) additionnellement été démontré être similaire à une réactivité immunologique au gluten.

La caséine est parmi les agents coallergènes [cosensitive] avec le guten, mais le système immunitaire peu réagir à a peu près n'importe quoi si la consommation de gluten persiste. La réactivité-croisée, qui est la tendance à réagir à des substances geneticallement ou structurellement similaires au gluten ou que notre système immunitaire à simplement appris à associé avec le gluten, est une considération supplémentaire pour beaucoup.

Parmi les plus communs vrai composant de réactivité-croisée il y a :

°la caséine (protéine de lait et fromage inclus)
°l'avoine (inclus la variété supposément « sans-gluten »)
°le seigle
°spelt
°le kamut (aussi connu sous le nom de Blé Polonais, Blé Egyptien, ou blé de chameau)
°la levure
°le café (vraiment désolé!)
°le chocolat au lait (ne me frappez pas)

Les composants additionnels testé pour Cyrex Labs (fréquemment substitué au gluten) qui peuvent causer des problèmes d'allergie alimentaire [food sensitivity] d'eux même sont :

°le maïs (allergie très commune et presque toujours un aliment OGM)
°le sésame
°buck wheat (notez que la plupart des buckwheat et des farines de soja, à part être des alergènes potentiels d'eux même sont très communément contaminés au gluten à cause des méthodes de fabrications)
°le quinoa
°le sorgau
°le millet
°le tapioca
°l'amaranthe
°le riz (oui, le riz—incroyablement, croyez le ou non)
°les patates

...le stockage prolongé de grains contenant-du-gluten, même à la contamination enterotoxin...


Page 43

Les régimes d'élimination peuvent être un moyen effectif de déterminer une potentielle allergie au gluten, mais ils doivent être strictement suivis pendant au moins six à huit mois pour une détermination authentiquement claire. L'abstinence au gluten doit d'être pas moins de 100 pour cent de toutes (même caché) sources, et pas même un quignon de pain ne peut être mangé... Aussi, soyez conscient des problèmes de contamination-croisés, où les aliment sans-gluten peuvent être en contact avec des aliment contenant-du-gluten par le biais de la cuisson ou des surfaces de préparation et des ustensiles dans les restaurants ou à la maison. (Oui, c'est important). Les effets inflammatoires particulièrement dans le cerveau et à travers le corps par l'exposition à même des traces de gluten peuvent ramener pour six mois pleins chez les individus allergiques. Toute exposition de n'importe quelle sorte (même un apparemment insignifiant et inintentionnel dérapage) signifie que vous devait recommencer à zéro le régime d'élimination.

Page 44

Le prolamon (avenin) contenu dans l'avoine, toutefois, les rends tout au moins potentiellement suspect pour un problème inhérent de réactivité-croisée, même quand ils peuvent être vendus comme produit sans-gluten ? La même chose peut être dite pour beaucoup de produits contenant du maïs ou de l'amidon de maïs. Buckwheat et la farine de soja sont presque toujours contaminés au gluten à cause des méthode de fabrication et de stockage.

L'acide hydrochlorique

Page 56-57

Alors, pourquoi n'ai-je pas assez d'acide hydrochlorique ?

Certaines déficience en nutriments peuvent aussi être responsables (vitamine B1, zinc, et vitamine C sont nécessaires pour la production d'acide hydrochlorique), comme peut l'être le fait de trop manger au repas ; la combinaison inapproprié d'aliments ; la consommation excessive d'alcool ; et le stress chronique, l'anxiété, et overarousal, particulièrement au moment du repas. La bonne production d'acide hydrochlorique est la clé pour le reste du procédé digestif, donc c'est un problème extrêmement important et parmi les déficiences les plus commune et impactant la santé.

Mâcher, mâcher, mâcher ! (désolé de le dire, votre mère avait raison... à ce propos, en tout cas.)


Page 60

Prendre des sels de bile (communément vendus comme ox bile dans les magasins-santé) avec tout repas contenant-de-la-graisse est ce qu'il y a de mieux si on a pas gallbladder qui fonctionne. En plus, un soin doit être apporté que l'on ne développe pas de déficience en acides gras essentiels et en vitamines A, D, E, K.

Page 61

Pour certain, prendre de l'acide hydrochlorique en supplément au moment du repas peut être approprié et nécessaire pendant un temps, jusqu'à ce que l'estomac soit capable d'en produire assez lui même. Si vous avez des gaz, des ballottement [bloating], ou une sensation excessive de satiété [fullness] après les repas, la règle est de commencer avec une capsule d'acide hydrochlorique avec le repas. Si vous n'avez pas une petite sensation de chaleur avec ça, prenez-en deux avec votre prochain repas et ainsi de suite jusqu'à ce que la sensation de chaleur arrive. Puis une capsule de moins et c'est votre dose.

Page 66

La solution la plus efficace et la moins cher pour restaurer la santé de la flore gastrointestinal, de loin, comprend l'ajout de légumes crus [raw cultured vegetables] au régime, et si tolérés, du kéfir cru à base de lait ou (meilleur encore au goût et pour la santé) le kéfir à base de lait de noix de coco et le yaourt.

Page 69

La viande en provenance d'animaux nourris au grain ou au maïs devrait probablement être aussi maigre ou sans graisse que possible ou compensé par la supplémentation en omega-3 supplémentaire, et toujours bio.

Page 92

Quand la supplementation en vitamin D est jugé nécessaire, l'attention, à mon avis, doit être prise dans l'utilisation d'un complexe de vitamine D contenant les nombreux cofacteur dans les mêmes quantités relative [relative valance], ou plutôt, avec de la vitamine 1 dans son état véritable, comme on la trouve dans le foie de bœuf, le beurre ou le beurre clarifié élevé à l'herbe, et ce qui est appelé huile de foie de morue « forte-en-vitamin » (riche en vitamines A et D) –pas simplement du béta-carotène.

La quantité recommandé en supplément de vitamine D peut varié de 1 000 IU pour une relative maintenance pour quelqu'un autrement suffisamment fournis en vitamine D, jusqu'à 10 000 IU par day pour quelqu'un avec des problèmes d'autoimmunité [autoimmune condition]. La malheureuse et très démodée recommandation gouvernemental établie comme Apport Journalier Recommandé (AJR) pour les Américains est un maigre 400 IU. Les donnée disponibles sur les sociétés primitives de chasseur-cueilleurs des temps-modernes estimes généralement que la consommation journalière était probablement proche de 4 000 IU de vitamine D alimentaire par jour (Price 1939). Cela ne tient pas compte de la vitamine D synthétise dans le corps grâce à l'exposition au soleil, un autre hautement variable et imprévisible procédé, dépendant de la location géographique, de la période de l'année, et l'inhérente densité personnel des récepteurs de vitamine D (et des fonctionnement métabolique). Des quantités plus importantes peuvent être nécessaire pour un temps pour remédier à un état de déficience, cependant, ou pour des conditions spécifiques.

Page 99

Une fois consommées, ça peut prendre deux années entière pour que le corps se débarrasse des graisses trans alimentaire, provocant pendant ce temps un chaos métabolique incalculable (Enig 2001).
Les graisses trans devraient toujours être évitées à 100 pour cent à tout prix.

Page 100

Les sources moderne d'omega-3 alimentaire, particulièrement d'EPA et de DHA, inclus le poison sauvage d'eau particulièrement froides, comme le saumon, l'hilibut, la morue, le hareng, le maquereau, et les sardines.
...
La viande de bœuf, d'agneau, de venaison et de buffle exclusivement nourris et finis à l'herbe sont aussi des superbes sources.
Malheureuse, virtuellement tout les bœufs vendus, même labellisé bio dans les magasins-bio, à moins que ce soit spécifiquement labellisé, est fini au grains, maïs, et graines de soja, éliminant virtuellement tout contenu omega-3 et contennant de grandes quantités d'omega-6.

Page 101

Peut importe si quelqu'un effectue ses changement sain dans son régime alimentaire, il est probable que, pour un temps, une période d'ajour de supplément d'omega-3 (EPA et DHA) au choix des huiles de poisson ou d'huile de krill d'Antarctique soit nécessaire pour remédier à un état de déficience.

La supplémentation d'huile de poisson ou d'huile de krill d'Antarctique pour les omega-3, combiné avec une petite quantité d'huile de foie de morue, sont de loin la meilleur source de supplémentation.

Aussi, des tissues de zinc suffisant et un niveau de sélénium alimentaire peuvent mitiger le potentiel de toxicité et de rétention du mercure.
D'autres ajouts potentiels à la supplémentation d'omega-3 sont la vitamine E, la CoQ10 (quand on a les moyens), et le sélénium, qui, en addition à la vitamine D, protègent ces huiles hautement polyinsaturées de ce casser [breaking down] et de devenir rancide. Au grand minimum, des vitamine D et E devraient êtres ajoutées à un régime utilisant des niveaux de suppléments de ces huiles hautement polyinsaturées et délicates.

(Note : si vous achetez des supplément de vitamine E, soyez sûr de prendre une forme de mixed tocopherol riche en gamma tocopherol et seulement dans une base de glycerine, et pas une base de graine de soja ou d'huile de canola).

Le sélénium peut aussi être dérivé d'aliments tels que les noix du Brézil, l'ail, et le beurre nourri à l'herbe.

Les capsules standard d'huile de poisson contiennent à peut près 180 mg d'EPA et 120 mg de DHA. A ces concentrations, une recommandation offerte par le Dr. Joseph Mercola (www.mercola.com) pour remédier à un état de déficience marqué de ces nutriments prévoit la prise d'une capsule par tranche de 10 livres de poids corporel, de préférence divisé en deux prises. Ca se traduit par approximativement 1 cuiller à café d'huile de poisson sous forme liquide par tranche de quarante livres de poids corporel (plus facile)...si vous utilisé les omega-3 pour la santé, l'humeur et l'amélioration cognitive, environ 2 000 mg par jour est probablement adéquate.
Les recherches actuelles dans le domaine de la longévité humaine et de l'extention de la durée de vie parlent plutôt d'environ 3 000 mg.
Ca va beaucoup dépendre de votre déficience et de vos symptômes. Si nécessaire pour l'amélioration de l'humeur ou la stabilisation dans de plus sérieux état de désordre d'humeur ou de désordre pipolaire, 10 000 mg d'omega-3 ou plus peut ếtre approprié pour certains. Dans ce cas, les capsules deviennent bien moins pratique, et utiliser la forme liquide est plus logique. Le régime traditionnel de l'Eskimo de Greenland incluse au moins 14 000 mg par jour d'omega-3. Ou les déficiences sont certainement le problème, comme avec l'ADD/ADHD et la dépression, il est probablement mieux de ce placer du plus haut côté, en ce qui concerne le dosage, pour au moins quelque temps. Si par quelque chance une dégradation des symptômes se produit avec l'augmentation de la supplémentation en omega-3, vous pourriez vouloir vous renseigner sur la maladie [condition] connue comme la pyrolurie (voir appendice F). Pour ces individus il y a un plus grand besoin en omega-6 et la maladie pourrait empirer avec trop d'omega-3.

La supplémentation de n'importe quel acide gras essentiel devrais, au grand minimum, comprendre un ajout de vitamines D et E avec du sélénium, et la CoQ10 et l'acide R-lipoic peut servir de protection supplémentaire, si on peut se les payer.
...
Une nouvelle source d'EPA et de DHA, l'huile de krill d'Antarctique, peut être une superbe alternative pour les gens qui veulent éviter un arrière goût de poisson (parfois présent avec l'huile de poisson conventionnelle) et est aussi une source d'antioxidant extrêmement efficace, protecteur naturel et agent anti-inflammatoire, un caroténoide connu comme astaxanthin. Ceci, en plus d'une propriété phospholipide naturelle, peu en fait améliorer l'utilisation et la protection des EPA et des DHA dans le corps et le cerveau mieux que l'huile de poisson conventionnelle. Soyez préparer à payer en gros billets pour cette alternative à l'huile de poisson, cependant ; comme avantage, avec l'huile de kril « moins fait plus ».

Il est probablement recommandable pour la plupart des gens de se supplémenter avec une quantité minimum (le dosage recommandé sur la boîte est probablement suffisant pour la plupart) aussi bien d'huile de pépin de raisin de corhinte [black currant seed oil] que d'huile de primevère [evening primrose oil] pour couvrir cette base et prévenir l'apparition d'un déséquilibre.

Aussi, soyez certain que ces délicates huiles de graines soit estampillées sans hexane et sans solvent.

Le ratio optimal d'omega-3 par omega-6 semble être à peut près 1:1 et pas plus que 1:4.
Le régime moderne apporte jusqu'à vingt parts d'omega-6 par part d'omega-3. Cela mène invariablement à des conséquences indésirables.

Page 114

Une quantité modérée d'huile d'olive extra dans les salades et un peu [a dash or two] d'huile de sésame, qui contiennent un efficace antioxidant contre la chaleur [a potent heat-protective antioxidant], le sesamin, pour le goût dans les plat cuit à chaleur modéré est bien.
Cependant une quantité excessive d'huile d'olive, et d'autres huiles végétales, ont montré une interférence avec l'utilisation d'omega-3 dans le régime et ont aussi montré une augmentation potentielle de la résistance à l'insuline (Enig 2001). En contraste, les omega-3 (sous la forme d'EP et de DHA)—abondants dans les poissons sauvages, le gibier, et les viandes exclusivement nourri en pâture—sont connu pour améliorer significativement la sensibilité à l'insuline. Les graisses saturé comme l'huile de noix de coco, l'huile de palme, le beurre, le lard et le tallow sont essentiellement neutre et bénin en quantité modéré, certain ayant de nombreuses propriétés bénéfiques antimicrobe. Elles sont aussi importantes pour la bonne utilisation des deux graisse essentielles (omega-3 et omega-6) et des protéines dans le corps.
...Utilisé un peu d'huile d'olive sur vos salades ; accent stir-fries with sesame oil ; et utilisez du beurre cru bio ou du beurre clarifié (si vous êtes allergique à la caséine) librement sur les légumes cuits à la vapeur, comme il aident à l'absorption des nutriments liposoluble des légumes. Utilisez de l'huile de noix de coco bio, de l'huile de palme, du lard bio, ou du tallow de qualité pour la cuisson à haute température ou le sauté. Ces graisse sont hautement stable et ne deviennent pas facilement rance, et les graisses rance sont extrêmement néfaste pour votre corps et votre ADN. Les graisse saturées à courte et moyenne chaînes que l'ont trouve dans le beurre, l'huile de noix de coco sont bien plus sûres d'être utilisé comme énergie par votre corps, y compris par le cœur et les autres organes, plutôt que d'être stocké comme graisses.

Page 116

Pour ce qui concerne la consommation d'omega-3 et d'omega-6, la recommandation actuelle par les meilleur chercheur en lipides et biochimiste suggèrent une consommation de pas plus de trois à quatre parts d'omega-6 pour une part d'omega-3. Les omega-3 devraient représenter au moins 0,5-1,5 pour cent de la consommation total quotidienne de calories. Les omega-6 devraient représenter pas plus que 2-3 pour cent de la consommation total quotidienne de calories. Un ratio d'un pour un est probablement plus optimal. Une plus grande consommation d'omega-3 peut être désirable ou nécessaire pour un temps (plusieurs mois) pour renverser un état de déficience.
Parmi les meilleurs sources d'omega-3 sont les viandes nourries à l'herbe ou les gibiers et les abats et les poisson sauvages d'eau froides tel que le saumon, le hareng, les sardine et le maquereau. Les meilleurs sources de suppléments sont les huiles de poisson et de krill de haute-qualité. La qualité compte.
Soyez avertis : L'huile de foie de morue contient des omega-3 mais est surtout une source de vitamine A et un peu de D. Les noix et graines crues, de préférence trempées et grillées, sont une bonne source de la forme parente d'huile omega-6 et une moins riche source de la forme parente d'huile d'omega-3. Nous avons besoin de la forme parente ALA, que l'on trouve dans les noix fraiches, dans l'huile de sésame [flaxseed oil] et même en petite quantité dans les supplément d'huile de poisson. Des niveau équilibrés d'omega-3 et d'omega-6 ce trouve aussi abondamment dans les viandes nourris à l'herbe et les poisson sauvages, avec les nécessaires et protectrices graisses saturées.
L'huile de pépin de raisin de corhinte [black currant seed oil] et l'huile de primevère [evening primrose oil] sont les meilleures sources de supplément en GLA, un important dérivé d'omega-6. Nos ancêtres en prenaient beaucoup, sous la forme de DGLA, en mangeant des abats. Une supplémentation périodique avec ces huiles ou l'augmentation de la consommation d'abats peut être désirable en cas de déficience en GLA due à une diminution de l'activité delta-6 desaturase ; qui se manifeste par de l'eczéma, des problèmes de peau, un déséquilibre hormonal, des troubles de l'humeur, et certaines formes de désordre cognitif. La plupart des gens qui ont des niveau déficiences d'omega-3 ont aussi des déficiences de ce très important dérivé d'omega-6 anti-inflammatoire.

Page 117

Tous les autres organes vitaux peuvent aussi prospérer avec les cétones. Le cœur humain préfère les cétones, en fait, à tout autre carburant. Des preuve montrent aussi qu'un état de bonne cétone [healthy ketosis] peut aider à affamer des tumeurs cancéreuses, car elles sont incapable d'utiliser les cétones comme carburant et doivent utiliser du glucose.

Page 118

Les acides gras libérés [free fatty acids] relâchés dans le sang voyages dans l'albumen vers les organes, où ils ce diffuse à travers les membranes cellulaires et sont transportés dans les mitochondries pour oxydation (brûlés comme carburant). Le transport à travers la membrane mitochondriale est accompli avec l'aide de la carnitine (notablement trouvé très abondamment dans la nourriture dans la viande rouge).

La production de cétones augment graduellement... atteignant sont maximum autour de 10 jours. La même chose ce produit chez les individus qui consomment peut ou pas de glucides [surlignage de moi]. (Linder 1991)

Page 119

Ayant dit cela, il est important de noter qu'il y a quatre types possible de gens pour qui l'état de cétone [kétosis] et potentiellement à questionné : (1) les gens avec un diabète de type 1 incontrollé (ketoacidosis—un très différent, plus sérieux état de grande concidération sous certaines conditions—est souvent confondu avec la cétone [ketosis]), (2) les gens avec des problèmes rénaux (peut⁻être, ça dépend), (3) les gens qui sont enceints (si il ne sont pas habitués à être en état de cétone), et (4) les gens qui vendent des médicament de régime [diet drugs].

La cétone (simplement dit) est essentiellement l'état dans lequel le corps brûle de la graisse comme énergie au lieu des glucides.

Page 120

Les cétones peuvent être excrétées au début comme un déchet. Ca prend du temps au corps pour s'adapter à ce changement, au moins trois semaines chez les jeunes individus et plus longtemps chez les individus plus âgés, mais à peu près un mois à six semaines pour la plupart, en moyenne. Certains individus qui sont envahis par la levure candida, sont extrêmement dépendant [addicted] des glucides, ou qui ont une allergie non diagnostiquée ou non traité à un aliment peuvent à voir besoin de plus de temps et peuvent avoir besoin d'une supplémentation supplémentaire et une attention spéciale pour aider à faciliter les changements métaboliques nécessaires.

L'attention doit être apporté à la consommation d'une grande quantité d'eau pour que plus de cétones puissent êtres perdues plutôt que par la respiration ou la peau (ce qui peut occasionné une petite odeur indésirable au début). Ajouter un zeste de jus de citron frais peut être additonellement alcalinisant et peut aider quelque peu avec les problèmes de levure. Suffisamment d'eau peu aussi aider à diluer tout matériel toxique communément stocké dans le tissu adipeux pour qu'il puisse être relâché dans le sang durant l'état de cétone.

La supplémentation avec des hautes doses de L-carnitine (2-5 g par jour) peut aussi aider à minimiser tout inconfort, maximiser les niveaux d'énergie durant l'étape initiale de perte de poids, et faciliter la transition à l'utilisation de graisses comme première source de carburant.

Des doses supplémentaire de lipase pancréatique peuvent aussi aider à mieux faciliter la bonne digestion et l'utilisation des graisses alimentaires. Il est aussi important de ne pas trop consommer de protéines parce que les protéines en excès trop important par rapport au RDA (en gros 0,8g/kg de poids corporel idéal par jour, 25-30 g de protéines pures, ou 2-3 onces de viande, poisson, œuf, etc., par repas) peut être converti en sucre et être utilisé de la même façon, ralentissant ou renversant l'état de cétone pour beaucoup de gens.

Page 127

Eviter complètement les aliment à base de sucre ou d'amidon en addition de la plupart des fromages et crème aigre, aliment vinaigré ou fermenté (sauce soja incluse), et les vinaigres est souvent nécessaire pour mettre le candida sous contrôle.

Page 144

Cela peut être aussi peu que 44 à 56 g par jour pour la plupart des adultes (approximativement le RDA), ce qui ce traduit par six ou sept onces (juste un peu) de viande, œufs, ou poisson—de préférence en plusieurs prises. (Voir le contenu en protéine des aliment dans l'appendice C, à la fin du livre.) Une autre méthode de calcul serait de viser les 0,8 g de protéine par kilogramme de poids corporel idéal par jour. Les gens extrêmement gros ou actifs—pas loin d'être un athlète olympique ou un body-builder professionnel— ou les individus dans un état particulier de vide nutritionnel peuvent nécessiter environ 10 g de plus (tout relatif à la composition en masse-maigre [body-lean] et à son niveau d'activité). C'est vraiment à peu près tout. Les athlètes d'élite et les bodybuilders peuvent avoir besoin d'à peu près 1,5 g de protéine par kilogramme de poids corporel pour atteindre leurs besoin journaliers. Des quantité supérieures supprimeront certainement la cétone, cependant (Phinney 2004).
Les femmes enceintes, les enfants, et les ado, cependant, ne devraient pas voir leur consommation de protéines trop restreints.

Page 146

L'approche la plus effectivement dramatique de perte de poids jamais recherché concerne un régime qui consiste en un peu plus de mille calories par jour divisé en cinq deux-cent-calories mangé toute les cinq heures et quasiment de pure graisse (90 percent).

Bien sûre, l'approche particulière du cent-calories-par-jour, pure-graisse utilisé dans l'étude Pawan et Kekwick n'est pas un régime pratique, conseillé, ou durable à long terme pour quiconque ; il est bien malheureusement trop restrictif et manque des protéines adéquates et d'autres nutriments. Cependant, la recherche démontre l'impacte supérieure de la consommation de graisses (pas de glucides) pour brûler même plus de graisse qu'il serait possible même avec un jeûne total. Il y a un signe là, les gars.

Page 152

Les fibres—un glucide non utilisable—servent essentiellement de remplissage dans le régime et peuvent faciliter l'élimination des déchets dans le colon (bien que ce n'est pas essentiel pour ça) et servent à lier les hormones conjuguées en excès [bind excess conjugated hormones] et mieux permettre leur excrétion normale. A part ça, le corps utilise seulement des quantités minuscules de sucre pour nourrir les globules rouge et est capable de stocker environ deux milles calories nécessaire comme glycogène dans le foie et les muscles pour le cas d'urgence d'effort majeur.

Page 155

L'exercice ne peut jamais compensé un mauvais régime pas plus que les médicaments ou les suppléments. Au moins 70 pour cent de votre équation santé repose sur votre alimentation. La plus grande partie des autres 30 pour cent est la combinaison d'une supplémentation appropriée, d'une réduction du stress, d'attitude positive, et d'exercice. L'exercice est une composante utile à une bonne perte de poids en tandem avec un régime sain. La clé est la qualité de l'exercice, par la quantité d'exercice.
Bien que les détails de ce sujet soit préférablement gardé pour un livre séparé, il suffira de dire que de brefs séance d'exercice avec pics anaérobiques sont essentiellement supérieurs pour accroître la santé du cœur et des poumons et pour faciliter la perte de poids et le développement des tissues maigres [lean tissue]. Plus d'exercice n'est pas forcément mieux, contrairement à la commune tendance de ces gens qui s'efforce de courir indéfiniment sur leur tapis électriques [treadmills] ou passent des heures à la gym à soulever des poids.
Nos ancêtres ne ce serait jamais préoccupé avec un tel gâchis d'énergie [wasteful and wearing expenditures of energy] !
Considérez que, à part marcher, l'exercice pour nos ancêtres Paléolithiques consisté principalement en de bref séances de course pour attraper des choses qu'ils chassaient ou s'enfuir loin de chose qui voulaient les manger ou les piétiner. Ces brefs, intenses séances d'exercice ou d'effort servaient à étendre leur capacité cardiaque et pulmonaire, défié et développé la force des muscles du squelette, et rapidement utilisé le glucose sanguin et les stocks de glycogène. Maintenant, vous devez penser, « Ca ne brûle aucune graisse ! ».
Au contraire. [en français dans le texte]

Page 160

Alors, qu'est-ce que vous faites ?
Premièrement, limitez vous à d'intenses exercice jusqu'à pas plus de vingt minutes de durée et concentrez vous sur de bref séances d'efforts significatifs en anaérobie, entrecoupés de brèves périodes de récupération à un pas plus lent qui est suffisant pour un retour à un battement de cœur au repos. Cela peut être fait par la course, le vélo, l'aviron, les machines elliptiques, et bien d'autres méthodes. Ou, cela peut être fait en utilisant des kettlebells (ma préférence personnel), des poids, ou calisthenics dans lesquels les muscles sont, après échauffement, provoqués proche du pic de capacité pour seulement quelques séries.

Une fois que chaque groupe de muscles à été suffisamment provoqué [has has its neural recruitment capacity sufficiently challenged] et a travaillé à sont pic d'effort, vous en avez fini pour aujourd'hui. Cela peut prendre pas plus que dix à quinze minutes d'effort provoquant, total. Un autre moyen d'envisager la chose peut être le sprint (en pédalant, en faisant de l'aviron, en nageant, ou pendant un entraînement elliptique) pour quatre ou cinq séries de jusqu'à une minute chaque, en permettant le retour à une pulsation normal entre deux. Ces exercices permettent l'élargissement des capacité cardiaques et pulmonaires ainsi que le gain de force. Tu parles d'un gain de temps, sans parler d'un gain de vie ! [lifesaver]
Pratiqué de manière appropriée, ce style d'exercice peut être adopté par tous le monde, peut importe l'age ou le niveau de forme, avec ou sans gym. Changé votre routine et vos types d'exercices quotidiennement est un autre moyen d'améliorer vos gain et la suppression de plateaux [eliminating plateaus]. Ne laissez pas votre corps s'habituer à une quelconque routine.
Aussi, faire travailler les muscles par groupes ou faire travailler le corps tout entier est infiniment plus efficace, frappant, et naturel que de s'exercer par collections de parties du corps séparés en utilisant des exercices d'isolation ou des machines. En suivant ces brefs séances d'efforts anaérobique, des mécanismes de construction et de restaurations peuvent immédiatement prendre place pendant les un ou deux jours qui suivent pour vous rendre finalement meilleur et plus fort qu'au paravent. Rappelez-vous, vous augmentez pas la force ou régénéré pas la santé des tissues pendant l'exercice ; cela s'accomplit durant la récupération. Vous devez permettre une récupération suffisante entre les séances d'intenses exercices !

En s'exerçant par de brèves, intenses séances, vous devenez plus efficace au future stockage des sources de glucide comme glycogène dans les muscles, ce qui augmente la taille et la définition du muscle et un meilleur carburant pour le futur, au lieu de simplement convertir les glucides en graisse corporelle pour les marathons. Vous devenez aussi bien plus efficace dans l'utilisation de ces stocks de glycogène. Vous ferriez mieux de préserver votre précieuse santé adrénale. L'accroissement de la force musculaire, stimulé par l'accroissement de l'hormone pendant le pic d'effort, augmente le nombre de mitochondrie dans le corps—notre petite usine corporelle à brûler des graisses (hint, hint) ; ce trouvant presque exclusivement dans le muscle—et ainsi de manière inhérente améliorer notre utilisation des graisses comme carburant et conséquemment aussi comme notre première source d'énergie. Cela assure aussi que votre corps relâche plus confortablement le stock de graisse comme carburant, puisqu'aucune demande indue n'est placés dans des capacités d'endurance. Vous devenez une machine mince [lean] et entraînée [mean], à brûler de la graisse !
Pour des informations, avancées, excellentes, et peut-être les plus détaillées au sujet de cette approche générale à la forme cardiaque [cardio fitness] et au bodybuilding ou à l'entraînement musculaire [strength trainingg] procurez vous le livre du Dr. Al Sears PACE:The 12-Minute Fitness Revolution (Sears 2010).

L'augmentation de la capacité pulmonaire, probablement plus que tout autre simple facteur physique, est une gage [tantamount] de meilleures longévité (Schunemann et al. 2000).

Page 162

°Prendre régulièrement un supplément de complexe-B avec les repas (de préférence un qui est whole food complex-based ou conenzymé). Les vitamines B assiste l'amélioration du métabolisme des glucide. La Vitamine B1 et plus spécialement ces dérivés liposolubles l'allithimine et la benfotiamine peuvent grandement aider à réduire la glycation. La dose courante est de 100 à 250 mg ou plus par jour.

Page 163

°La L-carnosine est un acide aminé qui peut servir comme un puissant neuroprotecteur, un nutriment antiglycation. La dose typique et de 500 à 1 00 mg, une ou deux fois par jour.

°La L-carnitine (à ne pas confondre avec la L-carnosine) est un composant d'ammoniaque quaternaire [quaternary ammonium] et un dérivé d'acide aminé, pas vraiment un acide aminé, et est nécessaire pour transporter les acides gras dans la mitochondrie, où ils peuvent être brûlé comme énergie. Ca peut réduire le temps qu'il faut pour la conversion du brûlage de sucre au brûlage de graisse chez les individus résistants. De 2 000 à 5 000 mg par jour peut aider.

°L'Acetyl-L-carnitine est liposoluble et est plus facilement capable de protéger et aider à alimenter le cerveau que la L-carnitine. Elle est en fin de compte antiglycation et, plus spécialement en tandem avec l'acide R-lipoic, a été démontré dans des études comme pouvant grandement renverser la neuropathie. De 500 à 2 000 mg par jour peut amener des résultats bénéfiques.

°Le Chrome [Chromium] est une essentielle trace de minéral pour la normalisation du métabolisme du glucose et est communément en déficit. De 200 à 400 mcg par jour de chrome picolinate ou de GTF chrome est généralement suffisant.

°L'acide R-lipoic, qui fonctionne comme un antioxidant, est très efficace aussi bien contre les radicaux libres liposoluble et hydrosoluble, peut prévenir et même aider à renverser la glycation, peut améliorer le métabolisme du sucre dans le sang, et peut améliorer la production cellulaire d'énergie. De 50 à 250 mg par jour ou plus peut être nécessaire pour certains.

°La Pyridoxamine est une forme unique de la vitamine B6 qui interfère particulièrement avec les réactions toxiques de glycation. Elle est parmi les substances naturelles les plus efficace pour empêcher la formation d'AGE. Des doses de 50 à 100 mg ont communément étés utilisés dans des études qui rapportent des effets bénéfiques. Elle est tellement efficace, en fait, que la FDA a éhontément pensée a reclasser ce nutriment naturel comme une drogue [drug]. Je vous épargnerez de mes commentaires colorés sur ça.

Page 164

°La CoQ10 (sous la forme d'ubiquinol) aide au support des bonnes fonctions mitochondriale, sert comme puissant antioxydant liposoluble, et peut grandement améliorer l'utilisation d'oxygène et d'énergie. On la trouve dans tous les organes majeurs, particulièrement le cœur, et diminue dramatiquement et dangereusement avec l'utilisation des statines. La dose habituelle va de 50-300 mg (note : prenez la plus haute dose si vous avez un passif d'utilisation de statines).

°L'huile de poisson omega-3 ou l'huile de krill d'Antarctique ont quelque chose à offrir à chacun. Obtenir la quantité adéquate est gravement important. Ce nutriment vital calme ou élimine souvent les fringales pour les glucides et peut grandement améliorer la sensitivité à l'insuline, aussi bien qu'aider à diminuer l'inflammation et à améliorer l'humeur et la fonction cognitive.

°La L-glutamine, un acide aminé, peut stopper les fringales pour les sucreries, les amidons, et l'alcool instantanément puisque le cerveau est capable d'utiliser la L-glutamine temporairement comme carburant. C'est aussi la nourriture numéro un pour les entérocytes, les cellules qui se trouvent le long du petit intestin, et peut grandement aider à la régénération de la muqueuse gastrointestinale. On la trouve généralement en capsules de 500 mg et doit être prise l'estomac vide pour de meilleurs résultats. Commencez avec la plus petite dose et augmenté selon le besoin. Elle peut aussi être prise sous la langue pour un effet plus rapide. Juqu'à 5 g (5 000 mg) ou même plus peuvent être nécessaires. On trouve facilement des solutions en poudre [loose powders] si de plus grandes doses sont nécessaires. (attention : ne prenez pas de L-glutamine si vous savez que vous avez un cancer, car la L-glutamine peut servir de carburant à certain types de tumeurs.)

Page 165

°Eliminez l'utilisation de caféine et autres stimulants. Les stimulants aggrave les problème de sucre sanguin et diminues deux importants neurotransmetteurs, la sérotonine et la norepinephrine, et affectent défavorablement l'humeur et l'énergie.

Page 166

°Essayez d'ajouter de la lipase pancréatique dans un estomac vide. Les déficiences en lipase sont courante chez les gens qui ont du mal à équilibrer [managing] leur sucre sanguin, et la supplémentation peu améliorer votre capacité à digérer et à utiliser les graisses comme carburant à la place du sucre ! (La lipase pancréatique ce trouve généralement dans des suppléments de complexe d'enzymes pancréatiques.)

°Arrête de fumer. Hé ! [Duh!]

°Eliminez l'utilisation d'alcool.

Page 167

°Ayez une bonne nuit de sommeil. Ne soyez pas un oiseau de nuit. Des études ont montrées de manières répété que le manque de sommeil va grandement de pair avec la diminution de la sensitivité à l'insuline et le gain de poids non désiré, en plus d'autres problèmes. Essayer de dormir au moins six à huit heures chaque nuit, comme nous avons été conçus pour !

°Faite de l'exercice quotidiennement, ou au moins trois à cinq fois par semaine. De petites séances d'entraînement de haute intensité avec intervalle [short bouts of high-intensity interval training] ou un entraînement d'effort-et-résistance sont les plus efficaces. L'exercice à été démontré comme décidément aider à améliorer la sensibilité à l'insuline. Des exercices tel que ceux-ci effectués de suite après un repas contenant des glucides peut aussi aider à brûler une partie du sucre.

Page 170

En fait, le fructose est vingt à trente fois plus glycating (c-a-d, néfaste) que le glucose.

Page 71

Le moins vos légumes contiennent de sucre et d'amidon, le mieux !

Page 176

Enfin, prenez garde à quelle quantité de nouvelle forme « yuppie » de sirop riche-en-fructose sont vendus comme naturel, même un produit au non exotique appelé le sirop d'agave [agave nectar]. L'agave est en fait plus riche en néfaste fructose et, en tant que tel, potentiellement plus mauvais pour vous que le sirop de maïs à haute teneur en fructose industriel (à l'exception du fait que le sirop de maïs à haute teneur en fructose industriel est fait en utilisant des produits chimiques [synthetic chemicals] et des OGM). Le sirop de maïs à haute teneur en fructose contient environ 55 pour cent de fructose. Le sirop d'agave, par contraste, contient entre 70 et 90 pour cent de fructose ! Oui, l'agave à supposément un index glycémique bas. La belle affaire. Comme l'antigel et le Nutrasweet. Le marketing pour cette substance hautement raffiné a été brillant, cependant, et beaucoup de soi disant produit alimentaires bios ajoute maintenant de l'agave pas cher comme un sucrant supposément sain. Ne tombez pas dans le panneau... s'il vous plait.

[Ensuite il y a un passage sur le bénéfice de la réduction des calories, pour une vie plus longue, où il est recommandé de limité la quantité de protéines à 0,8 g par kg de poids corporel idéal, en ne dépassant pas les 0,95 g par kg de poids corporel idéal et en ne dépassant pas les 25 g en une seule prise.]

Page 208

La quantités d'insuline que l'on produit tout au long de nos vies détermine la durée de nos vie ! Et il apparaît que, moins on a besoin d'insuline, mieux c'est.

Page 209

C'est l'indice pour savoir comment on bat Mère Nature à son propre jeu. La régulation à la baisse de l'insuline (et des mTOR) détermine [triggers] la régulation à la hausse des réparassions et de la maintenance au niveau cellulaire qui nous permet de rester en bonne santé jusqu'à ce que la nourriture deviennent plus disponible et que nous puissions finalement nous reproduire. Bingo. C'est notre loophole magique. Et ce n'est pas un médicament, un supplément, ou quelque chose qui est cher ou compliqué à mettre en place. En fait, appliquer ce simple loophole va même vous faire économiser de l'argent—argent dans les magasin alimentaires et argent dans les soin de santé. Vous n'avez même pas besoin d'avoir faim. En plus, vous allez découvrir une vitalité et un sentiment de pouvoir personnel que vous ne pensiez pas possible que vous ayez. C'est une situation gagnant-gagnant, de tous les côtés.

Page 210

La recherche sur ce tableau à montrer que les individus qui vivent longtemps (animaux et humains) partages les caractéristiques suivantes :

°bas niveau d'insuline [low fasting insulin levels]
°bas niveau de glucose [low fasting glucose levels]
°bas niveau optimum de leptine
°bas niveau de triglycérides
°bas pourcentage de graisse corporelle viscérale
°plus basse température corporelle
°niveau de thyroïde réduit

Page 213

Il y a en fait plusieurs études plus récentes, aussi, qui montre des bénéfices pour la santé significatifs en ce qui concerne la restriction calorique chez les humains. L'étude par Rosedale et ces collègues dans The Journal of Applied Research démontre dans le contexte d'une clinique médicale outpatient qu'un régime riche en grisses (quantités illimités), adéquate en protéines (50-80 g par jour), et très bas en glucides, avec un ajout de quelques suppléments multivitamines et minéraux (avec aussi 2 000 mg de L-carnitine, 400 mg d'acide alpha lipoique, 100 mg de CoQ10, et 1 cuiller à soupe d'huile de foie de morue par jour) mène à une amélioration significative dans des facteurs de sérums reconnus lié au processus de vieillissement (le glucose, l'insuline, les leptines, les triglycérides) (Rosedale et al. 2009). On disait au patients de manger quand ils avaient faim.

Page 214

L'homocystéine vous fait vieillir rapidement et augmente significativement vos chances de tomber malade ! Les complexe de vitamines B (particulièrement B6, B12, et l'acide folique) sont une peu coûteuse assurance à cet égard, bien que je mette toujours un point à prendre au moins de la B12 dans sa forme methylcobalamin sous la langue pour assurer son absorption. Notez qu'un fort pourcentage de végétariens ont une tendance vers de haut taux d'homocystéine (Wadoa et al. 2004).

Page 215

Bien sûr, c'est facile de restreindre le total des calories avec des animaux de laboratoire, comme ils n'ont pas le choix. C'est tout autre chose de maintenir et de restreindre le total des calories consommées quand vous passez en voiture devant quinze fast-foods sur votre chemin vers la maison, êtes submergés par de constantes publicité manipulatrices, et avez un réfrigérateur et des placards plein de nourriture aux bouts de vos doigt affamés. A moins que, bien sûr, vous appliquiez le modèle de restriction-calorique d'une manière qui ne vous laisse pas dans la faim, ce livre vous dit exactement comment faire. Suivez juste les simples, les indications diététiques les plus basiques résumés ici pour manger de manière optimale, et vous vous sentirez pleinement satisfait, vivrez en meilleur santé et plus longtemps, et vous économiserez même en même temps pas mal d'argent ! Même en achetant les produits de la meilleure qualité, des viandes nourris à l'herbe, et des poissons sauvages, vous pouvez faire de bonne économies dans les magasins alimentaires. L'indication élémentaire à ce rappeler est celle-ci : beaucoup restreindre ou éliminer les sucres et les amidons (de préférence éliminer le gluten complètement) ; gardez votre apport en protéines adéquate (à peu près l'AJR : 44-56 g par jour ou 0,8 g de protéine / kg de poids corporel idéal), ce qui correspond à un total approximatif de 6 ou 7 onces d'oeufs bio, de viande nourris à l'herbe, de gibier ou de poisson sauvage par jour ; Mangez autant de légumes, « au-dessus-du-sol », sans amidon et vert que vous voulez ; et mangez autant de graisse (des morceaux les plus gras des viandes ou de poisson, de noix, de graines, d'avocats, de noix de coco, de beurre ou de beurre clarifié, d'olive, d'huile d'olive, et d'autres sources) qu'il vous faut pour satisfaire votre appétit. La ligne de fond ici est que la graisse alimentaire naturelle n'est absolument pas votre ennemie et que, en l'absence de glucides alimentaires et avec la quantité adéquate de protéine, manger de la graisse alimentaire naturelle peut résulté en une vie bien plus satisfaisante, longue et en meilleur santé générale. C'est simple, délicieux, et satisfaisant. La faim ou la sensation de privation n'est pas nécessaire, et vous obtenez le bénéfice d'entretenir une vie plus saine et plus longue tout en faisant des économies. C'est meilleur pour la planète, aussi.
Si vous ne faites rien d'autre de ce livre que ce qui est résumé dans le dernier paragraphe, votre santé et votre bien être changera remarquablement, et il y a des chances que vous vieillissiez bien plus harmonieusement et viviez plus longtemps, et vous pouvez le faire sans vous ruiner.
Et ce n'est pas de la monnaie de singe.

Je ne veux pas atteindre l'immortalité à travers mon travail ; Je veux atteindre l'immortalité en ne mourant pas.
WOODY ALLEN

Page 218

Jusqu'ici, le mieux prouvé, avec le meilleur rapport prix-efficacité, et l'outils le plus facile à utiliser que la plupart d'entre nous avons pour renverser les signes de vieillesse et améliorer la qualité et la quantité de vie est la minimisation de l'insuline en minimisant les aliments et les substances qui provoquent l'insuline—plus modérément un apport de protéine de qualité. La version modifiée de restriction calorique présentée dans ce livre peut marcher pour tous le monde, une approche bien plus à porter de bourse et durable que d'autres approches diététiques. Pour ceux qui peuvent ce l'offrir, aussi, l'ajout de trans-resveratrol à cet approche alimentaire peut avoir d'excitantes implications.

Page 230

Le cerveau utilise les cétones dans un état de cétone [ketosis]. La cétone cérébrale est prédominante [prevalent], il se trouve, chez les nouveaux nés nourris avec le lait de leur mère riche en graisses. Le changement vers la dépendance au glucose ne ce produit pas tant que les glucides ne sont pas introduits dans le régime de l'enfant.

Page 231

Le corps brûle de préférence l'excès de sucre à chaque fois qu'il est présent, principalement pour débarrasser le corps de cette substance néfaste de tout les moyens possible. Le sucre ou le glucose va aussi dominé comme source de carburant pour le cerveau quand une soudaine demande de grande énergie [turbocharged energy] advient, comme dans le cas d'une urgence. Un stock suffisant de glucide sous la forme de glycogène est toujours disponible dans le foie pour ça. Personne n'a jamais besoin de consommer des glucides pour que le glucose soit disponible pour le cerveau ou le corps quand nécessaire. Jamais.

Page 232

10 pour cent de la taille du cerveau humain a été perdu pendant le dernier siècle seulement, très certainement en résultat de la diminution de la quantité disponible d'EPA et de DHA alimentaire et la consommation croissante de nourriture raffinée (Leonard et al. 2003).

Page 233

Les huiles de poissons sont de loin préférables à l'huile de sésame [flax oil], comme beaucoup d'individus avec des difficultés d'apprentissage et autres problèmes mentaux, émotionnels, et des désordre cognitifs ont un manque connu de l'enzyme delta-6 desaturase nécessaire pour créer les EPA et les DHA depuis la forme parente d'omega-3 de sources végétales, ALA. Un petit 3-5 pour cent ou moins de l'ALA disponible (dans l'huile de sésame, les noix, et des sources similaires) devient de l'EPA. Encore moins devient le DHA, indispensable à la vie du cerveau (Enig 2001).

Page 234

La surconsommation d'huile végétales telle que les huiles de soja et de canola, qui sont presque toujours partiellement hédrogénées ; safflower, tournesol, et huile de maïs (omega-6) ; l'huile de graines de coton, qui est extrêmement riche en omega-6 proinflammatoires et même pas une source d'huile alimentaire ; les margarines et vegetable shortenings, qui contiennent des graisses hydrogénées trans ; et même un excès d'huile d'olive (omega-9) peut interférer avec l'utilisation par le corps des omega-3. Ces huiles végétales peuvent exacerber la résistance à l'insuline, menant à l'obésité, l'athérosclérose, et d'autres maladies, et quand elle sont trop raffinées ou rance elles peuvent provoquer des changement mutagène, menant à de nombreux cancers. A l'exception de l'huile d'olive, il vaut mieux éviter complètement la plupart des huiles végétales. On peut mettre de l'huile d'olive sur les salades ou les légumes vapeur, et comme accent sur de nombreux plats, cependant je ne recommande pas de trop l'utiliser ou de cuir avec comme elle peut facilement devenir rance quand elle est exposée à de hautes températures.
Les graisses hydrogénée et partiellement hydrogénées ne devraient jamais être utilisées. Jamais. Ne soyez pas bernés par les réclames de réduction des graisse trans dans les fast-foods ou les aliments raffinés ou pas les emballage qui annonce qu'ils contiennent zéro graisses trans, puis ensuite affiche dans les ingrédients de l'huile de soja, régulière, de l'huile de canola non bio, ou d'autres ingrédients partiellement hydrogénés. Les lois d'étiquetage permette actuellement une certaine quantité de graisses trans par boîte avant que ce soit nécessaire de l'indiquer. L'industrie alimentaire prends avantages de vides juridiques à chaque fois qu'il le peut. Il vaut mieux éviter les produits raffiné ou emballé à chaque fois que c'est possible.
La seule quantité de graisse trans sûre et zéro.

Page 237

L'élimination des graisse non naturelles de l'alimentation est essentielle. L'élimination du corps, des substances une fois ingérées et incorporées dans notre structure cellulaire peut cependant prendre du temps—jusqu'à deux ans (Enig 2001).

Page 241 et 242

L'utilisation régulière de supplément de vitamine B12 methylcobalamin sous la langue peut être spécialement utile à cet égard. La vitamine B12 peut être moins bien absorbé depuis la nourriture, ou même des pilules ou des capsules, par beaucoup de gens qui ont une digestion compromise. Il n'y a aucune toxicité associé à la vitamine B12 à aucun dosage. Il est bien mieux de supplémenté trop que pas assez. La déficience en vitamine B12 devient incroyablement commune, même chez les mangeur de viande. Une supplémentation régulière sous form sublingual est une bonne et peu coûteuse assurance.
Un facteur tragiquement ignoré et récemment reconnu dans de nombreux cas de ADHD implique une déficience d'iode [iodine deficiency]. L'iode est nécessaire et utilisé par chaque cellule de notre corps. Elle peut faire une grande différence dans de nombreux cas de ADHD et est une déficience commune dans de nombreux cas de cette maladie. Elle est aussi nécessaire pour le bon fonctionnement de chaque hormone, sans parler du fonctionnement normal de la thyroïde. L'absence d'iode dans la plupart de nos sols et aliments aujourd'hui n'est qu'une partie du problème. Le sel iodé (contenant de l'iodine et non de l'iode [iodine] élémentaire—seulement la moitié de la forme total d'iode nécessaire pour un fonctionnement optimum), qui est utile principalement pour limiter la goûte (et est généralement plein d'additifs indésirables, aluminium inclus), est de peu d'utilité pour fournir des niveaux de tissu suffisants des deux formes d'iode nécessaire dans le corps pour un fonctionnement optimum (Brownstein 2008).

La méthode de restauration de niveaux d'iode sains peut prendre plusieurs mois ou même plusieurs années pour certains, et il devrait être bien et attentivement compris. De haute dose d'iode, surtout quand elles sont administrés improprement, peuvent induire des réactions inconfortables de détoxication puisque l'iode déplace des halogènes toxiques et des métaux lourds tel que le mercure, l'aluminium, et l'arsenic. Un prudent et graduel renforcement des doses d'iode dans une bonne forme et immédiatement utilisable est très important.
Il est important de noter qu'une mauvaise application de supplément d'iode peut faire empirer les symptômes et accélérer la destruction glandulaire chez les personne diagnostiqués (ou non diagnostiqué) avec un désordre de thyroïde autoimmunitaire (ou maladie d'Hashimoto's). Il est primordial que les gens ce renseigne sur leur condition d'anticorps peroxidase thyroïde, d'anticorps antithyroglobulin et de problème de thyroïde autoimmunitaire avant toute supplémentation d'iode. Si il s'avère que vous avez la maladie d'Hashimoto, alors il est impératif d'éviter toute supplémentation d'iode. Dans ce cas il n'y a pas de problèmes avec de petites quantités naturellement présentes dans la nourriture ; ne vous supplémentez simplement pas. Notez que 80 pour cent ou plus des cas de faible fonctionnement de la thyroïde ont une relation de nature immunitaire, qu'elle soit diagnostiqué ou non diagnostiqué. Et 100 pour cent des cas d'hyperfonctionnement de la thyroïde sont de nature autoimmunitaire. Si vous avez un doute, faite vous tester, et évité la supplémentation d'iode en attendant les résultats.
Pour ceux qui peuvent ce supplémenter en iode, certains nutriments tel que le magnésium, le sélénium, les vitamines E, A, et D, et les vitamines complexe-B et complexe-C,en plus d'une supplémentation en sel de mer à plein-spectre (Celte) et des acides gras essentiels, sont essentiels à la bonne absorption de l'iode et à sa bonne utilisation dans le corps. Les détails sont au delà des limites de ce livre mais doivent être considérés. En même temps, soyez sûr d'inclure des fruits de mer, des algues [seaweed], ou du kelp dans votre régime quotidien, comme ils sont parmi les seule source alimentaire fiable d'iode. Le kelp et les fruits de mer sont des sources qui tendent à être bien tolérés par la plupart des gens. La supplémentation additionnelle d'iode (au delà des simples sources alimentaires) peut être essentielle pour beaucoup, et je vous encourage à rechercher un médecin naturel savant et qualifié pour vous guider à travers le processus de restauration des niveaux sain d'iode. La différence que peut faire un état appropriée d'iode n'est pas moins que miraculeux pour les gens en déficite (d'après le Dr. David Brownstein, plus de 96 pour cent des gens au Etats Unis), et ça en vaut bien la peine.

Note impotante : l'iode est nécessaire au bon métabolisme et à l'utilisation du cholestérol alimentaire. Les régimes à fort taux de cholestérol utilisent et requièrent ainsi légèrement plus d'iode.

Page 247

Il y a d'autres suppléments potentiellement utiles et des techniques pour améliorer la mémoire, mais la liste ci-dessus couvre certain des plus importants et les approches les mieux étayées pas les recherches. S'il vous plais ne vous sentez pas obligé de vous supplémenter avec tout ceci, mais considérer au moins les bases du régime et les suggestions de mode de vie. Ils font l'essentiel pour faire une réelle différence ! [They go a long way toward making a real differnce!]

Page 248

Plus de soixante-dix traces d'éléments ont été identifiés, ainsi comparativement peut ont encore étaient reconnus comme essentiels pour la santé. Les prendre dans un large spectre vous assure que vous n'allez pas manquer quelque chose dont la science n'a pas encore découvert la valeur. Parmi les sources les plus fiables de large spectre de traces d'éléments nécessaires à une santé optimal sont les fruits de mer en provenance ce l'océan [ocean-source seafoods], Les sels minéraux Celtic ou d'Himalaya riches en minéraux (bien plus goûteux et sain que le sel de table raffiné conventionnel), et les suppléments tel que ConcenTrace Trace Mineral Drops by Trace Minerals Research, qui et relativement peut coûteux, de grande qualité, et largement disponible.
Vous êtes priez d'éviter l'utilisation de ce qu'on appel les minéraux colloïdaux, popularisés il y a quelques années par le vétérinaire du nom de Dr. Joel Wallach. Ils contiennent souvent de dangereux taux d'aluminium et d'autres métaux lourds toxiques et devraient toujours être évités (Schauss 1997). Ils sont aussi très chers. Notez que cela ne fait pas référence à l'argent colloïdal (utilisé comme agent antimicrobe), qui tombe dans une catégorie différente.
La consommation de légume bio, qui ont poussé de manière biodynamique et aussi très utile, bien que la composition minérale des ces aliments est entièrement dépendante de la composition du sol sur lequel ils ont poussés. Les minéraux sont, en fait mieux absorbés et utilisés quand ils proviennent d'animaux ou de fruits de mer à par la ionisation par l'acide hydrochlorique et la chelation naturelle d'acides aminés. Un niveau adéquate d'acide hydrochlorique, en plus de graisses alimentaires et de nutriments liposolubles, sont nécessaires pour faciliter leur absorption. Parmi les traces de minéraux, la déficience en zinc est la plus communément associé à des problèmes d'apprentissage, d'ADD/ADHD, de dérèglement cognitifs, emotional lability, des comportements délinquants, et des problème d'alimentation. Le zinc est aussi critique pour l'immunité et une fonction digestive saine ; il se trouve principalement dans des aliments d'origine animal et est souvent en manque chez les gens dépressifs. La consommation de quantité significatives de soja, en particulier, aussi bien que de grandes quantités de grains et de légumes (du fait de leur acide phytique), est connu comme provocateur de déficiences en zinc.

Page 249

La supplémentation avec su sulfate de zinc en solution ou du zinc ionique ultra-bioavailable peut être nécessaire, en plus de l'augmentation de la consommation d'aliments riches en zinc, pour remédier à un état de déficience ; en tandem avec d'autres cofacteurs et nutriments, cela peut significativement améliorer les symptôme d'ADD/ADHD. Les comprimés et les gélules de zinc sont moins efficacement absorbés par ces gens qui ont les plus grandes déficiences. Aussi, faites attention à la surconsommation de cuivre en prenant des suppléments de zinc ou du cuivre est ajouté. Si vous avez une déficience en zinc, il est probablement mieux de prendre le zinc comme un complément isolé. Un simple, rapide, et peu onéreux teste de correspondance de zinc [zinc tally test] (un test de goût utilisant une solution de sulfate de zinc), fournis par la plupart des médecin naturels, peu rapidement, à moindre frais, déte
 

Goemon_

Jedi Council Member
Page 249

La supplémentation avec su sulfate de zinc en solution ou du zinc ionique ultra-bioavailable peut être nécessaire, en plus de l'augmentation de la consommation d'aliments riches en zinc, pour remédier à un état de déficience ; en tandem avec d'autres cofacteurs et nutriments, cela peut significativement améliorer les symptôme d'ADD/ADHD. Les comprimés et les gélules de zinc sont moins efficacement absorbés par ces gens qui ont les plus grandes déficiences. Aussi, faites attention à la surconsommation de cuivre en prenant des suppléments de zinc ou du cuivre est ajouté. Si vous avez une déficience en zinc, il est probablement mieux de prendre le zinc comme un complément isolé. Un simple, rapide, et peu onéreux teste de correspondance de zinc [zinc tally test] (un test de goût utilisant une solution de sulfate de zinc), fournis par la plupart des médecin naturels, peu rapidement, à moindre frais, déterminera assez fidèlement la présence d'une déficience en zinc.
Notez, aussi, que la déficience en zinc (comme toute autre déficience en minéraux) crée surtout un vide qui peut attiré des éléments hautement toxiques de structure similaire. Dans le cas de la déficience en zinc, cela signifie du cadmium (partie prenante de tous procédé cancérigène) et du mercure, qui cherche à remplacer le zinc dans les sites de récepteurs vacants—un vrai problème. Une des meilleur prévention contre la toxicité des métaux lourds et une saine suffisance en minéraux !
Le zinc et le cuivre sont deux minéraux qui travaillent ensemble mais qui requièrent un certain ratio pour travailler de manière optimale dans le corps humain. Le zinc doit être dans un ratio de 8:1 ou 12:1 avec le cuivre pour un fonctionnement neurologique et physiologique optimal. Quand le régime devient déficient en zinc, ou quand le corps perd de grandes quantité de zinc par le stress, ce qui peut tripler le taux d'excrétion du corps, ou dans le cas de régime à forte teneur en acide phytique (que l'on trouve dans le soja, d'autres légumes, et les graines), le ration ce rapproche de 1:1. Cela peut rendre le cuivre toxique, ce qui ce manifeste par les symptômes de déficience en zinc précédemment mentionnés tel que les difficultés d'apprentissage, l'ADD/ADHD, le dérèglement cognitif, emotional lability, et les comportements délinquants (Schauss 1997).
La supplémentation en zinc peut être nécessaire dans certains cas ou le stress, la déficience, ou les inhibiteurs alimentaires (c-à-d, les acides phytique des graines, légumes, et soja) ont été très présents pendant de longues périodes de temps. Le zinc monomethinine est disponible sous forme de pilules qui est préférable à beaucoup d'autres formes de pilules et que l'on trouve communément et à moindre frais dans les magasins de santé alimentaire [health food stores], bien que les formes ionique liquide et la solution liquide de sulfate de zinc ont une absorption et une biodisponibilité bien supérieure. Les formes ioniques liquides (sans ajout de cuivre) sont préférables dans les états de déficience marquée. Les doses saines pour le zinc sont 50 mg pour la forme hautement biodisponible et 100 mg pour la forme faiblement biodisponible pour un individu moyen. Le zinc ionique tends à être efficace même à de plus faibles doses. Les besoins individuels peuvent varier largement. Aussi les AJR pour ce nutriment sont bien plus bas—seulement 15 mg pour les hommes de onze ans et plus et 12 mg pour les femmes ni enceinte ni en période de lactation, par exemple—des doses bien plus grandes peuvent être nécessaires pour un temps pour traiter une déficience ou des conditions spécifiques. Les gens qui ont la pyroluria (voir appendice F) peuvent requérir de bien plus grandes doses que la supplémentation en zinc moyenne. La consommation moyenne par jour au paléolithique était probablement proche de 50 mg. Note : la toxicité du zinc est rare chez les humains. Les individus végétariens, végans, ou ayant un régime riche en soja peuvent être spécialement vulnérable à la déficience en zinc.

Page 256

L'iode requière des cofacteurs tels que des vitamines complexe-B et complexe-C, du magnésium, des vitamines complexe-E et du sélénium, un large spectre de traces d'éléments (en utilisant quelque chose comme le sel de mer Celtique), et des acides gras essentiels pour être bien absorbé par les tissus et utilisé correctement. Il est important que les niveau de tissus de ces nutriments cofacteurs soient sains avant une supplémentation en iode chez les individus avec des problèmes de thyroïde nonautoimmunitaire (pas la maladie d'Hashimoto). Un échec dans cette assurance peu amener des réactions inconfortables.

Page 258

Prendre des quantités excessives d'iode (ou trop, trop rapidement) peut entraîner des symptômes de detox inconfortables (ce qui ce réfère aux réactions d'Herxheimer) comme ces halogènes sont déplacés. Donc, il est important d'approcher la supplémentation d'iode avec soin, en connaissance de cause, et systématiquement, de préférence sous la supervision d'un médecin savant [a knowledgeable health care practitioner]. Les cofacteurs à l'iode (lestés précédemment) sont essentiels à une supplémentation d'iode réussit.

Le sel à large spectre, non raffiné, qui n'est pas ionisé est une très pauvre source d'iode, à propos, cependant il est très utile pour l'utilisation de l'iode par le corps. Parmi les meilleures sources de supplément en iode à au potentiel il y a l'Iodoral (qui combine les éléments iode et iodide, les deux formes donc le corps à besoin) et la solution de Lugol (surtout disponible sur prescription et à un goût horrible).

Cela peut prendre trois à six mois de supplémentation appliquée d'iode pour atteindre une suffisance complète d'iode à travers le corps (plus longtemps chez les gens qui ont des plus sévères exigences de santé), selon Brownstein, et des niveau de maintenance en supplémentation d'iode peuvent être requis pour un long moment pour beaucoup de gens. Pour plus d'information concernant le rôle de l'iode et les risques associés en cas de dérèglement thyroîdaux autimmunitaire et de la maladie d'Hashimoto (et la source ultime d'information et de ressources pour cette population), lisez Why Do I Still Have Thyroid Symptoms When All My Lab Tests Are Normal? Par Datis Kharrazian, D.H.Sc., D.C., M.S., ou allez sur le site web www.thyroidbook.com.

Page 264

Bien que cela puisse paraître très complexe, la formule fondamentale de base et l'approche diététique (présentée toute au long de ce livre) et en fait très simple. La plupart des suppléments est optionnel.

Page 267

°Parmi les acides aminés, la compétition entre chacun pour les sites de transport métaboliques à travers la barrière sang-cerveau tend à rendre la supplémentation en acides aminés plus efficace quand les acides aminés précisément désirés sont pris isolément les uns des autres, dans un estomac vide, et en l'absence protéines alimentaires.

Page 292

°Utiliser les sels d'Epsom dans votre eau de bain (deux bonne tasses) peut être un moyen peu coûteux d'absorber plus de magnésium détoxifiant (et ça détend) dans votre système à travers la peau dans un chaud et calmant bain d'eau. Ahhhh...

Page 297

A cause de ses assauts toxique [toxic onslaught], notre besoiin en antioxidants et les aliments qui nous aident à les produire en interne n'ont jamais étés aussi grands. Même si les légumes étaient en grande partie des sources optionnelles de nutriments chez nos primitifs, de notre passé de l'age glaciaire, le temps est venu d'accroître leur rôle dans notre régime moderne, pour apporter une pléthore variée de phytonutriments et d'antioxidants à nos cellules [beleaguered, embattled cells] et, jusqu'à un certain degré, pour apporter des fibres comme moyen d'attraper [binging] les xénoestrogènes cancérigènes, non désirés [unwanted, conjugated] et de les éliminer de nos corps, empêchant leur réabsorption. Les aliment végétaux sont probablement plus importants pour nous maintenant que jamais auparavant.
Nous devons éviter les légumes irradiés et traités chimiquement autant que possible en achetant dans les fermes locales, les marchés fermiers [markets farmers], et les coopérative [co-ops] et en cultivant nous même. Cela devrait être une grande priorité. Les suppléments alimentaires ont aussi un rôle à jouer en nous apportant des sources concentrés de nutriments clé et des antioxydants aussi bien liposoluble qu'hydrosoluble. La disparition [depletion] des nutriments dans nos sols et les autres facteurs modernes font aussi de la supplémentation, au moins jusqu'à un certain degré, une nécessité moderne.

Page 298

Les suppléments en nutriments antiglycation peuvent aussi ralentir un peu plus les ravages dégénératifs du glucose alimentaire.
Je recommande aussi l'utilisation de concentrés, non sucrés, de « boissons vertes » de qualité (en poudre, bio, légumes-verts-à-feuille et concentrés de phytonutriments) comme un moyen d'obtention d'une plus grande concentration de phytonutrition et d'apporter un boost nutritionnel détoxyfiant et alcalinisant aux produits autrement exempts de nutriments en provenance de nos sols vidés-de-nutriments. Ceci peut aussi être fait en utilisant des légumes vert à feuilles bio et un juicer ou un appareil Vita-Mix.

Pour trouver des sources de pures, naturelles d'eau en provenance de profonds puis artésiens près de chez vous, souvent à moindre frais ou gratuit, allez à www.findaspring.com et cherchez votre lieu. Il n'y a pas d'eau plus saine. Autrement, investissez dans le système de filtration de la plus haute-qualité que vous pouvez vous offrir. Le moins cher que j'ai trouvé qui est aussi portable et ne nécessite pas d'électricité (ce qui fait aussi de lui un idéal pour un préparatif d'urgence) et le Berkey Water Filtration System, disponible par www.directive21.com.

Page 299

Il y a de nombreuses techniques de gestion-du-stress allant de la méditation, du biofeedback, et du neurofeedback à des massage thérapeutiques qui devraient être incorporés dans la vie de tous le monde. Ce n'est pas un luxe ; c'est une nécessité absolue.
Nous devons aussi devenir activistes et on ne peut plus simplement accepter gentiment [complacently] les standards de santé et de nutrition établis et maintenus par les multinationales d'agriculture monoculturelle et les industries alimentaires ; les corporations médicales et pharmaceutiques ; et les autres intérêts corporatifs conduits par la gourmandise et l'ignorance (ou les agences de régulation tel que la FDA qui les réglementes [coddle them]).
Vous n'avez pas besoin de paranoïa pour faire attention. Soyez vigilant. Soyez au courant de ce qui ce passe autour de vous et avec votre fournisseur alimentaire. Il est important que nous ne perdions pas des temps et des énergies précieux simplement en pointant du doigt ce que nous estimons coupable [we deem guilty], mais que nous travaillions ensemble de manière constructive pour améliorer les conditions qui nous soutiennent.
Supportez le travail de la Fondation Weston A. Price et des autres groupes de défense de consommateurs qui s'efforcent de faire la différence. Votez avec vos dollars, et supportez les fermiers locaux qui travaillent dure pour faire ce qu'il faut. Achetez des produits locaux, de la vrai viande nourrie à l'herbe, des œufs et d'autres produits. Achetez dans les coopératives locales et dans les marchés fermiers autant que possible plutôt que dans les chaînes des grandes enseignes et rejoignez les communautés de programme de support de l'agriculture (CSAs) (voir l'appendice G pour les ressources). Et si vous avez les moyens, alors élevez simplement votre propre nourriture bio. Plus nous sommes autonomes [self-reliant], plus nous avons de contrôle sur notre fourniture de nourriture et plus notre nourriture devient saine et abordable.

Page 300

Ne doutez jamais qu'un petit groupe engagé de gens attentionnés peu changer le monde ; en fait, c'est la seule chose qui à toujours existé.
Margaret Mead, anthropologiste

Les hommes trébuchent occasionnellement sur la vérité, mais la plupart ce relève et ce dépêchent de faire [hurry off] comme s'il ne s'était rien passé.
Wiston Churchill

Page 317

Le magnésium stearat et l'acide stearic sont des additifs inutiles, et la plupart des sources commerciales contiennent des graisses trans. Une étude à l' University of Texas Health Science Center et à l'East Carolina University School of Medecine révèle que ces excipients toxiques provoquent un effondrement rapide de la fonction de la membrane T-cell et la mort des cellules, supprimant donc le système immunitaire (Tebbey and Buttke 1990).
Selon une autre étude, « Quand les cellules furent exposées aux acides steariques et palmitique, il y eu une perte dramatique de la viabilité des cellules après 24 heures. La mort des cellules fut induite par les acides stearique et palmitique » (Ulloth et al. 2003). Un article dans Townsend Letter for Doctors and Patients déclare, « l'acide stearique, le magnésium stearate, le calcium stearate, palmitae, et les huiles végétales hydrogénées sont des lubrifiants qui permettent au équipement manufacturés de fonctionner de manière plus efficace mais qui inhibe l'éventuelle dissolution des nutriments. L'acide stearique peut empêcher l'absorption par les individus avec des systèmes de digestion compromis. Le magnésium stearate et l'acide stearique présentent aussi le problème que la livraison de l'ingrédient actif puisse ce faire bien plus bas dans l'intestin que dans le site originellement désiré. Ce qui peut avoir pour résultat que le nutriment soit livré loin de son site d'absorption optimum. Cela peut non seulement empêcher l'absorption, et dans certains cas cela peut être dommageable pour le foie » (Czap 1999). Les auteurs d'une autre étude remarquent, « L'ajout de palmitae ou de stearat à des cultures de cellules mène à l'activation d'un programme de destruction avec une morphologie ressemblant à celle de l'apotosis. Les palmitates et les stearates entraînent les cellules cardiaques et d'autres types de cellule à subir un programme de mort des cellule » (Sparagna and Hickson-Bick 1999). Pas le genre de chose que vous vous attendez à trouver dans un supplément nourriture santé. Toutes les compagnies n'utilisent pas des sources partiellement hydrogénées de magnésium stearate, mais c'est impossible à dire uniquement en regardant l'étiquette. Mon premier choix est toujours une marque sans magnésium stearate et autres additifs. Un autre additif inquiétant est le titanium dioxide, qui « endommage rapidement les neurones à faible dose dans des cultures complexes de cerveau » (Long et al. 2007). Aussi, le titanium dioxide à récemment était classé par la International Agency for Research on Cancer dans le Groupe 2B cancérigène qui est « peut-être cancérigène pour les humains » (Canadian Centre for Occupational Health and Safety, 2006). Cette substance ce trouve aussi largement dans les cosmétiques et les lotions solaires. En plus, il a été fortement lié à des problèmes autimmunitaire (Klinghardt 2008). Ce n'est pas parce que vous trouvait un supplément dans un magasin de santé (ou une pharmacie) que ça en fait automatiquement quelque chose de sain pour vous. Lisez toujours les étiquettes, y compris les « autres ingrédients. »
Les sources de suppléments qui évitent le magnésium stearat, l'acide stearic, et le titanium dioxide, bien que, difficile à trouver, peuvent aussi améliorer la biodisponibilité des vitamines, minéraux, et autres nutriments et suppléments. Les suppléments exempts d'additifs sont typiquement disponible presque exclusivement chez les médecins [health care providers], mais il y a des exceptions. Pour vous aider, voyez la liste de ressources dans l'appendice G.

Page 319

Vitamine C complexé ; soyez sûr que la vitamine C que vous prenez est compléxé avec d'autres cofacteurs (bioflavinoids). Prendre de l'acide ascorbique seul peut mener à une purge [depletion] des autres cofacteurs qui finalement empêche l'utilisation correcte de l'acide ascorbique et peut en fait vous rendre déficient en vitamine-C !

Page 320

Ne dépensez donc pas votre argent en suppléments, sauf si vous pouvez vous payer les sources de meilleure qualité. Les marques bon marché peuvent en fait faire plus de mal que de bien dans certain cas du fait de leur mauvaise sources et des additifs.
 

Sentenza

Jedi
Merci pour ce travail, Goemon ! ;)

J'ai le livre (depuis peu), mais je dois dire qu'avoir cette traduction est bien appréciable! :cool2:



Thank you for this work, Goemon!

I have the book (recently), but I must say that having this translation is much appreciated!
 
Top Bottom