Séance du 10 février 2018

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.

_________________________________________________ _________________________________________________ __

Date de la séance : 10 février 2018

Laura, Andromeda et Artemis à la planchette

Pierre, Joe, Ark, Possibility of Being, Chu, Niall, Mikey, Scottie, Noko le Wonderdog, Le module lunaire, Princesse Leia

Q : (L) Quelle est la date ? C’est le 10 février 2018. Les suspects habituels sont ici. Je me demande si ce genre d’entraînement cérébral va nous donner des pouvoirs cérébraux ? Vous savez, j’ai ce jeu de solitaire. C’est l’ancienne version XP, et quand vous gagnez, toutes les cartes rebondissent vers le bas de l’écran. Pour moi, c’est TELLEMENT amusant. Ils se déclinent en trois configurations : avec des côtés blancs, des côtés gris, ou avec le noir le long des côtés. Donc, je compte toujours combien de noirs descendent parce que c’est un peu ...

(Artemis) Un jeu TOC !

(L) Eh bien, non, c’est comme...

(Ark) C’est rare.

(L) Ouais, les noirs sont rares. Alors j’essaie toujours de prédire combien de noirs vont apparaître. Et parfois, j’essaie d’augmenter le nombre de noirs, mais je n’ai jamais eu beaucoup de succès. Eh bien, après ma deuxième séance de neurofeedback, j’ai réussi à les rendre noirs au point d’en avoir HUIT. La moyenne sur les 52 cartes est d’environ quatre qui sont noires. C’est habituel. J’ai pu en avoir huit, et un jour j’en ai eu NEUF !

(Pierre) Donc, si vous en obtenez 10 c’est une preuve incontestable que vous avez un pouvoir cérébral spécial ?

(L) Je pense que d’en avoir 8 était une preuve irréfutable ! Et je joue à ce jeu stupide depuis des années ! Au moins depuis notre arrivée en France il y a 14 ans...

(Pierre) Vous pouvez demander aux C’s. Le neurofeedback favorise-t-il le développement de pouvoirs cérébraux spéciaux ?

(Joe) Spécifiquement par rapport au jeu de solitaire de Windows XP... [Rires]

(L) Eh bien, je ne sais pas... Peut-être que cela reflète juste l’état de votre cerveau ?

(Pierre) Alors, quand vous êtes détendu, vous obtenez plus de cartes noires ?

(L) Ouais. Eh bien... Bonjour ? Y a-t-il quelqu’un ? Nous avons bavardé un peu.

R : Fioineae Cassiopaea codeur génétique du futur.

Q : (Artemis) Vous allez nous coder ou quelque chose comme ça ?

R : Proche

Q : (Artemis) Donc vous êtes comme le futur Scottie ou Mikey ?

R : Proche

Q : (L) Est-ce que cela signifie qu’il y a des informations dans nos gènes qui sont renvoyées vers le passé depuis le futur ?

R : Oui

Q : (L) Eh bien, c’est plutôt intéressant. Je parlais justement de ce truc le neurofeedback et que j’ai remarqué une sorte d’effet de rétroaction du jeu de solitaire sur mon ordinateur. J’ai pu non seulement induire certains phénomènes à la fin du jeu, mais après la deuxième séance de neurofeedback, je gagnais deux fois plus que d’habitude. Est-ce un effet du neurofeedback, qu’il améliore ce genre de puissance cérébrale ?

R : Pour certains, oui.

Q : (Artemis) Épopée gagnante !

(Pierre) Donc, cela signifie que vous avez besoin d’une sorte d’habilités préexistantes ? Certaines personnes même si elles font du neurofeedback, n’atteindront pas de tels résultats...

R : Oui

Q : (Pierre) Alors qu’est-ce qui est si spécial chez Laura qui lui fait avoir une influence sur des événements aléatoires comme la couleur des cartes ?

R : Née de cette façon.

Q : (Artemis) Peut-être qu’elle est née avec ça...

(Andromeda) Peut-être que c’est Maybelline !

R : Dotation génétique pour PK.

Q : (Andromeda) Comme un X-man.

(Pierre) Donc, on dit PK, psychokinésie. La PK ne se limite pas au solitaire.

R : Oui

Q : (Artemis) Et il y a eu des moments vraiment bizarres où je cherchais quelque chose dans ma chambre, et j’ai réalisé que je le tenais dans ma main et je sais que je ne le tenais pas avant. Cela m’a énervé, et je pense que c’est peut-être lié.

R : C’est un codage génétique.

Q : (L) D’accord, quelles questions avons-nous ?

(Pierre) Je ne comprends toujours pas ce truc de codage... Ils l’ont déjà mentionné quand nous avions posé des questions sur ce jeu de gravité. Ils ont dit que les filles décodaient inconsciemment, et maintenant nous parlons d’un sujet similaire : PK. Et encore une fois, ils parlent de codage. Codage génétique... Y a-t-il un... Qu’est-ce qui est codé, et qu’est-ce qui est décodé ?

(Artemis) Sommes-nous des maîtres du code ?

(Joe) Le dernier maître du code.

R : Les codes s’expriment sous forme de vagues d’énergie.

Q : (Artemis) Pensez-y comme dans la Matrice quand il voit le code de la matrice et qu’il l’affecte. Quelque chose comme cela.

(L) Donc ils disent expriment... Les codes sont des informations. Ils sont stockés en tant qu’information. Ils s 'expriment comme énergie. Donc, si c’est le cas, alors la gravité serait-elle comme le code ultime ou l’information ultime, et l’électromagnétisme comme une expression d’information ?

R : Oui

(Pierre) Donc, si les codes sont impliqués dans la PK, et que les codes s’expriment comme des vagues d’énergie, cela signifie-t-il que dans ce monde la PK est basée sur des phénomènes énergétiques ?

R : Oui

Q : (Pierre) Eh bien, c’est très flou pour moi. Quand quelqu’un fait des trucs de PK, qu’arrive-t-il à l’énergie ? Qu’est-ce qui est particulier à un événement non-PK ? Est-ce que l’énergie est compressée, déformée, tordue ...

(L) De quoi parlez-vous ? L'événement PK vs le non-PK ?

(Pierre) À distance, je déplace ce cristal. Il y a de la PK entre l’expérimentateur et l’objet. Énergétiquement, que se passe-t-il ? C’est ma question.

R : L’information est envoyée.

Q : (Pierre) L’information est envoyée par l’individu à l’objet — sous une forme énergétique ?

R : Oui comme un appel téléphonique.

Q : (Pierre) C’est électromagnétique, et puis...

(L) Cela est décodé. Alors, question suivante ?

(Artemis) Pierre est toujours curieux... [rires] Donc, cette information qui est envoyée, c’est comme si essentiellement de la lumière était envoyée, oui ?

R : Proche

Q : (Chu) À propos du livre : « Guérir les traumatismes du développement »... Nous en discutions plus tôt, et à peu près tout le monde semble avoir un problème de connexion, quel que soit le style de survie qu’ils ont développé. Une possibilité est que les gens ont besoin de cela dans le cadre du « plan de vie » dans cette réalité afin qu’ils souffrent et apprennent ensuite sur une sorte de voie rapide. Et/ou l’autre possibilité est qu’il existe une sorte d’interférence des êtres hyperdimensionnels 4D SDS pour générer plus de souffrance.

R : Pourquoi pas une combinaison des deux dans certains cas ? Et ne pas oublier les influences des « vies antérieures ».

Q : (L) Une chose que j’ai remarquée à propos de ce dernier petit ensemble de livres sur lequel je suis arrivé en suivant mon flair... C’était comme suivre des miettes de pain. Je me suis retrouvée avec ce Samenow, puis le livre Guérir les traumatismes. Il me semble que ces deux approches, qui se concentrent plutôt sur les changements dans le présent et non pas sur ce qui ne va pas, sont probablement les expressions les plus pratiques de ce que nous appelons Le Travail — comme dans l’enseignement Gurdjieffien — que nous n’ayons jamais rencontré. C’est comme si nous avions parcouru livre après livre, chacun ajoutant un peu à l’image. Mais cela l’a ramené à un niveau si simple et pratique que presque personne ne peut le manquer. Mon sentiment est que quelque chose de très profond va sortir de cette petite expérience que nous faisons.

R : En effet. Tous les membres dans votre groupe devraient lire ces livres afin de démarrer rapidement les processus nécessaires pour atteindre la capacité de recevoir. Ceux qui ont été bloqués jusqu’à présent y trouveront un déblocage s’ils sont capables de recevoir.

Q : (L) Donc, vous suggérez que ceux qui lisent et peuvent l’assimiler... Nous avons vu cela se produire ! Les gens le lisent, et ils le comprennent VRAIMENT. Certaines personnes qui n’avaient pas vraiment compris ce que cela signifie quand vous dites que votre propre esprit peut être votre ennemi, le comprennent finalement quand ils apprennent au sujet des erreurs de pensée, que les émotions suivent des pensées, et ainsi de suite. Je pense qu’il est également vrai que les pensées peuvent être générées par les émotions, mais vous pouvez contrôler vos émotions avec votre pensée.

(Pierre) Pour certains membres, les réalisations sont très viscérales. C’est ressenti profondément, et non pas seulement comme un exercice intellectuel.

(L) Ouais. Eh bien, Jonathan Haidt parle du système corps-esprit comme d'un cavalier sur un éléphant. Les émotions sont l’éléphant, et l’esprit conscient est le cavalier. Il donne une représentation plutôt sombre de cela comme si aucun cavalier ne serait jamais vraiment capable de contrôler l’éléphant. Mais si vous suivez la méthode de Samenow et du Travail ainsi que la méthode stoïque paulienne pour gérer votre éléphant, vous pouvez peut-être développer votre cavalier au point où il est plus grand et plus fort. Vous pouvez peut-être lui donner quelques outils pour contrôler cet éléphant. Est-ce bien le cas ?

R : Oui

Q : (L) Le livre Guérir les traumatismes du développement explique comment vous devez savoir ce qui se passe. C’est la chose descendante. Vous devez connaître votre style de survie et vos erreurs de pensée afin de pouvoir les surveiller. En même temps, les gens qui ont longtemps suivi ces erreurs de pensée, ou ceux qui ont développé des erreurs de pensée en réponse à une situation spécifique lorsqu’ils grandissaient, ont aussi un éléphant qui est comme une sorte de ressort grincheux et qui sont réfractaires aux conseils et à la direction. C’est de là que vient le traitement ascendant. Il m’a semblé que le neurofeedback était probablement le moyen le plus efficace, car il aide à calmer le cerveau afin que le cavalier de l’éléphant ait une chance de grandir et de se développer.

(Pierre) Oui, et si je comprends bien, le neurofeedback empêche ce passage en mode sympathique où l’éléphant reçoit tout le pouvoir ; une fois que vous avez basculé en mode sympathique, c’est incontrôlable.

(L) Ouais, c’est le détournement fait par l’amygdale.

R : Bonne analogie.

Q : (L) Vous voulez dire le cavalier et l’éléphant ?

R : Oui

Q : (L) D’accord. Est-il possible pour nous de faire grandir notre cavalier et de lui donner des outils pour mieux contrôler l’éléphant ? Est-ce possible ?

R : Oui

Q : (L) Haidt donne l’impression que c’est sombre... C’est comme si vous n’alliez JAMAIS prendre le contrôle de cet éléphant.

(Pierre) Eh bien, ce n’est pas noir et blanc. Il dit que vous pouvez le pousser un peu ici et un peu là.

(L) D’accord, quoi d’autre ?

(Mikey) Ma question va dans le même sens. En 1994, lors d’une des séances, les C’s disaient qu’on pouvait n’avoir que des émotions positives si on le choisissait. Et puis ils ont apporté la connexion avec le centre de croyance. Je voudrais savoir s’il est utile de développer le centre de croyance parce qu’ils ont aussi dit que la plus grande partie du pouvoir nécessaire pour modifier notre physicalité et notre réalité réside dans le centre de croyance. Cela semble intéressant. Est-ce quelque chose sur lequel nous devrions travailler ? Et comment le faire ? La croyance est-elle quelque chose de vrai ou d’illusoire ?

(L) Joe n’a-t-il pas demandé quelque chose comme ça lors d’une séance précédente ?

(Joe) Vous devez vous débarrasser de toutes vos croyances et ensuite vous pouvez changer la réalité si vous n’avez aucune croyance limitative. Vous devez être complètement ouvert, et alors vous pouvez peut-être lire dans le champ d’information ou quelque chose. Et puis vous pourriez être en mesure de changer quelque chose.

(L) C’est comme se débarrasser des attentes ou des hypothèses sur la façon dont les choses vont se passer.

(Joe) Parce qu’elles sont limitatives, et vous n’avez pas tout le tableau. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Les gens pensent qu’ils vont changer la réalité avec un « rayon lumineux qui sort de ma tête et que je peux changer tout ce que je veux ». Mais cela ressemble plus à un processus bidirectionnel dans lequel vous vous engagez avec quelque chose d’autre. Vous devez vous mettre au diapason de quelque chose qui existe déjà et qui est objectivement réel afin de manifester ce potentiel de changement. Ce n’est pas comme si vous pouviez simplement imaginer n’importe quoi et faire en sorte que cela arrive. Exact ?

R : Oui

Q : (L) Eh bien, ils ont dit que le pouvoir de changer la réalité réside dans le centre de croyance de l’esprit. Mais ensuite ils ont aussi dit quelque chose à propos des émotions. Des émotions qui limitent, et ensuite des émotions qui aident à progresser... Donc, peut-être que la croyance que l’on doit cultiver — s’il y a lieu — est la croyance en des possibilités illimitées ET aussi dans la bienveillance de l’univers et du processus. Peut-être que c’est cela ?

R : Oui oui oui !

Q : (Joe) L’autre phrase était que la seule chose que vous devez faire avant de passer en 4D est de penser en termes totalement illimités. Cela ne signifie pas que vous devez être capable de penser à tout ce qui existe, mais...

(L) Vous devez être ouvert.

(Joe) Exact, pas d’attentes. Cela signifie se débarrasser de vos croyances les plus rigides sur les choses.

(L) Et je pense que cela revient d’une drôle de façon à ce livre « Guérir les traumatismes du développement ». L’un des problèmes d’un traumatisme précoce est que les enfants en viennent à croire que l’univers n’est pas un endroit sûr ou qu’il est effrayant. Ils ont juste des idées complètement fausses qui mènent à des erreurs de pensée. C’est quelque chose qui est préverbal...

(Pierre) Et très limitant.

(L) Et ce sont des choses que probablement le neurofeedback peut réparer plus facilement que toute autre chose parce que ce sont des choses qui produisent certaines ondes cérébrales qui persistent au fil du temps. Il n’y a pas d’autre moyen de les atteindre parce que vous ne pouvez pas PARLER de quelque chose qui est préverbal ! Vous pouvez avoir recours à une thérapie corporelle et passer des années avec un thérapeute, mais pourquoi le faire quand on peut y aller directement et changer les ondes cérébrales ? Et si vous changez les ondes cérébrales, le cerveau va changer. Exact ?

R : Oui oui oui !

Q : (Mikey) Donc, l’astuce consiste à se débarrasser des croyances négatives, puis de trouver des croyances positives et tout devrait rentrer dans l’ordre, n’est-ce pas ?

(Artemis) Non

(Joe) Non, pas de croyances positives.

(Andromeda) Les croyances sont contraignantes.

(Joe) Toute croyance fixe et rigide. Pensez à tous les livres que nous avons lus. Ce n’est pas que nous recueillons de l’information, mais plutôt que nous découvrons que toutes les choses que nous croyions savoir sont fausses. L’information contenue dans ces livres que vous lisez supplante les croyances plus limitées, cela vous donne une perspective plus large sur les choses. Mais ce n’est toujours pas toute la vérité. Peu importe le nombre de livres que vous lisez, vous ne pouvez jamais dire : « Je le sais à coup sûr ! » Ainsi, le processus d’apprentissage consiste à se débarrasser de choses liées à la limitation des croyances.

(Pierre) Ce que je comprends de cette discussion c’est que les croyances saines sont les croyances illimitées, mais...

(L) Pourquoi croire quelque chose ?

(Pierre) Oui ; les croyances par définition SONT limitantes. Si vous ne croyez pas ceci, alors vous croyez cela. Donc, je suppose que les croyances illimitées transcendent la notion même de croyance. Ça va au-delà des croyances.

R : Devenir comme de petits enfants...

Q : (Artemis) Curieux, mais sans parti pris ou croyances.

(L) Et aventureux, ouvert à l’expérience, et non formé avec des croyances. Et on espère que c’est un petit enfant qui n’a pas été traumatisé sur le plan développemental ! [rire]

(Chu) Je pense que cela se résume à ce que les livres disent, vraiment, c’est que si vous êtes dans le présent, vous devez arrêter d’avoir de fausses croyances. Au lieu de vivre dans le passé, vous passez dans un état où vous êtes à nouveau curieux. Donc, c’est une émotion positive à la fin, mais ce ne sont pas les émotions positives comme nous les comprenons habituelement avec tous les vœux pieux qui les accompagnent.

(Andromeda) Exact.

(Chu) C’est comme si nous vivions la vie comme une expérience, et...

(L) Comme, « C’est intéressant de voir ce qui se passe ensuite... »

(Andromeda) Mais vous avez toujours la capacité de ressentir des émotions négatives en réponse à quelque chose qui arrive. Ce qui serait correct.

(Pierre) Beaucoup d’événements de PK ou d’événements paranormaux impliquent des enfants. Et les enfants, comparés aux adultes, ont moins de ces croyances limitantes. Par conséquent, ils peuvent se connecter et expérimenter une plus grande variété d’événements.

(Artemis) Donc, fondamentalement, le neurofeedback plus la lecture aideront les gens à augmenter leur capacité de réception...

(L) S’ils appliquent ce qu’ils lisent...

(Artemis)... les aidera à devenir des conduits pour des forces positives dans l’univers.

R : Oui

Q : (L) Eh bien, j’ai été vraiment très impressionnée par mon petit jeu de cartes à l’ordinateur. Le plus drôle c’était que je jouais avec. Si j’essayais de le CONTRÔLER, il le bloquait.

(Pierre) Alors, quel était ton état d’esprit ?

(L) Simplement ouvert et j’observais, comme, « Eh bien, combien va-t-il en avoir ? »

(Pierre) Mais il y avait un intérêt.

(L) Il y avait de l’attention, de l’intérêt, de la curiosité, et simplement...

(Chu) Comme un enfant.

(Pierre) Voulais-tu plus de cartes noires ?

(L) Je voulais plus de noires, oui.

(Pierre) Donc, il y avait une intention. Mais ce n’était pas trop fort.

(L) Non. C’était simplement : « J’aime les noirs ! Combien y en aura-t-il ?

(Joe) C’est une bonne chose à faire parce que tu n’avais aucun moyen de décider comment cela allait se passer. Vous ne savez pas comment l’ordinateur les choisit. Mais dans d’autres domaines, vous pensez que vous savez comment quelque chose devrait se passer, et vous essayez de l’influencer directement comme : « Ça va arriver comme CELA... » Mais le processus à l’intérieur de l’ordinateur, cela arrive tout simplement. Donc, il ne vous reste plus que la manifestation d’une chose qui se retourne d’une façon ou d’une autre ou d’une couleur ou d’une autre. C’est plus facile de le faire avec des choses comme ça qu’avec des choses pour lesquelles on sait comment elles fonctionnent ou comment elles devraient se produire.

(Andromeda) Ou alors vous avez une croyance sur la façon dont cela DEVRAIT être...

(L) C’est là que tant de gens sont bloqués. Ils décident comment quelque chose devrait être.

(Pierre) Ce sont de fausses croyances. Beaucoup de gens considèrent ce que l’ordinateur génère comme étant aléatoire.

(L) Je pense que les ordinateurs sont très sensibles à l’énergie psychique et mentale.

(Pierre) C’est de l’électricité.

(Ark) J’ai une question à propos de la PK. Ainsi, l’expérience suivante a été faite : L’ordinateur générait des nombres aléatoires comme ceci. Il simulait des pièces de monnaie. Zéro ou un. Donc, il a généré cela, et cela a été enregistré sur une cassette. Quand il y avait, par exemple, un zéro, cela a été enregistré comme un son dans l’oreille gauche, et si c’était un, cela a été enregistré comme un son dans l’oreille droite. Donc, vous pouvez l’écouter. Ainsi, l’ordinateur a généré ces nombres, et a enregistré ces sons. Il y avait deux cassettes. Une copie a été faite à partir de la première cassette, donc il y avait deux cassettes. Puis, quelques jours plus tard, une de ces cassettes a été donnée à une personne, et cette personne était censée écouter la cassette et censée souhaiter plus de sons, disons, à l’oreille droite. Et ce fut un succès ! Mais les cassettes avaient été enregistrées des JOURS auparavant !

(Pierre) Rétro PK ?

(Ark) Oui, rétro PK. Cela peut-il arriver ?

R : Oui

Q : (L) Donc, il n’y a pas de temps.

(Ark) Pas de temps ? Pour interroger ? [rire]

(L) Non, la PK rétro enfreint le temps ou quelque chose.

(Ark) Oui. Donc, il y a une théorie qui parle des fonctions ondulatoires. Ainsi, toutes les possibilités sont ouvertes jusqu’à ce qu’une conscience choisisse d’écraser l’onde telle qu’elle est. Donc, jusqu’à ce que cette personne entende les sons, ils n’étaient pas encore enregistrés — même s’ils étaient censés l’être déjà. Il y avait encore des possibilités d’être enregistrées de cette façon-ci ou de cette façon-là. Et cette personne réduit les possibilités en une seule chose. Est-ce la manière approximative ?

R : Bingo ! Le chat est-il vivant ou mort ?

Q : (Joe) Dans cette expérience, les nombres aléatoires ont généré des bruits sur une cassette sans que personne ne l’entende, n’est-ce pas ?

(Ark) Oui. Personne n’écoutait.

(L) Alors qu’allons-nous faire si ce genre de choses entre en jeu avec notre neurofeedback ?

(Artemis) C’est déjà fait !!

R : Attention aux nombreuses anomalies !

Q : (L) D’accord. Question suivante ?

(Pierre) Concernant l’InfraBed, quelle est la meilleure approche en termes de durée des séances et de fréquence des séances ?

R : 1 à 2 fois par semaine. 25 à 40 minutes par séance.

Q : (Pierre) Une autre question : il y a des années lors d’une séance précédente, vous avez mentionné que l’Allemagne nazie était une répétition. La prochaine fois, qui va jouer le rôle des nazis et qui va jouer le rôle des juifs ?

R : Cela devrait être évident maintenant. L’objectif, comme nous l’avons dit, était/est d’éliminer les vrais Sémites du patrimoine génétique.

Q : (L) Eh bien... La question que j’ai — et je ne suis pas sûr que je l’ai jamais vraiment posée d’une manière aussi directe, ou si elle a vraiment eu une réponse — est : Qu’est-ce qu’un Sémite ?

R : Type génétique d’Asie centrale formé de deux lignées principales.

Q : (Chu) Quelles lignées ?

R : Kantekkien et Homo Sapiens.

Q : (Artémis) N’ont-ils pas dit que les Kantekkiens étaient les plus remplis d’énergies légères et super-puissantes à l’intérieur d’eux ?

R : Oui

Q : (Artemis) Alors, ils veulent se débarrasser de l’énergie super-puissante ?

R : Oui

Q : (Artemis) Diabolique !

(L) D’accord, question suivante ?

(Artémis) Sommes-nous sémitiques ?

R : Oui

Q : (Pierre) Donc, nous allons être les Juifs ?

(Artemis) Nous le sommes.

(Joe) Aucun d’entre nous ne provient de l’Asie centrale selon son ADN, n’est-ce pas ?

(L) Je pense que nous venons tous de l’Asie centrale en fin de compte.

(Joe) Pas dans nos résultats ADN...

(L) Euh hein ! Si tu fais toutes tes mitochondries et d’autres choses, tu te retrouvas toujours là-bas. D’accord, question suivante ?

(Artemis) OK, j’en ai une bizarre. Y a-t-il des gens qui vivent sur Terre et qui ne sont pas nés sur Terre ?

R : Cela dépend de la façon dont vous définissez « né ».

Q : (Artemis) Une dame vous a dans l’estomac... Ai-je besoin de vous dire comment cela fonctionne ? [rire] OK, est-ce qu’ils veulent dire des gens qui étaient des expériences possibles et qui sont nés d’autres façons ?

R : Oui

Q : (Artemis) Il y a des gens sur Terre qui sont nés d’autres façons et pas sur Terre ?

R : Oui

Q : (Artemis) Je le savais ! [rire]

(Joe) Que pensent-ils de Jordan Peterson ?

R : Grande âme.

Q : (Joe) Est-ce qu’il correspond au moins à une partie du profil entrant dans le cadre de leur grande prophétie, « L’aide est en route » ? Au moins une partie ?

R : En partie. Mais nous avons quelque chose d’un peu plus dramatique à l’esprit.

Q : (Pierre) Comme un bombardement cométaire ! [rire]

(Joe) « L’aide est en route » fait tomber le rideau.

(Pierre) Parlant du bombardement cométaire, il y a des années, il a été mentionné lors d’une séance que les marchés financiers étaient totalement truqués. Chaque jour, nous en avons la preuve. Je me demande si la réalité ne pourra jamais rattraper cette illusion financière ou si elle est totalement déconnectée. Pouvons-nous...

(L) Posez une question à la fois.

(Pierre) Les marchés financiers peuvent-ils être déconnectés pour toujours de la réalité ?

R : Non.

Q : (Pierre) Donc le prochain krach, sera-t-il orchestré par les opérateurs financiers, ou sera-ce la réalité rattrapant l’illusion financière ?

R : En grande partie le dernier.

(Scottie) Il peut être partiellement orchestré, et puis la réalité rattrape et le rend VRAIMENT mauvais...

R : Oui

Q : (L) Ouais, ils pensent qu’ils vont pouvoir l’écrouler et le ramener encore une fois.

(Scottie) Exactement. Ils pensent qu’ils vont pouvoir le contrôler, et ensuite : OUPS!

(L) Et puis ce sera comme tenir un tigre par la queue.

(Scottie) Ça va être génial. Je pense...

(L) Autre chose ?

(Ark) Oui. Je veux revenir à 1996. Novembre. À propos de la relativité d’Einstein. Ce qui suit est en ressorti : le temps n’est pas une dimension. Et ensuite la théorie de la relativité d’Einstein n’est que partiellement correcte. Maintenant, si le temps n’est pas une dimension, et si la théorie de la relativité d’Einstein est basée sur le fait que le temps et l’espace sont des dimensions de l’espace-temps, ma question est la suivante : Quelle partie de la théorie de la relativité d’Einstein est correcte ?

R : L’espace.

Q : (Artemis) La dernière frontière...

(Ark) D’accord. Ensuite, j’ai posé des questions sur la conscience. Et la réponse était que je comprendrais la conscience si je suis capable d’inverser la formulation de la gravité. Mais la formulation de la gravité selon Einstein repose encore sur l’espace-temps, où le temps est une dimension. Alors, comment puis-je inverser quelque chose qui ne va pas dès le début, puisque c’est basé sur l’espace et le temps ?

R : Remplace le temps par la conscience.

Q : (Scottie) Donc c’est l’espace-conscience au lieu de l’espace-temps. Le continuum espace-conscience !

(Joe) Pierre a posé des questions sur la répétition et qui seront les nazis et qui seront les Juifs cette fois-ci. Ils ont dit que cela devrait être évident maintenant, et que l’objectif était d’éliminer les vrais Sémites du patrimoine génétique. Est-ce que cela a quelque chose à voir avec l’idéologie de gauche radicale qui prend le dessus dans le monde occidental ?

R : Oui

Q : (Pierre) Les vrais Sémites, ont-ils des papilles supplémentaires, de goût moral ?

R : Oui

Q : (Pierre) Je le savais !

(Joe) Suggèrent-ils vraiment que toute cette idéologie de gauche radicale ira à l’extrême dans la société occidentale ?

R : Comme les nazis, ils vont essayer.

Q : (Pierre) Vont-ils réussir ?

(Joe) Pas de dés !

(Pierre) Un cataclysme va les arrêter.

(Joe) Eh bien, ce n’était pas un cataclysme qui a arrêté les nazis. C’était mère Russie.

R : Attendez et voyez !

Q : (Artémis) Connaissons-nous l’une ou l’autre de ces personnes qui sont nées ailleurs que sur Terre ?

R : Non

Q : (Artemis) Donc, aucune personne célèbre née... D’accord. [rire]

(Pierre) Elle est tellement déçue. Tu veux...

(L) Tu en veux un pour l’étudier, c’est ça ? [rire]

(Artemis) Je ne sais pas, peut-être qu’il y a un politicien ou un acteur célèbre ou quelque chose...

(Pierre) Elle voulait une célébrité !

(L) Il faudrait que ce soit John McCain ! [rire]

R : LOL !

Q : (L) Très bien alors, nous allons dire bonne nuit. Bonne nuit, dormez bien, ne laissez pas les squelettes mordre !

(Artemis) Attendez, nous devons leur demander s’ils ont quelque chose à nous dire avant de partir?

R : Non. Au revoir.

FIN DE LA SÉANCE
 

PERLOU

The Living Force
FOTCM Member
Un grand merci à l'équipe française pour cette nouvelle traduction si limpide...

A big thank you to the French team for this new translation so clear...
 

France

Jedi
FOTCM Member
Il y avait de l’attention, de l’intérêt, de la curiosité, et simplement...

(Chu) Comme un enfant.

Thanks a lot for this translation by the French's team.

I really appreciate.
 
Top Bottom