Séance du 11 mars 1995

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 11 March 1995

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
___________________________________________________________________________________________

Séance du 11 mars 1995 :

Participants : « Frank », Laura, Terry, Jan, SV

Le jour même de cette séance, nous avions fait une petite démonstration lors de la réunion du MUFON du coin. Un des membres de l’assistance avait placé un gaussmètre sur la table à côté de la planchette et à chaque fois que les C’s répondaient à une question, l’aiguille faisait un plongeon. (Gaussmètre : instrument pour mesurer l’intensité des champs magnétiques.)

Q : (L) Bonjour.

R : Vrais ovnis SV.

Q : (T) Le mot s’efface de la planche car la surface est trop lisse pour que l’encre ne tienne. {Nous utilisions une nouvelle planche et avions ajouté plusieurs mots et des signes de ponctuation.}R : Densité.

Q : (T) Est-ce satisfaisant même si le mot « densité » s’efface ?

R : Perdre en densité est une expérience courante.

Q : (J) Parlons-nous de faire un régime ?

R : Plusieurs interprétations.

Q : (T) J’adore l’humour !

R : L’humour est bénéfique.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Sorra.

Q : (T) Salut, Sorra ! (L) Et d’où venez-vous ?

R : Salut, Terry ! Cassiopée.

Q : (T) Nous avons apporté une nouvelle planche. Elle marche bien.

R : Faites-en une habitude s’il vous plaît !

Q : (T) Oui, en effet, on aime tous la nouvelle planche !

R : Lisse, aurait incité les autres à observer avec étonnement ! [Rires] Utilisez cette planche-ci ou une similaire pour la prochaine démonstration s’il vous plaît.

Q : (L) Nous sommes désolés d’avoir dû utiliser l’ancienne planche pour la démonstration. (T) On a totalement improvisé ! Avons-nous fait une bonne démonstration aujourd’hui ?

R : OK aujourd’hui, nous nous amusons vraiment avec cette planche. Nous l’adorons !!!!!!! [Rires] Ouais ! C’est Deanorrilloa, je suis aussi impressionné ! Oppilmno, moi aussi ! Votre énergie atteindra des niveaux fabuleux ce soir !

Q : (J) Cela a-t-il un rapport avec la démonstration que nous avons faite aujourd’hui {À la réunion du MUFON.} et la nouvelle planche ?

R : Oui !!

Q : (J) Les gars, vous allez vous faire un coup du lapin à bouger aussi vite sur la planche !

R : Vous êtes bons !

Q : (T) On le doit à nous tous !

R : Oui.

Q : (L) Parlez-nous de la réaction générale…

R : [Mike F] veut revenir ! {MF, soi-disant enquêteur pour le MUFON. Quand j’avais travaillé avec Candy, l’abductée, il avait considéré son cas comme une opportunité pour devenir célèbre, avait commencé à la manipuler et avait fini par avoir une liaison avec elle.}

Q : (T) Que veut F__ ? Oui, on l’a convaincu aujourd’hui. Pourquoi veut-il revenir ?

R : Vous êtes un channel puissant, il sait reconnaître une personne légitime quand il en voit une, vous savez ! Et c’est un chercheur légitime qui s’est simplement empêtré dans un état émotionnel.

Q : (L) Je croyais que vous aviez dit que c’était un agent des Lizzies ?

R : Agent provocateur.

Q : (T) Ils ne disent pas qu’on devrait le laisser revenir ; ils disent seulement que c’est ce qu’il veut.

R : Tout dépend de vous.

Q : (L) Quel a été la réaction d’Andrew B ? {Censé être le plus grand initié de la Golden Dawn de la région. C’était un immense frimeur !}R : Enthousiasme.

Q : (T) Ça ne me dérangerait pas qu’Andy vienne si vous êtes d’accord. Ça ne me dérange pas tant qu’il ne traîne pas avec F__. Il fait ce qu’il veut avec F__ du moment qu’il n’amène pas son énergie ici. Seul MF peut faire ça. (L) Qui était le barbu grisonnant ?

R : Barth H__.

Q : (T) Qui diable est Barth H ? (J) Qui était le type qui portait un casque colonial ? (L) Il vient souvent à la réunion de Leonard. Vous avez dit l’autre jour que la démonstration que nous avons faite aujourd’hui était un événement prédestiné.

R : Oui.

Q : (L) Maintenant que nous l’avons faite, dites-nous quel était le dessein ou le but de cette destinée ?

R : Éducation de ceux qui pourraient bénéficier d’une petite redirection.

Q : (L) Tous ces gens là-bas avaient une certaine ouverture d’esprit. Je veux dire qu’on ne peut quasiment pas traiter avec le milieu de la métaphysique car ce sont généralement des fondamentalistes qui ne se l’avouent pas. (F) Oui, ils semblaient plus équilibrés que certains de ces « new agers ». (J) Pourquoi y avait-il autant d’interférence quand le groupe est venu assister à une séance ici l’autre jour et qu’il n’y en avait pas aujourd’hui ?[^5]R : Mieux ancré.

Q : (T) Ça a aussi été un bon exercice de le faire avec plus de monde.

R : Avez-vous remarqué l’ouverture accrue ?

Q : (L) Oui, nous avons remarqué. Quelle en était la raison ?

R : L’ancrage entraîne moins d’interférence, entre autres choses.

Q : (T) Quand GB {Ancien directeur régional du MUFON.} et les autres étaient là, c’était la première fois qu’autant de personnes étaient présentes et dirigeaient leur énergie vers le canal qui s’est donc ouvert et ancré plus largement. (J) Plus nous amènerons de personnes ayant la bonne attitude, plus il sera ancré.

R : Non, c’est une circonstance naturelle des événements quand cela survient.

Q : (L) Ai-je raison de penser qu’aujourd’hui c’est le fait d’avoir expliqué assez clairement le processus, énoncé les paramètres, et précisé aux gens le genre de questions que nous accepterions qui a instauré cette protection ?

R : Oui.

Q : (L) AB voulait que nous demandions combien de chromosomes possédait l’être humain à l’origine.

R : 135 paires.

Q : (T) Et maintenant, on en possède 23 paires. On a donc perdu pas mal de chromosomes. (L) Un tas ! (T) Les retrouvera-t-on tous ?

R : Tu verras bien.

Q : (L) Je veux en savoir plus sur ce type qui a construit le Château de Corail. Nous sommes allés voir Hilliard, comme vous le savez. Il a eu un accident après notre visite ; le lendemain même en fait. Cet accident a-t-il été provoqué pour l’empêcher de communiquer plus avant avec nous ?

R : Ouvert. Appelez-le et demandez-lui des détails si vous voulez.

Q : (L) Au cours de la conversation, Hilliard nous a parlé de l’homme qui a construit le Château de Corail. {Leedskalnin.} Il avait, apparemment, trois objets dans ses quartiers privés : un lit, une table, et une balançoire constituée d’un siège d’avion, avec toutes ses ceintures de sécurité, suspendu au plafond par une chaîne. Est-ce que…

R : Tu as tout saisi, parce que tu es en train d’apprendre et de ré-agencer ton ADN en conséquence de cet apprentissage et d’autres activités.[^8]Q : (L) OK, donc ce dont SV et moi avons débattu à propos de ce mystère, cela constituait un processus de compréhension quant à la manière dont cet homme a accompli ces prouesses remarquables d’ingénierie et de construction, c’est bien ça ?

R : Hypnotise SV si tu veux.

Q : (L) SV pourra-t-elle accéder à cette connaissance grâce à l’hypnose ?

R : Que penses-tu qu’il est arrivé à SV dans sa vie, et pourquoi est-elle tourmentée par des pensées sur sa réalité personnelle qu’elle choisit de ne pas révéler ?

Q : (S) Je pense que tu ferais mieux de m’hypnotiser. J’ai des pensées lancinantes, mais… (T) Quelque chose en est-il ressorti ? (S) À propos de ma personnalité, je doute de moi, je ne sais pas. C’est comme un grand point d’interrogation. (T) Veux-tu creuser cette question ? Et ils ont commencé en disant « Vrais ovnis, SV ». Qu’est-ce que ça veut dire ?

R : Qu’est-ce que ça veut dire, en effet ![^9]Q : (S) Plutôt que des projections, je suppose ? (L) OK, les gars, connectons nos neurones !

R : Inutile de connecter vos « neurones », utiliser vos chakras fera l’affaire !

Q : (L) Ne connectez pas vos neurones, connectez vos chakras ? Comment connecter nos chakras ? (T) Je ne savais pas qu’on pouvait les connecter ! (S) Ils sont toujours tous connectés. (L) Mais je veux dire, comment les connecter entre nous ? (S) En y pensant, je suppose.

R : Découvrez.

Q : (L) Pouvez-vous nous donner un indice ? (T) La méditation ?

R : Vous êtes à côté de la plaque, ne cherchez pas, laissez faire le moment venu.

Q : (T) C’est assez simple. (S) Que veut dire « vrais ovnis » ? (L) Oui, vous avez commencé par ça, qu’est-ce que ça veut dire ?

R : Demandez à SV !

Q : (L) C’est sûr qu’on va lui demander. (S) Je n’ai pas connaissance d’avoir jamais vu un ovni. J’en ai peut-être vu un, mais je ne m’en suis pas rendu compte. Cela a-t-il un quelconque rapport avec le fait que j’ai été adoptée ?

R : Peut-être.

Q : (L) Tu es peut-être une alien, SV. (T) Es-tu membre de la Fédération d’Orion ? [Rires] (S) Le suis-je ?

R : Humour.

Q : (S) Tu dois vite m’hypnotiser, je meurs de curiosité. (L) Tu ne mourras pas, promis. (T) Oui, tu vis à Curiosité-Ville. (S) J’ai fait des rêves parcellaires vraiment étranges dernièrement. Uniquement des genres d’aperçus… (T) Dernièrement ? Jan ou moi n’avons pas fait de rêves dernièrement, pas depuis le dernier dont on a parlé, mais Jan a vu quelque chose de ses propres yeux l’autre nuit. (L) Oui, quel était ce phénomène visuel dont Jan a fait l’expérience l’autre nuit ? (T) C’est peut-être la troisième ou la quatrième fois que ça lui arrive au fil des ans.

R : Développement de brin en cours.

Q : (J) C’est ce que je pensais.

R : Si c’est ce que tu pensais, pourquoi freiner, ne vois-tu pas que tes facultés augmentent ?

Q : (T) Tu viens juste d’apprendre ce que tu devrais faire la prochaine fois que ça arrive. Quand ça a commencé, je lui ai dit qu’elle devrait se relaxer, dépasser le stress et la peur, simplement observer et voir ce qui se passe. (L) Oui, on a tous vécu certaines expériences étranges. (T) Oui, pour moi, c’est plus facile à dire qu’à faire, et c’est vrai pour nous tous. (L) Et c’est différent pour chacun de nous.

R : Oui.

Q : (J) De quelles sortes de facultés parlez-vous ?

R : Voyance !

Q : (J) OK, bien…

R : Arrête de résister au phénomène ovni, accepte tout simplement.

Q : (L) Qu’est-ce qu’il y a ? Est-ce que tu résistes, Jan ? (J) Je pense que je suis toujours sceptique, oui. (L) Tu plaisantes ? J’imagine que tu as besoin d’en voir un, je suppose. Ça m’a bien guérie. [Rires] (J) Je n’ai eu aucune garantie. (S) Moi non plus, pour autant que je le sache. [Rires] (J) Je veux dire, je suis au courant de tous ces trucs… (T) Pouvons-nous prévoir quelque chose pour qu’on voie tous où vous êtes ?

R : Vous pouvez prévoir n’importe quand. Laura, plus de caféine, s’il te plaît.

Q : (T) Vous voulez du café les gars ? Puis-je vous demander s’il se pourrait que vous soyez accros à la caféine et que vous ne pouvez en avoir qu’à travers nous ?

R : Ouvert. Comment un être de lumière de 6e densité devient « accro » à quoi que ce soit de 3e densité ?

Q : (S) OK, Terry, tu ferais mieux de leur expliquer ! (T) Ça passe par la fréquence de notre transmission. (L) Est-ce que vous recevez de la caféine quand j’en bois ?

R : Non.

Q : (T) Est-ce que vous recevez la dose de changement de fréquence que ça apporte ?

R : Si oui, tant pis ! [Rires]

Q : (L) Je pense que ça nous permet de veiller avec eux.

R : Oui.

Q : (T) Oh, allez ! Vous en retirez bien un petit quelque chose ! Si, si ! (J) Vous préférez le café corsé ou non ?

R : Terry, qu’est-ce que tu as fumé ?

Q : (T) Oh ! Ils en veulent aussi ! Ho-ho-ho, humour, humour. (S) C’est les cigares que tu fumes, Terry !

[Pause-café]

Q : (L) Je suppose que vous/nous avez écouté notre/votre conversation à propos des finances…

R : Comme toujours.

Q : (L) Maintenant, nous aimerions savoir si vous pouvez nous donner des tuyaux quant à la manière de gérer la situation, ou du réconfort, car nous sommes toujours de 3e densité et avons besoin de paroles rassurantes à certains égards.

R : Vous êtes encore suffisamment de 3e densité pour avoir besoin d’un tas de choses, mon cœur !

Q : {Ooooh !}(L) Oui, mais vous n’avez pas répondu à la question ! (T) Ils sont doués pour ça.

R : LLG Revoir les souvenirs.

Q : (L) OK, vous avez dit que vous procédiez à des arrangements financiers pour nous…

R : LLG LVZLEGBR

Q : (L) Est-ce un code ?

R : LVZ, LE, GBR…

Q : (Laura et Jan) LEVEZ LE GIBIER ! {Grognements}

R : Comme vous le faites, travaillez en réseau !

Q : (L) Donc, on doit rassembler davantage de matière, envoyer davantage de trucs et faire comme l’a dit Frank, chercher des mécènes, etc.

R : Demandez à GB pour l’argent, il ne donnera probablement rien, mais il peut connaître quelqu’un qui le fera ! Voyez-vous le processus maintenant ?

Q : (S) Une subvention gouvernementale ? [Rires]

R : Nyet.

Q : [Éclats de rire] (T) Demandons à Newt ! (L) Nyet pour Newt ! (T) Demander à GB ?

R : Nyet pour Newt ! Humour.

Q : (T) Donc, il n’y a pas de républicains au 6e niveau… Maintenant, Laura, qu’est-il arrivé quand tu cherchais le bon maître Reiki ? (L) J’ai demandé si je connaissais quelqu’un qui connaissait quelqu’un qui connaissait le bon Reiki… (T) Et les Cassiopéens ont répondu HD. Et quand ils ont répondu ça, tu as dit : « Mais Helen ne croit pas au Reiki ». Pourtant, Helen connaissait la personne de lignée adéquate et aux bons enseignements.

R : Aie confiance.

Q : (T) Mais tu ne savais pas qu’elle connaissait quelqu’un, pourtant elle t’a envoyée vers la personne que tu avais besoin de trouver. (L) Exact. (T) Et maintenant, ils suggèrent GB. Il ne nous aidera pas, mais il nous dira d’aller voir quelqu’un. N’est-ce pas la même chose ? (J) Il crache tous les mois pour payer le bulletin d’information du MUFON, et ça coûte 150 $ par mois pour l’imprimer. (L) Jan, tu ne voulais pas poser une question ? (J) Si… Je voulais les interroger sur le « psycho-pouvoir ». (L) Où est l’enveloppe qui contenait l’annonce ? La voilà… il y a ce truc de psycho-pouvoir… (J) Oui, et comment se fait-il qu’ils aient mal orthographié mon nom… {Laura agite l’enveloppe en l’air.} (L) Vous voyez ça, les gars ? Nous aimerions savoir si c’est…

R : « Karnak le Magnifique ».

Q : (J) Oh ! (L) Qu’est-ce qu’il y a ?

(J) Eh bien, cette confirmation me suffit !

(L) Qu’est-ce que tu veux dire ?

(J) On a parlé de Karnak dans la voiture en venant aujourd’hui ! Tu sais, le sketch de Johnny Carson. (L) Oh ! (T) Karnak donnait la réponse à des questions qui se trouvaient dans des enveloppes fermées. C’était toujours une blague. Il donnait une réponse franche à une question qui était une blague. Je me souviens de « Gros Coco a eu un bel automne », et la question était « Qu’est-il arrivé à Gros Coco quand mesdemoiselles Septembre, Octobre, et Novembre ont emménagé chez lui. » {Grognements} De mauvaises blagues.

(F) Il utilisait fréquemment des jeux de mots dans ce sketch. Si l’on parlait beaucoup de quelqu’un dans les journaux, il disait quelque chose du style « Alexander Haig », et ensuite il ouvrait l’enveloppe et la question était « Qui est le père du fils d’Alexander Haig ». {Grognements}

(L) Bon, on peut donc économiser notre argent.

(J) Les gars, je reste dubitative à ce sujet…

(L) Qu’est-ce que tu veux dire ?

(J) Tout ça… Je suis vraiment… et pour que ça surgisse comme ça après que Terry et moi en plaisantions dans la voiture en venant ici, et ils ont précisément choisi ça… je suis scotchée… Je suis désolée. {Les larmes lui montent aux yeux}

(F) Pas de problème. Tant que tu ne reçois rien en quoi tu peux littéralement avoir confiance, ce n’est pas vraiment réel pour toi.

(J) Oui, comme pour Laura…

(L) En fait, le plus grand élément a été…

(J) George R. Kidd… {Nom que portait mon fils lors de sa précédente incarnation. Voir l’article de Tom French, « The Exorcist in Love » du St Petersburg Times, pour les détails.}

(L) En fait, il y en a eu plusieurs… le truc du 666 n’était dans l’inconscient de personne, je le sais… aucun de nous ne pouvait connaître l’équivalence nombre-lettre copte… et le truc de…

(J) Je pense qu’on doit tous avoir nos trucs personnels…

(L) Et j’ai dû en avoir beaucoup, mais là encore, malgré l’accumulation d’éléments, il m’arrive encore de douter de temps en temps…

(J) Nous le faisons tous…

(L) Qu’est-ce que c’est, est-ce qu’on se leurre, est-ce une supercherie de maître élaborée par une entité ? Nos propres esprits ?

(J) Mon amie Ann de Palatka qui publie ce bulletin, l’UFOlogist. On a un peu joué avec la planche un week-end où j’étais allée chez elle. On a capté une entité vraiment étrange, et ça n’a pas donné grand-chose, mais on a reçu une phrase très claire que j’avais entendue à la télévision plusieurs jours auparavant. Et l’autre fois où j’ai été surprise, c’est quand la veille d’aller à ce gala de bienfaisance le premier mot qui a filtré était « poinsettias », et l’on a demandé ce que ça voulait dire et les Cassiopéens ont répondu que ça leur était juste venu à l’esprit. Eh bien, le lendemain, quand on est allé à ce gala, il y avait des poinsettias partout.

(T) Oui, le club de loisirs était rempli de poinsettias.

R : Pose ta main.

{Laura avait retiré sa main pendant qu’elle cherchait des papiers et repose sa main sur la goutte à cette demande.}

Q : (T) D’accord, que…

R : Mets ta main dans la main des Cassiopéens ! Mets ta main dans la main de l’« Homme » qui chevauche l’Onde ! [Rires]

Q : (T) Oh, je l’adore celle-là. (L) Bon, il faut en venir à nos questions… (J) GB pense que nous devrions rassembler les prédictions dans un livre… (L) Je pense que les paroles de Jésus s’appliquent bien à cette question : « Les gens d’aujourd’hui, qui sont mauvais et infidèles à Dieu, réclament un signe miraculeux ». (T) On en parlait dans la voiture tout à l’heure… que les prédictions sont des éléments mineurs comparées à ce qu’on reçoit, et si on a la connaissance, on n’a pas besoin de prédictions, car on sait déjà que quelque chose va arriver, et on sait que les choses ne sont pas nécessairement « établies » avant qu’elles n’arrivent…

R : Demandez.

Q : (L) Vous nous avez dit que le temps était une illusion apparue au « moment » de la « Chute » au Jardin d’Éden. Mais vous nous avez aussi laissé entendre que d’autres illusions avaient été mises en place à l’époque…[^11]

R : Le temps est une illusion qui a prise sur vous en raison de l’altération de votre ADN.[^12]Q : (L) OK. Quelles autres illusions ?

R : Le monothéisme, la croyance en une entité toute-puissante séparée.

Q : (L) Qu’y a-t-il d’autre comme illusions ?

R : Le besoin de grandeur physique.

Q : (L) La focalisation sur le physique comme ce à quoi on doit s’accrocher ou préserver. (T) Le mot clé, en ce qui concerne le monothéisme, c’est « séparée » ?

R : Oui.

Q : (L) Une autre illusion ?

R : La focalisation linéaire.

Q : (L) Autre chose ?

R : L’unidimensionnalité.

Q : (L) Le voile… (J) La perception d’une seule dimension… (L) Ces illusions ont-elles été programmées en nous génétiquement via notre ADN ?

R : Pas loin.

Q : (L) Y en a-t-il d’autres que nous devions aborder ?

R : En as-tu fini avec ce concept ?

Q : (L) Eh bien, je ne sais pas. Pouvez-vous nous parler un peu de la façon dont ces illusions nous sont imposées, comment nous les percevons ?

R : Imagine : quelqu’un ouvre une porte et par l’ouverture tu aperçois un chaudron d’or ; avant de passer le seuil pour t’en emparer, est-ce que tu te demandes si un serpent venimeux est caché derrière la porte ?[^13]Q : (L) Que représente l’or ?

R : La tentation de la limitation.

Q : (L) Que représente la porte ?

R : L’ouverture à la limitation.

Q : (L) La limitation a été présentée comme un chaudron d’or, alors qu’en réalité elle ne l’était pas ? Était-ce une arnaque ?

R : Que représente le serpent ?

Q : (T) Les Lézards ? (J) Le danger. (L) OK, qui a ouvert la porte ? (J) Nous. (T) Non, c’est quoi le serpent ?

R : Non.

Q : (L) Cela veut-il dire que ce n’est pas nous qui avons ouvert la porte ?

R : Oui.

Q : (T) Qui a ouvert la porte ?

R : Les Lézards.

Q : (L) Donc, nous avons littéralement été… (T) C’était qui le serpent ? (J) Les Lézards, ce sont eux le danger…

R : Non !

Q : (L) Qui était le serpent ?[^14]

R : La conséquence d’avoir cédé à la tentation aveuglément ; d’avoir sauté avant de regarder.[^15]Q : (J) Donc, nous devrions être prudents. (T) D’accord, c’était quoi le serpent ? (J) La conséquence d’avoir cédé à la tentation. Le serpent représente le coup classique… (L) Donc, ce que vous êtes en train de nous dire, c’est que le récit de la tentation au Jardin d’Éden est en fait l’histoire de l’humanité se retrouvant dans cette réalité-ci parce qu’elle a cédé à la tentation. Goûter au fruit de l’Arbre de la Connaissance était donc…

R : Céder à la tentation.[^16]Q : (L) Et c’était une ruse…[^17]

R : Non ! Les ruses n’existent pas !

Q : (L) Il y a un problème, là. (T) D’accord, ce n’était pas une ruse ; un piège ?

R : Non ! Les pièges n’existent pas non plus. Votre libre arbitre n’aurait pas pu être restreint si vous n’y aviez pas consenti.

Q : (T) Attendez une minute. Je ne vous suis plus, là. Qu’étions-nous avant la « Chute » ?

R : Des SDA de 3e densité.[^18]Q : (T) Ne nous avez-vous pas dit que les êtres de 3e densité ne pouvaient pas être SDA ? (L) Non. Ils nous ont dit qu’il y a des êtres SDA de 3e densité. (T) Nous sommes SDS aujourd’hui à cause de ce qui s’est passé à l’époque ?

R : Oui.

Q : (T) Et avant nous étions SDA. Les Lézards ont ouvert la porte — je suppose que c’est une allégorie ; bref, les Lézards ont ouvert la porte et nous ont montré un chaudron d’or, dans l’espoir que nous nous avancerions pour le prendre, ou que nous passerions la porte, où ils nous attendaient de l’autre côté afin de prendre le pouvoir sur nous, d’une certaine manière. Suis-je sur la bonne piste ?

R : « Dans l’espoir que » est un concept erroné.

Q : (T) OK, qu’essayaient-ils alors de faire en nous attirant ?

R : Essayer est un concept erroné ; continuez à approfondir, c’est une opportunité d’apprendre.

Q : (T) Nous étions des SDA de 3e densité à l’époque. Est-ce que c’est arrivé après la bataille à laquelle vous avez fait allusion ? Autrement dit, nous, en tant que race de 3e densité, nous étions littéralement tout seuls à ce stade, contrairement à avant ?

R : C’était la bataille.

Q : (L) La bataille était en nous ?[^19]R : À travers vous.

Q : (T) L’objet de la bataille, c’était si nous franchissions ou non le seuil… (L) La bataille se livrait à travers nous, nous étions littéralement le champ de bataille. (T) J’ai compris, mais je veux revenir à cette analogie, histoire de savoir où nous nous situons dans l’image globale. La bataille faisait déjà rage quand la porte a été ouverte. Est-ce que l’objet de la bataille était le fait de passer ou non cette porte ?

R : Pas loin.

Q : (T) Bon. Nous étions SDA. Vous nous avez dit avant que, dans cette densité-ci, nous avons le choix entre être SDS et être SDA.

R : Oh Terry, la bataille est toujours là, l’important, c’est « quand » vous choisissez !

Q : (T) Alors nous sommes toujours face à ce chaudron d’or ? Ce que j’essaie de comprendre… il y a quelque chose d’important ici… (L) Revenons en arrière et posons la question de cette façon : avant cet événement, l’humanité était-elle ou non…

R : Avant quoi ?

Q : (L) Bon, pas avant. Mais nous parlons tout de même d’un événement historique en un sens, même si tout est simultané. Lors de cet événement, quelque part sur le cycle, est-ce que l’humanité était pour ainsi dire une seule âme ?

R : Tu refais l’erreur.

Q : (T) On régresse, là. Bon, demandons ainsi…

R : Plus proche. Tu étais en phase avec les ondes conceptuelles, il serait peut-être mieux de s’en remettre à lui sur cette question.

Q : (L) Très bien, je me tais. Continue, Terry. (T) J’ai besoin de toute l’aide possible. (L) C’est une question ardue. (T) Ça expliquerait pourquoi les Lézards et autres aliens n’arrêtent pas de dire aux abductés qu’ils ont consenti à se faire enlever, et tout ça. Nous étions SDA et maintenant nous sommes SDS. (J) Oui, exactement.

R : Oui, continue.[^20]Q : (T) Reprenons l’analogie. L’or était une illusion. Nous l’avons perçu comme autre chose. C’est une tentation qui nous a été présentée à nous, êtres SDA de 3e densité. La porte a été ouverte par les Lézards.

R : Pas une tentation, cela a toujours été là. Rappelle-toi Dorothée et les souliers de rubis.

Q : (T) OK, nous étions SDA à l’époque, avant de franchir le pas. Nous n’étions pas obligés de le franchir. (F) Attendez une minute. Corrigez-moi si je me trompe, mais à chaque fois que Terry dit : « Ils ont essayé de nous faire franchir le pas… ils continuent à dire… (L) Ils ont dit non. (F) L’or a toujours été là. (J) Votre libre arbitre n’aurait pas pu être restreint si vous n’y aviez pas consenti. (T) Ils n’ont fait qu’ouvrir la porte. Les Lézards ont ouvert la porte et nous ont laissés décider si nous voulions la franchir ou non. (J) Je pense que la clé c’est que nous avons consenti à franchir la porte… (T) Le fait de franchir cette porte que les Lézards nous ont commodément fournie, sans rien nous faire mis à part l’ouvrir et nous la montrer…

R : Fournie ?!?

Q : (L) Ils ne l’ont pas fournie… (J) Elle a toujours existé… (T) Elle est toujours là… (J) Elle est encore là maintenant… (T) Les Lézards…

R : Oui, pensez aux souliers de rubis. Qu’est-ce que Glinda a dit à Dorothée ???

Q : (J) Tu peux toujours rentrer chez toi. (L) Tu as toujours eu le pouvoir de rentrer chez toi…[^21]

R : Oui.

Q : (L) Alors, nous avons toujours le pouvoir de redevenir SDA ? Même en 3e densité ?

R : Oui.

Q : (L) Comment un être SDA de 3e densité mène-t-il sa vie ?

R : Découvrez.

Q : (T) Je veux revenir à l’analogie de la porte. La porte a toujours été là. La tentation a toujours été là… (J) Est là… (T) A été, est, sera… est toujours.

R : « Quand » vous avez choisi l’or, vous avez dit « Bonjour » aux Lézards et à tout ce que ça impliquait.

Q : (T) Bon, c’est là où je voulais en venir. Vous avez dit que les Lézards, ou les forces SDS, avaient ouvert la porte.

R : Non. Ne dites pas « avaient ouvert ». Nous avons dit « ouvert » seulement pour vous permettre de vous familiariser avec le concept, et vous aider à comprendre.

Q : (L) Bon, laissons tomber cette histoire de porte « ouverte » par quelqu’un. (T) La porte a toujours été là, elle a toujours été ouverte. J’essayais juste de poursuivre l’analogie. Le concept est donc que, en tant qu’êtres SDA, nous avions le choix entre choisir l’or ou non. En choisissant l’or, nous sommes devenus SDS, parce que choisir l’or était SDS.

R : Oui.

Q : (T) Et ce faisant, nous nous sommes alignés sur les Lézards de 4e densité…[^22]

R : Oui.

Q : (T) Parce que, en tant qu’êtres de 4e densité, ils ont bien plus de pouvoir que nous, qui sommes en 3e densité…

R : Vous étiez alignés sur les SDA de 4e densité.[^23]Q : (T) Et nous étions des SDA de 3e densité. Mais en choisissant l’or, nous nous sommes alignés sur les SDS de 4e densité.

R : Oui.

Q : (T) Et du coup, nous avons donné la permission aux SDS de 4e densité de faire ce qu’ils voulaient de nous ?

R : Pas loin.

Q : (T) Donc, quand ils nous disent que nous leur avons donné la permission de nous enlever, c’est à cela qu’ils font allusion ?[^24]R : Pas loin.

Q : (J) Revenons à ce qu’ils nous ont dit tout à l’heure : « votre libre arbitre n’aurait pas pu être restreint si vous n’y aviez pas consenti ». (T) Nous, en tant que race humaine, avons utilisé notre libre arbitre pour basculer de SDA à SDS. (L) Donc, à un certain niveau, à un certain moment, nous avons choisi le pétrin dans lequel nous sommes, et c’est ça, la super ancienne légende de l’ange déchu, Lucifer. C’est nous. Nous avons connu la chute en franchissant cette porte, si je puis dire, en allant chercher le chaudron d’or, et quand nous avons chuté en passant la porte, le serpent nous a mordus ![^25]R : Mais c’est un syndrome récurrent.

Q : (L) C’est un syndrome récurrent seulement pour l’espèce humaine, ou pour toute la création ?

R : Cette dernière.

Q : (L) C’est un syndrome qui se répète dans toute la création tout simplement parce que ça fait partie de la nature cyclique des choses ? Ou de la « Maya », comme l’appellent les Indiens ?

R : L’un ou l’autre.

Q : (T) Bon. Vous faites sans cesse allusion au film Le magicien d’Oz. Vous avez dit…

R : Inspiré par la 6e densité.

Q : (T) Vous avez de bons réalisateurs là-haut, en 6e densité. (S) Quels autres films ont-ils inspiré ? (T) Avant de changer à ce point de sujet, j’aimerais encore essayer de comprendre quelque chose… Bref, vous faites sans cesse allusion à ce film, et au fait que nous avons en nous une faculté similaire à celle des souliers de rubis ; une faculté qui peut nous ramener à l’état SDA quand nous le voulons.

R : Oui.

Q : (T) Donc, toutes ces choses dont nous discutons, la frontière entre les mondes, l’Onde, l’élévation des fréquences…

R : L’Onde-frontière, c’est la « tornade ».

Q : (T) C’est brutal.

R : Subjectif.

Q : (L) Dans l’analogie du Magicien d’Oz, Dorothée se trouve au Kansas au début, c’est là que tout commence, c’est-à-dire le SDA ? (J) C’était en noir et blanc…

R : Pas vraiment.

Q : (L) Son voyage à Oz représente-t-il l’état SDA ?

R : SDS.

Q : (L) Donc Oz était SDS. Et le Kansas — pas nécessairement l’environnement physique, mais l’état d’esprit de Dorothée avant son expérience à Oz — représentait l’état SDA.

R : Oui.

Q : (L) Donc, nous ne devons pas forcément nous fixer sur le Kansas ni sur le fait qu’il est filmé en noir et blanc dans le film ; c’est juste son état d’esprit. Le voyage à Oz…

R : Et Elvira Gulch.

Q : (J) La dame qui, à Oz, devient la sorcière.

R : La sorcière, ce sont les Lézards.

Q : (T) Bon, d’accord. La tornade. Dorothée est passée d’un état SDA à un état SDS par l’effet de la tornade. C’est ça ?

R : Oui.

Q : (T) L’Onde frontière que vous avez assimilée à la tornade… (L) Une Onde frontière interagit-elle avec…

R : Analysez plus attentivement. Suggérons une pause pour ce faire.

[Pause]

(T) Ils disent que la tornade est l’équivalent de la transition de SDA à SDS.

(L) Peut-être s’agit-il également d’une transition de SDS à SDA.

(J) Oui, une transition de l’un à l’autre serait spectaculaire.

(T) S’agit-il également d’un changement de densité ? L’Onde frontière est censée marquer une transition d’une densité à une autre : une fenêtre entre densités. Y a-t-il aussi une transition entre SDA et SDS ? Y a-t-il un portail à traverser ? Une porte ?

(F) Mon Dieu ! Il y a tellement de possibilités.

(L) Et si l’on passe en mode SDA, est-ce qu’on se retrouve sur une Terre différente ?

(T) Ils disent que cette tornade représente le changement d’état de Dorothée – de SDA à SDS. Elle a également quitté sa réalité et émergé dans une réalité totalement différente.

(F) C’est vrai.

(J) Mais passer de l’une à l’autre doit être traumatisant.

(T) Ils parlent d’une Onde-frontière…

(F) Je ne pense pas que la direction dans laquelle s’opère la transition soit ce qui importe, je pense juste que dans cette histoire-là, c’est décrit comme ça.

(T) Mais ce qu’ils nous ont dit jusqu’ici, c’est que l’Onde-frontière était une fenêtre permettant de passer d’une densité à une autre.

(J) Exact.

(T) Mais ils viennent de dire que la tornade était une analogie représentant une Onde-frontière. Or la tornade marquait un passage de SDA à SDS, pas un passage de la 3e à la 4e densité.

(J) Deux choses différentes.

(F) C’est vrai. Cependant, un passage entre les mondes pourrait représenter n’importe quelle transition soudaine ?

(T) C’est ce que je me demande. Ça peut aussi vouloir dire qu’on passerait non seulement de la 3e à la 4e, mais aussi de SDS à SDA, et qu’on démarrerait en mode SDA une fois là-bas ? Peu importe qu’on repasse ou non à un état SDS en 4e densité ? Est-ce qu’on démarre toujours en mode SDA ?

(L) Très bien, arrêtons.

(F) Non, parce que si une Onde-frontière est en approche… ils nous ont dit à de nombreuses reprises que nous sommes SDS, et que passer cette frontière entre mondes, c’est passer de la 3e à la 4e densité ; ils n’ont jamais dit qu’il s’agissait d’une transition de SDS à SDA ; ils ont dit que c’était à nous de choisir.

(T) Oui, mais ils ont dit que la tornade représentait cette Onde-frontière et, dans le Magicien d’Oz, la tornade symbolise la transition de SDA à SDS.

(J) Vraiment ?

(T) Je ne sais pas. J’essaie juste de saisir ce qu’ils tentent de nous faire comprendre ici, parce que c’est quelque chose d’extrêmement important.

(J) Ils ont dit : « souliers de rubis, souliers de rubis », pas « tornade, tornade ».

(T) Ouais. Ils viennent juste de le dire : l’Onde est la tornade.

(F) Je pense qu’il s’agit d’un sujet différent, ici.

(T) Mais c’est la même symbologie. La tornade a transporté Dorothée d’un point à un autre, et les souliers l’ont ramenée au point A. Deux concepts différents.

(F) Attendez une minute.

(L) Ils ont dit que le Kansas ne représentait pas l’état SDA.

(F) Toutes sortes d’éléments s’entremêlent, ici. Il doit y avoir moyen de les relier. Ils ont dit : « Rappelez-vous les souliers de rubis », signifiant par là que le chemin pour rentrer chez elle a toujours été là.

(J) Ouaip, mais elle a dû tuer la sorcière pour prendre les souliers.

(F) Non, elle a pensé qu’elle le devait. Rappelez-vous les paroles de Glinda : « Oh, non, tu pouvais retourner aisément au Kansas… Il te suffit de dire ces mots : “on est si bien chez soi” ».

(J) Oui, mais les Souliers de rubis sont nécessaires pour rentrer…

(F) Non, non… rappelle-toi, c’était une illusion.

(L) Tu as toujours eu le pouvoir de rentrer chez toi.

(S) Vous savez quoi, la tornade pourrait être la 5e densité, puisque quand elle regarde par la fenêtre, elle voit passer toutes ces choses…

(T) Oui, sa vie défile devant elle.

(F) Oui, mais ils nous ont dit que le passage de la frontière entre mondes lui-même allait provoquer tout un tas de trucs flippants.

(J) Comme je le disais, la transition de SDS à SDA ou vice-versa, ou de la 3e à la 4e densité, sera quelque chose de violent… Ce ne sera pas un passage facile, quel que soit le sens.

(F) Exact.

(J) C’est un changement radical de réalité.

(T) Oui, mais pour Dorothée, dans le film, c’était violent : il y a eu une tornade, même si elle ne l’a pas blessée physiquement.

(J) Oui, et c’est aussi ce qu’ils nous ont dit.

(F) Elle avait peur…

(T) Oui, mais ça, c’était mental… c’était là {pointe sa tête} qu’elle avait mal. Elle n’a pas été blessée physiquement.

(F) Voilà encore une autre chose sur laquelle on peut spéculer : dans tout le film, elle n’est jamais blessée physiquement. Malgré tous les dangers, elle n’est jamais blessée.

(T) C’était en 1939 aussi. Si le film avait été tourné en 1995, il y aurait eu des mitrailleuses, des missiles, des tronçonneuses et des cadavres à la pelle. Et elle aurait quand même pu rentrer chez elle quand elle le voulait. Vous savez, ça aurait donné quelque chose du genre : Dorothée face à Terminator.

(L) Dorothée et le Massacre à la tronçonneuse.

(S) Dorothée et les Griffes de la Nuit. [Rires]

(T) C’est un croisement entre un conte pour enfants et un cauchemar à la Stephen King.

(F) Vous savez, les fondamentalistes ont violemment critiqué le Magicien d’Oz.

(L) Ah oui ? Pourquoi ?

(T) Parce que c’est satanique.

(F) Ouais, ils disent que par ce biais, Hollywood essaie d’éloigner les gens du christianisme, du fondamentalisme, et tout ça.

(T) Le Magicien d’Oz, c’est démoniaque pour les fondamentalistes.

(F) Oui, parce qu’on n’a pas besoin de célébrer le Christ pour retourner au Kansas.

(L) Oui, et Cendrillon est politiquement incorrect.

(T) Parce qu’elle ne dormait pas avec un pied par terre, comme dans tous les sitcoms.

(J) Pardon ?

(T) Je ne sais pas.

(S) On est passés d’Oz aux sitcoms ?

(J) Je crois que tu mélanges les métaphores.

(S) C’était La Belle au Bois Dormant.

(T) Ouais, c’était la Belle au Bois Dormant, dans le cercueil.

(J) Avec un pied par terre.

(L) Non. C’est Blanche Neige qui était dans un cercueil.

(T) Blanche Neige était dans un cercueil. Ouais. Disney a pris toutes les héroïnes qui avaient de la Beauté dormant en elles…

(L) Ne vous êtes-vous jamais interrogés sur cette symbologie : la Belle au Bois Dormant, réveillée par un baiser ?

(F) Et qui se change en crapaud ?

(L) Non !

(F) Oh, c’est vrai ; c’est le crapaud qui se change en prince.

(L) C’est une autre analogie. Être réveillé de l’illusion dans laquelle nous a enfermés la méchante sorcière…

(F) Et Cendrillon…

(L) En outre, dans ces contes de fées, tout arrive à cause d’un choix et d’un manque de connaissance…

(J) Le nain Tracassin…

(S) Le vilain petit canard…

(T) Oui. Tous les contes de Grimm sont pour le moins glauques. Ils ont beaucoup été expurgés.

(L) Oui, dans le conte original, une des belles-sœurs de Cendrillon se coupe une partie du pied pour pouvoir le rentrer dans la pantoufle, et le Prince découvre le pot aux roses à cause du sang qui dégouline.

(J et S) Ooooh ! Beurk !

(T) Ce doit être à cause de la pantoufle de verre, j’ai coupé mon pied !

(L) Oui, c’est assez macabre. L’une se coupe le talon, l’autre les orteils.

(T) Bon, est-ce qu’on avance, là ? Nous avons bien compris l’idée que quand nous sommes passés de l’état SDA à l’état SDS, nous avons donné aux Lézards la permission de faire ce qu’ils sont en train de faire. Donc, quand ils affirment que nous leur avons donné la permission, ils ont raison.

R : OK.

Q : (L) Nous sommes un peu perplexes ici, parce que nous nous demandons si la tornade qui représente l’Onde-frontière est quelque chose qui fait passer de l’état SDA à l’état SDS tout en demeurant en 3e densité ?

R : OK, c’est une possibilité. OK…

Q : (T) La frontière entre mondes n’est pas seulement un moyen de passer d’une densité à une autre, mais aussi un moyen de passer de SDS à SDA, ou de SDA à SDS ?[^26]R : C’est une possibilité.

Q : (T) Alors, ceux qui font cette transition peuvent passer de la 3e à la 4e densité et devenir un être SDA ?

R : Au cours de certains passages.

Q : (L) D’accord. Donc les gens peuvent passer de SDA à SDS, en 3e ou en 4e densité… Tous ces choix peuvent se présenter lors du passage de l’Onde-frontière ?

R : N’importe lequel de ces choix, selon l’orientation de l’Onde.

Q : (L) Et quelle est l’orientation de l’Onde qui approche ? Sert-elle à nous faire passer uniquement de la 3e à la 4e densité ? Est-ce là une de ses fonctions ?

R : Nous vous l’avons déjà dit.

Q : (L) Et ils nous ont dit que cette Onde faisait passer de la 3e à la 4e densité. Certaines ondes peuvent apparemment faire passer de SDA à SDS… (T) Pas l’Onde, la personne qui transite par l’Onde. Quand cette Onde passe, est-ce que son orientation dépend de celle des individus ?

R : Comparez-la aux vagues sur la mer. Les ondes font partie des fibres de la nature dans sa totalité.

Q : (T) L’orientation de la transition dépendra-t-elle de l’endroit où on se trouvera sur l’Onde par rapport au cycle : la crête ou le creux ?

R : Non.

Q : (T) Autrement dit, une Onde destinée à faire passer de la 3e à la 4e densité fera exactement cela, quel que soit l’endroit où on se trouvera sur elle lors de son passage ?

R : Oui.

Q : (T) Est-ce la même chose pour une Onde alignée de sorte à faire passer les gens de SDS à SDA ou vice-versa ?

R : Ou vous pourriez « passer en dessous ».

Q : (T) Sous l’Onde ? (J) Sous l’eau. (T) Alors, on ne bougerait pas du tout. (L) On pourrait être entraîné vers le fond, on pourrait se noyer et se mélanger à la soupe primordiale ! (T) Du Minestrone ?

R : Du bouillon de poulet aux vermicelles. [Rires]

Q : (L) Si l’on passe en dessous, on se fait aspirer au sein de l’océan et l’on recommence le cycle depuis le début ?

R : Ce n’est pas aussi simple.

Q : (J) Je n’ai jamais pensé que c’était simple, pas du tout. (T) Je n’irai même pas sur ce terrain-là. J’essaie toujours de comprendre ce mouvement de SDA à SDS. Vous faites sans cesse référence au film sur Dorothée. Dans le film, on lui dit qu’elle peut rentrer chez elle quand elle le désire : il lui suffit de dire « Je veux rentrer chez moi », ou quelque chose dans le genre. C’est beaucoup plus simple que de piquer des crises de colère et de faire des simagrées en attendant l’arrivée de cette Onde qui ne passe que très rarement. Existe-t-il un moyen plus simple de redevenir SDA que de poireauter pendant 300 000 ans jusqu’au retour de l’Onde ?

R : Bien sûr !

Q : (T) Bon. Enfin, on avance un peu. Où allons-nous ? (L) Ils m’ont déjà dit de la fermer. (T) Mais maintenant tu as de la caféine, tu peux m’aider. [Rires] Bref, il y a un autre moyen d’y parvenir. (J) La visualisation ?

R : Attendez une minute ; êtes-vous prêts à aller en 4e densité là maintenant, tout de suite ?

Q : (J) Probablement pas. Je ne pense pas en avoir terminé. (T) Ouais, je suis prêt. Là, maintenant. Allons-y ! Jan, nourris les chats quand tu rentreras à la maison ! (L) Mais ne penses-tu pas que l’idée de mettre les voiles, de tout quitter et d’abandonner ses responsabilités et ses engagements, c’est SDS ? (T) Si, mais je serais un SDS de 4e densité ! (S) Toi et les Lizzies ! (T) Mais, attendez, je ne disais pas… Je ne suis pas prêt à y aller maintenant, parce qu’on a besoin de moi ici ! Bon, bref, vous dites que le passage de l’Onde n’est pas le seul moyen d’opérer la transition. C’est ça ?

R : Une idée présentée.

Q : (T) Cette idée est que l’Onde est un moyen de déplacer un large groupe d’êtres, c’est bien ça ?

R : Accessoirement.

Q : (L) Bon, l’Onde fait juste partie d’un grand cycle. (T) Et nous sommes là pour fixer une sorte de fréquence, de manière à entraîner autant de monde que possible sur cette Onde quand elle passera, et c’est le but de notre présence ici… C’est ça ?

R : Cela implique une interférence avec le libre arbitre.

Q : (L) Alors, nous sommes ici pour fixer une fréquence qui permettra à d’autres de se joindre à nous… (J) Et c’est une fois en 4e densité que nous choisissons de changer de SDS à SDA… (L) Que représentent les Munchkins ?

R : Êtres de 2e densité.

Q : (L) Est-ce que les singes représentent les Gris ?

R : Si vous le souhaitez.

Q : (L) Que représentent les soldats de la Sorcière ?

R : Les Nephalim.

Q : (L) Que représentent le Magicien ?

R : Réfléchissez, apprenez, découvrez.

Q : (L) Je pense qu’on a suffisamment de matière sur le sujet.

Fin de la séance
 

PERLOU

The Living Force
FOTCM Member
Encore merci à l'équipe Française pour cette traduction...

Thanks again to the French team for this translation....
 
Top Bottom