Séance du 15 juin 1996

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 15 June 1996

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
___________________________________________________________________________________________

Séance du 15 juin 1996

Cette séance présente quelques particularités qui méritent un commentaire. En premier lieu, y est introduit le sujet qui, 19 jours après le partage de celui-ci sur internet, attirera l’attention d’Ark Jadczyk. Deuxièmement, j’y mentionne mon livre The Noah Syndrome qui parle effectivement de ma quête de l’«Arche». Au moment précis où nous conduisions cette séance, Ark se trouvait à Florence, en Italie, et, assis sur un mégalithe, il abordait les «ondes de gravité» dans son journal.

Participants : «Frank», Laura et Sue V

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Et qui avons-nous ce soir ?

R : Uquoppe.

Q : (L) Et d’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Comme vous le savez, je suis en train d’étudier les enseignements soufis, et je découvre tant de similitudes entre ces «dévoilements» soufis et les informations que vous nous transmettez que j’en suis vraiment abasourdie, c’est le moins qu’on puisse dire. Ma question est donc : l’expérience que nous menons ici pourrait-elle être considérée comme un processus de «dévoilement» continu et progressif, pour reprendre le terme que les soufis utilisent ?

R : Oui.

Q : (L) D’après mes lectures, à certaines étapes du processus de dévoilement, lorsque les connaissances sont suffisamment vastes, des dévoilements intérieurs commencent à se produire. Est-ce que ça fait partie du processus que nous sommes en train de vivre ?

R : Peut-être.

Q : (L) Mon expérience au cours de ces dernières années est que le processus est cyclique : lorsque la connaissance s’accélère, je passe par une dépression avant de pouvoir assimiler ce que j’apprends, et c’est comme une transformation intérieure qui me permet de passer à un autre niveau. Y a-t-il moyen d’intensifier ou de faciliter ce processus, et si oui, est-ce souhaitable ?

R : C’est un processus naturel, laisse-le se dérouler.

Q : (L) Ibn'Arabî aborde, entre autres, les différents niveaux d’être ontologiques : les cercles concentriques qui définissent chaque niveau d’existence, pour ainsi dire. Chaque niveau renvoie à des relations. À mesure que le niveau s’élève, on se rapproche d’une relation directe avec le cœur de l’existence, alors qu’à la périphérie, on est plus proche de la matière. Voilà qui décrit exactement les 7 densités dont vous nous avez parlé. Il mentionne également le «rayonnement vers l’extérieur» et le «mouvement intérieur» vers la Connaissance. Mon idée est que certains êtres — comme les SDS de 4e densité ou de 3e densité — qui pensent créer une situation qui leur permettra d’accroître leur pouvoir, pourraient en réalité participer du «rayonnement vers l’extérieur», ou dispersion dans la matière. Cette perception est-elle exacte ?

R : Pas loin.

Q : (L) Selon Ibn'Arabî — et ça correspond à ce que vous nous avez dit — on peut soit rester au même point dans l’illusion, soit descendre, soit monter. Ce mouvement est-il en partie déterminé par notre position à l’intérieur du cycle — et ce, quelle que soit la direction choisie ?

R : C’est plus complexe que ça.

Q : (L) Je n’en doute pas. L’analyse d’Ibn’Arabî est très complexe, et il ne savait probablement pas tout non plus… Néanmoins, elle reflète quasiment mot pour mot certaines informations que vous nous avez transmises personnellement.

R : Maintenant, apprends, lis, recherche tout ce que tu peux sur les ondes instables de gravité.

Q : (L) D’accord. Les ondes instables de gravité. Je vais voir ce que je peux trouver. Autre chose à ce sujet ?

R : Médite, aussi !

Q : (L) Oui. Bon, ils nous répètent de méditer. As-tu médité, Frank ? (F) Pas dernièrement.

R : Nous voulons dire que toi, Laura, tu devrais méditer sur les ondes instables de gravité, ça fait partie de tes recherches.

Q : (L) OK. Ça va si je pose quelques autres questions à propos des soufis ?

R : Pas à moins que tu ne souhaites digresser.

Q : (L) Cela nous écarterait de la direction que nous sommes en train de prendre ?

R : Tant que tu n’auras pas mémorisé les enseignements soufis au point de pouvoir faire des recoupements avec la Bible et les ouvrages similaires.

Q : (L) D’accord. Nous sommes donc sur une piste, avec les soufis. Mais nous ne devons pas nous égarer. Je suppose que le Coran a reçu le même traitement que d’autres mystiques ont appliqué à la Bible. Il est clair qu’il y a quelque chose à gratter sous la surface, mais ça a été altéré et déformé. Et c’est la vision de cette trame sous-jacente qui me convainc qu’il est possible de déchirer le voile, et me donne l’impulsion de tenter une percée.

R : Les ondes instables de gravité sont la clé de secrets enfouis concernant la physique quantique, clé qui rendra le tableau clair comme de l’eau de roche.

Q : (L) Puisqu'aucune librairie n’est ouverte à cette heure-ci, pouvons-nous procéder à des associations libres au sujet de ces ondes de gravité ? La gravité semble être une propriété de la matière. Est-ce exact ?

R : Et...

Q : (L) Et hmmmm...

R : Et de l’antimatière !

Q : (L) La gravité qui est une propriété de l’antimatière est-elle de l’«antigravité» ? Ou bien est-ce simplement de la gravité de l’autre côté, si je puis dire ?

R : Liant.

Q : (L) D’accord. La gravité est le liant. La gravité est le liant de la matière ?

R : Et...

Q : (L) La gravité est-elle une propriété de la lumière ?

R : Pas la question.

Q : (L) C’est quoi la question ? Tu peux m’aider là, Frank ?

R : La gravité lie tout ce qui est physique à tout ce qui est éthérique, et ce grâce aux ondes instables de gravité !!!

Q : (L) L’antimatière c’est l’existence éthérique ?

R : Le chemin vers.

Q : (L) D’accord.

R : Le passage vers.

Q : (L) Est-ce que les ondes instables de gravité... non, attendez... est-ce que les ondes instables de gravité émanent de la 7e densité ?

R : De part en part.

Q : (L) Est-ce qu’elles émanent d’une densité particulière ?

R : C’est justement ça, il n’y en a pas.

Q : (L) Il n’y a pas d’ondes instables de gravité ?

R : Faux...

Q : (L) Il n’y a pas de point d’émanation ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, elles sont une propriété ou un attribut de l’existence de la matière, et lient la matière à l’idéation éthérique ?

R : En quelque sorte, mais elles sont également une propriété de l’antimatière !

Q : (L) Alors, les ondes instables de gravité sont la porte d’accès à d’autres densités ?

R : Tout.

Q : (L) Peut-on les générer de façon mécanique ?

R : On les génère en les collectant puis en les dispersant.

Q : (L) Bon, quel genre de dispositif permettrait de collecter et de disperser des ondes de gravité ? Des spirales ?

R : Sur la voie.

Q : (L) Donc, si on devait se focaliser sur la collecte des ondes instables de gravité...

R : Quand tu écrivais «Noah», où plaçais-tu la gravité ?

Q : (L) Je pensais que la gravité était le signe d’une consommation d’électricité, qu’elle était le sous-produit d’un flux continu d’énergie électrique…

R : La gravité n’est pas un sous-produit ! C’est l’ingrédient central de toute existence !

Q : (L) Je basais mon évaluation sur le flux et la consommation électrique… et je pensais que l’électricité témoignait d’une forme de conscience, et que s’il y avait de la gravité sur une planète, c’est qu’il y avait de la vie dessus…

R : Nous t’avons déjà dit que les planètes et les étoiles sont des fenêtres. Et où cela va-t-il ?

Q : (L) Les fenêtres ?

R : La gravité.

Q : (L) Oh. La gravité doit aller dans les dimensions éthériques ou les densités. Bon sang, vous me faites aller dans tellement de directions différentes que j’ai l’impression d’avoir du pop-corn dans la tête.

R : Bien !

Q : (L) Oui, où va la gravité ? Le Soleil est une fenêtre. Même notre planète doit être une fenêtre !

R : Toi aussi, tu l’as !!

Q : (L) Donc la gravité est le principe unificateur... le truc qui maintient les choses ensemble, comme la graisse qui s’agglomère dans un bol de soupe.

R : Tout est gravité, et rien d’autre.

Q : (L) La lumière est-elle l’émanation de la gravité ?

R : Non.

Q : (L) Qu’est-ce que la lumière ?

R : La gravité.

Q : (L) La gravité est-elle identique aux forces nucléaires fortes et faibles ?

R : La gravité, c’est «Dieu».

Q : (L) Mais je croyais que Dieu était lumière ?

R : Si la gravité est tout, qu’est-ce qu’elle n’est pas ? La lumière est l’expression d’une énergie générée par la gravité.

Q : (L) La gravité est-elle «la lumière qui ne peut être vue», comme la nomment les soufis ? La Source ?

R : Cite quelque chose qui ne soit pas gravité, s’il te plaît.

Q : (L) Eh bien, si la gravité est tout, il n’y a rien qui ne le soit pas. Parfait. Qu’est-ce que le néant absolu ?

R : Une simple pensée.

Q : (L) Alors la non-existence n’existe tout simplement pas ?

R : Si, elle existe.

Q : (L) Est-ce que les pensées produisent de la gravité ?

R : Oui.

Q : (L) Le son crée-t-il de la gravité ?

R : Oui.

Q : (L) Le son peut-il manipuler la gravité ?

R : Oui.

Q : (L) Peut-on le faire au moyen de la voix humaine ?

R : Oui.

Q : (L) Peut-on le faire par la tonalité ou par le pouvoir de la pensée ?

R : Les deux.

Q : (L) Des sons spécifiques sont-ils alors impliqués ?

R : La gravité est manipulée par le son lorsque la pensée, manipulée par la gravité, choisit de produire du son, ce qui manipule la gravité.

Q : (L) Le type qui a construit le Château de Corail, est-ce qu’il tourbillonnait dans son siège d’avion tout en échafaudant ses manipulations dans sa tête ?

R : Non. Il tourbillonnait quand la gravité choisissait de le manipuler de façon à ce qu’il tourbillonne afin de manipuler la gravité.

Q : (L) La gravité est-elle douée de conscience ?

R : Oui.

Q : (L) L’individu est-il en mesure de choisir, ou est-ce la gravité qui est lui qui choisit ?

R : En lui se trouvait toute la gravité qui existe.

Q : (L) Eh bien, moi qui pensais que les soufis étaient coton ! (F) C’est probablement grâce à tes recherches que cette porte s’est ouverte. (L) Bon Sang ! Qu’ai-je fait ! Très bien. Je suis perdue.

R : Non, tu ne l’es pas.

Q : (L) Bon, je suis déroutée et dépassée, si vous préférez.

R : C’est amusant, quand c’est déroutant !

Q : (L) Bon, j’imagine que si tout ceci doit prendre une signification particulière pour nous, alors nous découvrirons certainement les détails à mesure que nous avancerons.

R : Combien de fois devrons-nous te le dire ?!?!

Q : (L) C’est amusant d’apprendre ! Parfait !

R : En chacun réside l’existence tout entière, et vice versa.

Q : (L) Alors qu’est-ce qui explique cette «multiplicité» que nous percevons ?

R : Perception de 3e densité.

Q : (L) Donc, l’Univers entier est en moi… D’accord, c’est… Je comprends. Bizarrement, je comprends. Le problème est d’y accéder, de percer tous les voiles.

R : C’est ça qui est amusant.

Q : (L) Donc, le gars qui a construit le Château de Corail était capable d’y accéder. Constamment, ou seulement par intermittence ?

R : Partiellement.

Q : (L) D’après ce que je comprends, à la vitesse de la lumière, il n’y a pas de masse, pas de temps et pas de gravité. Comment est-ce possible ?

R : Pas de masse, pas de temps, mais bien de la gravité.

Q : (L) Un photon a de la gravité ?

R : La gravité supplante la vitesse de la lumière.

Q : (L) Les ondes de gravité ont une vitesse supérieure à celle de la lumière ?

R : Oui.

Q : (L) Qu’est qui rend une onde de gravité instable ?

R : Son utilisation.

Q : (L) J’ai l’impression de louper un point vraiment important, ici...

R : C’est le cas, mais tu ne le trouveras qu’en allant à ton propre rythme.

Q : (L) Bon, je pense que j’ai besoin de lire un peu et de faire des recherches avant de revenir sur le sujet.

R : Et sur ce, bonne nuit.

Fin de la séance
 
Last edited:
Top Bottom