Séance du 22 avril 1995

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 22 April 1995

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

Séance du 22 avril 1995 :

Participants : « Frank », Laura, Terry et Jan

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Lioa.

Q : (L) Et d’où venez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Nous avons deux, trois questions personnelles pour les Konicov. Voulez-vous bien répondre à ces questions pour eux ?

R : Les Konikov sont enclins à la vendetta.

Q : (L) Ils sont eux-mêmes enclins à mener des vendettas ?

R : Ouvert.

Q : (L) Font-ils l’objet d’une sorte de vendetta ?

R : Tous les aspects.

Q : (T) Tous les aspects de quoi ?

R : État d’esprit.

Q : (J) Sont-ils paranoïaques ?

R : OK.

Q : (L) Bien, ils nous ont donné quatre noms. Puis-je vous les lire pour que vous donniez une réponse pour chacun d’eux ? Ce sont des gens avec lesquels ils ont collaboré et ils aimeraient savoir…

R : Nous ne souhaitons pas être utilisés pour orienter la vie personnelle par ceux dont la position adoptée n’est qu’apparence. Nous avons répondu pour ces gens avant, et tu ne sais pas ce qu’ils ont fait de ces informations.

Q : (L) V_ voudrait demander si l’Institut Naropa à Boulder serait un bon endroit pour elle pour suivre des cours ?

R : Précision sur le sujet précédent : suggérons de marcher sur des œufs et d’user de diplomatie, pas ce que Terry a suggéré !

Q : (L) Oui, nous ne tenons pas à les énerver. (J) Eh bien, je n’aime pas mentir. (L) Il y a des mensonges convenables et des mensonges qui font mal…

R : Oui. Après une plus ample connexion « en ligne » avec les Konikov, nous communiquerons des informations utiles.

Q : (L) Vous voulez que je les contacte par téléphone ?

R : C’était « entre guillemets ».

Q : (L) V_ et moi avons parlé des points d’entrée des désincarnés. Je me souviens que Jan avait raconté que quelque chose l’avait attrapée par la nuque quand elle était devant son ordinateur. J’aimerais savoir s’il y a un quelconque point d’entrée courant pour ce type de connexions ?

R : Non.

Q : Ça peut arriver à n’importe quel endroit ?

R : Oui.

Q : (L) La nuque est-elle un endroit courant ?

R : Courant ?

Q ; (L) Est-ce qu’ils trouvent nos points faibles physiques et entrent par-là ?

R : Le physique n’est pas la question.

Q : (L) Donc, ils trouvent nos points faibles auriques ?

R : Pas loin.

Q : (L) Nos points faibles auriques se reflètent-ils dans le physique ?

R : Tout est possible.

Q : (L) À l’époque où nous éprouvions tous des douleurs aux épaules, était-ce une attaque psychique ?

R : Peut-être.

Q : (L) Eh bien, vous avez dit que c’était des signes de changements de l’ADN. Était-ce cela ?

R : Comment apprend-on ?

Q : (L) Puisque nous ne sommes pas équipés pour examiner du matériel génétique et trouver des changements dans l’ADN, on se fie un peu à vous pour nous dire quand des changements de l’ADN se produisent. Vous avez indiqué à l’époque qu’il s’agissait de modifications de l’ADN.

R : Travaille en réseau.

Q : (L) Que se passe-t-il avec ces bouffées de chaleur, ce sentiment d’avoir chaud ?

R : La paranoïa te détruira.

Q : (L) Je ne suis pas paranoïaque. Sérieusement, se produit-il des changements vibratoires ? Cette chaleur reflète-t-elle ce phénomène ?

R : Sérieusement, non.

Q : (T) Quand nous pratiquons le channeling et le Reiki, cela génère-t-il de la chaleur corporelle ?

R : Énergie supérieure.

Q : (T) Qui se traduit en chaleur ?

R : Oui en troisième densité.

Q : (L) En relisant le passage sur Oak Island l’autre jour, j’ai remarqué que nous n’avions jamais approfondi certains éléments. Pouvons-nous poser des questions à ce sujet, maintenant ?

R : Oui.

Q : (L) Bon. Vous avez dit qu’un Remolécularisateur Atomique Transdimensionnel était enterré à Oak Island. Est-ce exact ?

R : Oui.

Q : (L) Qui l’y a enterré ?

R : Apprends.

Q : (L) Eh bien, nous nous préparons à apprendre parce que vous allez nous enseigner quelque chose, n’est-ce pas ?

R : Vous avez déjà des outils.

Q : (L) Comment ça, nous avons déjà des outils ?

R : Nous essayons de vous apprendre à utiliser votre ressource la plus précieuse.

Q : (L) Qui est, bien sûr, notre cerveau ?

R : Gagné !

Q : (L) En parlant de ressources précieuses, depuis mon accident, mon cerveau agit bizarrement. Quand j’écris, j’intervertis les lettres. J’ai des trous de mémoire. Je fais vraiment des trucs très étranges, jouer à voir si je sais quelque chose et découvrir que oui. C’est vraiment un peu bizarre et je me demande si l’accident a quelque chose à voir avec ces incidents étranges ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, quand je me suis cogné la tête, je me suis vraiment cogné la tête ! (J) Tu as bousculé ton cerveau.

R : Pas la question.

Q : (L) C’est quoi la question ? Pouvez-vous me dire précisément quel effet cela a eu sur ma tête ?

R : Pas la question.

Q : (L) C’est quoi la question ? (J) Nous parlions d’apprentissage. (L) Cet incident a-t-il eu pour effet de m’aider à apprendre différemment ?

R : Oui.

Q : (L) Alors je ne devrais pas m’inquiéter. (T) Maintenant, tu dois apprendre à travailler avec. (J) Ne dérivons pas. (L) Revenons à Oak Island. Ce que j’ai lu sur Oak Island, c’est que des légendes à propos de lumières aperçues là-bas ont circulé avant 1703.

R : Oui.

Q : (L) Avant 1703, ça veut dire que ce qui se trouve là-bas doit avoir été enterré avant cette date, c’est ça ?

R : Oui.

Q : (L) Ces lumières étaient-elles celles d’engins appartenant à des êtres autres que les natifs de cette planète ?

R : Profil électromagnétique.

Q : (L) Ce qui a été observé quand les jeunes sont arrivés sur l’île, c’est qu’une branche d’arbre avait été sciée au-dessus de la dépression, et qu’il y avait des marques de cordage comme si des poulies avaient été utilisées. (T) Si quelque chose de plus avancé avait creusé le puits, des chaînes et des poulies n’auraient pas été utilisées. (L) C’est là où je veux en venir. Donc s’il y avait des traces de ce genre sur l’arbre, cela indiquerait que celui qui a fait quelque chose à cet endroit ne devait pas être bien supérieur à des humains, ou bien qu’il était limité dans sa technologie ; est-ce exact ?

R : Oui.

Q : (L) Maintenant, je suis d’avis que cela dépasse la technologie humaine d’avoir construit ce puits à cette période de l’histoire.

R : Dépasse la technologie connue.

Q : (L) Et pourtant, des humains ont pu être impliqués dans cette activité ?

R : Bingo.

Q : (J) Repense à la fois où on en a parlé et que tu as mentionné les lumières.

R : Certains humains ont toujours communié avec des puissances « supérieures ».

Q : (L) Donc, des humains ont réellement pu… (J) Comme ces gamins qui se sont introduits dans des maisons et ont fait tous ces dégâts. Ils auraient pu le faire eux-mêmes, mais ils devaient recevoir des instructions pour le faire. Je pense que c’est une bonne analogie.

R : Pas une bonne analogie, nous parlons ici — et dans d’autres cas — de communion consciente.

Q : (L) Donc il y a eu une communion consciente entre des humains et d’autres puissances pour construire ce puits. De quel groupe d’humains s’agissait-il ?

R : C’est amusant d’apprendre.

Q : (J) Des pirates, peut-être ? (L) Eh bien, qui se trouvait dans cette région ? Des Esquimaux ?

R : Non.

Q : (L) Des Indiens ?

R : Continuez, travaillez en réseau.

Q : (L) Il y avait les Français et les Anglais. Et quid des Vikings ? (F) Non, les Vikings, c’était 600 ans auparavant. (T) Mais nous ne savons pas à quelle époque a été creusé le puits. (J) Je suis toujours… oui, bonne question. (L) Quand le puits a-t-il été creusé ?

R : Les années 1500. La nationalité n’est pas le sujet.

Q : (T) Bon, ce puits a été creusé dans les années 1500. (J) Et il a été découvert dans les années 1700.

R : Voyez les informations sur les sectes.

Q : (L) Donc il aurait pu s’agir d’un groupe religieux.

R : Maintenant, qui s’est revendiqué d’une communion, Laura a en elle des banques de données issues de l’absorption de toutes ses lectures.

Q : (F) Est-ce qu’il y a eu une secte à cette époque qui s’est revendiquée de cette communion ?

R : Oui.

Q : (L) Je pense que cela avait peut-être un rapport avec ceux qui deviendraient par la suite les Cajuns, une secte religieuse française qui vivait là…

R : Peut-être.

Q : (L) Cet article dit qu’il aurait fallu cent hommes travaillant chaque jour pendant six mois pour creuser ce puits…

R : Non.

Q : (L) L’article dit aussi que le puits doit avoir été creusé en 1780…

R : Non.

Q : (L) Quand ils ont foré, ils ont mis au jour quelques morceaux d’or, un morceau de parchemin et peut-être un bric-à-brac d’autres objets. De quoi s’agissait-il ?

R : Alchimie.

Q : (T) C’est le remolécularisateur qui l’a fait. (L) Pourquoi pas ? Si ces gens étaient mêlés à cette affaire, pourquoi ont-ils agi ainsi ?

R : Ont reçu l’ordre de le faire.

Q : (L) Ils ont reçu cet ordre des puissances supérieures avec lesquelles ils étaient en contact ; c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Qu’avaient-ils l’intention d’en faire ? Est-ce que quelqu’un avait l’intention de revenir un jour chercher cette machine ?

R : Non.

Q : (J) C’était peut-être une leçon. (T) A-t-elle été enfouie à cet endroit pour une raison précise ?

R : Bien sûr.

Q : (L) A-t-elle une action ? (T) Est-ce que le lieu, en lui-même, a de l’importance par rapport à son utilité ?

R : Magnétique.

Q : (T) Est-ce qu’il y en a d’autres enterrées sur la planète ?

R : Oui.

Q : (T) Est-ce qu’elles sont alignées les unes par rapport aux autres sur la planète, selon un certain modèle géométrique ?

R : Peut-être.

Q : (T) Est-ce qu’elles fonctionnent toutes ensemble ?

R : Peut-être.

Q : (T) Oh, maintenant qu’on est près du but, ils ne veulent plus rien nous dire. (J) Pouvez-vous nous dire où il y en a d’autres ?

R : Utilisez votre tête, c’est à cela que ça sert.

Q : (T) Nous utilisons notre tête. Et nous vous parlons de ça. Nous sommes sympas.

R : Brûle-étapes ville.

Q : (T) Ouais ! C’est de ça qu’il s’agit. Nous sommes encore de 3e densité ! Si nous utilisons…

R : Ce n’est pas bien de duper Maman Cassiopée !

Q : [Rires] (T) Humour ! Si nous suivions les coordonnées de l’endroit où cette chose est enfouie, cela nous conduirait-il aux autres ?

R : Essayez, vous verrez. Quand L__ a dit qu’il voulait partir à la chasse au trésor, pensez-vous que c’est cela qu’il avait en tête ?

Q : (T) Y a-t-il un remolécularisateur sous nos pieds ?

R : Non.

Q : (L) OK. Je voudrais en revenir à la fonction de cette chose. Vous dites qu’elle a été enterrée dans le but de ne pas être déterrée. Elle est vraiment enterrée pour rester là ? Est-ce exact ?

R : Oui.

Q : (L) Alors cela explique bien des choses sur la façon dont elle a été enterrée. À une certaine profondeur, une roche avec des inscriptions dessus a été trouvée. Elle a été détruite par négligence. Je suis curieuse de savoir ce qu’elle disait. Avez-vous accès à cela et pouvez-vous nous dire ce qu’elle disait ?

R : Marqueur de mesure.

Q : (J) Serait-il possible que cet appareil ait plus ou moins été lié à la pyramide de cristal de l’Atlantide ?

R : D’une modeste façon.

Q : (J) Est-ce que la pyramide avait quelque chose à voir avec l’alimentation de cet appareil ?

R : Oui.

Q : (J) Il est évident que cet appareil a été enterré bien après la construction de la pyramide, mais il a pu avoir exploité son énergie. (L) Est-ce que cet appareil fonctionne en continu ?

R : Non.

Q : (L) Qu’est-ce qui l’incite à se mettre en marche ? Je veux dire, à supposer qu’il le fasse.

R : Anomalies magnétiques.

Q : (J) Est-il affecté par les tremblements de terre ?

R : C’est une possibilité.

Q : (L) Ces anomalies magnétiques sont-elles de celles qui se produisent naturellement sur la planète ?

R : Les deux.

Q : (L) Elles peuvent donc se produire naturellement sur la planète ou peuvent être provoquées ou stimulées par quelque autre source ?

R : Oui.

Q : (L) Et que se passe-t-il quand cette machine est activée ?

R : Trop vague.

Q : (J) Cet appareil est-il une porte d’entrée vers cette dimension-ci ?

R : Peut-être utilisé comme tel.

Q : (J) Constitue-t-il éventuellement un verrou sur une porte vers cette dimension ?

R : Non.

Q : (J) Est-ce un point de ralliement pour entrer dans cette dimension ?

R : Non.

Q : (T) Est-ce une machine autonome, ou bien doit-elle être utilisée en conjonction avec d’autres ?

R : L’un ou l’autre.

Q : (J) Oh. Donc, elles sont raccordées en réseau, et si c’est une petite tâche, une seule peut le faire, mais si c’est plus important, elles peuvent toutes s’activer. (T) Est-ce que chacune d’elle couvre une certaine région de la planète ?

R : Non.

Q : (T) Vous avez dit qu’il n’était pas nécessaire qu’elles fonctionnent toutes simultanément ; elles peuvent fonctionner indépendamment les unes des autres ? Sont-elles positionnées de manière à ce que si quelque chose de peu important se produit, seules quelques-unes se mettent en marche, mais si quelque chose d’important survient, il y en ait autant que nécessaire qui se mettent en marche ?

R : OK.

Q : (T) Ont-elles été placées là pour maintenir la stabilité de la planète, en un certain sens ?

R : Vague.

Q : (L) À qui appartient-elle ?

R : Appartient ?

Q : (L) Qui l’a construite ?

R : Répondez par vous-même et assez, déjà, sur le sujet !!!!

Q : (J) Je crois que je viens d’entendre une porte claquer ! (L) Je voudrais aborder l’attentat à la bombe qui vient d’arriver. Pouvons-nous en parler ?

R : Vous pouvez toujours poser toutes les questions, pas besoin de demander la permission, si nous ne pouvons y répondre pour une quelconque raison, nous vous le ferons savoir.

Q : (L) D’accord. Le 25 février, nous avons reçu cette prédiction concernant un attentat à la bombe dont vous avez dit qu’il aurait lieu à Washington DC dans un délai d’un mois environ, qu’il était lié à un procès en cours qui a été identifié comme étant celui d’un des terroristes musulmans impliqués dans l’attentat des Tours Jumelles. Pouvez-vous nous dire si c’est la bombe qui était censée se déclencher à Washington, mais qui a ensuite été déplacée à Oklahoma à cause de l’intensification de la sécurité ?

R : Non.

Q : (L) Il n’y a eu aucun attentat à la bombe à Washington. Pouvez-vous nous dire pourquoi ?

R : Encore.

Q : (L) Cela doit encore se produire ?

R : Ouvert.Q : (L) La bombe à Oklahoma est liée au mouvement Patriote. Est-ce bien lui qui est à l’origine de cet attentat ?

R : Il n’y a pas de mouvement unifié en tant que tel, que ce soit dans la finalité ou l’orientation. C’est extrêmement fragmenté !

Q : (J) J’ai lu que ça pouvait être lié aux Davidiens. (L) Est-ce vrai ?

R : Non.

Q : (J) Des électrons libres ? (T) Est-ce le gouvernement unique mondial ?

R : Non.

Q : (L) Les types qui ont fait ça n’étaient que des électrons libres ?

R : Pas loin.

Q : (L) Donc, c’était simplement… (J) Deux ou trois tarés se sont rassemblés et… (L) Ont déraillé ?

R : Il est très facile d’être manipulé, et donc de devenir confus et de voir des démons là où il n’y en a aucun, et inversement.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire que ces gars étaient manipulés ?

R : Oui.

Q : (L) Pouvez-vous identifier la source de cette manipulation ?

R : Variée.

Q : (L) Pouvez-vous nous donner quelques indices ? Nommer une des sources de la manipulation ?

R : Race des Lézards.

Q : (T) Nommez-en une autre.

R : Tous leurs agents conscients et autres.

Q : (L) Pouvez-vous nous dire qui sont certains des agents humains des Lézards ? (LM) Au niveau organisationnel. (L) On ne le répétera pas !

R : Tous les humains le sont à un « moment » ou un autre.

Q : (L) Oui. Personne n’est à l’abri de cette manipulation. Et ça me ramène au coup de fil de Scarlett l’autre jour. J’aimerais savoir quelle était sa motivation pour m’appeler ?

R : Se décharger du trop-plein.

Q : (L) Ce n’était pas dans le but d’aller à la pêche aux informations ? (J) Ou de tenter une réconciliation ?

R : Peut-être.

Q : (T) Eh bien, ce serait ça son trop-plein. (L) Vous voulez dire un trop-plein émotionnel, ou autre ?

R : Les réponses sont plus faciles quand les questions sont précises.

Q : (L) A-t-elle appelé pour se réconcilier ?

R : Inconsciemment, peut-être.

Q : (L) A-t-elle appelé parce que ces gens de l’Église Métaphysique l’ont persuadée de le faire ?

R : Idem.

Q : (L) Est-elle toujours en lien avec MF ?

R : À peine.

Q : (L) Bon, peu importe. Qu’est-ce qui rend fous les cancrelats, depuis une semaine ? Ils dépassent les bornes.

R : L’électromagnétisme.Q : (L) D’où vient cet électromagnétisme ?

R : Perturbation du champ électromagnétique.

Q : (T) Qu’est-ce qui a perturbé ce champ ?

R : C’est sismique.

Q : (L) Où cela va-t-il « atterrir » ?

R : Ouvert.

Q : (L) Eh bien, je pense que quelque chose est sur le point d’arriver, parce qu’à chaque fois que j’ai vu les cancrelats se conduire ainsi, quelque chose est arrivé : tremblement de terre, ouragan, accident d’avion, etc. Quelles sont l’étendue et la localisation de cette perturbation en ce moment ?

R : Bouge en permanence.

Q : (L) Est-ce une perturbation plutôt importante ?

R : Oui.

Q : (T) Où était-elle avant d’arriver ici ?

R : Elle fait le tour de la Terre à raison de 6 500 tours par minute.

Q : (L) Par minute ?

R : Oui.

Q : (LM) Est-elle souterraine ou atmosphérique ?

R : Les deux.

Q : (L) Quelle est la source de cette perturbation électromagnétique ?

R : Trop compliqué.

Q : (J) Je déteste quand ils disent ça ! (LM) Et en résumé ? Est-ce un phénomène naturel, ou provient-elle d’autres dimensions ?

R : Naturel.

Q : (L) Provient-elle de l’intérieur de la planète ou bien est-ce une réaction de la planète aux ondes cosmiques ?

R : De l'intérieur et de la périphérie.

Q : (J) Est-ce un événement normal ?

R : Non.

Q : (J) Cela s’est-il déjà produit ?

R : Oui.

Q : (J) Quand ?

R : Il y a quatre mois.

Q : (L) Que s’est-il passé il y a quatre mois ?

R : Faites appel à votre mémoire.

Q : (T) Eh bien, le tremblement de terre au Japon a eu lieu il y a quatre mois. (L) C’est à ça que vous faites allusion ?

R : Oui.Q : (LM) Est-il très probable qu’une faille soit à nouveau touchée ?

R : Ouvert.

Q : (T) Cela va-t-il se manifester par une sorte de changement terrestre ?

R : Oui.

Q : (L) Pouvez-vous nous donner une prédiction à ce sujet ?

R : Ouvert.

Q : (T) Cela dure déjà depuis un certain temps. (L) Depuis environ dix jours, je crois. (J) Est-il exact que cela fait dix jours ?

R : Pas loin.

Q : (T) Combien de temps cela dure-t-il en général ?

R : Ouvert.

Q : (T) La maison de Laura en sera-t-elle l’épicentre ? [Rires]

R : Ouvert. Si c’est le cas, nous suggérons de prendre des « vacances » .

Q : [Rires] (J) Des suggestions quant à la destination ? (LM) Los Angeles. (T) C’est un bon endroit pour les Jeux Olympiques d’été ! J’ai entendu que l’équipe des États-Unis avait une bonne chance d’obtenir des médailles d’or et de casser la baraque cette année. (L) Je vais redemander pour V__ si l’Institut Naropa est un bon environnement pour la poursuite de ses études ?

R : Si c’est son choix.

Q : (L) Ma mère voudrait savoir quelles sont les conséquences de la crémation ? Elle a lu des trucs à ce sujet et ça l’inquiète un peu. (T) Ils ne le font qu’après que tu sois mort.

R : Aucune.

Q : (L) Donc, il n’y a pas de problème au fait d’incinérer le corps et…

R : Le corps est de troisième densité, pas de cinquième densité.

Q : (L) Ça l’inquiète parce qu’elle a lu un livre qui dit qu’il faut un moment pour que l’âme se sépare totalement du corps et qu’il y a une conscience « cellulaire » qui peut éprouver de la douleur un certain temps après la mort, au moins jusqu’à ce que chaque petite cellule meurt individuellement. Y a-t-il quoi que ce soit de vrai dans tout cela ?

R : Non. Quand l’âme part, elle part instantanément. Il n’y a pas de conscience corporelle qui reste et meurt « lentement ». Une fois mort, on est mort.

Q : (T) La seule douleur que cela provoque c’est pour ceux qui vendent des concessions et des enterrements exorbitants. Ils espèrent que la mode de la crémation s’essoufflera ! (F) Si les gens continuent à être enterrés, ne va-t-on pas manquer de place ? (T) On recycle les cimetières dans certains endroits ! Je veux être incinéré. (LM) Allons dehors ! (T) Pas maintenant ! Pas tant que je ne suis pas mort, L__. Là, ça ne fera pas mal ! [Rires] (J) Ah, va chercher de l’essence et viens dehors ! (LM) Je plaisantais ! [Rires] (T) Oui, on a fait incinérer notre chat, M. Scott, et quand je serai mort, je veux être incinéré et que les cendres de M. Scott soient mélangées avec les miennes. Comme ça j’aurais mon petit chat avec moi, et M. Scott ne sera pas seul. (L) C’est très touchant, Terry. Un petit peu tordu, mais touchant. (LM) Pourquoi ne fais-tu pas pousser des tomates que tu fertiliseras avec M. Scott ? Comme ça tu l’auras en toi. (T) Mais ce qui entre doit ressortir ! Et là, il sera parti !

[Pause]

Q : (T) Il y a quelques séances, vous avez utilisé le terme « prendre ». Qu’est-ce que ça voulait dire ?

R : « Prendre » signifie tout ce qui est associé à ce mot.

Q : (J) J’ai regardé plusieurs émissions hier soir à la télévision. L’une d’elles parlait d’un homme qui avait été frappé par la foudre il y a environ 20 ans, et cela avait grandement accru ses facultés de voyance. Je me demandais si c’était une conséquence normale du fait d’être frappé par la foudre ?

R : Oui.

Q : (T) Les facultés parapsychiques améliorées persistent-elles ou diminuent-elles après un moment ?

R : Restent.

Q : (L) Le coup à la tête que j’ai reçu lors de l’accident de décembre dernier a-t-il augmenté mes capacités parapsychiques ?

R : Peut-être.

Q : (J) On a regardé une émission sur les pyramides d’Égypte où il était dit qu’il n’y avait rien de magique ou d’inhabituel dans la façon dont ils ont trouvé la formule pour construire les pyramides. Au départ, ils essayaient de mesurer avec des mètres-rubans qui s’étiraient et étaient imprécis. Donc, ils ont décidé d’utiliser une roue de mesure ce qui leur aurait permis d’y arriver sans de grands calculs mathématiques. Est-ce exact ?

R : Non.

Q : (L) Tu le savais. (T) Est-ce pour cela qu’on trouve pi dans les mathématiques de la pyramide ?

R : La position définit le sujet. C.-à-d., une « position » différente sur le sujet.

Q : (J) Donc, nous devrions adopter une position différente sur un sujet. (LM) Eh bien, tous les manuels montrent des centaines de milliers d’esclaves faisant rouler des blocs sur des rondins pour construire les pyramides. (L) Ça a été fait grâce à une focalisation d’ondes sonores.

R : Les manuels sont de la propagande.

Q : (T) Les pyramides ont-elles été construites de la même façon que le Château de Corail ?

R : Pas loin.

Q : (L) Je veux que mon mari me trouve un siège baquet et le suspende dans l’arbre pour que je puisse tournoyer. Si je fais ça, vais-je développer d’étranges capacités ?

R : Oui, le tournis.

Q : (L) Est-ce que le type qui a construit le Château de Corail s’asseyait dans son siège d’avion suspendu au plafond et tournait dedans ?

R : Ouvert.

Q : (L) Le siège d’avion suspendu au plafond de sa chambre jouait-il un rôle dans la manière dont ça fonctionnait ?

R : Si tu tournes, ce doit être avec une méthode précise, pas juste tourner au hasard.

Q : (L) A-t-il découvert une méthode précise de tournoiement pour accomplir de telles choses ?

R : Ouvert.

Q : (T) Donc, de nombreux tours et une direction précise ? (L) Pouvons-nous enchaîner là-dessus ? Que pourriez-vous nous dire à propos de cette histoire de faire bouger des choses grâce au son ? (J) Et quant à la méthode précise pour tournoyer ?

R : Suggérons l’expérimentation.

Q : (L) Qu’est-ce qui cloche avec mon oreille ?

R : Vague.

Q : (L) Quelque chose ne va pas avec mon oreille. (J) Décris. (L) Non, c’est trop dégoûtant. (J) Fais-le.

R : Tissu adipeux.

Q : (L) Ça ne peut pas être ça ! Mon oreille produit et exsude un genre de truc noir goudronneux. Je pense que c’est un mélange de sang et de cérumen.

R : Non. Tissu adipeux.

Q : (L) Pourquoi ça fait ça ?

R : Oreille interne.

Q : (T) Il y a quelque chose qui cloche avec l’oreille interne de Laura ?

R : Pas de quoi s’inquiéter.

Q : (L) Est-ce que je fais bien d’utiliser de l’eau oxygénée, de l’alcool et du vinaigre ?

R : OK, mais vas-y mollo.

Q : (L) Bon, ce n’est qu’une des oreilles. L’autre va bien. (T) Tu arrives à entendre ? (L) Oui. (J) Certaines personnes ont une production de cérumen très prolifique. (L) Mais ce n’est qu’une des oreilles. Et c’est celle que j’utilise le plus.

R : Ne t’inquiète pas.

Q : (T) Facile à dire pour eux, ils n’ont pas d’oreilles. (L) Bon, une rapide : vais-je bientôt recevoir mon remboursement d’assurance ?

R : Ouvert. Qui vivra verra.

Q : (L) Oui, mais je suis fauchée en ce moment.

R : Tu l’as déjà été et tu as survécu.

Q : (L) Je suis tellement à sec que je ne peux même pas acheter de nourriture.

R : Ne durera pas longtemps.

Q : (L) Eh bien, je dois faire un tas de choses. Comment vais-je pouvoir payer pour la conférence, par exemple ?

R : La foi. Temps de dire bonne nuit.

Q : Bonne nuit.

Fin de la séance
 
Last edited:
Top Bottom