đź“š SĂ©ance du 22 juillet 2000

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 22 July 2000

Merci aux membres de l’équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

SĂ©ance du 22 juillet 2000

Ark, Laura, Frank, LC, CF, AK, IT, SF, PC

Q : Bonsoir.

R : Bonsoir.

Q : Qui avons-nous avec nous ce soir ?

R : Vostorra.

Q : Et d’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : Nous avons des invités ce soir, les gars ! Vous avez remarqué ?

R : Vraiment ?? Tu plaisantes non ?

Q : En fait, non. C’est vous qui plaisantez.

R : Oui.

Q : (IT) Est-ce que l’effet tunnel quantique est important ?

R : Vague, ma chère.

Q : (IT) Pourquoi cela m’est-il venu à l’esprit alors que je méditais dans le métro ?

R : C’est lié au concept d’espace clos, combiné au mouvement. L’espace clos est un espace défini par la visualisation de l’observateur, plus qu’un état physique réel.

Q : (IT) [Tentatives de relecture de la remarque avec une certaine difficulté.]

R : Suggestion : essayez d’inscrire des lettres sans essayer de les mettre en mots pendant que vous écrivez. Sinon, vous perdrez le fil !

Q : (IT) C’est vrai ! J’essaie d’anticiper ce qu’ils vont dire. (L) Et ce qui est intéressant dans cet exercice, c’est qu’il conditionne votre esprit à ne PAS anticiper !

R : Ce qui est bon, en effet.

Q : (IT) Cette visualisation d’une perception, plus qu’un état physique réel, est-ce que c’est parce que je perçois quelque chose et que j’essaie de le mettre en mots ? Qu’est-ce que je perçois ? Qu’est-ce que l’effet tunnel quantique ? J’ai essayé d’y réfléchir et j’ai dit « oublie ça ! Rien ne va plus vite que la vitesse de la lumière… »

R : Tu vas le savoir très bientôt. Comme nous l’avons déjà dit : apprendre est amusant !

Q : (IT) Je devrais donc prendre chaque étape au fur et à mesure. Ai-je été enlevée ?

R : Tu as eu quelques expériences liées à des événements ancestraux particuliers. Nous voyons dans ta « lignée » deux femmes qui étaient exceptionnellement fortes au sens psychique, ma chère !

Q : (IT) Je ne sais pas ! (L) Je suppose que, pour une quelconque raison, c’était à cause de ta lignée. (IT) C’était le truc écossais ?

R : Non.

Q : (IT) Peut-être ma mère. Je ne veux pas poser toutes ces questions sur des problèmes personnels, mais maintenant ils me font réfléchir ! Est-ce que cela a un rapport avec la raison pour laquelle ma grand-mère a décidé de juste mourir ?

R : Bien sûr. Vous voyez les liens en réfléchissant.

Q : (IT) C’est tout à fait exact. J’essaie de réfléchir. Ma grand-mère est partie parce qu’elle ne pouvait pas le supporter, peut-être ?

R : Non. Ta grand-mère a fait la transition parce que c’était son heure. D’autres y ont vu moins de bonnes intentions.

Q : (IT) Je n’y comprends rien. Maintenant je suis complètement confuse.

R : Elle est « partie » au bon moment. Mais d’autres personnes étaient insatisfaites, ce qui a jeté un léger froid sur la situation.

Q : (L) Y a-t-il eu des gens qui ont fait des commentaires sur le moment et le lieu du décès de ta grand-mère ; en ont-ils fait un problème ?

R : Sentiments, Laura.

Q : (IT) Je sais que ma mère et ma grand-mère se sont en quelque sorte réconciliées. Ma grand-mère n’a pas élevé ma mère ; il y a là un très gros problème. Je n’ai vu ma grand-mère que deux fois dans toute ma vie. Je l’ai vue une fois quand j’étais très jeune, puis nous avons déménagé ici et elle s’est installée aux Bahamas. Ma mère et elle n’avaient aucune relation, et puis soudain – je ne sais pas ce qui s’est passé, je pense que mon grand-père est mort – et ma mère a décidé de mieux connaître sa mère. Ma grand-mère est venue nous rendre visite à New York, et tout s’est très bien passé. C’est la deuxième fois que je l’ai vue. Elle a commencé à communiquer avec ma mère. Elle était censée venir nous rendre visite et nous attendions que la maison soit terminée avant qu’elle ne vienne, mais elle est morte avant de pouvoir venir. Je pense que ma mère se sent très coupable. Cela l’a fortement marquée. Elle est toujours incapable d’y faire face. De toute façon, je pense que ma mère est médium. L’autre médium, c’est probablement elle. (L) Qu’est-ce que tout cela a à voir avec le fait que IT a été enlevée ou non ?

R : Nous n’avons pas discuté de l’enlèvement.

Q : (IT) Mais, c’est la réponse que vous avez donnée lorsque j’ai demandé si j’avais été enlevée

R : Oui. Nous avons donné les meilleures réponses sur la situation actuelle. Avant de se préparer à entendre parler d’enlèvements, il faut être bien conditionné. Cela inclut un niveau de conscience approprié sur la nature mécanique complexe des enlèvements !

Q : (L) Je suppose qu’ils veulent que tu penses à ta lignée, à tes relations, à tous les facteurs qui y sont liés…

R : D’accord, Laura, chaque élève suit son propre chemin.

Q : (IT) Je suis d’accord. Je n’ai jamais senti un enlèvement, je n’ai jamais vu d’OVNI, alors peut-être que je ne devrais pas penser à un enlèvement…

R : Ouverture d’esprit.

Q : (IT) Peut-ĂŞtre que je me concentre trop sur la mauvaise chose ?

R : Tu t’en sors bien, mais il y a beaucoup plus à venir.

Q : (IT) Donc, ce qui arrive, arrive. (LC) Je suis vraiment curieuse. J’ai l’impression que nous avons toutes été rassemblées ici pour une raison. On a eu beaucoup de mal à arriver ici, chacune d’entre nous, mais on l’a fait, et je me demande juste de quoi il s’agit ? Pourquoi on s’est toutes senties si attirées que nous DEVIONS être ici ?

R : Ce n’est pas tant que vous vous demandez, mais que vous cherchez une confirmation.

Q : (IT) Tu ressens probablement que nous avons un but commun, ou que nous nous connaissons à un autre niveau, et tu as juste besoin d’une confirmation… Je ne sais pas. Pourquoi penses-tu, TOI, que nous sommes attirées ensemble ? (LC) Je ne sais pas. Je ressens juste quelque chose de puissant.

R : Tout le monde ici pense à plus d’un niveau. Cela place déjà tout le monde dans une catégorie différente du statu quo. Vous avez toutes des sens assez développés, une tâche plus difficile est d’apprendre à faire confiance aux messages. N’oubliez pas que vous avez toutes reçu une programmation négative au troisième niveau de densité, qui est conçue pour faire dérailler votre conscience psychique supérieure. Vous savez maintenant qu’il s’agit d’une fausse programmation, mais nous constatons qu’il est plus difficile pour vous de surmonter les centres subconscients. La patience sera bien plus bénéfique pour vous ! ! !

Q : (PC) Voici mon ressenti sur toute cette affaire : on se réunit, l’énergie créée par notre présence commune est une clé ; elle débloque quelque chose puisque nous avons convenu de nous réunir maintenant, même si ce n’est pas encore évident, ça va l’être. C’est ce que j’ai ressenti à propos de toute cette affaire. (IT) Oui. Je DEVAIS venir. Quoi qu’il arrive. (PC) Oui. (LC) Je suppose que je voulais une confirmation du POURQUOI je sentais que je DEVAIS venir ! (L) Et ils nous disent que « la patience sera bien plus bénéfique ! ». Ils ne disent pas souvent ce genre de choses, et quand ils le font, ça signifie vraiment quelque chose de grand. Mais on ne peut pas obtenir d’indice, parce qu’en commençant à anticiper, on bloque le tout ! [rires] Si on se limite à faire ce qu’il faut faire, les événements continueront à nous guider. (F) L’énergie de cette pièce est vraiment puissante ce soir, je le sens. (PC) Oui. J’ai juste envie de pleurer. Je suis fatiguée, mais pleine d’énergie. (IT) Et j’ai tellement de mal à suivre. J’essaie de suivre les lettres une à la fois… (L) Et c’est comme ça que nous devons faire face à tout ça. C’est un peu comme écouter les lettres une à la fois. (LC) Et ma main ne bougera pas avant trois lettres après en avoir entendu une ! C’est tellement frustrant ! Ça va tellement vite. (A) Quel genre de programmation avons-nous tous ? Je sais que c’est négatif, mais quel genre en particulier ?

R : Vous recevez quotidiennement des programmes provenant de sources multiples, mais la racine ultime est essentiellement la mĂŞme.

Q : (IT) Oui, télévision, tours de téléphonie cellulaire, tous ces trucs, je suppose…

R : Éducation dans l’enfance, etc.

Q : (IT) J’ai été bombardée par la religion quand j’étais petite. Je détestais ça. J’ai essayé de lire la Bible du début à la fin, mais quand je suis arrivée à l’Exode, je savais que c’était de la foutaise. J’ai essayé les Mormons. Je n’ai pas réussi à dépasser le deuxième chapitre parce que tout ça aussi, c’était de la foutaise. J’ai essayé le truc des Témoins de Jéhovah, et c’était de la foutaise. J’ai essayé d’être athée, et c’était de la foutaise. Tout ce que je trouvais, c’était de la foutaise. (L) Ouais. On est dans le pétrin, c’est sûr !

R : Oui, mais le « pétrin » favorise de puissantes possibilités d’apprentissage.

Q : (IT) C’est TELLEMENT vrai. J’ai déjà été dans le pétrin tant de fois – et je suis ENCORE dans le pétrin ! (LC) D’accord, une autre question, et c’est une question un peu égoïste à laquelle je pense…

R : Un instant, rappelez-vous que votre plan d’existence est naturellement SDS et c’est normal, parce que vous êtes tous là où vous êtes pour une raison… Maintenant LC, vas-y et sois aussi égoïste que tu le souhaites, ma chère. [Rires]

Q : (LC) Eh bien, si c’est le cas ! Je veux demander au sujet de nos vies antérieures communes. Je suis sûr qu’il y en a.

R : Sois précise.

Q : (IT) Sommes-nous toutes liées en quelque sorte de par nos vies antérieures ?

R : IT n’est pas LC.

Q : (L) C’est au tour de LC ! [Rire] (LC) Mais elle l’a si bien dit ! (L) Mais ici ils essaient de vous faire réfléchir. (LC) Permettez-moi juste de répéter ce qu’IT a dit. Existe-t-il des liens issus des vies antérieures entre les femmes présentes dans cette pièce ?

R : Qui ?

Q : (LC) Eh bien, commençons avec Laura. Est-ce que j’ai eu une vie antérieure avec Laura ?

R : Avant de répondre à cette question, nous souhaitons savoir comment vous percevez une circonstance de vie antérieure.

Q : (IT) Pour une raison quelconque, je ressens un lien d’une vie passée avec SF. J’ai l’impression qu’elle était soit un parent, soit quelqu’un qui m’a beaucoup appris sur moi. J’ai ressenti cela rien qu’en lisant sa correspondance. Qu’en pensez-vous ? (LC) Je ne sais pas… je n’y ai pas songé avant maintenant…

R : Comment percevez-vous le processus de réincarnation ?

Q : (LC) Je le perçois comme le fait de revenir avec des personnes que l’on a choisies, et l’on choisit des personnes avec lesquelles on a un lien karmique. (IT) Je vois les choses un peu différemment…

R : Aha ! Nous avons une variante !

Q : (IT) Je pense que lorsqu’on meurt et que l’on passe à la 5e densité, on fait des alliances avec les gens de chaque incarnation, donc quand on revient, c’est pour mettre en œuvre une alliance. (LC) Oui, c’est ce que je pense. Mais quand ils ont posé cette question, je pensais qu’il y a des gens avec qui on revient à cause de la proximité. Quelqu’un peut être votre mère dans une vie, et il y a un lien d’amour, et puis il y a d’autres personnes avec qui on revient parce qu’on doit résoudre quelque chose pour laisser partir cette personne plutôt que de s’en approcher.

R : C’est en partie correct. Mais il y a bien plus. Par exemple, on peut s’incarner sur différents plans d’existence, pas seulement sur celui que vous percevez actuellement. Et on peut en fait se réincarner sur plusieurs plans simultanément, si l’on est suffisamment avancé pour le faire.

Q : (IT) Vous savez, un médium m’a dit que j’avais deux vies simultanées… (L) Suggérez-vous que…

R : Oui, c’est ça !

Q : (L) Je le pensais, mais ils ne m’ont pas laissé finir. Pour information, je pensais que nous faisions toutes partie de la même unité d’âme ici.

R : Dans une certaine mesure, mais vous ne comprenez peut-être pas encore ce qu’est exactement une « unité d’âme ». Et bien sûr, cela a plus d’une signification. Le « truc » que les formes de vie de 3e densité SDS apprendront, soit avant le passage à la 4e densité, soit au moment exact, c’est de penser en termes totalement illimités. La première et la plus importante étape de ce processus est de ne rien anticiper. C’est très difficile pour vous. Nous le comprenons, mais c’est aussi la raison pour laquelle nous ne cessons de répéter ce point. Imaginez par exemple qu’une de vos vies passées soit aussi une vie future ?

Q : (IT) Et voilĂ  un tunnel quantique !

R : Oui.

Q : (IT) Cela concerne les vies passées et les vies futures.

R : Oui.

Q : (IT) Mais je n’arrive pas encore à comprendre. Je n’arrive pas à faire le lien.

R : Vous le ferez. « Tout en temps voulu, ma jolie, tout en temps voulu. »



Q : (L) C’est une phrase du Magicien d’Oz ! Quand Dorothy voulait savoir où se trouvait Toto. (PC) Maintenant, je veux juste dire que je pense que nous avons toutes voyagé dans le temps pour changer la situation actuelle. Nous nous sommes insérées dans cette période pour nous réveiller et voir ce qui se passe vraiment. C’est une façon de penser de troisième densité, je sais, mais c’est la seule façon dont je peux la décrire. Nous avons regardé rétrospectivement comment les choses se sont passées, la situation actuelle du monde, et nous sommes revenues pour changer les choses. Nous sommes venues du futur, pour nous réveiller maintenant, parce qu’on ne s’est pas réveillées avant. (C) C’est peut-être ça notre lien « vie passée/vie future » ? (PC) C’est ça, nous avons toutes accepté de nous insérer dans cette ligne temporelle… (L) Donc, nous SOMMES du futur… (PC) Parce que le monde s’en va dans cette direction et qu’il fallait faire QUELQUE CHOSE. C’est ce que je vois. (IT) Oui. Nous avons toutes décidé de revenir, mais il y avait une forte possibilité que nous ne puissions pas nous réveiller et nous relier. Et c’est pourquoi tant de choses se sont produites pour tenter de nous empêcher de nous réunir. (PC) Et ce n’est pas tout, il se passe des choses qui nous empêchent de nous réveiller, point final ! On nous a toutes bombardé des choses durant toute notre vie. (IT) Oui, et quand on a commencé à se réveiller, et qu’on a compris que nous DEVIONS nous réunir pour « nous lier », pour FAIRE ce que nous allons faire, toutes sortes de choses devaient se produire pour l’empêcher – comme les chats de Caroline, même ça ! [Rires] (S) J’aimerais poser une question sur la synchronicité…

R : Un instant… quelqu’un vient de dire quelque chose qui est étonnamment proche de la vérité. Un instant… réfléchissez s’il vous plaît.

Q : (L) PC a dit que nous sommes revenues du futur et que nous nous sommes insérées dans cette ligne temporelle…

R : Oui. C’est presque entièrement correct !

Q : (L) En termes de réincarnation, dont on parlait quelques minutes auparavant, nous sommes peut-être des incarnations de nous-mêmes, incarnés à différents niveaux. Il se trouve que c’est l’un des niveaux de réalité que nous occupons, mais il y a d’autres moi à d’autres niveaux qui pensent et font des choses à d’autres niveaux, et nous percevons ces autres niveaux comme étant le futur…

R : Peut-être pour certains d’entre vous, mais n’allons pas trop vite.

Q : (PC) Les C’s disent être NOUS dans le futur. Donc, nous, qui sommes EUX dans l’avenir, certains d’entre eux étant dans l’avenir, sommes revenus en tant que nous, pour faire ce que nous faisons, pour défaire ce qui se passe sur Terre…

R : Proche, mais plus complexe que ça. Il serait difficile pour vous de comprendre complètement à ce stade, mais disons que vous êtes proches.

Q : (C) Je me demande si nous, qui vivons ici, comme c’est le cas maintenant, vivons aussi dans toutes les densités, d’une à six, simultanément, de sorte qu’une partie de nous maintenant, comprend une partie de nous à tous les autres niveaux. Par exemple, je suis un arbre, je suis l’eau, je suis ici dans ce corps et je suis aussi dans d’autres densités ?

R : Non, pas vraiment, mais bien essayé !

Q : (A) Eh bien, PC l’a eu dans le mille à propos de son retour du futur. (IT) Ils ont dit que je devrais réfléchir, alors peut-être que nous devrions réfléchir à d’autres choses…

R : Vous devriez réfléchir à tout ce qui se trouve dans la réflexion !

Q : (L) Tout. Pourquoi utilisent-ils le terme « réflexion » ? (A) Nous n’avons jamais quitté notre source originelle…

R : « Alice à travers le miroir. »

Q : (L) Quand elle a traversé le miroir, elle était dans une réalité alternative. (IT) Sommes-nous dans une réalité alternative ?

R : Oui. Mais bon, toutes les réalités ne sont-elles pas « alternatives » ?

Q : (IT) C’est vrai, parce que la source est la VRAIE réalité, tout le reste est alternatif.

R : Assez proche, IT. Tu gagnes une étoile d’argent !

Q : (IT) Vous êtes hilarants ! J’aime les étoiles et j’aime l’argent.

R : Super, oui, mais celles en or sont encore mieux !

Q : (IT) J’écrivais quelque chose dans mon journal sur les supernovas qui sont des étapes vers le Big Bang, dans le sens où chaque supernova représente un reflet de nous-mêmes…

R : Dans un sens plus physiologique, les supernovas présentent des énergies cosmiques qui « remontent la barre » de la conscience, quand on est suffisamment proche.

Q : (IT) Alors cette supernova qui s’est produite assez récemment – la supernova Cas A de 1658, ou à peu près – a-t-elle quelque chose à voir avec notre prise de conscience actuelle ?

R : Cela a quelque chose Ă  voir avec ce canal.

Q : (IT) J’ai eu ce sentiment. J’y suis retournée et j’ai lu « Les supernovas, véhicules d’ascension ? » Ce qui s’est passé avec cette supernova nous affecte-t-il ?

R : Une question plus intéressante serait : qu’en est-il de la PROCHAINE supernova ?!?

Q : (IT) Il y en a une qui arrive et ce sera la vague ? Ou…

R : Non, non, non. Pas d’anticipation, s’il vous plaît.

Q : (L) Eh bien, c’est assez difficile quand vous dites « qu’en est-il de la PROCHAINE ! »

R : RĂ©flexion, oui, mais anticipation ? Non !

Q : (IT) Nous devons revenir à cette question de réflexion parce qu’ils continuent à nous le mentionner. (C) Ce qui a été dit il y a quelque temps, c’est que nous avons peut-être, comme groupe, créé une sorte d’énergie ou de barrière. (PC) Je pense que nous sommes en train de créer une possibilité qui n’aurait pas existé SANS notre réunion ici.

R : Oui, mais c’est généralement vrai dans la plupart des circonstances similaires. La question est de savoir dans quelle mesure cela est significatif.

Q : (IT) Combien significative est la possibilité que nous créons ici et maintenant ?

R : C’est à vous de voir.

Q : (IT) Donc, on ne sait pas. On sent qu’il y a quelque chose de très important sur le point de changer l’univers. (L) Je pense que c’est aussi à nous, individuellement et en groupe, de choisir comment nous allons réagir aux événements à venir. Le dicton « beaucoup d’appelés, peu d’élus » devrait être reformulé ainsi : « Beaucoup sont appelés, mais peu choisissent de répondre à l’appel ». (PC) Tout le monde est appelé ! (L) Oui. Mais tant de gens succombent aux attaques, ne peuvent surmonter les obstacles et barrières, et choisissent de continuer à voir la vie en termes banals et superficiels. Le moment venu, combien répondent VRAIMENT ? C’est une chose très subtile que de lire les signes et de « voir l’invisible » dans le bourbier de signaux contradictoires envoyés par la réalité de 3e densité pour nous bloquer la vue. (PC) Oui. Les animaux ont une progéniture nombreuse pour que certains survivent. Je pense que nous sommes venus nombreux pour assurer que certains VONT se réveiller. Les probabilités sont défavorables, donc nous DEVONS être nombreux à revenir pour cette raison. (S) Les tortues de mer. (PC) Rien ne garantit que tous se réveilleront. (IT) Oui, et CERTAINS d’entre nous pourraient se rendormir ! (PC) Oui. (L) C’est un danger constant pour nous tous. Un lecteur m’a envoyé un message intéressant sur le fait qu’il existe le moment crucial de choisir. Dans la tradition de Don Juan on l’appelle « Le Cri de l’Aigle ». Une âme est appelée à choisir un acte singulier qui va changer le cours de sa vie pour toujours et soit elle répond, soit elle ne répond pas. Une fois l’appel lancé, une fois le moment venu, si elle ne choisit pas, l’appel ne revient jamais parce que le moment est perdu à jamais. C’est un appel de l’âme. S’ils s’en détournent, ou s’ils pensent qu’il reviendra, ou qu’il y aura d’autres opportunités, alors ils choisissent de NE PAS répondre, et il ne revient jamais. Soit vous le faites, soit vous ne le faites pas. (LC) Et bien sûr, c’est là que les attaques commencent vraiment !

R : Non, LC, les attaques sont continuelles.

Q : (IT) Les attaques sont toujours là, mais ce n’est que quand vous commencez à vous réveiller que vous commencez à prendre conscience de ce qu’elles sont et que vous avez le choix de percevoir leur nature et de les surmonter ou de penser que ce ne sont que des événements avec lesquels vous devez « composer » ou de vous soumettre aux circonstances…

R : Oui. La prise de conscience est la clé ; la connaissance protège, l’ignorance met en danger.

Q : (IT) Oui, j’aurais pu rester à la maison quand nous avons réalisé que notre argent n’allait pas être là comme nous l’avions prévu. C’était certainement une attaque pour nous empêcher de venir. (LC) Oui, la même chose m’est arrivée. Mais, j’avais mis de côté de l’argent que j’ai appelé mon « argent de la fin du monde ». Je l’avais mis de côté depuis longtemps et j’ai dit à mon mari que j’allais utiliser mon « argent de la fin du monde ». [Rires] (IT) Oui. J’étais déterminée à venir malgré tout. Et puis, à l’aéroport, quand j’ai raté mon vol et qu’il était possible que nous n’ayons pas d’autre vol… J’ai même pensé à AMTRAK, à louer une voiture, peu importe. (LC) Ouais ! Elle ne conduit même pas et elle allait louer une voiture ! (IT) Oui, c’est le choix auquel nous avons toutes été confrontées : est-ce assez significatif ?

R : C’est le manque de conscience de l’attaque. Mais ce n’est pas grave, car nous apprenons tous à notre rythme.

Q : (LC) Eh bien, Caroline n’est pas venue parce que son chat allait avoir des chatons. (L) Je suppose que le canal était peut-être le vétérinaire ? (LC) Mais, elle est aussi dans cette situation où elle a eu des avertissements clairs, mais elle dit que le thème astrologique dit ceci ou cela de sorte que les énergies ne sont pas « bonnes » pour partir. (L) Eh bien, cela peut être une forme d’attaque, d’adhérer à tout ça. Surtout si l’on considère le moment et la source de l’information. Mais, changeons de sujet. J’ai eu un appel de Vincent Bridges qui m’a informé que la série sur L’Onde faisait vraiment sensation. Il semble qu’il ait eu un lien avec ce Dr Hammond de la célèbre conférence Greenbaum et qu’il ait également eu un certain nombre d’échanges avec Andrija Puharich. Vincent affirme que le phénomène des OVNI, le phénomène des enlèvements aliens et les nombreuses autres choses dont nous parlons, étudions et discutons, sont le produit de projets de programmation de l’esprit contrôlés par l’homme, utilisant la technologie de Puharich et de Tesla. Oui, elle est censée être si avancée qu’ils peuvent non seulement lire les pensées et contrôler les esprits, mais qu’il s’agit en fin de compte d’une simple programmation conçue par l’homme. A-t-il raison, même en partie ?

R : Eh bien, certains éléments du phénomène peuvent être liés à l’ingénierie humaine de 3e densité SDS, mais dans l’ensemble, ce n’est pas le cas.

Q : (L) Selon lui, le centre de la toile de toute cette conspiration de programmation mentale se trouve Ă  Tyler, au Texas. Est-ce exact ?

R : Le quoi ?!?

Q : (L) Eh bien, qu’en est-il du centre de la filiale humaine de la conspiration de programmation ?

R : Nous pensons que Vincent a besoin de se ressourcer un peu.

Q : (L) Il a également dit que la région dans laquelle nous vivons est le centre d’une expérience de programmation particulière, quelque chose comme les nazis ou les adeptes de la magie noire ou quelque chose comme ça.

R : Il vaut mieux ne pas trop s’emporter. Retenez que la racine de toutes les énergies « négatives » dirigées vers les sujets SDS de 3e densité, provenant de la 4e densité, est essentiellement la même.

Q : (LC) Sommes-nous actuellement surveillés par les SDS de 4e densité ?

R : Vous l’êtes toujours !

Q : (A) Ce sont les hélicoptères.

R : C’est plus probablement de la troisième densité. Ici nous vous suggérons une révision des transcriptions relatives à la situation en Allemagne nazie pour mieux comprendre.

Q : (A) C’est pour ça vous ne pouvez pas quitter Tyler…

R : Nous souhaitons d’abord passer en revue certaines choses. Le concept de « race des seigneurs » mis en avant par les nazis était simplement un effort SDS de 4e densité pour créer un véhicule physique avec la fréquence de résonance correcte pour que les âmes SDS de 4e densité puissent l’occuper en 3e densité. Il s’agissait également d’un « essai » pour des événements planifiés dans ce que vous percevez comme étant votre avenir.

Q : (L) Vous voulez dire avec une forte fréquence SDS pour qu’ils puissent avoir un « véhicule » en 3e densité, pour ainsi dire ?

R : C’est exact. Fréquence de résonance vibratoire ! Très important.

Q : (L) C’est donc pour cela qu’ils programment et expérimentent ? Et tous ces gens qui courent partout et que certains pensent être « programmés », pourraient être des individus qui élèvent leur niveau de méchanceté suffisamment pour accommoder des SDS 4e densité vraiment négatifs – un peu comme les « walk-ins » ou quelque chose du genre, mais qui ne sont pas gentils ?

R : Vous n’en avez pas encore beaucoup, mais c’était, et c’est toujours le plan de certaines catégories de SDS 4e densité.

Q : (A) Et ce sont eux qui pilotent les hélicoptères ?

R : Les hélicoptères sont SDS de 3e densité, sans doute influencés par les SDS de 4e densité.

Q : (R) Est-ce que la femme présente à la réunion du SCIONS qui n’arrêtait pas d’interrompre l’un des individus programmés a été envoyée comme agent perturbateur ?

R : Écervelée.

Q : (R) Je veux savoir ce qui se passe dans l’est du Texas ! (L) Oui. Même si Vincent a tort de dire que c’est le centre de la toile, il dit que le premier appel téléphonique que Hoover a passé après l’assassinat de Kennedy était destiné à quelqu’un à Tyler, au Texas…

R : Ce qui est intéressant à propos de l’Est du Texas, ou plus précisément du Nord-est du Texas, c’est que l’eau est très fortement fluorée. Cela rend plus sensible aux formes intenses de programmation mentale ELF. Des expériences ont été menées à cet endroit et à ce sujet.

Q : (A) Ce sont des Très Basses Fréquences ?

R : Oui.

Q : (A) Mais l’eau avait tellement BON goût ! C’est la meilleure eau que j’ai bue ! Je suis sérieux !

R : C’est à dessein.

Q : (A) Oh, ils sont si sournois ! Je veux dire, vous buvez l’eau là-bas et vous dites « C’est tellement bon ! » Et vous en voulez toujours plus !

R : Pour attraper des abeilles, allez-vous utiliser un filet, ou du miel, peut-ĂŞtre ?

Q : (R) C’est tout à fait logique. (IT) Est-ce que Brooklyn a ce même problème ?

R : Non, Brooklyn a d’autres problèmes.

Q : (IT) Oui, Dwayne et moi avons discuté du fait que les enfants du quartier ne s’intéressent qu’à leurs vêtements et à leur musique – ils ne posent pas de questions et ne réfléchissent pas à leur réalité.

R : Il y a quelque chose situé sous le quartier « East New York »…

Q : (L) D’où proviennent les ondes ELF dans l’est du Texas ? (IT) Alors, que se passe-t-il dans l’Est de New York ? (L) Finissons-en d’abord avec le Texas !

R : Centré sur deux points de génération : Bryan/College Station, installation gouvernementale secrète reliée à la NASA/NORAD et située dans le comté de Fort Bend à l’ouest de Houston.

Q : (A) L’ouest du Texas ? Jusque-là à partir de Houston ? (C) Bryan College n’est qu’à environ une heure de chez nous !

R : Les satellites sont utilisés pour concentrer le signal en mode « rebondissement ». La centrale électrique couvre une installation souterraine à l’est de New York. L’aspect est très discret. Le quartier le plus sain de New York est le Bronx.

Q : (IT) Oui. Je le crois. Quand j’ai eu cette dépression en 1994 ou 1995, je devenais littéralement folle. Dwayne et moi avons déménagé dans le Bronx, mais nous avons fini par revenir parce que nous avons eu cette maison avec mes parents. Mais vivre dans le Bronx a été la meilleure expérience pour moi. Ça m’a été si bénéfique. (PC) J’ai quelque chose à dire. Je suis un peu frustrée en ce moment. Je sens que – peut-être que j’anticipe – mais je suis frustrée par les questions de ce soir parce que je sens que nous sommes censées aller quelque part… (IT) Oui, je le ressens aussi… (PC) Et je suis frustrée que cette opportunité – qui est importante pour moi – n’aille nulle part. Je pense qu’il y a quelque chose que nous devons toutes savoir. Quelle est cette chose – que nous devons entendre – puisque nous sommes toutes ici ?

R : Lorsque vous quitterez ce groupe que vous percevez comme votre présent immédiat, les couches se déploieront de plus en plus rapidement pour vous. La patience est la clé, car tout apprentissage est une continuité… En d’autres termes, lorsque de nouvelles réalités vous seront révélées dans une semaine, un mois, un an, et bientôt, à la suite de ces expériences, la valeur sera aussi forte pour vous que si tout était révélé ce soir.

Q : (R) Pour moi, ce qui est important, c’est d’être ici et de faire le lien. Je ne suis pas du tout déçue. Je n’ai pas anticipé une sorte de grande révélation juste parce que je suis ici…

R : C’est un processus en cours.

Q : (PC) Eh bien, tout le monde dit « n’anticipez pas » ! Mais c’est tellement sérieux pour moi ! Je n’arrive même pas à réfléchir ! Je suis ici dans un but précis. Je ne suis pas là que pour passer un bon moment, même si c’est en partie ça. J’ai juste le sentiment qu’être ici, pour moi, est un événement monumental dans ma vie…

R : T’attendais-tu à ce que la raison de tout cela soit dévoilée dès maintenant ?

Q : (PC) Non. Mais je sens que j’ai manqué quelque chose ce soir. J’ai l’impression qu’il y avait quelque chose que je devais dire ou demander et que je n’ai pas fait. (Ark) Quelque chose nous échappe toujours ! (PC) J’ai l’impression que je vais rentrer à la maison et penser que j’ai tout raté parce que je n’ai pas fait attention ou quelque chose comme ça. Il y a trop d’agitation dans la pièce et mon esprit est… Je n’arrive pas à me concentrer… (F) Eh bien, c’est comme quand on va à l’épicerie, on oublie toujours quelque. (PC) Ouais. Mais si je vais à l’épicerie et que j’oublie quelque chose, ce n’est pas grave. (IT) On peut toujours se revoir…

R : Il est normal de se sentir ainsi, mais ne sois pas surprise si tout se met en place au moment où tu t’y attends le moins.

Q : (PC) Donc, j’avais raison. Ma présence physique ici était la chose principale. (L) C’est peut-être comme une sorte de clé subliminale ?

R : On vous a donné une clé à mettre sur votre porte-clés !

Q : (L) Donc, il Y A une sorte d’échange qui se passe ici à des niveaux que nous ne comprenons même pas. (LC) Je voudrais revenir à la question de la supernova. Ils ont dit que c’était une question plus intéressante de savoir s’il allait y en avoir une autre…

R : Attendez de voir.

Q : (IT) Oui, j’ai un long chemin à parcourir et beaucoup de travail juste pour comprendre ce que je dois savoir…

R : Nous avons tous un long chemin à parcourir, le voyage représente la moitié du plaisir. Et sur cette note, bonne nuit.

Fin de la séance
 
Top Bottom