Séance du 22 octobre 2014

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Session 22 October 1994

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
___________________________________________________________________________________________

Séance du 22 octobre 1994

Channeling direct avec « Frank » sous hypnose. Participants : Laura, Terry, Jan

Cette séance expérimentale fut entreprise car Frank continuait à insister pour essayer de cette façon. Les informations semblent être très bonnes, et j’ai exposé ailleurs que Frank était un médium extrêmement talentueux qui pouvait regarder la paume de votre main, se brancher sur vous d’une manière ou d’une autre, et énoncer toutes sortes de choses étonnamment exactes — non parce qu’elles lui venaient d’une source extérieure, mais parce qu’il les extrayait de l’individu pour lequel il « canalisait ». Il semble donc que cette séance ne soit qu’une version améliorée de ce genre de procédé : j’avais mes questions et il soutirait ces informations en quelque sorte à travers moi. Donc, comme je l’ai indiqué, les informations sont bonnes — mais la plupart restent invérifiables — ce que j'ai compris comme étant une tactique des entités négatives: vous donner de bonnes infos pour que vous soyez accroché, puis lentement déformer et transformer les messages. Nous pouvions déjà voir ce processus dans cette séance. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il vous aurait fallu être là pour comprendre pourquoi personne d’autre n’aimait cela. Le ton et l’attitude de Frank avaient une fine « nuance » parfaitement déplaisante. Nous nous sommes tous sentis quelque peu envahis. Remarquez également la loquacité. Nous avons tous eu le sentiment que si cette pratique continuait, le résultat final ne serait qu’une salade de mots.

Q : (L) Qui est avec nous ?

R : Enduanda et Alorra. [Il est intéressant que deux « sources d’énergie » soient nommées.]

Q : (L) Quelle est la signification du séisme qui s’est produit il y a quelques mois à 650 km de profondeur et qui a été qualifié de séisme super profond ?

R : Un déplacement de magma provoqué par un échauffement progressif de l’intérieur. Simple partie d’un cycle périodique.

Q : (L) D’autres commentaires à ce sujet ?

R : Non.

Q : (L) Nous aimerions avoir des commentaires à propos des bruits sourds qui auraient été entendus au large de la Californie.

R : Expansion d’une base.

Q : (L) Quel type de base ?

R : Il s’agit d’un centre de transfert pour ces êtres connus sous le nom de Gris.

Q : (L) Et c’était quoi ces bruits sourds ?

R : Ils l’agrandissent.

Q : (L) C’est un chantier de construction ?

R : Oui sauf qu’ils utilisent des ondes sonores pour désintégrer la roche dans la croûte sous l’océan. Cette désintégration fait que la structure atomique des particules se désintègre pour complètement disparaître, ce qui explique pourquoi ces sons sont entendus avec ce rythme particulier.

Q : (L) D’autres commentaires ?

R : Le gouvernement étasunien a vaguement conscience de ce qui se passe là-bas. Ils sont suspicieux.

Q : (L) Quelle était la source de la connaissance à laquelle accédait Edgar Cayce ?

R : Eh bien, il avait une composition biochimique unique qui permettait une ouverture et une fermeture faciles de sa conscience vis-à-vis de sources externes, sans interférence avec son flux électromagnétique. C’est une situation unique et très inhabituelle. Cela s’est manifesté la première fois quand il a appelé à l’aide. S’il n’avait pas demandé l’aide d’une source supérieure, peut-être qu’il n’aurait jamais pris conscience de ses capacités.

Q : (L) Quelle est la source de la connaissance du Lama Singh ?

R : Le Lama Singh a étudié longuement et intensément les domaines métaphysiques par la méditation et autres spécialités, et par conséquent une porte ou un canal a pu être volontairement ouvert. Cela nécessite la coopération de l’hôte et ce canal ne s’ouvre ou ne se ferme pas aussi facilement que dans le cas de Cayce.

Q : (L) En termes de niveaux d’accès, lequel des deux avait accès au plus grand champ de sujets ou d’informations ?

R : En fait, Cayce accédait à une source quelque peu différente, mais le niveau d’exactitude global et le niveau d’intensité global étaient plus grands chez Cayce.

Q : (L) Et par rapport au niveau de connaissance cassiopéen, comment se situeraient Cayce et le Lama Singh ?

R : Le niveau d’accès est beaucoup plus grand et étendu.

Q : (L) Quand et comment la planète Terre a-t-elle acquis sa lune ?

R : Fut causé par le passage régulier d’un large essaim cométaire qui a provoqué une perturbation gravitationnelle permettant à un large morceau de la surface d’origine de la Terre, qui était un peu moins solide en ce point de l’espace-temps, de se détacher du corps principal et d’adopter une orbite fixe autour du corps principal.

Q : (L) Quand cela s’est-il produit ?

R : Cela s’est produit il y a approximativement 3 milliards d’années.

Q : (L) Un être spirituel peut-il être pris au piège de la matière physique ?

R : C’est possible mais très improbable.

Q : (L) Les êtres humains sont-ils pris au piège dans la matière physique ?

R : Par choix.

Q : (L) Pourquoi ont-ils fait ce choix ?

R : Pour éprouver des sensations physiques. C’était une décision spirituelle collective.

Q : (L) Qui était responsable du groupe ?

R : Le groupe.

Q : (L) L’interaction entre l’esprit/l’âme et le corps physique produit-elle quelque chose que d’autres entités convoitent ?

R : Eh bien, tout a des conséquences désirables et des conséquences indésirables ; mais nous devons également mentionner ici que tout ce qui existe, dans tous les mondes de l’univers, peut faire l’expérience de l’existence de deux manières uniquement. On pourrait dire qu’il y a un cycle à ondes longues et un cycle à ondes courtes. Pour revenir à ta question de savoir pourquoi les êtres humains sont « piégés » dans l’existence physique, ce qui est bien sûr volontaire et choisi, cela est dû à un désir d’échanger l’expérience du cycle à ondes longues (ce que vous qualifieriez d’existence éthérique ou spirituelle) contre l’expérience du cycle à ondes courtes (que vous qualifieriez d’existence physique). La différence est que le cycle à ondes longues implique une évolution très progressive et cyclique. Tandis que le cycle à ondes courtes implique une dualité. Et c’est ce cycle dont font l’expérience les âmes incarnées dans des corps physiques sur le plan terrestre, car l’âme vit dans un état éthérique pendant la moitié du cycle, et dans un état physique pendant l’autre moitié du cycle. Bien que la durée de ces moitiés ne soit pas mesurable selon vos critères temporels, chaque moitié est équivalente en termes d’expérience. La nécessité de former un cycle à ondes courtes est apparue du fait de la nature, dans le cadre des limites naturelles de l’univers, lorsque l’esprit de ce groupe d’âmes a choisi de faire l’expérience de la physicalité, par opposition à une existence entièrement éthérique.

Q : (L) Est-ce qu’un sous-produit résulte de cette interaction ?

R : Il en résulte en parts égales deux sous-produits, l’un de nature positive, l’autre de nature négative.

Q : (L) Et quels sont ces sous-produits ?

R : Lequel veux-tu connaître en premier ?

Q : (L) Celui de nature positive.

R : Le sous-produit de nature positive est une augmentation de l’énergie relative qui accélère le processus d’apprentissage de l’âme et de tous les partenaires de 1e et 2e densités qui sont en interaction avec elle. Autrement dit, la flore, la faune, les minéraux, etc. Tous font l’expérience d’une croissance et d’un mouvement plus rapides vers la réunion, grâce à ce transfert dans le cycle physique/éthérique à ondes courtes. Quant à celui de nature négative, cela produit également de nombreuses expériences négatives pour ces mêmes entités qui sinon n’existeraient pas car, étant du premier et du second niveaux, la flore et la faune devraient normalement faire l’expérience d’un cycle long ou à ondes longues sur le plan physique au lieu du cycle physique et éthérique à ondes courtes qui est désormais le leur en raison de leur interaction avec l’espèce humaine dans son cycle éthérique/physique à ondes courtes.

Q : (L) Il a été dit précédemment que certains aliens enlèvent des êtres humains et les mettent cruellement à mort en les torturant afin de générer un « transfert maximal d’énergie » . Quel est donc ce transfert maximal d’énergie qui s’effectuerait au cours de la longue et lente agonie provoquée par les tortures ?

R : La peur et l’anxiété extrêmes accumulent une énergie de nature négative qui alimente les êtres dont tu parles, parce qu’ils en tirent une sorte de « carburant » qui leur permet de subsister ; c’est l’une des formes de leur alimentation, basée sur leur structure métabolique.

Q : (L) Quelle est leur structure métabolique ?

R : Voilà qui est fort complexe et difficile à décrire, parce que nous parlons du 4e niveau de densité, et vous ne pouvez pas l’appréhender. Mais une partie de la raison de leur existence au 4e niveau est leur capacité à se nourrir tant par des méthodes éthériques que physiques. C’est pourquoi l’on peut dire que ce transfert d’énergie représente leur méthode éthérique d’alimentation, tandis qu’ils en ont d’autres, qui sont physiques.

Q : (L) Quelles sont ces autres méthodes ?

R : Eh bien, boire du sang, par exemple, et des produits dérivés du sang.

Q : (L) Ils font ça ?

R : Oui, mais la façon dont ils les ingèrent est différente de ce que tu pourrais imaginer. Ils les absorbent par les pores.

Q : (L) De quelle manière ?

R : En se baignant dedans, en absorbant les composants nécessaires, et puis en se débarrassant de ce qui reste.

Q : (L) Arthur Clarke a-t-il canalisé Les enfants d’Icare ?

R : Non. Utilisé l’imagination.

Q : (L) L’amnésie liée aux abductions est-elle délibérément induite ou résulte-t-elle de l’incapacité de l’esprit à gérer cet événement ?

R : C’est un mélange des deux à parts égales.

Q : (L) Comment est accomplie la partie délibérément induite ?

R : En utilisant un flux d’énergie cosmique pour influencer la fonction mnésique par le biais d’une combinaison d’interaction spirituelle et chimique.

Q : (L) Pouvez-vous être plus précis ?

R : Être plus précis reviendrait à l’être moins d’un autre côté, mais une bonne façon de le dire est que cela altère le flux d’énergie électromagnétique dans le cerveau. L’énergie électromagnétique, l’électromagnétisme, est la force vitale qui existe dans tout ce qui évolue selon des cycles à ondes longues ou à ondes courtes.

Q : (L) Pour en revenir aux êtres qui absorbent des aliments par leurs pores, à quelle espèce appartiennent-ils ?

R : Tant ceux que vous décrivez comme les Lézards que ceux que vous décrivez comme les Gris. Cela est nécessaire à la survie des uns comme à celle des autres. Bien que les Gris ne fassent pas naturellement partie du cycle à ondes courtes, et qu’ils soient en fait une création artificielle des Lézards, ils imitent les fonctions nutritionnelles de ces derniers.

Q : (L) S’ils sont créés artificiellement par les Lézards, cela veut dire qu’ils n’ont pas d’âme ?

R : Exact.

Q : (L) Comment fonctionnent-ils ? Comme des robots ?

R : Ils fonctionnent par interaction avec les âmes des Lézards. Cette technologie est largement plus avancée que celles que vous connaissez, mais les Gris ne sont pas seulement conçus et construits artificiellement, ils fonctionnent en outre comme des projections mentales et psychiques des Lézards. Ce sont en quelque sorte des « sondes » quadridimensionnelles.

Q : (L) En tant que sondes quadridimensionnelles, que sont-ils capables de faire ?

R : Ils ont les mêmes facultés que les Lézards, sauf que leur apparence physique est complètement différente, qu’ils n’ont pas d’âme qui leur soit propre, et aussi que leur structure biologique interne est différente. Mais ils fonctionnent de manière similaire, et pour se maintenir en tant qu’entités projetées, ils doivent absorber leurs aliments de manière spirituelle et physique, comme les Lézards. Les Lézards et les Gris vivant en 4e densité — le niveau le plus élevé auquel on peut servir exclusivement le soi, comme le font ces entités — il leur faut un apport d’énergie négative. Cet apport leur est nécessaire, car le Service de soi est un mode de pensée négatif et, en 4e densité, il revêt sa forme la plus élevée. Par rapport au 3e niveau de densité, celui de la 4e est un progrès. L’existence des entités individuelles conscientes devient moins difficile à mesure qu’on progresse dans l’échelle des niveaux de densité. C’est pourquoi il est moins difficile d’exister au 4e niveau de densité qu’au 3e, moins difficile au 3e qu’au 2e, etc. L’énergie de l’âme y est moins sollicitée. C’est pourquoi les êtres du 4e niveau de densité peuvent soutirer de l’énergie d’âme négative de ceux du 3e niveau de densité pour l’absorber. De la même manière, les êtres du 3e niveau de densité peuvent avoir recours à ceux du 2e niveau de densité, bien que ce type d’extraction soit moins nécessaire — mais il est cependant pratiqué. Voilà pourquoi les êtres humains, qui appartiennent au troisième niveau de densité, infligent fréquemment douleurs et souffrances aux êtres du règne animal existant au second niveau de densité, car ils puisent de l’énergie d’âme négative, en tant qu’êtres servant d’abord le soi — comme vous — de ceux qui se situent au second niveau, et au premier, et ainsi de suite. Mais comme vous progressez vers le 4e niveau de densité, le prochain niveau pour vous, vous devez maintenant choisir et décider si vous allez évoluer vers le Service d’autrui ou si vous voulez rester au niveau du Service de soi. Cette décision vous demandera une longue période d’ajustement. C’est ce qu’on appelle les « mille ans ». C’est la période, mesurée selon votre calendrier, qui déterminera si vous souhaitez ou non progresser vers le Service d’autrui ou si vous voulez rester au niveau du Service de soi. Et ceux que vous dénommez Lézards ont résolument choisi de s’enfermer dans le Service de soi. Et parce qu’ils se trouvent au plus haut niveau de densité où cela est possible, ils sont contraints d’extraire sans cesse de grandes quantités d’énergie négative de ceux qui existent au 3e niveau, au 2e, etc. C’est pourquoi ils font ce qu’ils font. Cela explique aussi pourquoi leur race est en train de s’éteindre : parce qu’ils n’ont pas été capables d’apprendre par eux-mêmes comment s’extraire de cette forme particulière d’expression pour passer à celle du Service d’autrui. Et parce qu’ils sont restés à ce niveau depuis tellement de temps, tel que vous le mesurez, ils s’y sont fermement établis, et s’y sont développés. Voilà pourquoi ils sont en train de mourir et essaient désespérément de vous soustraire le plus d’énergie possible, et aussi de recréer métaboliquement leur race.

Q : (L) Mais, si nous sommes des sources de nourriture et de main-d’œuvre pour eux, pourquoi ne nous élèvent-ils pas dans des enclos sur leur propre planète ?

R : C’est ce qu’ils font.

Q : (L) Mais puisque nous sommes si nombreux ici, pourquoi ne viennent-ils pas tout simplement nous envahir ?

R : C’est bien leur intention. Ça l’est depuis pas mal de temps. Ils voyagent dans le temps, tel que vous le connaissez, pour arranger les choses de manière à pouvoir absorber un maximum d’énergie négative lors du transfert du 3e au 4e niveau que cette planète est sur le point de vivre, dans l’espoir de vous envahir au 4e niveau et ainsi accomplir un certain nombre de choses : 1 : Préserver leur race et rendre viable leur espèce ; 2 augmenter leur nombre ; 3 : accroître leur pouvoir ; 4 : coloniser le monde de la 4e densité. C’est pourquoi ils interfèrent avec les événements depuis environ soixante-quatorze mille ans, selon votre calendrier. Ils œuvrent dans un état d’immobilité totale de l’espace-temps, et y font des allers-retours à volonté. Cependant, notez bien que tout cela échouera.

Q : (L) Comment pouvez-vous en être aussi sûrs ?

R : Parce que nous le voyons. Nous sommes capables de tout voir, et pas seulement ce que nous voulons voir. Leur défaut est qu’ils ne voient que ce qu’ils veulent voir. Autrement dit, nous avons ici affaire au summum de la manifestation de ce que vous appelleriez « prendre ses désirs pour la réalité ». Ce qu’on souhaite être réalité devient réalité au 4e niveau de densité. Savez-vous comment on prend ses désirs pour la réalité ? Eh bien ce n’est pas vraiment la réalité pour vous, parce que vous vous trouvez au 3e niveau. Mais au 4e niveau, si vous faites cela, cela devient effectivement votre conscience de la réalité. Dès lors, ils ne peuvent pas voir ce que nous pouvons voir puisque nous sommes au Service d’autrui, par opposition au Service de soi, et du fait que nous sommes au 6e niveau, nous pouvons voir tout ce qui est, partout, comme cela est, et non comme nous voudrions que cela soit.

Q : (L) Zecharia Sitchin propose que la pyramide a été construite afin de faire office de système de repérage permanent pour naviguer dans le système solaire. Pourriez-vous commenter cette idée ?

R : Elle est inexacte. Les pyramides ont été construites pour stocker l’énergie et comme installation de transmission. Elles furent construites par les descendants de ceux que vous appelez les Atlantes et qui sont, bien sûr, vos ancêtres en matière d’âme. Elles n’ont pas été construites pour repérer quoi que ce soit.

Q : (L) Est-il arrivé que des aliens, et en particulier des Lézards, aient vécu au beau milieu de l’humanité et aient été vénérés par elle ?

R : Ils n’ont jamais vécu au sein de l’humanité, mais ils ont interagi directement avec les humains à divers moments. À des moments où les êtres humains étaient prêts, désireux, et à même d’accepter des divinités provenant directement de sources extérieures, puis de les vénérer. Rien de tel ne se serait produit dans un passé récent. Mais prenez garde, cela pourrait se produire très bientôt.

Q : (L) Qui a réalisé les lignes de Nazca en Amérique du Sud, et à quoi servaient-elles ?

R : Il s’agissait des indigènes qui vivaient dans la région à cette époque particulière, et qui étaient extrêmement évolués spirituellement, qui ont placé ces lignes là-bas pour faire appel à ceux qui provenaient de ce qu’ils percevaient être un endroit de l’espace intersidéral.

Q : (L) Était-ce des symboles de pouvoir d’une manière ou d’une autre ?

R : Eh bien, certains pouvaient les avoir perçus ainsi, mais c’était principalement une tentative pour invoquer ceux qui avaient été vénérés et leur étaient apparus précédemment extérieurement, non seulement les Lézards mais aussi d’autres voyageurs.

Q : (L) Qui a bâti la cité d’Angkor Wat ?

R : Elle fut bâtie par les Lézards eux-mêmes. Construite il y a approximativement 3 108 ans.

Q : (L) Qui a bâti la cité de Mohenjo Daro ?

R : Elle fut aussi construite par les Lézards directement.

Q : (L) Vivaient-ils dans ces villes ?

R : Non, comme déjà dit, ils n’y vivaient pas, ils venaient y faire un tour, les occupaient temporairement, mais ils n’y habitaient pas.

Q : (L) Pour qui ont-ils construit ces villes ?

R : Ils les ont construites pour eux-mêmes ainsi que pour leurs adorateurs humains.

Q : (L) Lors d’une séance précédente, nous vous avons demandé de quelle planète vous veniez et la réponse fut Corsoca. Nous vous avons ensuite demandé de préciser et vous avez répondu « 2 DILOR ». Est-ce que cela a été mal épelé ou sinon, qu’est-ce que cela signifie ?

R : Que ce que vous désignez par Corsoca n’est en réalité pas ce que vous appelleriez une planète selon votre compréhension, car vous devez comprendre que cela se situe au sixième niveau de densité, ce qui est totalement hors de portée de vos sens, excepté le sixième, et par conséquent vous n’avez aucune idée du niveau d’être à cette densité. Le terme « planète » ne peut donc tout simplement pas s’appliquer ici. Mais, c’est effectivement notre résidence. Et mieux vaut en rester là car essayer de vous expliquer exactement à quoi cela ressemble serait hors de portée de votre imagination.

Q : (L) Très bien. Lors de cette séance antérieure, vous avez parlé d’un « scandale à l’aéroport de Denver ». Il a récemment été porté à mon attention que cela pourrait bien arriver. Ce scandale va-t-il sérieusement s’aggraver et si oui, quelles seront les conséquences ?

R : Oui, cela deviendra un problème chronique, c’est le moins qu’on puisse dire.

Q : (L) Existe-t-il un rituel qui puisse nous protéger contre l’intrusion des Lizzies ?

R : Les rituels sont contre-productifs.

Q : (L) N’y a-t-il aucun moyen technologique que nous puissions employer ?

R : La seule défense dont on ait besoin, c’est la connaissance. La connaissance protège de toutes les formes que le mal peut revêtir. Plus vous en savez, moins vous avez peur, moins vous éprouvez de douleur, de tension et d’angoisse, et moins vous êtes exposés aux dangers de toutes sortes. Réfléchis bien à ceci, car c’est très important : y a-t-il une limite au concept que recouvre le mot « connaissance » ? S’il n’y en a pas, quelle est la valeur de ce mot ? Infinie. Te représentes-tu combien ce seul concept, cette seule clé, te libère de toute contrainte ? Utilise ton sixième sens pour te représenter à quel point ce mot, ce terme, la signification de la connaissance, peut te donner absolument tout ce dont tu auras jamais besoin. Pour peu que tu y réfléchisses attentivement, tu commenceras à entrevoir combien cela est vrai au sens le plus large.

Q : (L) Les connaissances acquises dans les livres en font-elles partie ?

R : Toutes les acceptions possibles du mot en font partie. Te rends-tu compte de toute la richesse du sens que transmet ce simple mot ? Nous sentons que tu n’en as pas pleinement conscience. Il t’arrive d’avoir des éclairs d’illumination ; or, l’illumination vient de la connaissance. Si tu t’efforces sans cesse d’acquérir et de rassembler des connaissances, tu te protèges à jamais de toute influence négative. Sais-tu pourquoi ? Plus tu en sais, plus tu prends conscience de la manière dont tu peux te protéger. Cette prise de conscience devient un jour si vaste et puissante que tu n’as plus besoin de rien faire, plus besoin de rituels, si tu préfères, pour te protéger. La protection accompagne tout naturellement la prise de conscience.

Q : (L) La connaissance possède-t-elle une substance ou une existence propres, indépendantes de sa possession ou de son acceptation ?

R : La connaissance possède toute substance. Elle pénètre au cœur de toute existence.

Q : (L) Accroître la substance de son être, c’est aussi acquérir des connaissances ?

R : Tout à fait. Doter son être de tout ce qui est désirable, c’est aussi de la connaissance. Et puis, lorsque tu invoques la lumière, comme tu le fais sans cesse, réalise bien qu’en vérité la lumière est connaissance. Que la connaissance est au cœur de toute existence. Et qu’étant au cœur de toute existence, elle protège de toutes les formes de négativité possibles. La lumière est tout, et tout est connaissance, et la connaissance est tout. Tu te débrouilles extrêmement bien dans l’acquisition de connaissances. À présent, tout ce dont tu as besoin, c’est d’avoir foi en ce concept et de réaliser que la seule chose qu’il te faut, c’est acquérir des connaissances.

Q : (L) Je voudrais seulement être sûre que la source à laquelle je puise mes connaissances ne m’induit pas en erreur.

R : Si tu as foi, tout simplement, aucune des connaissances que tu acquerras ne pourra être erronée, parce qu’il n’en existe pas qui le soient. Toute personne, toute chose qui tenteront de te transmettre des connaissances, des informations erronées échoueront. La substance matérielle même de la connaissance, du fait qu’elle est à la base de toute existence, te protégera de l’absorption d’informations erronées, qui ne sont pas de la connaissance. Il ne faut pas avoir peur d’assimiler de fausses informations lorsqu’on essaie simplement, l’esprit ouvert, d’acquérir des connaissances. La connaissance constitue une protection — la seule protection dont vous aurez jamais besoin.

Q : (L) Il y a un paquet de gens ouverts, confiants et ayant la foi, qui se font drôlement retourner et aplatir.

R : Non. C’est seulement la manière dont tu perçois les choses. Ce que tu ne perçois pas, c’est que ces gens n’acquièrent pas vraiment de la connaissance. Ils sont bloqués quelque part dans leur progression, et subissent une manifestation cachée de ce que tu appellerais, avec tes mots, obsession. L’obsession n’est pas de la connaissance ; l’obsession est stagnation. Lorsqu’on devient obsédé, on se ferme à l’absorption, à la croissance, à la progression accompagnant le développement de l’âme, qui résulte de l’acquisition de vraie connaissance. Car lorsqu’on devient obsédé, on affaiblit sa protection ; c’est pourquoi on devient vulnérable aux problèmes, aux tragédies, et à toutes sortes de difficultés. Et par conséquent on finit par les vivre.

Q : (L) Tant qu’on est sur le sujet de la connaissance et des expériences agréables ou désagréables, j’aimerais demander au nom de Frank ce qu’il a besoin d’apprendre.

R : Il progresse dans la bonne direction en ce moment, même s’il n’en est pas totalement conscient. Il peut sembler être plus stressé qu’il ne l’est en réalité, et il possède également un énorme stock d’informations innées ce qui explique pourquoi nous pouvons opérer à travers lui, car nous avons ouvert ces canaux il y a bien longtemps. Chose intéressante, bien que tu n’en sois pas consciente, ta propre existence a été influencée par ce même facteur.

Q : (L) Quel facteur ?

R : La progression naturelle que vit celui que tu appelles Frank.

Q : (L) À quel égard ?

R : Tu es poussée et tu te diriges dans la bonne direction en raison de ton interaction avec cet individu, même si tu n’en es pas totalement consciente, c’est bien ce qui se produit.

Q : (L) Qu’est-ce qui a amené Frank à passer autant d’années à entretenir des relations avec une personne comme Norman E ? [« Dane » dans Amazing Grace.]

R : Cela faisait partie du processus d’apprentissage et était également de nature karmique.

Q : (L) Et qu’est-ce qui a mis un terme à cette situation ?

R : Le moment était venu.

Q : (L) Lors d’une séance précédente, nous avons posé plusieurs questions à propos de Jésus de Nazareth surnommé le Christ. La question était : « Jésus était-il de quelque manière spécial, uni en Christ comme on dit ? » Et la réponse fut : « Rapidement glorifié — anciennes guerres — enchantement civil — conseil de Zindar. » J’aimerais connaître le sens de ces références.

R : Rapidement glorifié fait référence à une augmentation subite du niveau de conscience en rapport avec tes précédentes questions à propos de la connaissance. Cette acquisition peut parfois arriver tel un déferlement que l’on désigne quelquefois par le terme d’illumination. Jésus a acquis sa connaissance en ayant une foi totale en sa capacité à obtenir la connaissance émanant d’une source supérieure. Cette foi a entraîné une interaction parfaitement équilibrée avec des sources supérieures, ce qui lui a permis d’acquérir la connaissance suprême simplement en ayant cette foi. Souvenez-vous que les ressources pour acquérir des connaissances dans l’ère spatio-temporelle du Christ étaient beaucoup plus limitées qu’elles ne le sont maintenant. Il existait peu d’options pour l’acquisition de la connaissance véritable hormis la foi totale et entière. Et cet individu fut imprégné de la conscience que la foi totale et entière entraînerait une acquisition de connaissance extraordinaire et spectaculaire, ainsi qu’une progression extraordinaire et spectaculaire du niveau d’être de l’âme. Ainsi, la foi fut ressentie et la connaissance reçue.

Q : (L) Quelle était la source de cette connaissance ?

R : La source venait du sixième niveau de densité qui est là où nous résidons et nous étions également impliqués dans cet épisode.

Q : (L) Que signifie le terme « enchantement civil » ?

R : L’enchantement civil est un équilibrage parfait des énergies utiles de l’individu de sorte qu’il n’y a plus d’inflexion vers le côté positif ou négatif, ce qui est préférable pour la méditation en bloc.

Q : (L) C’est quoi ce Conseil de Zendar ?

R : Le Conseil de Zendar est un conseil du sixième niveau de densité qui couvre les mondes à la fois physiques et éthériques et qui supervise les points de développement spectaculaires de divers secteurs civilisationnels dans les niveaux de densité inférieurs.

Q : (L) J’aimerais que vous exposiez un peu la chronologie des événements dans la vie du Christ. Pourriez-vous nous parler de la compréhension qu’il avait de lui-même, de son interaction avec des sources supérieures, de son état christique, et de ce qu’il était vraiment venu accomplir ici et comment il l’a accompli ?

R : Il a progressivement pris conscience de son identité et de ce qu’il était en grandissant. Nous lui avons enseigné par l’intermédiaire de sa foi, comme décrit précédemment. Et tu devrais aussi avoir la foi car tu découvriras que des choses te seront « connues » plus souvent qu’actuellement. La conscience de Jésus de sa mission et des actes qui en relevaient faisait partie de la progression naturelle de sa croissance et de son développement. Les informations concernant ses « miracles » ont été largement altérées par des écrits qui se sont transmis après la réelle période des événements. La plupart de ces écrits proviennent d’entités qui souhaitent désorienter et corrompre toute l’humanité pour les raisons précédemment exposées. L’idée était que si vous aviez l’impression que Jésus avait accompli des miracles physiques, alors toute votre compréhension de l’expérience de la vie ici sur Terre et sur ce plan, et son sens, est également corrompue et la connaissance bloquée, ce qui est le but de ceux qui ont fait cela. L’objectif et le plan de Jésus étaient d’enseigner la connaissance à tous ceux qui la recherchaient, mais n’avaient pas la force d’exprimer une foi aussi grande que lui pour acquérir la connaissance de sources supérieures, comme il l’avait fait. S’ils étaient ouverts et disposés à apprendre, ils pouvaient être instruits en écoutant. Il n’a réussi à transmettre la foi aux autres que de façon limitée, car la foi vient uniquement de l’intérieur et c’est l’une des choses les plus difficiles à acquérir pour les êtres de votre plan.

Q : (L) Il a été évoqué précédemment que Jésus était probablement le produit d’une conception génétiquement sélectionnée. Pourriez-vous commenter cela et nous dire pourquoi ?

R : Il n’y a pas eu de sélection génétique de la conception. C’est inexact.

Q : (L) Très bien, alors qu’est-ce que c’était ?

R : C’était une conception naturelle.

Q : (L) Je voulais dire qu’une personne avait été choisie pour être son père biologique.

R : Eh bien, c’est toujours le cas pour chaque naissance se produisant dans votre niveau de densité.

Q : (L) Pourriez-vous élaborer sur ce qu’implique l’idée que Jésus était un enfant illégitime ?

R : Évidemment, si tu as l’impression que ce fait porterait ombrage ou entacherait sa personne ou la connaissance qu’il a transmise, alors tu n’as pas été attentive. N’as-tu pas entendu ce qui a été dit à propos de l’obsession par opposition à la connaissance ? Ceux qui, au fond d’eux-mêmes, à tous points de développement, tentent véritablement de rechercher une plus grande connaissance ne seront bloqués par aucune des idées relatives à l’illégitimité, comme tu l’appelles. Ceux qui, par choix, sont obsédés au lieu de tenter de rechercher la véritable connaissance seront effectivement bloqués par ce point. Le choix appartient à l’individu. Si vous choisissez d’évoluer et d’acquérir des connaissances, vous ne serez jamais bloqués ou obsédés à un quelconque moment par quoi que ce soit. Toutefois, si vous choisissez de limiter vos connaissances ou de devenir obsédés, alors vous vous trouvez constamment arrêtés et cela se manifestera dans toutes les expériences de votre vie. Cela fait partie du mode de développement de l’âme d’un individu. Tout repose sur le choix. Par conséquent, il ne vous est pas possible d’interférer avec le choix d’autrui d’acquérir ou non des connaissances, ni de la façon de les acquérir. Il est inutile d’essayer de modifier les perceptions d’autrui, car cela interférerait avec le libre arbitre. Si quelqu’un préfère être obsédé au lieu d’être illuminé, c’est son choix !

Q : (L) Nous avons parlé de la planète Martek. S’agit-il d’un nom humain antique pour désigner Mars ou est-ce une appellation alien ?

R : Mélange des deux comme de nombreuses choses à divers niveaux de développement de votre histoire.

Q : (L) Il a été évoqué qu’avant son interaction avec Martek, la planète Terre possédait une nappe de vapeur d’eau. Comment cette nappe de vapeur d’eau était-elle suspendue ?

R : La nappe de vapeur d’eau était un élément naturel constitutif de votre atmosphère à l’époque de ce point particulier de l’espace-temps.

Q : (L) Le niveau de gravité était-il le même qu’aujourd’hui ?

R : Il était quelque peu différent. Mais imperceptible pour vous. Cette différence explique en partie pourquoi cette nappe de vapeur restait suspendue.

Q : (L) Les conditions qui prévalaient avant le déluge de Noé — l’état gravitationnel différent ainsi que la nappe de vapeur d’eau — favorisaient-elles une longévité accrue, par rapport aux conditions actuelles sur la planète ?

R : Non seulement celles-là, mais aussi toutes les autres conditions prévalant sur la planète en ce point particulier de l’espace-temps. À propos, Noé est un message symbolique plutôt qu’un événement historique.

Q : (L) Par événement historique, vous entendez Noé « dans son arche », ou bien le déluge ?

R : Premièrement, il n’y a pas eu de « Noé ». Deuxièmement, il n’y a pas eu de déluge réel comme le décrit le récit. Troisièmement, cette histoire est entièrement symbolique, elle n’a rien à voir avec un événement réel.

Q : (L) Qu’est-ce qui s’est vraiment passé, et quelle est la symbolique ?

R : C’est une représentation très large. Elle signifie simplement qu’il s’est produit un événement cataclysmique qui a affecté toute la planète à l’époque, et ceux qui — dans une perspective d’évolution de leur âme — étaient prêts à vivre cette expérience sans quitter leur corps ont été avertis à l’avance. Non pas en tentant de manipuler les événements, mais en laissant simplement la foi les guider vers la connaissance, leur permettant ainsi de se retrouver tout naturellement dans des situations qui leur permettraient de faire les expériences nécessaires pour survivre à cet événement.

Q : (L) À cette époque, Martek a-t-elle été attirée vers la Terre, et possédait-elle de l’eau à sa surface que la Terre lui a ensuite dérobé ou emprunté ?

R : C’est bien près d’être le cas. Mais c’est bien plus compliqué que cela aussi nous en resterons là pour cette fois.

Q : (L) Parlez-moi des Nephilim.

R : Il s’agissait d’une race d’êtres au troisième niveau de densité qui venait d’une vraie planète située en un autre point de cette galaxie en particulier, également au troisième niveau de densité, qui a été emmenée, ou kidnappée devrions-nous dire, reprogrammée et recyclée par les Lézards pour servir d’hommes de main durant une ère particulière de ce que vous appelez votre passé.

Q : (L) De quelle ère s’agissait-il ?

R : C’était une ère… cela aurait été approximativement il y a 5 ou 8 milliers d’années, mais il y a aussi des dates remontant de 12 à 14 milliers d’années et d’autres. Ce système de datation n’est pas le nôtre et n’existe pas pour nous.

Q : (L) Pendant combien d’années ces êtres ont-ils existé sur notre Terre ?

R : Approximativement 1 500 à 1 800 ans. Ils se sont éteints, car ils ne pouvaient pas se reproduire naturellement dans l’atmosphère de la Terre, et l’expérimentation pour tenter de les métisser avec la population humaine n’a pas réussi.

Q : (L) Quand le dernier d’entre eux est-il mort ?

R : Probablement il y a près de 6 ou 7 milliers d’années. Mais il y a également un point de référence de 12 à 14 milliers d’années.

Q : (L) Comment s’appelait la planète d’où ils venaient ?

R : Dorlaqua.

Q : (L) Où se trouvait cette planète ?

R : Cette planète était située dans le complexe d’Orion.

Q : (L) Après le « déluge de Noé » combien de personnes environ ont survécu à ce cataclysme sur toute la Terre ?

R : Approximativement 19 millions.

Q : (L) Pourquoi la population de la Terre a-t-elle continué à décliner à partir de là ?

R : À cause de maladies et de l’incapacité à s’adapter en raison des manipulations artificielles du patrimoine génétique.

Q : (L) À quoi ressemblait la tour de Babel ?

R : Ressemblait beaucoup à votre Washington Monument. Sa re-création constitue la réplication continue d’un souvenir d’âme.

Q : (L) La grande pyramide d’Égypte fonctionnerait-elle encore si quelqu’un savait comment s’en servir ?

R : Elle fonctionne encore aujourd’hui même si elle n’est pas utilisée artificiellement. C’est aussi une chambre de conservation. Si tu marchais au sein de la grande pyramide puis quittais ton corps, ton corps garderait sa structure pendant pas mal de temps. Cette aptitude a contribué à la préservation de la structure réelle.

Q : (L) À quoi ressemblait le visage d’origine du sphinx ?

R : Ressemblait à une représentation d’un félin et d’un humain.

Q : (L) Dans une transmission précédente, vous avez dit que les Lézards avaient altéré la race humaine après une bataille dont l’enjeu était leurs propres visées « alimentaires ». Pourriez-vous clarifier cela ?

R : Il ne serait pas possible à ces entités de contrôler complètement votre existence. Si c’était le cas, vous n’auriez pas été capables d’accomplir tout ce que votre race a accompli. Les Lézards ont interféré avec la structure physique des êtres humains à leur propre avantage. Rappelez-vous ce que nous avons dit auparavant. Ils interfèrent avec le cycle temporel, tel qu’il est vécu sur ce plan, depuis un bon bout de temps — tel que vous le mesurez. Depuis 74 000 ans, ils interfèrent en faisant des allers-retours dans le temps de façon à mettre en place les conditions qu’ils perçoivent comme à leur avantage, dans la mesure temporelle que vous considéreriez comme « après », c’est-à-dire le futur. Pour ce faire, ils reviennent en arrière et avancent dans le temps. Au cours de ce processus, ils sont suspendus dans le cycle temporel. Ainsi, ce qu’ils perçoivent comme votre équivalent d’une heure pourrait être aussi long que 74 000 ans.

Q : (L) Donc, ils ne sont pas là depuis 300 000 ans ?

R : À l’origine, ils ont mis en place des circonstances avantageuses pour eux, il y a de cela 309 000 ans ; toutefois, ils utilisent la tranche de temps spécifique de 74 000 ans pour altérer les choses par les moyens divers et variés que nous avons déjà mentionnés.

Q : (L) Maintenant, vous avez parlé des créateurs de votre groupe comme d’ancêtres super anciens appelés les Passagers Transitoires. Que signifie ce terme, et qui sont ces êtres ?

R : Les Passagers Transitoires ne sont pas des êtres. Ce sont des formes-pensées unifiées.

Q : (L) Pourquoi les appeler Passagers transitoires ?

R : Parce qu’ils transitent par toutes les formes de réalité. Et ils émergent de la Forme d’existence unifiée.

Q : (L) Vous nous avez dit que c’est l’énergie psychique qui avait détruit la planète se trouvant entre Jupiter et Mars. Pourriez-vous clarifier cela ?

R : Les occupants de cette planète, dont bon nombre sont vos ancêtres spirituels, ont simplement décidé de développer une atmosphère de service de soi tellement chargée négativement que cela a provoqué la destruction de leur planète natale, car les niveaux d’énergie sont devenus tellement intenses en leur retombant dessus qu’ils ont, en fait, détruit la structure atomique de la planète et l’ont amenée à exploser physiquement.

Q : (L) Est-ce qu’une technologie était en cause ou uniquement la puissance de l’esprit ?

R : Ce sont une seule et même chose.

Q : (L) Ont-ils fait un truc comme larguer des bombes ?

R : Non, non. Cela s’est fait par énergie psychique. Le danger que la même chose arrive à votre planète a existé dans un mode de réalité transitoire. Bien que nous ayons plutôt bon espoir que cela n’arrivera pas, car nous voyons toute la réalité, passée, présente et future. Mais vous devez aussi comprendre que malgré notre perspective particulière, toute réalité est néanmoins fluide. Il y a encore de nombreux choix de réalités et de futurs possibles, de passés possibles et de présents possibles. Mais nous sommes relativement convaincus que ce destin particulier ne surviendra pas à votre planète, même si ce fut le cas de celle connue sous le nom de Kantek.

Q : (L) À plusieurs reprises, il a été mentionné que Yasser Arafat était une âme de 5e densité et que c’était un descendant de Jésus de Nazareth. Qu’a-t-il qui démontre ces qualités ou cette génétique ?

R : N’as-tu rien vu ? Imagine comment ce serait de ressembler à Yasser Arafat. Examine ta perception. Que fait-il actuellement ?

Q : (L) Eh bien, le point de vue pro-Juif ne lui est pas favorable.

R : Ce que tu décris comme pro-quelque chose est une obsession. Et, comme on le sait, l’obsession bloque la connaissance, ce qui en retour bloque la capacité à se protéger contre les circonstances négatives. Pas une bonne idée. Si tu as suivi la situation, Yasser Arafat essaie maintenant de prendre le monde sur ses épaules en faisant la paix avec les Israéliens qui sont des ennemis de très longue date. Et par conséquent, il est désormais un pacificateur et un dispensateur de connaissance.

Q : (L) Dans ce conflit spécifique entre les Juifs et les Arabes, quel camp est le plus légitime ?

R : Tous les camps ont la même légitimité. Ce n’est que chez les individus que l’on trouve de la négativité ou de la positivité.

Q : (L) Lors de la discussion sur le supposé écrasement d’un vaisseau spatial à Roswell, la remarque a été faite que cet accident avait été provoqué par une ionisation. Pourriez-vous être plus précis ?

R : Cette référence signifie simplement que le rebond de ce que vous appelez des faisceaux radar sur les ions qui existaient dans l’atmosphère à ce moment-là a provoqué une perturbation électromagnétique qui a interféré avec le système d’équilibrage gravitationnel de cet appareil en particulier.

Q : (L) Pourquoi y avait-il des ions à ce moment-là et pas à d’autres ?

R : Les ions étaient chargés à ce moment-là à cause de l’activité orageuse.

Q : (L) Vous avez dit que le gouvernement avait retrouvé des corps. Combien de corps ont été retrouvés ?

R : Trois morts et un encore opérationnel.

Q : (L) Combien de temps a vécu ce dernier ?

R : Est resté opérationnel pendant approximativement trois ans et demi. C’était un être biogénétique robotique plutôt qu’une âme embrassant l’existence physique.

Q : (L) Le gouvernement savait-il qu’il s’agissait d’un être robotique ?

R : Non.

Q : (L) Pense-t-il toujours qu’il s’agissait d’un être vivant ?

R : Le gouvernement n’est pas qu’un individu. Certains savent maintenant que ce sont des êtres biogénétiques fabriqués.

Q : (L) Lors d’une autre transmission, on nous a dit qu’on recevrait des informations d’un être différent à chaque contact afin d’obtenir de bonnes informations. Pourquoi cela ?

R : C’est pour être sûrs que l’équilibre est maintenu et aussi que les sources d’information sont fraîches au regard de l’interaction entre le donneur et le récepteur.

Q : Bien, c’est tout pour ce soir. Merci.

R : Bonne nuit.

Fin de la séance
 
Top Bottom