đź“š SĂ©ance du 23 octobre 1999

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 23 October 1999

Merci aux membres de l’équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

SĂ©ance du 23 octobre 1999

Pas de liste des participants, Laura s’en est expliquée sur le forum ici [NdT].

L : Bonsoir.

R : Bonsoir.

L : Et qui est avec nous ce soir ?

R : Eggoram.

L : Et d’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée.

L : Je veux que sachiez que vous avez perdu un fan parce qu’il n’était pas content de ce qu’il considérait comme des « incohérences internes », en ce sens que vous n’étiez PAS favorablement disposés envers les hallucinations produites par des substances telles que la Mescaline et l’Ayahuasca, mais pourtant vous recommandez la Mélatonine parce que c’est un hallucinogène. Ensuite, vous avez dit que les pouvoirs spirituels ne pouvaient pas être obtenus par des moyens chimiques ou de type végétal, mais ensuite vous avez dit que la Mélatonine exerce des capacités psychiques. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

R : Plusieurs commentaires : Tout d’abord, « fan » est l’abréviation de « fanatique ». Deuxièmement, la mélatonine n’entraîne pas d’altération des substances chimiques physiologiques du cerveau, comme le font la mescaline, le peyotl, le LSD, etc. L’accès aux niveaux supérieurs de conscience psychique par de tels processus est nuisible aux niveaux d’équilibre du chakra principal. En effet, ils modifient les rythmes naturels du développement psychique en provoquant une dépendance du sujet, soumettant ainsi le processus d’apprentissage. C’est une forme d’abolition du libre arbitre que le sujet s’impose à lui-même. La mélatonine permet simplement au système d’éliminer naturellement les obstructions dans la chimie du cerveau, permettant ainsi au sujet de continuer à apprendre à un rythme naturel. Et il est loin d’être négligeable que la mélatonine soit une hormone naturelle du corps. Les autres substances mentionnées sont, au moins en partie, synthétiques, à l’exception du peyotl. Mais même cela n’est pas un ingrédient naturel de l’être humain physiologique. Et d’ailleurs, nous avons déjà discuté de l’importance, ou de l’absence d’importance, de ceux qui portent un jugement sur cet exercice, ou cette communication.

L : D’accord. Pour aller dans une autre direction, nous venons d’apprendre qu’un certain Randell Mills prétend avoir découvert ou écrit la Grande théorie unifiée des champs. Est-ce vrai ?

R : Si c’est le cas, où sont les preuves ?

L : Nous avons commandé le livre ! Cent dollars, aussi ! Il est en route au moment où nous parlons !

R : Les théories doivent être testées avec succès pour être valables selon votre convention scientifique. Sinon, ce ne sont que des hypothèses, et tout le monde peut le faire, pour 100 dollars l’unité, pourrait-on ajouter.

L : Eh bien, il semble avoir beaucoup de soutien…

R : Un soutien n’est pas une confirmation. Une théorie de champ unifié complète et valide existe effectivement parmi les SDS de 3D, mais elle est tenue dans le plus grand secret !

L : Dans ce sens, Ark en a vraiment assez de la programmation. Il a mis son CV dans une douzaine d’endroits, mais il y en a beaucoup où il ne peut pas travailler parce qu’il n’est pas encore citoyen.

R : La citoyenneté peut être accélérée, explorer tout de suite.

L : Y a-t-il autre chose que nous pouvons explorer immédiatement en matière d’emploi pour qu’il n’ait pas à faire cette programmation. Travailler comme physicien serait bien.

R : Oui, mais cela peut aussi être limitant, bien que d’une manière différente.

L : Avez-vous des suggestions ?

R : Il existe de nombreuses possibilités de ce type dans la région.

L : Eh bien, donnez-nous quelques mots pour cibler notre recherche ?

R : Interstate 4.

L : Ne nous raccrochez pas au nez maintenant ! C’est sérieux !

R : Où avez-vous cherché ?

L : Dans tous les endroits évidents, bien sûr. Lockheed, la NASA, les universités, etc. (A) Bon, on m’a conseillé de contacter ce Phipps, et nous avons eu un échange, mais il n’a pas pu m’expliquer une chose que je lui demandais. Finalement, il a abandonné et a dit que ce serait la fin de notre communication parce qu’il voulait avoir sa « vie privée », et il s’est excusé pour ses erreurs ! La question est, bien sûr, de savoir s’il y a quelque chose de valeur, et comment la trouver, dans ce travail de Phipps. Ce contact avec Phipps n’a pas été satisfaisant. Il ne pouvait pas répondre aux questions, ne voulait pas répondre aux questions ; il y a plusieurs possibilités ici : l’une d’entre elles est que ce qu’il écrivait était de la foutaise.

R : Lorsque l’on est confronté à un « bonimenteur », cela se termine généralement par de la frustration. Parfois, une personne proche de lui est capable d’apporter des réponses plus concrètes.

Q : (A) Pourtant, c’est vous qui m’avez conseillé de contacter ce type !

R : Oui, parce que parfois la piste mène au succès, même si ce n’est pas immédiatement. N’oubliez pas qu’il s’agit d’un puzzle, pas d’une carte routière.

Q : Eh bien, peut-être que quelque chose résultera de ce contact et de cette conversation. Peut-être que les commentaires que vous avez faits seront lus par quelqu’un d’autre. On ne sait jamais. (A) Oui, c’est un puzzle. Mais, ce Phipps présente les équations de Maxwell avec des termes supplémentaires, ce qui est probablement faux, mais il y a peut-être quelque chose à cela. Il peut montrer la voie. Mon hypothèse est que ce qu’il a dit sur les équations de Maxwell est faux, mais cela montre la voie vers quelque chose qui peut fonctionner. Est-ce exact ?

R : Oui.

Q : Nous avons appris que Leedskalnine aurait écrit un livre en 1949. (F) Il l’a fait ? Je parie qu’il n’a pas révélé ses secrets ! (L) Non, mais c’est quand même intéressant. Nous l’avons commandé. Nous l’avons lu en partie sur Internet, et il est écrit dans un langage assez archaïque, ou alors il avait quelques problèmes pour expliquer les choses en anglais, mais il s’agit de principes de base sur lesquels il enquêtait.

Nous voulons jouer avec certaines de ses expériences à un moment donné. (F) Y a-t-il quelque chose à propos de la rotation ? (L) Non, mais j’ai découvert à quoi servait le siège de l’avion en lisant certaines de ses expériences. (A) Y a-t-il une expérience dans ce livre qui nous montrerait la voie vers la TCU, ou mieux, un moyen de sortir de la physique standard ? Ou bien ses expériences sont-elles des choses standard, mais comme il ne connaissait pas les lois de la physique, il a peut-être mal interprété ses résultats ? Il a été surpris par le comportement des aimants, mais les expériences étaient-elles standard ? Eh bien, nous verrons. J’ai écrit à ce groupe sur l’antigravité et je leur ai demandé s’il y avait une, une seule, expérience reproductible que je puisse faire moi-même, qui ne puisse pas être expliquée par des théories standard. Y en a-t-il une ?

R : Oui, il y a une telle expérience. Mais il faut disposer de l’équipement nécessaire, et c’est difficile à trouver. On a besoin de moyens pour fournir la puissance adéquate à un champ électromagnétique créé artificiellement.

Q : (A) Mais cela voudrait dire que ce qui se trouve dans ce livre de Leedskalnine ne sont que des expériences normales parce que, pour la plupart, ils n’utilisent que des batteries de voiture.

R : Il faut plus de puissance que cela, car le réseau est trop faible pour obtenir des résultats substantiels.

Q : (A) Mais, quand il a construit ce château de corail, il a apparemment utilisé de tels effets ! Quelle puissance utilisait-il ?

R : Des ondes sonores.

Q : (A) Comment produisait-il ces ondes sonores ?

R : Par la corrélation des roches et de la source d’énergie, obtenue « illégalement ». L’instrument était semblable à un diapason, mais excité à un niveau qui était mortel si l’on entrait en contact avec lui, ou avec sa terre.

Q : (A) Avons-nous été découragés d’expérimenter ici ?

R : Non.

Q : (L) A-t-il utilisé ce diapason alors qu’il était assis dans son siège suspendu ?

R : Oui, parce que faire autrement aurait été fatal !

Q : (L) Où a-t-il obtenu illégalement cette source d’énergie ?

R : Sur des lignes Ă©lectriques Ă  haute Ă©nergie.

Q : (L) Donc, c’était un pirate de l’énergie ! Mais, cela le rend certainement moins mystérieux ! (A) Pouvons-nous obtenir l’équipement nécessaire ? Je sais ce dont nous avons besoin.

R : Faites attention.

Q : (L) Sans blague ! Je ne veux pas être vaporisée ! (A) Nous allons faire des expériences sur Percy. (L) Non ! Pas le pauvre toutou ! (A) J’ai encore une question. Je veux demander à propos du temps. On nous a dit plusieurs fois que le temps est subjectif, que le temps n’existe pas. D’autre part, on nous parle sans cesse de phénomènes électromagnétiques. Maintenant, le problème est que l’électromagnétisme est régi par les équations de Maxwell, et vous devez écrire les équations de Maxwell avec le temps comme l’une des variables parce qu’il s’agit de savoir comment les champs électromagnétiques se propagent dans le temps. Je suis totalement confus. Je ne sais pas comment faire de la théorie des champs électromagnétiques sans temps. Je n’en ai pas la moindre idée. Et cet idiot de Phipps, qui voulait remplacer le temps, préconise quelque chose qu’il appelle le « temps propre ». Le temps propre est quelque chose qui est un temps individuel plutôt qu’un temps universel qui inclut tout le monde ; il y a donc ce temps propre qui est individuel ; chaque particule a son propre temps. Je veux savoir comment faire de la physique sans temps. Au moins comment commencer. Ou l’électromagnétisme sans temps. Les équations de Maxwell concernent le temps. La relativité d’Einstein concerne l’espace ET le temps. Comment faire de la physique sans le temps ?

R : Tant de questions, une à la fois, s’il vous plaît.

Q : (A) Peut-on écrire les équations de l’électromagnétisme sans utiliser le temps comme nous l’utilisons ?

R : Oui.

Q : Devrions-nous éliminer complètement ce temps qui se trouve dans l’équation actuelle, ou le remplacer par autre chose ?

R : Réinterpréter. Il est subjectif, donc fluide, ou variable. En d’autres termes, elle est ouverte à de nombreuses interprétations.

Q : (A) Je voudrais poser une question sur la théorie que j’ai développée avec Blanchard et qui a été récemment critiquée par un troisième évaluateur d’un journal. L’article a été rejeté. Essentiellement, l’évaluateur avait, dans un sens, partiellement raison. Je ne suis pas totalement convaincu que ce que nous avons fait va dans la bonne direction. J’ai passé dix ans sur ce sujet à aller dans une certaine direction, mais ensuite le développement s’est arrêté. Le problème est que je ne comprends pas la théorie quantique. En essayant de comprendre la théorie quantique, nous avons développé cette théorie dans laquelle une partie du monde est classique et une autre partie du monde est quantique. Mais, bien sûr, nous ne savons pas quelle partie du monde est classique. Stapp pensait que c’était l’esprit, la conscience ; Penrose pense que c’est la gravité. La question est la suivante : cette théorie que nous développions avec Blanchard, depuis dix ans ou même plus, est-elle un pas en avant, ou s’agit-il simplement d’une foutaise comme celle que Phipps a produite ? Peut-on faire un pas en avant en la complétant ?

R : Oui.

Q : D’accord, si cela peut être un pas en avant, la principale question à laquelle nous ne connaissons pas la réponse est : qu’est-ce qui est classique ? La gravité, la conscience ou autre chose ? Qu’est-ce que c’est ? Ou, peut-être que tout est classique…

R : Le classique nie la conscience, considérant l’esprit comme une simple activité de fonctions chimiques et d’impulsions électriques se produisant dans le vide, plutôt que d’être interfacé avec le reste de la création à tous les niveaux de densité et dans toutes les dimensions, ce qui est bien sûr le cas. La gravité est la « colle qui lie tous les aspects de la réalité, physique et éthérée ». Rien n’existerait sans la conscience pour la percevoir. La physique classique suppose, entre autres, que la conscience et « le cerveau » sont une seule et même chose, ou que l’un facilite exclusivement l’autre. En réalité, le cerveau n’est que le conduit qui facilite l’expression consciente dans l’état physique des états de 3D humaine et des manifestations similaires.

Q : (L) Je voudrais poser une sorte de question générale : depuis que nous avons ce site web et une assez bonne fréquentation, mais c’est devenu une sorte de forum, pour ainsi dire. La plupart des concepts de base se trouvent sur le site web. J’y ajoute peu à peu d’autres choses ; la plupart sont déjà dans les transcriptions ; mais de temps en temps, il faut en élargir la portée, comme le sujet des hallucinogènes ce soir ; mais, pour l’essentiel, les choses assez élémentaires sont là et font l’objet de discussions. Ma question est la suivante : y a-t-il une direction particulièrement fructueuse que ces séances devraient prendre à partir de maintenant ?

R : Laissez-les se dérouler, comme toujours.

Q : (L) Il semble qu’il me manque un élément particulier dans mon alimentation, mais je ne suis pas sûr de ce que c’est. Pouvez-vous me dire de quoi il s’agit et quelle est la meilleure source pour l’obtenir ?

R : Quel est le problème qui te fait croire qu’il y a une carence ?

Q : (L) J’ai ce système irrégulier et je crois que j’ai un problème hormonal.

R : Qu’est-ce qui te fait croire qu’il y a un manque ?

Q : (L) Juste ce que j’ai dit. Irrégulier. C’est aussi précis que ce que je veux obtenir !

R : Calcium, potassium, c’est un peu déséquilibré. Et tu es encline à l’expérimentation basée sur l’impatience.

Q : Je veux poser une question secrète.

R : Non. Partagez avec le forum.

Q : Je ne peux pas ! C’est une question personnelle !

R : Tu as la possibilité de recevoir des réponses à ces questions dans une communication tout aussi « personnelle ».

Q : (A) En ce qui concerne la programmation, je peux le faire tant que je suis bien payé. Mais, dans une université, vous avez accès à des revues et des livres, etc. Mais, peut-être que je n’en ai pas besoin. (L) La situation de l’emploi est-elle stable ?

R : Elle est stable, bien que fastidieuse.

Q : C’est certainement ça. Bonne nuit.

R : Bonne nuit.

Fin de la séance
 
Top Bottom