Séance du 24 août 1996

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 24 August 1996

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
___________________________________________________________________________________________

Séance du 24 août 1996

Contexte : cela faisait presque deux ans que j’allais deux fois par semaine chez le kiné à cause de mon accident de voiture de la veille de Noël 1994. Je n’en faisais généralement pas état lors des séances, mais à cette période, probablement en raison du travail intensif qui était accompli sur mon corps, je souffrais tellement que je me demandais comment je pouvais continuer.

Participants : «Frank», Laura, V

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour. Louritha de Cassiopaea, et nous souhaitons la bienvenue à V__, c’est bien de te voir présente !

Q : (L) Pourquoi ai-je cette écrasante douleur persistante à l’épaule ? Ça m’empêche de faire quoi que ce soit. Je ne poserais pas la question si ça n’était pas aussi terrible, mais j’ai mal tellement constamment qu’il m’est même difficile de me concentrer.

R : Tissus mous calcifiés.

Q : (V) Comment peut-elle y remédier ?

R : Par la réénergisation du corps associé à un nettoyage simultané.

Q : (L) Parlez-vous de jeûner ?

R : Un jeûne ne serait pas bon, sauf un jour sur dix.

Q : (L) D’accord, vous dites une réénergisation associée à un nettoyage. Quel est le protocole pour cela ?

R : Tu as passé trop de «temps» à rester statique.

Q : (L) Dites-vous que je devrais sortir et bouger ?

R : Une heure et demie par jour. Nous recommandons en premier lieu de nettoyer la piscine, puis de nager chaque jour 100 «longueurs» circulaires. Nager fait bouger et éliminer tout le corps, d’où ton nettoyage.

Q : (L) Eh bien, en parlant de ça, il ne me sera possible de le faire que lorsque je pourrai me permettre de remplacer la pompe de la piscine. Puisque vous regorgez de conseils les gars, peut-être me direz-vous comment faire ? C’est impossible pour l’instant.

R : Demande à Ark.

Q : (L) Je ne peux pas faire ça !

R : Pourquoi penses-tu que nous l’avons envoyé ?

Q : (L) Vous êtes complètement fous. Je ne pourrais pas faire ça !

R : Si, tu pourrais, et ne tourne pas autour du pot.

Q : (L) Je ne peux pas faire ça ! (V) Permets-moi de te poser une question : si Ark t’aime, penses-tu qu’il souhaite te voir dans cette situation ? S’il t’aime autant…

R : À ce niveau, il est «blindé», comme vous dites.

Q : (L) Je ne peux pas faire ça ! Mon Dieu ! Allez, les gars !

R : Non, nous ne sommes pas encore en 7e densité, mais nous apprécions le compliment !!

Q : (L) Je ne peux pas faire ça ! (V) Eh bien, tu ne pourras pas tant que tu continueras à te dire que tu ne peux pas ! (L) Pourrais-tu demander de l’argent à un homme ? (V) Oui. (L) Tu le pourrais ? (V) Si j’étais dans une relation où l’amour règne, bien sûr que je pourrais. Et tu peux ! (L) Non, je ne peux pas. (V) Qu’est-ce qui te fait croire qu’il veuille que tu souffres ? S’il savait à quel point tu souffres, ne penses-tu pas qu’il s’inquiéterait ? N’ai-je pas raison ?

R : Oui.

Q : (L) Frank ! C’est toi qui influences les réponses ! (F) Pas du tout ! (L) Bon, j’ai du mal à demander quoi que ce soit à qui que ce soit. (V) D’où ça vient ? (L) Je ne sais pas. (V) Serait-ce une question de fierté et d’ego ? L’ego n’a pas sa part dans une relation. Une relation est une question de connexion spirituelle et d’amour.

R : Oui.

Q : (V) Merci ! Vous voyez, je deviens bonne ! (L) D’accord, puis-je demander pourquoi j’éprouve une telle restriction intérieure [à demander de l’aide] ?

R : Tu n’en éprouves pas. Tu as toujours entretenu de fortes attentes en ce qui concerne tes propres facultés, quand tu les abandonneras, de bonnes choses se produiront.

Q : (V) Cela a-t-il un rapport avec le syndrome du «je dois être parfaite» ? Ou penses-tu que ta valeur sera diminuée si tu as besoin de quelqu’un d’autre et que ce n’est pas toi qui donnes ? (L) Je suppose qu’être dans le besoin me donne l’impression de n’être bonne à rien.

R : À ton avis, que pense-t-il de toi ?

Q : (L) Je ne sais pas. Qu’est-ce qu’il pense ?

R : Ce n’est pas ce que nous t’avons demandé. Réponds-nous s’il te plaît.

Q : (V) Alors… ? Réfléchis… C’est tellement intense, tellement rapide… (L) Que pense-t-il ? Je ne sais pas. Je sais seulement ce qu’il dit. Mais ce qu’il dit et ce qu’il pense vraiment, ça pourrait être le jour et la nuit. Il dit que je suis sa moitié, ce qui le complète. C’est ce qu’il dit. Qui sait, peut-être qu’il dit la vérité.

R : Et où intervient l’ego là-dedans ?

Q : (L) Je suppose qu’il ne devrait pas intervenir.

R : Penses-tu qu’il te rejettera si tu es honnête et franche ?

Q : (L) Non.

R : Alors nous suggérons que tu lui expliques clairement ta situation sans rien lui cacher !

Q : (L) Vous voulez dire que je dois lui expliquer que mon mari m’a laissée avec cinq enfants et sans un sou, et qu’il me fait marcher pour que j’accepte qu’il revienne sinon il mourra de faim ? Que j’ai utilisé tout l’argent que j’avais pour subsister et que ce que [mon ex] m’a donné ne suffit pas ? C’est complètement humiliant ! Je vais avoir l’air stupide ! Quel genre de femme se mettrait dans une situation pareille ? À attendre un dédommagement d’assurance qui pourrait mettre des siècles à arriver !

R : Et comment un adulte élève-t-il 5 enfants de nos jours ? Ne penses-tu pas que la vérité vaut mieux que la fiction ?

Q : (V) C’est toute ta vie ! La vérité. (L) Mais je n’ai jamais pensé que ça impliquerait de raconter à quelqu’un mes problèmes personnels et mes difficultés financières ! Ça va un peu loin ! J’espérais recevoir l’argent de l’assurance en juillet… (V) Tu crois ce que les C’s disent, n’est-ce pas ? Alors tu dois l’appliquer à la vie de tous les jours ! (L) Les gars ! Vous me mettez dans une situation impossible ! Je ne peux pas faire ça !

R : Eh bien, l’angle du coût d’internet est également présent.

Q : (L) Oui. Je vais bientôt être obligée de résilier mon abonnement à internet et je finirai par devoir le lui dire.

R : Ce qui sent drôlement le vécu !

Q : (L) Tout bien considéré, quand percevrais-je l’argent du procès au plus tôt ?

R : Cela dépend de toi.

Q : (L) Bon, vous avez dit que vous aviez «envoyé» Ark. Je veux savoir exactement ce que vous entendez par là. Je n’aime pas être manipulée !

R : «Envoyé» pourrait ne pas être le terme exact, plutôt poussé.

Q : (L) Eh bien, vous m’avez manifestement poussée, moi, dans sa direction ! Êtes-vous certains que je n’ai pas un attachement à ce bras ? C’est atroce en ce moment !

R : Oui. C’est une calcification flottante.

Q : (L) Merveilleux. Tout ce dont j’ai toujours eu besoin. Encore plus de douleur. OK. J’ai tellement mal que je ferais n’importe quoi pour m’en débarrasser. OK. Je vais lui dire. Mais je veux que vous sachiez que c’est à reculons. Et si je n’entends plus parler de lui, eh bien… mieux vaut le savoir dès à présent. Pose tes questions, V__. (V) J’aide une femme qui a un cancer. Je vois son cancer comme secondaire, même s’il se trouve dans le système lymphatique. Est-ce exact ?

R : Le cancer est toujours «secondaire».

Q : (V) En travaillant sur elle, j’ai ressenti un énorme flot d’énergie provenant de son plexus solaire. Est-ce que c’était l’énergie de la maladie qui partait ?

R : Relâchement de la compression. Si elle veut rester en troisième densité, elle doit changer un regard vieux de 28 ans et purger les sentiments, plutôt que les absorber telle une «éponge». En outre, des changements alimentaires sont nécessaires. Nous suggérons de l’extrait de choucroute, des jus de fruits, et du brocoli. Elle a besoin de nettoyer son côlon, et si le diagnostic est «terminal», pourquoi envisager des traitements toxiques ? Nous recommandons fortement que tu suggères un changement du regard vieux de 28 ans. Elle doit purger et purifier son esprit, son corps et son âme, comme pour TOUS les patients cancéreux.

Q : (V) Je voudrais aborder un autre problème : celui de faire payer pour du Reiki ou autre chose du même ordre. Je veux dire, s’il s’agit d’un don spirituel…

R : Offre l’opportunité de faire des dons de n’importe quel montant ou sous n’importe quelle forme jugés appropriés par la personne qui reçoit.

Q : (L) Bon, j’ai deux questions rapides. Dimanche dernier, au matin, après la séance de la veille, j’ai vécu une expérience très étrange semblable à ce qu’Ibn'Arabî décrit comme un «État». J’avais l’impression d’être au bord de la folie ; Ark était là [dans une sorte de vision] et ensuite, quand [l’intense émotion de l’état visionnaire] est devenue insupportable, [je m’en suis extirpée délibérément et me suis retrouvée à avoir] si froid que j’étais secouée de tremblements. Je grelottais, comme si je n’allais jamais me réchauffer, et je pouvais sentir mon âme trembler dans mon corps [la même sensation qui accompagne une sortie hors du corps]. Qu’est-ce que c’était, au juste ?

R : Équilibrage du demi-moi.

Q : (L) Qu’est-ce qu’un demi-moi ?

R : Ta version de démarrage, en lien avec l’empreinte karmique de naissance.

Q : (L) Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire, ça ?

R : Ce dont on t’a dotée au début de cette incarnation.

Q : (L) Vous voulez dire que ça «démarrait» quelque chose ? Comme le démarreur d’une voiture ?

R : Non, ce avec quoi tu as démarré, et qui nécessite un rééquilibrage périodique, lorsqu’on se trouve au point culminant d’un carrefour significatif.

[Tout ceci n’avait guère de sens à l’époque. Ce n’est qu’après avoir lu la trilogie Gnôsis de Mouravieff, puis avoir relu Gurdjieff, qu’une certaine compréhension m’est apparue au regard des centres inférieurs et des centres supérieurs. Je pense que le «demi-moi» auquel les C’s font ici allusion était leur moyen de décrire les centres inférieurs. Il s’agissait donc probablement d’un afflux d’énergie provenant des centres supérieurs. Croyez-moi, c’était presque à vous anéantir !]

Q : (L) Ensuite, quelques jours plus tard, je suis tombée dans une sorte d’inconscience et Ark m’a vue à la fenêtre [de son bureau à Wroclaw, en Pologne]. Que s’est-il passé ?

R : C’est amusant d’apprendre !

Q : (L) Alors ça, c’est le pompon ! (V) J’aimerais connaître davantage de symboles Reiki. Mais il n’y a pas d’autre endroit où apprendre ces choses. Pouvez-vous m’aiguiller ?

R : Vague.

Q : (L) Est-il possible à l’heure actuelle d’apprendre d’autres symboles Reiki ?

R : Nous serions heureux de vous en donner un. [Dessin du symbole] Celui-ci s’appelle Ohnh tu shayti sunehn.

Q : (L) Et quelle énergie ce symbole produit-il ou favorise-t-il ?

R : Achève l’éveil spirituel. Et bonne nuit.

Fin de la séance
 
Top Bottom