Séance du 24 avril 1996

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 24 April 1996

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
___________________________________________________________________________________________

Prêtez bien attention au commentaire adjoint à cette séance au sujet de la « thrombose ».

Séance du 24 avril 1996

Participants : «Frank» et Laura

Q : (L) Bonjour. Cela convient-il si nous procédons dans cette pièce puisque [ma fille] a pris notre salle de travail ce soir ?

R : Des nécessités viennent les changements.

Q : (L) Et qui est avec nous ce soir ?

R : Siril.

Q : (L) Et d’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Je voudrais aborder certains problèmes liés à la progression de cette «mission» ou de ce «projet», comme vous l’avez décrit. Comme vous le savez, nous avons connu de sérieuses perturbations et «attaques» ces derniers mois. J’en suis venue à la conclusion que mon mari était une personne de type robot. Mais je ne vais pas vous demander de confirmer ou d’infirmer ça. Cette idée m’est venue en relisant les informations contenues dans les transcriptions. Ce que je veux savoir, c’est si la majeure partie des attaques vont cesser, maintenant que cette énergie a été supprimée de mon environnement ?

R : Peut-être, mais pas nécessairement de la manière dont tu le penses !

Q : (L) Eh bien, vu le calvaire que j’ai vécu cette année, qu’y a-t-il pour m’encourager ?

R : Vague.

Q : (L) OK, mon mari est-il une personne de type robot ?

R : Écoute. Ouvert.

Q : (L) Que dois-je écouter ?

R : Vois.

Q : (L) Vais-je voir quelque chose ?

R : Robot ou pas, tous sont programmés.

Q : (L) Tous sont programmés, y compris moi-même et Frank ?

R : Oui.

Q : (L) Bon, compte tenu du nombre de mes expériences intérieures, j’en étais déjà arrivée à cette conclusion. Quel est l’objectif de cette programmation ?

R : Trop complexe pour l’expliquer maintenant.

Q : (L) Quelle était la source ou la cause de mon extinction de voix pendant plusieurs semaines ?

R : Infection bactérienne plasma Q. Demande à Wu.

Q : (L) Vous voulez dire le Dr Vu ?

R : Oui. Prononcé Wu avec l’accent sud-asiatique.

Q : (L) J’ai analysé certains de nos échanges concernant le récent épisode avec Sue et sa mère. À ce jour, elle n’a toujours pas appliqué un seul des conseils que vous lui avez donnés après qu’elle vous a demandé de l’aide. Je lui ai dit que j’étais très en colère qu’elle ait accaparé mon temps et mon énergie, tout ça pour n’appliquer aucun des conseils donnés, et le résultat, c’est que tout le monde en est contrarié. Maintenant, j’ai reçu un appel de quelqu’un qui m’a dit que Sue était impliquée dans une espèce de coven ou d’organisation très obscure. J’ai beaucoup de mal à y croire. Comment peut-elle parler de ces choses de façon aussi désobligeante et en faire en même temps partie ? Pourtant, la source de ces informations savait des choses qui ont fait «tilt» et qu’elle n’aurait jamais pu révéler si elles n’étaient pas vraies. Est-il possible que Sue ait de multiples personnalités et que ce soit l’un de ses «alters» qui fasse ça ? Comme dans l’Exposé Greenbaum ?

R : Bien sûr !

Q : (L) Est-il possible que Frank ou moi soyons impliqués dans des choses de ce genre sans en être conscients ?

R : Oui, mais ce n’est pas ça.

Q : (L) Cela veut-il dire qu’il y a des choses dans lesquelles certains aspects de nous sont impliqués, mais dont nous ne sommes pas conscients ?

R : Pas loin.

Q : (L) Cela arrive-t-il pendant des états de conscience modifiée ou pendant le sommeil ?

R : Pas «arrive» : est arrivé.

Q : (L) C’est arrivé dans le passé ?

R : Laura, il te faudrait consulter un hypnothérapeute très fort, expérimenté et efficace : lui pourrait te donner la clé qui te permettrait de répondre à ces questions.

Q : (L) Je peux faire ça pour Frank, en attendant ? Ça ne m’étonnerait pas que Frank ait sous clé, là-haut, une sacrée pièce du puzzle...

R : Vous deux et d’autres. Les verrous ont été disposés de manière qu’il vous soit littéralement impossible de les faire sauter, car ils ont été installés en pleine connaissance des circonstances présentes.

Q : (L) Qui a installé ces verrous ?

R : Consortium SDS extrêmement puissant !!

Q : (L) Et quelles étaient ces circonstances dont, selon vous, ils étaient conscients lorsqu’ils ont installé ces verrous ?

R : Toutes.

R : (L) Vous êtes les Cassiopéens, n’est-ce pas ?

R : Oui.

Q : (L) Et vous êtes SDA ?

R : Oui.

Q : (L) Et vous nous dites qu’un consortium SDS extrêmement puissant a verrouillé nos connaissances. Ne pouvons-nous pas tout simplement refuser consciemment cette programmation et vous demander ces informations ?

R : Pas possible !

Q : (L) Qu’est-ce qui n’est pas possible ?

R : Ce que tu viens de demander.

Q : (L) Vous voulez dire que nous ne pouvons pas refuser, ou que vous ne pouvez pas nous donner les informations ?

R : Analyse incorrecte.

Q : (L) Donnez-moi l’analyse correcte.

R : Vous ne pouvez pas les débloquer, et nous ne pouvons pas vous donner de détails sur le quoi ni le pourquoi.

Q : (L) Pourquoi ne le pouvez-vous pas ?

R : Viol du libre arbitre, et nous vous mettrions en danger en agissant ainsi.

Q : (L) Y a-t-il un moyen de le faire sans nous mettre en danger ?

R : Nous te l’avons dit.

Q : (L) Y a-t-il danger pour nous à ne pas débloquer ces choses-là ?

R : En un sens.

Q : (L) Lorsque j’ai été kidnappée à l’âge de trois ou quatre ans à Jacksonville, pendant combien de jours ai-je disparu ? Ma mère n’arrive pas à s’en souvenir, ce qui d’ailleurs la stupéfie.

R : 12 jours.

Q : (L) Qui m’a kidnappée ?

R : Jan.

Q : (L) Qui était Jan ?

R : Membre du corps militaire.

Q : (L) De quel corps s’agit-il ?

R : Division restreinte de la légion économique sous contrôle du G5.

Q : (L) La légion économique ? Qu’est-ce que le G5 ?

R : Les renseignements.

Q : (L) Quel était le but de ce kidnapping ?

R : Installer un programme d’autodestruction.

Q : (L) Nous connaissions donc ce Jan sous le nom de «Cecil Brien».

R : Oui.

Q : (L) Et il a plus ou moins étourdi ma mère et l’a persuadée de l’épouser juste pour m’atteindre ? Ça me paraît incroyable !

R : C’était facile à l’époque. Elle était vulnérable.

Q : (L) J’ai donc en moi un programme d’autodestruction. Et Frank en a un, aussi ?

R : Semblable, mais pas une copie exacte, pour brouiller les pistes.

Q : (L) Frank a-t-il subi le même genre d’enlèvement ?

R : Presque, mais pas exactement.

Q : (L) La pneumonie que Frank a eue quand il était enfant, et qui l’a presque tué, faisait-elle partie de ce programme d’autodestruction ?

R : Oui.

Q : (L) Le père de Frank a-t-il également été programmé ?

R : À moitié.

Q : (L) Eh bien. Je crois que nous avons toutes les raisons de penser que chacun des membres de nos familles a fait l’objet d’une sorte de programmation, ne serait-ce que pour faciliter notre programmation à nous. Toute cette affaire commence à prendre un tour de plus en plus sombre.

R : Sombre ?!? Tu as survécu des décennies à ces épisodes ! Pense à tous tes «frères» ! Des millions et des millions !

Q : (L) Justement, voilà pourquoi je dis que c’est sacrément sombre...

R : Mais n’oublie pas que cela s’inscrit dans un processus naturel.

Q : (L) Eh bien, j’aimerais que les gentils nous viennent en aide, là. Ou bien, est-ce que nous sommes coincés tant que nous n’avons pas compris les choses par nous-mêmes ?

R : Non.

Q : (L) Ça paraît si terrible. Nous avons besoin d’aide, là. Je commence à me sentir très fatiguée.

R : Vous n’avez besoin que de connaissance.

Q : (L) L’un ou l’autre de mes enfants a-t-il été programmé ?

R : Ouvert.

Q : (L) Ma fille A__ traverse une période très difficile. Je l’ai emmenée plusieurs fois chez des médecins. Pouvez-vous me dire ce qui cloche avec elle ?

R : Désir d’acceptation.

Q : (L) Qu’est-ce qui pourrait l’aider ?

R : La patience. C’est une forte tête.

Q : (L) Ça, vous pouvez le dire ! J’ai récemment discuté avec un type qui m’a parlé de dénicher le convoi de trésors nazis dans une grotte du massif du Harz. Il recherchait des investisseurs. Si je perçois mon règlement [d’assurance] à temps, devrais-je investir dans ce projet ?

R : Un herpétologiste étudie-t-il son sujet en se promenant nu dans une fosse aux serpents ?

Q : (L) D’accord, ça règle la question. Et par rapport à mon indemnisation ?

R : Ton indemnisation est retardée par ceux qui prétendent être de ton côté.

Q : (L) [Mon ex] va-t-il me causer d’autres problèmes ?

R : Pas si tu «l’affranchis» complètement.

Q : (L) Qu’est-ce que ça veut dire ?

R : Donne-lui la liberté ultime.

Q : (L) Disons que j’aimerais bien qu’on me montre un peu la voie.

R : Concentre-toi sur ton indemnisation. Cela peut résoudre tes problèmes, si tu agis avec sagesse, ou sinon s’avérer une calamité ! Utilise une partie des fonds pour dénicher un «super hypnothérapeute».

Q : (L) Qui cela pourrait-il bien être ? Un indice ?

R : Non.

Q : (L) Pouvons-nous améliorer la situation par nous-mêmes ?

R : Oui.

Q : (L) Donnez-moi un indice... Je veux quelque chose qui m’époustoufle et enrichisse ma vie, qui est si sombre... Je veux quelque chose qui mène à une connaissance qui me protégera...

R : Cela ne marchera pas tant que tu n’auras pas fait convenablement sauter les verrous.

Q : (L) Eh bien, j’espère survivre jusque-là.

R : Réfère-toi à la réponse précédente.

Q : (L) Les gars, si vous étiez ici, je vous enverrais quelque chose à la figure !

R : Nous l’esquiverions !

Q : (L) Mais vous comprenez mon problème... J’aimerais juste savoir s’il y a quelqu’un de compatissant dans les parages...

R : Tu devrais le savoir, depuis le temps.

Q : (L) Alors les gars, vous devriez aller voir mon avocat et le mettre au parfum...

R : Nous le faisons, à travers toi.

Q : (L) Parlez-moi de D__F__, qui est censé faire partie du réseau des renseignements.

R : Rien de tel.

Q : (L) Quoi donc ?

R : Les renseignements.

Q : (L) Vous voulez dire ses prétendus liens avec les renseignements ?

R : «Souviens-toi de Brockinton !»

Q : (L) Eh bien, D__ F__ ne clame pas exactement qu’il a des liens en paradant comme le fait Andrew B__...

R : Les renseignements ne crachent pas sur internet.

Q : (L) Nous avons donc un tas de trucs bloqués à l’intérieur et tout ce qu’il y a à faire, c’est trouver la clé...

R : Oui, exactement.

Q : (L) Autre chose...

R : Attention aux problèmes cardiaques. Pas ce qui est, mais ce qui pourrait être. Possible thrombose, dans le futur.

Q : (L) Que puis-je faire pour éviter ça ?

R : Beaucoup de choses, mais le plus important est ton attitude. Tu dois apaiser ta colère.

[Note de Laura : En réalité, j’étais furieuse contre mon ex. Toutefois, il est intéressant que la question des troubles cardiaques/thrombose ait été soulevée à ce moment-là, car quelques jours seulement après cette séance, ma grande amie, Sandra, souffrit d’une thrombose qui provoqua un arrêt cardiaque et son décès. Cela suggère que les informations qui sont «captées» peuvent concerner quelqu’un de proche plutôt que l’individu en question. Cela met aussi en lumière la nature «impressionniste» propre aux transmissions psychiques.]

Q : (L) Eh bien, c’est ce que je pensais avoir fait en demandant le divorce à [mon ex]. Contre quoi suis-je en colère ?

R : Majoritairement, mais surtout contre de sombres événements du passé, certains verrouillés, certains non.

Q : (L) Quels événements du passé ?

R : Ce qu’on t’a fait.

Q : (L) Vous voulez parler du kidnapping et de la possible ingérence des aliens ?

R : Entre autres.

Q : (L) Vous voulez parler de [mon ex] ?

R : Pas essentiellement.

Q : (L) Eh bien, puis-je demander si [mon ex] s’est jamais soucié de moi à un quelconque moment de notre mariage ?

R : À sa façon.

Q : (L) Ça veut tout dire. Mais de quoi parlent-ils ? Que m’a-t-on fait ?

R : Violations.

Q : (L) Au cours de ma programmation pour m’autodétruire, ai-je été physiquement et sexuellement violée ? Je n’ai absolument aucun souvenir de quoi que ce soit de ce style. Parlez-vous de mon enfance ?

R : Oui. Et autre.

Q : (L) Pouvez-vous me donner les âges ?

R : 2, 4, 7, 10, 17, 22, 44

Q : (L) Quand j’avais 2 ans, j’ai été abductée ?

R : Oui.

Q : (L) Et quand j’avais 4 ans ? J’ai été kidnappée et programmée ?

R : Oui.

Q : (L) Et quand j’avais 7 ans, j’ai été abductée ?

R : Oui, et…

Q : (L) J’ai aussi été programmée ?

R : Oui.

Q : (L) À 10 ans… abductée ?

R : Oui...

Q : (L) Bon, je vais devoir réfléchir à tout ça... On dirait une bonne série de chiffres pour le loto !

R : Ouvert.

Q : (L) [C’était une plaisanterie.] Vous ne comprenez pas la rigolade, les gars ?

R : Si. Bonne nuit.

Fin de la séance
 
Top Bottom