đź“š SĂ©ance du 25 janvier 1997

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 25 January 1997

Merci aux membres de l’équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

Date de la séance : 25 janvier 1997

Participants : Laura, «Frank», Terry, Jan, Alice, Terry A (invité).

Q : (L) Bonsoir.

R : Bonsoir.

Q : (L) Et qui est avec nous ce soir ? Quel nom devons-nous utiliser ?

R : Torra.

Q : (L) D’accord, et d’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) OK. Nous avons un invité avec nous ce soir : Terry, notre thérapeute. Il aimerait poser quelques questions si cela convient ?

R : Bien sûr, quand t’attendrais-tu à ce que nous répondions «non» ?

Q : (TA) Je veux simplement savoir ce qu’est la pression que je ressens quand je sens l’énergie chez quelqu’un. C’est quoi ce ressenti ?

R : Terry doit être initié à l’art de poser des questions précises. Sois direct mon garçon, la timidité ne marchera pas !

Q : (L) OK, pose des questions précises, directes.

R : Minutieusement !

Q : (T) Commence par une question générale et vois ce que donne la réponse, alors tu pourras commencer à affiner le questionnement. C’est un processus que tu dois apprendre. Il nous a fallu des années pour y arriver. Et encore maintenant, on n’y arrive pas toujours. (TA) La pression que je ressens dans ma tête a-t-elle une signification ?

R : Oui.

Q : (TA) Est-ce que je capte l’énergie de l’autre personne ? Comme un méridien ?

R : Eh bien oui, mais méridien??

Q : (L) Bon, la première réponse à ta question composée est oui, mais pour l’autre, il ne s’agit pas de méridien.

R : Que sais-tu de l’électromagnétisme ?

Q : (TA) Juste les bases, vous savez, les champs énergétiques, le globe.

R : Quel est le rapport avec les humains ?

Q : (TA) Eh bien, le corps humain est constitué d’un flot d’énergie ; tout être vivant a son propre flot d’énergie… (L) Je pense savoir comment arriver à ce que tu cherches. Terry a parfaitement conscience qu’il capte l’énergie de l’autre. Je pense que ce qu’il…

R : S’il te plaît, laisse Terry demander, c’est important ! Merci !

Q : (TA) Y a-t-il un rapport avec une vie antérieure, le fait que je capte, sois capable de capter quelque chose de ma vie antérieure ?

R : Une étape à la fois…

Q : (L) Revenons à l’électromagnétisme.

R : Le champ dont tu parles n’est pas possédé, il est «emprunté».

Q : (L) Est-ce qu’il emprunte le champ de l’autre personne ?

R : Non.

Q : (L) Comment le champ est-il emprunté ? (TA) Pour en revenir à la création, est-ce que ce champ d’énergie, ce champ électromagnétique se transmet d’une génération…

R : Non.

Q : (TA)… à l’autre ? (L) Non… (J) Est-ce un champ continu ? (T) Là, on s’éloigne du sujet. Il s’agit de l’interconnexion entre le champ de Terry et celui de son patient. C’est là qu’on en est arrivé, l’interaction électromagnétique…

R : Terry a fait référence à ce champ en suggérant qu’il naît des êtres humains, ce qui n’est pas le cas. Il est emprunté.

Q : (T) La source est partout. (L) D’accord, il a fait référence à ce champ comme si chaque individu en avait un ; le champ est emprunté. D’où vient cet emprunt ?

R : Densité numéro 7.

Q : (L) OK, c’est la densité la plus haute, la numéro 7. C’est «Dieu». (T) Le «Créateur».

R : Non, c’est l’«union avec le Un».

Q : (TA) Est-ce que ça représente la manifestation de la vie ? Ça équivaut à la vie ? C’est un exemple de la vie ? Du vivant ? Quelque chose qui vit ?

R : Mal formulé, mais c’est la force d’animation de la conscience à tous les niveaux et dans toutes les représentations.

Q : (L) D’accord… (T) De ce que je comprends, quand Terry travaille, il est capable de puiser dans la force vitale universelle, le champ d’énergie, les fréquences énergétiques universelles… il puise là-dedans.

R : Non pertinent. Tous «puisent» ainsi, mais combien le «ressentent» ?!?

Q : (TA) Pourquoi est-ce que je le ressens et pas les autres ?

R : Plus proche de la transformation vers la 4e densité.

Q : (TA) Puis-je utiliser cette sensation pour aider ceux que je rencontre quand je ressens fortement le penchant, ou la force, d’être capable de les aider à équilibrer leurs corps ?

R : Ouah ! Attends une minute ! Un nourrisson peut-il utiliser un «747» ?

Q : (T) Eh bien, d’une certaine manière, il l’utilise… (J) Tu es là… avec cette conscience…

R : Non.

Q : (L) Non, il ne l’utilise pas ? (TA) Quand j’utilise l’acupuncture, je ne fais que libérer les blocages énergétiques de la personne ?

R : Non. Terry. Tu sens ce que chacun vit lorsqu’il est en contact avec les autres. Tu vois, dans l’histoire de ta vie, il y a des changements assez drastiques de conscience mentale, émotionnelle et psychique, sans parler d’attitude et de savoir. C’est symptomatique du changement de fréquence de résonance vibratoire. Ce qui t’intéressait ne t’intéresse plus, et vice versa. L’une des manifestations est la diminution des intérêts de nature matérielle ou physique. La libido tend à diminuer, par exemple.

Q : (L) Sa conscience de ce contact va-t-elle continuer Ă  augmenter ?

R : Oui.

Q : (TA) Il m’est parfois arrivé de ne pas seulement ressentir par le biais de cette sensation dans ma tête, mais j’ai aussi vu des couleurs… Les couleurs que j’ai vues ont-elles un rapport avec le champ électromagnétique ?

R : Oui, mais voir les auras est principalement un signe de l’approche de l’onde, c.-à-d. du changement de densité.

Q : (L) C’est bien, car ça veut dire que tu es en phase avec les événements ! (TA) Cette faculté perceptive a-t-elle un rapport avec une vie antérieure ?

R : Pas vraiment.

Q : (L) Et le fait que tu adores faire ce travail ? Terry semble avoir une connaissance instinctive de la pratique de l’acupuncture, et le…

R : Cela a résulté des changements dans cette vie-ci. Voudrais-tu partager avec le groupe ce à quoi tu ressemblais quand tu étais adolescent et un jeune adulte… et les changements drastiques entre cette époque et maintenant ? Nous pensons qu’ils pourraient trouver cela intéressant !

Q : (J) Whoo ooh ! (TA) Est-ce que cette conscience a un rapport avec le fait que j’ai eu la polio à l’âge de trois ans ?

R : Non, mais cela a ouvert un canal lors des périodes de fortes fièvres et de fortes douleurs.

Q : (L) Tu as eu de fortes fièvres et de fortes douleurs ? (TA) Oui, quelque chose comme 41,6°, et les deux jambes et le côté droit paralysés. (L) Donc, Terry a vécu des expériences fabuleuses !

R : On vous l’avait dit ! Il y a bien plus, mais laissez-le en parler quand il le voudra.

Q : (T) Le changement ne se produit pas nécessairement d’un seul coup ; ça a pu être graduel après tout ce que… (J) Eh bien, c’est toute une série d’événements… (TA) Et après tout ce stress et les dépressions nerveuses, les trois visites à l’hôpital… (L) Je suppose que tu essayais simplement… eh bien, on dirait qu’on est tous passés par là ! Essayer d’être normaux dans un monde… on n’est juste pas à notre place ! (TA) Non. Est-ce nous qui ne sommes pas à notre place ou bien est-ce le reste du monde ? (L) Eh bien, c’est leur monde… bon, on a choisi de venir ici, mais… (T) Sûr qu’on est d’ici, c’est notre monde aussi ! (TA) La voie professionnelle sur laquelle je me trouve est-elle celle que je devrais poursuivre ?

R : Mène à des choses intéressantes, prépare-toi à des expériences inhabituelles, des rêves, des visions, et une conscience et un savoir accrus.

Q : (TA) Le coup de fil que j’ai reçu hier soir de SV, est-ce une situation à éviter ? Le contact avec elle ?

R : Ouvert.

Q : (L) C’est à toi de voir, tu dois décider. C’est ce que je dirais, en se basant sur nos expériences… C’est marrant qu’elle t’appelle subitement, sans crier gare… (J) Tu parles de la SV à laquelle je pense ? Tiens-toi à l’écart, c’est mon conseil. (L) Ils ne te diront rien à ce sujet ; tu dois te faire ta propre opinion ! (J) Oui, mais on peut te le dire ! (TA) J’irai au feeling… (J) Qui est ? (T) Connais-tu bien SV ? (TA) Il y a toujours eu un truc, à chaque fois que j’ai travaillé sur elle, comme une sorte d’aspiration, vous voyez. L’impression qu’elle me soutirait mon énergie. (J) Très perspicace de ta part, oui. Dommage qu’on n’ait pas senti ça. (F) Si, on l’a senti. (L) Une question très rapide, y a-t-il… Terry a travaillé sur moi l’autre jour, et y a-t-il autre chose qu’il puisse faire pour réparer ce que j’ai pu me faire en tombant ?

R : [Longue pause avant la réponse.] Tu verras bien.

Q : (T) Ils ont longuement réfléchi avant de la sortir celle-là ! (L) Les rats ! Ils ne me diront rien ! (J) J’ai une question. En a-t-on terminé avec... (L) Je ne sais pas. Terry, te sens-tu encore plus perplexe qu’avant ou as-tu l’impression... (TA) Non. Je suis un petit peu plus éclairé, comme ce dont on a déjà parlé, de devoir traverser un tas de choses, et je me demandais s’il y avait un lien avec ce coup de fil et tout ça… (L) Oui, je dirais que oui, d’une manière ou d’une autre. (J) Je voudrais poser des questions sur ce que j’ai vécu cette semaine, le fait que je n’ai pas été aussi émotive que j’ai pu l’être dans le passé… (T) Comme la semaine dernière ! (J)… comme la semaine dernière, oui ! Y a-t-il un rapport avec les compléments alimentaires que je prends, les vitamines et autre ?

R : En partie, mais souviens-toi, toutes les choses physiques et éthériques sont interconnectées.

Q : (L) Eh bien, si toutes les choses physiques et éthériques sont interconnectées, quel effet éthérique a-t-elle connu qui a diminué l’expérience physique/émotionnelle ? (J) Oui, je n’ai pas eu de crises de larmes depuis environ deux semaines maintenant. (L) Qu’est-ce que qui a changé au niveau éthérique ?

R : Trop complexe.

Q : (L) Mais, manifestement, quelque chose a changé. OK, est-ce quelque chose qu’elle doit découvrir par elle-même, en s’auto-analysant ou en observant les signes ?

R : Dans le mille !

Q : (J) Cela a-t-il un rapport avec la préménopause ?

R : Plus que probablement.

Q : (J) D’accord, merci beaucoup, j’apprécie.

R : De rien.

Q : (Alice) Qu’ont-ils dit sur la capacité de Terry à t’aider ? (L) Ils ont répondu : «Tu verras bien». Ils ne comptaient rien me dire.

R : Faux. Nous ne comptions pas te dire ça.

Q : (L) «Ça», pas «rien». Ils sont pointilleux, non ? (TA) L’acupuncture pourra-t-elle soulager les problèmes émotionnels de Jan ? Les hauts et les bas ?

R : C’est amusant d’apprendre !

Q : (L) Essaye, tu verras bien ! (J) J’ai parfois l’impression qu’ils versent dans le genre Mr. Roger’s Neighborhood (T) «Seras-tu mon ami…?!?»

R : Bien sûr que nous le serons. Après tout, nous sommes toi dans le «futur».

[Pause]

Q : (J) J’aimerais vous interroger sur ce que j’ai ressenti sur le pont Courtney Campbell jeudi après-midi. Quelle était la raison d’une telle frayeur ?

R : La peur frappe lorsqu’on réalise momentanément les pièges des limites de la physicalité.

Q : (J) Je ne me suis jamais sentie comme ça sur une route depuis que j’ai dû prendre la 10 dans le New Jersey. C’était une autoroute avec un terre-plein central en béton, et j’ai dû accélérer parce que j’étais en retard. Une peur bleue, avec le terre-plein tout près de la vitre ! (L) J’ai ressenti ça un jour : j’ai regardé dans le rétro, et tout ce que j’ai vu c’est la calandre d’un semi-remorque. On venait de l’embranchement «défaillant» de Tampa, et j’allais vite, mais il allait encore plus vite ! (J) Oui ! (L) Son sentiment était-il lié à cette conjonction qui s’est apparemment produite jeudi ?

R : Non.

Q : (L) Y a-t-il autre chose concernant son sentiment, sa sensation ?

R : Non.

Q : (L) La conjonction astrologique de jeudi avait-elle une quelconque signification ? Je veux dire à part la signification normale d’une conjonction ?

R : Non.

Q : (L) D’accord, alors tout ce ramdam à ce sujet sur le net et dans le milieu métaphysique, c’est encore la bonne vieille routine du «je m’ennuie, et si on lançait une rumeur ?».

R : Oui.

Q : (L) Très bien, alors mon interprétation était juste. Rien d’extraordinaire. Ark a mentionné que cette conférence à laquelle il participe a lieu dans une Université fondée et financée par des Américains, en Hongrie, et que les principaux destinataires des invitations, et je veux bien dire les principaux — il était une exception — étaient des Russes. Et voilà tous ces Russes qui, comme il le dit, se retrouvent abondamment exposés aux vertus du mode de vie américain. J’aimerais savoir, comme il m’est venu à l’idée que ces instituts d’enseignement supérieur sont des endroits où la propagande est disséminée… bon, pouvez-vous commenter cette situation particulière ?

R : Précise.

Q : (L) D’accord, pourquoi Ark a-t-il été invité, ainsi que tous ces Russes ?

R : Sa réputation.

Q : (L) Pourquoi tous les Russes sont-ils invités ?

R : Leur valeur.

Q : (L) Leur valeur en tant que quoi, ou par rapport Ă  quoi ?

R : Exactement.

Q : (L) Très bien, clarifiez ! (T) On les achète pour éviter que d’autres pays ne les achètent ! (L) Ça se résume à ça ? (T) C’est politique. (L) On les achète pour éviter que d’autres pays ne les achètent ? (T) Si on ne le fait pas…

R : Plus quelque chose comme «ils sont achetés pour s’assurer qu’ils ne sont pas à acheter».

Q : (T) Tous ces Russes sont maintenant sans emploi, et ils ne veulent pas qu’ils aillent en Chine ou Dieu sait où…

R : Non, Terry. Il n’y a pas de pays, seulement des âmes.

Q : (L) D’accord. Je comprends. On les achète pour s’assurer qu’ils sont achetés de sorte qu’ils ne penseront pas ou n’agiront pas par eux-mêmes, ou individuellement. Autrement dit… (J) On les muselle…

R : C’est le but, bien que pas toujours atteint.

Q : (L) D’accord, c’est : «Achetez-les et dites-leur ce qu’il faut penser !» (T) Oui, c’est ça. Ils ne veulent pas de travailleurs indépendants. Ils sont déjà trop nombreux à l’être. (L) OK. Maintenant, je suis un petit peu curieuse au sujet de cette rumeur concernant Ark et son appartenance à l’Église de Scientologie. (J) Quoi ? Oh, parce qu’ils savent qu’il vient en Floride. (L) Oui, elle [son ex-femme] doit être au courant, parce que l’université a acheté ses billets et le reste. Est-elle la source de cette rumeur ?

R : Les avocats enquĂŞtent.

Q : (L) Elle a des avocats qui enquêtent sur ce qu’il fait ? Et où il va, et avec qui il est en contact ?

R : Pas loin.

Q : (L) Donc, elle sait qu’il vient ici ?

R : Oui.

Q : (L) Est-elle au courant pour moi ?

R : Non.

Q : (L) OK, d’autres problèmes vont-ils venir de là ?

R : À quoi t’attendrais-tu ?

Q : (L) Eh bien, vous nous avez dit de ne pas anticiper, de gérer les choses comme elles se présentent. (J) Oui, mais tu as une assez bonne idée… (T) Laura, pense à ça. Elle a pris son argent. Maintenant, elle a des avocats. C’est là où va l’argent d’Ark. Quand il finira par récupérer son argent, ce sera avec les frais d’avocats en moins. C’est-à-dire la majeure partie de son argent. (L) Oh, si elle continue comme ça, elle n’aura plus d’argent, et elle sera vraiment dans la panade. Elle va scier la branche sur laquelle elle est assise ! D’accord, combien de son argent a-t-elle dépensé jusqu’ici en avocats, détectives privés, etc. ?

R : Ouvert.

Q : (T) Elle va tout dépenser. (L) D’accord, puisque vous l’aviez prédit et que ça s’est réalisé, avez-vous autre chose à proposer à ce stade ?

R : Ark doit être davantage sur ses gardes qu’il ne l’est. Il ne comprend même pas encore pleinement combien elle est capable de tout. Il ne risquerait pas autant de «repartir pour un tour» s’il était plus vigilant. Mais nous craignons que son talon d’Achille soit qu’il sous-estime trop, même quand il dit que ça n’est pas le cas.

Q : (L) Que pourrait-il faire, en matière d’action réellement concrète, à ce stade…

R : Les actions réellement concrètes se font naturellement avec la connaissance et/ou la conscience adéquates.

Q : (L) Quelle connaissance ou conscience a-t-il besoin d’accentuer pour concrètement agir de manière adéquate ?

R : Voir les trois dernières réponses.

Q : (L) Donc, autrement dit, il doit réaliser que cette femme… (F) Bon, attends une minute là, que sont-ils en train de dire ? (T) Que ça va être dur pour lui d’avoir conscience de ce qui se passe autour de lui ; c’est un scientifique. Il est focalisé.

R : Mais en ce sens, et à bien d’autres égards, ce n’est pas un scientifique «typique».

Q : (L) Y a-t-il quelque chose que je pourrais lui dire pour améliorer la situation ?

R : Ce que nous venons juste de te dire.

Q : (L) Autre chose Ă  ce sujet ?

R : Si tu le demandes…

Q : (L) Bon, quelqu’un pense-t-il à autre chose ? (T) Est-ce que le gouvernement le surveille ?

R : Oui.

Q : (T) En a-t-il conscience ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce qu’ils lisent nos courriels ?

R : Ouvert.

Q : (T) Eh bien, si eux ne le font pas, la NSA si ! (Alice) Demande s’il a oublié quelque chose d’important dans cette affaire. (L) Pour ce qui est d’engager des poursuites contre elle, qu’est-ce qui serait le plus efficace pour mettre un terme à ses agissements, le civil ou le pénal ?

R : Ceci aussi est une expérience d’apprentissage.

Q : (L) Ce qu’il est en train d’apprendre, c’est l’ampleur de la noirceur des ténèbres ?

R : En partie.

Q : (L) Et quelle est l’autre partie ?

R : Beaucoup d’autres parties.

Q : (L) Est-ce que quelque chose va l’empêcher d’arriver le 11 ?

R : Peut-ĂŞtre.

Q : (T) Est-ce que le gouvernement des États-Unis le surveille ? Ou du moins, est-ce qu’il a remarqué ses activités ? Réfléchis ; on l’a invité à cette conférence.

R : Cela a peut-être lieu depuis bien plus longtemps que ça !

Q : (T) Ils le surveillent parce que c’est un scientifique européen de haut niveau ; ils surveillent tout le monde. Mais réfléchis ; on l’a invité à la conférence, et tu as demandé pourquoi on l’avait invité, ses compétences mises à part.

R : Si tu veux absolument des conseils sur cette affaire, nous dirons seulement ceci : peut-être vaut-il mieux concentrer toutes — nous disons bien toutes — vos énergies sur cette affaire et sa gravité, lorsque vous communiquez. Vous aurez le «temps» de discuter du «futur» et de vos sentiments à un autre moment. Il est nécessaire de comprendre les dangers qui rôdent, et qui sont potentiellement extrêmes, une bonne fois pour toutes !!!!!

Q : (L) Si nous concentrons toutes nos énergies sur cette affaire, mais de quelle affaire en particulier… (T) La venue d’Ark... (L) Je sais, mais entre…

R : Et le divorce et les attaques en général. Que vous a-t-on dit à propos de ceux qui subissent les plus grandes attaques et pourquoi ?

Q : (L) Ceux qui sont sur la voie subissent les plus grandes attaques pour cette raison même. Ils sont en voie de découvrir comment dépasser tout ça. C’est ça ?

R : Non.

Q : (T) Les fédéraux et la communauté scientifique veulent s’assurer qu’Ark ne fait rien derrière leur dos et dont ils devraient être informés. Avons-nous vu juste pour les papiers, le passeport et la carte de crédit ?

R : Partiellement.

Q : (L) Qu’est-il arrivé au passeport et à la carte de crédit ?

R : Examen, encodage et altération à des fins de surveillance.

Q : (L) Où les ont-ils subtilisés ? Où les ont-ils pris ? Où Ark se trouvait-il lorsqu’ils ont été volés ?

R : Assis dans un lieu bondé.

Q : (J) Quand ont-ils été remis en place ? (L) Ils n’ont pas été remis en place ; on les lui a rendus à la réception. (J) Oh, c’est vrai ! (L) Qui les a volés ? (J) Qui les a rendus ?

R : Agent d’Alpha 1.

Q : (T) Sans doute un programme gouvernemental. (J) Un des leurs, ou un des nôtres ? (L) C’est la même chose.

R : Les deux.

Q : (L) OK, lui conseilleriez-vous de tenter de faire remplacer ces cartes ?

R : Non ! ! !

Q : (T) Ça ne changera rien. En plus, s’il fait ça, alors ils sauront qu’il sait ! Et ils lui en donneront d’autres qui seront tagués !

R : La connaissance protège et… l’ignorance expose au péril !

Q : (L) Que voulions-nous savoir d’autre au sujet de cette situation ? Est-ce qu’Ark essayait de me dire qu’il était en danger ou qu’il était au courant de la situation, quand il m’a mise au courant pour ses papiers ?

R : A senti que quelque chose clochait, mais a partiellement mal interprété.

Q : (J) Pourquoi l’appel téléphonique qu’il a reçu ressemblait-il à un interrogatoire ?

R : Pour mesurer le niveau de conscience.

Q : (L) Quand je lui téléphone, est-ce qu’ils écoutent nos conversations, tous les jours sommes-nous constamment sur écoute ?

R : Oui.

Q : (T) Ils surveillent même les appels vers ou en provenance du Canada, et nous sommes pourtant des pays amis. Nous faisons partie du même pays, nous sommes frontaliers, et ils écoutent quand même les conversations. (J) Est-ce qu’ils surveillent tous tes appels ? (L) Probablement.

R : Il arrive qu’«ils» écoutent même ces communications-ci. Il y a longtemps, nous vous avons dit que la technologie actuelle rendait les écoutes téléphoniques — entre autres — totalement, complètement et ridiculement obsolètes.

Q : (L) Est-ce que je devrais essayer de lui en parler, que ce soit par téléphone ou par courriel ?

R : Inutile.

Q : (T) Ce n’est pas à toi de le faire. Il doit en prendre conscience lui-même, et d’après ce que tu nous as déjà dit, il en est conscient. Cette histoire de scientologie a dû l’atterrer… D’où cela a-t-il pu venir ?

R : Aprioris. Nécessité d’élever le niveau de conscience. Et nous devons vous dire que les technologies du «gouvernement mondial secret» ont approximativement 150 ans d’avance sur toutes celles auxquelles vous pouvez avoir accès.

Q : (L) Pourquoi tenter de lui communiquer ces choses est-il inutile ? Pourquoi avez-vous répondu «inutile» ?

R : Pas ce que nous avons dit. Il n’est pas inutile de lui conseiller d’élever son niveau de vigilance et de prudence. Juste inutile de tenter de le guider en lui donnant les détails, ou d’user de «subterfuges». Après tout, quand on peut lire dans votre tête comme dans un livre ouvert, quelle est l’utilité ?

Q : (L) Est-ce que les avocats ou les enquêteurs que [son ex-femme] a engagés ont épié nos communications internet ? Ou nos appels téléphoniques ? Y ont-ils accès ?

R : Pas les avocats, mais peut-être que des choses «circulent».

Q : (J) C’est comme le bon vieux «téléphone arabe»… (L) Comment circuleraient-elles ? Il est le seul à me connaître, hormis son avocat, sa mère, et sa sœur qui sont au courant. (T) Il y a environ 500 espions entre ici et là-bas ! (L) Des choses circulent…

R : Cela ne suffit-il pas à t’éclairer ?

Q : (L) Des choses circulent… Les avocats et l’ex-femme ne sont pas le plus important, ils ne sont qu’un élément. (J) Eh bien, c’est un peu comme lancer une rumeur, quelqu’un entend quelque chose par hasard, et… (L) Est-ce que les espions se servent plus ou moins de [son ex-femme] ? (J) Oh, bien vu !

R : Peut-être, mais la sœur et/ou la mère parlent à la fille, qui parle à la femme, qui parle aux avocats, qui parlent aux enquêteurs, qui parlent…

Q : (J) Et etc., etc., etc. (T) Hé, et il vient dans la région de Clearwater. (L) D’où vient cette histoire de scientologie ?

R : Des avocats via les enquêteurs… était-ce une mauvaise interprétation ou un plan opportun qui servira plus tard ?

Q : (L) Peut-il faire confiance Ă  son propre avocat ?

R : Peux-tu faire confiance aux tiens ?

Q : (L) Seulement dans la mesure où ils veulent se faire de l’argent.

R : OK.

Q : (T) Vous vous souvenez de ce que le personnage de Peur primale disait : «Je me fiche que vous soyez innocent ou coupable ; que vous l’ayez fait ou non, je suis votre mère, votre père, votre sœur, votre frère, vous ne parlez à personne d’autre qu’à moi, je suis votre avocat…» (L) Que pourrait-il faire pour mettre un terme à cette rumeur de scientologie et...

R : Voir la réponse précédente aux questions similaires.

Q : (L) D’accord, ils ont dit qu’il verra les actions concrètes qui doivent être entreprises dès que sa conscience aura augmenté, c’est ça ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il d’autres informations que vous pourriez nous donner ce soir, pour Ark, pour nous ?

R : Non.

Q : (L) Alors bonne nuit et merci.

R : Au revoir.

Fin de la séance
 
Last edited:
Top Bottom