Séance du 25 mai 2008

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 25 May 2008

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

Ceci est la première séance après mon opération en avril 2008. C’était aussi durant le procès Pépin/HBI. Nous étions tous très stressés. Ma chienne colley, Cherie, intégra la famille en février pour mon anniversaire et ce fut le principal rayon de lumière de notre vie à ce moment.

Date de séance : 25 Mai 2008

Laura, Ark, Andromeda, Joe, S**, Psyche, Scotty, PoB, Patience

R : Bienvenue !

Q : (L) Et qui avons-nous ce soir ?

R: 5 à proximité de Cassiopée.

Q : (L) Pourquoi cinq ?

R : C’est une occasion spéciale !

Q : (L) On ne vous a pas présenté notre dernier bébé. Nous n’avons pas eu de séance depuis son arrivée. Que pensez-vous de Cherie ?

R : Magnifique !

Q : Vous avez très bon goût. Avez-vous quelque chose à préciser avant que nous débutions les questions ?

R : Ralentissez la cadence.

Q : (L) Je crois que nous devrions faire une vidéo pour montrer aux gens comment utiliser une planchette efficacement et en toute sécurité pour travailler sur leurs problèmes, découvrir ce qui se cache dans leur propre subconscient, éventuellement faire une thérapie de libération de l’esprit sur eux-mêmes (une des rares façons pour y parvenir), et d’une manière générale pour mettre en lumière la façon de se servir d’une planchette comme instrument de développement personnel. Que pensez-vous de cette idée ?

R : 5 d’entre nous pensent que c’est remarquable !!!

Q : (L) Ce projet comporte-t-il des risques particuliers ? Si des personnes ignorantes ou peu spirituelles essayaient de se servir d’une planchette, ils auraient à coup sûr des problèmes. N’est-ce pas exact ?

R : Évidemment, mais c’est exactement le genre de personnes qui va essayer de canaliser en transe sans le moindre système d’alerte pendant l’exercice.

Q : (L) Qu’entendez-vous par un système d’alerte ?

R : Absence de retour d’information conscient.

Q : (L) Qu'en est-il des personnes qui disent avoir eu une mauvaise expérience après avoir joué avec une planchette Ouija ou une planchette spirite, et qui ont ressenti comme quelque chose de maléfique et qui ont été effrayés ou se sont enfuis ? Qu’en est-il de ce genre d’histoires ?

R : Certaines sont véridiques, mais la plupart sont inventées.

Q : (L) Et pour celles qui sont vraies ?

R : C’est ce que nous voulons dire à propos du « système d’alerte. »

Q : (L) Que voulez-vous dire par là ?

R : Ce genre d’entités gravite autour de beaucoup de gens, mais ils n’en ont pas conscience à moins qu’elles n’interagissent d’une manière qui lève le voile et expose la réalité.

Q : (L) Vous dites donc que lorsqu’ils utilisent une planchette, elle leur montre ce qu’il y a là, qu’ils ignoreraient sans elle. Est-ce bien ce que vous dites ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que cela signifie aussi que si de telles personnes essayaient d’autres façons de canaliser, elles interagiraient avec quelque chose que leur esprit conscient ne percevrait pas comme dégoûtant ou déplaisant ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi cela ?

R : Quand une invitation à « entrer » est donnée, l’entité est capable de générer des sensations agréables qui neutralisent le système d’alerte conscient. Quand une planchette est utilisée, cela confère une distance et une couche de protection. Vous pouvez alors choisir si vous souhaitez prolonger ou non le contact. Vous n’avez pas ce choix lorsque l’entité a déjà été invitée « à entrer ».

Q : (L) C’est un peu comme dans le film de vampires ! Le vampire dit, « Entrez librement et de votre plein gré ! » Et si tu le fais, tu es foutu. Et si tu dis, « Entrez parler avec moi, vous êtes mon moi supérieur ! » tu es foutu ! Très intéressant. Donc, autrement dit, quand des gens utilisent la planchette et vivent une expérience désagréable, c’est en fait une bonne chose parce qu’ils sont alertés de ne pas continuer et de ne plus avoir de contact avec cette entité. Ils ont le choix d’envoyer balader cette entité. Est-ce que c’est cela en gros ?

R : Oui.

Q : (L) Et peuvent-ils alors faire appel à une autre entité - non, ce n’est pas ce que je veux dire. Est-ce que l’entité partira si on lui dit de partir ?

R : Oui, normalement : et ils ont aussi le sensorium de l’ensemble de leur corps pour les avertir dans l’éventualité où l’entité ne le fait pas. Mais cela dit, il est également important de se souvenir que la plupart des entités qui sont rencontrées par ce procédé sont déjà « en résidence ». Une personne qui fait une rencontre directe avec une entité repoussante ne rencontre habituellement que le « voisinage ».

Q : (L) Donc, vous dites que ce que les gens rencontrent le plus souvent dans ces pratiques, ce sont des entités attachées dont ils ignorent même qu’elles résident dans leur espace ? Est-ce cela ?

R : Oui.

Q : (L) Alors, quelqu’un qui rencontre quelque chose de vraiment dégoûtant et qui veut jeter la planchette se prive probablement d’une des meilleures méthodes pour démasquer cette entité et aider à s’en débarrasser. Est-ce cela ?

R : Oui.

Q : (L) Parce que, le seul fait d’avoir jeté la planchette, ne signifie pas que l’entité qu’ils ont rencontrée a disparu. Elle a juste été incitée à parler, et une fois la planchette partie, elle retourne à son silence. Est-ce cela ?

R : Oui.

Q : (L) Très déplaisant. (J) N’y a-t-il jamais eu de cas où l’utilisation d’une planchette aurait pu attirer une entité qui n’était pas là préalablement ? Cela semble être la question clé…

R : Oui, si l’individu est compétent et l’entité a besoin d’aide. Il importe aussi de faire comprendre que les jeunes, du fait de leur tendance naturelle à la dissociation, ne devraient pas participer à une telle pratique.

Q : (Ark) Nous avons encore la question de ce qui arrive aux participants passifs. (L) Participants passifs à quels égards ? (Ark) Je veux dire que nous parlions de personnes qui pratiquent la séance et qui sont pour ainsi dire « actifs » à la planchette, mais il y a habituellement des observateurs et beaucoup d’entités qui s’y rattachent…

R : Cela peut parfois poser des problèmes. Idéalement, tous les participants et personnes présentes devraient être « propres. »

Q : (L) Bien. Alors, nous traiterons de cela une autre fois. Quelqu’un a-t-il d’autres questions ? Donc, en substance, faire la vidéo est une bonne idée, nous avons beaucoup d’informations à partager et jusqu’ici vous avez confirmé la plupart de mes idées — avec quelques informations supplémentaires auxquelles je n’avais pas pensé. Avez-vous d’autres questions sur ce sujet ? Cela couvre à peu près tous les aspects essentiels, non ? Nous pouvons passer à d’autres questions. (Ark) Quid de la phase rétrograde de Mercure et de tous les différents événements étranges comme les pannes d’ordinateurs ? (L) Oui, nous avons eu un nombre inhabituel d’événements bizarres. Pannes d’ordinateurs, impressions de déjà vu, bris d’objets disparates ici et là, pertes de documents, le bruit de la chute d’une énorme branche sans pouvoir rien trouver qui soit tombé… Bien que nous ayons trouvé des tuiles cassées qui semblaient être tombées du toit, rien d’évident n’a cependant pu l’expliquer. Alors, pouvez-vous nous dire ce qu’était/est ce genre de chose ?

R : Les énergies dynamiques dégagées par les femmes présentes. Chacune est symbolique de chaque femme concernée.

Q : (L) Donc, j’ai perdu un document et eu une panne d’ordinateur. PoB a eu une impression de déjà vu sur sa voiture. (PoB) Et un rêve au sujet de {la fille d’Ark}. (L) Et les chutes d’objets. Qui a entendu ces chutes ? (Andromeda) Je les ai entendues. (Psyche and PoB) Moi aussi ! (rires) (L) Est-ce que cela implique les trois femmes ? De qui cela vient-il ?

R : Andromeda.

Q : (L) Et pourquoi ? (rires) Quand était-ce ? (J) Il y a une semaine à peu près. (Andromeda) Je l’ai fait exprès ! (L) Ouais, si nous pouvions contrôler ce genre de chose, que ne ferions-nous pas ! (Scott) Ouais, si nous pouvions juste utiliser cette énergie pour ratisser les feuilles et les brûler, ce serait super. (L) Bon, nous allons devoir trouver ce que signifient ces assourdissantes chutes d’objets… quelque chose qui atterrit avec un bruit sourd. (J) C’était comme un vacarme dans les branches, mais sans bruit sourd. (L) Oh, pas de bruit sourd, mais du vacarme dans les branches. (Andromeda) Ouais, on aurait dit une branche qui cassait et heurtait d’autres branches en tombant. (J) Ça a duré quelques secondes. (L) Très bizarre. Des commentaires ?

R : Non. À Andromeda de déchiffrer.

Q : (Andromeda) Était-ce positif ou négatif ? Puis-je avoir un indice ?

R : Explosion d’énergie neutre.

Q : (L) D’autres questions ? Et toi, Patience ? (Patience) Je suppose que oui… (L) Ça alors, Patience ! Il y a des gens tout autour de cette planète qui meurent d’envie d’être ici et qui ont des questions à profusion. Et tu n’as même pas une question ? Qui suis-je, du hachis de foie ? (J) Ils se tairaient tous aussi s’ils étaient assis ici. Tu sais, « Pose ces questions pour moi ! » (L) Oh, à quelle fréquence dois-je utiliser mon sauna infrarouge ?

R : Tous les jours pendant une semaine puis un jour sur deux.

Q : (Andromeda) À propos des poules ? Pourquoi est-ce que les poules meurent ? (L) Combien sont mortes (J) Quatre à ce jour. (L) Est-ce qu’elles ont eu à manger et à boire ? (Andromeda) C’est la pintade ! Elle les élimine ! (discussion) (L) Alors, pourquoi les poules meurent-elles ?

R : Objectif des produits.

Q : (L) Qu’est-ce que cela veut-dire ? (discussion sur la signification de la réponse) (J) Cela veut-il dire qu’il y a des trucs synthétiques qui traînent, comme de la mousse expansée ?

R : Oui.

Q : (Scott) Oh ! Et le Veraxyl que j’ai mis sur la rampe des poules ? (L) Le quoi ? (Scott) Le produit anti-moisissure, antifongique, insecticide que j’ai mis sur la rampe en bois des poules ?

R : Oui.

Q : (Scott) Oh ! Alors, est-ce qu’on peut le laver ou autre ?

R : Retirez-le.

Q : (Scott) Mince ! C’est pour ça qu’elles ne montent pas sur la rampe. Elles commencent à monter et puis tombent raides mortes ! (S***) Au moins ce n’est pas la grippe aviaire ou quelque chose comme ça…

R : Non

Q : (L) Bon alors, je suppose que si nous en sommes réduits à poser des questions sur nos poules, nous arrivons à la fin pour ce soir. Merci d’être avec nous.

R : Au revoir

FIN DE LA SÉANCE
 
Last edited:
Top Bottom