Séance du 25 novembre 1995

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 25 November 1995

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

Séance du 25 novembre 1995

Terry et Jan annoncèrent qu’ils allaient démarrer leur propre expérience avec un gars qui habitait près de chez eux, Andrew B, qui se trouvait aussi être un mage noir autoproclamé de la Golden Dawn. J'avais déjà noté une énergie nettement négative dans certaines séances (en particulier les séances de channeling direct), lorsqu'ils étaient présents. À d'autres moments, l'énergie était très bonne. Et, comme les choses se sont avérées des années plus tard, T & J peuvent très bien avoir eu une influence d'équilibrage dans l'ensemble.

Participants : « Frank », Laura et Susan V

Q : (L) Bien, nous avons plusieurs questions ce soir…

R : Quoi, pas de salutations ?

Q : (L) Bonjour, comment allez-vous ?

R : Bien, merci, et vous ?

Q : (L) Nous allons bien. Un petit peu claqués, mais je suis sûre que vous êtes au courant.

R : Oui.

Q : (L) Par rapport à cet état de fatigue, auriez-vous envie d’en parler, ou devons-nous poser des questions ?

R : Qui sommes-nous ?

Q : (L) Désolée. Qui est avec nous ce soir ?

R : Jilliore.

Q : (L) Et d’où venez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Pour en revenir au sujet, devrions-nous poser des questions, ou avez-vous quelque chose à nous dire à ce propos ?

R : À vous de voir.

Q : (L) J’aimerais que vous abordiez la question d’une manière générale.

R : Apprendre peut être une tâche laborieuse.

Q : (L) Oui. C’est pénible ! Nous avons vraiment appris. Et l’une des choses que nous avons apprises, c’est que certaines personnes sont parfois nuisibles au processus qui se déroule ici. Pouvez-vous commenter ?

R : Ceux à qui tu fais référence doivent apprendre ce qu’ils doivent apprendre.

Q : (L) Ils suivent leur propre voie d’apprentissage ?

R : Comme tous les autres.

Q : (L) Ce n’est pas que j’éprouve un mauvais pressentiment, mais en même temps, je ne suis pas émotionnellement armée contre les remous en ce moment. Ma coupe est déjà pleine. Je suis curieuse de savoir si Andrew B a l’intention de continuer à canaliser tout seul, ou en compagnie de Terry et Jan ?

R : Oui.

Q : (L) Andrew a dit qu’il ne pouvait valider ce genre de données qu’en les recevant lui-même, et Terry et Jan semblent être dans le même état d’esprit en ce moment. Arriveront-ils à établir un contact similaire ?

R : Ils canaliseront ce que dicte leur niveau de fréquence vibratoire.

Q : (L) D’accord. Assez sur le sujet. (F) Je suis curieux de savoir combien de temps durera cette expérience. Mais c’est probablement sans importance. (L) Ça durera le temps que ça durera et pas une minute de plus ! (F) Exactement !

R : Si vous le souhaitez, vous pouvez maintenir le contact et demander des nouvelles de manière amicale et pédagogique. Les résultats vous amuseront, à défaut d’autre chose.

Q : (L) Stop là. L’autre jour, j’ai fait l’expérience d’un de ces états hypnagogiques prolongés ; il semble que j’étais dans une classe, et il y avait quelqu’un qui m’expliquait des choses. Ce qu’on me disait, c’était que vers l’époque de Noël [l’époque de Noël dans le rêve qui n’avait pas de date définie], certaines mesures seraient prises par ceux qui contrôlent l’économie, et qu’après Noël, en janvier et février, un tas de choses allaient être déclenchées pour faire plonger l’économie à un niveau abyssal. Ce n’était pas clair si c’était pour cette année-ci, mais en tout cas c’était juste après Noël. Pouvez-vous me dire d’où provenaient ces informations, et quelle était la nature de cette expérience ?

R : C’est un sujet long et compliqué, mais nous ferons de notre mieux pour l’expliquer. Ce que tu as vu est un futur possible. L’économie de votre monde de 3e densité est totalement artificielle. Les forces qui la contrôlent sont à la fois de 3e et de 4e densité. Il y a en ce moment même des conflits d’opinion dans le secteur de 3e densité quant au moment, au lieu et à la manière de provoquer une dépression économique. Tout ça est « dans les cartons » depuis un certain « temps », tel que vous le mesurez. Jusqu’ici, les forces opposées à l’institution d’un effondrement ont prévalu. Quant à savoir combien de temps cette situation perdurera, cela dépend de nombreux facteurs. Sache aussi que l’état de l’économie est totalement illusoire. Autrement dit, l’économie mondiale dépend entièrement de ce qu’on fait croire aux populations.

Q : (L) Tout ça est bien joli, sauf que ces derniers temps, j’ai observé que les prix continuaient à monter, tandis que les salaires des classes moyennes ne suivaient pas. J’observe les prix, et ils montent en flèche d’une manière très erratique et inquiétante. Il est clair que les gens n’ont tout simplement pas les moyens de vivre. Un large segment de la population, en tout cas.

R : Nul observant les « règles » n’a les moyens de « vivre », mais si vous refusez de jouer le jeu comme on vous l’a expliqué, vous vous en sortirez très bien, assurément.

Q : (L) D’accord. Qu’entendez-vous par ne pas jouer selon les règles ? Quelles règles ?

R : La meilleure manière pour nous de répondre est que vous réfléchissiez à voix haute et que vous attendiez nos réponses.

Q : (S) La première règle serait d’avoir un emploi stable, de 9 à 17, ou de 40 heures, quel qu’il soit, d’économiser tout son argent et de le mettre à la banque.

R : Minute, une à la fois.

Q : (L) D’accord. La première règle est qu’il faut avoir un « travail régulier ».

R : « Piège » numéro un !

Q : (S) La règle numéro deux est qu’on doit épargner son argent.

R : On épargne son argent en le multipliant, pas en l’entreposant.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire que mettre son argent à la banque, c’est l’« entreposer » ?

R : Oui.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire que l’argent n’est « épargné » que s’il se multiplie ?

R : Oui. Quand on l’immobilise à la banque, on aide la Fraternité, alias les Illuminati, alias l’Antéchrist, à le multiplier pour elle-même ; tout ce qu’elle laisse, ce sont les « miettes ». Et l’Antéchrist peut « faire revenir » l’argent dans ses caisses quand il veut !

Q : (L) Un des moyens les plus populaires de faire de l’argent est de l’investir en bourse. Mais il me semble que la bourse fait aussi partie du système de l’Antéchrist et qu’investir là-dedans revient aussi à ne recueillir que des « miettes ».

R : Oui et non. Toutes les actions investies sur le marché public ne sont pas sous le contrôle direct des Illuminati.

Q : (L) Suggérez-vous que la bourse constitue un moyen de multiplier l’argent ?

R : Nous ne suggérons rien en particulier, nous posons simplement les bases. Avec les indices généraux que nous vous donnons, vous pourrez trouver les détails par vous-mêmes, ce qui revient à apprendre, ce qui est votre manière de progresser en tant qu’âmes.

Q : (L) Vous dites que nous devrions multiplier notre argent et que l’immobiliser, ce n’est pas le faire travailler pour soi…

R : Si vous avez remarqué, c’est ce que font tous les gens d’affaires qui réussissent. Ils multiplient leur argent ; élargissent leurs horizons continuellement. Ils multiplient leur argent en multipliant leur production, et donc leurs rentrées. Et le processus n’a pas de fin, parce qu’ils comprennent instinctivement que ça fait partie d’un cycle. Pour que les rentrées continuent, elles ne doivent pas être uniquement conservées, elles doivent augmenter pour suivre le cycle en spirale infinie d’augmentation et d’expansion. Et pour que cela soit possible, la production doit s’étendre en parallèle. Si cela s’interrompt, ça s’effondre. Voilà comment les Illuminati, alias la Fraternité, alias l’Antéchrist, créent une « Panique » : en réduisant le flux, ne serait-ce que légèrement, et en diffusant ensuite agressivement l’impression créée.

Q : (S) Eh bien, investir, c’est bien quand on a de l’argent, mais Laura et Frank n’ont aucun argent à investir. Comment pourraient-ils s’y prendre ?

R : Un exemple serait de partager leurs expériences, leurs idées et ce qu’ils ont appris. Un moyen de diffusion serait la publication, par exemple.

Q : (L) Je sais que vous êtes des êtres de lumière de 6e densité et que nous ne sommes que des humains de 3e densité, mais il nous est difficile de poursuivre nos activités alors que nous sommes attaqués de toutes parts, de l’intérieur comme de l’extérieur. Je ne vois pas comment nous pouvons parler de toutes ces expériences sans risquer davantage de problèmes.

R : Le travail n’a pas été interrompu et ne le sera pas. On vous a dit « qu’un simple coup de téléphone vous sépare » de la publication de tout ou partie de votre travail, mais jusqu’à présent, vous n’avez pas eu foi en cette affirmation, et vous avez du mal à demander ce dont vous avez besoin par peur de donner une mauvaise « impression », mais tout ça est dans votre tête et fait aussi partie du processus d’attaque. Nous vous avons menés jusqu’ici, mais vous savez ce qu’on dit : « on peut mener un cheval à l’abreuvoir… »

Q : (L) Un coup de téléphone ? Permettez-moi de vous dire que j’ai envoyé des tonnes de documents et parlé à des gens jusqu’à l’épuisement. Vous me dites qui appeler, et je serai ravie de le faire !

R : Vous avez dépensé une énorme quantité d’énergie à communiquer avec de nombreuses sources, mais la plupart d’entre elles sont stériles. Maintenant, réfléchis, qui t’a parlé de ce qu’il fallait faire pour être publiés ???

Q : (L) J’ai parlé à Ken E, à Roxanne, j’ai envoyé des portions du manuscrit… que suis-je censée faire de plus ?

R : Comme nous l’avons dit, tu as du mal à être directe dans l’approche de la situation. Par exemple, dire : « Je veux être publiée, s’il vous plaît, aidez-moi à y arriver !!! »

Q : (F) Comment ?

R : Nous vous avons dit de travailler en réseau !! Cela fait des merveilles !!! Quand vous écrivez des lettres, elles finissent à la corbeille. Demandez à ceux qui ont été publiés comment ils ont fait et comment faire. N’ayez pas peur des impressions.

Q : (L) Eh bien, la publication semble encore une perspective lointaine.

R : Non. Demandez à Valerian. Demandez-lui de vous aider à être publiés, de but en blanc, sans tourner autour du pot. Il sera très réceptif si vous lui proposez un « rôle actif ». En réalité, c’est ce qu’il attend !

Q : (L) D’accord. Voilà pour Frank et moi. Et pour Sue ?

R : Susan fera partie de l’ensemble aussi longtemps qu’elle le souhaite. Bonne nuit.

Fin de la séance
 

PERLOU

The Living Force
FOTCM Member
Merci à l'équipe Française pour cette traduction...

Thanks to the French team for this translation....
 
Top Bottom