Séance du 27 septembre 1996

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 27 September 1996

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
___________________________________________________________________________________________

Cette séance ne porte que sur des sujets personnels et je donnerai plus d'informations générales dans la version du livre.


Séance du 27 septembre 1996

Participants : «Frank» et Laura

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Avez-vous écouté notre conversation concernant la date d’arrivée possible d’Ark ?

R : Tu n’as pas demandé notre identité.

Q : (L) OK, désolée. Qui est avec nous ce soir ?

R : Lanirre.

Q : (L) Et d’où venez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Avez-vous des commentaires à propos de l’arrivée d’Ark ?

R : Non.

Q : (L) Il s’inquiète sur la possibilité de pouvoir trouver un travail stable ici. Cela va-t-il être un problème ?

R : Pas si tu utilises tes talents, comme nous te l’avons dit !

Q : (L) Y a-t-il quelque chose que je devrais faire auquel je ne pense pas ?

R : Tu «devrais» employer plus d’énergie à chercher et à communiquer, et moins à d’autres choses.

Q : (L) Chercher et communiquer avec qui ?

R : Découvrir, chercher, perspectives/opportunités d’emploi.

Q : (L) Par l’intermédiaire d’internet, je devrais…

R : Et les écrits, «parcourir les médias», et la bibliothèque, etc. Nous t’avons dit que cette communication a atteint sa portée maximale.

Q : (L) Donc, vous nous dites que nous devons faire des trucs par nous-mêmes ?

R : Toi, Laura, toi !!!

Q : (L) Pouvez-vous me donner quelques indices sur ce que je cherche ?

R : Tu ne réfléchis pas.

Q : (L) Très bien. J’y réfléchirai. Je suis contrariée car j’ai l’air d’avoir 44 ans !

R : Aussi vague que possible ! Que dirais-tu d’un nouveau style ?

Q : (L) Vous voulez parler de mes cheveux ?

R : Entre autres.

Q : (L) Je voudrais vous interrogez à propos de ce calvaire que nous avons vécu ces deux derniers jours. Des indices ont apparemment pointé vers un rapport avec ce qui m’est arrivée à l’âge de 22 ans, et aussi avec une vie antérieure. Est-ce lié ?

R : D’une manière cyclique complexe.

Q : (L) C’est quoi l’histoire avec ce gamin qui s’est pointé ici, qui s’appelle Noah, a 22 ans et est suicidaire…

R : Coïncidence.

Q : (L) Que s’est-il joué à travers ça, s’il y a quoi que ce soit ?

R : Apprentissage.

Q : (L) S’agissait-il aussi d’évacuer une énergie négative emmagasinée ?

R : Non.

Q : (L) Rien d’autre que l’apprentissage ?

R : Non.

Q : (L) Je me demande s’il est possible que ses trajets et nos communications entre divers lieux reflètent des liens avec des événements karmiques ?

R : Ne te laisse pas emporter.

Q : (L) Je m’interroge simplement à cause de toutes ces choses étranges qui se produisent.

R : Tout est synchronicité.

Q : (L) Ark et moi avons-nous vécu une vie antérieure ensemble à Florence ?

R : Densité.

Q : (L) Que voulez-vous dire ?

R : Densité.

Q : (L) Quoi, densité ? La question était : avons-nous vécu, comme je le pense, une vie antérieure à Florence ?

R : Densité. Nous ne te mâcherons pas le travail.

Q : (L) Y a-t-il un lien au niveau d’une autre densité ?

R : Observe.

Q : (L) Observer quoi ?

R : Observe, découvre.

Q : (L) Quand vous dites que cette communication a atteint sa portée maximale, voulez-vous dire qu’elle était destinée à apporter des informations, a été mise en place en ce sens, puis à faire entrer Ark en scène pour qu’il en bénéficie et accomplisse un travail particulier ?

R : La communication à laquelle nous faisions allusion est celle entre toi et lui.

Q : (L) Cela veut-il dire que nous devrions arrêter ? Y mettre un terme ?

R : Tu dois passer plus de temps sur «Enterprise Florida». Les informations sont déjà disponibles, à portée de tes doigts. Cherche-les ! C.-à-d., moins de mamours avec Arky chéri et plus de sueur au front, pigé ?!?

Q : (L) Trop mignon, les gars ! Une autre chose à laquelle j’ai pensé, c’est de vendre la maison pour en acheter une autre…

R : Mauvaise idée !

Q : (L) D’accord. Je l’abandonne illico ! Je n’y pense même plus !

R : Pense tout ce que tu veux, mais ne le fais pas ! Tu es arrivée à cet endroit pour une raison !!!!

Q : (L) Quelque chose m’intrigue… Ark vit une relation qui ressemble tellement à celle dans laquelle je me trouvais ; celle-ci a-t-elle traîné en longueur pour les mêmes raisons que moi ?

R : Argent.

Q : (L) Que voulez-vous dire ?

R : Tout divise.

Q : (L) Je ne comprends pas.

R : Il a tenté de se libérer, jusqu’ici en vain.

Q : (L) Eh bien, aurons-nous de la chance cette fois ? Sans causer trop de souffrances ?

R : Si la créativité prévaut, il réussira.

Q : (L) Je suis sûre qu’elle se doute de quelque chose. Est-elle consciente du fait qu’il est extrêmement malheureux ?

R : L’est depuis de nombreuses années.

Q : (L) Comment peut-elle accepter de le faire souffrir ?

R : Elle recherche ardemment l’association avec l’«autorité». On pourrait appeler ça le syndrome Jacqueline Kennedy Onassis.

Q : (L) Vous voulez dire qu’elle est uniquement là à cause de ce qu’elle peut tirer de lui ? C’est horrible !

R : Penses-tu qu’un ouvrier d’usine ferait l’affaire alors qu'elle dispose d'un physicien ?

Q : (L) Eh bien, ça veut dire qu’elle n’a fait que l’utiliser toutes ces années ?

R : C’est toi qui l’as dit, pas nous.

Q : (L) Oh ! C’est horrible ! La semaine dernière, vous avez dit que quelque chose devait «faire mouche» chez Ark. S’agissait-il de ce qui s’est déjà passé entre nous ?

R : Autre. Il doit comprendre la réalité des attaques transdensitaires, interdimensionnelles, interstellaires et planétaires, et du contact tant SDS que SDA ! Une moitié de lui n’y croit pas encore !

Q : (L) Va-t-il arriver quelque chose ?

R : Oui.

Q : (L) Cela va-t-il le bouleverser ?

R : Oui et non.

Q : (L) Donc, il sera en mesure de le gérer.

R : Oui.

Q : (L) Cela va-t-il arriver à Wroclaw, ou là où il se trouve ?

R : Tu verras bien.

Q : (L) Est-il marié à quelqu’un qui est là pour qu’il demeure dans l’inconscience, pour le surveiller, ou pour lui soutirer son énergie ?

R : Oui. Tout.

Q : (L) Est-elle contrôlée par des aliens ?

R : En partie, mais ce n’est aucunement inhabituel.

Q : (L) Eh bien, ce n’est pas bon, surtout si on n’y croit pas. Je n’ai vraiment pas aimé les expériences qui m’ont convaincue.

R : Ne t’inquiète pas. Écoute et sois ouverte. Bonne nuit.

Q : (L) Bonne nuit.

Fin de la séance
 
Last edited:
Top Bottom