Séance du 28 décembre 1996

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 28 December 1996

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
___________________________________________________________________________________________

Séance du 28 décembre 1996

Participants : «Frank», Laura, Alice, VG, AM (fille aînée), Ark (par courriel)

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Et qui est avec nous ce soir ?

R : Torren de Cassiopée.

Q : (L) N’êtes-vous pas déjà venu lors de précédentes séances ?

R : Souvenez-vous, les noms individuels ne sont utilisés que par souci de familiarité.

Q : (L) D’accord, merci. J’ai ici une liste de questions que j’aimerais aborder assez rapidement, si possible. La première concerne VG. Elle s’inquiète pour sa santé et aimerait avoir un indice.

R : Étudie la nutrition, puis va voir le docteur.

Q : (L) Y a-t-il quelque chose de particulièrement grave qui soit urgent ?

R : Voir la dernière réponse.

Q : (V) Dommage que mon médecin soit un idiot.

R : Alors va en voir un autre.

Q : (L) Que pourrait-elle faire dès maintenant qui pourrait l’aider ? (V) Je me fais plein de bleus.

R : Une supplémentation en fer aidera, mais ne te limite pas à ça.

Q : (V) Est-il important d’associer le «ruten» au fer ?

R : Qu’avons-nous dit il y a 3 questions de cela ?

Q : (V) J’ai fait un rêve très perturbant hier soir. Étais-je en train d’intégrer quelque chose ou n’était-ce qu’une façade ? Je cherchais des choses et me réparais moi-même. Et la veille, j’ai rêvé que Laura surgissait pour me sauver d’un truc qui m’épouvantait. Je me suis réveillée avec le cœur battant à tout rompre…

R : Mieux vaut s’efforcer d’éliminer les influences négatives de ta vie.

Q : (L) C’est ce que faisait le rêve ?

R : Non. C’est ce que nous suggérons à VG.

Q : (L) Quelles influences négatives VG doit-elle éliminer ?

R : Celles dont les tentacules mènent à sa façon de se représenter le passé.

Q : (L) Comment se représente-t-elle le passé ?

R : Comme ce qui est considéré comme le passé en 3e densité.

Q : (V) Le rêve de la nuit dernière… j’étais en train d’observer et d’étudier des sortes de phrases et de paragraphes que, très méthodiquement et méticuleusement, je décomposais en segments logiques — une fois fait, je me réparais — mes cheveux, mes ongles. Était-ce un rêve positif ? Qu’est-ce que représentait ce rêve ?

R : Il faut de la patience et de la réflexion pour déchiffrer les indices dans sa propre vie. C’est comme regarder où on met les pieds.

Q : (V) En octobre dernier, j’étais censée faire une retraite et vous avez dit qu’elle serait positive et inspirante. Mais ça a été annulé à la dernière minute. Qu’est-ce qui s’est passé ?

R : Les vibrations n’étaient pas en phase.

Q : (V) Est-ce que ça a été annulé pour tout le monde ou seulement pour moi ?

R : Du point de vue de l’expérience, le résultat est le même.

Q : (L) Finira-t-elle par faire cette retraite ?

R : Une opportunité se présentera.

Q : (L) VG a aussi vécu un épisode l’autre jour où elle a ressenti une attirance très puissante envers une certaine personne de son passé. Qu’est-ce qui a provoqué cette attirance ?

R : Stimuli cycliques physiques.

Q : (V) Comme pour le cycle menstruel ?

R : Le menstruel se superpose à l’hormonal, non ?

Q : (L) Est-ce que quelque chose d’extérieur à elle a stimulé ses hormones ?

R : Pas nécessaire.

Q : (L) Comment peut-elle gérer ce genre de stress ?

R : Amplification de la conscience spirituelle.

Q : (V) Comment amplifie-t-on la conscience spirituelle ?

R : Ceci est un bon moyen, par exemple.

Q : (L) Acquérir des connaissances en général sur n’importe quels sujets, est-ce que ça augmente aussi la conscience spirituelle ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, si tu ne le fais pas ici, ce n’est pas bien grave parce que dès que tu passes du temps à apprendre, réfléchir, étudier, tu augmentes ta conscience spirituelle.

R : Oui.

Q : (L) Bien, j’ai rêvé de Chloé et de Tommy, et Tommy était revenu à la vie. On était en voyage dans des voitures différentes, et on s’était arrêté dans un restaurant. Tommy était parti aux toilettes depuis un bon moment. Chloé m’a demandé de l’aider à le retrouver, et je savais où il était, mais elle avait essayé de clancher la porte et m’a répondu qu’elle était coincée et qu’elle avait besoin de mon aide. Je lui ai dit qu’elle n’était pas coincée, qu’elle était verrouillée, et pour le prouver, j’ai pris la clé que j’avais, je ne sais pas comment, sur mon porte-clés de voiture ; c’était un «passe-partout». Et quand j’ai déverrouillé la porte pour elle, elle a découvert que Tommy était mort, sur la cuvette. Ce rêve m’a beaucoup perturbée. Pouvez-vous me dire quelque chose de ce rêve ? Puisqu’il était très net, j’ai pensé qu’il pouvait être prémonitoire.

R : Tu apprendras tellement bien à décoder le sens de ce rêve-ci, et d’autres, que cela sera comme lire une carte routière… Patience, ma chère !

Q : (L) Bon, puis-je poser une question à propos de mon autre rêve, celui sur Frank, Ark, et moi ? On roulait dans la rue et il y avait quelque chose avec l’école — un truc sur le «casier n° 43» — il y avait des piles de cahiers, et j’avais la clé pour accéder à toutes ces informations…

R : Voir la dernière réponse.

Q : (L) Bien, la compagnie de téléphone va-t-elle accepter la carte de crédit ?

R : Tout se résoudra tout seul.

Q : (L) Eh bien, s’ils ne l’acceptent pas, on est dans la panade, parce que c’était mon idée stupide de faire ça comme ça… et ma ligne sera coupée et je ne pourrai même pas le contacter pour lui expliquer ce qui se passe…

R : Et si cela arrivait, que penses-tu que ferait Ark ?

Q : (L) Eh bien, il ne pourrait pas faire grand chose !

R : Balivernes ! Tu sais qu’il «remuerait ciel et terre» pour résoudre cette crise, fissa !!!

Q : (L) Bon, c’est réconfortant… mais je ne vois pas comment. Maintenant, il y a un truc qui me tracasse énormément… qu’Ark arrive et ne m’aime pas…

R : Pourquoi penses-tu cela ?

Q : (L) Eh bien, parce que je suis trop grosse.

R : Lui as-tu laissé penser que tu étais maigre ?

Q : (L) Non. Je lui ai souvent dit que j’étais trop grosse.

R : Si tu t’inquiètes de ce qu’Ark pensera de ton apparence physique, tu n’as rien à craindre tant que tu n’as rien à «cacher», sans mauvais jeu de mots !

Q : (L) Eh bien, j’aimerais acheter des vêtements… et finaliser le divorce… Vais-je être en mesure de régler l’affaire de l’assurance avant qu’Ark arrive afin de pouvoir faire tout ça ?

R : Tu verras bien. Ne t’inquiète pas.

Q : (L) Bon, c’est ce que vous continuez à dire, mais je ne vois pas comment ce que vous dites pourrait arriver. Toute cette angoisse me rend quasiment dingue. Mais…

R : Et quand nous sommes-nous trompés ?

Q : (L) Pas encore !

R : Combien de démonstrations te faut-il ?!? Nous t’avons dit de tout dire à Ark il y a un moment, comme vous mesurez le temps, si tu te souviens bien. Tu doutais à l’époque, mais tu as suivi la suggestion, et tu as vu ce qui est arrivé ? Nous ne serons pas très heureux si tu n’arrives pas à développer une plus grande foi.

Q : (L) Eh bien, ça me donne l’impression de devoir avoir la foi si je ne veux pas décevoir tout le monde.

R : Non, tu ne «dois» pas faire quoi que ce soit… Ce sera simplement décevant si tu es bloquée.

Q : (L) D’accord, mais il s’est aussi produit autre chose. Quand j’ai tout raconté à Ark, il est allé à la banque et a découvert qu’il avait été dévalisé… elle a tout pris jusqu’au dernier centime. Alors, où la foi nous mène-t-elle ?

R : Non. Quand nous avons suggéré cela, c’était bien avant cet épisode. Et elle n’a pas pris «jusqu’au dernier centime».

Q : (L) Bon, c’est tout comme. Laissez tomber. Je ne veux pas en savoir plus. Bien, changement de sujet : quelle est la source de l’apparition — prétendument de la Vierge Marie — sur ce bâtiment à Clearwater ?

R : Ce n’est pas tant la «source» des «apparitions» qui importe, que leurs conséquences.

Q : (L) Eh bien, est-ce SDS, SDA, ou une simple anomalie chimique ? Mais vous dites que ce n’est pas important, que ce sont les conséquences qui comptent. Quelles sont-elles ?

R : N’en as-tu pas été témoin ?

Q : (L) Eh bien, je ne suis ni dans le cœur, ni dans la tête des gens ; tout ce que je vois, c’est un tas de gens qui se font de l’argent avec ça. Comment est-ce que je peux savoir si…

R : Alors tu dois penser que l’effet du phénomène ovni/alien, c’est un «tas de gens qui se précipitent pour acheter des cailloux loufoques».

Q : (F) Il peut évidemment y avoir un tas de conséquences différentes. Une grande partie peut acheter des cailloux loufoques, mais d’autres peuvent en apprendre quelque chose, que ce soit SDS ou SDA. (L) Donc, l’effet de quoi que ce soit est strictement le résultat de la configuration de l’individu ?

R : Oui.

Q : (L) Mais ça ne répond toujours pas à la question : est-ce vraiment une apparition de la Vierge Marie ?

R : Eh bien, t’est-il possible de faire la différence entre ce qui est une apparition et ce qui ne l’est pas ? Et cela a-t-il vraiment de l’importance ? Ou, «apparition» n’est-il qu’une simple classification ? Ou, une «étiquette» ?

Q : (V) Est-elle vraiment là ?

R : L’es-tu ? Le sommes-nous ? Et George Bush ? Est-ce une apparition ?

Q : (V) AM voulait savoir pour ses maux d’estomac et la douleur qu’elle ressent depuis quelques jours.

R : Demande-lui de demander.

Q : (AM) Pourquoi mon estomac est-il en si mauvais point ces derniers temps ?

R : Pas ta terminologie.

Q : (AM) Pourquoi mon estomac est-il autant chamboulé ces deux dernières semaines environ, à chaque fois que je mange, et pourquoi est-ce que j’ai des migraines en même temps ?

R : Que s’est-il passé d’autres cette dernière «semaine environ» ?

Q : (AM) C’est à moi que vous posez la question ? Je ne sais pas.

R : Nous te demandons de poser la question à haute voix, et plus important, de t’interroger toi-même, car là se trouve ta réponse !

Q : (AM) Quel est le remède pour arranger ça ?

R : Quelle est la cause sous-jacente ?!?!

Q : (AM) Je suis perdue. Je pose des questions, et ils me posent des questions. (V) Est-ce que quelque chose de grave te stresse ? (AM) Je suis toujours stressée.

R : Non.

Q : (AM) Ce n’est pas du stress ?

R : Ta réponse était inexacte. Quand tu as dit «Je suis toujours stressée». Vraiment ??? Tant que ça ??? Nous ne le pensons pas !!!

Q : (L) Cela a-t-il un rapport avec Patrick ? (AM) Est-ce parce que je n’aime pas Patricia et Shayna ?

R : En partie.

Q : (AM) Je les déteste vraiment. C’est quoi l’autre partie ?

R : Lié au travail. Au parcours professionnel.

Q : (AM) Je n’aime pas mon travail non plus. L’autre partie de mon problème de santé, c’est le fait que je considère mon travail comme une impasse ?

R : Oui.

Q : (AM) Que puis-je faire pour régler ça ?

R : Avoir une vision plus globale.

Q : (AM) Je ne comprends pas. Ce n’est pas assez clair pour moi.

R : Les événements actuels ne signifieront pas grand-chose, à terme. «Ça aussi, ça passera».

Q : (AM) Est-ce qu’une des solutions serait d’éviter la famille de Patrick ?

R : Alors, toute ta vie, tu devras «éviter» un tas de choses. Mieux vaut apprendre à laisser les «mauvaises» choses glisser sur ton dos, comme l’eau sur les plumes du canard proverbial.

Q : (L) Je ne comprends pas. Vous m’avez dit, à moi, d’éviter ces gens !

R : Tu réagis différemment.

Q : (L) Eh bien… Je peux les côtoyer… ça ne me dérange pas. C’est juste que je choisis de ne pas le faire parce que je ne veux pas de leurs vibrations autour de moi. (AM) Je ne suis pas obligée de leur parler, n’est-ce pas ?

R : Ce n’est pas la question. On n’est pas obligé d’être dérangé par les autres si on arrive à apprendre à réguler l’absorption. Ce n’est pas insoluble.

Q : (AM) Comment procéder pour pouvoir arriver à les supporter sans que ça me rende malade ? C’est très difficile à faire pour moi. Ça me rend littéralement malade.

R : Apprends à rire de ce qui, actuellement, te dérange. C’est comique, après tout, quand on y songe. Arrête de tout prendre autant au sérieux !!!

Q : (AM) J’ai toujours cru que je pouvais tout supporter, mais ces gens me donnent vraiment envie de vomir. Et ensuite, je suis fâchée contre moi à cause de ça. Normalement, je ne réagis pas. Je fais comme si ce genre de personnes n’existaient même pas ! (L) Qu’est-ce qui en fait quelque chose d’aussi personnel ? (AM) Elles sont tellement peu évoluées qu’elles ne voient même pas leur propre méchanceté. Elles pensent que si quelqu’un considère leur manière dégoûtante de se comporter comme mal, c’est qu’il y a quelque chose qui cloche chez cette personne et pas chez elles !

R : Alors, imagine-les comme des dodos en train de piailler.

Q : (AM) C’est très difficile.

R : Pas si tu essayes.

Q : (AM) Que faire pour soulager le stress de mon travail ? Est-ce que je dois commencer à chercher un autre boulot ? Est-ce qu’il y a quelque chose que je pourrais faire pour que ce soit moins stressant ?

R : Toutes ces possibilités sont bonnes, mais vois tout cela comme de joyeux défis plutôt que des corvées.

Q : (AM) Est-ce que je risque d’être remplacée à mon travail ? Est-ce qu’ils cherchent à me remplacer ?

R : Quel risque ? Est-ce la direction générale de Ford Motor Company ??

Q : (AM) Patrick en est-il au stade d’arriver à voir que sa mère et sa sœur ont des défauts, ou leur sera-t-il toujours aveuglément dévoué et incapable de voir leurs travers ?

R : Trop de pensées à la fois.

Q : (AM) Patrick en est-il arrivé au point de voir clairement ce que sa mère fait ? De voir ses torts ?

R : Le meilleur moyen pour quelqu’un de «voir» les torts, c’est que les autres ne le lui rappellent pas.

Q : (AM) Sera-t-il un jour capable d’être équilibré et de se libérer de son contrôle, de s’en sortir tout seul ?

R : Eh bien, on dirait un peu une «lettre au Père Noël», mais voir la dernière réponse.

Q : (AM) Alors, le meilleur moyen pour gérer ça c’est de cesser tout contact avec Patrick et sa famille, c’est bien ça ?

R : Nous ne limiterions jamais tes options de la sorte !

Q : (L) Pourquoi Patrick est-il traîné dans la boue de cette façon, si c’est bien ce qui se passe ?

R : Pourquoi une attaque, et la personne qui en est précisément la victime, ont-elles de l’importance ?

Q : (L) Est-ce parce que Patrick est censé apprendre à surmonter ce genre de choses ?

R : Assez proche.

Q : (L) OK, donc Patrick doit apprendre ça, et le meilleur moyen pour toi de l’aider, c’est de rester en retrait. (AM) De Patrick également ?

R : Quand on proteste, on facilite l’édification de barrières qui font partie intégrante de l’attaque. Car, pour avoir une révélation, on doit «reculer d’un pas», et observer le tableau sans a priori !

Q : (AM) Eh bien, je pense que ma leçon dans tout ça, c’est que j’ai besoin d’apprendre que dans ce monde, il y aura des gens auxquels je vais devoir faire face, et je dois apprendre comment dès maintenant. Le monde est plein de ce genre de personnes.

R : Ou que tu peux avoir affaire à eux sans que ça t’affecte.

Q : (AM) C’est très difficile. (V) Patrick est-il aussi important que ça ? (AM) Le truc c’est qu’après l’avoir sorti des médicaments, après tout ce qui est arrivé, ce n’était plus tant lui la question, mais moi. J’ai eu l’impression qu’il se passait… généralement, les gens ne m’affectent pas comme ça… (L) As-tu entendu ce que tu viens de dire ? (AM) Quoi ? (L) «Après l’avoir sorti des médicaments». (AM) Est-ce si mal que ça ? (L) Il ne l’a pas fait tout seul. (AM) Ça, je le sais. Et il le sait aussi. Il avait déjà essayé… (L) Et c’est bien comme ça ? Qu’il ne l’ait pas fait tout seul. (AM) Oui, je pense. Quand il était sous médicaments, sa mère et sa sœur avaient une mainmise totale sur lui. Il est mieux à 300 pour cent… la seule différence entre Patrick et sa famille, c’est qu’il sait qu’il y a un problème et qu’il veut qu’on l’aide. (L) Je pense qu’il se nourrit de ce drame incessant. Crise après crise. Le maître du cinoche ! Existe-t-il un lien karmique entre Patrick et AM ?

R : Oui.

Q : (L) Pouvez-vous nous dire lequel ?

R : Laissez-le se déployer. Souvenez-vous, tout est leçon.

Q : (L) Nous direz-vous le nombre de vies qu’ils ont vécu ensemble ?

R : Oh, que diriez-vous de 4 ?

Q : (L) Eh bien, ce n’est pas tant que ça. (V) Est-ce que ça pourrait aider d’explorer ça maintenant ?

R : Peut-être, «Maman» a ce talent. «Creuse» pour mettre au jour.

Q : (AM) D’accord, merci. Je dois aller au lit.

R : Bonne nuit, AM.

Q : (L) Maintenant, il y a une question d’Ark... pour sa sœur. Pouvez-vous la repérer ?

R : Nous pouvons «repérer» n’importe qui.

Q : (L) Très bien, elle aimerait…

R : Mais elle veut de nous un conseil concernant des décisions professionnelles.... hmmm, il semble qu’elle soit tout à fait compétente, une bonne organisatrice et très pragmatique. De meilleurs conseils pourraient être réservés pour d’autres domaines.

Q : (L) Comme quoi ?

R : La quête de connaissance.

Q : (L) Donc, elle devrait poser des questions sur des affaires spirituelles et non matérielles ?

R : Oui. C’est une femme d’affaires dynamique… à ce stade, la conseiller pourrait nuire car nous ne souhaitons pas être une béquille pour ceux qui sont actuellement les plus compétents.

Q : (L) Autre chose que vous voudriez lui transmettre ?

R : Canalise dans son jardin.

Q : (L) C’est ce qu’elle fait ?

R : Confirmée.

Q : (L) Que voulez-vous dire ?

R : Cette personne en particulier. Souvenez-vous, les âmes de fréquence vibratoire semblable voyagent souvent ensemble. Dites-lui d’aller de l’avant comme elle en avait déjà l’intention, ça marchera très bien.

Q : (L) Autre chose pour elle ?

R : Nan.

Q : (A) [par courriel] Il y a plusieurs années, alors que je travaillais à Hambourg sur la Théorie du Champ Unifié, j’ai eu l’impression d’être observé. Était-ce effectivement le cas ?

R : Oui.

Q : (L) Par qui ?

R : Pas encore.

Q : (A) Mon idée à l’époque était-elle bonne et vaut-elle la peine d’être désormais approfondie ?

R : Oui.

Q : (L) Un commentaire général que vous pourriez faire à Ark à ce propos ?

R : N’est-ce pas amusant, Ark, d’avoir une conscience accrue... D’être capable de reconstituer de plus en plus ?

Q : (L) Ark s’interroge à propos d’Hoagland…

R : Laisse Ark demander sous la forme qui lui sied.

Q : (A) Devrais-je chercher à contacter Hoagland au sujet de l’article de Modanese ?

R : Une meilleure approche serait de suffisamment asseoir le contact avec Hoagland de sorte à pouvoir débattre avec lui et librement échanger des idées sur tous les sujets possibles. Te suggérons de l’informer comment ton domaine, parcours et angle d’expérience particuliers peuvent faire progresser sa quête.

Q : (A) Suivre ce lien, est-ce a) prudent, b) bon ?

R : Eh bien, la sécurité n’est pas déterminée par ce qui est poursuivi, mais plutôt par la façon de poursuivre.

Q : (L) Bon, j’ai une question à poser en attendant la réponse d’Ark. Je suis en feu ! Quelle est la raison de cette chaleur insupportable que je ressens ?

R : La chaleur signifie infiltration de la 4e densité.

Q : (L) Je suis sur le point de mourir de chaleur, et je sais qu’il fait froid dans la pièce. Quand vous dites infiltration de la 4e densité, qu’entendez-vous par là ?

R : Suintement de reflets ténus d’une nouvelle réalité.

Q : (L) Vous voulez parler de corps nouveaux, altérés, ou modifiés ?

R : Revois.

Q : (V) Y a-t-il un rapport avec les sueurs nocturnes ?

R : Peut-être.

Q : (V) Mes sueurs nocturnes sont-elles hormonales ?

R : Peut-être.

Q : (V) Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à obtenir une réponse claire et nette ?

R : Cherche et trouve, c’est amusant !

Q : (L) Il y a quelque temps, j’étais inconsciente dans le fauteuil, quasiment évanouie, et Ark m’a envoyé un message disant qu’il m’avait vue là ! Qu’est-ce qui s’est passé ?

R : N’as-tu rien appris ?

Q : (L) Eh bien… Y a-t-il une activité qui nous permette de stimuler l’ADN pour le rendre supraconducteur ?

R : Pas nécessaire. Aimerais-tu trouver le moyen d’accélérer la croissance de [ton dernier enfant] ?

Q : (L) Bien sûr que non ! Elle n’est encore qu’un bébé ! Elle a besoin de s’amuser ! Oh, je vois. OK. Frank a ressenti une drôle d’impression l’autre jour au sujet de MM [la femme greenbaumisée précédemment mentionnée]. Recevait-il un message à son sujet ?

R : Oui.

Q : (L) Savait-elle que je l’ai décommandée pour une raison autre que l’excuse que je lui ai donnée ?

R : Elle a eu quelques soupçons.

Q : (L) Avons-nous quelque chose à craindre d’elle en ce moment, comme Frank le pressent ?

R : Oui. Soyez constamment vigilants et procédez avec prudence !

Q : (V) Est-elle venue nous espionner ? (L) Est-ce important ? (V) Eh bien oui, si elle est folle et a un flingue ! Pouvez-vous préciser le danger que nous courons ?

R : Il y a de nombreuses possibilités.

Q : (L) Alors, pouvez-vous lister les trois principales ?

R : Physique, psychique, spirituel.

Q : (V) Vous voulez dire qu’elle…

R : Soyez ouverts à toutes les possibilités comme voies d’attaque.

Q : (L) Est-il vrai que lorsqu’Ark sera là, notre niveau de protection sera exponentiellement accru ?

R : Oui.

Q : (V) Nous tous ?

R : Tous sans exception.

Q : (A) [par courriel] Je suis perdu à propos du temps. Vous avez dit que la physique relativiste devait être refondue car elle présuppose une symétrie inutile. Quelle symétrie avez-vous en tête ?

R : Une symétrie inutile ? Tu as posé des questions à propos d’un projet précis, ou de l’étude d’un théorème et des personnes impliquées. Nous avons dit que c’était sur la bonne voie tant que les aspects symétriques, en tant qu’absolus, étaient abandonnés. C’est-à-dire que les grandes lignes du projet étaient trop étroitement circonscrites.

Q : (A) Vous suggérez que ce que j’essayais de faire à Hambourg valait la peine d’être poursuivi, mais je supposais encore davantage de symétrie que la relativité d’Einstein.

R : Alors, ne suppose pas. N’oublie pas que la symétrie, par sa nature même, associe deux champs des possibles. Elle inclut tout plutôt que d’exclure de manière discordante.

Q : (A) Y a-t-il un effet antigravitationnel dans le jouet levitron ?

R : Pas «dans» le jouet levitron. Plutôt «au travers» du jouet. Le jouet n’est que le véhicule.

Q : (L) Ça vaut-il le coup que nous dépensions 40 balles pour ce truc ? (V) Ça marche comment ? (L) Je ne sais pas !

R : L’antigravité est d’une simplicité trompeuse.

Q : (L) Donc, le gars qui en fait la pub ne triche pas ?

R : Concept inexact.

Q : (L) Quel est le bon concept ?

R : Voir la dernière réponse comme indice.

Q : (L) Alors, vous ne m’en direz pas plus là-dessus ?

R : C’est Ark qui pose les questions, non ?

Q : (L) D’accord. Bon, il remercie tout le monde… et dit bonne nuit. (Alice) Je suis tombée dernièrement et j’aimerais connaître la cause de ma chute dans l’allée.

R : Vertige.

Q : (Alice) Est-ce une affection permanente ?

R : Intermittente.

Q : (Alice) Quelle était la cause de la douleur aiguë que j’ai ressentie au pied, à l’église ?

R : Thrombose.

Q : (Alice) On dirait que j’ai des problèmes de mémoire… est-ce lié aux problèmes émotionnels dont vous m’avez parlé ?

R : Vérifie les considérations alimentaires. Cela peut accélérer ou prévenir le processus de vieillissement.

Q : (Alice) Quel est le souci avec ma jambe ?

R : Perturbations circulatoires ; voir la réponse précédente.

Q : (Alice) Ma vue va-t-elle s’améliorer ?

R : Idem.

Q : (V) Ma grand-mère vient de mourir. Comment va-t-elle ?

R : OK.

Q : (V) Je sais que cette question était nulle, mais y a-t-il une chance de pouvoir lui parler ? (L) Non ! Je ne vais pas canaliser ta grand-mère ! Je ne la connais même pas ! Tu peux poser des questions sur elle… (V) A-t-elle un message pour moi ?

R : Peut-être, à un autre moment.

Q : (L) Pourquoi un autre moment ?

R : Elle n’est pas encore prête.

Q : (V) Est-ce qu’elle dort comme vous l’avez dit de Tom ?

R : Là-bas, le temps n’existe pas.

Q : (L) Vous avez dit qu’elle n’est pas encore prête, mais ensuite que le temps n’existe pas ? À quoi ça rime ?

R : Quel était le premier mot de la réponse précédente ?

Q : (V) D’accord, là-bas par opposition à ici. Où est-elle ?

R : Cinquième densité.

Q : (L) Pourquoi est-ce que je ne veux pas canaliser d’autres entités… j’ai eu une réaction forte et ma réponse est en quelque sorte sortie toute seule… n’est-ce pas ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Ce serait comme traverser péniblement des fourrés de buissons de chou palmiste, la nuit, pieds nus !

Q : (L) Un bon moyen pour marcher sur un serpent à sonnette !

R : Peut-être.

Q : (V) La Terre de 4e densité existe-t-elle depuis aussi longtemps que la Terre de 3e densité ?

R : Concept inexact.

Q : (V) Est-ce qu’il existe une Terre de 4e densité ?

R : Oui.

Q : (V) Et il y a des êtres humains…

R : Tout existe toujours.

Q : (L) Où se trouve la Terre de 4e densité, hormis en 4e densité ?

R : Dans un autre monde.

Q : (L) Existe-t-il, actuellement, des «nous» sur cette Terre de 4e densité ?

R : Oui. Nous.

Q : (V) Quand on est en 4e densité et qu’on regarde le soleil, est-ce qu’on voit la même chose qu’ici ? Quand on regarde la lune, est-ce qu’on a la même expérience visuelle ?

R : Non. La conscience est plus étendue.

Q : (L) Eh bien, que verrait-on en regardant le soleil ?

R : L’intégralité du spectre visuel.

Q : (L) Voulez-vous dire qu’on verrait tout ce qu’on ne peut voir actuellement que grâce à des appareils ? Comme la couronne, le vent solaire, etc ?

R : Toute la sphère depuis tous les angles possibles de réalisation ?

Q : (L) Est-ce qu’on pourrait entendre le soleil ?

R : Si on le choisit.

Q : (L) À quoi ressemble le son que fait le soleil ?

R : Impossible de répondre.

Q : (L) Est-ce que les planètes et le soleil se parlent ? Est-ce que les anges et les archanges existent ?

R : Laura, ne nous «emballons» pas. [Rires] Les garçons sont tous faits d’escargots et de queues de chiots… Les filles sont tout de sucre et d’épices, et tout est parfait…

Q : (L) Vous vous moquez de moi !

R : Mais oui, pourquoi pas ?

Q : (L) Bon, est-ce que les archanges existent ?

R : Peut-être.

Q : (L) S’ils existent, comment les percevrions-nous ?

R : Trop complexe.

Q : (L) D’accord, est-ce que différentes personnes sont liées à différents archanges ? (V) Oui, nos âmes naissent-elles de différents mondes archangéliques ?

R : Non. L’âme n’a jamais été créée. Était/est/sera toujours.

Q : (V) Mince, je n’arrive pas à comprendre ça… Je veux dire, la création… (L) Il n’y a pas de création ; Tout est, tout simplement. (F) Bon, il y a des cycles. (V) Mais, d’où vient la substance ? (L) Elle vient de nulle part. Ce n’est simplement que des pensées dans l’esprit de Dieu. Après tout, qu’est-ce que Dieu a d’autre à faire pour l’éternité mis à part rêver ? Nous sommes ce rêve. (V) Pouvez-vous commenter mes difficultés à comprendre ça ?

R : Quelles difficultés ? Ça viendra. OK, les amis, bonne nuit.

Fin de la séance
 
Top Bottom