Séance du 4 novembre 1995

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 4 November 1995

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

Séance du 4 novembre 1995

En lisant cette séance, gardez à l’esprit que celle-ci a eu lieu 6 ans avant le 11 septembre 2001. Depuis lors, un tas de choses inimaginables sont devenues réalité, dont le contrôle croissant des populations et les restrictions des déplacements.

Participants : « Frank », Laura, Susan V, Terry et Jan

Q : Bonjour.

R : Bonjour. Popojoie.

Q : (L) Est-ce votre nom ?

R : Non.

Q : (L) C’est quoi Popojoie ? À quoi cela se rapporte-t-il ? Pourriez-vous clarifier s’il vous plaît ?

R : Doit-il y avoir un rapport ?

Q : (L) Quel est votre nom ?

R : Naphoron.

Q : (L) Pouvez-vous préciser votre identité ?

R : De Cassiopée, ma chère ! Il n’y a plus lieu de craindre la présence d’intrus, le canal est trop bien ancré pour que des influences corrompues apparaissent… même si tu doutes toujours !

Q ; (L) Je ne doute pas, je ne fais que vérifier. J’ai ici plusieurs questions que je ne veux pas nécessairement poser dans l’ordre où elles sont écrites.

R : « Vérifier » équivaut à douter.

Q : (L) OK, pigé ! Nous avons quelques petites questions avant de nous lancer dans du plus lourd. La première concerne cette rumeur qui circule selon laquelle les bases alien SDS, comme celle de Dulce, et toutes les autres bases alien de l’Ouest, auraient été déplacées à Paris, Washington, et Buenos Aires. Est-ce que c’est vrai ?

R : Tous les angles de l’histoire sont exposés à la corruption, par la désinformation.

Q : (L) Les bases alien SDS de l’Ouest des États-Unis sont-elles en train d’être déplacées ailleurs ?

R : Nous venons de te le dire !!!

Q : (L) Autrement dit, vous avez dit que c’était non ?

R : ! Non. Non.

Q : (L) « Nous venons de te le dire »…

R : Que tous les angles sont faux !!

Q : (L) Tous les angles. Donc, en d’autres termes, inutile de poser d’autres questions à ce sujet, car tous les angles sont de la désinformation. Est-ce exact ?

R : Faux !

Q : (L) Ils sont tous faux. (T) Non…

R : Non.

Q : (T) C’est ta réponse qui est à côté de la plaque.

R : Oui.

Q : (T) Relis, qu’ont-ils dit ? (J) « Tous les angles de l’histoire sont exposés à la corruption, par la désinformation. » (L) C’est une réponse un peu ambiguë ! (J) Oui, mais c’est vrai ! (T) Tu as dit que l’histoire elle-même était fausse. C’est inexact.

R : Cherche, ne saute pas un sujet vital !!! Patience !!! Ce n’est pas une course de relais !

Q : (L) D’accord, autrement dit, tous les angles… (T) Tu as demandé si toutes les bases étaient déplacées à Paris, Buenos Aires et Washington. (SV) Peut-être qu’ils s’étendent… (T) Ils ont répondu : « Tous les angles de l’histoire sont exposés à la corruption, par la désinformation. » (J) Donc, il y a une part de vrai. (T) C’est exposé, ce n’est pas corrompu, mais exposé à la corruption. Qu’est-ce qu’ils ont dit ensuite ? (J) Ensuite, ils ont dit « Nous venons de te le dire ».

R : Le problème ici implique des suppositions.

Q : (L) Bon, laissez-moi vous dire le reste de l’histoire. L’histoire, c’est que les Pléiadiens bombardent les bases souterraines de vibrations. Je l’ai entendu de deux sources… Les Konicov et Roxanne C.

Q : (T) Attends une minute. De qui l’as-tu entendu en premier ?

(L) Roxanne.

(T) Maintenant, que t’a-t-elle dit ?

(L) Eh bien, elle m’a raconté qu’il y aurait des vaisseaux pléiadiens au-dessus de la Terre qui bombardent ces bases avec des vibrations, un son aigu, ce qui provoque des failles temporelles et influe sur l’aptitude des aliens SDS à fonctionner, et que c’était ça le vrombissement que les gens ont entendu au Nouveau-Mexique.

(T) Est-ce qu’il s’agit des Pléiadiens de Billy Meier ?

(L) Je suppose. Ce sont ceux qui sont censés être les « gentils », c’est ça ?

(T) Bon, c’est sujet à…

(L) Oui, exactement. Et en conséquence de cela, les SDS, les « méchants », avec leurs bases souterraines, déplacent leurs opérations sous de grandes villes, c’est-à-dire Paris, Washington et Buenos Aires, car cela leur fournit un bouclier humain puisque les Pléiadiens n’iront pas bombarder ces grandes villes pleines de gens avec ce truc. Voilà l’histoire.

(T) Bon, c’est ce qu’ils supposent. (J) Qui dit qu’ils ne le feront pas ? (T) RC t’a raconté ça. D’où le tient-elle ?

(L) Je pense que c’est sur internet.

(J) Oh, ben voyons ! (T) D’accord, elle a pu l’avoir lu sur internet. Ou, elle a pu l’entendre de son ami, ce Virgil A avec qui elle parle tout le temps.[http://www.2012.com.au/VAcat.html - Lien désormais mort mais accessible à l'adresse suivante : Virgil Armstrong catalogue]

(L) Oui.

(T) Bon, qu’ont dit les Konicov ?

(L) Susy m’a demandé si j’avais entendu dire que toutes les bases alien étaient déplacées à Paris. Elle n’en savait pas plus que cela.

(T) Comme si on recevait un fax des aliens indiquant : « On déménage, merci de faire suivre notre courrier, on fait un vide-grenier ».

(L) Eh bien, elle m’a demandé de poser la question.

(T) Bon, et d’où le tenait-elle ?

(L) Apparemment, une personne, un de ces channels qu’elle publie, l’a appelée pour le lui dire. C’est l’information qu’elle avait. Donc ça peut venir du Commandement d’Ashtar, c’est-à-dire de Lissa Royal ou d’Yvonne Cole.

(T) Donc, il est vraiment improbable qu’elles le tiennent l’une de l’autre ?

(L) Oui, car Roxanne n’a jamais été en contact avec les Konicov.

(J) Donc, ce sont deux sources séparées…

(L) Oui, grandement séparées : le Michigan et la Floride.

(F) Oui, mais si elles vont toutes les deux sur internet…

(L) Mais Susy ne va pas sur internet.

(T) Oui, mais l’une des autres a pu y aller. Si ça sort d’internet… internet est sujet à toutes sortes de questions… Je ne fais sacrément pas confiance aux réseaux. Désolé, mais je sais à quoi m’attendre. Il est arrivé la même chose à Linda Howe, elle se l’est pris en pleine poire et ensuite elle a joué la surprise, du style « comment cela a-t-il pu arriver  ? ». Eh bien, je sais comment… personne ne s’est fatigué à lui dire que c’est comme ça que ça se passe sur internet ! Bon, avant d’aller plus loin, tu as demandé si c’était vrai qu’ils les déplaçaient à ces endroits. L’une d’elles a-t-elle cité ces villes ?

(L) Oui, Roxanne a cité les trois villes, et Suzy a parlé de Paris.

(J) Donc, il y a une touche avec Paris. (T) Eh bien, Paris ne serait pas un bon endroit puisque les gens se bombardent comme des fous là-bas.

(L) Elle a dit que si Paris était bombardé, c’était parce que les bases SDS y avaient été déplacées.

(T) Alors ça veut dire que les Pléiadiens se permettront d’agir quoi qu’il en soit, puisqu’ils détruisent déjà la ville de toute façon. Ça ne peut pas être pire. Bon, revoyons ça… Qu’ont-ils dit ?

(J) « Tous les angles de l’histoire sont exposés à la corruption, par la désinformation. »

(T) D’accord, tous les angles de l’histoire… Donc, tu as là deux angles de l’histoire.

(L) Eh bien, plusieurs. Les Pléiadiens, le bombardement de vibrations, les différentes villes…

(T) Non, non, tu as deux sources, deux angles.

(L) Oui et…

(T) Qui peuvent être exposés à la corruption.

(L) Les angles représentent-ils nécessairement ces personnes ?

(T) Oui, et elles peuvent le tenir d’une source corrompue. Peut-être que quelqu’un a lancé ça juste pour s’amuser. N’importe quel plaisantin en général. Bon, ensuite, tu as dit que ça devait impliquer que l’histoire était fausse, car ils ont parlé de désinformation, et là, ils ont répondu… (L) De ne pas faire de suppositions… (T) « Tous les angles »… et tu as dit quelque chose, et ils ont répondu « faux », et tu as dit que la supposition était fausse, et ils ont répondu que c’était ta réponse qui l’était. Et ils ont dit « oui ». La réponse est inexacte.

(J) « Cherche, ne saute pas un sujet vital… Patience, ce n’est pas une course de relais ! »

(T) La question est de savoir c’est quoi le sujet vital. Le déplacement des bases alien, ou les sources d’information d’où tu tiens cette histoire ? Ou les sources de tes sources ? Bon, que sommes-nous censés regarder de plus près ?

R : Les « bases » alien.

Q : (T) D’accord, mais pourquoi avez-vous mis le mot bases entre guillemets ?

R : Suppose, et tu nous fais passer vous et moi pour des idiots !

Q : (T) Pourquoi ont-ils dit ça ? Parce que j’ai demandé pourquoi ils avaient mis le mot bases entre guillemets ? (L) Parce qu’on suppose que les aliens ont des bases ? Je pense que c’est ce qu’ils veulent dire… (T) Eh bien, on peut supposer ou non que les aliens ont des bases. Pourquoi avez-vous dit que supposer nous faisait passer vous et moi pour des idiots ?

R : Parce que vous n’avez jamais convenablement discuté de la question des bases avec nous.

Q : (T) Bon, maintenant vous affirmez que nous n’avons jamais discuté convenablement des bases avec vous, ce que je confirme, nous n’en avons pas discuté, mais vous dites que nous supposons que les bases existent. Sauf que lors de notre dernier échange, vous avez déclaré que Jan et moi avions été emmenés dans une base ? Rectifiez-vous vos dires ?

R : La supposition n’est pas que les bases existent, mais plutôt tous les autres angles de l’histoire.

Q : (T) Bon, c’est là où j’essaye d’en venir. Ce sont tous les autres angles que nous sommes censés examiner. Pas les bases, dont nous n’avons pas discuté en détail, ni le fait qu’elles soient déplacées ou non, ou qu’elles existent ou non, mais les angles d’où vient l’histoire. C’est bien ce que vous voulez dire ?

R : Les angles, point final.

Q : (T) Bon, qu’est-ce qu’on ne comprend pas dans votre commentaire sur les angles ? (L) Eh bien, je pense qu’ils veulent dire qu’on doit poser différentes questions spécifiques qui donneront les angles…

R : Oui.

Q : (T) Bon, est-ce des questions à propos des bases et non à propos des informations sur les bases que Laura vient de raconter, mais nos propres questions à propos des bases ?

R : Oui.

Q : (J) Ne pas discuter des sources… (T) Nous ne parlons pas des sources…

R : Bien.

Q : (T) D’accord, je veux simplement tirer ça au clair afin de pouvoir suivre. Je sais que certaines de nos conversations sont décousues… On effleure des sujets pour passer à d’autres afin d’obtenir un tas de données. D’accord, parlons des bases. (L) Quelle est la première chose, la plus importante, que nous devons savoir à propos des bases ?

R : Non, suggérons but en blanc.

Q : (T) D’accord, des questions de but en blanc. Ces bases existent-elles ? Commençons avec des réponses par oui ou par non.

R : Oui.

Q : (L) Combien y en a-t-il ? (T) Ces bases se trouvent-elles aux États-Unis d’Amérique ?

R : Pas loin.

Q : (T) Il n’y a pas de bases au sein des frontières des É-U continentaux ? (L) Non, elles sont dans d’autres dimensions et densités, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (T) Peut-on y accéder grâce à des points d’entrée se trouvant aux États-Unis et dans d’autres endroits dans le monde ?

R : Transdensité.

Q : (L) D’accord, des points transdensitaires…

R : Non. Les bases le sont.

Q : (L) Les bases sont transdensitaires. (T) Donc, les bases sont transdensitaires. Autrement dit, elles existent au même endroit à travers différentes densités. Non, non, c’est faux… (L) Elles existent dans un état de transdensité. (T) Donc, elles existent en 3e…

R : Oui.

Q : (T) Elles existent en 3e, 4e, ou autre… simultanément. (L) Peut-être qu’elles peuvent venir dans notre densité quand c’est nécessaire, et en repartir si nécessaire.

R : Non.

Q : (L) Elles se trouvent dans une autre densité.

R : Non.

Q : (L) Elles sont dans une autre dimension. (T) Elles sont dans toutes les densités…

R : Trans.

Q : (L) Elles transitent dans toutes les densités ?

R : Commence à la trois.

Q : (L) Elles commencent à la trois… (T) Elles traversent la quatre — la cinq ils ne peuvent pas y aller — donc elles passent par la six…

R : Suppose.

Q : (L) Suppose : tu fais des suppositions… (T) Non, je m’interroge. Vous dites qu’elles commencent à la trois, et où vont-elles à partir de là ?

R : Jusqu’à cinq.

Q : (L) Trois à cinq. (T) Elles couvrent la trois, la quatre et la cinq ?

R : Oui.

Q : (T) Pourquoi couvrent-elles la cinq ? Vous aviez dit que cinq était le niveau de contemplation… (L) Pourquoi pas ? Ce serait logique qu’il y en ait une là aussi.

R : Oui.

Q : (L) Ils peuvent les transporter là. Ils œuvrent là-bas. (T) Bon, j’ai besoin de comprendre ça. Ils ont dit différentes choses à propos de la 5e densité, dans diverses séances.

R : Non.

Q : (L) Je vais te dire, un instant. Une des choses qui est apparue : c’était dans la séance où je les ai interrogés au sujet des expériences [de mon fils] sous hypnose. C’était donc plutôt au début. Et j’ai posé une série de questions sur ce qu’il avait perçu. Apparemment, il avait vécu une expérience d’abduction qu’il a décrite dans une autre vie. Il a décrit ce qui équivalait à un écran placé sur son visage, des points rouges, une programmation et des êtres en robes argentées debout tout autour de lui, et ensuite d’avoir été poussé dans un tunnel et de s’être retrouvé dans l’obscurité de l’espace avec des genres de trous noirs autour de lui. J’ai demandé s’il s’agissait d’une abduction ayant eu lieu dans une autre vie et ils ont dit non, qu’il s’agissait d’un bilan de vie de 5e densité. J’ai demandé si certains de ces êtres que nous prenons pour des aliens et certaines de ces expériences que nous percevons comme des abductions étaient véritablement des événements ou des expériences de 5e densité. Et ils ont dit oui.

(J) Un bilan de vie… c’est très important.

(L) Exact. Donc, quand ils parlent d’enlever des âmes sur un champ de bataille et tout ça, il y a à l’évidence des « aliens » de 5e densité, et ils ont dit que le terme était approximatif. Je veux dire qu’on peut les percevoir comme des aliens, mais que ce sont des ouvriers de 5e densité, pour ainsi dire. C’était leur travail de faire tout ce qu’ils ont fait, ou ce qu’ils percevaient comme leur travail. Il serait donc parfaitement logique que ces bases traversent les densités jusqu’à la 5e en raison du type de travail qu’ils accomplissent. Est-ce…

R : Il y a tant d’éléments extrêmement vitaux dans ce sujet qu’il serait sage de rester dessus jusqu’au bout.

Q : (T) On a l’intention de rester dessus, on essaye de comprendre ça…

(L) Vous vous souvenez quand mon frère était là, ils continuaient à vouloir qu’on revienne sur le sujet des bases. Et on ne l’a pas fait, on a dévié.

(T) Notre problème, c’est qu’on dévie souvent. On est pire que Carl Sagan, comme groupe. On digresse, on saute du coq à l’âne. On ne reste jamais sur un sujet. OK, les bases sont transdensitaires ; elles s’étendent de la 3e densité à la 5e ; elles existent simultanément en 3e, 4e, et 5e densités. Est-ce exact jusque-là ?

R : Pas loin.

Q : (T) Maintenant, quand un être, une âme, ou quoi que ce soit se trouve dans la base, existe-t-il simultanément dans les trois densités ?

R : Non.

Q : (L) Une minute, j’ai une idée…

R : Quand vous êtes dans un gratte-ciel, existez-vous à tous les étages simultanément ?

Q : (J) Non, mais il faut savoir où se trouve l’ascenseur ! (L) Quand on est dans ce genre d’endroit, y a-t-il une sorte d’ascenseur qui peut vous emmener d’une densité à l’autre et vous faire avoir une expérience à différents niveaux de ces bases transdensitaires ?

R : C’est un ascenseur !

Q : (L) Donc, ces bases sont des points… c’est un ascenseur, donc ces bases transdensitaires peuvent être des endroits qui, si on y est emmené ou qu’on s’y trouve, grâce à elles, à ces portails, on est alors capable de circuler entre densités ?

R : Vous en êtes capables quoi qu’il en soit.

Q : (L) D’accord, mais est-ce que ces endroits spécifiques… D’accord, c’est un ascenseur… (T) Mais pas un ascenseur tel qu’on les perçoit… (J) Conceptuellement, si. C’est un moyen de transport, une méthode.

R : Non.

Q : (T) Non, ce n’est pas un ascenseur tel qu’on les perçoit ? (L) C’est un ascenseur pour…

R : Littéralement.

Q : (L) C’est littéralement un ascenseur ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, on y va pour aller dans différentes densités ?

R : Oui.

Q : (T) C’est aussi simple que ça ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, on va dans ces bases pour aller dans différentes densités…

R : Bien qu’il soit également possible d’aller en 4e et en 5e par d’autres moyens !

Q : (L) D’accord, est-ce que ces êtres, ces êtres d’une autre densité, créent et utilisent ces bases pour déplacer en masse des êtres ou des objets d’une densité à une autre ? Est-ce cela qu’ils y font ?

R : Non. Ils vivent en 4e, donc ils construisent des bases de 4e densité.

Q : (L) Je comprends… Donc, les êtres de 4e densité construisent des bases de 4e densité. Ces bases de 4e densité s’interfacent d’une manière ou d’une autre avec la 3e densité en un certain point de l’espace-temps, et ensuite ils influencent les êtres de 3e densité pour qu’ils construisent des bases en 3e densité à l’endroit de ce point d’interface, et grâce à ces points d’interface, ils peuvent aller et venir entre densités. Est-ce que ça se rapproche de l’idée ?

R : Les seuls qui ont besoin d’utiliser cette approche sont de 3D.

Q : (L) OK, ce sont des êtres de 4e densité… (J) Est-ce à nous qu’elles servent ? Elles servent aux êtres de 3e densité. (L) D’accord, donc nos concitoyens ont construit ces bases, peut-être en utilisant une technologie… Bon, allons-y étape par étape. Ces bases ont-elles été construites par des êtres de 3e densité ?

R : En partie.

Q : (L) Ont-elles été construites par des êtres de 3e et de 4e densité ?

R : Oui.

Q : (L) Ont-elles été construites pour servir aux êtres de 3e densité ?

R : Non.

Q : (L) Ont-elles été construites… (T) Les bases de 3e densité ont-elles été construites pour servir aux êtres de 3e densité ?

R : Les deux.

Q : (T) Aux êtres de 3e et 4e densités. Bon, et c’est un moyen pour les êtres de 4e densité — un ascenseur — pour aller de la 4e à la 3e, de la base de 4e densité à la base de 3e densité.

R : Vice versa.

Q : (L) Ils ont dit qu’elles ont été construites pour nous, pas pour eux.

R : Non.

Q : (L) OK, nous les avons construites pour pouvoir aller là-bas… ?

R : Non.

Q : (L) Alors, je suis perdue ! (T) Elles ont été construites pour qu’ils puissent avoir un endroit où venir et opérer en 3e densité, même si leur base principale se trouve en 4e densité. Ils viennent ici, interagissent avec des êtres de 3e densité, font leurs trucs de 3e densité pendant qu’ils sont là parce qu’ils peuvent exister là car la 4e densité déborde depuis les autres bases. (L) D’accord, donc quand des gens vont dans ces bases et voient des aliens et des humains interagir ensemble, est-ce qu’ils se trouvent dans la 4e densité ou dans la 3e densité ?

R : Les deux.

Q : (L) Deux choix possibles. OK. La question suivante est… (T) Les deux ? Attendez une minute, ils peuvent être soit en 3e, soit en 4e. Mais tu as demandé si on les voit interagir ensemble… (L) Se trouvent-ils simultanément dans les deux densités ?

R : Principalement en 4e.

Q : (T) OK, donc les bases ici en 3e densité sont des bases pour ceux qui travaillent avec les êtres de 4e densité pour qu’ils puissent y exister pendant une longue durée. Les êtres de 4e densité peuvent venir dans notre densité en utilisant la base… [Les chiens se mettent à aboyer dans le jardin, ce qui perturbe la séance.] Bon, j’ai perdu le fil. OK, on a une base, des bases qui existent en 3e, 4e, et 5e densités, et ils peuvent transiter entre la 3e, la 4e, et la 5e… Ce sont des bases SDS, établissons ça. (L) C’est une supposition… posons la question. (T) Est-ce que ce sont des bases SDS ?

R : Principalement.

Q : (T) Donc, il peut aussi y avoir des bases SDA ?

R : C’est complexe.

Q : (T) Parce que les SDA interagissent avec les SDS en raison de l’équilibre et du fait que les SDA sont au service d’eux-mêmes en servant les autres, et par conséquent, ils serviront les SDS autant que les SDA, parce qu’ils servent… Parce que ça leur a été demandé, parce qu’ils le font pour servir les autres. Donc, il y a aussi des êtres SDA qui gèrent ces bases. (L) Est-ce exact ? (T) Ou proche ?

R : Beaucoup plus complexe.

Q : (T) J’imagine que c’est beaucoup plus complexe, mais c’est l’idée générale…

R : Non.

Q : (L) D’accord, essayons ça : y a-t-il des bases distinctes qui sont gérées, ou construites, ou édifiées, ou autrement occupées ou utilisées uniquement par des êtres SDA ?

R : OK, temps pour nous d’enseigner la patience. Nous allons vous éclairer ! Pourquoi croyez-vous qu’il y a des routes autour de Dulce, Nouveau-Mexique, où les gens deviennent désorientés lorsqu’ils les empruntent ? Parce que la fréquence vibratoire de 4e densité émanant de la base voisine résonne de plus en plus fréquemment à la surface.

Q : (L) OK, poursuivez.

R : Ensuite en allant en 4e densité : vue de la 4e densité, la route semble droite quand elle est courbe en 3e.

Q : (J) Elle semble droite en 4e mais est incurvée en 3e ? (SV) Autrement dit, accidents en vue ! (J) Elle change de configuration entre la 3e et la 4e ! (T) Quand les gens roulent sur ces routes, à mesure que la 4e densité s’infiltre de plus en plus, ils sont désorientés parce qu’ils alternent entre la 3e et la 4e densité. Alors que la route tourne en 3e densité, et que la voiture, qui est en 3e densité, devrait suivre la route, le conducteur voit la route comme droite et sort de celle-ci, car il est désorienté par ce qu’il voit.

R : Exactement.

Q : (J) Tout est question de perception ! (T) Nous voilà revenus à la perception de la réalité !

R : En 4e, on voit à 360° depuis n’importe quel point de vue.

Q : (L) On en a déjà parlé. (T) Donc, la route a l’air droite, car on la voit depuis tous les angles, aussi, au lieu d’être courbe sous un angle, on la voit de partout et par conséquent elle est droite. Mais elle n’est pas vraiment droite en 3e densité, donc on sort de la route. (L) OK, continuez ce que vous disiez…

R : Toute la région du Nouveau-Mexique est sur le point de basculer en 4e densité de façon permanente !

Q : (L) Bon…

R : À cause des bases.

Q : (L) Autrement dit, la rumeur d’un déplacement des bases, filtrée depuis d’autres densités par des canaux déformés, est en quelque sorte exacte… (J) Parce qu’ils ont besoin de bases en 3e densité ! (L) Sauf, qu’elles ne sont pas déplacées vers Paris, Washington ou Buenos Aires, mais vers la 4e densité.

R : Presque, mais les bases y sont déjà, plaignez les régions hôtes. Pourquoi pensez-vous qu’on y observe autant d’activités !

Q : (L) Quand toute cette région passera en 4e densité, cela veut-il dire qu’elle disparaîtra concrètement de la 3e ?

R : Non.

Q : (T) D’accord, répondez à votre question précédente alors. Pourquoi y a-t-il autant d’activité ovni là-bas ? Dites-le-moi.

R : Infiltration.

Q : (L) Donc, ils volent en 4e densité… (T)… et se manifestent ici, en 3e, parce que…

R : Attendez que le basculement soit total.

Q : (L) Voulez-vous dire le basculement du Nouveau-Mexique ? Ou le basculement global ? (T) Je pense que c’était sarcastique : « Attendez que le basculement soit total… Vous n’avez encore rien vu !! » Ce n’est que le début.

R : Oui.

Q : (T) Maintenant, cela soulève plusieurs questions. La première : vous avez dit « Mais les bases sont en 4e densité ». Que se passe-t-il quand la base de 3e densité, qui monte en vibrant jusqu’à la 4e densité, percute la base de 4e densité qui se trouve déjà là ?

R : Elles fusionnent.

Q : (T) Elles deviennent une seule base ?

R : Elles le sont déjà.

Q : (T) Que voulez-vous dire par « elles fusionnent » ?

R : À la même densité.

Q : (T) D’accord, ce déplacement du site de 3e densité est-il un effet secondaire des bases ? La résonance harmonique et tout ça, comme au début de la série des livres Matrix ? Parlons-nous du fait qu’elles sont là depuis tellement longtemps que cette section de 3e densité entre désormais en résonance avec les fréquences de 4e densité, et que ce n’est pas exactement ce qu’ils voulaient faire, mais que c’est un effet secondaire de leur présence ici ?

R : Oui.

Q : (T) Savaient-ils que ça allait arriver ?

R : Les SDS de 4e densité oui, mais pas la 3e.

Q : (T) Une des petites surprises dont on ne vous avait pas parlé avant de conclure le marché ? (J) Si je peux poser ma question maintenant, ces bases de 3e densité vont passer en 4e densité. Auront-ils besoin de rétablir une autre base de 3e densité pour poursuivre leur travail ? De remplacer celle qui a disparu ?

R : Pourquoi ? L’intégralité du « territoire » sera alors en 4e. Un choc de réalité phénoménal se produira lorsqu’elle franchira la délimitation.

Q : (L) Comment le percevrons-nous en 3e ? (J) On ne le percevra pas ! (L) Une minute, ne fais pas de suppositions ! Comment le percevrons-nous en 3e ? Jouons à faire semblant. Que vont-ils dire ?

R : Choc de réalité phénoménal au franchissement de la délimitation.

Q : (L) Êtes-vous en train de dire que toute la région basculera en 4e densité au moment du passage de la frontière entre les mondes, ou que ça arrivera bientôt ?

R : Avant !

Q : (L) OK, donc ce sera un choc de réalité phénoménal pour nous, en 3e densité ? (J) J’imagine ! (SV) Eh bien, il n’y aura plus de Nouveau-Mexique ! (L) Bon, comment percevrons-nous ça ? C’est ce que je veux savoir ! Verra-t-on un grand trou dans notre monde ? Verra-t-on un vaste désert béant ?

R : Le Nouveau-Mexique sera toujours là, mais suggérons de revoir les aptitudes à la conduite, pour ne donner qu’un exemple !

[Note de Jan : les plaques d’immatriculation du Nouveau-Mexique portent la mention « Pays de l’Enchantement ».]

Q : (T) Le Nouveau-Mexique existera toujours, mais la perception, quand on y conduira, va radicalement changer, car on sera passé dans une densité différente ?

R : Faire la cuisine sera également amusant !

Q : (T) Car ce sera la 4e densité. (L) Arrêtez, attendez une minute… (T) Ce n’est pas quelque chose qu’on peut dissimuler aussi facilement… (L) Attendez, revenons en arrière. Que percevrons-nous… Je veux dire, que vont dire les journaux ? Que tout le monde a disparu au Nouveau-Mexique ? (J) Ou qu’ils sont tous devenus fous… (T) Je me risquerais à supposer…

R : Silence médiatique.

Q : (T) Ils ne diront rien du tout. Maintenant, quelle sera la réaction du gouvernement ? Je suis sûr qu’ils diront un truc du genre « Une centrale nucléaire souterraine bonne pour la poubelle », et ils devront boucler tout l’état…

(L) C’est tangent.

(J) Il leur faudra interdire l’accès !

(T) Comment l’expliqueront-ils ? Ils n'y laisseront entrer personne !

(L) Mais ils devront toujours… Là où je veux en venir… Ça élude la question ! La question est, que… (T) Cela ressemblera au Nouveau-Mexique ! (J) Ce sera différent à chaque fois… (L) Mais la question est : y aura-t-il des gens là-bas ? Des bâtiments ? Si on survole la région, si on peut survoler la région, verra-t-on un paysage ? Verra-t-on des villes ? (T) Cela ressemblera au Nouveau-Mexique… (L) Ce n’est pas ce qu’ils ont dit !!!

R : Cela nécessite 1 000 réponses !

Q : (L) Autrement dit, il y a un truc là ! (T) Oui, et il y a une autre question. Il ne s’agit que d’une seule base. Et nous parlons de plusieurs bases…

R : Sujet colossal.

Q : (L) Ma question soulève une problématique colossale. Alors quoi ? C’est toute la question. (T) Il me semble que ma question est aussi importante. Il y a plus d’une base. S’il y en a une qui… (L) Eh bien, ils ont dit que tout le territoire… (T) Pas le Nouveau-Mexique ; il y a des bases en Amérique du Sud, il y en aurait une au large de la Floride… (L) D’accord, cela va-t-il arriver à toutes les bases ? (T) Il y a des bases partout dans le monde… (L) Mais c’est au Nouveau-Mexique qu’on entend ce « machin ». (T) On entend ce « bruit » dans beaucoup d’endroits dans le monde. (L) D’accord, y a-t-il d’autres bases et régions dans le monde où cela arrivera ?

R : Oui.

Q : (L) Cela se produira-t-il simultanément ?

R : Non.

Q : (L) Cela arrivera petit à petit… (T) Tout comme ça s’est développé là-bas. (L) Autrement dit, ils vont déplacer leurs activités ailleurs, dès qu’un endroit… (T) Non…

R : Non.

Q : (J) Oui, parce que j’ai posé la question et ils ont répondu non ! (T) Les bases n’ont pas toutes été établies en même temps. La base de là-bas devient affectée… (L) La plus ancienne…

(T) On ne sait pas si c’est la plus ancienne, on ne sait rien à propos d’autres endroits dans le monde où personne ne peut aller. On ne sait pas ce qui se passe en Russie, en Chine, en Afrique, en pleine forêt équatoriale, ce qui se passe là-bas… Mais au fur et à mesure, selon notre perception du temps, chacune de ces bases connaîtra le même sort, au moment voulu.

(L) Cela me rappelle certaines questions dont nous avons discuté il y a une ou deux semaines, quand mon frère était là. Après avoir parlé des bases souterraines, des soldats, de l’enlèvement des âmes, etc., je ne sais pas si on a bien réglé la question, mais je ne crois pas. Y a-t-il un lien entre ces bases, leurs activités, et le concept d’un enfer souterrain qui a émergé dans notre culture ?

R : Non.

Q : (L) D’accord, y a-t-il un lien entre le basculement de ces bases en 4e densité et l’idée d’une certaine littérature prophétique au sujet de…

R : Les bases sont déjà partiellement en 4e densité et l’ont toujours été. C’est l’environnement qui est bon pour un énorme changement.

Q : (T) D’accord, cela soulève maintenant un concept intéressant. Deux, en fait. Quand Roger Santilli était là, nous avons parlé de ses compatriotes qui traficotaient avec ce truc à petite échelle. C’est à grande échelle que ça devient délibérément incontrôlable.

(L) Et ils ont précisé qui avait fait ça, et bla-bla-bla…

(T) Oui, et ils nous ont dit que les Lizzies veulent nous contrôler, pas en 3e, mais en 4e densité. Ils nous ont aussi dit que cette onde frontière entre les mondes approchait, ce qui constitue pour nous, humains, une chance de passer tous seuls en 4e densité et d’échapper, si on y arrive, en tant que groupe, au contrôle des Lizzies. Les Lizzies nous ont apporté la 4e densité avant que la frontière entre les mondes n’arrive ici. Tous ceux qui se trouvent dans une région de 4e densité, comme les gens au Nouveau-Mexique — comme tu demandais tout à l’heure ce qui leur arriverait — sont transférés en 4e densité, où ils sont physiquement contrôlés par les SDS 4D, là directement, avant que l’Onde n’arrive, avant de pouvoir comprendre ce qui leur arrive réellement…

(L) C’est ce que j’essayais de dire tout à l’heure…

(T) C’était mal formulé, mais c’est ça, non ?

(L) Dans les anciennes prophéties, il est question d’extraire le négatif, ce qui revient à séparer la tare et le bon grain de l’ivraie.

(T) Ce n’est pas seulement à cet endroit, c’est à beaucoup d’endroits, donc ils vont s’emparer… (L) En les rassemblant… (T)… d’un tas d’humains grâce à ces bases au sujet desquelles ils ont servi aux différents gouvernements un mensonge quant à leur utilité. Les bases ne servent à rien de ce qu’ils ont pu raconter. Les bases sont là pour provoquer spécifiquement un effet de résonance dans la région. (J) Et l’étendre… (T) Oui, ils savaient qu’il grossirait et qu’ils pourraient alors s’emparer de tout le monde dans la région. Au Nouveau-Mexique, selon l’étendue d’une région, ils l’entendent jusqu’à Taos, et jusqu’à Albuquerque au Sud-Est. C’est une grande ville. Il y a un tas de gens là-bas, dans cette région du Nord du Nouveau-Mexique. Encore plus au Nord, ils peuvent s’emparer de Las Vegas, qui est une autre grande ville. Plus les régions touristiques des parcs nationaux. Maintenant, les bases se trouvaient dans des endroits reculés. L’information, ou la désinformation, est que les bases sont déplacées sous de grandes villes. L’expérience qu’ils ont conduite, et qu’ils ont planifiée, était-elle en premier lieu destinée à déterminer si ça fonctionne dans une région peu dense, et ensuite de passer à des régions plus peuplées, de recommencer pour, à une seconde étape, accélérer le mouvement ?

(L) D’accord, posons la question. Est-ce ça l’idée, d’essayer ça là-bas pour ensuite passer à de grandes villes avec le même objectif ? (J) Comme essayer ça à Boston…

R : Non. Souvenez-vous, vous vous dirigez vers la 4e densité quoi qu’il en soit.

Q : (J) Ma question est, dans le cas de la région du Nouveau-Mexique, s’agit-il d’un événement « maîtrisé » ?

R : « Anomalie » régionale.

Q : (J) OK, donc c’est maîtrisé, ça ne s’étendra pas. (T) Ce n’est pas assez puissant pour s’étendre. Mais ça l’est plus que ce que les copains de Santilli traficotent. (L) D’accord, se passe-t-il quoi que ce soit sous les villes de Buenos Aires, Washington, et Paris ? De ce style ?

R : Il se « passe » des choses sous toutes les villes.

Q : (L) OK, je sais que vous avez dit « des choses », mais j’ai demandé du même style.

R : Oui.

Q : (T) Est-ce que ce que j’ai dit, ce qu’on a postulé tout à l’heure, est-ce leur idée, l’idée des Lizzies ? L’idée d’êtres de 4e densité ? De nous rassembler avant que l’Onde n’arrive ici pour pouvoir faire leur manœuvre ?

R : Pas nécessaire.

Q : (L) D’accord. Laissez-moi formuler ça autrement. Cet événement va-t-il emporter tous les gens avec lui en 4e densité SDS ? Je veux dire, tous les gens qui vont de pair avec cet événement ?

R : Non. Les gens ne « partiront » pas.

Q : (J) Les gens ne « partiront » pas. Ça va être comme ceux qui essayaient de retrouver les avions, et à chaque fois ça changeait, leur réalité continuait à changer. (T) Est-ce comme pour ces gens de l’Escadrille 19 ?

R : Non.

Q : (L) Que va-t-il arriver aux gens de la région ? (T) C’était un truc atlante. Ils ont foncé sur les pyramides énergétiques atlantes… (J) Non, ce n’est pas ce que je voulais dire… Je ne parle pas des types dans les avions, mais de ceux qui ont essayé de les retrouver et qui continuaient à alterner entre dimensions… (L) Que va-t-il arriver aux gens du Nouveau-Mexique ?

R : Rien.

Q : (L) Donc, si la région disparaît… (T) Elle ne disparaît pas. Elle bascule… (L) Donc, si la région passe en 4e densité, les gens qui vivent là-bas se retrouveront aussi en 4e densité ?

R : Oui.

Q : (T) Remarqueront-ils une différence ? Eux, pas nous, eux ? Ceux qui y sont ?

R : Tu plaisantes ?

Q : (L) Je suppose que oui. (T) Eh bien, je ne sais pas, c’est pour ça que je demande. (J) Leur perception va changer ! (T) Mais comment leur perception peut-elle changer s’ils ne vont pas en 4e densité ? (L) Non, ils ont dit qu’ils passeraient en 4e densité ! Mais ils ne « partiront » pas ailleurs. (J) Aucun déplacement n’est impliqué. (T) On ne « part » pas ailleurs, on accorde notre fréquence sur celle de la densité suivante sans bouger d’où on est.

R : Imaginez-vous en train de rouler sur une autoroute ; tout à coup, vous remarquez des auras enveloppant toutes choses… Imaginez-vous capables de voir derrière les coins ; imaginez entrer dans de petits cottages qui deviennent de grandes demeures une fois à l’intérieur… entrer dans un immeuble à Albuquerque et en sortir par la porte de derrière à Las Vegas, vous endormir femme et vous réveiller homme… voyager en avion pendant une demi-heure et atterrir au même endroit cinq semaines plus tard…

Q : (J) [lit le passage précédent et dit :]La perception est l’être et change tout le temps ! (T) C’est la variabilité de la physicalité ! (SV) Albuquerque… C’est là où se trouve l’Université du Nouveau-Mexique ! Vous imaginez tout le campus… ! (T) Pouvez-imaginer les pauvres exploitants de casino quand le « hasard » ne joue plus son rôle… ?

[Pause]

Q : (T) Comment ce changement aussi important des densités affecte-t-il l’Onde ? Ils ont dit que les scientifiques et leurs petits bidouillages nous affectaient nous ainsi que l’Onde. Quel effet cela a-t-il à grande échelle ?

R : Aucun rapport.

Q : (L) Non, ils n’ont pas dit que les scientifiques affectaient l’Onde, ils ne l’ont pas impactée, ils ont dit qu’ils affectaient le rideau entre densités, ce qui est totalement différent de l’Onde qui est quelque chose qui s’en vient. (T) Mais cela accélère-t-il la chose ? Qu’est-ce que ça fait ? Quel est l’effet ?

R : Non.

Q : (L) Aucun effet. Laisse-moi poser la question de cette manière. Est-il possible que ce basculement régional vers la 4e densité se manifeste en 3e densité sous forme d’une sorte d’activité cataclysmique ?

R : Non.

Q : (L) D’accord, cette perception de la réalité nous est-elle imposée de l’extérieur, ou…

R : Pas imposée.

Q : (L) D’accord, qu’est-ce qui détermine… Je veux dire, je sais que la conscience est déterminante, mais si une région entière va basculer, est-ce parce que les gens qui habitent dans cette région sont à un niveau qui leur permet de changer de conscience ?

R : Non.

Q : (T) Ce n’est pas à cause de cela. C’est parce que les bases servent à manipuler. (L) D’accord.

R : Non.

Q : (T) C’est un effet secondaire des bases…

R : Oui.

Q : (T) Cela n’a rien à voir avec le niveau de préparation de quiconque, ou quoi que ce soit d’autre, c’est juste un effet secondaire ?

R : Et aussi les explosions atomiques.

Q : (J) Oh, l’explosion de la bombe atomique à Los Alamos !

R : Explosions.

Q : (T) D’accord, et qu’en est-il des Français et de leurs tests nucléaires dans le Sud du Pacifique ? Est-ce que cette activité accélère une sorte de transition, ou ouvre une porte… ?

R : Peut-être.

Q : (T) OK. Les bases atteignent ces seuils d’effet secondaire, de transition de la 3e à la 4e, et chacune d’elles est en soi localisée. Mais, est-ce que l’ensemble de nombreuses bases provoque un bien plus grand basculement couvrant une zone géographique plus importante ?

R : Nous vous avons dit que c’était régional.

Q : (J) Oui, chaque base est régionale, mais atteint-on un stade où… existe-t-il un point de saturation ? (T) Y a-t-il un effet cumulatif pour chaque région ? (J) À mesure qu’elles transitent ? (T) Autrement dit, si toute une…

R : Non, nous voulions dire la région du Sud-Ouest des États-Unis.

Q : (L) Et c’est imminent dans cette région du Sud-Ouest ? C’est bien ça ?

R : Imminent ?

Q : (L) Bon, c’est déjà en train de se produire, c’est ça ? (T) C’est en cours.

R : Oui.

Q : (L) Bon, qu’est-ce qu’on a demandé d’autre ? Les gens peuvent-ils y entrer et en sortir ?

R : Oui.

Q : (L) On peut en sortir ? (T) Comment te débrouilles-tu en conduite et en cuisine ?

R : Oui.

Q : (T) Vous avez dit que d’autres bases allaient connaître, ou connaissaient, le même phénomène.

R : Oui.

Q : (T) Y a-t-il d’autres bases qui connaissent, qui ont connu ce phénomène avant celle de Dulce ?

R : Oui.

Q : (T) Puisque des bases connaissent ce phénomène en divers endroits de la surface géographique de la planète, les effets se cumulent-ils ? (L) Ils ont dit que seul le Sud-Ouest des États-Unis… (T) Je sais, j’aborde la question sous un autre angle. Puisque ça arrive, est-ce que toute la planète sera au final absorbée ?

R : Non. Onde.

Q : (L) L’Onde absorbera toute la planète. (J) Ce sera un effet gruyère ? Avec de plus en plus de trous au fur et à mesure… (T) Le silence médiatique n’empêchera pas les gens d’en entendre parler. Comment le pouvoir va-t-il gérer tout ça ?

R : ?

Q : (L) Oui, comment ? C’est une bonne question. Le pouvoir en a déjà connaissance, car c’est déjà arrivé à d’autres endroits. Ce n’est pas la première fois. (J) C’est à ça que sert la désinformation.

(T) La désinformation est parfaite dans les zones reculées que personne ne peut atteindre, comme la Mongolie Extérieure, ou le cœur de la forêt brésilienne. Mais quand ça arrive en plein centre-ville d’Albuquerque ou de Las Vegas, ou au large de la Floride, et qu’on ne peut plus aller à Orlando ou à Miami, ça se remarque !

(J) Où se situent Miami ou Orlando sur l’échéancier, c’est ce que j’aimerais savoir ! (L) Jan vient de dire quelque chose d’intéressant qui soulève une bonne question. Si le temps est impliqué, est-il possible que lorsque quelque chose passe en 4e densité, que si l’on va dans cette région, on y arrive à un moment différent ? Et qu’on dirait… (T) Tel que nous percevons le temps…

R : Oui.

Q : (L) Très bonne question.

R : La 4e densité libère de l’illusion du « temps » tel que vous voulez le percevoir.

Q : (L) OK, si l’on est libéré de l’illusion du temps en allant en 4e densité, alors quand on va dans ces régions, est-ce qu’on perçoit une période et une séquence d’événements qu’on s’attend à percevoir ?

R : Tel que vous voulez le percevoir.

Q : (L) Donc, en d’autres termes, il peut y avoir des gens sur la planète qui à cause de la constance de la volonté, et de la perception en 3e densité, ne percevront aucun changement ? Est-ce exact ?

R : Non.

Q : (L) Donc, personne ne percevra aucun changement, ce sera différent. OK. (J) Ce qu’ils feront de ces informations, c’est une tout autre histoire… (T) Vous savez, ces régions deviendront les plus grandes attractions touristiques qu’on ait jamais vues ! Les gens s’y précipiteront… (L) Est-ce possible ?

R : Non.

Q : (T) Une attraction pour laquelle on achète son billet en ligne ! Quand ça se saura que les gens peuvent aller dans cette région du Nouveau-Mexique pour vivre la véritable étrangeté, ça attirera les foules.

R : Pas aussi simple… Imaginez-vous au volant d’une voiture, en train de rouler vers le Nouveau-Mexique, et « sauter » l’endroit pour arriver à la place à San Diego, ou… rouler vers l’épicerie à Santa Fe, et vous retrouver à Moscou à la place.

Q : (L) Autrement dit, cela va engendrer une situation où les gens, sur la planète, vont devenir totalement désorientés et bouleversés. (J) Oui, vous avez déjà essayé de faire vos courses à Moscou ? (T) Ils vont attirer un tas de monde quand ils découvriront ce qui se passe ! (L) Et être forcés à élargir leur perception et leur conscience à cause des événements anormaux !

R : Imaginez que vous êtes un agent de la NSA et tremblez face à cette perspective !

Q : (L) La NSA, l’Agence de Sécurité Nationale… Pourquoi tremblerait-on face à cette perspective… (SV)… d’être l’un d’eux ? Avec tous ces événements ?

R : Occultation.

Q : (J) Autrement dit, essayez de dissimuler ce qui se passe !

(T) Eh bien, ils n’arriveront pas à dissimuler ce qui se passe. C’est ce que j’en conclus. Et ce qui se passe va attirer les gens pour…

(L) Si une telle chose se produit, il est évident qu’ils vont devoir instituer une sorte de loi martiale afin de pouvoir la dissimuler ! Sinon, ils perdront tout !

(T) Ils vont devoir restreindre les déplacements…

(L) Eh bien, oui, nous on le sait, mais pas eux !

(T) Ils vont devoir à minima limiter tous les déplacements dans ces régions. Et pour faire ça, ils n’auront d’autre choix que de soit imposer la loi martiale, soit inventer une catastrophe pour éloigner les gens, comme « des barres de combustible irradiées ensevelies fuient et contaminent le Nouveau-Mexique, interdiction d’entrer ». Mais ils viennent de nous dire que ceux qui se trouvent à l’intérieur peuvent sortir. Alors comment vont-ils empêcher ceux qui sont à l’intérieur de sortir, surtout s’ils se retrouvent n’importe où dans le monde quand ils partent ?

(J) Les gens se mettront rapidement à parler de tous ces trucs…

(T) Les gens vont finir par tout découvrir, ils ne pourront pas le dissimuler…

(L) Ils vont tout découvrir de l’affaire. Ils les repéreront à chaque fois qu’ils en entendront un parler, mais évidemment, ce sera comme déplacer le seau de fuite en fuite… (T) D’un endroit à l’autre, et ce n’est pas le seul endroit où cela arrive ! (L)…. Et ça va fuiter de partout.

(L) Ils ont dit qu’ils allaient nous instruire. Demandons s’il y a d’autres informations importantes que nous devrions connaître au sujet de ces bases. (J) Y en a-t-il une dans le coin qui va basculer ? (T) Au large de la Floride, ils nous l’ont dit. Elle se trouve dans le Golfe. (L) Notre base au large va-t-elle basculer ? (T) Si celle du Nouveau-Mexique recouvre jusqu’à Las Vegas, jusque là-bas, elle va nous recouvrir. (L) Notre base va-t-elle…

R : Pas la même intensité.

Q : (J) Plus ou moins ? Quelle direction ?

R : Moins.

Q : (L) Y a-t-il… (T) Pourquoi l’intensité serait moindre ? Parce que la base est plus petite ? (L) Parce qu’elle est plus petite, ils nous ont dit qu’elle était plus petite. Ils ont dit « petite base près d’ici ». (T) Eh bien, ce n’est que celle proche d’ici. Qu’en est-il de celle qui se trouve dans le Triangle ? (L) Oui, on n’a pas demandé pour le Triangle !

R : Panhandle aussi.

Q : (L) Est-ce que ce sera moindre pour Panhandle, ou connaîtront-ils le même sort qu’à Dulce ?

R : À ce moment-là, l’Onde arrivera.

Q : (L) Y a-t-il autre chose que vous souhaitiez nous enseigner à ce stade, concernant ces bases et ce sujet ?

R : Suggérons le channeling direct pour ce sujet.

Q : (L) Eh bien, vous savez ce que nous pensons du channeling direct — il y a trop de filtrage personnel. Avec cette méthode, aucun d’entre nous ne sait rien…

R : À un moment, la foi doit entrer en jeu, si l’on ne veut pas rester à la traîne. Certains sujets sont trop complexes pour être abordés de façon appropriée via ce médium.

Q : (L) OK, nous garderons cette discussion sur les bases pour une séance de channeling direct. Le hic, avec le channeling direct, c’est que… Il y a plusieurs choses troublantes. Si on le fait pendant plusieurs semaines d’affilée, les transmissions commencent à prendre un ton pompeux. (SV) Demandons-leur. (L) Comment se fait-il qu’après plusieurs semaines de channeling direct, les séances commencent à prendre un ton pompeux, et les informations commencent à être faussées ? Pourquoi cela ?

R : Les perceptions sont un défi amusant.

Q : (L) C’est facile à dire pour vous, parce que, quand la réponse qui sort est que… (J) Tu n’es pas « perceptuellement défi-ciente ! »

R : C’est facile pour toi de dire bien des choses.

Q : (L) Eh bien, ce qu’il y a, c’est que, lorsque des informations absolument inexactes sont transmises, j’ai du mal à l’accepter.

R : Comment détermines-tu l’exactitude ?

Q : (L) Eh bien, dans ce cas précis, il m’a été dit qu’une lumière que j’avais vue dans le ciel était la planète Mars, or la planète Mars se trouvait tellement loin de cet emplacement que ça ne pouvait pas être ça. Je veux dire, la planète Mars était à cent-vingt degrés de Jupiter. Et pourtant, vous avez dit qu’elles étaient espacées de dix degrés ; que ce que j’avais vu à dix degrés de Jupiter était Mars. À moins que Mars ne parcoure cent-dix degrés à travers le ciel en une journée, alors cette information était erronée. Il n’y a pas à tortiller !

R : Faux !!!

Q : (L) Non, pas du tout !

R : Si !!!

Q : (L) Qu’est-ce qui est faux ? Que Mars n’a pas parcouru cent-dix degrés ? Parce que c’est exactement ce que vous avez dit : que c’était Mars. J’ai relu la transcription !

R : Tu étais dans un tumulte de 4e densité.

Q : (L) Eh bien, c’est bien joli tout ça ! Si je suis dans un tumulte de 4e densité, c’est une réponse facile pour… toute réponse qui semble contredire ce qui se passe. Je veux dire, vous voyez où je veux en venir ici ?

R : Oui. Mais tu fais tout de même erreur.

Q : (L) Pourquoi est-ce moi qui fais erreur ? Pourquoi ça ne pourrait pas être vous ?

R : Cela peut arriver, mais pas ici ! Rappelle-toi, tu t’es sentie bizarre lors de cette expérience. En plus, tu nous as demandé les informations, et nous devons te les présenter telles qu’elles sont.

Q : (L) Vous dites que je me suis sentie bizarre ou étrange ou pas comme d’habitude à cette occasion. Je ne me rappelle pas avoir dit que je m’étais sentie bizarre ou pas comme d’habitude. Êtes-vous en train d’essayer de me faire dire ce que je n’ai pas dit ?

R : Qui a dit ça ? C’est toi qui l’a dit.

Q : (L) OK, vous n’avez pas dit que j’avais dit ça. Vous avez dit que j’avais dit que je m’étais sentie bizarre ou pas comme d’habitude. Je ne me rappelle pas avoir dit ça. Je ne me rappelle pas m’être sentie bizarre ou pas comme d’habitude.

R : OK.

Q : (SV) Combien d’autres fois des informations inexactes ont-elles été données lors des séances de channeling direct ? (L) La majeure partie des autres informations sont invérifiables. (J) Combien sont invérifiables ? (L) Eh bien, c’est ce que je dis. Quand il y a un élément comme celui-là… (T) Eh bien, quand ils boucleront le Sud-Ouest, déclareront la loi martiale et interdiront à tout le monde d’entrer, alors on saura que c’était vrai. (J) Y a-t-il une base dans l’état « Montre-moi » ? Ils vont bien s’amuser ! (T) Y a-t-il une base près de Denver ?

R : Oui.

Q : (T) Réfléchissons à la carte du futur du continent de Scallion. Les « Cités de l’Illumination » qui se trouvent sur sa carte — il y en a une à Denver, une près d’Albuquerque, une près de Tallahassee… (L) Le channeling direct est atrocement barbant.

R : Nous ne l’avons suggéré que pour les questions complexes.

Q : (L) Je suppose qu’on peut l’endurer à petites doses. Permettez-moi de poser une question sur un rêve que j’ai fait l’autre nuit dans lequel je faisais un safari. On m’a alors apportée des informations et ensuite on aurait dit que quelque chose avait été expulsé de mon flanc. Or, il y a deux jours, j’étais dans la salle de bains, et j’ai remarqué une profonde plaie punctiforme dans cette zone qui était presque guérie. Pouvez-vous me dire ce que ça représentait, ou quel est le topo ici, ou ce qui s’est passé ?

R : Autre séance.

Q : (L) Alors bonne nuit.

R : Bonne nuit.

(L) Bon. J’ai une liste entière de question que nous n’avons pas posées. On n’a posé qu’une question de la liste. Je vais faire plus attention à ce que je choisis pour démarrer ! Je vais m’assurer de ne pas demander quelque chose bourré d’implications !

(SV) Comment sauras-tu si une question est bourrée ou non d’implications ? Bref, que vas-tu dire aux Konicov ?

(T) « N’allez pas à Albuquerque ! »

Fin de la séance
 

PERLOU

The Living Force
FOTCM Member
Merci à l'Equipe Française pour cette traduction...

Thanks to the French Team for this translation....
 
Top Bottom