Séance du 5 octobre 1996

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 5 October 1996

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
___________________________________________________________________________________________

Cette séance aborde le sujet de la programmation mentale, y compris celle de type Greenbaum. Après avoir commencé lentement par des questions personnelles, c’est devenu ensuite franchement intéressant. Je donnerai beaucoup plus de détails à ce sujet dans la version imprimée qui est en préparation.

Séance du 5 octobre 1996

Participants : «Frank», Laura, Terry, Tom M, Marcie, V

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Kournia.

Q : (L) Et d’où venez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Quelqu’un a-t-il des questions pour commencer ? Est-ce que ce sera une tribune libre puisqu’il n’y a pas de questions ?

R : C’est toujours une tribune libre.

Q : (L) Bon, vu que les questions ne se bousculent pas, je vais poser celle-là. J’ai parlé avec Ruggero Santilli, et d’après lui, les opportunités potentielles pour faire de la recherche aux États-Unis sont extrêmement limitées. J’aimerais savoir si c’est nécessairement…

R : Faux !

Q : (L) Super ! Je suis contente que ce soit faux ! Si c’est faux, pouvez-vous précisément nous dire en quoi, et comment voir la chose afin d’avoir une meilleure perspective ?

R : Il n’y a pas de limites, seulement des contrôles… La connaissance apporte les outils nécessaires pour avoir raison de ces contrôles. N’essaye pas de former les mots à mesure que tu écris, ma chère. «Suis le mouvement», tout simplement.

Q : (L) Eh bien, j’ai sacrément chaud ; ça fait longtemps que l’énergie n’a pas été aussi forte… (T) Petit être énergique, hein ?! (V) J’ai du mal à suivre… (L) Je sais, c’est rapide. Accrochez-vous les amis. (T) C’est ce qu’on essaye de faire ! (L) Pourquoi avons-nous…

R : Pas de méta. Les.

Q : (L) Pas de «méta», «les contrôles». (V) Oh, je vois, je me suis trompée… Merci. (L) L’énergie est vraiment bonne. J’aimerais demander…

R : Je te vois, tu me vois.

Q : (L) Qu’est-ce que ça veut dire ?

R : Ce que ça dit.

Q : (L) L’énergie est vraiment bonne. J’aime ça. OK, les gars, nous aimons l’énergie de ce soir. Dites-nous pourquoi l’énergie est aussi bonne ce soir.

R : Tom.

Q : (L) Et qu’y a-t-il avec Tom ?

R : Pas souvent là.

Q : (L) Autre chose à ce sujet ? Non. Très bien. Marcie a suivi un type particulier d’initiation ou d’harmonisation Reiki aujourd’hui, et j’aimerais savoir quel… Il s’est produit quelque chose durant les harmonisations. J’aimerais savoir ce que c’était et quelle était cette expérience qu’elle a vécue.

R : Elle devrait faire attention à ne pas «confondre vitesse et précipitation».

Q : (L) Et qu’est-ce que ça veut dire ?

R : En matière d’apprentissage, il ne faut pas brusquer les choses, et aller «lentement mais sûrement».

Q : (V) C’est correct ponctuellement, hein ? (L) Oui ! Donc, est-ce une sorte de mise en garde ? {V__ faisait référence à la ponctuation, pas à la ponctualité.}

R : Oui.

Q : (L) Pouvez-vous nous dire ce qui lui est arrivé ? Ou le définir ?

R : Bilocation de l’âme.

Q : (L) Donc, ce n’était pas vraiment un état, comme disent les Soufis ?

R : Non.

Q : (L) Et où son double est-il allé ?

R : Pas aisément explicable.

Q : (L) Était-ce dans une autre densité ou dimension ? Un univers parallèle ou un domaine spirituel ? (T) La base navale de Norfolk ? [Rires] La destination d’une bilocation ! (L) Cet événement lui a-t-il été bénéfique ?

R : Non. Elle a trop déchiré l’étoffe.

Q : (V) Sais-tu ce que ça veut dire ? (T) L’étoffe de cette dimension ? (L) Est-ce que Terry voit juste ? L’étoffe de cette dimension ?

R : Pas loin. Chaque âme a sa propre trame, maintenue en place grâce aux trois principaux corps d’existence [la goutte tournoie à plusieurs reprises]… le «centre de pensée, le centre spirituel et le centre physique». Des méthodes spécifiques permettent d’ajuster ces configurations et de voyager vers et hors d’autres plans d’existence. Lorsqu’on ne les applique pas correctement et que l’on cherche à voyager, on déchire l’étoffe de son continuum triangulaire. Cela peut s’avérer très problématique, et empêcher l’âme de rejoindre le corps, provoquant ainsi la mort du centre physique !!!

Q : (L) L’homme qui a donné cette initiation était-il conscient de ce qui se passait et de ce qu’il faisait ?

R : Uniquement de sensations inhabituelles.

Q : (L) Il a fait ça ? Tu l’as laissé te toucher ? (M) Oui. (L) Doux Jésus ! (M) Des sensations, c’est ce qu’il a dit. Il en avait conscience mais il ne savait pas ce que ça voulait dire. (T) Il l’a ressenti, mais il n’avait aucune idée de ce qui se passait. (M) Il a simplement senti que ça avait un rapport avec l’harmonisation. J’imagine, je veux dire, je ne sais pas ! (L) Cela avait-il quelque chose à voir avec l’harmonisation ?

R : Non. Cela avait à voir avec des expériences passées.

Q : (L) Pourquoi a-t-elle en quelque sorte vu une vie antérieure défiler ?

R : C’est exactement ça.

Q : (L) En d’autres termes, quand j’ai dit que quand elle s’est séparée de son corps, elle a pu voir une vie antérieure défiler, c’est comme si tu étais en train de mourir. (M) Mais, expérimentées par qui ? (L) Toi !

R : Toi.

Q : (L) Alors, que s’est-il passé qui a déclenché cela à ce moment-là ? À cet instant précis ? Qu’est-ce qui l’a déclenché ?

R : Stimulus du centre spirituel.

Q : (L) Et quel était ce stimulus ? Ce stimulus était-il...

R : L’«initiation».

Q : (L) C’est l’initiation qui a stimulé le centre spirituel. (M) Que voudraient-ils que je fasse ? (L) Ça, ils ne te le diront pas ! (M) Non ? (L) Tu dois te faire ta propre idée… (M) Quelle est la bonne façon de traverser ces… Si je déchire mon étoffe, comment ne pas la déchirer ? (L) En ralentissant ?

R : En arrêtant tant que ce n’est pas correctement guéri.

Q : (L) Tu dois être guérie. (M) Guérie de quoi ? (T) Guérie là où c’est déchiré ? (L) Eh bien, peut-être plus que cela…

R : Oui.

Q : (L) Très bien, guérie là où c’est déchiré. Combien de temps ça va prendre, approximativement ? (T) Jusqu’à ce que ça soit bon ! (L) Oh, arrête !

R : Ouvert.

Q : (M) Est-ce que ce rayon, ce portail, peut s’en charger… (V) Pouvez-vous suggérer une façon de guérir ces déchirures ? Y a-t-il… (L) Attends un peu, attends une minute… (V) Désolée !

R : C’est un processus naturel.

Q : (L) Marcie veut savoir si le portail qui se trouve chez elle pourrait l’aider à guérir ça…

R : Non.

Q : (T) Le portail que tu as chez toi ? (M) Je l’ai dans mon aura, on l’a vu sur pellicule. (L) Peut-être fait-il partie de la déchirure ? (M) Je ne sais pas… (TM) Étudie son emplacement… (M) Il est sûrement énorme, et il est sûrement…

R : Non.

Q : (L) Non, il ne fait pas partie de la déchirure. (T) Est-ce que tout le monde a un portail dans sa maison ?

R : Non.

Q : (L) Elle l’a en photo. Surprenant. Tu n’as pas vu ces photos. Elles t’épateront. (T) J’attends toujours de voir la photo de la planche. (L) Je l’ai envoyée à Ark. (T) Rhaaaaaaa, je ne la verrai jamais ! (L) Non, non, non… Cherie en a un double. Elle va nous faire un agrandissement. (M) Et qu’est-ce que je suis censée faire avec ça ? Le portail peut-il aider d’une quelconque manière ? Ce truc dans l’aura me sera-t-il utile ? Je veux dire, à quoi sert-il, au fond ?

R : Il peut t’aider à être possédée.

Q : (M) Eh bien, voilà qui est merveilleux !!! Comment s’est-il retrouvé là ? (TM) Quelqu’un a-t-il fait quelque chose de mal là-bas ? (M) Au sommet de ma tête ? (TM) Attends une minute, c’est dans ton aura ? (M) Oui, il est au sommet de ma tête ; il descend tout droit. (TM) Ohhh !

R : Non, il ne fait pas partie de toi.

Q : (M) OK, donc, en quelque sorte, il aime traîner dans mon aura ! Il aime être photographié dans mon aura. Il aime être là, on ne sait pas ce que c’est. (T) Peut-être qu’il saute dans ton aura parce qu’il est photogénique ! (V) Est-ce qu’un détachement d’esprit pourrait régler ça ? (L) Non. Un quelconque conseil personnel pour elle, à ce stade ?

R : Fusionne les cours en un triple groupe d’études.

Q : (L) Qu’est-ce qu’un triple groupe d’études ?

R : L’étude combinée de trois sujets.

Q : (L) Très bien, combine l’étude de trois sujets au lieu de les étudier séparément. Quels sont les sujets que tu enseignes ? (M) La guérison, les rayons d’initiation et les auras. (L) Eh bien, je suppose qu’ils te disent de les enseigner ensemble ! Associe-les au lieu de les enseigner séparément. (M) J’associe déjà la guérison et les auras, le seul cours à part, c’est celui sur les rayons d’initiation. Ça ne s’intègre pas dedans ! (L) Eh bien, regarde si tu peux trouver un moyen de le faire, du style, une heure sur ce sujet et puis on passe à un autre. Comme une classe à deux niveaux. Et maintenant, on passe à ça et on va le traiter d’un seul tenant, comme ça, ça fait deux heures de cours. Parfait, autre chose pour elle ? (T) Et si on demandait d’où est venu ce portail ? (L) Oui, quelle était sa source ? Celui qui se trouve dans sa maison.

R : Plus d’une.

Q : (L) D’accord : il y a plusieurs sources. Il s’agit donc d’une combinaison de facteurs. Est-ce lié à l’histoire du site ? À sa position spatiotemporelle ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce lié aux activités métaphysiques pratiquées dans la maison ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce lié à M__ elle-même ? À ses états mentaux ?

R : Autres occupants. Pas seulement elle.

Q : (M) Veulent-ils parler des vivants ou des morts ?

R : Les deux.

Q : (M) C’est ce que je pensais. (V) Comment peut-on s’en débarrasser ? (L) Quelle serait la meilleure technique pour qu’elle puisse arrêter ça et commencer à guérir, se mettre sur les rails afin de ne pas subir... Doux Jésus, imagine-toi si ça se reproduit et que tu y restes ? Que tu ne puisses pas t’en remettre ?

R : Modifications du style de vie.

Q : (L) Des modifications du style de vie… et quoi plus précisément ? Pouvez-vous lister plusieurs…

R : Non.

Q : (M) Zut ! (L) Tu dois le savoir ! Tu les connais ! (M) Peux-tu leur demander… (L) Réfléchis-y, chérie. (TM) Plus tu refuseras de l’admettre, pire ce sera.

R : Nous aimerions avoir l’opportunité de discuter d’autres questions lors de cette séance, en dehors des problèmes personnels, car cela draine l’énergie du canal. Mais nous accepterons des questions limitées pour ceux qui sont particulièrement dans le besoin.

Q : (L) Je voudrais en finir avec elle. Puis-je poser encore une ou deux questions, des rapides, pour Marcie ?

R : Une seule, s’il te plaît.

Q : (L) Ma question est la suivante : elle est dans une situation où ses choix sont quelque peu limités. Il semble que différents types de sources cherchent à…

R : L’entrave est illusion.

Q : (L) Je sais, mais là où je veux en venir avec ma question… oui, des illusions lui sont balancées. Mais il me semble qu’une personne autant attaquée…

R : Les finances se régleront d’elles-mêmes, miracle.

Q : (TM) J’ai une question. Que s’est-il passé dans ma voiture... (L) Non ! (TM) Je veux juste une réponse par oui ou par non ! (L) OK, d’accord. (TM) Ai-je été abducté dans ma voiture comme Laura l’a suggéré ?

R : Peut-être.

Q : (TM) Merci, c’est tout ce que je voulais savoir. (L) Eh bien, tu aurais dû formuler ta question différemment ! J’ai cru que tu voulais poser une question de mécanique ! [Rires] On l’a déjà fait ! Je l’ai fait ! Vous vous souvenez quand on les a questionnés au sujet de la camionnette de LM, et qu’il a voulu polémiquer avec eux, mais le lendemain, il a découvert que c’était absolument exact ? Il a polémiqué avec eux ! Ils ont diagnostiqué le problème avec sa camionnette, et il s’est chamaillé avec eux : «Ils n’y connaissent rien en mécanique !» Il trépignait et tout ça. Le lendemain, le type de l’autre côté de la rue est venu jeter un œil et a dit exactement la même chose qu’eux ! Il y avait juste besoin d’une petite rustine. [Rires] Y a-t-il cru ? Non ! Aucune importance pour lui ! Bon, j’ai une question. J’ai parlé à Chloé l’autre jour et je lui ai raconté ce qu’on a reçu l’autre soir, que {son mari récemment décédé} était en sommeil, et elle voulait dire qu’elle n’arrivait pas à y croire car beaucoup de personnes ont eu des visites, des visions et des rêves, etc., de lui en train de déambuler et d’accomplir de bonnes actions dans l’autre monde. Commentaires, s’il vous plaît.

R : Faux.

Q : (L) C’est faux. Alors, pourquoi toutes ces personnes disent voir Tommy ou avoir ces expériences oniriques, visuelles, ou autre, avec lui, et que voient-elles ?

R : Pour faire court, avoir des opinions exagérées sur ses capacités manifeste une fausse réalité.

Q : (L) Donc, toutes ces personnes qui pensent être médiums ont une telle opinion de leurs capacités qu’elles l’appellent pour lui dire : «Je l’ai vu, il m’a parlé… il est venu me voir en rêve…» (M) Qui est Tommy ? (L) Le mari de mon amie qui vient de mourir. (V) Il est toujours en sommeil ?

R : Les émotions dirigent les événements.

Q : (T) Peut-être lui disent-elles aussi ce qu’elle veut entendre ?

R : Oui.

Q : (L) Alors, je pense que je ne devrais rien dire d’autre. J’ai essayé de lui dire d’une manière plus réconfortante mais je suppose qu’elle…

R : Elle est sous un «nuage» émotionnel.

Q : (L) OK, nous avons tous soutenu Marcie émotionnellement. Nous l’aimons tous, et nous la considérons tous comme une personne importante qui se trouve attaquée de toutes parts. Nous sommes tous là, tout le temps, pour t’aider quand tu en as besoin. Donc, tu as reçu des conseils, on t’a promis un miracle, ça pourrait avoir un rapport avec la conversation téléphonique que j’ai eue l’autre jour… (M) Oui, c’était bizarre ! (L) Maintenant, poursuivons ! (T) Vouliez-vous parler de quelque chose ce soir ? Vous avez dit qu’il y avait d’autres questions que vous vouliez aborder.

R : Une minute… V__, ma chère, ta retraite sera extrêmement inspirante et positive !!! Très amusante, aussi.

Q : (V) Youpi ! Sans que ça devienne personnel ni vouloir entrer dans les explications, ce que j’ai vécu la nuit dernière après m’être endormie, est-ce que c’était un souvenir de vie antérieure ?

R : Non.

Q : (V) Sans entrer dans les détails, pouvez-vous me dire ce que c’était ?

R : Errance du subconscient.

Q : (V) Mon Dieu ! (L) Eh bien, dans les errances de son subconscient, a-t-elle capté quelque chose dans l’atmosphère — des pensées, des peurs ? (V) Je n’arrive pas à croire que ça vienne de moi !

R : Non. Cycle.

Q : (L) Pouvez-vous lui en dire plus ? Ça l’a beaucoup ébranlée… Vous pouvez sonder mon esprit si vous voulez. Ou le sien, ou celui de n’importe qui.

R : Non.

Q : (L) Faut-il s’inquiéter du fait que ça ait un caractère prophétique ?

R : Non. Pourquoi parles-tu de prophétie ?

Q : (L) Eh bien, elle était inquiète qu’il s’agisse de quelque chose qui pourrait se produire… (V) Non, ce n’est pas ce qui m’inquiète… C’est que ça me dégoûte, et ça serait plus facile à gérer pour moi si c’était une sorte de souvenir de vie antérieure que quelque chose qui vient de ma psyché. Parce que ça me dégoûte.

R : Le dégoût manifesté dans les errances oniriques provient toujours de situations refoulées.

Q : (L) Ohhh, je vois ! Était-ce quelque chose dans l’air qui… (V) C’est-à-dire quelque chose de refoulé dans ma relation avec cette personne ?

R : Peut-être.

Q : (L) Souhaites-tu laisser tomber ce sujet ? [Sursaut énergétique de la planchette : brusque mouvement rapide.] Il y a deux semaines, vous nous avez mis en garde au sujet des trajets d’Ark et d’une éventuelle surveillance alien. Son intention d’être pleinement alerte et conscient et de ne pas voyager de nuit va-t-elle l’aider face à cette situation particulière ? Cet avertissement ?

R : Peut-être.

Q : (L) Il est maintenant d’avis que sa conscience de l’état d’esprit de [son ex], de son éventuel désir de discréditer sa position à l’université, que le fait d’avoir cette conscience déjouera ou court-circuitera cela. Y a-t-il un fort pourcentage que cela arrive quand même, malgré cette conscience ?

R : ? Sa conscience n’est pas encore objective.

Q : (L) Donc, sa conscience n’est pas encore totale. Il n’a pas pleinement conscience de l’ampleur de la noirceur et de la perversité des manœuvres des aliens quand ils se mettent à œuvrer au travers des gens ? C’est ça ?

R : C’est machinal, chérie.

Q : (L) Quoi ? «C’est machinal, chérie» ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Est-ce que quelqu’un comprend ?

R : Ce que fait Ark, mais c’est le premier pas vers l’apprentissage.

Q : (L) Qu’est-ce que ça veut dire ? Je ne comprends pas vraiment. Je suis bouchée là. (T) On lui a dit ce qui se passait, donc oui, il te dit machinalement qu’il comprend… (M) Il doit vivre ça jusqu’au bout avant de comprendre… (T)… mais pour ça, ça doit vraiment arriver… (L) Est-ce que c’est ça ? Est-ce que Terry a compris ? Que ça doit vraiment arriver…

R : Pas loin.

Q : (V) A-t-il été emmené, comme Marcie et moi ? (L) Qui diable peut savoir ?

R : Non. Pas totalement.

Q : (V) Marcie et moi sommes les grandes chanceuses ! (T) Quelle chance ! (V) Ouais, génial ! C’était sarcastique ! J’espère que vous avez compris ! (T) Non, je n’avais pas pigé, ah ah ! (L) En ce qui concerne cette interaction avec Roger Santilli, y a-t-il une piste fructueuse à suivre qui l’aiderait dans son travail et son…

R : Laisser les événements se dérouler.

Q : (L) Ça donne l’impression qu’il va se passer quelque chose. (T) Laisse-le faire comme il l’entend. (L) Je parlais de notre implication… (T) Nous n’avons pas à intervenir… (L) Bon, très bien, OK…

R : Tout comme nous.

Q : (V) Quoi ? Qu’est-ce que ça veut dire ? (L) Eux aussi parlaient de notre implication avec lui… (V) C’est comme de prendre des notes en cours, tu sais ! Ça m’exerce ! Je vais être prête pour l’université ! (T) Faut-il qu’on te l’épelle ? [Éclats de rire !] (V) Mon petit doigt s’envole parfois, Terry, je te préviens !

R : Programmation mentale.

Q : (L) Quoi, «programmation mentale» ? (T) Comme Fox et NBC ? Vous savez, «vous devez regarder la TV» ! (V) C’est de l’humour, les gars ! (L) La programmation mentale… (T) D’accord, c’est quoi le truc au sujet de la programmation mentale ? (V) En référence à quoi ?

R : Nous voulions juste mettre ça sur la table.

Q : (L) Eh bien, vous venez visiblement de le faire ! Je suppose qu’ils veulent que nous en parlions ! (T) Programmation mentale ! Comme programmer son esprit.

R : Tom M en a très récemment fait l’objet.

Q : (L) Et qui était à l’origine de cette programmation mentale ?

R : Les membres d’une secte.

Q : (T) Quelle forme cette programmation a-t-elle prise ?

R : Négative.

Q : (V à TM) Le savais-tu ? (T) En dehors du fait d’être négative ou positive, sous quelle forme lui a-t-elle été administrée ?

R : Hypnotique.

Q : (T) Était-il éveillé, ou endormi ?

R : Les deux.

Q : (T) Non, non. Avant les hypnotiques, est-ce qu’il était éveillé ?

R : Oui.

Q : (L) S’agissait-il d’un déclencheur préhypnotique ?

R : Non.

Q : (L) S’agissait-il d’hypnose à distance ?

R : Non.

Q : (T) Comment lui a-t-elle été transmise ?

R : Lumières, feux, mantras.

Q : (V) Étais-tu au courant de ça ? (L) Depuis combien de temps traînes-tu avec ces gens de l’église métaphysique, du coven ? (TM) Je n’ai vu personne depuis belle lurette. (L) Qu’entends-tu par «belle lurette», un ou deux ans ? (TM) Oui. (L) Bon, c’est encore récent… (T) Des lumières, des mantras et quoi ? (V) [Lit] «Lumières, feux, mantras.» (T) OK, merci.

R : Oui.

Q : (T) Il était avec eux ? (L) Oh oui, il était…

R : Oui.

Q : (L) C’est là où nous… (T) Je voulais juste m’assurer que ce n’était pas un truc fait à distance… qu’ils n’avaient pas effectué cette programmation à distance et… (TM) Oui, et qu’ils n’ont plus le grappin sur moi. (L) Bonne question. Cette programmation est-elle toujours active ?

R : Pas loin, pourtant.

Q : (L) Comment ça : «pas loin, pourtant» ?

R : Presque.

Q : (T)… que ça n’a pas été effectué à distance, qu’il n’était pas physiquement avec eux, comme ici, mais qu’il se trouvait à proximité quand ils ont fait ça… (L) Oh, il était proche… (T) Il était proche d’eux ? (L) Exact. (T) Mais il n’était pas…

R : Non.

Q : (T) D’accord, donc ils ne répondaient pas à ce que je disais. (L) Donc, ils ont allumé des lumières et des feux et chanté des mantras, et il n’était pas là ?

R : La réponse concernait le «grappin».

Q : (L) Est-ce que certains des choix qu’il a faits au cours des deux dernières années découlent de cette programmation ?

R : Peut-être.

Q : (L) Je suppose qu’on ferait bien de lui faire lire l’Exposé Greenbaum ; tout le monde ici l’a lu, n’est-ce pas ? (M) C’est de là que viennent tous les incidents ? (T à TM) Tu n’as pas encore lu l’Exposé Greenbaum ? (TM) Je ne pense pas ! (T) Eh bien… (V) C’est très instructif, tu peux me croire ! (T) Au moins, il y a quelqu’un qui est emballé ! (T à L) Imprime-le et donne-le lui. (TM) J’aimerais savoir : mon mariage découle-t-il de cette programmation ?

R : Oui.

Q : (L) Mon mariage résulte-t-il d’une programmation de ce genre ?

R : Non.

Q : (L) Et celui de M__ ?

R : Oui.

Q : (V) Et le mien ?

R : Non.

Q : (T) Et moi ?

R : Non.

Q : (T) Et Frank ?

R : Non.

Q : (L) Frank ne s’est jamais marié ! (T) C’était juste pour que personne ne se sente sur la touche ! (M) Ce programme Greenbaum, était-ce à cause de mon père ?

R : Oui.

Q : (M) C’est bien ce que je pensais ! (L) Rappelez-vous, le père de Tom M était aussi dans l’armée ! (M) Vingt ans ! [Faisant référence à son père à elle qui faisait partie des forces spéciales de la Marine] (T) Tant que j’y suis… (TM) Mon père a-t-il subi cela ?

R : Tu as été «greenbaumisée». {Adressé à Marcie. C’était effroyablement vrai. Voir le chapitre de L’Onde intitulé «le sentier des alligators» pour un résumé de l’affaire.}

Q : (T) Margaret, l’amie de Jan a-t-elle été greenbaumisée ?

R : Oui.

Q : (T) Elle en a tous les signes… (L) TM a-t-il été greenbaumisé ?

R : Non.

Q : (V) Et Violette ?

R : Non.

Q : (L) Et Frank ?

R : Non.

Q : (L) Laura ?

R : Non.

Q : (L) Terry ?

R : Non.

Q : (T) Jan ?

R : Non.

Q : (M) Je suis donc la seule ici à avoir été greenbaumisée ? (TM) Donc, tu as été mentalement programmée mais ce n’était pas du Greenbaum ? (L) Je ne savais pas que j’avais subi une programmation mentale… (TM) Ils ont dit que peut-être…

R : Laura a fait l’objet d’une programmation plus poussée.

Q : (V) Ça ouvre un nouveau sac de nœuds. (L) Que voulez-vous dire par là, au juste ?

R : Pas maintenant.

Q : (T) Peut-être veulent-ils poursuivre avec… (L) Non, ils me l’ont déjà dit ; ils ne me diront rien. (M) Tu as été greenbaumisée ? (L) Non. Pouvez-vous au moins me dire qui m’a programmée ? Est-ce que je peux savoir ?

R : Consortium.

Q : (L) Est-il possible que j’aie aujourd’hui, dans une certaine mesure, surmonté cette influence ?

R : Non. Programmation partielle, puis interrompue, laissant des fragments de programmes d’activation qui se sont affaiblis.

Q : (L) Pourquoi a-t-elle été interrompue ?

R : Parce que des forces SDA sont intervenues.

Q : (L) Et quand était-ce ?

R : Milieu des «années cinquante».

Q : (L) J’avais donc trois ou quatre ans. (T) Je pense que nous devrions revenir à ce dont nous parlions avec TM, puisqu’ils ont abordé le sujet. (TM) Est-ce que je reçois encore des instructions de ce programme ? Continuent-ils à me programmer ?

R : Enfoui dans la perspective d’activations ultérieures.

Q : (L) Peut-il faire quelque chose pour désactiver ces programmes ?

R : Cela demanderait un travail de fond sous hypnose. Prends garde aux tensions de nature particulièrement intime.

Q : (L) Voulez-vous parler d’activités sexuelles qui pourraient être des déclencheurs, ou y être liées ?

R : En partie.

Q : (T) Liées au travail. Différentes sortes de tensions. N’importe quoi pourrait être un déclencheur… (L) Mais ils ont dit de nature particulièrement intime… (T) Euh, oui… (V) Comme la famille ? (T) Le travail, le boulot, c’est très intime… (L) Non. Particulièrement intime, c’est physique, tu sais, émotionnel… (TM) La famille… (T) Ton boulot est financier, la sécurité financière. (L) Oui, c’est vrai. (V) Ta famille va-t-elle te stresser ? (TM) Du stress, et je n’ai pas réussi à garder un emploi depuis. (V) Tu vis avec ta famille ? (TM) Plus maintenant ! (L) D’autres indices pour lui ? (T) Qu’est-ce qu’ils ont… quel est le contenu de la programmation qu’a subie TM ? Que lui a-t-on dit de faire, ou quel était l’objectif de cette manipulation mentale ? (L) Quelles étaient les instructions ?

R : Découvrez.

Q : (T) Est-ce que TM pourra le découvrir ? Dispose-t-il d’assez d’informations pour ça ?

R : Pas par lui-même.

Q : (L) Sa femme et son bébé font-ils partie du «grappin» ?

R : Oui.

Q : (TM) Ce «grappin» est-il d’ordre physique, émotionnel, spirituel, ou tout ça à la fois ?

R : Tout ça.

Q : (TM) Y a-t-il un emplacement physique où ces trois aspects sont impactés tous ensemble, au même endroit ?

R : Tu étais particulièrement vulnérable à l’époque, et souviens-toi, ce groupe-là en particulier a une capacité quasiment surnaturelle à approcher ceux qui exercent une responsabilité parentale et dont le passé est trouble. {Après cette réponse, un coup de téléphone avait interrompu la séance ; il s’agissait d’Andrea, la femme de TM.}

Q : (L) Est-elle greenbaumisée ?

R : Oui.

Q : (TM) Où a-t-elle été programmée ? (L) Ne pose même pas cette question avant d’avoir lu l’Exposé Greenbaum. (TM) D’accord, laissez tomber. (L) Tu sauras tout ça en le lisant. (V) A-t-elle été contrainte à passer cet appel ? (L) Elle a reçu l’impulsion de le faire. (TM) Oh, j’y suis, son père était dans la Marine… (L) Comme c’est surprenant !!!

R : Oui. Et celui de V__ aussi, mais son grade n’était heureusement pas assez élevé.

Q : (L) Si rien n’est entrepris pour y mettre fin ou l’interrompre, l’influence ou la dynamique d’une programmation Greenbaum dure-t-elle toute la vie ?

R : Oui.

Q : (L) Programmation mentale… Où allons-nous aller avec ça, les gars ? Oh, OK, allons-y. Quels sont les programmes ? Les principaux programmes ?

R : Devons nous taire.

Q : (L) Marcie veut connaître l’étendue de sa programmation Greenbaum. Elle était grande ?

R : Oui, comme celle de ton mari !

Q : (M) Tout simplement merveilleux !!! Cette soirée est pleine de bonnes nouvelles ! (V) Je sais ce que tu ressens : j’ai été à ta place, un soir, et j’ai appris une tonne de mauvaises nouvelles ! (F) Pourtant, ce ne sont pas vraiment de mauvaises nouvelles, car il est bon de savoir… (V) Ça te protège, de savoir. Mais ça ne fait pas plaisir à entendre. (TM) Eh bien, la prochaine fois que tu fais quelque chose sans savoir pourquoi, qui paraît complètement stupide, pense à… (L) À chaque fois, demande-toi pourquoi je fais ça. Est-ce vraiment moi, ou est-ce que je suis... (M) Existe-t-il un remède ? Peut-on faire quelque chose ? Pour TM, nous le savons déjà, c’est l’hypnose. (T) C’est le cas pour tout le monde, j’en ai peur. (L) Je le crains, oui. Relis l’Exposé Greenbaum.

R : Le premier pas, c’est de prendre conscience.

Q : (TM) Cette greenbaumisation sera-t-elle transmise à mon fils ?

R : Non.

Q : (T) C’est un processus ; ce n’est pas héréditaire. (L) Je vais poser une question. Ne te mets pas dans tous tes états. Est-ce son fils ?

R : Non.

Q : (TM) Là, je ne suis pas sûr de comprendre. (L) Et puisque tu… je veux dire, j’ai eu l’impression que, hmmm… était-ce une grossesse manipulée par les aliens ?

R : Non.

Q : (L) Quelle est la révélation par rapport à cette réponse ?

R : Aucune révélation.

Q : (TM) A-t-elle couché avec un autre ?

R : Quand ?

Q : (TM) À l’époque où elle est tombée enceinte ?

R : Non.

Q : (TM) Et avant qu’on se marie ?

R : Oui.

Q : (V) Je ne comprends rien du tout… (L) Si ce n’est pas son fils, alors de qui est-il ? (V) Et si elle ne couchait avec personne d’autre quand elle est tombée enceinte, alors…

R : Pas ce que nous voulions dire.

Q : (L) Que vouliez-vous dire ?

R : Son fils n’est pas un activateur de programme.

Q : (L) Mais quand vous avez dit que ce n’était pas son fils…

R : Pas un déclencheur.

Q : (L) C’est ce que vous vouliez dire, donc, vous ne… son fils n’est pas un activateur de programme. (V) Il est donc de sa chair et de son sang… (M) Oh, c’est bien son fils. (TM) D’accord, donc il est de ma chair et mon sang, mais n’est pas un activateur de programme.

R : C’est ça.

Q : (T) Andrea [la femme de TM] est le déclencheur ; l’un d’eux. (L) Eh bien, TM se trouve… nous sommes tous… Je veux dire… Mon Dieu ! Qu’est-ce qu’on peut faire, quand on se fiche dans le pétrin à cause des programmes ? S’en extirper tout seul, au prix fort et dans la douleur ? Pour l’avoir déjà fait, je sais à quel point ça fait mal…

R : Dans certains cas, si le travail nécessaire est fait, il n’y a pas besoin de s’en extirper.

Q : (L) Si les deux conjoints sont greenbaumisés, peuvent-ils être programmés pour s’entre-tuer ?

R : Ça peut arriver, mais pas toujours.

Q : (TM) Ou n’importe quelle paire de personnes qui ont reçu cette programmation ?

R : La programmation vise principalement à induire des comportements erratiques, dans le but «d’effrayer» la population pour qu’elle accueille — et exige, même — un régime totalitaire.

Q : (L) Donc le but de cette programmation est de… autrement dit, quand les gens se comportent de façon erratique…

R : Pense à ceux qui, après s’être inexplicablement introduits dans divers lieux publics ou privés, ont abattu un tas de gens… Figure-toi que tu as déjà «rencontré» ce genre de sujets Greenbaum…

Q : (L) Juste un mot. Si c’est bien comme nous l’avons décrit, eh bien, ce que je dis, c’est que… est-ce que cette programmation Greenbaum est dans la ligne de ce que je viens de décrire, en partie ; en partie, je ne pense pas que ce soit la totalité…

R : En partie.

Q : (L) Est-ce que des déclencheurs sont mis en place pour être activés à une date ultérieure, afin de générer un chaos global au sein de la société ?

R : Mieux vaut le découvrir par toi-même.

Q : (L) Eh bien, voilà encore une information trop dangereuse pour être révélée aujourd’hui… (V) La personne que j’ai rencontrée la semaine dernière, [Nom effacé], est-ce qu’elle était greenbaumisée ? Ce type a-t-il été greenbaumisé ? (L) Il était bizarre, hein ?

R : Et maintenant, un peu d’histoire… Comme vous le savez, la CIA, la NSA et autres agences sont les rejetons de la Gestapo nazie… et des SS, qui étaient une expérience influencée par les Antaréens — lesquels œuvraient pour réintroduire un jour les Nephilims sur la Terre de 3e et/ou de 4e densité. Et c’est l’ordre de Thulé — dont la marionnette, Adolf Hitler, allait devenir le chef de file de tous les individus jamais programmés mentalement — qui a initié le contact avec les «Antaréens». Plus récemment, vous avez vu : Oswald, Ruby, Demorenschildt, Sirhan Sirhan, James Earl Ray, Arthur Bremer, Farakhan, Menendez, Bundy, Ramirez, Dahmer, etc. – tous de moindre envergure… pour l’instant.

Q : (L) Y a-t-il quelqu’un en particulier qui soit aujourd’hui programmé pour prendre une position plus importante au niveau de ce…

R : Plus tard… vous devez savoir qu’Oswald a été programmé pour être le «bouc émissaire». Pour que ses déclarations se contredisent. Demorenschildt était à la fois programmeur et programmé. Ruby a été programmé sous hypnose pour tuer Oswald dès qu’il entendrait un signal auditif, un klaxon de voiture.

Q : (L) On aimerait savoir s’il existe une manière ou un moyen qui permettrait de distinguer ou de discerner, grâce à certains indices, la victime d’une programmation Greenbaum ou de ce genre de programmation mentale ?

R : Pas avant qu’il ne soit trop tard.

Q : (L) Sue V a-t-elle été greenbaumisée ?

R : Oui.

Q : (T) Ça, on l’avait déjà un peu deviné… (L) Oui, je ne fais que vérifier… (T) JW est-il greenbaumisé ?

R : Oui.

Q : (T) Et il se balade avec des armes ! Même si je ne suis pas sûr qu’il sache comment mettre des cartouches ! (L) Et MF ?

R : Non.

Q : (L) SH ?

R : Non.

Q : (L) Quelqu’un d’autre a-t-il des suspects éventuels ? (T) EB ?

R : Là, tu abordes un tout autre sujet, mon ami. Au moins sa femme ignore tout.

Q : (L) Sur quoi avons-nous mis le doigt avec EB ? Est-ce un programmeur ?

R : Découvrez.

Q : (T) Je crois que je ne préférerais pas ! (L) Y a-t-il quoi que ce soit que vous aimeriez ajouter à ce sujet pour notre édification avant que nous en restions là pour ce soir ? (V) J’aimerais savoir si des présidents ont été greenbaumisés ? (L) Bon, on sait que certains l’ont probablement été !

R : Oui.

Q : (T) À combien en est-on maintenant ? Clinton, c’est le combientième ? (TM) 42.

R : Souvenez-vous, «Greenbaum» est loin d’être la seule méthode.

Q : (L) OK, d’autres… (T) Ça veut dire quoi ? (V) Il y a des gens qui sont enlevés et abductés… (L) Il se passe toutes sortes de trucs. (M) [Nom effacé] doit-il bientôt être activé ? (L) Non, ils t’ont dit que la conscience constitue le premier pas pour annuler ça ! Concentre-toi là-dessus ! Tu es consciente ! Combien de personnes le sont ?

R : C’est un véritable pot-pourri.

Q : (L) Autre chose pour ce soir ?

R : Il y a beaucoup beaucoup beaucoup plus à dire à propos de tout ceci, mais si vous souhaitez arrêter maintenant, c’est votre choix et nous poursuivrons plus tard. Mais il serait utile que vous commenciez cette séance par des sujets qui ne sont pas de nature personnelle !

Q : (L) Pouvons-nous prévoir de reprendre ce sujet la semaine prochaine ?

R : Oui.

Q : (L) Serait-il préférable que tous ceux qui sont présents aujourd’hui soient là pour la suite ?

R : Bien sûr !

Q : (L) Bon, alors à moins que vous n’ayez autre chose de très important à dire avant que nous fermions boutique…

R : La femme de Tom va vigoureusement contester.

Q : (L) Quoi d’autre ?

R : Résister.

Q : (L) Autre chose ? Pour quelqu’un d’autre ? Non ? Je suis prête à dire au revoir.

R : Au revoir.

Fin de la séance
 
Last edited:
Top Bottom