Séance du 6 juin 1995

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 6 June 1995

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

Séance du 6 juin 1995 :

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour.

R : Stop.

Q : (L) Qu’est-ce que ça veut dire ? (F) Ne me le demande pas ! (L) Bonjour !

R : Bonjour. Azoref de Cassiopaea.

Q : (L) Qui a dit stop ?

R : Parasites.

Q : (L) Il y avait de la friture sur la ligne ?

R : Oui.

Q : (L) Quelle était la source de cette interférence ?

R : Pas important, des parasites sont toujours présents dans une certaine mesure.

Q : (L) J’ai quelques questions rapides.

R : OK.

Q : (L) Avec qui communiquions-nous samedi soir ?

R : Cassiopée.

Q : (L) La séance de samedi soir était-elle corrompue en quoi que ce soit ?

R : Peut-être.

Q : (L) Hum, « peut-être » n’est pas la réponse que j’attendais. J’ai vraiment été froissée par l’atmosphère qui s’en est dégagée. Nous avions des invités, et c’était important…

R : Si corruption il y a eu, elle venait du troisième niveau.

Q : (L) Pouvez-vous uniquement identifier la corruption qui vient de votre niveau ?

R : Non.

Q : (L) Y avait-il un élément de… Je ne veux pas vous orienter… mon impression était que le groupe était sous tension. Est-ce exact ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Jan était mécontente à cause des invités.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Pas prévenue à l’avance.

Q : (L) Eh bien, je m’attendais à ce que Jan et Terry arrivent suffisamment tôt pour le leur dire et leur faire la surprise, mais ils sont arrivés tard ; donc je me suis dit que cela pourrait se passer comme ça.

R : Jan pense que tu devrais la tenir « au courant ».

Q : (L) Eh bien, pour l’essentiel, c’est ce que j’ai toujours fait, mais en même temps, un tas de choses se produisent spontanément. S’il n’y avait pas eu la distance, je l’aurais probablement plus tenue « au courant » comme vous dites. Et en outre, je suis une grande fille. Je n’ai pas besoin d’une autre mère. Frank et moi faisons cela, plus ou moins grâce à notre propre persévérance, depuis maintenant près de quatre ans. Et je ne vois pas l’utilité de changer une affaire qui marche !

R : Pas besoin d’explications, avons seulement répondu à ta question.

Q : (L) Eh bien, ça m’a fait un peu bizarre d’être accusée par Jan de « frimer » devant nos invités, et ensuite, le canal a reflété la même attitude. C’est quoi le topo ici ?

R : S’il y a un fort parti pris chez n’importe quel(s) membre(s) du niveau trois participant au canal, les messages peuvent s’en trouver altérés à la réception.

Q : (L) Eh bien, alors ça doit être ce qu’éprouve Jan. Mais, ce qu’elle ne réalise pas, c’est qu’il était important pour moi que nous apparaissions tous sous notre meilleur jour, et que ce que nous faisons ait l’air intelligent et professionnel. Je veux dire que ce n’est pas moi qui ai demandé à être choisie pour la série du Times. Mais en même temps, j’ai certainement donné de ma personne et travaillé très dur pendant très longtemps. Frank et moi nous sommes assis là pendant presque quatre ans, avec dévouement et ouverture, alors que personne d’autre ne voulait prendre la peine de participer. Et c’est sans parler des 20 années ou presque avant cela où je me suis obstinément efforcée d’avancer. Je veux dire, ce n’est pas comme si je m’étais réveillée un jour en me disant : « aujourd’hui je vais canaliser les Cassiopéens et trouver un journaliste du Times pour en parler » ! J’ai passé beaucoup de temps à préparer les questions, et il semble que ce qui s’est exprimé par le « canal faussé » ne voulait même pas parler de sujets qui ressemblaient pourtant à tant d’autres que nous avons abordés par le passé — donc il semble que le préjudice était spécifiquement dirigé contre moi.

R : Oui.

Q : (L) Eh bien, si des gens peuvent aussi facilement être enclins aux partis pris et aux raisonnements émotionnels, est-ce que ça ne constituerait pas une attaque psychique ?

R : Conséquence de cette dernière. Prends garde à ne pas prendre de décisions hâtives fondées sur des incidents de nature possiblement transitoire.

Q : (L) Eh bien, j’ai l’impression que nous avons tous subi une attaque…

R : L’attaque n’émane pas de Terry et Jan.

Q : (L) Mais on dirait bien que la séance a été complètement gâchée. Même la réponse à propos des lumières dans le ciel s’est révélée fausse — j’ai vérifié. Vous avez dit que le channel était « ancré » et qu’il ne pouvait pas être corrompu, et pourtant des réponses manifestement erronées ont été données, et apparemment, vous dites que l’attaque s’est faite « à travers » Terry et Jan et les émotions confuses qu’ils ressentent, exact ?

R : Oui.

Q : (L) Bon, même la réponse à propos des lumières dans le ciel. Mars se trouve à 120 degrés de Jupiter… les réponses données à Tom et Chérie peuvent reposer sur ce « parti pris » comme vous dites… Tom et Cherie ont été bouleversés, j’ai été contrariée… tout cela était affligeant ! J’ai besoin d’aide là !

R : La patience paye !

Q : (L) Eh bien, Frank et moi avons-nous actuellement un fort parti pris qui engendre de la corruption ?

R : Non.

Q : (L) Et qu’en est-il de l’article de Tom et de Cherie ?

R : 20 ou 30 mois.

Q : (L) Et pour le rachat du Times.

R : Finira par arriver.

Q : (L) Est-ce imminent ?

R : Définis imminent.

Q : (L) Dans les vingt mois ?

R : Peu probable, mais possible.

Q : (L) Quelle est la source de l’attaque visant Terry et Jan ? Si leurs émotions subissent un assaut, je ne pense pas qu’il serait possible d’obtenir une réponse claire en leur présence…

R : Les Lézards.

Q : (L) Et qu’en est-il des informations à propos de la montre du grand-père de Tom ?

R : Ouvert, si inquiet, suggérons une nouvelle séance.

Q : (L) Eh bien, toute cette affaire me laisse un sale goût dans la bouche. Violette veut à nouveau participer. Cela pose-t-il un problème ?

R : À vous de voir.

Q : (L) Eh bien, Violette a un tas de « préjugés » qui pourraient restreindre les informations. Est-ce exact ?

R : Peut-être.

Q : (L) Vous comprendrez que j’essaye de protéger ce pour quoi Frank et moi avons travaillé si dur et mis longtemps à atteindre…

R : Bien sûr.

Q : (L) Et j’essaye de protéger l’intégrité des informations ainsi que la réputation de ces informations. Et bon sang, si on invite un journaliste, et que quelqu’un vient bousiller toute la séance par son attitude ou ses préjugés, peu importe la source… Vous voyez ce que je veux dire ?

R : Oui. Suggérons à Tom et Cherie de participer à une séance plus restreinte.

Q : (L) Bon, que vais-je faire ?

R : Suis tes instincts, mais suggérons fortement la patience sinon l’attaque sera réussie !!!!!

Q : (L) Oh ! Donc, il s’agit d’un effort très subtil et concerté pour dissoudre le groupe ?!

R : Oui.

Q : (L) Eh bien, même sans le syndrome d’attaque, nous avons tous de très fortes personnalités, et il semble qu’il y ait aussi un problème de contrôle.

R : Partie de l’attaque !

Q : (L) Bon, combien de temps cette attaque va-t-elle durer ?

R : Ouvert selon la longueur du cycle d’apprentissage.

Q : (L) Devrions-nous suspendre temporairement les séances ?

R : À vous de voir.

Q : (L) L’attaque finira-t-elle plus vite si nous ne suspendons pas les séances ?

R : Peut-être.

Q : (L) Cela aiderait-il à mettre fin à l’attaque si j’arrêtais les séances ?

R : Moins probable.

Q : (L) D’accord, c’est l’indice. Nous devons simplement continuer.

R : Oui. Au revoir.

Fin de la séance
 

PERLOU

The Living Force
FOTCM Member
Merci à l'équipe Française pour a traduction...

Thanks to the French team for the translation....
 
Top Bottom