Séance du 7 janvier 1995

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 7 January 1995

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
___________________________________________________________________________________________

Séance du 7 janvier 1995 :

Participants : « Frank », Laura, Terry, Jan, V, D, T

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour. V_ victime. [Rires]

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Talc.

Q : [Du talc est saupoudré sur la planche] (L) J’imagine que maintenant vous voulez aussi de l’après-rasage.

R : Après-rasage, s’il vous plaît.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Lomarra.

Q : (L) Êtes-vous un désincarné ?

R : Non.

Q : Qu’êtes-vous ou qui êtes-vous ?

R : Être de lumière.

Q : (L) Et d’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Nous avons quelques questions intéressantes ce soir. Je pense que tout le monde a en tête les étranges événements survenus la nuit dernière et au petit matin, que Terry et Jan ont racontés, et qui sont comparables à ce que John dit avoir vécu, ainsi que le papa de Terry. De plus, quelque chose a réveillé A_ en sursaut, et moi-même je me suis réveillée avec une impression étrange. Cet événement nous a interpellés, et nous souhaiterions avoir des informations là-dessus. C’était quoi, au juste ?

R : Le tonnerre.

Q : (L) Cet impact semblait extraordinairement violent, et il semble avoir été perçu sur une grande distance, dans plusieurs directions. Où donc a frappé la foudre ?

R : La cellule était structurée uniformément sur toute la région.

Q : (T) Donc, c’est pour ça que nous avons tous entendu ce fracas particulier ?

R : Non. Chaque zone a été affectée par un profil EM similaire, d’où un événement particulièrement chargé dans chacune des zones.

Q : (L) Qu’est-ce qu’un profil EM ?

R : Électromagnétique.

Q : (L) Est-ce que cet impact avait une signification particulière, étant donné qu’aucun d’entre nous ne se rappelle avoir vécu une chose pareille — du moins, pas dans notre mémoire immédiate ? Quelles sont les implications de cet impact, en termes d’activités de 4e densité ?

R : Vous avez vécu des choses pareilles. Et, oui, comme toujours.

Q : (L) Cet impact était tellement violent. Qu’est-ce qui pouvait bien se passer en 4e densité pour produire un tel raffut ?

R : Chevauchement de densités pendant environ 1,3 seconde, selon vos mesures temporelles, c’est-à-dire que pendant 1,3 seconde, vous avez complètement vécu dans la 4e densité.

Q : (T) Donc il était important pour nous de remarquer cet événement ?

R : La constatation était plus importante que l’événement.

Q : (V) Puis-je demander… Donc, à chaque fois qu’il y a… ai-je tort de présupposer qu’à chaque fois qu’il y a du tonnerre, il y a un mélange avec la 4e densité ? (L) Non, non. (V) C’était uniquement cette fois-ci ? (T_) Et si l’on n’a rien remarqué ? Je n’ai rien entendu. (T) Quelle était la réponse ? (L) La constatation était plus importante que l’événement. (T) Donc il était important que nous sachions que quelque chose s’était passé…

R : Tu l’as remarqué à un autre niveau de conscience.

Q : (L) Cet événement a-t-il quelque chose à voir avec l’expérience de A_ ce matin, quand elle a été réveillée par un bruissement dans sa chambre et qu’elle a cru entendre une petite voix grinçante l’appeler par son nom ?

R : Oui.

Q : (L) OK, de quoi a-t-elle fait l’expérience ?

R : « Résident » de 4e densité.

Q : (L) De quelle sorte de résident de la 4e densité s’agissait-il ?

R : Om.

Q : (L) Qui est Om ? (V) Est-ce un nom ? (T) Om est-il le nom de cet être ?

R : Type.

Q : (L) Qu’est-ce qu’un type Om ?

R : Il vaut mieux que tu n’en saches rien !

Q : (L) Non, je préfère savoir. Si quelque chose doit rendre visite à ma fille dans sa chambre, je veux vraiment savoir de qui ou de quoi il s’agit.

R : Qui dit que cela se répétera ?

Q : (V) Donc, autrement dit, si ça ne doit pas arriver tout le temps, ne t’inquiète pas, c’est ça ?

R : Oui.

Q : (T) C’était juste un événement ponctuel ?

R : Oui.

Q : (V) Et A_ en était pleinement consciente. Est-ce dû au fait que, quand elle dort, elle est dans un état d’ouverture psychique totale ?

R : Oui.

Q : (V) Doit-elle faire quelque chose pour contrôler son ouverture psychique de manière à ne pas être affectée ?

R : Pourquoi contrôler quelque chose de bénéfique ?

Q : (V) Eh bien, c’est juste que Laura était inquiète parce que, vous savez… (T_) Est-ce quelque chose à laquelle nous sommes tous confrontés de temps à autre ?

R : Trois d’entre vous ont été confrontés… non, ça fait cinq. Terry, Tom, Frank, D_, Laura.

Q : (D) Les coups sourds que j’entends chez moi, ce n’est pas ma grand-mère, exact ?

R : Oui.

Q : (D) Est-ce que ce sont des visiteurs ?

R : Oui.

Q : (D) Que pouvez-vous m’en dire ?

R : Que veux-tu savoir ?

Q : (D) Est-ce que ce sont des Cassiopéens ?

R : Nous ne « cognons » pas. [Rires]

Q : (L) Quelle est la cause de ce phénomène de coups chez D_ ?

R : Visiteurs de 5e et 4e [densité] de diverses sortes que tes nombreuses activités ont attirés.

Q : (T) Sont-ils dangereux ? (D) Mes nombreuses activités comme… faire de la voyance ? (L) Non, non, arrête. Ces êtres sont-ils en général d’orientation SDS ou SDA ?

R : SDS.

Q : (L) Donc, diverses activités de D_ les ont attirés. Quelles activités D_ a-t-elle eues à l’origine qui ont ouvert la voie à ce type de manifestation ?

R : Travailler en réseau.

Q : (L) Travailler en réseau avec qui ou quoi ?

R : Ses récents contacts.

Q : (L) Avec qui ou quoi ?

R : Des gens.

Q : (L) Qui, plus précisément ? (D) S’agit-il d’E_ Page ?

R : C’en est un.

Q : (D) M_ T ?

R : Oui.

Q : (D) J_ H ?

R : Oui.

Q : (V) Laura et Frank ?

R : Non.

Q : (D) P_ K ?

R : Non.

Q : (D) Quelqu’un de l’église [métaphysique] ?

R : Oui.

Q : (D) B_ ?

R : Non.

Q : (D) D_ W ?

R : Oui.

Q : (D) Cela a-t-il commencé par ma collaboration avec D_ W ?

R : Oui.

Q : (D) Était-ce la première fois ?

R : Oui.

Q : (D) Comment puis-je faire cesser ces visites ?

R : Complexe.

Q : (D) Par quoi commencer ? Quelle est la première étape ? (L) Eh bien, tu as une ouverture EM. La fermer serait la première étape.

R : Tu as déjà commencé.

Q : (D) En lisant. (T) En demandant ?

R : Oui. Oui.

Q : (D) Quelle est l’étape suivante ?

R : Ce n’est pas un « processus étape par étape ».

Q : (L) Ce qu’elle doit acquérir, c’est la connaissance et la conscience ?

R : La lumière est connaissance, qui est protection.

Q : (L) Je suppose que ça veut dire que tu dois visualiser de la lumière autour de toi et de ta maison. (D) Je suppose que de la sauge et de l’eau bénite… (L) Non, non, non, non, aucun rituel. La connaissance. Uniquement le pouvoir de l’esprit. (T) Serait-ce un pas dans la bonne direction si elle arrête de fréquenter P_ et son groupe ?

R : Nous ne cautionnons pas les recommandations d’amitiés et de fréquentations ; cela relève du libre arbitre.

Q : (L) Donc, ils ne te diront pas qui fréquenter, cela relève de ton choix personnel. (J) Mais maintenant que tu as des connaissances, tu peux faire un choix informé. (D) Eh bien, il n’y a pas le choix… c’est ainsi.

R : À toi de voir.

Q : (L) Avant qu’on dévie et puisque T_ M est avec nous ce soir, j’aimerais parler de…

R : Salut T_.

Q : (L) T_ a quelques questions à poser sur le fait de déménager et la direction que prend sa vie — ce sera bref. Je vais le laisser poser ses questions.

R : Maintenant tu commences à voir ce qui arrive quand tu laisses les émotions prendre le contrôle, T_. Nous t’avons averti de manière subtile.

Q  : (T_) Que dois-je faire pour me remettre sur la bonne voie spirituellement ?

R : Nous te parlions directement dans les deux dernières réponses.

Q : (T) As-tu reçu une sorte d’avertissement ?

R : Te souviens-tu, T_ ?

Q : (T_) Non, je ne me souviens pas de l’avertissement.

R : OK, maintenant réfléchis bien, accède aux souvenirs du premier jour d’« union ».

Q : (T_) Est-ce que vous parlez de ma relation avec A_ ?

R : Nous restions discrets.

Q : (L) Tu as vendu la mèche, ils étaient discrets. As-tu reçu une sorte d’avertissement ? (V) As-tu eu une intuition ? (L) N’as-tu pas appris que ta relation t’éloignait de ta voie spirituelle ? (D) T’a-t-elle demandé d’abandonner quoi que ce soit ? (V) Est-ce que la relation te mettait mal à l’aise ? (D) Cela a-t-il déclenché chez toi des idées négatives vis-à-vis de la spiritualité ?

R : Laissez T_ trouver. C’est plutôt personnel.

Q : (T_) OK. Eh bien, je pense à…

R : T_ a tendance à être rebelle et cachottier.

Q : (J) Ce n’est pas un si mauvais mélange. (T) Ouais, j’y travaille… (V) Nous avons tous nos croix à porter… (L) T_ prévoit maintenant de… sa relation a créé des situations qui lui ont causé des désagréments ; maintenant il est prêt à parcourir la moitié du pays pour y échapper…

R : Syndrome récurrent.

Q : (T) Peu importe où tu vas, tu restes toi. (L) Le décor peut changer, mais tu resteras le même avec les mêmes problèmes tant que tu ne changeras pas. (T_) C’est vraiment parce que je sais que je pourrai mieux subvenir à mes besoins là-bas, et qu’on peut mieux gagner sa vie.

R : Comment sais-tu ça ?

Q : (T_) Parce que j’ai consulté les journaux, j’ai étudié ce qu’il y avait là-bas… Il y a plus de boulots, plus d’appartements, plus d’opportunités, de meilleures chances de réellement avancer… (L) Qui essayes-tu de convaincre ?

R : Vraiment ???

Q : (T_) J’ai simplement le sentiment qu’il est temps de changer.

R : Tu as souvent déjà eu ce sentiment.

Q : (T_) OK, laissez-moi demander si je pourrai trouver ma place là-bas, faire quelque chose d’indispensable ?

R : Beaucoup ont eu l’illusion que déménager améliorerait la destinée. Tous ont échoué.

Q : (L) Si tu ne réussis pas là où tu es, tu ne réussiras probablement pas non plus ailleurs. (J) Où que tu ailles, tu emportes toujours ta personnalité avec toi. Si c’est toi le problème, déménager ne changera rien. (L) Et en fait, ça peut même empirer les choses. (T) Oui, tu perds beaucoup, car tu perds tes relations et tes contacts, tes soutiens, ton réseau, tout. (T_) Eh bien, il y a aussi que j’ai simplement envie de partir. (L) Peut-être que vouloir partir est une partie de ton problème. (J) Es-tu en train de fuir ? (T_) Non. (L) Est-ce que T_ est en train de fuir. [Terry cède sa place à T_ à la planche.]

R : Oui.

Q : (L) Que pourriez-vous dire à T_ ?

R : La communauté qu’il envisage est beaucoup plus de 3e densité. Elle n’est pas axée sur la métaphysique.

Q : (L) Autrement dit, s’il déménage, il sera encore plus dans la panade ? [Pause pour discuter.] T_ pense qu’il peut y arriver… commentaires s’il vous plaît.

R : Eh bien, ce projet est lié à et dépend de considérations émotionnelles incertaines. Sa relation est instable et c’est la source du problème.

Q : (T_) Que dois-je faire pour stabiliser la relation ? (V) Oh, les jeunes ! « On va faire entrer cette cheville carrée dans ce trou rond, peu importe comment ! »

R : Ouvert.

Q : (T_) Pouvez-vous me donner un indice sur ce que je dois faire… (L) Ils disent que tu ne peux pas stabiliser cette relation… (J) Soit elle est stable, soit elle ne l’est pas.

R : Laissez T_ décider.

Q : (T_) Je veux juste demander si je peux stabiliser cette relation.

R : Découvre. Mais déménager ne la stabilisera pas.

Q : (T_) Je sais que je peux faire en sorte que ça marche, mais dois-je rester ici ?

R : Meilleure chance de survie de la relation si tu restes et résous tes problèmes.

Q : (T_) Mais sa meilleure amie est là-bas…

R : Les amitiés sont instables avec cet individu. (A_)

Q : (L) Ils disent qu’Andrea est incapable d’avoir une amitié solide et que ça peut s’étendre aux relations. (T_) Puis-je l’aider à atteindre la spiritualité ou un niveau d’éveil ?

R : Ce que nous avons dit dans la première réponse s’applique. N’a pas à être douloureux.

Q : (D_) Je me suis mariée deux fois. La veille d’épouser l’homme que je trouvais évidemment merveilleux, on m’a dit que personne n’allait me forcer à l’épouser et que si je voulais, je pouvais changer d’avis. J’avais des réserves, mais je ne pensais pas pouvoir reculer, car le mariage était déjà fixé. Et ça s’est avéré être un mariage et un divorce très destructeurs. Donc, ce que je te dis c’est que si tout n’est pas parfait chez ta copine, sur le plan de tes attentes et de tes besoins, s’il y a quoi que ce soit que tu penses pouvoir ou devoir changer chez cette personne, ou que s’impliquer avec toi la changera, tu as tort. On ne peut pas les changer, ils ne changeront pas, et la relation se détériorera de façon destructrice. Maintenant si tu demandes ce que tu dois faire pour « faire » que ça marche, c’est déjà engagé vers la destruction. Il n’est jamais trop tard pour reprendre ses esprits et faire marche arrière.

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il une vie antérieure ou un lien karmique entre T_ et Andrea ?

R : Comme toujours. À lui de le découvrir. Il est rebelle et n’écoute pas. Nous avons beaucoup donné, maintenant cela dépend de lui.

Q : (L) Y a-t-il quelqu’un dans cette pièce qui ne soit pas rebelle ? (En chœur) Moi ! (L) N’avons-nous tous pas appris à nos dépens ? (En chœur) Si, certainement… (V) Nous avons tous appris la leçon à laquelle T_ est confronté. C’est facile pour nous de savoir comment ça va finir, car on est tous passés par là. C’est facile pour nous de lui dire de faire marche arrière et de réfléchir à deux fois, car on a tous été obligés de le faire, mais on doit se rappeler combien ça a été douloureux pour nous à l’époque, et l’on a tous pensé que c’était la fin du monde. (L) Oui. On a tous pensé que mettre fin à une relation destructrice était la chose la plus difficile à faire… d’autres nous ont conseillés lorsqu’on était plus jeune, comme on conseille T_ maintenant, et l’on n’a pas écouté… Mais cela aurait été bien plus facile pour nous si l’on avait alors eu la sagesse de faire ce qu’on voit maintenant… (En chœur) Amen !

R : Le véritable amour n’est pas strictement hormonal.

Q : (T_) Donc, ils sont en train de dire que je peux faire que ça marche ici, mais pas là-bas ? (L) Non, T_, les chances sont aussi minces, mais ici tu as la chance d’avoir de l’entraide et ton réseau métaphysique. Là-bas, il est certain que ça échouera, et tu seras bouleversé affectivement, probablement brisé, et coincé loin de tout le monde. (V) Il n’y a pas de réponse toute faite à propos de ta relation, ils ont juste dit que si tu restes ici, les chances sont meilleures. Ils n’ont pas dit que si tu restes tu réussiras à coup sûr… Et si désormais tu recherches la spiritualité, c’est définitivement une mauvaise idée…

R : Oui.

Q : (L) Pour en revenir aux événements de ce matin, quand JW m’a raconté son expérience, il a dit que quand il avait ouvert les yeux, la lumière paraissait jaune… (V) J’ai remarqué le changement de couleur aussi… (J) Était-ce lié à l’événement ?

R : Oui.

Q : (J) Qu’est-ce qui a fait changer la lumière de couleur ?

R : Effets résiduels de la 4e densité.

Q : (L) C’est quelque chose qui se répétera de plus en plus souvent à mesure que nous progressons vers la 4e densité ?

R : Oui.

Q : (L) Cette charge électromagnétique de l’atmosphère — je suppose que c’est ce dont il s’agit, et que ça fait partie du processus de transition entre densités…

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que cette charge électromagnétique de l’atmosphère est due à l’arrivée de cette Onde ? Et les effets que nous commençons à ressentir de plus en plus fort sont-ils dus à la présence de cette Onde ou à son approche ?

R : C’est une accumulation similaire aux effets qui précèdent l’arrivée d’une vague sur la mer.

Q : (T) Les vents très violents en Caroline du Nord et en Californie et les séismes au Japon ont-ils un rapport avec ce processus ?

R : Oui.

Q : (T) Oui. Les médias minimisent les faits… Des vents de 210 km/heure dans les Carolines ; et en Californie, ils atteignaient 240 km/h. (L) Eh bien, ils nous ont dit que nous aurions une météo vraiment bizarre. (T) Il y a eu un autre séisme au Japon aujourd’hui. Ça fait deux semaines que ça dure. Le Japon est censé disparaître. (V) Sylvia Brown est passée dans une émission TV. Sylvia Brown est considérée comme une très bonne voyante. Que pensez-vous de ses talents psi ?

R : OK.

Q : (V) Elle a dit qu’il y aurait un énorme tremblement de terre en Alaska… que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

R : Un des nombreux événements liés à l’accumulation qui s’étale sur des années, tel que vous mesurez le temps.

Q : (V) C’est intéressant car ça fait des années que je suis Sylvia Brown. (L) Petite question : j’ai reçu une lettre de Piers A où il me critique vertement et…

R : Piers est malavisé.

Q : (L) Eh bien, ma question c’est, outre cette lettre vraiment révoltante que j’ai reçue de ce pauvre type sur le réseau, est-ce que ces gens vont finir par ouvrir les yeux, comme je le souhaiterais vivement ?

R : Ceux qui le veulent le feront.

Q : (T) Vois ça comme ça : tu as l’esprit suffisamment ouvert pour laisser ceux qui ont l’esprit fermé rester fermés. Tu as essayé, inutile d’aller plus loin. (L) Vous avez dit que nous allions avoir une sacrée augmentation de l’activité ovni cette année. C’est exact ?

R : Bingo !

Q : (L) Et je suppose que ça a déjà commencé, parce qu’un gars au Michigan a filmé un ovni en plein jour, et cette histoire est passée aux informations pendant trois jours consécutifs ; et je ne pense pas que les journalistes étaient sarcastiques dans leurs commentaires… (F) Si, ils l’étaient. Ils en ont parlé sur la treizième chaîne et ils étaient clairement sarcastiques. (T) Ces types ont aussi perdu leur affiliation au réseau ! (L) L’ovni du Michigan, est-ce que vous pourriez l’identifier pour nous et nous dire à qui il appartenait ?

R : C’était les Gris.

Q : (L) Bon, est-ce que les Gris vont se laisser observer de plus en plus souvent dans la 3e densité, au cours des prochaines années ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il une raison à cette visibilité ?

R : Tous ces événements sont liés au processus qui vous est désormais familier.

Q : (L) Ça fait partie de leur manœuvre pour atterrir sur la planète, interagir avec les êtres humains, disons, via les médias… (T) Ils atterrissent déjà sur la planète…

R : Non, car tout est lié à l’arrivée prochaine de l’Onde. Quant aux détails, vous verrez bien avec le temps.

Q : (L) Au fait T_, tes informations sur les bases dans les Appalaches ont été confirmées. (T) Il y a des bases militaires dans les Appalaches ?

R : Oui.

Q : (L) Dissimulées ?

R : Oui.

Q : (T) Sont-elles destinées à l’assujettissement des États-Unis quand ils commenceront à mettre en œuvre les étapes finales du Nouvel Ordre Mondial dans ce pays ?

R : Reste à voir.

Q : (L) Existe-t-il des bâtiments ou des endroits dans ce pays qui serviront de crématoriums et de camps de travail, comme je l’ai lu dans plusieurs articles ?

R : Oui.

Q : (T) Quand ont-ils l’intention de lancer ce projet ?

R : Ouvert.

Q : (T) La dernière date que j’ai entendue, c’était mars 1995. (V) Bonté divine. (L) Ça fait des années que je dis, après avoir établi les cartes du ciel [astrologiques], que 1995 va être une année étrange. (V) Beaucoup d’autres personnes le disent aussi. (D) Une grosse organisation est censée T_ber… (L) Si nous visualisions un vortex de lumière et d’énergie dans le sens des aiguilles d’une montre, est-ce que cela améliorerait considérablement le flux d’énergie ?

R : Plus nécessaire.

Q : (V) Hier soir, j’ai subitement eu l’impulsion de lire le Tarot. Ça fait des mois que je ne l’avais pas fait, car je sais que ce n’est pas un canal super clair, mais j’ai eu le sentiment irrésistible qu’il convenait de le faire. La lecture que j’ai faite pour moi-même hier soir est-elle valide et factuellement vraie ?

R : Si tu souhaites qu’elle le soit.

Q : (V) Eh bien, j’espérais puiser dans votre énergie avec les cartes — était-ce le cas ?

R : Tu n’as pas besoin de cartes pour « puiser dans notre énergie ». Ton intense sentiment était de méditer pour obtenir des informations. Tu as interprété cela à tort comme un besoin de Tarot. Les cartes peuvent embrouiller, la méditation jamais.

Q : (V) Eh bien, c’étaient de bonnes cartes et j’ai eu un tirage magnifique ce matin… la dernière carte était la Lune… mais je n’ai pas réussi à ressentir si cette carte représentait l’énergie psychique ou l’illusion… quelle était sa signification ?

R : Nous avons déjà suffisamment fourni de données personnelles pour cette séance.

Q : (T) Quelle est la bonne façon de méditer ?

R : La façon qui ne vous « demande pas d’efforts ».

Q : (V) Bon, si l'on arrête avec les trucs personnels et qu’on passe à ce qui est plus général… J’aimerais savoir… dans le milieu métaphysique, il se dit couramment que lorsqu’une âme naît sur la planète, cette âme, ce petit bébé, possède une connaissance infinie et à mesure qu’on grandit et apprend, on est conditionné à perdre notre connaissance — est-ce vrai ?

R : Non.

Q : (L) Comment un bébé pourrait avoir une connaissance infinie, il a seulement l’empreinte de ses vies antérieures ? (V) Tu l’as aussi entendu dire…

R : C’est absurde.

Q : (V) Très bien… J’étais seulement… Je suis sûre que vous l’avez entendu…

R : Les âmes ne « naissent » pas sur cette planète. Les âmes ne sont jamais nées ! Et ne mourront jamais !

Q : (V) Je comprends, ma question était irréfléchie ; je suis désolée. (D) De nouvelles âmes sont-elles parfois créées ?

R : Juste répondu si tu te sers de ta tête. D_ ne connaît pas le concept réel du « temps ».

Q : (D) Eh bien, c’est un concept très difficile pour moi. (L) Pour tout le monde. On peut en parler et jouer avec… mais le temps n’existe pas vraiment. C’est une illusion, un mensonge… (T) Ça fait partie du monde de 3e densité que nous avons créé… (D) J’essaye très fort…

(F) OK, laisse-moi te donner un exemple : éloigne-toi de la planète, tellement loin que le Soleil n’est plus qu’un grain de poussière.

(D) D’accord, j’y suis…

(F) Maintenant, tu flottes dans l’espace… il n’y a pas de directions, tout est juste en dehors de toi… il n’y a pas de haut ou de bas, ni de côtés… rien… Partout où tu regardes, tu vois des étoiles, mais il n’y a aucun point d’orientation… Maintenant, n’étant plus sur la planète, le Soleil ne se lève pas, il ne se couche pas… tu n’as ni montre ni horloge… comment sais-tu ce qui était avant et ce qui est après…

(T_) As-tu déjà entendu parler des gens qui descendent dans des grottes pour faire des expériences de recherche, et ils ressortent en pensant que seulement 45 jours se sont écoulés alors qu’en fait c’est 65 ou 100… parce que le temps ralentit et s’arrête pratiquement. Le temps est un concept humain.

(F) J’ai lu le livre sur l’enlèvement de Barbara Mackle. Elle a été kidnappée par un type qui l’a mise dans un cercueil enseveli avec des gadgets pour l’aider à survivre, et elle a été enterrée… 83 heures plus tard, quand elle a été tirée de là, elle a cru qu’elle n’y avait passé qu’une nuit.

(L) Posons cette question : dans un état sans aucune considération artificielle comme la délimitation du jour et de la nuit, dans ce genre d’état, quel serait le cycle naturel du corps humain, au niveau du sommeil ou de l’alimentation, et ce qui renvoie à notre concept de temps. Autrement dit, combien de temps resterions-nous naturellement éveillés, et combien de temps dormirions-nous naturellement en général si nous n’étions pas contraints par des références temporelles artificielles ?

R : Toute votre existence serait radicalement différente et ne connaîtrait pas du tout les mêmes cycles.

Q : (L) Pourriez-vous nous dire comment ce serait ?

R : Ça dépend de l’environnement.

Q : (L) Donc, nous interagissons tellement avec notre environnement qu’on ne peut pratiquement pas s’en distinguer, c’est ce que vous dites ?

R : Pas loin.

Q : (L) Si notre système solaire était tel que, selon la façon dont nous définissons actuellement le temps, il y aurait des jours de 48 heures, et des nuits de 48 heures, y aurait-il de façon concomitante un allongement de notre durée de vie dans les mêmes proportions ?

R : Peut-être.

Q : (L) Sitchin a une idée intéressante à propos de sa planète hypothétique Nibiru. Il postule que son année solaire fait 3 600 de nos années et par conséquent, quand un an passe sur cette planète, 3 600 ans ont passé sur Terre. Et donc, en théorie, un être qui vivrait sur ce genre de planète avec une orbite de 3 600 ans, vivrait des milliers d’années. Ce concept tient-il la route dans la mesure où ça existe ?

R : C’est un entrecroisement de conceptualisations confus.

Q : (L) La confusion vient-elle de la façon dont je l’ai présenté ou de celle dont Sitchin l’a théorisé ?

R : C’est toute la bande.

Q : (T) On doit se rappeler que le temps se rapporte seulement à la Terre, et il apparaît ainsi uniquement à cause des mathématiques qui reposent sur une base 10. Si tu vas sur la Lune, le temps n’apparaît pas de la même manière qu’ici si tu devais le mesurer. On utilise le temps de la Terre sur la Lune. Si l'on allait sur Mars, le temps de Mars serait différent. Il repose entièrement sur la rotation et l’orbite, ce qui est seulement une façon de faire. Par exemple — ça n’a pas vraiment de rapport avec le temps — mais prend l’idée de « pi », 3,1416. Dans le programme SETI, ils envoient « pi » dans un programme radio en disant : « Une vie intelligente comprendra “pi”, parce que “pi” est un concept fondamental dans les mathématiques du cercle ». On doit découvrir « pi » pour pouvoir calculer la circonférence et le diamètre, etc., dans des cercles et des arcs. Donc, je me demande l’utilité d’envoyer « pi » en base dix si, disons, les Gris n’ont que 8 doigts ? C’est combien « pi » en base 8 ? 3,1416 ne signifie absolument rien pour quelqu’un qui travaille avec une autre base.

R : Les Gris sont des êtres cybergénétiques, par conséquent ils utilisent les mathématiques qu’ils sont programmés à utiliser.

Q : (T) Vous n’avez rien compris. Je comprends que les Gris sont…

R : Non, au contraire. Pourquoi regardez-vous « en l’air » quand vous nous parlez ?

Q : (L) Eh bien où devrions-nous regarder ?

R : N’importe où.

Q : (L) D’accord, les Gris sont programmés à utiliser des mathématiques. Je suppose qu’ils sont programmés à utiliser les mathématiques des Lézards, leurs créateurs, n’est-ce pas ?

R : Variable.

Q : (L) Bon, la question où je veux en venir c’est : quelle base les Lézards utilisent-ils ?

R : Les Lézards ont une forme de mathématiques dont vous ne comprendriez même pas les rudiments.

Q : (L) Eh bien, j’imagine. Maintenant, si une droite se définit par le mouvement d’un point dans une seule direction, un plan se définit par une droite devenant perpendiculaire à elle-même, la 3e dimension se définit par un plan devenant perpendiculaire à lui-même, et la 4e dimension se définit par un objet tridimensionnel devenant perpendiculaire à lui-même, alors on ne peut tout simplement pas saisir ce dont on parle en 4e densité. Si l’on regarde une pomme en trois dimensions, on voit seulement une tranche, pour ainsi dire, d’un objet quadridimensionnel. Si l’on pouvait voir la pomme dans son véritable état quadridimensionnel, on verrait probablement quelque chose ressemblant plus à un long cylindre rouge qui s’en va à l’infini. Est-ce le cas ?

R : Pas loin.

Q : (T) Et ensuite, il y a les 5e, 6e, et 7e niveaux de densité. Tout ça pour démontrer que le temps n’existe pas et n’est pas pertinent. On pourrait le définir d’innombrables façons.

R : Oui.

Q : (L) Regarde les Mayas… ils comptaient en base 20. (T_) Dès qu’on supprime toutes les références au temps, il ralentit pour finir par s’arrêter. (J) Oui, regarde ce qui arrive à ceux qui se trouvent dans un caisson d’isolation sensorielle. (T_) Exactement. (L) L’infini implose, pour ainsi dire.

R : Si tu étais dans l’espace, tu pourrais dormir pendant des milliers d’années, ou rester « éveillée » pendant des millions d’« années ».

Q : (T_) Ça renvoie à l’explication de Frank sur le fait de flotter dans l’espace et la façon dont le temps pourrait être perçu sans points de référence.

R : Ça n’a pas vraiment d’importance, car vous ne seriez plus sous l’illusion que le « Temps » pourrait ne serait-ce qu’exister.

Q : (L) Je vais un peu changer de sujet, mais comme on parle de flotter dans l’espace… Il me semble qu’à un moment, on a parlé des matrices des diverses planètes et de la façon dont nous percevons les planètes de notre système solaire, ces matrices étant quasiment des portes vers une autre densité, et que si nous étions dans le mode dimensionnel approprié, nous verrions les autres planètes de notre système solaire de manière tout à fait différente de la façon dont nous les voyons avec notre mode de 3e densité, et qu’en fait, si nous contemplions Vénus, qui ressemble un peu aux enfers dans la 3e densité avec sa température proche des 465 °C, on verrait quelque chose de totalement différent avec des êtres qui y vivent — c’est bien ça ?

R : Oui. Des êtres vivent absolument partout dans un monde ou un autre.

Q : (L) Les êtres qui vivent sur la planète Vénus connaissent-ils notre existence sur la planète Terre ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il aussi des êtres qui vivent sur Mars ?

R : Oui.

Q : (L) Sont-ils conscients de nous ?

R : Oui.

Q : (L) Les êtres de toutes les autres planètes de notre système solaire sont-ils conscients de nous ici, sur la planète Terre ?

R : Oui, parce qu’ils sont tous de densité supérieure.

Q : (L) Comment se fait-il que la Terre semble être la planète de densité inférieure et qu’on paraisse être en quelque sorte exclus ou sur la touche ? Ils ont connaissance de nous mais nous, nous ne pouvons pas les percevoir. Pourquoi cela ? Pourquoi sommes-nous isolés de ce point de vue ? (D) La Terre a-t-elle été créée après toutes les autres ?

R : Non, non, non.

Q : (T) Est-ce qu’ils interagissent avec nous ?

R : OK, stop, ouh là ! Une séance de révision suit : Qui est de 1re densité ?

Q : (L) Les roches et les minéraux, exact ?

R : Et ?

Q : (L) Les plantes ?

R : Oui. Maintenant, quelle conscience ont-ils de vous, d’après toi ?

Q : (L) Quelle conscience les roches et les plantes ont de nous ?! Mon Dieu ! (V) C’est une façon intéressante de le présenter. Un excellent exemple. (T) Si l’on demande pourquoi les êtres supérieurs ont conscience de nous alors qu’on n’a pas conscience d’eux, on doit se demander quelle conscience les êtres qui nous sont inférieurs ont de nous. (J) À l’évidence, pas plus que nous n’en avons de la 4e densité. (T) Mais si l’on joue de la musique à une plante, elle en a une certaine conscience parce qu’elle pousse mieux. (L) Mais la musique n’est pas un être. (T_) C’est une onde d’énergie. (J) Attendez une minute… ils disent qu’ils n’ont pas plus conscience de nous que nous, en tant qu’êtres de 3e densité, en avons des êtres de 4e densité. (T_) Est-ce que ça veut dire qu’ils interagissent avec nous comme on interagit avec les plantes ?

R : Qui est « au » 2e niveau.

Q : (L) Les animaux. (T) Les insectes, les formes de vie inférieures.

R : Maintenant, réfléchissez bien, quel niveau de conscience, et plus important, quelle compréhension, ont-ils de vous ?

Q : (L) Eh bien, je suppose qu’ils sont d’une certaine façon conscients de nous, mais ils ne nous comprennent pas… (T_) Certains si à un certain point… (T) Ils nous comprennent dans une certaine mesure… (F) Mais leur compréhension est totalement différente de notre façon de les comprendre. Autrement dit, ils voient ces gros balourds, mais ils ne savent pas ce qui se passe. (L) L’explication d’Ouspensky quant à la manière dont les animaux perçoivent les humains était-elle très proche de la vérité ?

R : Pas loin. Maintenant, qu’en est-il de la compréhension du 1er niveau et de la perception du 2e niveau ?

Q : (L) OK, la 1e densité, les minéraux et les plantes… les roches et les minéraux se combinent aux plantes par la croissance, la dissolution dans l’eau, l’érosion, etc., ils ont une existence vraiment limitée. Et ce qui arrive, c’est que la plupart des animaux viennent les manger. (F) Les abeilles pollinisent les fleurs. (L) Différentes sortes d’animaux vivent dans les arbres. (T) Certains animaux vivent dans le sol et des cavernes. (L) Donc, les roches, les minéraux et les plantes ont une compréhension réellement limitée des animaux au-dessus d’eux qui interagissent avec eux de diverses manières.

R : Oui, et vous avez une compréhension limitée des densités au-dessus de vous.

Q : (L) Eh bien, ça ne répond toujours pas à ma question, ma question était… (T) Par exemple, aujourd’hui on a tous fait l’expérience de ce qu’on appelle le tonnerre, mais on est tous conscients qu’il s’agissait de plus que cela. Il s’est produit un événement en 4e densité que nous avons ressenti d’une certaine manière, mais c’était une compréhension limitée de ce niveau.

R : Laura, débloque, est-ce que les roches et les plantes vous « voient » ?

Q : (J) Probablement pas. (D) On ne sait pas vraiment. (T_) Nous voyons les manifestations en 3e densité d’objets de 1e densité. On ne voit pas la perception de 1e densité elle-même. Donc, comment voyons-nous les manifestations de 4e densité ; ils nous voient au niveau de la 4e densité… mais pas nécessairement comme nous nous percevons nous-mêmes.

R : Tom, tu fais de rapides progrès. Laura ferait bien de prendre garde à ses fesses ! [Rires]

Q : (V) Je suis curieuse… comment les roches se voient-elles mutuellement ? (L) Oui, que voient les roches lorsqu’elles se regardent entre elles ?

R : Elles se sentent mutuellement.

Q : (L) Quel exemple de notre appareil sensoriel serait proche de ce que sent une roche qui est consciente d’une autre ?

R : C’est un entrecroisement de conceptualisations qui ne marchera pas.

Q : (L) Donc, nous n’avons aucun moyen de décrypter ce qu’une roche sent. Bon, un autre exemple de 1e densité, ce sont les plantes. On sait que les plantes peuvent réagir positivement à certaines personnes, et négativement à d’autres. Ils ont fait des expériences en les reliant à des polygraphes et ont mesuré ces réponses. (J) Elles réagissent aussi à la musique… (T_) Des réactions de 3e densité…

R : Oui.

Q : (L) Si les plantes interagissent entre elles, est-ce qu’elles ressentent, disons, de l’affection les unes pour les autres ?

R : Quelque chose d’apparenté.

Q : (L) Est-ce que les plantes ont mal quand on les mange ?

R : Est-ce que ça vous fait mal quand un « Lizzie » vous mange ?

Q : (T_) Oui, vous voyez, en 4e densité… nous sommes en 3e densité et nous mangeons la 1e et la 2e densités, la 4e densité nous mange. Q : (D) Si nous faisons souffrir les plantes en les mangeant, tout comme les Lizzies nous font souffrir quand ils nous mangent, comment sommes-nous censés survivre sans manger ?

R : Quand le désir de physicalité disparaît, le besoin de « manger » aussi.

Q : (L) Donc, une partie de la « chute » dans la physicalité — le passage de la Bible où l’on trouve le fameux « vous mangerez à la sueur de votre front », lors de la Chute de l’Éden — concerne l’état de physicalité et le besoin de manger ?

R : Lucifer, « l’Ange déchu ». C’est vous.

Q : (L) Alors « chuter » veut dire entrer dans une existence physique nécessitant de se nourrir d’autres vies, d’autres êtres, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (T) Quand les plantes se nourrissent d’être de 1e densité comme les roches, l’eau, etc., ces derniers ressentent-ils de la douleur ?

R : C’est redondant. Nous avons déjà abordé cela.

Q : (T) Donc, quand une plante absorbe des nutriments… (L) Eh bien, une plante est de la même densité que les minéraux, donc c’est presque comme… (T) Comme deux entités distinctes ne faisant plus qu’une ? (V) Comme Jeffrey Dahmer… [Rires] (L) [Chante] « Mon saucisson a un prénom… » (LM) [Qui était entré dans la pièce quelques minutes plus tôt] Les minéraux se dissolvent dans l’eau et sont ensuite absorbés par la plante, quelle douleur pourrait-il y avoir là-dedans ?

R : Subjectif, L_.

Q : (L) Peut-être que la dissolution du phosphate dans l’eau, par exemple, équivaut à « mourir » pour lui.

R : Pas loin. Vous limitez lorsque vous percevez seulement au 3e niveau et pensez que votre perception est tout ce qui existe.

Q : (L) Donc, en d’autres termes, on devrait être capable de percevoir au 1er, au 2e et au 3e niveaux tout en travaillant à la compréhension du 4e ?

R : Non. Travaillez sur le 4e, 5e, et 6e.

Q : (L) N’est-il pas aussi bénéfique de comprendre les niveaux de 1e et 2e densités, par simple exercice de compréhension de ce qui nous est inférieur ?

R : Efforcez-vous toujours de vous élever.

Q : (V) En tant qu’âmes en évolution, n’avons-nous pas déjà accompli notre travail de 1er et 2e niveaux ?

R : Si.

Q : (V) Donc, il n’y a aucune raison de revenir en arrière. (T_) Qui mange les Lizzies au 4e niveau ?

R : Personne. La 4e densité est la dernière où le SDS se manifeste pleinement.

Q : (T_) Donc, les êtres du 5e et du 6e niveau vivent de pure énergie ?

R : Oui.

Q : (T) Le 4e niveau est le dernier du plein SDS. Cela implique-t-il que le 5e niveau, que vous avez décrit comme le niveau de « contemplation »… quel est le mode de vie d’un être SDS au 5e niveau ?

R : Les âmes des niveaux 1, 2, 3 et 4 vont dans le 5e.

Q : (T) Donc, le 5e niveau, c’est là où ils vont en attendant de retourner dans le 4e pour leur prochaine incarnation ?

R : Exactement.

Q : (T_) C’est pour ça que ça s’appelle le niveau de contemplation. On y va et on réfléchit à ce qu’on a fait. (T) Et qu’en est-il des âmes en 6e densité ? (L) Est-ce qu’il existe des êtres SDS de 6e densité ?

R : Non, quand on va dans la 6e, on n’a plus besoin de recycler.

Q : (L) Oui, mais y a-t-il une expérience SDS en 6e densité, comme les Orions de 6e densité ?

R : Il ne s’agit que de reflets d’individus, non d’entités unifiées. Ces reflets existent pour l’équilibre. Ce ne sont pas des entités en tant que telles, juste des formes-pensées.

Q : (L) Ces êtres de 6e densité sont-ils ce que la Bible décrit comme une « assemblée » d’anges, comme dans le Livre de Job où « Lucifer » se présente devant le Seigneur…

R : Oui.

Q : (L) Donc, en 6e densité, il y a des SDS et des SDA pour maintenir l’équilibre ? Et ils sont juste là, ils existent ?

R : Reflet pour l’équilibre.

Q : (L) Y a-t-il une sorte de hiérarchie dans tout ça ? Ces êtres se présentent-ils devant une espèce de « Grand Conseil » pour soumettre leurs plans, discuter, prendre des décisions et les appliquer ?

R : Non.

Q : (L) Comment ça se passe, alors ? Les choses arrivent-elles juste « comme ça », en conséquence d’une interaction naturelle entre choses et énergies ?

R : Oui.

Q : (V) Si nous sommes en 3e densité, que vous travaillez avec nous, et que nous nous efforçons de parvenir à la 4e densité, est-ce que parallèlement, vous, en 6e densité, vous vous efforcez d’atteindre la 7e ?

R : Oui.

Q : (T) Est-ce que le fait de nous aider vous aide à atteindre la 7e densité ? (V) Y en a-t-il d’autres dans des densités supérieures qui travaillent avec vous, comme vous travaillez avec nous ?

R : Non, nous atteignons tous le 7e niveau ensemble.

Q : (L) Donc, autrement dit, vous les gars, vous essayez de nous élever, et tout le monde gravit les échelons, et quand tous les morceaux sont rassemblés, alors on va tous au 7e niveau, c’est ça ?

R : Oui.

Q : (T) Donc, c’est le but que vous visez en nous aidant ?

R : C’est un processus naturel.

Q : (T_) Quand on sera en 6e densité, est-ce que notre fonction sera d’aider les autres en 3e, comme vous le faites ?

R : Oui. Nous sommes vous dans le futur.

Q : (T_) Quand plus de 50 pour cent des âmes parviennent à la 6e densité, avant d’aller dans la 7e densité, tous les autres atteignent-ils automatiquement cette densité ?

R : Concept inexact. Tu utilises des calculs mathématiques et des idées inspirés de la « Fraternité » de 3e densité.

Q : (J) Donc, aucun pourcentage n’entre en jeu là-dedans. (T) Chaque âme doit y parvenir. (V) Je ne pense pas que ce soit tant ça que le fait qu’on ne peut pas appliquer les mathématiques de 3e densité à ce niveau. (T_) Disons une majorité.

R : Non. Tu utilises encore les mathématiques de 3e densité.

Q : (L) OK, sur quels critères se fonde cet ultime transfert en 7e densité ?

R : Les leçons terminées.

Q : (J) D’accord. (T_) Quand toutes les âmes passeront en 7e densité, fusionneront-elles en une seule âme ?

R : Pas loin.

Q : (T_) Donc, c’est pour ça qu’il faut tout le monde, parce que nous devenons tous Un en 7e densité. (D) Que ferons-nous pour changer la donne et rendre le jeu à nouveau intéressant ?

R : N’avez rien à « faire », l’a été, le sera, l’est !!!

Q : (L) Le type qui a écrit The Ultimate Frontier, canalisait-il ces informations ou les événements qu’il a décrits ont-ils réellement eu lieu ?

R : Oui et oui.

Q : (L) Était-il vraiment la réincarnation du Roi David comme il l’a prétendu ?

Q : S’il le préfère.

Q : (L) Je ne le suis pas quand il parle des femmes et dit que les âmes ne se réincarnent que sous la forme d’un seul sexe. (J) Non, c’est faux, et je pense que changer de sexe a beaucoup à voir avec l’homosexualité. (L) Oui. (T_) Mais je pense vraiment qu’une âme a tendance à préférer un sexe à l’autre.

R : Non.

Q : (L) Je pense que ça finit par s’équilibrer.

R : Tout n’est que leçon.

Q : (L) Est-ce que l’orientation sexuelle d’un être humain, comme l’homosexualité, a quelque chose à voir avec le fait de changer de sexe entre une vie et une autre ?

R : Parfois.

Q : (L) Parmi tous les modes d’expression sexuelle, lequel est le plus susceptible de faire progresser plus rapidement vers la 4e densité ?

R : Célibat total.

Q : (D) Alors je suis bien partie ! [Rires] (V) Pouvez-vous expliquer pourquoi ?

R : Parce qu’alors vous « laissez tomber » les envies de physicalité. {C’est-à-dire le célibat où l’abandon des désirs n’exige pas d’efforts. L’effort de célibat est probablement négatif car il vise à « obtenir » quelque chose, par exemple atteindre la 4e densité. }

Q : (Tom) C’est un acte de 3e densité qui incite à la 3e densité. (L) Bien, maintenant quel est le second mode le plus favorable ? [Rires] (D) On s’est occupé de moi, maintenant, à ton tour ! (J) Par ordre d’importance… [Rires]

R : Est-ce important ?

Q : (D) Ça l’est pour Laura. Pourriez-vous répondre s’il vous plaît. (L) Je suppose que tout le monde devrait en arriver au point de simplement désirer être complètement célibataire et se détacher de tout ce qui est physique, etc., mais à ce stade, il nous reste l’hétérosexualité, l’homosexualité, la bisexualité, et la multisexualité. [Rires] (D) Ces formes de sexualité nous offrent également la possibilité d’éprouver du plaisir dans nos corps physiques. Nous avons la possibilité d’avoir du plaisir dans la chair, et pas eux. Et j’ai lu qu’ils envient cette possibilité. (L) Est-ce vrai que vous enviez notre physicalité ?

R : Non. Pas le moins du monde !

Q : (L) J’ai lu que quand on se trouve aux niveaux spirituels supérieurs, on peut accomplir une fusion spirituelle encore mieux que l’orgasme. Est-ce vrai ?

R : Pourquoi avoir besoin d’un orgasme, quel qu’il soit ?

Q : (L) Eh bien, cela semble être le nec plus ultra des expériences de la physicalité. (T) C’est précisément cela… c’est de la physicalité… (L) S’il en est ainsi, tout ce qui existe dans le monde physique de 3e densité ne reflète-t-il pas les expériences ou les états des mondes supérieurs ?

R : La 3e densité telle que vous en faites l’expérience est une illusion dont on vous a nourris pour perpétuer votre emprisonnement.

Q : (L) Donc, autrement dit, il n’y a pas d’orgasme cosmique préservant l’existence des mondes comme l’illustre la copulation éternelle de Vishnu et Shiva ?

R : C’est n’importe quoi ! [Rires]

Q : (L) Eh bien, c’est ce qui est enseigné dans les religions orientales, et ils ont même des idoles sculptées dans cette posture…

R : C’est une rationalisation pour perpétuer l’illusion.

Q : (L) Autrement dit, l’expérience orgasmique est très littéralement un leurre pour nous garder… (D) Sous contrôle… (T) Et au 3e niveau… (L) Est-ce vrai ?

R : Oui.

Q : (L) Revenons à une question que j’ai posée au cours d’une autre séance à ce même sujet : qu’arrive-t-il à notre énergie au moment de l’orgasme ? Où va cette énergie ?

R : Évacuée vers le 4e niveau SDS.

Q : (T) Est-ce une manifestation du fait que les Lézards se nourrissent de nous ?

R : Les SDS du 4e niveau la récupèrent.

Q : (T) Donc, l’orgasme est une manifestation de 3e densité de la consommation en 4e densité de l’énergie de 3e densité ?

R : Une de leurs méthodes.

Q : (D) Dans Les messagers de l’aube, il est question du sexe, et il est dit que c’est une expression d’amour et ainsi de suite, et qu’on ne devrait pas avoir de relations sexuelles avec quelqu’un qui ne nous aime pas vraiment.

R : L’amour est tout ce qui est nécessaire.

Q : (L) Si deux individus souhaitent exprimer de manière physique un véritable amour aux niveaux supérieurs, est-il possible de canaliser l’énergie de façon positive sans nourrir les types SDS du 4e niveau ?

R : Nan.

Q : (L) Autrement dit, quoi qu’on fasse, pense, ou autre, c’est là qu’elle va ?

R : Le sexe est un désir physique irrésistible.

Q : (V) Donc, au moment de la grande transition, je suppose que ceux qui ont, ou qui ont eu des relations sexuelles peu de temps avant, ne passeront pas au niveau supérieur à cause de cela ? (L) Je ne crois pas… (V) Eh bien, je veux juste clarifier ce point. Est-ce vrai ?

R : Non. La transition est le « Millénaire ». Un millier d’années est l’interprétation de 3e niveau.

Q : (L) Donc, pendant un millier d’années, nous vivrons en 4e densité en tant qu’êtres physiques, pour ainsi dire, et ferons cette transition durant cette période… et lorsqu’elle sera terminée, nous en aurons fini avec nos appétits physiques ?

R : Pas loin. Certains en seront là dès le début, d’autres auront besoin de plus de « temps ».

Q : (T) Donc, quand on est en 4e densité, on est toujours dans le physique et on consomme encore. Consommera-t-on alors l’énergie de 3e densité, l’énergie orgasmique ou apparentée ?

R : Dans une certaine mesure.

Q : (D) Même si nous sommes SDA ?

R : Pas si totalement SDA.

Q : (D) Alors, comment obtenons-nous l’énergie… les uns des autres. Ce qui est plus puissant… le service… eh bien, on doit servir les autres… (L) C’est parce que le SDA se multiplie et croît… Le SDS ne fait que fragmenter, séparer, et diminue de plus en plus… (J) La loi des rendements décroissants. (D) On peut accéder ou recevoir l’énergie des autres pendant qu’on donne la nôtre ?

R : Oui.

Q : (D) Alors, c’est là où le Service d’autrui est du Service de soi. (L) Un quelconque dernier message ? Je ressens un tas de changements. Un conseil pour l’un de nous ?

R : Seulement si demandé spécifiquement.

Q : (D) Suis-je en contact avec vous quand je canalise à la maison ?

R : Oui, mais attention aux influences corruptrices. Introspection, Terry.

Q : (T) Je me suis introspecté et j’ai fouillé mon âme aussi ! Que va faire Keen Industries avec moi ?

R : Tu verras bien.

Q : (T) Est-ce que je serai à même de vous contacter ?

R : Ici.

Fin de la séance
 
Last edited:
Top Bottom