Séance du 9 septembre 1995

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 9 September 1995

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

Séance du 9 septembre 1995

Participants : « Frank », Laura, SV, Tom French, Cherie Diez

Celle-ci aussi a été une séance de channeling en état de transe, mais encore une fois, cela semble être plutôt bon. En fait, c'est l'une des meilleures séances d'information.

Q : (L) Bonjour.

R : Autre.

Q : (L) Que voulez-vous dire par « autre » ?

R : Objet : découvrez autrement.

Q : (L) D’accord, qui est avec nous ce soir ?

R : Autre.

Q : (L) Vous êtes quelqu’un d’autre que les Cassiopéens ?

R : Non.

Q : (L) Préférez-vous que nous poursuivions la séance avec la méthode de la transe ou avec la planchette ?

R : Transe. Vous êtes passés au niveau supérieur, pourquoi vouloir faire marche arrière ?

Q : (L) Eh bien, ce soir, je préférerais utiliser la planchette. Cela pose-t-il un problème ? [À Tom et Cherie] Cela vous convient-il si nous utilisons la méthode de la transe ? Ils ne semblent pas vouloir qu’on se serve de la planchette ce soir. (T) Faites comme d’habitude.

[Frank est plongé en transe]

Q : (L) Maintenant, pourriez-vous nous parler un peu de ce qu’on appelle la « Ceinture de photons » ?

R : Le problème de fond reste l’interprétation. Les messages sont authentiques ; les interprétations sont d’exactitude variable. Donc, lorsqu’on parle de la « Ceinture de Photons », il se peut que ce soit en fait un concept valable, auquel on donne un nom.

Q : (L) Vous voulez donc dire que différentes personnes voient bien quelque chose, mais qu’elles ne le décrivent toutefois que dans les limites de leurs connaissances ?

R : À un certain niveau, oui.

Q : (L) D’autres commentaires à ce sujet ?

R : Les commentaires sont plus utiles lorsqu’ils sont formulés en réponse à des questions directes et précises.

Q : (L) Y a-t-il eu une convergence harmonique, comme l’a annoncé la communauté métaphysique ?

R : Pour ceux qui croyaient en une convergence harmonique, il y a bien eu convergence harmonique.

Q : (L) Quelque chose de nature matérielle est-il arrivé à la planète, ou sur la planète, qui a augmenté ou modifié l’énergie ?

R : As-tu remarqué des changements ?

Q : (L) Non. Si ce n’est que les choses ont l’air d’avoir empiré.

R : As-tu remarqué des changements clairs, manifestes, tangibles ?

Q : (L) Non. Mais ça peut venir de moi. Je suis peut-être bornée et sceptique.

R : Quelqu’un dans cette pièce a-t-il remarqué des changements clairs ou manifestes ?

Q : (S) À quelle date était-ce ? (L) Le 8/8/88, je crois. (S) Je croyais que ça avait un rapport avec le 11/11 mille neuf cents quelque chose…

R : Vraiment, si vous avez du mal à vous rappeler la date, ça veut dire qu’il n’y a sans doute pas eu de changements tangibles sur la planète. Parce que, s’il y en avait eu, ne vous souviendriez-vous pas mieux de la date à laquelle ils seraient survenus ?

Q : (L) Oui. J’ai même entendu dire que dans le mois qui a suivi la convergence harmonique, il n’y a eu aucune abduction. Est-ce vrai ?

R : Non. Il n’y a pas eu d’interruption dans ce que vous qualifiez d’abduction, et ce, depuis un bon bout de temps tel que vous le mesurez.

Q : (L) Bon, à propos des enlèvements, nous avons regardé à la télé, le lundi 28, la vidéo d’une prétendue autopsie d’un alien, ou plus exactement, d’une autopsie pratiquée sur un cadavre alien. S’agissait-il bien d’un alien ?

R : Comment définis-tu « alien » ?

Q : (L) Une créature différente d’un être humain, tel que nous les connaissons, né naturellement sur cette planète ?

R : C’est exact.

Q : (L) C’était autre chose qu’un être né humain ?

R : Exact.

Q : (L) D’accord. De quel genre d’être s’agissait-il ?

R : D’un hybride.

Q : (L) Un hybride de quoi — un mélange de quels éléments ?

R : De créatures cybergénétiques ou « Gris », comme vous les nommez, et d’humains terrestres tels que vous et issus de la 3e densité. Donc à la base, d’une hybridation entre un être de 3e densité et un être de 4e densité.

Q : (L) Bien, était-ce un être de 4e densité ?

R : Non. Si tu écoutes bien la réponse — c’était un être à la fois de 3e et 4e densités.

Q : (L) Comment un être peut-il être à la fois de 3e et 4e densités ?

R : C’est le milieu environnemental qui compte, pas la structure de l’individu. La même chose vaut pour vous. Après tout, vous avez bien lu des textes affirmant que votre monde ou planète était en train d’évoluer vers la 4e densité, non ?

Q : (L) Oui.

R : Et ces textes affirment aussi que le processus est continu, non ?

Q : (L) Oui.

R : Alors si le processus est continu, demandez-vous comment un être peut se trouver simultanément en 3e et en 4e densités… En outre, si vous vous souvenez de ce que nous avons déjà dit, vous vivez actuellement dans le même environnement que les êtres de 1ère et 2e densités. N’est-ce pas ?

Q : (L) Oui.

R : Du moins, c’est ce que nous vous avons dit. Il est donc également possible de se trouver simultanément en 3e densité et en 4e densité. Et comme nous vous l’avons également dit, lorsque des êtres de 4e densité se rendent dans un environnement de 3e densité, ils deviennent de fait des êtres de 3e densité, et vice versa. Lorsqu’il y a enlèvement — en particulier physique — le sujet devient temporairement de 4e densité, parce que c’est l’environnement qui compte. Le facteur-clé ici est la conscience, non la structure physique ou matérielle.

Q : (L) J’ai ici un article sur les Gris qui affirme qu’ils ont deux cerveaux : un antérieur et un postérieur, et que si l’on tire sur un Gris — je ne fais que citer l’article, je ne dis pas que j’ai envie de tirer sur qui que ce soit — et que seule une partie du cerveau est atteinte, il ne meurt pas ; il faut tirer de façon à atteindre les deux cerveaux, si l’on veut tuer un Gris. Cette idée est-elle exacte ?

R : Eh bien, voilà qui est assez déroutant et soulève plusieurs questions. L’une d’elles est : pourquoi vouloir tirer sur quoi que ce soit ?

Q : (L) Mais je n’ai pas insinué que c’est ce que je voulais faire, j’ai juste cité cet article.

R : La description physique est exacte en ce qui concerne une « variété » de Gris, tels que vous les nommez, qui possède un cerveau antérieur. Mais cette question est secondaire, comparée aux autres. Nous voudrions également suggérer qu’il n’est pas souhaitable de chercher à blesser physiquement qui ou quoi que ce soit. Nous te conseillons donc d’ignorer les informations contenues dans le document dont tu parles.

Q : (L) Il dit aussi que les Gris doivent se trouver très près d’une personne pour pouvoir communiquer par télépathie avec elle. Est-ce exact ?

R : Près ? Non, ainsi que nous vous l’avons déjà expliqué, la technologie employée ici n’exige aucune proximité physique immédiate telle que vous la mesurez. Mais ceci est très compliqué. Cela résulte des fenêtres dimensionnelles et ce genre de choses que vous ne comprenez pas complètement ; dès lors, mieux vaut ne pas entrer dans les détails. Mais la réponse générale à cette question est non.

Q : (L) Selon cet article, les aliens implantent sur le nerf optique des humains une sorte de cristal d’un diamètre de 2 à 4 microns. La fréquence de ce cristal est accordée sur celle des individus qui installent l’implant, ce qui leur permet d’établir une fréquence mentale de communication. Est-ce que ça se rapproche de la technologie dont vous parlez ?

R : Des implantations physiques ont bien lieu. Les emplacements précis varient selon les effets désirés. Et en ce qui concerne les questions relatives à la 4e densité SDS et aux interactions entre l’espèce humaine de 3e densité et les SDS de 4e densité, divers mécanismes sont employés, en fonction des objectifs et des consignes. Par exemple, certains implants ne servent qu’au pistage. D’autres servent à altérer la conscience, le mental ou les fonctions motrices. Chacun d’eux possède une structure différente et contient un matériau différent, selon l’emploi et le but recherchés. La méthode particulière que tu décris a effectivement été employée — ou du moins, quelque chose de similaire, bien qu’elle ne nous soit pas vraiment familière. Nous suggérons donc qu’il s’agit là plus ou moins d’une invention, ou qu’on a « brodé » à partir d’informations exactes. Quoi qu’il en soit, la pose d’implants est bien pratiquée, pour diverses raisons.

Q : (L) Pour en revenir à la vidéo de l’autopsie, pouvez-vous accéder aux informations indiquant si cet hybride provient de l’écrasement survenu à Roswell, au Nouveau-Mexique en 1947 ?

R : L’écrasement ne s’est pas produit à Roswell, mais dans une zone désertique, à environ 250 km à l’Ouest/Nord-Ouest de Roswell. Aucun vaisseau, corps, ni être vivant n’a jamais « atterri » à l’endroit officiel de l’écrasement, qui n’était qu’un champ de débris. L’écrasement réel s’est produit un peu plus loin. Le vaisseau qui est tombé en panne au-dessus de Roswell, laissant derrière lui ce champ de débris, s’est en réalité écrasé dans un endroit désert, à proximité de Los Alamos, au Nouveau-Mexique. C’est là-bas que les corps et les êtres vivants ont été récupérés avec ce qui restait du vaisseau. Et, oui, l’être qui apparaît dans le film que vous avez vu a bien été récupéré là-bas.

Q : (L) Combien y avait-il d’êtres à bord de cet appareil ?

R : Quatre.

Q : (L) C’étaient tous des hybrides ?

R : Exact. Il est aussi à noter — et vous pouvez vérifier cela dans les archives officielles telles qu'elles ont été interprétées par ceux de votre environnement qui ont étudié le sujet — qu’il s’agissait d’une mission spéciale engagée par ceux que vous appelez les Lézards employant des mélanges humain/hybride, l’élément hybride faisant référence au type « Gris ». Il s’agissait en partie d’une expérience pouvant être interprétée, ou traduite, en termes de mission de reconnaissance, et en partie d’un test des conditions environnementales existant à l’époque dans cette région à la suite des explosions nucléaires ayant eu lieu dans un passé récent, selon la mesure depuis ce repère temporel. Elle visait à déterminer les effets tant sur les espèces de Gris vivants que sur les espèces reptiliennes ou Lézards puisqu’elles ont une constitution génétique similaire dans des proportions que nous n’approfondirons pas. Mais l’idée était de tester les effets à la fois sur les gènes humains, ou la structure génétique, et sur la structure génétique des Gris qui, à son tour, est liée à la structure génétique des Lézards, si vous comprenez le concept. Ça, c’était un objectif. Un autre objectif était, bien entendu, une reconnaissance de base.

Q : (L) D’accord. Question suivante : Y a-t-il des Gris que l’on pourrait qualifier de « gentils » ?

R : Il s’agit d’une interprétation subjective, quelle que soit la façon dont on considère la question. Car, après tout, qu’est-ce que la gentillesse ou la méchanceté ?

Q : (L) La définition qui a été donnée était SDS et SDA. Donc, y a-t-il des Gris SDA ?

R : Bon, faisons une petite révision. Il est subjectif de qualifier tant le SDS que le SDA de bien ou de mal. Ces termes signifient simplement Service de Soi et Service d’Autrui. C’est l’observateur qui détermine si cela est bien ou mal. Cela dépend du point de vue. Cela dépend de l’objectif. Cela dépend d’un tas de choses. L’un est simplement le Service de Soi. C’est-à-dire tourné vers l’intérieur. L’autre est le Service d’Autrui qui s’étend vers l’extérieur. Cela fait partie de l’équilibre qui constitue ce que nous appelons l’Univers.

Q : (L) Y a-t-il des Gris SDA ?

R : À de très rares occasions, des Gris ont changé de camp pour le SDA, mais dans leur environnement naturel, ils sont en fait SDS comme leur conception le prévoit.

Q : (L) Comment leur est-il possible de passer à un environnement SDA ?

R : Simple circonstance naturelle, de la même manière générale que des êtres humains appartenant à un environnement SDS de 3e densité peuvent, dans certaines circonstances, s’élever jusqu’au niveau SDA. C’est très rare.

Q : (L) Eh bien, si les Gris sont les sondes cybergénétiques des Lézards, et sont donc dénués d’âme dans les faits, cela veut-il dire que certains Lézards sont aussi SDA ?

R : Premièrement, aucun être recevant une intelligence lui permettant de penser par lui-même n’est, en réalité, totalement dénué d’âme. Il possède une certaine empreinte d’âme ; ou ce que l’on pourrait plus ou moins appeler une empreinte d’âme. Cela peut être un assortiment d’énergies psychiques disponibles dans les environs. Nous exagérons quelque peu de manière à ce que vous puissiez comprendre les idées fondamentales, bien qu’en réalité ce soit bien plus complexe que cela. Mais, quoi qu’il en soit, il n’existe aucun être totalement dénué d’âme, qu’il s’agisse d’une intelligence naturelle ou d’une intelligence artificiellement conçue. Et l’une des choses les plus intéressantes à ce propos de votre point de vue, c’est que votre technologie de 3e densité — qui, pourrions-nous ajouter, a été quelque peu facilitée par les interactions avec ceux que vous pouvez appeler des « aliens » — atteint désormais un niveau où les intelligences artificiellement créées peuvent réellement commencer à développer ou attirer une empreinte d’âme énergétique. Si vous voyez ce que nous voulons dire. Par exemple : vos ordinateurs, qui sont maintenant sur le point d’atteindre le niveau de pouvoir penser par eux-mêmes, commenceront à développer une timide empreinte d’âme.

Q : (L) Ce n’est pas une perspective très agréable.

R : Maintenant, pour répondre à ta question : y a-t-il des Reptiliens ou des Lézards SDA ? Certains peuvent évidemment passer au SDA. Toutefois, leur environnement naturel est SDS, comme ils l’ont choisi. Mais, le fait pour des Gris cybergénétiques de passer au SDA, et/ou pour des Lézards de passer au SDA, n’ont pas de rapport, ces deux concepts sont indépendants.

Q : (L) Je comprends. Bien, diriez-vous qu’il existe un quelconque pourcentage raisonnablement mesurable de Lézards SDA ?

R : Il est très très petit. Extrêmement petit. Ne vaut guère la peine d’être mentionné.

Q : (L) Et pour les Gris ?

R : Il peut être légèrement plus élevé, mais reste, à nouveau, très petit, relativement parlant.

Q : (L) Y a-t-il une autre race d’êtres qui manipulent ou se servent des Lézards ?

R : Pourrais-tu développer ?

Q : (L) Les Lézards sont-ils les agents d’un autre groupe ?

R : Eh bien, c’est une question assez simpliste. Mais, il existe des niveaux d’autorité dans l’environnement SDS de 4e densité. Et ceux-ci sont déterminés par les talents intellectuels et physiques, comme toujours dans le SDS. La « hiérarchie », comme vous dites. Par conséquent, nous pourrions dire qu’en bas se trouvent ceux que vous connaissez comme les Gris, au milieu se trouvent ceux que vous appelleriez les Lézards, et au sommet il y en a d’autres que vous connaissez moins.

Q : (L) De qui s’agit-il ?

R : Les plus connus sont évidemment les SDS d’Orion.

Q : (L) À quoi ressemblent-ils ?

R : Ils sont en fait de structure humanoïde et ressemblent à de grands êtres humains.

Q : (L) Et on ne les voit pas très souvent ?

R ; Vous savez bien sûr à présent que ceux qu’on voit le plus fréquemment au 3e niveau de densité, ce sont les Gris. Tous les autres sont indifféremment vus moins fréquemment.

Q : (L) Bien, quel est l’objectif de toutes ces abductions ?

R : Nous te demandons de poser des questions aussi précises que possible dans ce domaine.

Q : (L) Ces SDS d’Orion ont-ils déjà pris part à des abductions ?

R : Les abductions sont essentiellement effectuées par les Gris. Toutefois, d’autres peuvent vouloir enlever, et l’ont en réalité déjà fait. Mais lorsque cela arrive, la nature de l’abduction est différente.

Q : (L) Des extraterrestres positifs de la région de Sirius interagissent-ils avec des êtres humains en ce moment ?

R : Bon ! Tout d’abord, il est important que tu saches que le mot que tu utilises, extraterrestre, est bien entendu l’un des termes les plus appropriés usités à votre niveau, car tout ce qui n’est PAS de la Terre est extraterrestre. Et il est extrêmement risible pour les habitants de votre environnement terrestre de surface de se penser l’espèce suprême, ou seule dans l’Univers, ou les seuls et uniques du cosmos. Ce serait comme si un microbe sur un grain de sable se considérait être la seule forme de vie sur la plage. Pas vrai ? Maintenant, quand tu demandes s’il y a des êtres dans le coin de Sirius, c’est comme si ce microbe, situé sur un grain de sable, sur la plage, qui évidemment n’est que l’une des plages à la surface de la Terre, demandait s’il y a de la vie dans les environs de tel coquillage…

Q : (L) Mais j’ai demandé s’il y en avait qui interagissaient avec la Terre…

R : Et nous répondons à cette question. Nous avons choisi de saisir cette opportunité pour mettre les choses au point et nous espérons que ces messages seront entendus par d’autres, et pas seulement toi. Même si tu peux comprendre ces concepts à la perfection, ce n’est pas le cas de tous. Tu le sais certainement, non ? C’est pour cette raison que nous donnons ces informations. Maintenant, pour répondre à ta question de savoir s’il existe des êtres dans les environs de Sirius qui sont d’orientation positive, ou SDA pour ainsi dire, il est à nouveau difficile de répondre, car nous ne savons pas comment définir les « environs de Sirius ». Mais si tu sous-entends à moins d’une année-lumière de Sirius, tel que vous mesurez les distances, alors nous pouvons dire qu’il n’existe pas de tels êtres dans cette région en 3e densité. Mais cela n’exclut pas la possibilité d’êtres de la 4e à la 6e densité. Tu vois donc, comme tu le sais déjà, mais nous souhaitons insister, qu’il y a tant de choses à envisager qu’il est ridicule de faire référence à certaines régions ou systèmes stellaires pour affirmer qu’il y a ici ou là des êtres qui ont tel ou tel objectif. Car, si vous connaissiez la véritable nature de l’Univers, de tout l’Univers, de tous les mondes possibles, vous sauriez aussi que tout est possible et, en réalité, existe bel et bien ! Vous ne devez pas oublier cela.

Q : (L) Donc, autrement dit, ces gens ont raison ?

R : Tous ces gens ont raison, et tous ces gens ont tort. Car il est absurde de pointer une section du ciel, pour désigner une quelconque région comme le « Foyer » de ceci ou cela.

Q : (L) Mais si c’était bien le cas ? Les Orions vivent dans la constellation d’Orion, n’est-ce pas ?

R : Tout comme vous.

Q : (L) Mais nous n’y vivons pas encore ! [En réalité, comme je l’appris plus tard, nous vivons bien dans le « Bras d’Orion » de notre galaxie.]

R : Là n’est pas la question. Si tu restais en 3e densité et regardais votre étoile, que vous appelez le soleil, depuis un autre endroit de votre galaxie, il semblerait appartenir au système d’Orion. N’est-ce pas ?

Q : (L) Probablement.

R : Bien, peut-être que tu commences maintenant à comprendre de quoi nous parlons ??? À un niveau, et en un sens.

Q : (L) Eh bien, comment ces êtres font-ils pour traverser de telles étendues spatiales et venir ici ?

R : Comme nous vous l’avons dit, il existe sept niveaux de densité ; lesquels impliquent, entre autres, non seulement un état d’être physique, spirituel, éthérique et matériel, mais également — et surtout — un état de conscience. Voyez-vous, l’état de conscience est l’élément-clé de toute existence au sein de la création. Comme vous vous le rappelez très certainement, nous avons dit qu’en fin de compte, tout n’était qu’une grande illusion, n’est-ce pas ? Par conséquent, si tout n’est qu’une grande illusion, qu’est-ce qui importe le plus : la structure physique, ou l’état de conscience ???

Q : (L) L’état de conscience ?

R : Exactement. En ce qui concerne le système de mesure des niveaux de densité un à sept – système qui, bien sûr, a été formulé en des termes compréhensibles pour vous – le concept-clé est évidemment l’état de conscience — à travers toutes les densités. Ainsi, lorsqu’on atteint un état de conscience supérieur, des choses comme les limites physiques s’évaporent. Et lorsqu’elles s’évaporent, les vastes distances — telles que vous les percevez — disparaissent également. Dès lors, votre incapacité à voir et à comprendre n’affecte en rien ce qui est ou non possible. Sauf à votre propre niveau de densité. Et c’est précisément ce que la plupart des humains de cette densité sont incapables de comprendre. Mais si vous, vous comprenez et partagez cette compréhension, vous accomplirez le plus grand service que votre espèce ait jamais vu. Réfléchissez-y un instant. Laissez cette vérité pénétrer votre conscience en profondeur. Analysez-la. Disséquez-la. Examinez-la attentivement, et ré-assemblez à nouveau tous les éléments.

Q : (L) Qu’est-ce qui limite notre conscience ?

R : Votre environnement. Et c’est l’environnement que vous avez choisi. En fonction de votre niveau de progression. Et c’est cela qui limite tout. À mesure qu’on s’élève vers les niveaux de densité supérieurs, les limitations disparaissent.

Q : (L) Qu’est-ce qui créé cet environnement de limitation ?

R : C’est l’illusion suprême qui est là dans un but d’apprentissage.

Q : (L) Et qui a mis en place cette illusion ?

R : Le Créateur, qui est aussi le Créé, et vous, et nous, et tout le reste. Comme nous vous l’avons dit, nous sommes vous, et inversement. De même que tout le reste.

Q : (L) La clé, c’est que tout est illusion ?

R : Fondamentalement, oui.

Q : (L) Donc, au fond…

R : Comme nous vous l’avons déjà dit — si vous faites preuve d’un peu de patience — l’Univers est une école, tout simplement. Et le but d’une école, c’est que tous puissent apprendre. C’est la raison d’être de tout ce qui existe. La seule. Maintenant, si vous compreniez la véritable profondeur de cette affirmation, vous commenceriez à voir et à faire l’expérience de tous les niveaux de densité dont il est possible de faire l’expérience, toutes les dimensions dont il est possible de faire l’expérience, toute la connaissance. Lorsqu’un individu comprend cette affirmation dans son sens le plus profond, il devient illuminé. Vous avez certainement déjà entendu parler de ce genre de chose. Et pendant un instant, qui dure éternellement, cet individu connaît absolument tout ce qu’il y a à connaître.

Q : (L) Donc, vous dites que la voie de l’illumination est la connaissance, pas l’amour ?

R : C’est exact.

Q : (L) Est-il aussi exact de dire que les émotions peuvent être utilisées pour nous fourvoyer ? J’entends par là les émotions déformées, celles qui émanent strictement de la chair ou d’une fausse programmation ?

R : Les émotions qui limitent sont une entrave à la progression. Les émotions sont également nécessaires pour faire des progrès en 3e densité. Elles sont naturelles. Lorsque vous commencez à séparer les émotions qui limitent, et qui sont fondées sur des suppositions, de celles qui ouvrent à des possibilités illimitées, cela veut dire que vous vous préparez à passer à la densité supérieure.

Q : Quid de l’amour ?

R : Quid ?

Q : (L) De nombreux enseignements sont promus selon lesquels l’amour est la clé, la réponse. Ils disent qu’on peut atteindre l’illumination, la connaissance et que sais-je encore, par l’amour.

R : Le problème n’est pas le terme « amour », mais son interprétation. Les individus de 3e densité ont tendance à embrouiller horriblement la question. Après tout, ils confondent de nombreuses choses avec l’amour. Alors que la réelle définition de l’amour — tel que vous la connaissez — est également inexacte. Il ne s’agit pas forcément d’un sentiment que l’on ressent et que l’on peut également interpréter comme une émotion. Comme nous vous l’avons déjà dit, l’essence de la lumière — qui est connaissance — est l’amour, et ce principe a été corrompu, lorsqu’on déclare que l’amour mène à l’illumination. L’Amour est Lumière est Connaissance. L’amour n’a aucun sens dès lors qu’on lui applique les définitions d’usage propres à votre environnement. Pour aimer, il faut connaître. Et connaître, c’est posséder la lumière. Et posséder la lumière, c’est aimer. Et avoir la connaissance, c’est aimer.

Q : (L) L’autre soir, j’ai rencontré une jeune femme du nom de Roxanne C__. Pouvez-vous accéder à quoi que ce soit pour l’aider ?

R : Pour l’heure, nous choisissons de nous abstenir de tout commentaire sur la nature des individus dans ton environnement. De même, nous suggérerions fortement que vous mettiez un terme à cette séance qui a été plutôt riche en informations.

Q : (L) Une petite question rapide : le problème de mes yeux. J’ai eu beaucoup de problèmes avec eux, j’ai utilisé beaucoup de médicaments. Certaines personnes m’ont dit que c’était le signe d’une mutation génétique et du développement d’une capacité à voir à de nombreux niveaux ?

R : Ça, tu dois le découvrir. Avant que tu ne t’énerves, si tu es effectivement sur le point de commencer à voir à un autre niveau de densité, cela doit être un processus de découverte pour un potentiel d’apprentissage maximal. Il ne serait pas dans ton intérêt de t’en donner des aperçus.

Q : (L) Hier soir, nous devions retrouver plusieurs personnes au restaurant, mais nous les avons perdues dans la circulation. Cette « perte » était-elle symbolique ?

R : Peut-être. Mais à nouveau, nous ne souhaitons pas commenter les interactions qui ont lieu entre toi et d’autres individus, car l’objectif de cette séance en particulier était d’instruire et non d’émettre des jugements concernant d’autres personnes de ton monde.

Fin de la séance
 
Last edited:

PERLOU

The Living Force
FOTCM Member
Merci à l'équipe Française pour cette traduction...

Thanks to the French team for this translation....
 
Top Bottom