Various interesting things in French : documentaries, etc.

dredger

Dagobah Resident
Le terme (ou les) "sainte colère" m'est venu en tête en voyant la réaction de P. Praud sur CNews :

Je me demande néanmoins si vraiment il est honnête et découvre les contradictions naturellement puis les exprime, ... ou s'il joue un jeu d'acteur ?
 

dredger

Dagobah Resident
Bon petit article court et intelligent/pertinent venant, pour changer, de belgique :
 

Bastian

Dagobah Resident
(Copie de
)

Pourquoi un bug ?

Comme je l'ai écrit ailleurs, elle a dit :
« des gens, comme vous et moi » ce qui peut vouloir dire dans son esprit : des gens « normaux », adultes mais pas âgés, « actifs » ayant un emploi et une vie sociale, et/ou sans contre-indications médicales...
Et non : « des gens, incluant vous et moi » ou « des gens, au nombre desquels vous et moi » ou encore « des gens, parmi lesquels vous et moi ».
Donc de mon point de vue, il n'y a pas de quoi s'exciter ici.
Attention au biais cognitif de confirmation (des croyances) !

C'est comme les paréidolies : on peut croire voir dans les nuages des formes connues (visages, animaux, etc.) mais ce ne sont juste que des nuages - c'est le cerveau ou l'esprit humain qui y projette des formes.

Pour bien comprendre le discours de quelq'un, il faut comprendre d'où la personne parle, donc se mettre à sa place.
La porte-parole du parti de Macron, qui œuvre au profit des mondialistes, n'ira jamais avouer volontairement et publiquement n'être pas vaccinée (même si c'est peut-être le cas), à l'encontre de la politique/propagande (supra)gouvernementale !
 
Last edited:

dredger

Dagobah Resident
Pour bien comprendre le discours de quelq'un, il faut comprendre d'où la personne parle, donc se mettre à sa place.
La porte-parole du parti de Macron, qui œuvre au profit des mondialistes, n'ira jamais avouer volontairement et publiquement n'être pas vaccinée (même si c'est peut-être le cas), à l'encontre de la politique/propagande (supra)gouvernementale !
Oui à ce que tu dis, mais les 2 sens restent juste, je ne suis pas d'accord de dire que ton explication est la seule, la preuve, c'est que je ne l'ai pas compris ainsi comme tu l'expliques. et puis, ce qui importe, c'est la perception qu'en feront les gens en moyenne, et tant mieux si cela fait du bruit et les oblige à s'expliquer ou retro-pédaler.
Et puis, considérant les 2 sens, les 2 affirmations, la plus marquante et explosive est celle de comprendre, in finé, qu'elle n'a pas été vaccinée ainsi que les journalistes à qui elle fait face., ce qui est certainement le cas.

Enfin, cela reste une mauvaise communication (supplémentaire) de leur part, cela aurait dû être évité, donc oui, un bug dans la matrice de controle (pour être plus précis)
 

dredger

Dagobah Resident
Pour ceux que cela intéresse, kokopelli vient de terminer le récolte de graines d'Artemisia Annua et en propose pour un prix défiant toute concurrence :
 

dredger

Dagobah Resident
No, because, the next sentence she pronounce is in substance "And to those [who are still not vaxxed] we should say : go get the jab".
So, how do you understand that ? I'm not vaxxed and I should tell to myself : go get the jab. (?)
C'est une question rhétorique, je comprends ce que tu veux démontrer et que le sens est bien comme vous (toi et Bastian) le dites, mais même après avoir ré-écouté, je l'entends pour ma part comme je l'ai indiqué plus haut. C'est comme les règles de français, il y a la théorie et la pratique, mais finalement ce qui importe est comment cela est perçu et compris, elle aurait pu employer une autre tournure de phrase pour éviter toute double interprétation.
 

Deliverance

Jedi Master
FOTCM Member
Here, Screenshots with French subtitles. It's old but still relevant ...
Mechanisms of totalitarian regimes - 07.29.2021
Professor Mattias Desmet teaches clinical psychology at Ghent University in Belgium and specializes in mass training which is typical of totalitarian regimes.

Ici, Captures d'écran avec sous-titres en français. C'est ancien mais toujours d'actualité...

Les mécanismes des régimes totalitaires - 29.07.2021​

Le Professeur Mattias Desmet enseigne la psychologie clinique à l'université de Gand en Belgique et est spécialisé dans la formation de masse qui est typique des régimes totalitaires.

 

Bastian

Dagobah Resident
A good synthesis by a MD (homeopath) :
 

Ellipse

The Living Force
FOTCM Member
Un livre sur les morts suspects de personnes connues (pas évalué) : "Célébrités : 16 morts étranges" (Celebrities: 16 strange deaths)

Célébrités - 16 morts étranges.jpg

Ils étaient célèbres. Et ils sont morts, de façon souvent inattendue. Pour toutes les personnalités dont ce livre évoque les derniers jours, des doutes subsistent quant au caractère naturel de leur disparition. L'accident de moto fatal à Coluche eut-il pour cause la vitesse ou l'inquiétude que l'artiste suscitait en haut lieu ? Pierre Bérégovoy s'est-il "suicidé" de deux balles dans la tête ? Lady Di a-t-elle été victime de la raison d'Etat ? Marilyn Monroe s'est-elle endormie pour toujours d'avoir connu de trop près les Kennedy ? Le médecin de Michael Jackson lui a-t-il injecté sciemment une surdose de médicaments ?

Bernard Pascuito - 06/07/2011
Lien Decitre

Descriptif de l'édition l'Archipel :

Le pape Jean Paul 1er a-t-il été assassiné ? Pourquoi le conducteur du camion, qui devait être fatal à Coluche, effectuait-il une manoeuvre là où il n’avait aucune raison de tourner ? Diana a-t-elle été victime d’un complot parce qu’elle était enceinte des oeuvres de Dodi Al Fayed ? Romy Schneider, retrouvée morte à son domicile, a-t-elle vraiment succombé à une crise cardiaque ?

Que penser des rumeurs selon lesquelles l’accident de voiture dont mourut Marie-Antoinette Chaban-Delmas fut provoqué ? Comment expliquer le trépas de Michael Jackson, filmé en pleine forme lors des répétitions de son concert, la veille de sa mort ?

De Grace Kelly à Pierre Beregovoy, des personnalités politiques aux vedettes du monde du spectacle, Bernard Pascuito raconte le destin de quinze personnalités dont la disparition a été controversée.
Lien FNAC


Extrait :
Pour mettre en doute une mort, il faut avoir des raisons, bonnes ou mauvaises. Et pour tous les disparus évoqués dans ce livre, il existe de telles raisons. Claude François est-il mort dans sa baignoire, électrocuté par une applique, ou a-t-il été assassiné après avoir été menacé à plusieurs reprises ? Coluche est-il mort dans un accident de moto, alors qu’il préparait un nouveau spectacle au Zénith dans lequel il devait évoquer, avec violence et humour, la fille cachée du président de la République, François Mitterrand ? Était-il un gêneur qu’il fallait éliminer ? N’avait-il pas déjà « importuné », des années auparavant, lorsqu’il avait voulu se présenter comme candidat à la présidence de la République ? Romy Schneider s’est-elle suicidée, ou, comme on nous l’affirme, est-elle morte de mort naturelle, un soir, assise à la table du salon de son appartement ? Pierre Bérégovoy, lâché par ses amis politiques, embringué dans un scandale financier, s’est-il suicidé ? Ou a-t-il reçu deux balles dans la tête, ce qui fait beaucoup pour un suicide… Jean Seberg, retrouvée onze jours après sa disparition morte dans sa voiture, s’est-elle suicidée ? Ou a-t-elle succombé après avoir absorbé de force une énorme quantité d’alcool ? Marilyn Monroe est-elle morte de mort naturelle, s’est-elle suicidée ou a-t-elle été assassinée sur ordre des Kennedy, dont elle menaçait la sérénité ?

On le voit, chacune de ces disparitions présente des aspects nébuleux jamais éclaircis. Dans le cas de Marilyn Monroe ou de Diana, des dizaines de livres consacrés à leur mort ont accumulé les doutes sans vraiment faire avancer la vérité.

Ils étaient jeunes, beaux, riches et célèbres. Parfois les quatre à la fois. Et ils sont morts comme n’importe lequel d’entre nous. C’est cela qui est inacceptable pour beaucoup.

Quand on est la princesse Diana, on ne peut mourir dans un accident de voiture sous le pont de l’Alma. Quand on est Coluche, on ne peut disparaître dans un accident de la circulation sur une route du Midi. Quand on est Claude François, on ne peut mourir dans sa baignoire pour avoir touché une applique mal installée.

Il y a forcément autre chose que l’on ne nous dit pas.

Nous vivons dans une société de plus en plus paranoïaque, où la théorie du complot affleure à chaque événement. Ces dernières années, de monstrueuses insinuations, feutrées puisque attentatoires à la loi, ont même laissé entendre que les camps de concentration – à Auschwitz, Treblinka, Dachau, etc. – et les chambres à gaz n’avaient pas existé. Et à travers des livres, des vidéos sur Internet, certains ont même mis en doute la réalité des attentats du 11 Septembre. Qui auraient été inventés, créés par le gouvernement américain.

Devant une telle paranoïa, on reste les bras ballants.

Aujourd’hui, le doute n’est pas seulement permis, il est obligatoire. Mourir sans raison paraît suspect. Comme s’il fallait une raison précise pour mourir à telle date, à tel endroit.

Nous sommes entrés dans le royaume de la mort interdite.

Alors, on cherche d’autres vérités, plus dérangeantes, derrière les vérités apparentes. Et parfois on trouve. Rarement des preuves. Plus souvent des éléments dissonants.

On en vient toujours à chercher dans les zones d’ombre d’une vie les possibilités d’éclairer une mort ambiguë.

C’est en fouillant dans la vie de Marilyn Monroe que l’on a cherché à expliquer sa disparition. Dans le cas de Romy Schneider, tout un chacun estime dans son inconscient qu’une mère ayant perdu son enfant dix mois plus tôt est condamnée à mort, et qu’elle doit immanquablement finir par se suicider.

*

Le but de ce livre est d’accepter le doute, de donner éventuellement les arguments pour le dissiper ou, au contraire, de poser les éléments, parfois nombreux, qui permettent de l’étayer.

Si nous trouvons dans ces pages des personnalités hypermédiatisées, de Michael Jackson à Marilyn Monroe, en passant par Diana, Claude François ou Coluche, nous croisons aussi des personnalités moins connues du grand public, tels le général Leclerc ou Marie-Antoinette Chaban-Delmas, ainsi que des personnages à la stature indéniable, comme le pape Jean-Paul Ier, décédé mystérieusement après seulement trente-trois jours de pontificat.

On peut être élu pape et mourir de mort naturelle trente-trois jours après. Le fait est que l’élection d’un pape ne lui
garantit pas un certain nombre d’années de vie. Pour ce qui est de la vie éternelle, il verra plus tard, mais de préférence après sa mort.

Mais, derrière la brutalité de cette disparition, on découvre des éléments qui donnent à penser que Jean-Paul Ier ne serait pas mort de mort naturelle.

En se penchant sur certaines vies méconnues, on découvre souvent des aspects passionnants. Nous pensons notamment à Marie-Antoinette Chaban-Delmas, disparue dans un accident de voiture alors que son mari Premier ministre travaille à Matignon. Force est de constater que depuis des années les époux Chaban-Delmas faisaient maison à part. Le Premier ministre avait une liaison avec une femme qu’il épousera un an environ après la mort de Marie-Antoinette, et c’est cette liaison portée au grand jour qui aurait mis celle-ci dans un état de dépression nerveuse pour laquelle elle était soignée depuis des années.

Le général Leclerc est mort dans un accident d’avion, mais le pilote n’aurait jamais dû décoller tant les conditions atmosphériques étaient mauvaises. Au premier abord, voilà une mort qui paraît assez peu mystérieuse. Surtout quand on sait que Leclerc a lui-même ordonné au pilote de décoller. Mais alors, d’où est venue la rumeur ? Après avoir été protégé par de Gaulle, le libérateur de Paris avait commencé à lui faire de l’ombre, une ombre grandissante…

La question revient sans cesse, lancinante : à qui la mort profite-t-elle ?

Celle de Diana profite à la famille royale d’Angleterre, exaspérée par les humiliations que lui infligeait la jeune femme.

Celle de Bérégovoy profite à son camp, si tant est que Bérégovoy représentait un danger pour ses amis, et notamment le président de la République.

La mort de Jean-Paul Ier profite à ses adversaires politiques au sein du Concile.

La mort de Michael Jackson profite à beaucoup de gens, dans son entourage professionnel. Dans son état physique et mental, il aurait été incapable d’honorer les concerts qu’il devait donner à Londres. Sa disparition permettait de faire couvrir par les assurances les frais liés à l’annulation.

La mort de Jean Seberg aurait profité au FBI et à la CIA, mais aussi à quasiment toute l’Amérique blanche et dure qui ne supportait plus ses liaisons sulfureuses avec les Black Panthers.

Bien sûr, il ne saurait s’agir ici d’apporter une réponse précise à cette foule d’interrogations, mais simplement d’effectuer un voyage à travers des vies qui, chacune à leur façon, ont pu nous passionner. Des existences dont nous pensons connaître les méandres, alors que nous n’en savons le plus souvent pas grand-chose. Il s’agit de traquer la vérité, de l’approcher parfois, quitte à en être effrayé.


LE GÉNÉRAL LECLERC
Mort, où est ta victoire ?

Pour tous les Français, il est l’homme qui a libéré Paris. Philippe de Hauteclocque appartient à une époque où les jeunes gens de son milieu devenaient moines ou soldats. Il a choisi en 1922, à vingt ans, de prendre le chemin de Saint-Cyr. À moins de quarante ans, il a refusé la débâcle, l’humiliation, l’Occupation, pris le nom de Leclerc pour épargner des ennuis à sa famille, rejoint Londres après avoir été fait prisonnier deux fois et s’être évadé deux fois.

On ne peut pas évoquer la mort de Leclerc si on ne tente pas d’abord d’ébaucher un portrait de l’homme, du combattant, du meneur d’hommes, du stratège et aussi, et surtout, du visionnaire politique dont les lumières pouvaient faire de l’ombre aux uns et hurler les autres.



D’où vient qu’un parcours conforme aux traditions familiales et aux valeurs chrétiennes, enraciné dans le service de la patrie et de l’État, conduise à s’interroger sur l’anticonformisme de Leclerc ? Son engagement d’homme libre est, certes, peu banal parmi sa génération d’officiers. C’est bien la cohérence de son parcours, donnant un sens à son engagement dans la France Libre qui fait rupture, non sur le plan de son itinéraire intellectuel, patriote, familial et moral, mais bien par rapport à une étude sociologique du comportement militaire en 1940 : obéir plutôt que résister. Leclerc est conçu pour résister. Il appartient à ce que l’on a appelé la « génération de feu », génération saint-cyrienne (1922-1924), instruite par les sacrifices de la Grande Guerre, génération d’officiers marqués par les enseignements tactiques et stratégiques du « feu qui tue », à Saint-Cyr puis à l’École de guerre (1938-1939). Cavalier sorti major du stage d’application de cavalerie à Saumur en 1925, major à l’entrée et à l’issue de la première année de l’École de guerre, Hauteclocque se défie des faiseurs d’idées, non des idées elles-mêmes.

S’il passe dix-sept ans en école, de 1922 à 1939, dont huit comme instructeur (à Dar El-Beïda, au Maroc, 1927-1929, et à Saint-Cyr, 1933-1938), il n’est pas l’archétype de l’officier de corps de troupes des années 1920 et 1930. Si sa carrière est conforme au parcours type de l’officier de cavalerie avant 1940, elle tranche par ses talents. En dépit de sa brève expérience du feu en 1939, il se révèle rapidement un chef de guerre anticonformiste et brillant, mieux, victorieux. Le général Leclerc perce sous le capitaine de Hauteclocque. Ses qualités de meneur d’hommes au combat, mais aussi dans son œuvre de ralliement à la France Libre, sont évidentes. Doué de toutes les qualités de tacticien et de logisticien en tant que chef de la « force L » (Koufra, mars 1941), puis de la 2e division blindée, Leclerc est un chef de guerre reconnu. Il a forgé, non sans difficulté, la 2e DB, il déploie toutes ses qualités dans la campagne de Tunisie en février 1943. Avec ses talents d’organisateur et d’improvisateur, il rallie autour des Français libres de 1940 à 1942 une partie de l’armée d’Afrique et des giraudistes, évadés de France et Africains engagés. Cet amalgame de soldats français nord-africains, prémonitoire de la reconstruction des armées françaises après 1944, est sans conteste un atout pour la France combattante. Libre dans l’action et dans la pensée, Leclerc s’adapte aux situations les plus difficiles. Ainsi en est-il lors des premiers engagements de la 2e DB après le débarquement en Normandie du 1er août 1944. Enfin, la campagne d’Alsace de la 2e DB est, d’un point de vue logistique et stratégique, un modèle d’école qui lui vaudra plus tard l’admiration d’un Patton, ou d’un Bradley, initialement plus réservés.
 

dredger

Dagobah Resident
Une information concernant le "Molnupiravir" (me fait penser à "Moldu pire à vivre", moldu venant d'Harry Potter désignant le peuple endormi/inconscient)

Je copie l'image ici si le tweet venait à disparaitre :
FFDfiIgXoAkcfKd
 

dredger

Dagobah Resident
Un témoignage de l'auteur bien connu Bernard Werber datant de sa jeunesse, intéressant à écouter, ne fut-ce que car il parle d'un autre sujet que celui qui tient la barre de l'actualité depuis 20 mois (la vidéo date de 2017). La vidéo dure 15m.

Intéressante sa conclusion finale, sa dernière phrase, que voici :
Méfiez-vous des journaux et lisez des romans

 
Top Bottom