Séance du 10 décembre 1994

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
#1
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Session 10 December 1994

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
___________________________________________________________________________________________

Séance du 10 décembre 1994

Participants : « Frank », Laura, Terry et Jan

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour. Poinsettia.

Q : (L) Quoi ?

R : Nous est juste venu à l’esprit.

Q : (L) Est-ce dans nos esprits ?

R : Non, le nôtre.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Appel de Cassiopaea.

Q : (L) Quel est votre nom ?

R : Rodann.

Q : (L) Au bénéfice de Terry et Jan, je voudrais vous demander à nouveau ce qu’étaient, ou qui étaient, les êtres que DM a vus lors de sa régression hypnotique l’autre soir ?

R : Son essence.

Q : (L) S’agissait-il d’êtres physiques sur la Terre que nous occupons dans l’espace-temps où nous nous trouvons en ce moment même ?

R : Non.

Q : (L) C’est arrivé dans ce qu’on pourrait appeler une réalité alternative ?

R : Ça continue.

Q : (L) Donc, dans une réalité alternative, DM est une mante religieuse qui mange des petits enfants ?

R : Et vous aussi. Et tous les autres.

Q : (L) De quoi est-ce l’essence ?

R : Son être.

Q : (L) Ces aspects de nous-mêmes se dirigent-ils en ce moment même vers la Terre dans le cadre du passage de la frontière entre les mondes ?

R : Oui.

Q : (L) Devrons-nous tous faire face à ces aspects de nous-mêmes sous forme d’êtres différents ?

R : Oui.

Q : (L) Y a-t-il d’autres parties de nous-mêmes, dans la totalité des mondes, qui sont en train de faire d’autres choses en ce moment ?

R : Oui.

Q : (L) Et en quoi [tous ces aspects] seront-ils affectés par le passage de la frontière entre les mondes ?

R : Fusionneront.

Q : (L) Devons-nous avoir recours à l’hypnose de manière poussée pour faire émerger ces aspects de nous-mêmes et y faire face petit à petit ?

R : Se passera involontairement. Sera comme une explosion thermonucléaire. Un message suit : Observez la configuration. Orion, les Pléiades, Arcturus, Cassiopée ; vérifiez les distances à partir de la Terre ; lieu de progression de l’Onde, combiné avec les références terriennes d’espace-temps. À vous de faire le travail. Comparez les dates de publication des messages canalisés avec leurs lieux de transmission. Nous sommes où nous sommes.

Q : (L) Que voulez-dire par vous êtes où vous êtes ?

R : Recoupez les données spatiales et temporelles.

Q : (L) Avec quel livre devons-nous recouper ces données ?

R : N’importe quelle carte du ciel et Marciniak, le channel d’Arcturus, les ouvrages sur Orion, et nous. Nous vous parlons depuis la « crête » de l’Onde, maintenant, où sommes-nous ?

Q : (L) Est-ce une devinette ?

R : Depuis, pas de.

Q : (L) Vous nous parlez depuis la crête de l’Onde ? (T) Êtes-vous portés par l’Onde ?

R : Oui.

Q : (L) Vous avez dit lors d’une autre séance que vous vous trouviez à dix mille kilomètres…

R : Fenêtre de transmission.

Q : (L) Nous espérons que vous allez rendre tout ça parfaitement simple et limpide.

R : Ça l’est.

Q : (L) Eh bien, pouvez-vous nous aider à comprendre, nous pauvres créatures à 2 brins d’ADN ?

R : À quelle distance se trouve Cassiopée ?

Q : (L) Avons-nous besoin de distances précises ?

R : Générales, c’est suffisant.

Q : (L) Donc, si nous déterminons simplement les distances générales… et ces amas d’étoiles représentent-ils chacun une zone générale de l’Onde ?

R : Chacun représente un repère dans l’espace-temps. Vous pouvez estimer la vitesse et la date probable d’arrivée en comparant les distances avec les dates de publication [des canalisations mentionnées ci-dessus – NdT] et les dates de transmission de nos propres messages.

Q : (L) J’ai compris ! Vous voulez dire que vous êtes les Arcturiens, les Pléiadiens et, à présent, vous êtes les « Cassiopéens », parce que vous « êtes du lieu où vous êtes » ! Et vous êtes portés par l’Onde. Est-ce que cette Onde est une ligne droite qui relie toutes ces constellations ?

R : Itinéraire sinueux ou cyclique.

Q : (L) Alors, c’est comme une spirale ?

R : Oui.

Q : (L) Donc, il faut vraiment que nous dressions une carte pour y tracer l’itinéraire ?

R : Oui.

Q : (L) Quand on parle depuis Orion, on est des « Orions ». Quand on parle depuis les Pléiades, on est « Pléiadien », etc.

Donc, tous ces livres de channeling que vous avez mentionnés proviennent en essence de la même source, par l’intermédiaire de différents channels avec lesquels elle peut communiquer de par les différentes positions qu’elle occupe dans l’espace-temps et en fonction du niveau de préparation des « channels ». Est-ce bien cela ?

R : Pas loin. Nous vous avons donné un repère de la crête de l’Onde. Nous sommes d’où nous sommes et d’où nous parlons. Compris ?

Q : (L) Vous êtes la crête de l’Onde ?

R : Nous sommes les Pléiadiens de Marciniak. Nous sommes où nous sommes.

Q : (T) Alors, vous n’êtes pas vraiment des Cassiopéens de la constellation de Cassiopée ?

R : Nous sommes des Passagers Transitoires.

Q : (T) Donc, quand l’Onde atteindra la Terre et que vous communiquerez avec quelqu’un quelque part ailleurs, vous vous présenterez comme des « Terriens » ?

R : Quand l’Onde atteindra la Terre, nous fusionnerons avec vous.

Q : (L) Quand vous étiez sur Orion, avez-vous fusionné avec les Orions ?

R : Pas sur la fréquence requise pour le passage de la frontière entre mondes.

Q : (L) Quel effet l’Onde a-t-elle eu sur le secteur d’Orion ?

R : Aucun. Déjà au niveau de la 4e densité.

Q : (L) Quel est le point d’origine de cette Onde ?

R : Pas de point d’origine.

Q : (L) A-t-elle toujours fait le tour de l’univers ?

R : Pas loin.

Q : (T) Bon, vous chevauchez donc la crête de cette Onde en 6e densité. C’est bien ça ?

R : Oui. Nous sommes vous dans la 6e densité.

Q : (T) Vous êtes nous, c’est-à-dire moi Terry, Laura, Jan et Frank ?

R : Oui.

Q : (L) Êtes-vous des « nous » alternatifs qui se prolongent dans des densités supérieures ?

R : Au point de référence où vous vous trouvez actuellement dans l’espace-temps, nous sommes vous dans le futur.

Q : (T) Nous sommes votre destin ?

R : Et vice versa.

Q : (L) Par hasard, vous ne seriez pas une de ces créatures bizarres qui ressemblent à des fourmis ou des mantes religieuses ?

R : Oui et non.

Q : (T) Vous êtes simplement une autre partie de nous-mêmes ? Vous, nous, les Lézards, les fourmis, les Gris, les arbres…

R : Nous sommes votre être entier, c’est–à-dire vous/nous en 6e densité.

Q : (T) Alors, ce que nous nous efforçons de devenir, c’est Vous ? Vous êtes nous ?

R : Oui.

Q : (T) Donc, quand nous arriverons en 4e densité et que nous deviendrons la totalité de nous-mêmes, nous vous connaîtrons aussi pendant une brève période ?

R : Pas encore totalement soi-même en 4e densité.

Q : (T) Mais pour passer en 4e densité…

R : Plus proche.

Q : (T) Nous, dans cette pièce, sommes plus proches que les autres ?

R : Non. Plus proches quand serez en 4e densité.

Q : (L) Quand Scarlett était sous hypnose, elle a décrit une escadrille de vaisseaux spatiaux « portés par une onde », et ça l’a perturbée. Elle a ressenti cette onde comme quelque chose de terrifiant, d’agressif — comme une invasion. Était-ce vous et votre Onde qu’elle a perçus ?

R : L’Onde est un moyen de transport.

Q : (L) Est-ce un moyen de transport pour de nombreux êtres ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que vous venez nous envahir ?

R : Non, fusionner.

Q : (L) Est-ce que d’autres viennent avec l’intention de nous envahir ?

R : Oui.

Q : (L) Et fusionner avec vous nous permettra-t-il de résister et de nous défendre ?

R : L’Onde est « bondée ».

Q : (T) Donc, tous ceux qui, dans tout l’Univers, veulent jouer un rôle dans les événements qui vont se dérouler sur Terre voyagent sur cette Onde ?

R : Au passage de la frontière entre mondes.

Q : (L) Laissez-moi poser quelques rapides petites questions, histoire de s’en débarrasser, à moins que vous n’ayez vraiment quelque chose… Je veux dire, vous nous avez quasiment dit tout ce dont nous avons besoin à ce sujet… ces informations que nous avons reçues ici…

R : Oh, vraiment ?

Q : (L) Bon, je suppose qu’ils me disent que nous n’avons pas reçu tout ce dont nous avions besoin à ce sujet. Mais on peut y revenir.

R : Tu peux poser des questions si tu le souhaites.

Q : (L) Eh bien, je ne veux déranger personne. (T) Oh, vas-y, c’est déjà bondé sur l’Onde de toute façon. (L) D’accord, voici une transcription que j’ai reçue dans ma boîte aux lettres d’un groupe qui s’appelle « Conscience Cosmique »…

R : Dezinformatzia.

Q : (T) J’aime quand un être de 6e densité a le sens de l’humour. (L) La base de la Zone 51 a-t-elle été déplacée à Kirtland comme ce truc le dit ?

R : Non.

Q : (T) Y a-t-il une base dans la Zone 51 ?

R : Oui. Kirtland connaît un nouvel ajout.

Q : (L) Est-ce dans la base de la Zone 51 que notre armée et les aliens travaillent main dans la main ?

R : Ils ont récupéré un appareil des Gris, mais le personnel humain et le personnel alien ne travaillent pas ensemble là-bas.

Q : (T) Ils s’emparent vraiment d’appareils ?

R : Récupéré après un écrasement.

Q : (T) Des aliens ont-ils donné un appareil au gouvernement ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi cela ?

R : Donneriez-vous des postes de télé à des souris ?

Q : (L) Ces êtres insectoïdes, ces autres manifestations de nous-mêmes, comment considèrent-ils notre façon de traiter les insectes sur cette planète ?

R : Indifférents.

Q : (L) Est-ce parce que les insectes sur notre planète ne sont pas des êtres conscients ?

R : Différent.

Q : (L) Comment les insectoïdes gèrent-ils les insectes sur leur planète ?

R : Ils sont les insectes sur leur planète.

Q : (L) Ont-ils des nuisibles sur leur planète, comme des humains miniatures qui courent partout et dévastent leurs provisions ? (T) Pas de lapin Duracell ?

R : Humour !

Q : (L) Mais vraiment, ont-ils des nuisibles ?

R : Non.

Q : (L) Bon, sérieusement, ont-ils des nuisibles sur leur planète, comme nous ?

R : Non. Microbien.

Q : (L) Eh bien, est-ce qu’ils les exterminent comme nous ?

R : Non.

Q : (L) Pouvons-nous considérer que nos nuisibles nous ont été infligés par les Lizzies ? Je me suis toujours demandée pourquoi Dieu avait créé les moustiques.

R : Non.

Q : (L) Quand nous irons en 4e densité, serons-nous libérés des moustiques, des cafards, des vers gluants, des limaces, etc. ?

R : Non.

Q : (L) Conjointement aux modifications de l’ADN, y a-t-il une similitude entre la race humaine et l’idée de la transformation de populations de sauterelles en locustes, par exemple ?

R : Oui.

Q : (L) Quand les sauterelles se transforment en locustes, elles essaiment si leur population devient trop importante.

R : Tout fait partie d’un processus cyclique naturel.

Q : (L) La modification de l’ADN que nous vivons a-t-elle été programmée en nous afin, qu’après de nombreuses générations, ces modifications se fassent en quelque sorte sentir ?

R : Pas loin.

Q : (L) Donc, nous avons tous choisi, avant de nous incarner; des corps de premier choix pour cette programmation ?

R : Êtes-vous prêts à être hermaphrodites ?

Q : (L) Est-ce ce que nous allons devenir ?

R : Vous verrez bien.

Q : (T) Puisque vous chevauchez cette onde pour communiquer, puisque vous vous servez de l’Onde pour faire converger ce contact, et vous êtes qui vous pouvez être selon la position de l’Onde, vous avez donné des informations à Barbara Marciniak sous le nom des « Pléiadiens ». C’est ce que vous nous dites. Avez-vous dit aux autres, comme Barbara Marciniak, que vous contactiez d’autres personnes ?

R : Non.

Q : (L) Donc, Barbara peut ne pas savoir que ce sont les mêmes contacts, mais sous différents noms ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce parce qu’elle ne l’a pas demandé ?

R : Information progressive. Mais aussi, le système est comme une mosaïque.

Q : (L) Cela veut-il dire que différentes personnes reçoivent différents fragments de la mosaïque ?

R : Oui.

Q : (T) Mais, vous nous avez dit que vous aviez contacté d’autres personnes sous d’autres noms ?

R : Oui.

Q : (T) L’avez-vous dit aux autres ?

R : Non.

Q : (T) Pourquoi n’avez-vous pas contacté les autres pour le leur dire ?

R : Venons de répondre. Progressif.

Q : (T) Êtes-vous toujours en contact avec Barbara ?

R : Pas en ce moment. Elle est en mode pause.

Q : (T) Le sait-elle ?

R : Oui. Écrivez-lui et dites-lui d’appeler « Cassiopée ». Le prochain arrêt est le Lion.

Q : (T) À un moment donné dans le futur, le prochain point d’émission sera le Lion. Cela signifie-t-il qu’à un moment donné, nous ne pourrons plus vous contacter ?

R : Nous venons juste de vous dire qui appeler.

Q : (T) Eh bien, ce que j’ai du mal à comprendre, c’est pourquoi on doit appeler un certain point de l’espace. Nous sommes actuellement en contact. Ce canal ne reste-t-il pas ouvert ?

R : Point de référence.

Q : (T) Donc peu importe du moment qu’on se rencontre régulièrement pour parler avec vous ?

R : Oui.

Q : (T) Barbara peut continuer à vous parler même si vous n’êtes plus les Pléiadiens ?

R : Elle pourrait parler à quelqu’un d’autre.

Q : (T) Êtes-vous en train de dire, qu’en ce moment, elle canalise une autre source ?

R : Peut-être.

Q : (L) J. Z. Knight canaliserait Ramtha. Qui était Ramtha ?

R : Source valide à l’origine.

Q : (L) Cela a-t-il changé ?

R : Cupidité.

Q : (T) Donc, elle l’a simulé ?

R : Oui.

Q : (L) Je voulais revenir sur un élément de la séance d’hier. Je n’ai pas encore retranscrit la cassette, mais vous avez parlé de candidat à la 4e densité, et c’est la première fois que vous avez utilisé ce terme. Qu’est-ce qu’un candidat à la 4e densité ?

R : Se passe d’explication.

Q : (L) Comment devient-on candidat à la 4e densité ?

R : Progression naturelle.

Q : (L) Tout le monde sur cette planète est-il candidat à la 4e densité ?

R : Non.

Q : Combien il y en a-t-il ?

R : Ouvert.

Q : (L) Un non-candidat peut-il le devenir du jour au lendemain ?

R : Oui.

Q : (T) Combien de brins d’ADN possédons-nous ?

R : Terry, 4 ; Frank, 4 ; Jan, 3 ; Laura, 3.

Q : (L) Ça alors… le sexe joue-t-il un rôle ?

R : Non.

Q : (L) Êtes-vous en train de nous dire que Frank et Terry sont plus intelligents que Jan et moi ?

R : Tu es en train de développer ton 4e, ton 5e, et ton 6e en ce moment même.

Q : (T) Si l’on examinait notre ADN dans la 3e densité, est-ce que ça se verrait ?

R : Vous l’appelleriez ADN poubelle.

Q : (T) Est-ce qu’on remarquerait que c’est un nouvel ADN ?

R : Peut-être.

Q : (F) Il faudrait le comparer à un point de référence.

Q : (L) L’Atlantide et la Lémurie sont-elles les plus anciennes civilisations terrestres ?

R : Non.

Q : (L) Quelles civilisations évoluées ont existé avant l’Atlantide et la Lémurie ?

R : Nombreuses.

Q : (L) Y a-t-il eu d’anciennes civilisations évoluées dans ce qu’on appelle dorénavant l’Antarctique ?

R : Oui.

Q : (L) Comment s’appelait cette civilisation ?

R : Gor.

Q : (L) Quelle sorte de gens vivaient à Gor ?

R : 5 mètres et demi de haut.

Q : (L) Étaient-ils humanoïdes ? Nous ressemblaient-ils ?

R : Proche.

Q : (L) Y avait-il des hommes et des femmes comme pour nous ?

R : Oui.

Q : (L) Pouvaient-ils voyager dans l’espace ?

R : Pas intéressés.

Q : (L) Reste-t-il des vestiges de cette civilisation ?

R : Oui.

Q : (L) Vivaient-ils seulement en Antarctique ?

R : Non.

Q : (L) Ils habitaient le monde entier ?

R : À peu près.

Q : (L) Reste-t-il des vestiges en Floride ?

R : Non.

Q : (L) Où pourrait-on trouver des vestiges ?

R : Amérique du Sud.

Q : (L) Où ça en Amérique du Sud ?

R : Amazone. Ancienne légende des Amazones.

Q : (L) Nos scientifiques en ont-ils connaissance ?

R : Oui.

Q : (L) Reste-t-il des vestiges de l’Atlantide et de la Lémurie ?

R : Oui.

Q : (L) Nos scientifiques en connaissent-ils ?

R : Oui.

Q : (L) Cachent-ils sciemment ces informations ?

R : Oui.

Q : (L) Ont-ils l’intention de nous en parler ?

R : Non.

Q : (L) Conservent-ils des reliques de cela ?

R : Oui.

Q : (L) J’aimerais savoir ce que Tom G pourrait faire pour mieux se rétablir de son cancer ?

R : AMP. Attitude mentale positive.

Q : (L) Dans notre culture, les jeunes se livrent à beaucoup de pratiques très étranges. Il y a entre autres le fait d’écouter de la musique extrêmement fort jusqu’à faire littéralement vibrer les cellules de leur corps au point de les transformer en gelée. Pourriez-vous me dire les effets physiologiques à long terme de l’exposition du corps humain à ce vacarme retentissant ?

R : Étranges modes de pensée.

Q : (L) Quels effets ces sons extrêmement forts ont-ils sur les gens ?

R : Variable.

Q : (L) Ces effets sont-ils négatifs ?

R : Ouvert.

Q : (L) Ces effets sont-ils plus que défavorables à une santé optimale ?

R : Peut-être.

Q : (L) Qu’est-ce que ces boums très puissants peuvent faire au corps ?

R : Lui faire faire « boum boum ». [Éclats de rire]

Q : (L) Le concert des Blue Cheer de 1969 ; le groupe l’a annoncé comme le plus fort ayant jamais été donné, et c’était vrai. J’étais assise à trois mètres des enceintes et trois heures après, j’étais encore sourde et mes oreilles ont bourdonné pendant plusieurs jours. Je ne suis plus jamais retournée à un concert. (L) Cela fait-il partie d’un complot pour détruire l’esprit et le corps des jeunes ?

R : Peut-être.

Q : (J) Ou est-ce qu’ils sont tout simplement stupides ?

R : Bonne réponse.

Q : (L) À deux reprises vous avez mentionné les Andariens. Je n’avais jamais entendu parler d’eux auparavant. Qui sont-ils et pourquoi en avez-vous parlé ? D’où venaient-ils et à quoi ressemblaient-ils ?

R : Une question à la fois.

Q : (L) Qui sont les Andariens ?

R : Formes pensées pour SDS.

Q : (L) À quel niveau de densité se trouvent-ils ?

R : 5e.

Q : (L) Donc, ils se trouvent au niveau contemplatif ?

R : Oui.

Q : (L) D’où viennent-ils ?

R : 5e niveau.

Q : (L) Pouvez-vous nous dire à quoi fait référence le Pont de l’Arc-en-ciel dans les Messagers de l’aube. Est-ce de cela dont vous parliez quand vous avez dit que notre groupe était un conduit ?

R : Oui.

Q : (L) Que se passe-t-il au niveau psychique au moment de l’orgasme ?

R : Pour qui ?

Q : (L) Pour n’importe qui. Juste d’une manière générale. Se passe-t-il quelque chose, au niveau psychique, quand on atteint l’orgasme ?

R : Ouvert.

Q : (L) Est-ce différent pour chacun ?

R : Pas loin.

Q : (L) Est-ce différent selon qu’on est un homme ou une femme ?

R : Généralement.

Q : (L) Si je demande ça, c’est parce qu’un certain Wayne Cook a découvert en faisant de la radiesthésie, qu’après l’orgasme, le corps humain avait le même « taux vibratoire » qu’un cadavre. Pourquoi cela ? (T) Soutirage d’énergie.

R : Oui.

Q : (L) Et où s’en va l’énergie soutirée ?

R : Vers l’éther.

Q : (L) Est-ce que l’énergie va à l’un ou l’autre des partenaires ?

R : Peut-être.

Q : (L) Se peut-il que, durant ce genre d’activités, des Lizzies ou d’autres êtres rôdent aux alentours et pompent cette énergie ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que c’est fréquent, d’une manière générale ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce une des raisons pour lesquelles le sexe est à ce point encouragé et mis en avant dans notre société…

R : Oui, oui, oui.

Q : (T) Est-ce que quelqu’un traînait autour de nous la nuit dernière ? (L) Terry !

R : Mais oui, pourquoi pas ?

Q : (T) On est aussi bons que ça ? (L) Terry ! Maintenant, Otto Muck en est venu à la conclusion que l’ultime destruction de l’Atlantide s’est produite le 5 juin 8498 av. J.-C. Est-ce relativement proche ?

R : Pas loin.

Q : (L) Qu’est-il arrivé aux Mayas ?

R : Emmenés dans le cosmos en 4D par les Lézards. « Lizzieland. »

Q : (L) Que leur font-ils là-bas ?

R : Nombreuses possibilités.

Q : (L) Ces possibilités incluent-elles de les avoir pour le dîner ? Désolée, je n’ai pas pu m’empêcher. (J) « Serveur de Maya ». C’est servi !

R : Peut-être.

Q : (L) Quelle superficie faisait la principale île de l’Atlantide ?

R : 3 507 000 km carrés.

Q : (L) Il y a une femme, Jane Allyson, qui canalise un robot qui s’appelle Cytron. Est-ce un canular, ou canalise-t-elle réellement un super cyborg ?

R : Inepties.

Q : (T) Danger, Danger, Dr Smith ! (L) Il y a quelques mois, j’ai mis A__ en transe pour réaliser une vision spirituelle pour plusieurs personnes. Dans plusieurs cadres de références, elle a vu un drôle de petit homme souriant aux oreilles pointues, qui portait des bottes noires et tenait un fouet, aller et venir à toute vitesse et se cacher derrière les gens. Qui était ce petit individu ?

R : C’était une forme pensée charnelle.

Q : (L) Et qui a créé cette forme pensée charnelle qui filait ?

R : Hôte.

Q : (L) Qui était l’hôte ?

R : Le sujet à qui il est apparu. Signe d’un individu ayant de nombreuses pensées charnelles.

Q : (L) J’aimerais savoir… mon ami, Keith Laumer, qui est mort l’année dernière — je suis un peu curieuse puisqu’il a traîné autour de moi pendant quelque temps après sa mort — se connaissait-on dans une vie antérieure, et si oui, quelle était la dynamique ?

R : Oui. Tu dois apprendre cela toi-même. Mais apprends-tu ? Tu continues à poser des questions de 3e niveau.

Q : (T) Vous parlez de SDA et de SDS. Cependant, vous nous dites que nous devons apprendre à être SDA. Pourquoi y a-t-il une différence entre ce que nous devons faire et ce que vous faites ?

R : Le SDA est équilibre car on sert le soi en servant les autres.

Q : (T) Vous avez dit plusieurs fois que vous êtes SDS en étant SDA. N’est-ce pas ?

R : Oui. Déjà répondu.

Q : (T) Du genre : on récolte ce que l’on sème ?

R : Oui.

Q : (T) Le SDA est-il un moyen de parvenir à ses fins pour les SDS ?

R : Non. SDA est équilibre. SDS est déséquilibre.

Q : (T) Comment pouvez-vous être SDS en étant SDA si le SDS est déséquilibre ?

R : Le SDA se diffuse vers l’extérieur et atteint tout, y compris le point d’origine ; le SDS se diffuse vers l’intérieur et n’atteint que le point d’origine.

Q : (T) Eh bien, dans ce que je suis en train de lire, ils disent qu’ils sont SDS par l’intermédiaire du SDA. (L) Ils servent le soi en servant les autres. (T) C’est ce qu’ils veulent dire ? (L) Oui. (T) Et c’est ce qu’on est censé faire, nous servir en servant les autres ? (L) Oui ! Parce qu’on récolte ce qu’on sème. Si tu sers les autres, alors ça te revient. (F) Car, quand on se sert soi-même, on n’a qu’un nombre infini d’individus servant le soi. (T) Il n’y a pas d’échange d’énergie, pas de synergie au sein du groupe ; il n’y a aucun échange. (F) Tout est centrifuge. (T) Il n’y a pas de partage, pas de progrès, il n’y a rien. (F) Pas d’interconnexion. (T) Exact ! Il n’y a pas d’apprentissage. (L) En termes de SDS au sens large — et dans le cas où il y aurait un lien — pouvez-vous nous révéler la nature d’un Trou noir ?

R : SDS à grande échelle.

Q : (L) Est-ce comparable à un être qui aurait atteint un tel niveau de SDS qu’il aurait littéralement implosé sur lui-même, pour ainsi dire ?

R : Bonne analogie.

Q : (T) Toute une civilisation SDS peut-être ?

R : Non.

Q : (L) Eh bien, c’est peut-être impossible pour une civilisation car ça implique d’œuvrer ensemble. Ça doit être un unique individu.

R : Les Trous noirs sont une force naturelle reflétant le schéma de conscience du Libre arbitre SDS. Remarquez que les Trous noirs se trouvent au centre de forces d’énergie en spirale, tout le reste rayonnant vers l’extérieur.

Q : (L) Vous parlez de forces énergétiques en spirale, et vous avez aussi dit que cette Onde est une spirale. Le centre de cette Onde en spirale est-il un trou noir ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce une onde qui se propage ?

R : Il en est ainsi dans toute la Création : tout n’est qu’onde rayonnante.

Q : (L) Où s’en va l’énergie aspirée dans un Trou noir ?

R : Vers l’intérieur, la non-existence absolue.

Q : (L) Si un trou noir continue à aspirer des trucs, est-il possible qu’il finisse par aspirer toute la création ?

R : Non.

Q : (L) Pourquoi cela ?

R : L’univers englobe tout. Les Trous noirs sont la destination finale de toute énergie SDS.

Q : (F) Alors, ça veut dire que nous, ou tous ceux qui sont classés SDS, si on reste sur cette voie, on finira au bout du compte dans un trou noir ?

R : Pas loin.

Q : (L) Eh bien, c’est agréable. Et qu’arrive-t-il à l’énergie qui est « non-existence absolue » ?

R : La non-existence absolue équilibre l’existence absolue. Et qu’est-ce que l’existence absolue ?

Q : (L) Eh bien, est-ce une sorte de force équilibrante ?

R : « Dieu ».

Q : (T) Est-ce qu’on parle du dieu créateur comme chez les Pléiadiens ?

R : Pas les Pléiadiens. Créateur primordial.

Q : (T) Quelle est la différence entre le Créateur Primodial et « Dieu » ?

R : Aucune. Aussi longtemps que vous existez, vous faites partie du Créateur primordial.

Q : (L) Ce qui va dans les Trous noirs, vers la non-existence, ne fait donc pas partie du Créateur primordial ?

R : Exact.

Q : (L) Comment le Créateur primordial peut-il perdre une partie de Lui-même ?

R : Le Créateur primordial ne « perd » rien.

Q : (L) Alors, comment décririez-vous cette énergie qui existait et n’existe plus parce qu’elle est devenue un Trou noir, ou s’en est allée dans un Trou noir ?

R : Reflet est régénéré au niveau 1.

Q : (L) Donc, cette énergie va dans un Trou noir et… ressort-elle de l’autre côté ?

R : Non.

Q : (L) Devient-elle une sorte d’atome primitif ?

R : Non.

Q : (T) Retourne-t-elle dans le cycle ?

R : Non. Le reflet est régénéré sous forme d’atomes primitifs.

Q : (L) Donc, cette énergie qui est aspirée dans les Trous noirs… qu’est-ce qui… (T) Quand nous émettons de l’énergie — positive ou négative — il y a des êtres qui, à d’autres niveaux, se nourrissent de cette énergie, exact ?

R : Oui.

Q : (T) OK. Et vous dites que les Lizzies se nourrissent d’énergie négative ?

R : Oui.

Q : (T) Qui se nourrit de l’énergie positive ?

R : Vous.

Q : (T) Comment faisons-nous ?

R : Progression vers l’union avec le Un, c.-à-d. le niveau 7.

Q : (L) Autrement dit, on alimente son propre générateur au lieu d’alimenter celui de quelqu’un d’autre. (T) Vous êtes au niveau 6, de quoi vous nourrissez-vous ?

R : Concept erroné. Nous donnons aux autres et recevons d’autres SDA. Nous nous nourrissons mutuellement.

Q : (L) Donc, en vous nourrissant les uns les autres, vous progressez et vous vous développez ; ceux de la voie SDS ne se nourrissent pas les uns les autres, et doivent donc se nourrir d’autrui. (T) Vous êtes pourtant en train de nous parler. C’est considéré comme SDA ?

R : Oui.

Q : (T) Nous fournissons de l’énergie pour le canal, cette énergie va-t-elle aussi vers vous ?

R : Non.

Q : (F) Tu ne suis pas le programme, Terry. (L) Que voulez-vous de nous ?

R : Un pur SDA ne veut rien. Nous sommes venus parce que VOUS le vouliez. Mais ça reste SDS tant que vous ne le partagez pas avec d’autres.

Q : (L) Donc, il est nécessaire qu’on partage ces informations ?

R : À vous de voir, c’est un choix qui relève du libre arbitre.

Q : (L) Courons-nous un risque en partageant ces informations ?

R : À un certain niveau, mais tout comporte un « risque ».

Q : (T) J’ai une question : d’où tenez-vous tous vos jolis petits clichés et vos expressions ?

R : Par accès à la condition humaine.

Q : (L) Dans l’un de mes numéros du magazine Fate, j’ai lu l’histoire d’un gars qui a découvert une énorme structure dans une grotte où il s’était caché pendant la guerre alors qu’il était blessé. C’était quelque part en Europe. Je visualise l’image. Quelle était cette chose que cet homme a trouvée dans cette grotte ?

R : Paroi de magnésium réalisée par les Lézards. Construite il y a 309 448 ans. Elle faisait partie d’une base. Elle a été ensevelie lors de cataclysmes.

Q : (L) Qu’est-ce qui est enterré à Oak Island ?

R : Régénérateur.

Q : (L) Qu’est-ce qu’un régénérateur ?

R : Remolécularisateur.

Q : (L) Qui l’a mis là ?

R : Les Lézards.

Q : (L) Quand l’ont-ils mis là ?

R : Il y a 10 000 ans environ.

Q : (L) S’en servent-ils de temps en temps ?

R : Non.

Q : (L) Est-ce qu’il fonctionne encore ?

R : Il pourrait.

Q : (T) À quoi sert un remolécularisateur ? (L) Oui, c’est pour faire quoi ? Amuser ses amis quand on fait la fête ?

R : Régénérer la matière.

Q : (L) Comme des corps physiques ?

R : Oui.

Q : (L) Donc on va juste se poster à côté ou dedans ou que sais-je, et ça nous régénère ?

R : N’importe quelle matière.

Q : (L) Eh bien, ce serait bien pratique d’en avoir un dans la grange. Est-ce qu’il existe un moyen de le sortir de là-dessous ?

R : Peut-être. Prévoyez-vous une expédition ?

Q : (L) Non, nous sommes simplement curieux. À quelle profondeur est-il enterré ?

R : Profond.

Q : (T) Eh bien, on peut envoyer ça à un magazine de chasseurs de trésors et leur donner une idée de jusqu’où ils devront aller. (L) Oui, dis leur ce que c’est et ils feront n’importe quoi pour l’avoir. (T) Ouais. C’est un régénérateur. « Un quoi ? » Ben, un remolécularisateur. Qu’est-ce qui cloche chez vous ? Vous sortez d’où ? Vous n’avez jamais eu envie de vous faire régénérer ? Vous aussi, vous pouvez devenir un Seigneur du Temps ! (L) Étonnez vos amis, déconcertez vos ennemis, vous pouvez hypnotiser une femme à distance par la puissance de votre… régénérateur ! (T) Ouah ! Regardez la taille de son régénérateur ! [Éclats de rire] Merci.

R : Bonne nuit.

Fin de la séance.
 
Top Bottom