Séance du 10 janvier 1995

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 10 January 1995

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
___________________________________________________________________________________________

Séance du 10 janvier 1995 :

Participants : « Frank » et Laura

Q : (L) Bonjour. Je me demande s’ils se montreront ?

R : Nous nous montrons toujours.

Q : (L) Merci beaucoup. J’ai des questions très importantes à poser ce soir, alors soyez patients avec moi, même si ces questions ne sont pas vraiment conformes.

R : D’accord, mais ce genre de séances vous épuisent physiquement et doivent donc rester courtes.

Q : (L) Très bien, ce sera bref. Je n’ai que quelques questions. La première, c’est que mon médecin m’a envoyée voir un chiropraticien. Ce chiropraticien ne me manipule pas comme ceux que j’ai déjà pu consulter. En fait, j’ai l’impression qu’il aggrave mon état.

R : Va en voir un autre.

Q : (L) Est-ce une sorte d’arnaque ?

R : L’argent est la seule préoccupation ici. Pas ta santé.

Q : (L) Très bien, dans ce cas, pourriez-vous accéder à des noms de chiropraticiens dans notre région et me donner une recommandation… devrais-je aller voir DH ? C’est un trajet horriblement long à faire après avoir été manipulé.

R : C’est à toi de décider. McG***.

{ Il s’avéra que ce chiropraticien exerçait dans le coin ; je suis allée le consulter et ai obtenu de bons résultats.}

Q : (L) Voici un schéma de ma cave, je vais le mettre sur la planche et j’aimerais que vous nous indiquiez l’emplacement sur ce schéma.

R : OK.

Q : (L) {Place le schéma sur la planche ; la goutte indique un emplacement.} C’est cet endroit, juste là ? {Pose son doigt dessus.}

R : Oui.

Q : (L) OK, merci beaucoup.

R : Plus d’un endroit.

Q : (L) Oh, désolée. {Remet le schéma sur la table ; le pointeur bouge et indique des emplacements.} D’accord, ce secteur ici ? D’autres endroits ? {La planchette indique un autre endroit.}

R : En dessous, en vis-à-vis des marches.

Q : (L) C’est tout maintenant ?

R : Peut-être. L’ancien propriétaire excentrique est mort avant de pouvoir le récupérer.

Q : (L) En quelle année cela a-t-il été mis là ?

R : Entre 1933 et 1945.

Q : (L) À l’endroit où se trouve mon doigt, à quelle profondeur devons-nous creuser ?

R : Près de la surface.

Q : (L) Et cet endroit sous les marches ?

R : Plus profond.

Q : (L) Donc, il a creusé le trou, a enterré le truc, puis a construit la cave et les marches par-dessus, c’est bien ça ? Jusqu’à quelle profondeur ça va ?

R : Découvre, mais attention au sable mouvant.

Q : (L) Je parie qu’il a creusé la cave et l’a agencée pour dissimuler ses activités. Qu’a-t-il manigancé d’autre à part creuser cette cave ?

R : Fouille les archives de la mairie.

Q : (L) Est-ce qu’il y a un puits, un puits utilisable, sur notre propriété ?

R : Utilisable pour quoi ?

Q : (L) Pour de l’eau potable.

R : Il faut 80 mètres pour une bonne eau potable. Pour avoir de l’eau cristalline.

Q : (L) Y aurait-il un puits qui pompe encore de l’eau même si ce n’est pas pour la boire ?

R : Teneur élevée en fer.

Q : (L) Y a-t-il dans le sol de cette propriété un tuyau qui servait auparavant de puits et qu’on pourrait encore utiliser ?

R : Oui. Teneur trop élevée en fer pour boire.

Q : (L) Bien, je suis sûre que vous êtes au courant des sentiments de V_. Je pense qu’elle s’est offusquée du fait que vous avez utilisé le mot « conneries » l’autre soir…

R : V_ devrait parler !! Humour ! Ce mot est couramment utilisé par votre population.

Q : (L) Eh bien, je le sais, et je n’ai pas été offusquée. Je n’ai rien dit. Pour moi, certains mots sont grossiers et je ne les dis pas. Elle a aussi été contrariée par le fait que vous ne m’ayez pas parlé du résident Om de 4e densité qui se trouvait dans la chambre de ma fille. Est-ce que Om est une abréviation pour désigner un type d’être ?

R : Non, c’est le mot entier.

Q : (L) Au bénéfice du monde entier qui, retenant son souffle, attend de découvrir la nature de ce type d’entité, c’est quoi un être Om ?

R : Être de type poltergeist.

Q : (L) La venue de cet être Om était-elle due au chevauchement dimensionnel, ou est-elle strictement liée à ma fille ?

R : Premier surtout.

Q : (L) Donc, des êtres de types poltergeist peuvent entrer dans notre densité par ces chevauchements dimensionnels ?

R : Bien sûr.

Q : (L) V_ parle de quitter le groupe parce qu’il « n’est plus privé », dit-elle. J’aimerais savoir ce qu’elle entend vraiment par là ?

R : Les réponses contredisent ses désirs et ses attentes personnels.

Q : (L) Eh bien, depuis le début, j’ai eu l’impression que V_ était incapable du type d’objectivité nécessaire pour aborder l’absolu. Et puis, de temps à autre, j’ai pensé que son dévouement et sa détermination la mèneraient loin. Mais apparemment, elle n’est dévouée et déterminée que tant que son propre point de vue est satisfait. J’ai parfois été très compréhensive envers ses difficultés, mais d’autres fois je m’énervais contre elle parce que je ne supporte pas vraiment les imbéciles. Je suppose que vous, les gars, êtes bien plus patients que moi. Vu la situation en ce moment, quelles sont les chances pour qu’elle revienne dans le groupe ?

R : Ouvert.

Q : (L) Je savais que vous ne me diriez rien à ce sujet. J’ai là, dans un magazine, quelques articles au sujet de Lyssa Royal, qui, depuis 1985, « fait du channeling pour des milliers de personnes dans le monde . Ses livres et articles de magazines sont publiés en six langues, dans le monde entier, etc ». Elle écrit ici : « Pour donner une illustration, la conscience humaine se divise grossièrement en trois zones différentes : le conscient, le subconscient et l’inconscient. » Maintenant, ces divisions sont-elles généralement justes ?

R : En gros.

Q : (L) Elle écrit : « L’inconscient est un lien vers le moi supérieur. Il sert également de décharge où sont stockées les choses effrayantes, négatives, qu’on souhaite ignorer. » Cette affirmation est-elle exacte ?

R : À moitié.

Q : (L) Que pourriez-vous dire pour la rendre plus exacte ?

R : L’inconscient est aussi un conduit pour se connecter au Moi supérieur, à d’autres Moi, et à l’esprit universel.

Q : (L) Lyssa écrit également : « Quand vous êtes enfant et que vous vivez un événement traumatisant, le subconscient trouve non seulement le moyen de traiter immédiatement l’information et de la stocker, mais aussi de vous protéger d’une plus ample fragmentation. Il doit chercher à créer un équilibre. » C’est pourquoi elle écrit que « l’énergie brute très intense générée par le traumatisme se trouve emprisonnée dans l’inconscient. » Est-ce vrai ?

R : Assez proche.

Q : (L) Elle poursuit ensuite en disant : « Quand un extraterrestre nous regarde, nous lui donnons l’impression d’être des cas de personnalités multiples à cause de nos divisions mentales. » Est-ce vrai ?

R : Inapproprié.

Q : (L) Pourquoi inapproprié ? Est-ce parce que quand un être de densité supérieure nous regarde, il sait ce qu’il voit ?

R : Oui. Il connaît et comprend très précisément la division de vos esprits. Cela reviendrait à dire : « Quand un humain regarde un rongeur, il remarque qu’il est excessivement velu. »

Q : (L) Elle continue ainsi : « Souvent, les ET ne savent pas comment communiquer avec un humain fragmenté. Quelquefois, ils traversent le ciel à bord de leurs vaisseaux, et quelques personnes les remarquent, mais la plupart ne les voient pas parce que ces données sont absorbées par le subconscient, et le triage s’effectue. » Ce qu’elle veut dire ici, c’est que le mental est tellement dépassé qu’il refoule immédiatement les informations dans l’inconscient. Est-il vrai que les ET ont des problèmes pour communiquer avec nous parce que c’est nous qui bloquons le contact ?

R : Non.

Q : (L) Est-il vrai que certaines personnes ne peuvent voir les ET ou les ovnis parce que leur esprit bloque cette vision ?

R : Cela peut arriver, ou le blocage peut être insufflé par l’alien.

Q : (L) Elle écrit ensuite : « Dans la société, une personne lambda ne sait pas interpréter un contact télépathique… Au moment où vous commencez à nous percevoir (c’est l’alien de Lyssa qui parle), la réalité commence à basculer parce que, rappelez-vous, vous êtes une fréquence et nous en sommes une autre. » Est-ce vrai ?

R : C’est inapproprié.

Q : (L) Pourquoi est-ce inapproprié ?

R : Ce n’est pas un obstacle, contrairement à ce que suggère cette déclaration.

Q : (L) Bref, l’article se poursuit : « Vous êtes dans votre jardin, un ET marche vers vous, et pendant une fraction de seconde, vous pouvez nous percevoir. Mais ce qui arrive habituellement, c’est que l’humain se ferme soudainement, souvent en s’endormant profondément ou en tombant dans un état de transe du type de celui que produisent les ondes alpha ou thêta du cerveau. » Est-ce vrai ? Quand une personne voit un ET, se ferme-t-elle à cause du choc ? Est-ce pour cela qu’on ne se souvient pas de la plupart des contacts avec des ET ?

R : Cela peut arriver, mais c’est peu fréquent.

Q : (L) L’article dit que lorsqu’on commence à faire le ménage dans son subconscient, la première couche qui apparaît est tout simplement la plus élevée, celle des priorités reléguées dans le subconscient pour être stockées et traitées. La majeure partie de ce qui se trouve dans cette première couche n’a rien d’effrayant. Elle se compose de ce qui a été perçu, et dont le traitement par le conscient a été remis à plus tard… Puis, par l’hypnose ou la méditation, on commence à enlever d’autres couches, et ensuite…

R : Nous ne souhaitons pas poursuivre plus longtemps nos critiques à ce sujet, puisque nous pouvons donner, au moment opportun, toute l’information pertinente et appropriée. Tu « compares les notes », ce qui est excellent avec modération, mais rappelle-toi que les sources distinctes sont sujettes à des altérations variables.

Q : (L) Qu’est-ce qu’une source distincte ?

R : Une source distincte de la vôtre.

Q : (L) Quelqu’un de différent de nous ? D’accord, laissez-moi me pencher là-dessus. Notre source, c’est vous, c’est bien ça ?

R : Oui.

Q : (L) Cela veut dire que la source de laquelle cette personne tire ses informations est indépendante de vous ?

R : De vous, donc invérifiable.

Q : (L) Disons que je ne saisis pas bien ce que vous voulez dire. Le propos de cet article est que les aliens qui enlèvent les gens sont ici pour nous aider à évoluer, et que si nous les percevons comme négatifs, c’est parce que notre inconscient est sombre et que nous avons l’esprit mal tourné.

R : Faux. Ni vous ni personne n’avez besoin « d’aide » pour évoluer.

Q : (L) Eh bien, ce qui me préoccupe, c’est que beaucoup de gens utilisent précisément le point de vue exprimé dans cet article pour rationaliser le fait de voir des ET et les enlèvements… puis-je vous en lire un petit peu plus ?

R : L’idée générale nous suffit.

Q : (L) Cette autre femme, Dorothy Ann, prétend entrer en contact avec des dauphins et des baleines. Les dauphins et les baleines lui disent qu’ils sont ici pour stabiliser les fréquences et éveiller des centres d’énergie sur la Terre, et qu’ils sont des êtres de niveau extrêmement supérieur qui, depuis des lustres, préservent les réseaux électromagnétiques dans les océans, qu’ils suivent les chemins des Anciens, etc. Les réseaux sont en train d’être réinitialisés, et les baleines contribueront à ce changement des schémas vibratoires de la planète.

R : Non.

Q : (L) Les dauphins ont été dotés du pouvoir de communiquer plus facilement avec les humains ; les baleines s’éveillent à leur mission, qui est d’accroître le contact et la communication avec d’autres êtres…

R : Inepties.

Q : (L) Si ce ne sont que des balivernes, je n’ai pas vraiment besoin d’aller plus loin. Ensuite, il y a un article sur le Christ métaphysique, écrit par ce type qui canalise une entité dénommée Kryon. J’ai lu cet article, et je l’ai vraiment bien aimé. Je me suis sentie gentille, douce et généreuse. Bon, puisque je l’aime bien, je ne vous poserai pas de questions. Dans une autre page, il est dit que la galaxie de la Voie Lactée fait partie d’un système d’environ vingt autres galaxies. Est-ce vrai ?

R : Trop vague. Si on le désire, tous les systèmes peuvent être mesurés ainsi.

Q : (L) C’est donc trop arbitraire.

R : Toute combinaison imaginable fait aussi un système.

Q : (L) En tout cas, il est dit que tous ces univers croissent à une vitesse des neuf dixièmes de celle de la lumière. Le Soleil central suprême de l’ensemble est ce que nous appelons, de manière vague, Dieu.

R : Nous avons déjà traité ces sujets. « Dieu » est « Tout », pas un soleil central.

Q : (L) Eh bien, il parle de ce cycle de vingt-cinq mille ans au bout duquel la Terre traverse une ceinture de photons qui tourne autour du système pléiadien, et dit que, quand cette ceinture de photons nous atteindra, elle engendrera toutes sortes de changements, et que cela constitue l’un des cycles courts. La convergence harmonique est…

R : Channel fragmenté.

Q : (L) Ce type est un channel fragmenté ? La convergence harmonique existe-t-elle ?

R : Si vous voulez converger harmoniquement, vous le pouvez.

Q : (L) Il n’y a donc aucune ceinture de photons qui tourne autour des Pléiades et nous frappe tous les vingt-cinq mille ans ?

R : Si c’était vrai, ne pensez-vous pas que nous vous en aurions déjà informés ?

Q : (L) Eh bien, parfois vous ne nous informez pas parce que nous ne posons pas les questions qui s’y prêtent. Je voulais juste vérifier. Bon, il est fragmenté et je peux oublier ça ! Question suivante : comme vous le savez, il y a une énorme inondation en Californie en ce moment.

R : Oui.

Q : (L) Vous ne nous en avez pas parlés, n’est-ce pas ?

R : Si, nous l’avons fait. Nous avons précisément mentionné une météo inhabituelle partout.

Q : (L) D’accord. J’ai communiqué par internet avec une femme, cette Marilynne, et elle dit qu’elle veut venir ici. Elle semble très gentille. Quiconque fait du Reiki et des bocaux de compote est quelqu’un de bien selon moi. Que pourriez-vous lui dire au sujet de son envie de déménager ici ?

R : Bonne idée !

Q : (L) Suis-je censée devoir répondre à ce IrishSir d’internet, même s’il est aussi négatif ?

R : Bien sûr, si tu ne communiques qu’avec ceux du même avis, qu’auras-tu accompli ???

Q : (L) Parlons maintenant de notre petit ami SFPro qui dit que sa mère ressent un fantôme qu’elle pense être son défunt mari — est-ce le cas ?

R : Peut-être. Pas une information cruciale.

Q : (L) Les conseils et les informations que je lui ai donnés étaient-ils suffisants ?

R : OK.

Q : (L) Devrais-je voir un avocat à propos de mon accident ?

R : À toi de voir. Nous ne sommes pas là pour vous prendre par la main, car sinon, vous n’apprenez pas.

Q : (L) Oui, vous avez raison. L est venu et m’a dit qu’il pensait, grâce à une vérification indépendante, que les informations que nous obtenions étaient plutôt exactes. Était-il sincère ?

R : Oui.

Q : (L) Helen D m’a dit que j’allais rencontrer une personne plus âgée à la retraite vers la fin de cette année et que cette personne jouera un rôle clé dans mon travail. Cela va-t-il arriver ?

R : Tu verras bien.

Q : (L) S__ et N__ vont-ils nous aider ?

R : Ouvert.

Q : (L) De quelconques informations supplémentaires pour l’un de nous ?

R : Non.

Q : (L) Alors, merci. (F) Ils nous donnent des informations sur nous quand c’est indispensable pour nous empêcher de sombrer dans un trou noir.

Q : (L) Bonne nuit.

Fin de la séance
 
Top Bottom