📚 Séance du 17 août 2000

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 17 August 2000

Merci aux membres de l’équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

Date de la séance : 17 août 2000

Ark, Laura, Frank

Q : Bonsoir.

R : Bonsoir.

Q : Et qui est avec nous ce soir ?

R : Zallah.

Q : Et d’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : Nous avons reçu un courriel d’un type qui dit que vous, les gars, êtes de 5e densité SDS, des forces obscures, et tout ça. Selon lui, vous nous menez vraiment en bateau. C’était un message très énervant parce qu’il disait que RA a déjà absolument tout dit, et que vous, les gars, comptez pour du beurre, pour ainsi dire. Je ne devrais même pas poser de questions à ce sujet…

R : Aucune raison d’être énervée.

Q : Je sais. Mais il a bel et bien suggéré que Don Elkins s’était suicidé parce que c’était son plan de pré-incarnation. Le suicide peut-il faire partie d’un plan établi avant l’incarnation ?

R : C’est l’un des nombreux choix disponibles.

Q : Dans le cas de Don, était-ce son plan de se suicider à ce moment-là, ou s’est-il suicidé parce qu’il subissait d’énormes attaques ?

R : Eh bien, son suicide a été son choix.

Q : Était-ce son choix avant de s’incarner ? Était-ce prévu lors de son incarnation ?

R : C’est un choix ouvert à tous.

Q : (A) J’aimerais savoir quel était son raisonnement. Comment s’est-il justifié ce choix à lui-même ?

R : C’était une échappatoire.

Q : Une échappatoire vis-à-vis de quoi ?

R : Insatisfaction.

Q : Insatisfaction de qui ? Lui-même ou les autres ?

R : Nombreuses choses.

Q : À quoi était liée cette insatisfaction ?

R : Pas important !

Q : Est-ce de la part de Carla qu’il a ressenti cette insatisfaction ?

R : Voir réponse précédente.

Q : Qu’avait-il d’important en tête ?

R : Quand on ressent de l’insatisfaction, on choisit parfois de partir.

Q : Donc, c’était LUI qui ressentait de l’insatisfaction. N’avait-il aucune satisfaction dans la vie ? Est-ce que tout était morne et sombre à cause des informations qu’ils rapportaient ?

R : Laura, il n’est pas nécessaire pour toi d’explorer davantage la question.

Q : Si vous, les gars, êtes une source SDS de 5e densité, vous ne nous diriez naturellement pas la vérité sur ce que vous êtes ou non. Mais je ne pense pas que vous le soyez à cause de la quantité de choses que vous avez dites qui ont été vérifiées. Mais, d’un autre côté, vous avez dit que les forces SDS avaient la capacité de créer des synchronicités pour venir confirmer leur désinformation. Aussi, voir des choses être validées n’est pas nécessairement la preuve d’une orientation SDA. Je sais que c’est une question idiote, mais comment peut-on identifier une source SDS de 5e densité ?

R : Guère loquace.

Q : À mon avis, un être SDS de 5e densité serait tellement encapsulé, contracté, qu’il ne s’embêterait guère à DONNER quoi que ce soit… « donner » étant ici le mot clé. Je pense que de tels êtres vivraient uniquement en pensée et ne VOUDRAIENT tout simplement pas communiquer. Est-ce exact ?

R : Plus ou moins.

Q : Il y a une ou deux semaines, Jon C était là. Quand nous nous sommes assis pour tenir la séance, en sa présence, il a été fondamentalement incapable de prononcer un mot. Il a ensuite fait la remarque que c’était très inhabituel chez lui d’être incapable de parler. Il était visiblement quasiment paralysé. Pouvez-vous nous dire pourquoi ?

R : Jon est un type marrant.

Q : Que voulez-vous dire par là ?

R : Divertissant.

Q : Est-il, comme il le croit, une âme de 5e ou 6e densité qui est venue dans cette réalité pour nous aider à changer l’univers ?

R : À ce stade, nous avons le sentiment que les connaissances que tu as acquises sont suffisantes pour répondre à ta question.

Q : D’accord. Une femme vient nous voir mercredi pour parler de l’élaboration de ce livre. Elle s’appelle Bobbie J***, et sa compagnie s’appelle CasAnanda publishing. Je pense vraiment que nous avons besoin de conseils professionnels et d’aide pour ce projet, parce qu’on ne veut pas qu’il donne l’impression qu’on ne sait pas ce qu’on fait. Nous pourrions probablement nous débrouiller, mais…

R : C’est peut-être mieux si vous ne savez pas ce que vous faites.

Q : Alors, ça me laisse presque penser que vous trouvez que nous devrions le faire nous-mêmes, même si l’on ne sait pas ce que l’on fait. Peut-être nous procurer un manuel.

R : Nous avons le sentiment que vous apprenez en observant, et par d’autres moyens aussi !

Q : Est-ce qu’essayer de sortir le livre en janvier, c’est trop tôt, ou devrions-nous attendre l’émission de mai ?

R : Quand vous planifiez des affaires comme celle-ci, non seulement vous vous mettez la pression, mais vous pouvez aussi manquer des opportunités. C’est ce bon vieux bogue de l’« anticipation », vous savez !

Q : Il pourrait donc y avoir autre chose en réserve dont on ne se doute même pas.

R : Nous voyons un intérêt grandissant de manière exponentielle… Qui sait qui d’autre pourrait s’atteler à l’« ouvrage ».

Q : Est-ce que le club d’investissement va marcher ? Est-ce que ça va fortifier le groupe ou être une source de discorde ?

R : Si tout le monde comprend la mécanique, il n’y a pas de discorde. Au fait, tu dois être une investisseuse impatiente ! De bonnes choses arrivent à ceux qui ont la patience et évitent l’anticipation.

Q : Que voulez-vous dire par de bonnes choses arrivent à ceux qui sont patients et évitent d’anticiper. J’aimerais simplement pouvoir acheter plus d’actions, et je n’ai pas l’argent.

R : Oh oui, un tantinet… et l’argent coule de sources inattendues.

Q : Notre petit groupe de discussion en ligne grandit. Tout le monde parle de l’Onde : ce que ça veut dire, ce que c’est, quand elle va arriver, comment allons-nous pouvoir le dire, etc. J’ai rassemblé les données et les ai mises en forme. J’ai aussi beaucoup appris en faisant ça. Ce n’est pas fini, mais à mesure que j’avance, j’ai certaines questions. Nous aimerions avoir une petite idée de la progression de l’Onde. J’aimerais aussi savoir si cette Onde est un peu comme la recompilation d’un programme informatique, l’univers étant le programme ? Quelle est la progression, et est-ce que ça va être la recompilation du programme de notre univers ?

R : Tant de questions en une. Mais, une façon dont cela pourrait se passer, c’est que, tout à coup, tout ce qui existait est nouveau, tout ce qui EST est nouveau, et tout ce qui sera est nouveau. Les programmes changent, oh nous le supposons, quel événement fantastique, en effet !

Q : Est-il important que les informations concernant la nouveauté potentielle de tout et de la conscience de l’état de la planète telle qu’elle est actuellement, ou de l’état de l’univers, soient partagées et diffusées afin que le plus de gens possible soient conscients au moment de l’arrivée de l’Onde, de sorte que la possibilité que des changements bénéfiques se produisent soit plus probable, que l’univers change de manière positive ? Ou est-ce tout simplement sans importance. Il changera de la manière dont il changera peu importe ce que les gens font ?

R : Plus proche du 2e critère.

Q : Autrement dit, nous faisons ce que nous faisons, et ce que nous faisons n’a pas vraiment d’importance. L’Onde arrivera, tout changera, sera nouveau, et voilà tout ?

R : Ce qui importe le plus c’est ce que les autres font, ont fait, et feront.

Q : Qui sont ces autres dont les actes passés, présents et futurs importent le plus ?

R : Ceux qui réécrivent le programme, c.-à-d. vous et nous dans le futur.

Q : Donc, ce que nous avons fait, ce que nous faisons, ce que nous ferons — NOUS — est important ? Je crois que quelque chose m’échappe. Je pensais que vous aviez dit que ce que nous faisions n’avait pas d’importance.

R : Vous ĂŞtes/serez les autres.

Q : D’accord, comment se fait-il que ce que nous faisons maintenant favorise ou entrave ce processus ?

R : Pas favorise/entrave, est tout simplement.

Q : Donc, tout a déjà été fait ? La façon dont ça va tourner est une conclusion prédéfinie ? C’est couru d’avance ?

R : Non Laura, arrête ta linéarité !

Q : Je ne comprends pas. Ce que nous faisons fait-il une différence ?

R : Qu’est-ce que le « temps » ?

Q : Le temps est une illusion. (A) Faire est-il aussi une illusion ?

R : Si vous pensez en termes « temporels » linéaires.

Q : Autrement dit, le meilleur moyen pour qu’un futur SDA se manifeste est que nous n’anticipions pas l’importance de QUOI QUE CE SOIT que nous pourrions faire. Car si nous anticipons que ce que nous faisons fera une différence, ça n’en fera pas. C’est vouloir. (A) Je ne peux pas m’empêcher de penser que mon travail sera utile ! (L) Je ne peux pas non plus arrêter de faire ce que je fais, parce que c’est ce que je FAIS. C’est MOI. On doit arrêter d’anticiper. Nous faisons ce qui est en nous sans s’attendre à ce que ça ait de l’importance.

R : Et vous le faites parce que vous êtes conduits à le faire depuis un autre plan d’existence où vous connaissez la chanson. Lorsque vous êtes sur votre plan de conscience actuel, vous êtes largement, quoique pas totalement, dans le brouillard et ignorants.

Q : Alors, c’est depuis un autre niveau de réalité que nous créons CETTE réalité ?

R : Pas loin.

Q : À quel point contribuons-nous, depuis ce niveau de réalité, à créer une réalité future, et j’emploie le terme « futur » avec largesse mais en voulant désigner le « futur » tel que nous le percevons dans cette réalité ? Quelle est la part de notre contribution ?

R : À peu près avec autant de conscience que celle d’un petit enfant qui se demande comment piloter l’avion dans lequel il se trouve.

Q : Bon, vous avez déjà parlé de l’Onde, et je me suis plainte que nous n’avions pas le temps de faire certaines choses que vous nous aviez suggéré de faire. Vous avez dit que si, nous l’aurions, et que ces choses étaient suggérées pour nous « préparer » à cet événement. Juste pour essayer d’aborder ça d’un point de vue linéaire, nous devons encore construire cette piscine avec les colonnes, obtenir un Prix Nobel, soi-disant, travailler avec des gens sur les crop circles, et tout ça. Considérons-nous toujours de faire ces choses dans cette progression temporelle linéaire dans laquelle nous existons ; dont nous avons autant conscience qu’un petit enfant dans un gros avion ?

R : Si vous laissez venir, ça viendra.

Q : Donc, vous êtes nous dans le futur, nous sommes vous dans le passé — quand vous dites cela, êtes-vous « nous » dans le futur au sens de TOUTE l’humanité, ou au sens d’un groupe particulier de l’humanité ?

R : Entre ces deux options limitées.

Q : Pourriez-vous être plus explicites ?

R : Non, parce que vous ne « pigeriez » pas.

Q : Quand je publie des transmissions sur le site web, les gens qui résonnent avec ces informations pensent que cela se réfère aussi à eux. Je suis d’avis qu’une Forme Pensée Unifiée doit être une entité représentant un très large groupe dans cette densité. Je sais que nous avons affaire à un vocabulaire restrictif, mais cela s’applique-t-il aux gens qui CHOISISSENT l’option cassiopéenne ?

R : Peut-être est-il mieux de dire que cela s’applique à ceux qui reconnaissent l’utilité.

Q : Donc, s’ils la reconnaissent, s’ils savent que c’est eux, ils en font partie. (A) Mais, si l’on pense en termes non linéaires, c’est à nous de travailler pour rendre ça précis. Tu poses cette question, ce qui implique que la réponse existe. Mais la réponse précise n’est peut-être pas encore décidée, et c’est à nous de faire en sorte qu’il en soit ainsi.

R : L’étoile Polaire est une piste pour vous.

Q : Je suppose que ça désigne une sorte d’étoile qui sert de guide. Quelque chose qui attire… La magnétite est magnétique [Étoile polaire se dit « lodestar » en anglais, et magnétite « lodestone » — NdT], c’est là où pointe la boussole. Dans le mythe, Cassiopée, Danaé et Athéna œuvrent ensemble pour permettre à Persée de couper la tête de la Gorgone, tuer le monstre marin et sauver Andromède. De tous les héros mythiques, Persée se distingue, parce qu’il RÉUSSÎT. Il est parti en quête, il a réussi la mission, il a libéré la jeune fille en détresse, tué un tas de Lizzies, équilibré la situation dans son environnement, et a même vécu heureux ensuite. Il n’a pas perdu la raison, il n’a pas échoué… c’est peut-être le seul mythe de pure réussite. Il l’a FAIT. Et bien fait. Est-ce que…

R : Une quête est entreprise avec succès une étape à la fois. Inutile de jauger l’escalier.

Q : J’essayais uniquement de dire que peut-être la seule raison à la connexion cassiopéenne, peut-être même le mot « Cassiopée », est que c’est l’archétype du rôle…

R : C’est bien, tu prévois un salon du livre ? Peut-être pas si bien. On verra !

Q : Les gars, depuis le tout début de cette histoire de livre, vous avez au fond laissé entendre qu’il y avait quelque chose d’autre en réserve, et que nous ne devrions même pas essayer ça…

R : Nous n’avons pas dit que ce n’est pas la voie. Nous avons laissé entendre que la voie deviendrait claire quand nécessaire.

Q : Je pense que c’est bien d’avoir une pression extérieure pour faire bouger les choses. Des compositeurs, comme Mozart, devaient être sous pression pour produire. Il devait y avoir de la pression. Nous avons besoin de revenus pour construire cette piscine et d’autres choses. Donc, si on le repousse indéfiniment… Mais ils ont dit que l’argent viendrait de sources inattendues. Je ne sais pas d’où ni comment ça peut être possible, mais TOI, tu étais certainement inattendu ! J’aurais rêvé de TOI ! (A) Eh bien, un autre millionnaire inattendu pourrait venir me remplacer ! (L) Personne ne pourrait TE remplacer ! (A) Comment expliquerions-nous autrement cet argent inattendu ?

R : Pas besoin d’expliquer, ni d’attendre non plus, idiot ! Tu devrais savoir que la fois où Mozart a écrit de la musique sous pression extérieure, il a rapidement transité en 5e densité.

Q : (A) Eh bien, je sais que je travaille mieux sous une pression extérieure normale.

R : Non, parce que tu penses seulement parfois que c’est extérieur, mais ça ne l’est pas vraiment. Quand tu as été « traité » par de la pression extérieure, tu t’es rebellé.

Q : (A) D’accord. La TCU. C’est une de ces choses dont je ne sais pas à quoi ça sert, car l’Onde effacera tout et rendra tout nouveau. Pourtant, c’est en moi, alors permettez-moi de demander. Je ne sais pas à quoi ça sert, mais je veux le faire. Einstein a travaillé sur sa TCU pendant environ 30 ans. Peut-être plus. Il changeait de méthodes. À un moment, a-t-il réalisé qu’il avait trouvé une solution ? Durant ces 30 années, y a-t-il eu un moment où il est tombé sur la bonne solution ?

R : Oui, mais malheureusement, sa solution à la TCU a largement éliminé la TDR.

Q : (A) Dès qu’il a trouvé sa solution, il l’a rejetée parce que ça éliminait la Théorie de la Relativité ?

R : Non, ses progéniteurs l’ont condamnée afin de sauvegarder le statu quo.

Q : (L) Ses progéniteurs ? N’est-ce pas nos parents ?

R : D’autres définitions s’appliquent. [Une source à partir de laquelle quelque chose se développe.]

Q : (A) Peut-on avoir une idée de l’année où Einstein a trouvé la solution qui élimine la TDR ?

R : Bien sûr, c’était en 1938.

Q : (A) De ce que je sais, entre 35 et 38, il y a eu une période pendant laquelle Einstein n’a rien publié. En 38, il a publié un article avec Bergman qui était un retour à la théorie de Kaluza-Klein. C’était précisément en 1938. Donc, je suppose que c’est cet article qui en était proche.

R : Peux-tu obtenir une copie ?

Q : (A) Oui, j’ai une copie.

R : Bien !!! Les indices y abondent.

Q : (A) Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi, quelques années plus tard, il a complètement abandonné ça et commencé à travailler dur sur une solution totalement différente. S’il savait…

R : Était sous contrôle.

Q : (A) Peut-on contrôler quelqu’un et lui faire passer des années… Oh ! Du contrôle mental ! Ils l’ont eu !

R : Pourquoi penses-tu qu’il a émigré aux États-Unis pour commencer ?

Q : (A) Eh bien, ce n’est pas une surprise. C’était un lauréat du Prix Nobel et l’Amérique rassemblait tous les Prix Nobel possibles, et il y avait aussi la persécution des Juifs, donc c’était naturel.

R : Il y a bien plus que ça. Qu’en est-il de Freud ?

Q : (L) J’imagine qu’ils ne voulaient pas de Freud ! Il ne savait rien sur la TCU ! (A) Bon, apparemment, Von Neumann était aussi impliqué dans l’application de la TCU. Mais, pour autant que je le sache, Von Neumann faisait des mathématiques totalement différentes. Il ne connaissait même pas vraiment la géométrie, la géométrie différentielle. Il faisait des choses totalement différentes. Alors comment se fait-il que la TCU découverte par Einstein ait impliqué Von Neumann ? Qu’a fait Von Neumann pour contribuer à ce projet ?

R : Von Neumann était l’un des trois superviseurs de Princeton disposant d’une accréditation de sécurité de niveau 7, et une concession évidente de demande de budget.

Q : (L) De ce que je comprends, Von Neumann était impliqué dans la création d’une machine à voyager dans le temps, n’est-ce pas.

R : Oui.

Q : (L) Y est-il parvenu ?

R : Oui.

Q : (L) Eh bien dans ce cas, pourquoi, quand il a développé une tumeur cérébrale et réalisé qu’il allait mourir — et j’ai lu qu’il avait crié et pleuré comme un bébé quand il a su qu’il n’y avait pas d’espoir — si c’était une personne qui avait accès à une machine à voyager dans le temps, pourquoi n’a-t-il pas pu faire quelque chose au lieu de continuer à se comporter comme un dément ? Les histoires sur ses cris qui retentissaient partout sont horribles. Il s’est rendu compte que son grand esprit allait bientôt être réduit au silence ; s’il avait accès à une machine à voyager dans le temps, on penserait qu’il l’aurait utilisée, qu’il aurait tout essayé pour contrecarrer sa propre mort ?

R : Non Laura, ça ne marche pas comme ça. Et en outre, si tu avais une tumeur au cerveau, tu pourrais toi aussi être pardonnée d’avoir quelques bizarreries mentales !

Q : (L) Je ne comprends tout simplement pas pourquoi, quand il a su qu’il était malade, il n’a pas utilisé la machine pour aller chercher un remède dans le futur, ou corriger quelque chose dans son passé…

R : La machine à voyager dans le temps n’était pas sa propriété.

Q : (L) Alors ils ont obtenu de lui ce qu’ils voulaient et l’ont laissé mourir. (A) Ce n’est pas clair. Il a déclaré son cancer tellement subitement, il a même pu être induit. (L) Eh bien, c’est une idée. (A) On dit qu’alors qu’il était mourant, son cerveau fonctionnait à la perfection et que c’était sa tragédie. Il pouvait penser, il pouvait produire, c’était un génie. (L) Que lui est-il arrivé après sa mort ?

R : 5e densité.

Q : (L) Bon, j’avais deviné ! (A) Une autre fois, quand nous avions parlé de la TCU, de mes différentes options que j’essayais de suggérer, vous m’avez dit d’approfondir le sujet de la torsion. Tous ces Russes parlent de torsion. Maintenant, l’article de 1938 d’Einstein est un article Kazula-Klein — aucune torsion. C’est quoi cette histoire de torsion ?

R : Des indices sont dissimulés dans le texte.

{Questions personnelles supprimées}

Fin de la séance
 
Top Bottom