Séance du 18 janvier 2003

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 18 January 2003

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

Séance du 18 janvier 2003

Ark, Laura, Andromeda

Q : Bonsoir.

R : Bonsoir. Ravis de vous revoir.

Q : Et qui est avec nous ce soir ?

R : Koroniaea.

Q : Et d’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) Nous sommes curieux de connaître la source du matériel qui nous a été envoyé par Steve C. Que canalisait-il avec son ami ?

R : Des mensonges de désincarnés de 3e densité.

Q : (L) Notre campagne de collecte de fonds n’est pas celle que nous espérions. Nous nous demandons si nous n’avons pas fait fausse route avec notre idée de tirer au sort la maison ?

R : Non, parce que c’est un symbole d’engagement.

Q : Dans ce cas, est-ce que de la publicité — soit pour le tirage lui-même, soit juste pour le site Internet — peut être faite en suivant une voie SDA ?

R : Bien sûr ! Rester simple. Les pubs et l’augmentation du trafic sur le site apporteront les bonnes personnes. Même si la tombola échoue, vous recevrez de l’aide.

Q : Faut-il persévérer dans l’idée de nous installer en France ?

R : Oui, bien évidemment. Continuez à vivre dans le présent en pleine conscience et l’avenir s’organisera de lui-même.

Q : D’accord, je tiens à souligner que le conseil boursier que nous avons reçu fut un véritable fiasco.

R : Frank était la source des conseils boursiers, pas nous !

Q : Eh bien, je m’en doutais. Le marché financier était son obsession. Il pensait que c’était le moyen de gagner de l’argent sans lever le petit doigt. Il était toujours à la recherche de moyens de gagner de l’argent sans effort. Pour parler d’autre chose : J’ai eu une autre de ces « expériences électriques » l’autre jour. Il ne semblait pas y avoir d’explication. Pouvez-vous me dire pourquoi je recevais un choc à chaque fois que je touchais quoi que ce soit et pourquoi ces terribles vertiges me reprenaient dès que j’entrais dans un magasin ?

R : EM ambiant sur la planète. Des changements en toi peuvent plus ou moins te transformer en condensateur !

Q : D’accord, le soir du même jour, nous avons eu une expérience étrange lorsque deux séries de trois coups assourdissants ont été entendues dans la maison au moment où nous nous préparions à aller dormir. Ils étaient si forts que même les enfants sont descendus pour voir ce qui se passait. D’où provenaient ces coups assourdissants ?

R : De Laura.

Q : Eh bien, si j’en étais la source, qu’est-ce que j’essayais de me dire ?

R : Frappe trois fois au plafond…

Q : (A) Vous plaisantez ?

R : Nous sommes très sérieux.

Q : Nous avons appris qu’un ancien membre du groupe est atteint d’un cancer et qu’il risque de mourir bientôt si rien de radical n’est fait. Y a-t-il de l’espoir dans cette situation ?

R : Pas sans qu’elle laisse partir l’amertume intérieure.

Q : (A) Je suis perplexe au sujet de G et P. Ils semblent si désintéressés et peu enclins à être des « adeptes », et pourtant ils nous apportent un tel soutien financier que cela semble constituer la meilleure aide que nous puissions recevoir quand nous en avons besoin. Comment se fait-il qu’ils soient des agents ?

R : Ne vous attendiez-vous pas à une ruse aussi astucieuse ?

Q : (A) Eh bien, ils n’ont absolument rien demandé ou obtenu de notre part pour leur aide.

R : Pas encore. Ne trouvez-vous pas étrange qu’ils vendent tout pour s’installer en Europe, particulièrement après avoir manifesté une telle réticence à cette idée ?

Q : Qu’est-ce que G et P escomptent obtenir de nous ?

R : Tout ce que vous y trouverez.

Q : Qui est derrière eux ?

R : Pensez simplement « Illuminati » et cela vous rapprochera suffisamment.

Q : Comment se fait-il que nous ayons suscité autant d’intérêt de la part de types du genre « spy vs. spy » [signifie « espion contre espion », probable allusion au nom d’un jeu vidéo très connu dans les années 90 et mettant en scène deux espions en concurrence sur des missions communes — NdT] ? Après tout, s’il y a quelque chose qu’ils veulent obtenir, pourquoi ont-ils besoin de nous ?

R : Ils ne peuvent « voir » ou « retirer l’épée du rocher ».

Q : (A) Cela signifie qu’ils ont une certaine connaissance, mais qu’ils ne peuvent vraiment rien en tirer ? Eh bien, il y a alors la question. Ils nous aident et ils veulent obtenir quelque chose. Devons-nous continuer et prétendre que cela ne nous dérange pas ?

R : Absolument. Néanmoins, les yeux restent grands ouverts.

Q : (L) Nous sommes un peu intrigués par ce temps étrange. Est-ce le début de l’ère glaciaire ?

R : C’est un précurseur.

Q : (L) Qu’est-ce qui pousse Bush à faire la guerre à l’Irak ?

R : Les ordres. À tous égards, Bush sait peu de choses sur ce qu’il fait ou pourquoi il le fait.

Q : Le drame de la guerre n’est-il qu’une pièce de théâtre jouée pour nous distraire et nous maintenir dans un état de peur ?

R : Plus ou moins.

Q : Pourtant, vous avez dit que les États-Unis seraient bombardés et, à une autre occasion, vous avez dit qu’il n’y aurait pas de guerre nucléaire.

R : Les « bombes » ne sont pas toutes « nucléaires ». Et il y a des « bombes naturelles ».

Q : (A) J’aimerais poser une question au sujet de l’effondrement du World Trade Center. Il y a des preuves de sismicité et d’impulsions inhabituelles qui semblent avoir simplement désintégré la matière.

R : Très bonne observation, mais cela ne signifie pas non plus un sabotage humain. Il y avait certainement des « impulsions ». Elles étaient d’une source « naturelle » qui a été « sculptée » ou « façonnée » puis dirigée.

Q : Qu’entendez-vous par « source naturelle » ?

R : Énergies de la planète collectées et distribuées artificiellement. Une sorte de tremblement de terre artificiel.

Q : Mais nous parlons encore de technologie. Où est le centre opérationnel de ce genre de choses ?

R : Technologie de 4e densité.

Q : Ça, nous le savons. Mais il y a des cerveaux humains impliqués. Quels cerveaux se cachent derrière tout ça ?

R : Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le pentagone est un pentagone ? Indice !

Q : Est-ce pour cette raison qu’ils ont spécifiquement inclus le Pentagone comme l’un des bâtiments à être frappés dans l’attaque du 11 septembre 2001 ; pour dissiper les soupçons ?

R : Ouaip !

Q : Y a-t-il des sections de 4e densité au Pentagone ?

R : Absolument. C’est en quelque sorte un endroit « sous-couverture ».

Q : (A) Il y a ce Pentagone, puis il y a une autre superpuissance — la Russie — et encore une autre — la Chine…

R : Il n’y en a qu’une seule. Il se trouve juste que les États-Unis en sont le centre.

Q : (A) Eh bien. (L) Peut-être que les chefs de ces autres pays sont tous comme George Bush. Ils ne savent pas pourquoi ils font ce qu’ils font. Tout a été écrit depuis un autre endroit. (A) La question est : il y a l’Europe — comment la France, la Russie ou qui que ce soit d’autre peut-il gagner contre ce type de technologie ? Apparemment, puisqu’il n’y a qu’un seul centre, et que ce centre de technologie est aux États-Unis, cela semble plutôt sans espoir.

R : Souvenez-vous de Persée ainsi que de David et Goliath. Par ailleurs, l’aide approche.

Q : (A) L’aide. (L) J’ai parfois l’impression que lorsqu’ils disent « l’aide approche », cela signifie vraiment que notre « futur » se rapproche et que c’est nous qui allons fournir l’aide ! [Rires.]

R : Pas loin, mais pas tout à fait.

Q : (A) Cela signifie que des surprises nous attendent. (L) Je pense que les gens qui se focalisent sur la question de l’anti-guerre perdent leur temps. Je pense qu’ils devraient se focaliser sur la question de la « destitution de Bush ». Mais alors, à quoi bon destituer Bush ? La même chose serait arrivée avec Gore. Jusqu’à ce que les gens se réveillent à la réalité de la manipulation de la 4e densité, nous sommes tous dans une galère sans nom.

R : Exact.

Q : (L) Je suppose qu’ils vont tous se rassembler sur le champ de bataille et quand ils seront tous là, quelque chose va soudainement arriver pour les effrayer…

R : Peut-être…

Q : (A) Le fait est que les gens n’ont pas le choix. Ils sont acculés dans un coin. La seule chose qu’ils peuvent faire maintenant, c’est seulement de destituer Bush. S’ils ne le font pas, ils ne peuvent rien faire d’autre. Parce que s’ils ne font rien, ils porteront le blâme de n’avoir rien fait, comme l’Allemagne l’a fait après Hitler. Tous les signes sont là aujourd’hui : c’est exactement comme en 1939 en Europe.

(L) Eh bien, quoi que nous fassions, nous ne pouvons pas anticiper le résultat. Nous ne pouvons même pas savoir si cela sera utile. Nous devons simplement faire ce qui est juste d’un moment à l’autre en nous basant sur ce que nous savons et en faisant de notre mieux. Pour autant que nous sachions, si nous continuons d’insister sur la question de la « destitution de Bush », nous pourrions finir en prison comme « combattants ennemis ».

(A) Qu’avons-nous appris ? Qu’il y a de l’aide en route. Nous savons que nous ne pouvons pas cesser de travailler. Nous aidons l’aide, pour ainsi dire.

(L) Eh bien, j’ai écrit à certaines personnes pour leur faire remarquer que la position anti-guerre n’était que de la division. Il y a des gens qui sont pour la guerre en vue de soutenir Bush, et il y a des gens qui sont contre la guerre qui ne soutiennent pas Bush. La question est celle du soutien à Bush. Tout le monde est d’accord pour dire que Saddam est un salaud, mais ils n’arrivent pas à s’entendre sur la façon dont Bush gère la question. Ils oublient que ce qui se passe ici, c’est qu’ils sont tous mis dans une position d’opposition les uns contre les autres, et Bush, lui-même, s’en sort très bien. S’ils se concentraient sur les vrais problèmes : que Bush est un menteur, qu’il n’est même pas notre président légitime, qu’il a fraudé les élections par des moyens infâmes, qu’il est un criminel d’une famille criminelle, en montrant purement et simplement à l’aide de faits et d’une couverture médiatique massive ce qu’est vraiment Bush alors tout serait réuni sur ce qui importe : Bush et le Consortium qui l’a mis au pouvoir pour servir ses objectifs.

Mais, au lieu de se concentrer sur le problème — dont Bush n’est que le représentant, le vrai problème étant le consortium — les gens ne voient pas que toute la situation est manipulée au profit du complexe militaro-industriel comme l’avait prévu Eisenhower. Bush n’est que la marionnette de ce consortium. Si cela pouvait être compris comme le danger réel, s’ils pouvaient destituer Bush — qui est leur créature — et mettre à la présidence une personne incorruptible, capable de botter des fesses et donner des noms comme Kennedy a tenté de le faire.

Eh bien, nous avons retenu la leçon. Kennedy n’a pas pris le danger aussi sérieusement qu’il aurait dû. S’il l’avait fait, il aurait peut-être pu faire ce qu’il voulait : dissoudre la CIA, lier les mains des militaires, rendre les choses plus équitables pour les gens ordinaires, renforcer les droits et les libertés civils.

Si nous pouvions avoir, à la Maison Blanche, quelqu’un d’assez intelligent pour ne pas se faire tuer, irréprochable et qui ne soit pas lié au consortium, les choses POURRAIENT vraiment changer.

(A) Le problème ne se pose qu’en Amérique. Si l’Amérique se retirait, Saddam serait traité comme il se doit. Personne n’aime ce type. Il n’a rien du tout. Il n’est dangereux pour personne. Mais Bush est un danger pour la planète entière. Il est à l’origine de ce conflit et le monde entier s’est embrasé en l’espace de seulement quelques mois.

(L) Et la raison pour laquelle il est capable de faire ce qu’il fait — c’est-à-dire qu’il est sur le point de détruire la planète entière — c’est grâce aux médias. Les médias sont contrôlés par les Juifs qui n’ont qu’un seul objectif : posséder la Palestine toute entière et se venger. Et ainsi, ils agitent des carottes pour que Bush les suive sans même savoir qu’ils signent leur propre arrêt de mort. Ils suivent le scénario du Consortium qui désire, par-dessus tout, voir tous les peuples sémitiques détruits, et leur orgueil ne leur permettra même pas de s’en rendre compte. Pour cette raison, les Juifs ont aidé George Bush à plonger le monde entier dans le chaos. Et ils se demanderont pourquoi, au dernier moment, tout le monde les déteste, tout comme les Américains se demanderont pourquoi ils sont la nation la plus détestée sur Terre. Une arrogance démesurée.

(A) Eh bien, il y a cette Théorie des jeux, et ils l’utilisent au maximum. Ils jouent à un jeu. Ils savent quelles ficelles tirer, pour déplacer le fragile équilibre là où ils veulent.

(L) Personne dans le monde de la politique n’est irréprochable. Personne. Ils sont tous entachés de boue, et si vous connaissez toutes l’étendue de cette boue, vous pouvez faire ce que vous voulez. Même si cela semble être une chose horrible que de la déposer devant la porte des Juifs, c’est là qu’elle finit par s’entasser. On ne peut rien y faire. Vous suivez les fils, et c’est là qu’ils vous mènent : aux sionistes.

(A) Donc, si quelque chose vient à détruire leur Théorie des jeux… toute l’opération s’effondrera. La Théorie des jeux est basée sur les données.

(L) C’est comme Vincent Bridges. Tout son jeu consistait à tirer sur nos ficelles, à essayer de nous faire chanter, en disant des choses comme « Je vais raconter toute cette histoire sordide ». Eh bien, devinez quoi ? Je vais m’en charger en premier ! Je ne suis pas parfaite et j’ai certainement fait des erreurs. Mais personne ne s’en servira pour me contrôler. Si d’autres personnes pouvaient faire cela, si elles pouvaient surmonter leur peur d’être jugées pour leurs erreurs, personne ne pourrait plus rien suspendre au-dessus de leur tête.

(A) D’accord, il y a Bush et son Skull and Bones. Et puis, il y a les Illuminati. Et ils cherchent quelque chose. Donc, probablement que quelqu’un derrière Bush cherche aussi quelque chose. Donc, la seule façon pour nous d’aider, c’est de travailler sur ce projet. Et puis, souhaitons-le, ces gens mettront fin à cette destruction massive dans l’espoir d’obtenir ce qu’ils recherchent : le Graal ou autre chose. Parce que s’ils détruisent le monde, ils n’auront rien.

(L) Et puis, pendant ce temps, il y a ce type Nord-Coréen — l’image miroir de George Bush ; tout ce qu’il dit et fait s’inspire de George Bush. C’est vraiment comique de les regarder. « Je vais faire exploser le monde ! » « Non, pas du tout, je vais le faire sauter en premier ! Je vais transformer l’Amérique en une mer de feu. » Et Bush dit : « Je vais bombarder l’Irak jusqu’à ce qu’ils retournent à l’âge de pierre. » « Non, pas du tout ! Nous allons VOUS bombarder jusqu’à ce que vous retourniez avant l’âge de pierre ! » Ils sont comme deux personnages identiques ! C’est de la folie ! On est dans un sacré pétrin. Des commentaires ?

R : La situation semble vraiment sombre. Mais rappelez-vous le talon d’Achille des SDS : prendre leurs désirs pour des réalités.

Q : Dans ce cas, en quoi le fait de prendre ses désirs pour des réalités peut-il aider ?

R : Il y aura une grosse erreur de calcul. Elle révélera l’« Homme derrière le rideau ».

Q : Donc, nous continuons juste à faire ce que nous faisons. Et tout comme Bridges, ils feront une erreur et se révéleront tels qu’ils sont. Y a-t-il autre chose que nous devons savoir et que nous n’avons pas demandé ?

R : Poursuivez sur cette voie. Vous vous en sortez bien ! Au revoir.

Fin de la séance
 
Last edited:
Top Bottom