Séance du 24 septembre 2001

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 24 September 2001

Merci aux membres de l’équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................
Séance du 24 septembre 2001

Laura et Ark

Q : (L) Bonsoir

R : C’est bon d’être de retour.

Q : Q : (L) Et avec qui communiquons‑nous ce soir ?

R : Hoskim.

Q : (L) Et d’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée

Q : (A) Nous voudrions vous demander pour cette invitation à faire l’émission radio. Est-il prudent de s’engager avec ce type…

R : Oui. Anime une excellente émission.

Q : (L) C’est drôle que ce type m’appelle pour me demander si nous voulons animer une émission, un mois environ après que les C’s aient parlé d’animer une émission. Vous vous rappelez ? Et on pensait que c’était insensé. Était-ce pendant que Terry était ici, c’était avant qu’elle ne soit ici.

R : Oui. Ça va vous rendre célèbres.

Q : (L) Est-ce quelque chose que nous voulons faire ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi ?

R : Influence pour TDT. {Théorie Du Tout.}

Q : (L) Vous avez dit la fois précédente qu’Israël était à l’origine de l’attentat du WTC. Ils rassemblent des preuves évidentes qu’Oussama Ben Laden et sa bande sont derrière tout ça. Ont-ils fabriqué ces preuves ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce que la vérité va être révélée un jour ?

R : Oui.

Q : (L) Pouvez-vous nous donner un indice à propos de quand ou comment ? Je sais que « quand » n’est pas une bonne question, mais « comment » ? (A) Tu sais déjà ce qu’ils ont dit la dernière fois. (L) Quoi ? (A) Moins d’un mois. (L) Nous savons que leur notion du temps est mauvaise. (A) Ouais, parce que notre temps n’est pas le même que le leur. (L) Parfaitement. (A) Décembre de notre temps n’est peut-être pas (L) Peut-être décembre dans dix ans. (A) Exact. (L) Le marché financier va-t-il remonter un jour ?

R : Oui

Q : (A) Je trouve bizarre l’effondrement de ce bâtiment. Avons-nous posé la question ?

(L) Je pense que nous avons demandé quelque chose, mais. Tant de gens disent que le bâtiment s’est effondré parce que des explosifs y avaient été placés. (A) Ou autre chose, parce que ce n’est pas le résultat normal d’un simple impact d’avion. Il y a autre chose. (L) Y a-t-il autre chose dans l’effondrement de ce bâtiment que la survenue de l’événement que nous avons vu : l’impact de l’avion, l’incendie, l’explosion, le kérosène et ce genre de choses. Est-ce qu’il y a plus que cela ?

R : Non.

{La dernière réponse est nettement fausse et reflète ma violente réaction émotionnelle.}

Q : (L) Spéculation sans fin. Les conspirationnistes deviennent totalement fous. C’était juste une construction de mauvaise qualité. Il n’était pas conçu pour résister à un avion gros porteur. Alors allons-nous avoir une guerre ici ?

R : Pas loin.

Q : (L) Allons-nous avoir davantage d’attentats terroristes aux États-Unis ? Ils ont déjà répondu non, mais c’est parce que nous savons déjà que ce n’était pas (un attentat) terroriste. Va-t-il y avoir davantage de violences aux États-Unis qui ne sera peut-être pas la conséquence du terrorisme ?

R : Oui.

Q : (L) Pouvez-vous désigner quelques-unes des régions où la violence pourrait apparaître dans un futur proche ?

R : Indianapolis.

Q : (A) Qu’est-ce que c’est ? (L) Indianapolis est une ville de l’Indiana. Eh bien, c’est quelque chose qui n’a jamais été évoqué. Quel genre de violence ?

R : Attaque par faisceau de focalisation du réseau Haarp.

Q : (L) C’est bizarre. (A) Par erreur ? Un accident ?

R : Non.

Q : (L) Que va-t-il ressortir de l’attaque d’Indianapolis par un faisceau de focalisation du réseau Haarp ?

R : Violence par manipulation mentale.

Q : (L) Peut-on savoir sous quelle forme ?

R : Fusillades.

Q : (L) Y aura-t-il d’autres sortes de violence, comme des bombes ou des avions dans des bâtiments, ou diffusion d’anthrax, ou la variole, ou autre sorte de produits chimiques ou de germes de guerre bactériologique. Tout cela ?

R : Oui.

Q : (L) Lesquels ?

R : Bonne chance que ce soit une dissémination de germes.

Q : (L) Quel genre de germes ?

R : Virus de la grippe.

Q : (L) Vous voulez dire une forme mortelle de grippe ?

R : Oui.

Q : (L) Mais rien comme l’anthrax, la variole ou une de ces maladies graves ? Est-ce que c’est ça ?

R : Non. Gardez ouverts les yeux et les oreilles.

Q : (L) Eh bien, nous en avons l’intention. Que va-t-il se passer avec la situation au Moyen-Orient ; en Afghanistan ou ailleurs ?

R : Regroupement de la population sous un contrôle de plus en plus autoritaire.

Q : (L) Quel est le but de ce contrôle ; ce contrôle croissant.

R : Préparation pour la guerre en Palestine.

Q : (L) Mais personne n’a parlé d’une guerre en Palestine. Tout le monde parle d’une guerre en Afghanistan. Comment la Palestine se retrouve-t-elle ici ?

R : C’est l’ultime objectif d’Israël.

Q : (L) Pourquoi voudraient-ils la guerre dans leur propre pays ? Eh bien, outre le fait qu’ils sont depuis longtemps en guerre dans leur propre pays. J’imagine qu’ils veulent en arriver à une conclusion définitive. Quel sera le résultat de ce programme ?

R : L’élimination des Juifs.

Q : (L) Manifestement, ce n’est pas ce qu’ILS prévoient, n’est-ce pas ?

R : Non.

Q : (L) Ils prévoient l’élimination des Palestiniens, exact ?

R : Oui.

Q : (L) Il semble que tout au long de l’histoire, à chaque fois que les juifs ont comploté et projeté l’élimination de quelqu’un, ce sont eux qui ont fini par se détruire eux-mêmes. Ou ai-je mal lu mon histoire ?

R : Non.

Q : (A) Nous avons passé des mois à lutter, à exiger, à sauver et à réparer, et maintenant c’est — où sommes‑nous ? On dirait que ça va continuer. Le fait est que c’était probablement une sorte de distraction et que c’était plutôt réussie. La question qui se pose aujourd’hui, bien sûr, est de savoir sur quoi dois-je me concentrer en matière de recherche ; quelles sont les parties manquantes. Je dois prendre une décision maintenant. Pouvez-vous m’aider ?

R : Une invitation devrait arriver bientôt. Accepte gracieusement quand elle arrivera. Cela t’apportera un changement important.

Q : (A) J’espère que l’invitation arrivera bientôt. Peut-être dans six ans. J’aimerais savoir sur quoi me concentrer, maintenant et jusqu’à l’invitation qui arrivera bientôt ?

R : Physique hyperdimensionnelle.

Q : (A) Bon, la physique hyperdimensionnelle, cela veut dire balayer Maxwell, balayer le supraluminique, balayer l’électromagnétisme, balayer Rodriquez, balayer les quaternions. Cela signifie, comme je le lis, revenir à…

R : Oui. 1969. Oui, plus profitable.

Q : (A) D’accord 1969 : je réfléchissais à la théorie de Kaluza-Klein. Je jouais avec les algèbres et les dimensions infinies.

R : Oui.

Q : (A) Bien, je réfléchissais à cette époque à la symétrie entre la matière et l’antimatière.

R : Oui.

Q : (A) Et cela peut aussi nous mener à notre ami français Jean‑Pierre Petit.

R : Oui.

Q : (A) Bon, très bizarre. (L) Je regarde juste ce qu’il se passe. (A) D’accord, je vais m’y mettre.

R : Oui. Pronto !

Q : (A) {Rires} Pronto ? Oh ! Une autre chose, je me suis familiarisé avec « pronto » en 1969. En 1972 je suis allé à Rome et j’ai rencontré Sergio Doplicher et il répondait au téléphone « pronto, pronto ! » Et à cette époque, j’utilisais aussi ces algèbres pour décrire l’électromagnétisme et ce que j’appelais la métrique indéfinie, qui était censé être mon premier article en 1969, mais je ne l’ai jamais publié à l’époque. 1969 peut aussi signifier…

R : Pronto ! Très chers, nous voulons vous voir réussir votre mission.

Q : C’est quoi la mission ?

R : Vous allez le découvrir.

Q : (L) Serons-nous mécontents ou contents de le découvrir ?

R : Joie indicible !

Q : (L) J’ai rêvé d’un bébé l’autre nuit. Que symbolisait ce bébé ?

R : Ta progression, ton sentier de découverte.

Q : (L) Avons-nous des craintes particulières à avoir à présent, en dehors des soucis financiers ? Je veux dire est‑ce que le FBI va venir frapper à notre porte et tenter de nous injecter une sorte de puce sous la peau avec un nom et un numéro. Où vont-ils essayer de nous faire sortir de force d’ici, où voyez-vous un tel danger devant nous ? Ou suis-je beaucoup trop imaginative ?

R : Non, mais restez vigilant.

Q : (L) Devrions-nous acheter une arme pour l’avoir sous la main dans la maison ?

R : Non.

Q : (L) C’est réglé. De toute façon je n’en voulais pas. Mais on ne sait jamais. Je n’aime pas le tir. Beurk. Alors, que vous voulez savoir d’autre ? Oh, le petit bain à remous dans la piscine est-il la cause de la pluie. (A) {Pouffant de rire. Changement d’humeur, Ark lui-même éclate de rire avant la fin}

R : Non

Q : (L) Oh chéri, tu as fait ça. (A) Non ! Ils plaisantent. Ils s’amusent comme des fous. Mais dans un sens. Oui, parce qu’on sait qu’il y a toujours ce mélange de cause et d’effet. Ainsi, dans ce cas, nous savions qu’il allait pleuvoir. (L) Nous ne savions pas. Je ne m’attendais pas à ce qu’il pleuve, c’est pour ça que je voulais faire pleuvoir. Il n’y avait aucun signe de pluie. (A) Nous, dans une autre densité, savions cela et nous l’avons provoqué. (L) Eh bien, je voudrais savoir si cette spirale de cuivre que nous avons au fond de la piscine avec la petite spirale suspendue à l’extérieur a un effet quelconque ? (A) {Respiration sifflante et rires.}

R : Oui.

Q : (L) Vous vous moquez de moi. Pouvez-vous me dire quel effet ?

R : Transposition hydro-énergétique

Q : (L) Transposition vers quoi ?

R : Réadaptation physique.

Q : (L) Vous voulez dire que ça collecte l’énergie dans l’eau et la transfère au corps si vous êtes dans l’eau

R : Oui.

Q : (L) Et ça n’envoie pas d’énergie en l’air dans le ciel ni fait pleuvoir ou des orages ou quelque chose du genre ?

R : Non.

Q : (A) Il faudrait donc nager chaque jour, tous les jours, même s’il pleut. (L) Les accumulateurs d’orgone font-ils pleuvoir ?

R : Non.

Q : (L) Les accumulateurs d’orgone emmagasinent-ils l’orgone ? {gloussant}

R : Oui.

Q : (L) C’est quoi l’orgone ?

R : Force vitale.

Q : (L) Qu’est-ce que la force vitale ? (A) Quelle est l’expression la plus proche en termes de physique ?

R : Substrat EM.

Q : (A) Qu’est-ce que le substrat ?

R : Base.

Q : (L) Comment est-ce qu’un substrat ou une base… (A) Un point de dépression ? Le vide.

R : Pas loin.

Q : (A) Quelque chose en rapport avec ce que les gens nomment l’énergie du point zéro ?

R : Pas loin.

Q : (A) Quelque chose en rapport avec 1969 ?

R : Pronto !

Q : (L) J’aimerais savoir comment faire pleuvoir. Je pense que c’est une chose utile à savoir. Est-ce réalisable ?

R : Bien sûr.

Q : (L) Y a-t-il une méthode simple, comme fabriquer des canons à orgone ?

R : Non.

Q : (L) Zut. (A) Je sais tout ce dont j’ai besoin ce soir, je vais lire et penser à ça. Je sais quoi faire. (A) Eh bien si j’ai la force vitale et la connaissance du vide, et ainsi de suite, on aura tout ce qu’il nous faut pour capter cette énergie et la transformer et nous ferons pleuvoir. (L) Devrions-nous refinancer notre prêt ?

R : Attendez la suite des événements.

Q : (A) Tu te souviens il y a un an ? Ils disaient à propos de nos actions qu’en décembre nous allions… (L)… être heureux (A) Être heureux. D’accord ? C’est un autre décembre à venir (L) Allons-nous être heureux avec nos actions en ce décembre ?

R : Oui

Q : (L) Je serai étonnée. (A) Si on investissait dans quelque chose à caractère militaire, alors nous serions heureux d’être en guerre. Tu vois ? (L) Je vérifie s’il n’y a rien d’autre. (A) J’ai envie d’aller me coucher, ensuite travailler et discuter sera pour demain. (L) Quelque chose que nous devons savoir ce soir et que nous n’avons pas demandé ? À propos du monde des affaires, le e-group, le site web, le livre, l’émission radio, le travail, n’importe quoi ?

R : Non

Q : (L) Eh bien alors, bonne nuit. Dormez en paix, doux rêves et bonne nuit.

R : Bonne nuit.

FIN DE LA SÉANCE
 
Last edited:
Top Bottom