📚 Séance du 26 février 2002

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 26 February 2002

Merci aux membres de l’équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

Séance du 26 février 2002

Ark, Laura, Rick O

Q : Bonsoir.

R : Cassiopée.

Q : (L) Qui est avec nous ce soir ?

R : Goorpplo.

Q : (L) D’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) À quelle fréquence devrions-nous avoir des séances ?

R : Régulièrement, c’est mieux. Deux fois par semaine si besoin.

Q : (L) Pourquoi Terri Burns a-t-il appelé ?

R : Pour sonder si possible.

Q : (L) Jay Weidner dit qu’il y a quelque chose dans le sud de la France qui est très, très mauvais. Cette déclaration est-elle correcte ?

R : Pas vraiment. Mais ceux qui gardent les secrets peuvent être qualifiés comme tels. Ils souhaitent aussi faire en sorte que les autres pensent ainsi. Machiavel !

Q : (L) Eh bien, cela fonctionne. Le Pérou est-il un lieu de sécurité à la fin des temps ?

R : Non.

Q : (L) Le lieu de sécurité est-il un emplacement physique sur la planète ?

R : Non.

Q : (L) Le lieu de sécurité est-il un état d’être hyperdimensionnel ?

R : Oui.

Q : (L) Pourquoi le programme apparent de contre-espionnage cherche-t-il à convaincre tant de gens que le Pérou est une source de grande sagesse, de bienveillance, de spiritualité, et ainsi de suite ?

R : Comme d’habitude : disperser la connaissance.

Q : (L) Qui nous a envoyé cette caméra ? {Nous avons reçu une caméra d’ordinateur par la poste que personne n’a commandée et elle provenait d’un centre de compagnie de téléphone. Cela ressemblait à un globe oculaire.}

R : ONI.

Q : (L) Office of Naval Intelligence. [Rires.] (R) Dans quel but ?

R : Plus comme un message qu’autre chose.

Q : (L) Comme un message ? (A) Uh-huh. Nous vous surveillons avec nos yeux ! (L) Ça me rend folle ! (R) Devrions-nous poser des questions sur le camion de télévision par câble qui traînait partout lorsque la caméra est arrivée ? (L) Les gens de Warner Cable qui traînaient avaient-ils quelque chose à voir avec ça ?

R : Peu probable. Juste en train de travailler.

Q : {Laura et Ark ont une brève discussion concernant les coïncidences qu’ils ont remarquées dans leur environnement.} (L) Notre analyse de toutes les nombreuses coïncidences rassemblées en si peu de temps, qu’il s’agit d’un changement de programme ou d’un rapprochement des réalités, est‑elle correcte ?

R : Oui, pour le mieux.

Q : (L) Nous avons élaboré quelques théories sur cet objet que Vincent Bridges cherchait — l’Arche d’Alliance, ou le Saint Graal. Je crois que nous comprenons qu’il s’agit d’un objet d’une grande utilité, une sorte de lentille. Est-ce exact ?

R : Oui.

Q : (L) Est-ce quelque chose que les groupes SDS — oui, nous savons que tout le monde sur terre est SDS, mais je veux dire les plus accomplis — ont possédé à un moment donné, puis égaré ou perdu le contrôle ?

R : Oui.

Q : (L) Comment l’ont-ils perdu ?

R : Ce n’est pas tant « perdu » que « récupéré » et rangé pour être gardé en lieu sûr.

Q : (R & L) Qui l’a récupéré ?

R : Mission SDA de 4e densité.

Q : (L) Qui est-ce qui le recherche ? S’agit-il de SDS de 3e densité ou 4e densité ?

R : Les deux.

Q : (L) S’il s’agit d’un appareil de 3e densité, pourquoi les créatures de 4e densité veulent le récupérer ?

R : C’est un appareil de transition entre densités.

Q : (L) Eh bien, si les SDS de 4e densité sont si avancés techniquement, comment se fait-il qu’ils ne puissent pas simplement en fabriquer un autre ?

R : Cet élément est réglé par la conscience. Il est d’une telle fréquence que les capacités SDS ne sont pas capables d’une telle précision. La gamme comprend plusieurs vecteurs de possibilité. Les SDS opèrent dans une gamme étroite.

Q : (R) Donc, ils ne peuvent pas le fabriquer, mais ils peuvent l’utiliser. Ils doivent donc en trouver un qui existe déjà. (L) Est-ce possible ? (A) Actionné par la conscience. (L) Ils ont dit accordé pas actionné. Tout d’abord, nous voulons demander s’ils veulent dire accordé comme à l’époque de sa création ou accordé comme à l’utilisation. (A) Il y a ce scénario où ils attendront que quelqu’un SDA le trouve et le règle, et alors seulement, ils lui sauteront dessus. (L) C’est vrai. Voulez-vous dire accordé comme dans le réglage à la fabrication ou le réglage à l’utilisation ?

A : Fabrication.

Q : (A) D’accord. Une fois accordé, il est accordé, exact ? (R) Ouais. Et s’il était similaire à notre simulation, le réglage se fait en l’exposant à des fréquences similaires. (L) Ou peut-être en l’assemblant grâce aux fréquences produites. Mais il reste à déterminer s’ils peuvent ou non le voir. Nous avons donc théorisé que la raison pour laquelle ils ne peuvent pas le trouver, la seule raison que nous pouvons voir pour laquelle ils ne le trouvent pas, c’est parce que pour une raison quelconque, il est protégé par une fréquence ou quelque chose comme ça et qu’ils ne savent donc pas où il se trouve. Est-ce correct ?

R : Principalement. Ils ont une idée générale.

Q : Qu’est-ce qui les empêche d’isoler spécifiquement l’endroit exact et de le récupérer ?

R : Occlusion.

Q : (A) Qu’est-ce que l’occlusion ? (R) Je pense que c’est similaire à…

R : Barrière de fréquence.

Q : (R) Ce qui correspond à ce dont nous avons parlé. Si vous n’avez pas la même fréquence, c’est… (L) Ou ils peuvent définir une fréquence autour de laquelle ces gars-là ne peuvent pas s’accorder et ne peuvent pas pénétrer. (R) Il devient invisible dans un certain sens. (L) Mais ils peuvent toujours d’une certaine manière détecter une région ou quelque chose. Mais ça peut être comme du bruit ou quelque chose comme ça ; tellement de bruit qu’ils ne peuvent pas isoler le signal. Est-ce la raison pour laquelle ces gens continuent de nous poursuivre, parce qu’ils veulent que nous les aidions à trouver cette chose ? Est-ce la raison ?

R : Plus ou moins. Mais pas la seule.

Q : (R) Eh bien, je suppose qu’une autre raison majeure est simplement de perturber en général. Donc, plus ou moins oui, mais il y a d’autres raisons. Eh bien, Jay Weidner a dit qu’ils pensaient maintenant que Frank allait les aider à le trouver, qu’il était un canal pour Set. (A) Nous ne savons pas si cela est vrai. C’est que Jay Weidner dit de ses espoirs à propos de Frank. Si c’était vrai, ils auraient déjà Frank, ils seraient occupés avec Frank et ils nous laisseraient tranquilles. Donc, je ne pense pas que ce soit si important. (L) Moi non plus. C’était juste un appât lancé par Jay Weidner. (R) Je m’interrogeais sur les utilisations positives possibles de l’appareil ?

R : Multiples. Dans les temps anciens, cet objet était appelé le Don de Dieu. Il a été utilisé pour aider à la manifestation de toutes choses nécessaires à l’existence.

Q : (A) Manifestation ? (R) Cela ressemble à la Merkabah. La Pierre de la Matriarche. La Pierre Mère. (A) Donc, il peut faire toutes sortes de choses… (R) Est-ce la Merkabah ?

R : La Pierre Mère, oui.

Q : (R) Alors c’est ça ! C’est le vrai sens de la Merkabah. Génial. Et il n’y en a qu’un seul disponible. Cela pose un aspect très étrange sur tout cela. (L) Où a-t-il été créé ?

R : Kantek.

Q : Est-ce que c’est ce qui a servi à transporter les Kantekkiens sur Terre au moment de la destruction de leur planète ?

R : Certains d’entre eux. D’autres, transportés par des lézards.

Q : (L) Eh bien, cela donne une autre perspective. D’accord, nous remarquons que lorsque nous demandons des détails à ce sujet — l’emplacement, etc. — les réponses arrivent très lentement, les détails sur l’endroit où il se trouve et toutes ces choses. Nous allons passer à autre chose. (R) Je voudrais demander à nouveau à propos de cette femme, HR, si elle était en pilotage automatique et que je me trouvais juste sur son chemin ou si quelqu’un l’a contrôlée réellement ? (L) En d’autres termes, a-t-elle été envoyée vers toi ? (R) Oui.

R : H était à la fois réelle et fabriquée. Lorsque ta fréquence a été lue, le programme de contrôle a été activé. Mais sois averti qu’il y en a beaucoup d’autres, et parfois il y a un délai avant que le programme ne soit activé. Et souvent, les émotions sont alors des œillères.

Q : (L) Une chose que j’ai remarquée, c’est que lorsque vous rencontrez une personne pour la première fois, il y a toujours de très petites choses qui vous donnent des indices sur la possibilité qu’elles peuvent être activées. Et si vous surveillez ces indices et si vous en voyez un ou deux, alors vous montez la garde. Si vous en voyez trois ou quatre, il vaut mieux partir. Mais c’est difficile à faire. Parfois, ils offrent tant de fascination. Et parfois, nous sommes tellement dans le besoin. Nous sommes seuls ou nous avons besoin d’un ami, ou nous avons besoin de parler à quelqu’un. Nous devons partager une partie particulière de notre moi qui n’est pas normalement partagée parce qu’il n’y a personne à qui en parler. Tant de gens ont des aspects d’eux-mêmes qu’ils clôturent et ne partagent pas parce qu’ils n’ont personne avec qui les partager. Il y a donc toutes sortes de raisons pour lesquelles nous sommes attirés par ces amitiés. Et pourtant, il y a ces petits signes. Et nous avons tendance à les ignorer parce que nous avons besoin ou voulons quelque chose.

(A) Je dirais que l’une des bonnes choses à observer n’est pas tant les autres que notre propre réaction. Je me regarde et essaie de voir si j’essaie de cacher quelque chose, de mettre quelque chose sous le tapis. Suis-je en train de supprimer une partie de moi-même ; supprimer une partie pour plaire, ou pas tant pour plaire que pour ne pas enrager.

(L) Ou de ne pas ennuyer, ou de ne pas repousser. (A) Et puis quand nous remarquons ces choses sur nous-mêmes, il faut faire silence, méditer dessus, alors nous savons que c’est un signe valable qui nous avertit.

(R) Quelle est la relation entre les solides platoniques dans nos simulations fractales quantiques et les modèles fractals. Cela semble se rapporter aux discussions que vous avez eues sur les tétraèdres et les hexagones ?

(A) Oui, c’est donc une chose amusante que j’utilisais des tétraèdres pour cette simulation quantique, avant d’en apprendre beaucoup à ce sujet. La question est donc de savoir à quoi ils servent, s’ils sont importants ou non.

(L) Pouvez-vous expérimenter et découvrir ?

(A) Non parce que nous ne savons pas comment expérimenter, quoi en faire. Par exemple, ces gens — ces gens de la géométrie sacrée ou autres — pensent que ces solides — 200 ou 600 cellules — sont pour une raison quelconque importants. D’accord. Ils n’ont aucune idée de la raison, ils pensent savoir, mais je n’ai aucune idée de la fonction de cette forme.

R : Ces polytopes sont des produits finis et non des initiateurs.

Q : (R) Donc, quelque chose d’autre l’initie et il en résulte des polytopes. Que représentent les motifs fractals ?

R : Événements.

Q : (R) Les détecteurs que nous utilisons dans la théorie EEQT sont-ils réels, devraient-ils être inclus ? (A) J’ai une théorie selon laquelle la façon dont nous utilisons ces détecteurs est juste temporaire, et qu’ils représentent vraiment une sorte de mouvement vers une densité ou une dimension différente que nous n’avons pas encore modélisée. (R) Il s’agit donc d’une simplification temporaire. (A) C’est ça.

R : Ça va se dérouler !

Q : (A) J’ai une question parce que quand je demandais à propos des sauts quantiques, la réponse était : je ne sais pas si je pourrai lire parce que c’est crypté, c’est codé. Je ne peux pas décoder correctement. Lis avec respect pour hum… [Ark et Rick lisent un article.] (R) « Avec de la place pour des altérations, la manière de faire des sauts quantiques la clé des sauts quantiques est toujours la découverte de nouvelles mathématiques. » Ma première question concerne cette « place pour des altérations » qui semble très suspecte — comme une allusion. « Place » est ici un mot étrange. Je soupçonne qu’il a un sens caché comme par exemple l’espace Hilbert. C’est ma supposition que la place ici a un double sens, correct ?

A : Di/bi/double.

Q : (L) Di comme dipĂ´le, bi comme bipolaire et double, un triple sens.

Q : (A) Maintenant, cette nouvelle mathématique était la réponse qui m’a été donnée lorsque je posais des questions sur les nombres p-adiques, qui se rapportent aux nombres premiers. J’ai donc cherché un livre sur les nombres p-adiques. Et je suis prêt à sauter dans ces nouvelles mathématiques, mais je ne veux pas sauter dans une mauvaise chose, d’accord ? La question est donc : que sont ces « nouvelles mathématiques » ? Peuvent-elles être liées au saut quantique ?

R : À cet égard, vous allez devoir assembler le puzzle à partir de nombreuses pièces.

Q : (L) Il n’y a donc pas une seule forme de mathématiques qui couvre tout.

(R) Nous avons des fractales, nous avons des nombres p-adiques, des nombres premiers, des anneaux et des groupes. Ah ! Devrions-nous demander si l’Anneau de Benzène était également lié à l’algèbre des groupes et des anneaux, et pas seulement à l’algèbre, est-ce une bonne question ?

(A) Oui, nous savons que l’algèbre est importante, nous savons que l’algèbre est le calcul principal, de sorte que si nous posons des questions sur l’algèbre, la réponse serait certainement « oui », donc ce n’est pas assez précis.

(R) D’accord. Devons-nous demander s’il s’agit de l’algèbre des anneaux en combinaison avec des nombres premiers ?

(A) Oui, certainement la réponse est « oui » car lorsque nous étudions les nombres premiers, cela vient automatiquement avec les anneaux. Il n’y a aucun moyen de l’éviter.

(R) Il ne me reste qu’une question à ce sujet et c’est de savoir si les détecteurs sont des points d’interface de la conscience, est-ce là que la conscience s’interface avec la réalité ?

R : Limites de la fréquence de la conscience.

Q : (L) De quoi sont faites les limites de la fréquence de la conscience ? La conscience de qui ? (R) Mais cela a du sens. (L) Oui, mais pour qui la conscience est-elle une limite ? (R) Je suppose que c’est la nôtre. (A) Qui est « nôtre » ? La conscience de qui ? Universelle ? (R) Général, pour toute conscience je suppose.

R : 7e densité nature/divisions.

Q : (A) D’accord, il y a donc ce général — ce que Gurdjieff appelle les mondes — il en faisait une très bonne description. (R) D’accord, alors ma question serait de savoir si la conscience, par exemple nous trois dans cette pièce, interagissons-nous avec la réalité à travers la 7e densité qui utilise ces limites de la fréquence de la conscience ? D’accord, c’est donc une sorte d’étape intermédiaire. Je ne sais pas trop comment l’exprimer.

R : La 7e densité interagit avec les divisions à travers vous.

Q : (R) Ah ! Ce n’est donc pas nous qui interagissons avec la réalité à travers la 7e densité, c’est l’inverse. La septième densité interagit avec le concept de divisions à travers nous. Cela me semble logique d’une manière étrange. (A) Voilà comment cela fonctionne. (L) Nous y sommes. (R) Nous sommes l’interface. (R) Bien sûr, duh ! (L) Nous aurions pu avoir un V-8. Je suis fatigué et je veux poser des questions sur ma dent, comment se fait-il que ma dent se soit cassée ?

R : Manque de « dentiste » !

Q : (R) Parfois, un cigare n’est qu’un cigare ! {rires} (A) Lorsque je cherchais les bons mots clés pour mon chapitre, je suis tombé sur ce Matti Pitkanen. Et j’ai commencé à lire. Et il avait toutes les choses qui étaient dans mon esprit ou qui étaient mentionnées par les C’s ou que je demandais aux C’s… (L) Dan Winter aussi. (A) Eh bien, Matti est un physicien ! (L) Il en va de même pour Dan Winter selon ses propres affirmations. (A) Aïe ! Matti avait tout ce qu’il fallait et il connaissait les mathématiques ; les nombres p-adiques, je les ai appris de lui. Complexification, dimensions, sauts quantiques même. D’où obtient-il tous ces bons mots clés ? Quel est son rôle, qui le fait résonner à toutes les choses vraies ? Je ne comprends pas ce que font ces gens, comment ils arrivent avec toutes ces choses.

R : La souffrance active des substances neurochimiques qui activent les récepteurs d’ADN.

Q : (A) Je ne veux pas souffrir si c’est le cas ! Et pour avoir mes récepteurs… (L) Nous devrons inventer une souffrance spéciale juste pour ça. (A) D’accord ma chère. [Rires.] (L) Eh bien, nous devons être plus intelligents avec toutes les souffrances que nous avons subies de juillet à janvier avec cette affaire de Vincent Bridges. Nous avons dû vraiment devenir intelligents parce que nous souffrions vraiment et cela a abouti à une souffrance incroyable. Mais je ne veux plus d’infection. Ce n’était pas le bon type de souffrance. Mais c’était peut-être la preuve que des substances neurochimiques étaient activées ! Quand nous avons été malades en janvier, j’ai d’abord été très, très malade, pendant à peu près la même période qu’Ark était lui-même très, très malade. Nous avons tous les deux eu des infections massives difficiles à combattre. Nous avons dû prendre des antibiotiques puissants. La douleur était horrible. Quelle était la cause de ces infections ?

R : Laura, Ark : La première ouverture a été le stress. La deuxième partie était une vague dirigée d’énergie négative. Troisièmement, les bactéries étaient activées par cette fréquence. Le résultat final a été la réponse de votre système qui a bien réagi.

Q : (R) Quelle est la cause du mal de tête au-dessus de mon oreille gauche ?

R : Stress psychique.

Q : (R) Merci. (L) Stress psychique ? (A) Oui, l’environnement. (R) Le docteur a dit la même chose.

Fin de la séance
 
Top Bottom