Séance du 4 mai 1996

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 4 May 1996

Merci aux membres de l'équipe française pour cette traduction.
___________________________________________________________________________________________

Séance du 4 mai 1996

Participants : «Frank», Tom H, Tom K, Laura

Q : (L) Bonjour.

R : Bonjour.

Q : (L) Et qui est avec nous ce soir ?

R : Lorra.

Q : (L) Et d’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : (L) La dernière fois que Tom était là, nous avions parlé des bases souterraines, de l’intervention de l’armée dans les affaires civiles, et de la collusion entre le civil et les affaires militaires. Que pouvez-vous nous dire de plus à ce sujet ?

R : Posez des questions précises, s’il vous plaît.

Q : (L) Nous avions parlé de la guerre en tant que moyen de générer des situations propices à la substitution de corps...

R : La guerre «sert» à beaucoup de choses.

Q : (L) Pourriez-vous nous lister certaines des fonctions les plus courantes de la guerre ?

R : Créer un environnement facilitant le remplacement discret du patrimoine génétique. Ce qui inclut un changement de paradigme via la stimulation de l’activité reproductrice, le remplacement du personnel-clé en fonction de la lecture préalable de la fréquence vibratoire...

Q : (TH) Qui ou quoi est remplacé dans le patrimoine génétique ? (TK) Tous ceux qu’ils veulent remplacer. (L) Eh bien, vous savez comment ça se passe dans les films... tout le monde fait l’amour à tort et à travers avant de partir au front... (F) Oui... ils ont dit «ce qui inclut un changement de paradigme via la stimulation de l’activité reproductrice». (L) «Le remplacement du personnel-clé en fonction de la lecture préalable de la fréquence vibratoire»... Bon, vous voulez dire que la guerre...

R : Crée un «environnement» propice à des modifications génétiques qui passent inaperçues, à cause d’une augmentation sensible de l’échange entre facteurs tant physiques qu’éthériques.

Q : (L) Que voulez-vous dire par «personnel-clé» ? Personnel-clé pour qui ?

R : SDS de 4e densité.

Q : (L) Ce personnel-clé est-il humain ?

R : Oui.

Q : (L) Quand vous parlez de «remplacement», vous voulez dire un scénario simple du genre quelqu’un meurt — par exemple un chef d’État — et est remplacé par un autre qui prend le pouvoir ? C’est le scénario le plus simple qui collerait à vos explications.

R : Ton scénario n’est pas simple.

Q : (L) Je veux dire simple en matière de manigances...

R : Les deux.

Q : (L) Est-ce qu’ils pourraient aussi remplacer le personnel-clé grâce à la duplication ?

R : Oui. Et le placer dans l’univers «parallèle» des activités secrètes. Toutes les guerres passées ont permis de créer une race à part entière, une toute nouvelle «race souterraine» d’humains, tant par capture directe suivie d’une «rééducation» que par reproduction entre ces individus et d’autres.

Q : (L) Qu’entendez-vous par reproduction ?

R : Ceux qui ont été capturés se sont reproduits, et leur progéniture n’a jamais vu votre monde.

Q : (L) Vous voulez dire que... (TK) Ils ont donné naissance à des enfants qui n’ont jamais vu notre monde... (L) Comment toute une race, ou des groupes de gens, peuvent-ils vivre sous terre à l’insu du reste — ou plutôt, de la majorité — de l’humanité vivant à sa surface ? Cette idée est tellement folle...

R : Non. Combien y a-t-il d’espace sous terre, par rapport à la surface ?

Q : (L) Beaucoup, j’imagine. Vous n’êtes pas en train de dire que la Terre est creuse, quand même ?

R : Non, pas exactement.

Q : (L) Alors à quelle profondeur se trouve la plus profonde de ces cités souterraines ?

R : 5 000 km.

Q : (L) C’est sacrément profond ! Mais, est-ce qu’il ne fait pas trop chaud à cette profondeur ?

R : Non. La température moyenne est de 20 °C.

Q : (TK) C’est plutôt confortable ! (L) Et pour la lumière ?

R : Par résonance magnétique.

Q : (L) Est-ce qu’ils ne risquent pas d’être engloutis lors de tremblements de terre ?

R : Non, on ne ressent pas les tremblements de terre à cette profondeur !!

Q : (L) Est-ce qu’une des activités de cette civilisation souterraine a quelque chose à voir avec cette énorme base souterraine que les Russes construisent ?

R : Non.

Q : (TK) Est-ce qu’il y a des bases sous-marines ?

R : Oui.

Q : (TK) Il est impossible d’explorer tout ce qu’il y a sous les océans. (L) Tout ça dépasse l’entendement. Pourquoi ont-ils besoin de ces gens ?

R : Pour vous remplacer.

Q : (TK) Et pourquoi ? Parce qu’ils peuvent mieux les contrôler ?

R : Totalement.

Q : (L) Les gens nés et élevés dans ces cités souterraines ont-ils une âme ?

R : Oui, pour la plupart.

Q : (TK) Ils sont juste comme nous, sauf qu’ils sont élevés différemment ?

R : Plus compliqué que ça.

Q : (L) Depuis combien de temps font-ils ça ?

R : 14 000 ans, approximativement.

Q : (L) S’ils font ça depuis si longtemps, manifestement, ceux qu’ils ont enlevés au début ont passé l’arme à gauche et ne peuvent servir à remplacer qui que ce soit sur Terre, à moins qu’ils n’aient déjà remplacé des gens de temps en temps pour diverses raisons...

R : Non, comparée à la leur, votre technologie, c’est l’Âge de pierre ! Tubes d’hibernation... un battement de cœur par heure, par exemple.

Q : (TH) Ce qui veut dire que pour chaque année que nous vivons, ils en vivent 4 200... (L) Y a-t-il un quelconque rapport avec ce puits de dingue à Oak Island ?

R : Indirectement.

Q : (L) Et nous, quelle est notre place dans tout ça ? (TK) Nous, absolument aucune !

R : Vous êtes le «comité de préparation».

Q : (L) Mais qu’est-ce que nous fichons ? Est-ce que ça fait partie du plan que nous détruisions la planète et la couche d’ozone, que nous polluions les mers et tout ça, pour la rendre plus habitable pour eux ?

R : Tout ça est sans conséquence et peut être facilement réparé.

Q : (TK) Avec leur technologie, ils peuvent arranger tout ça. (L) C’est vraiment horrible, vous savez ! De penser à tout ça... (TK) Apparemment, si je comprends bien, ils ne peuvent pas juste débarquer, nous éliminer et nous remplacer, parce que ce n’est pas dans les «règles».

R : Néanmoins, les cycles naturels, au sein du grand ordre des choses, feront que tout ça se mettra en place naturellement.

Q : (L) Existe-t-il une loi dans le monde de ces êtres — du genre loi de la gravitation — qui les empêcherait de débarquer et de nous envahir ?

R : Non.

Q : (TK) Je ne pense pas qu’on puisse comparer ça à la loi de la gravitation...

R : Quelle «loi» vous empêche de manipuler à votre gré les êtres de 2e densité ?!?

Q : (L) Eh bien, je ne m’amuse pas à délibérément blesser ou manipuler qui ou quoi que ce soit. (TK) Bien sûr, c’est notre attitude vis-à-vis de ces «créatures» : nous les conservons de manière à disposer d’une source de nourriture permanente... Je crois qu’il y a des règles à respecter. C’est comme aux échecs. Ils ne peuvent pas débarquer comme ça et se mettre à tout changer ; ça doit se faire par étapes. Mais il y a des brèches et ils peuvent s’y introduire, procéder à leurs manipulations et faire certaines choses impunément... (TH) Dans ce cas, il ne s’agit pas de règles, mais de simples directives.

R : Deux points importants ici : 1) Par «vous», nous entendons la 3e densité dans son ensemble. 2) Vous avez complètement loupé ce que nous avons dit sur le cycle naturel et l’ordre des choses. Nous vous suggérons de relire ce passage et d’y réfléchir... En outre, imaginez que votre espèce soit manipulée de sorte à s’autodétruire ou à se contenter de rester plantée là sans rien faire jusqu’au prochain cataclysme naturel ?

Q : (TK) Eh bien, apparemment il y a un camp adverse qui tente de les empêcher de prendre le contrôle.

(L) D’après ce que j’ai compris, la seule chose que les bons puissent faire — en raison du libre arbitre — c’est d’attendre qu’on leur demande de l’aide, et la seule chose qu’ils puissent réellement faire, c’est donner des informations.

(F) Eh bien, ce n’est pas rien, si c’est utilisé par les bonnes personnes au bon moment.

(TK) Mais il faut aussi poser les bonnes questions. Il faut être suffisamment informé pour pouvoir poser les bonnes questions. Les informations sont là, j’en suis sûr. On a deux camps. Le premier a mis tous ces gens sous terre et veut envahir la planète. Ce groupe aime vivre en 4e densité, il ne veut pas progresser. Il veut bloquer le progrès. Le deuxième, lui, veut avancer ; il veut que l’ordre naturel suive son cours. Mais le groupe négatif veut rester au même point et y maintenir autant de monde que possible.

(L) Et parce qu’ils s’étiolent et que leur nombre diminue, il leur faut continuer à subvenir à leurs besoins et à leur existence.

(TK) Si par un curieux hasard, la Terre est le seul endroit où les gens viennent pour progresser, alors tôt ou tard ça va s’arrêter. Si ces types prennent le pouvoir, ça va tout simplement s’arrêter... imploser.

(TH) Je sais ! La Terre est un parc d’attractions pour la 4e densité !

(L) On y a déjà pensé... nous avons tous notre billet d’entrée !

(TK) Manifestement, nous avons les informations, mais nous n’avons pas creusé assez profondément, et c’est pour ça que nous ne savons pas quelles questions il faut poser. Est-ce vrai ?

R : Non.

Q : (TK) Est-ce que mon hypothèse s’approche de la vérité ?

R : Oui. La vérité totale est inaccessible.

Q : (TK) Donc ce que j’ai dit, c’est ce qui se passe en gros. Maintenant, à nous de découvrir ce que nous sommes censés faire pour que la Terre puisse être préservée...

R : Vous ferez comme bon vous semble.

Q : (TK) C’est vrai.

R : Est-ce que vous — en général — contrôlez les créatures de 2e densité sur Terre ?

Q : (L) Oui.

R : Et qu’est-ce qu’il y a de «juste» là-dedans ?

Q : (L) Rien.

R : Bon. Alors, où est la différence ?!?!???

Q : (TK) Donc, pour résumer, nous contrôlons la 2e densité et la 4e densité nous contrôle. Il y a les bons et les méchants. (L) Et nous ferons comme bon nous semble. Soit nous choisissons de nous aligner sur les bons, soit nous choisissons de nous aligner sur les méchants.

R : Libre à vous.

Q : (TK) Mais si trop de gens s’alignent sur les méchants, alors la balance penche en leur faveur, et il n’y a plus de progression ; il nous faut donc éduquer les gens pour qu’ils sachent...

R : Tom, tu y es presque, mais tu loupes l’essentiel.

Q : (L) Et c’est quoi, l’essentiel ?

R : L’essentiel, c’est qu’il n’y a pas de «il faut». Vous ferez ce que vous ferez. C’est à vous de choisir. Nous vous l’avons déjà dit plusieurs fois, mais vous êtes encore dans une perspective égocentrique.

Q : (TK) Chacun se soucie de ce qui peut lui arriver. Chacun veut être sauvé, et ne pas s’occuper des autres.

R : Plus exactement, tous ceux qui vivent dans un univers SDS se considèrent comme «spéciaux, élus ou protégés». Ce n’est tout simplement pas le cas !!

Q : (TL) Ce qui doit arriver arrivera. Les gens...

R : Le corps est sans importance. C’est l’âme qui soit progresse, soit s’égare, demandez à Sandra !

Q : (L) Sandra a-t-elle évolué ou s’est-elle égarée ?

R : Ouvert.

Q : (L) Donc, autrement dit, nous pourrions nous contenter de vivre nos vies, et prendre du bon temps sans nous soucier de rien. C’est ça ?

R : Non.

Q : (L) Le choix nous appartient ?

R : Oui.

Q : (TK) Le fait est que ça va arriver...

R : Mais personne n’est là pour intervenir en votre faveur, comme beaucoup voudraient le croire.

Q : (L) Donc nous sommes ici, sur cette planète, et nous nous en sortirons — ou pas ; comme Dorothy et Toto à Oz. Tout dépend de notre propre capacité à évaluer les choses, à surmonter les obstacles, la sorcière, les singes et les soldats... (TK) Peut-être que ce qu’ils tentent de faire, c’est de donner les informations ou de les rendre disponibles pour que les gens puissent faire leur choix : est-ce qu’ils veulent rester...

R : Nous ne «tentons» pas de faire quoi que ce soit. Nous sommes ici pour répondre aux questions qu’on nous pose. Nous ne pouvons pas intervenir.

Q : (TK) Oui, l’idée de non-intervention est tout à fait claire et compréhensible. Donc, ils ne peuvent pas intervenir...

R : Et même quand nous répondons, vous n’êtes pas obligés de nous croire, c’est à vous de voir !

Q : (L) Donc nous sommes vraiment tout seuls !

R : Vous l’avez toujours été, et nous aussi, et tous les autres aussi !!

Q : (TK) Je pense que le tout est de poser les bonnes questions pour savoir quelle décision prendre. Est-ce qu’on veut progresser ? Aller en 4e densité ? Ou plus haut ? Ou est-ce qu’on veut rester ici ? Comment peut-on faire un choix éclairé si on ignore tout des véritables conditions et des options disponibles ?

(L) Les religions ont-elles été mises en place et imposées aux humains dans le but de les rendre complaisants ou de les inciter à avoir foi en quelque chose d’extérieur à eux, ce qui les empêche de rechercher la Connaissance, d’ouvrir les yeux, de faire face à la réalité de leur existence, et donc les maintient en esclavage ?

R : Ce ne sont que des obstacles, comme toujours. Vous aussi les employez, pour vos amis de 2e densité !!

Q : (TK) Dans quel état d’esprit faut-il être pour vouloir progresser ?

(F) Eh bien, on sait qu’on est sur le bon chemin quand on se rend compte que les paroles ne correspondent pas à la réalité. Pense à tous les gens que tu as rencontrés et avec qui tu as parlé philosophie. Combien t’ont dit : «Oh, la Bible, c’est tout ce dont j’ai besoin. C’est tout ce qui m’importe» ?

(TK) Je ne parle pas souvent philosophie avec les gens, parce que je suis rarement d’accord avec ce que j’entends.

(F) Eh bien, tu as décidé de ne pas en parler parce que tu as essayé avant et que ça n’a pas marché.

(TK) Ça me pose vraiment problème... oui, la Bible existe depuis longtemps, et la religion existe depuis longtemps... mais ça me pose vraiment problème de croire en quelque chose qui a manifestement été créé par des humains qui avaient certains objectifs en tête !

(F) Mais la plupart des gens à qui tu dis cela répondront : «Oh, non ! Ce ne sont pas des hommes qui ont écrit la Bible, c’est Dieu !». Ou tu as les athées purs et durs qui ne croient qu’en la religion de la Science.

(TK) Je crois qu’il est normal de suivre des règles et de traiter les autres avec respect, et d’honorer la vie... et certaines idées sont positives dans les religions... mais elles vont trop loin.

(F) C’est comme ça qu’ils attirent les gens. En mêlant mensonges et vérités.

(L) Oui, un mensonge présenté entre deux vérités est plus facile à avaler.

(F) Oui, si tout était faux, alors la plupart des gens s’en seraient tout de suite rendu compte. Ou rapidement, en tout cas.

(TK) La grande majorité des gens s’en fiche. Ils veulent seulement qu’on les mène comme des moutons. Ils ne veulent assumer aucune responsabilité.

(F) Et qu’est-ce qui arrive à la grande majorité du bétail ? Il broute dans son pâturage, et quand c’est l’heure, on le fait grimper dans le camion direction l’abattoir.

(TK) Eh bien, après toutes ces années passées dans l’armée, j’en suis venu au point où je ne fais plus confiance à un quelconque dépositaire de l’autorité.

(F) Et si tu parles aux croyants, ils te répondront : «Oh, je n’ai pas de réponse... je ne fais que suivre la Bible.»

(L) Non seulement ils n’ont pas de réponse, mais ils n’ont pas de questions non plus. Et je pense que c’est ça l’indice : ceux qui se posent encore des questions après avoir fait le tour des religions et de toutes les salades mystiques. Ceux qui pensent avoir trouvé la réponse ultime font office — eh bien — de délicieux dîner !

(TK) Il me semble que le but de la vie est d’acquérir des connaissances et de progresser. On est coincé à ce niveau-ci tant qu’on n’a pas compris. Mais qu’est-ce qu’on est censé comprendre ?

(L) Je pense que savoir, c’est agir.

(TH) «Vous connaîtrez la Vérité, et la Vérité vous rendra libres». C’est dans la Bible !!!

(L) Est-ce que la connaissance est la clé ?

R : Oui.

Q : (L) Je pense que la connaissance modifie notre fréquence. Est-ce vrai ?

R : Oui.

Q : (L) Le fait de reconnaître et de voir ?

R : Oui.

Q : (L) Qu’est-ce qu’ils nous ont dit un jour... «L’important n’est pas où vous êtes, mais qui vous êtes, et aussi ce que vous voyez», c’est ça ? (TK) Donc nous n’allons pas changer ce qui arrive. Il n’y a aucun moyen pour nous d’avoir un effet concret sur les armées souterraines... la question est de se changer soi-même, et de changer ceux avec qui on partage ces informations.

R : Exact, la vache n’a aucun effet sur l’état de l’industrie de l’élevage...

Q : (TK) La vache n’a aucun effet sur le troupeau. Pas une vache seule... ni même plusieurs.

(F) Mais il peut y avoir quelques vaches qui suivent celle qui s’écarte du troupeau.

(TK) Oui, on peut sans doute influencer la vie de quelqu’un d’autre, mais pas tout le groupe. Donc, s’inquiéter de ces trucs souterrains est sans importance.

(L) Mais pas le fait de le savoir.

(TK) Tous ces survivalistes, ces milices, etc. C’est une totale perte de temps.

(F) C’est bien de savoir ce qui se passe.

(TK) Mais pourrais-tu le savoir si tu avais un implant ? (L) Oui... (TK) Comment ? En demandant ?

(L) Oui, et en examinant ta vie et en la comparant à celle des autres. Quand tu lis ces informations, tu y trouves un tas d’indices. Cela t’ouvre vraiment les yeux.

(TK) Les implants et le lavage de cerveau ne dépassent-ils pas un peu l’intervention qui reste permise aux SDS de 4e densité ?

(L) Nous avons appris que si tu sais que tu as un implant et ce qu’il peut faire, alors tu peux le neutraliser par tes choix. Ceux qui croient que leur implant est pour leur bien y sont évidemment totalement assujettis.

(TK) Ai-je déjà été enlevé ?

R : Questionne Tom à propos de ton kidnapping... Tom doit apprendre.

Q : (L) Que pourrait-on faire...

R : Pourquoi penses-tu que Tom a «choisi» de s’engager dans la Marine ?

Q : (L) Parce qu’il a été manipulé ?

R : Y a été amené.

Q : (L) Que s’est-il passé dans la Marine ?

R : Demande à Tom.

Q : (L) Il semble qu’il soit plutôt resté en surface... as-tu juste suivi le mouvement de jour en jour sans trop y réfléchir ? (TK) Mm-hmm.

R : Non. C’est ce que ta «mémoire» te dit.

Q : (TK) Je commence à avoir mal à la tête. (L) Intéressant. Pourquoi a-t-il des migraines ?

R : Creuse le problème afin d’apprendre. Si, à ce stade, nous te donnions les réponses à tout cela, tu te contenterais de hausser les épaules sans plus y penser.

Q : (L) Est-ce que hausser les épaules est une réponse programmée en lui ?

R : Dans une certaine mesure.

Q : (L) D’accord. Il a mentionné que ses migraines avaient commencé lors d’un séjour en camping particulier. Et maintenant qu’il essaye de s’en souvenir, il a mal.

R : Hypnose.

Q : (TK) Le pire mal de tête que j’ai eu, c’était quand nous allions au Japon et que nous nous sommes arrêtés à Hawaï. J’étais allé sur un autre navire chercher de l’huile hydraulique... au retour, en revenant vers mon bateau, j’ai eu une migraine si terrible que je ne supportais plus la lumière ou le bruit. (L) Tu veux dire, une migraine du genre où rien que le fait de respirer te fait mal ? (TK) Mm-hmm. (L) Eh bien, j’ai commencé à en avoir après m’être réveillée une nuit à l’envers dans mon lit avec le bas de ma chemise de nuit mouillée. Je sais à quoi ça ressemble. Une douleur incroyable.

R : Oui.

Q : (TK) Oui, rien n’y fait. (L) Pouvez-vous aider un petit peu Tom ?

R : Désolé. Tom en est au stade où cela ne l’aidera pas que nous lui «donnions un petit peu».

Q : (F) Eh bien, ils ne nous ont jamais donné une réponse aussi catégorique. (L) De toutes les personnes qui ont assisté aux séances, c’est le premier à avoir immédiatement compris ce qui se passait et ce que ça signifiait. (F) La plupart des autres pensent déjà connaître les réponses... (L) Pour en revenir aux bases souterraines, le projet HAARP a-t-il un lien avec celles-ci ?

R : Pas directement.

Q : (L) Vous avez dit un jour que ce HAARP devait servir à «transférer des périmètres». Je suppose que ça veut dire manipuler l’espace, le temps et la densité.

R : Oui.

Q : (L) Se peut-il qu’ils aient l’intention de s’en servir pour ramener les cristaux de l’Atlantide afin de les utiliser ?

R : Plutôt «utiliser» que «ramener».

Q : (L) Y a-t-il du vrai dans l’idée d’«harmonique» de BRH, selon laquelle il doit être prêt à fonctionner un certain jour J à l’heure H ?

R : Non.

Q : (L) D’après ce que nous comprenons — je sais que vous ne répondrez pas comme ça à la question — si Tom essaie de faire émerger ses souvenirs et de les comprendre, les migraines devraient disparaître... (TK) Je n’en ai plus depuis que j’ai quitté la Marine.

R : O’Brien «ment».

Q : (L) Qu’est-ce qu’il y a avec O’Brien ?

R : Découvrez. Pourquoi Tom est-il là-bas, en particulier ?!?

Q : (L) Y a-t-il quelque chose dans cet endroit, une fréquence émanant de la Terre, de l’électromagnétisme ou que sais-je, qui peut avoir tendance à...

R : Peut-être, peut-être, peut-être, peut-être...

Q : (L) Ça maintient une personne dans la passivité et l’ignorance ?

R : Bloque la fréquence... Et au fait, quelqu’un sait-il pourquoi Camp Blanding a été créé ? Alors ?? [...]

Q : (TK) Demande pour Dave Wh__. Il habite tout près...

R : D’abord, une primeur pour les Adoubés... Refaites votre parcours en détail et méditez, repensez aux voyages en solitaire du passé, et commencez à déterrer des secrets époustouflants. Cela vous mènera à des révélations qui à leur tour ouvriront la porte à une explosion de connaissances inouïe !!

Q : (F) Oh, mince. Beaucoup de questions... (L) Y a-t-il eu plus d’un voyage à Camp Blanding ?

R : Non.

Q : (L) Un seul ?

R : Pour toi.

Q : Plus d’un pour Tom ?

R : ?

Q : (L) Vous avez dit les «adoubés», comme si notre nom avait une importance...

R : Découvrez.

Q : Y a-t-il eu ingénierie génétique ?

R : Non, pas au sens où tu l’entends. Mais tout le monde est le produit d’une ingénierie génétique, dans un sens.

Q : (L) Pourquoi ma mère a-t-elle épousé des hommes qui n’ont cessé d’affecter nos vies de manière aussi terrible ?

R : Demandez-lui.

Q : (L) Elle n’a pas de réponse. Elle est aussi perplexe que nous.

R : Alors, encouragez-la à le découvrir. C’est là que se trouvent les indices.

Q : (L) Donc les indices sont liés à certaines de ces personnes... Nous nous rappelons du voyage jusqu’en Caroline du Nord, pour nous mettre dans une école...

R : Pourquoi a-t-il insisté pour que vous alliez en pension ? Et pourquoi votre mère y a-t-elle consenti ?

Q : (L) Tout cela nous ramène à la question de départ : pourquoi Tom est-il à O’Brien, près de Camp Blanding...

R : Les ondes électromagnétiques figent l’esprit, incitant à la complaisance face à une situation de détresse forcée. Engourdissent l’esprit au moyen d’influences isolationnistes. Pourquoi es-tu là-bas, Tom ? Qui t’a supplié de rester là-bas ? Les ondes électromagnétiques émanent de ?? Te suggérons, Laura, d’aller à la bibliothèque et de faire des recherches sur Camp Blanding. Tu pourrais bien découvrir un «trou noir», pour ainsi dire !!

Q : (L) Un trou noir. OK. Eh bien, il est clair que nous avons vécu beaucoup de choses qui n’ont tout bonnement aucune explication rationnelle. (TK) Ils nous ont donné beaucoup d’informations sans que nous posions beaucoup de questions, ce soir...

R : Des visites à travers les arbres, les forêts, menant à une clairière parfaitement carrée...

Q : (L) Hmmmm. Tante H__ est-elle l’un de ces générateurs de fréquences électromagnétiques ?

R : Non, ce n’est qu’un simple agent inconscient.

Q : (L) Eh bien, L__ a des tendances très isolationnistes. Est-ce dû au fait d’habiter dans cette région ?

R : Idem.

Q : (L) Eh bien, ce que je voudrais vraiment savoir, c’est pourquoi il nous est arrivé toutes ces choses délirantes dans notre vie. Pourquoi avons-nous eu affaire à tous ces gens qui, apparemment, ont été mis sur notre chemin ou ont été manipulés dans le but exprès de nous affecter négativement ? Je veux dire, est-ce que je me trompe, ou est-ce que ce type de situation n’est pas tout à fait inhabituel et délirant ?

R : Pourquoi, à ton avis ?

Q : (L) Eh bien, je n’en ai aucune idée !

R : Parce que vous faites partie de ces êtres rares et peu nombreux qui sont capables d’assembler les pièces du puzzle.

Q : (L) Alors, qu’est-ce que nous sommes censés faire ? (TK) Découvrir.

R : Oui. Et pour ce soir, bonne nuit.

Fin de la séance
 
Last edited:
Top Bottom