📚 Séance du 19 février 2000

Gandalf

SuperModerator
Moderator
FOTCM Member
Thanks to the members of the French translation group who have just translated that session.

Please post your comments in the original session: Session 19 February 2000

Merci aux membres de l’équipe française pour cette traduction.
......................................................................................................................................................................................................

Séance du 19 février 2000

Laura, Ark, Frank

Q : Bonsoir.

R : Bonsoir.

Q : Et qui est avec nous ?

R : Woneen.

Q : Et d’où transmettez-vous ?

R : Cassiopée.

Q : Tout d’abord, j’aimerais savoir si vous avez des commentaires à faire sur nos précédents invités ? {Un médecin et sa femme.}

R : Tu dois poser des questions précises.

Q : La première chose, c’est qu’il est venu nous voir avec cette histoire d’« expérience de mort imminente. » Après avoir commencé d’en discuter, j’ai constaté que nous ne pouvions pas obtenir de lui une réponse claire. Pendant une demi-heure il est parti à discuter dans 50 directions différentes ; a parlé de menaces de mort, de cet événement qu’il appelait expérience de mort imminente, ce qui n’était clairement pas le cas ; nous avons dû l’interrompre, le faire revenir en arrière, l’interrompre et revenir en arrière, encore et encore, uniquement pour avoir un compte rendu suivi des événements. Il a parlé d’hallucinations, de psychose, de schizophrénie, et ainsi de suite. Et puis, finalement, comme à un signal, il a déclaré « Oh, j’ai vu un OVNI. » Cela nous a fait une drôle d’impression : ce type était-il un agent envoyé pour perturber ce que nous faisons ici ?

R : Non.

Q : A-t-il été abducté ?

R : Pas une abduction, mais une rencontre rapprochée du 3e type.

Q : Les effets qu’il ressentait provenaient-ils d’une infiltration de 4e densité dans la région ?

R ; D’une certaine manière.

Q : Tout ça l’avait passablement ébranlé, au point qu’il a fermé son cabinet médical et a en fait tout lâché dans la vie. Pouvez-vous nous dire ce qu’il attendait de nous ?

R : Il est confus du fait qu’il a été à moitié réveillé après des années et des années de programmation. Le résultat a été comparable à une « dépression nerveuse, » mais en plus marqué. II vous est difficile de comprendre, puisque vous avez été « sur la bonne voie, » toute votre vie. C’était un homme ordinaire. De graves expériences l’ont amené au bord du gouffre. Aujourd’hui, il est à la fois en train de récupérer les morceaux utiles restants, et d’explorer la nouvelle arène qui l’attend.

Q : Donc, mon impression, qu’assister à la séance dans son état n’était pas une bonne idée pour lui, était correcte ?

R : Peut-être, mais peut-être aussi qu’à l’avenir il se ressaisira…

Q : Jusqu’à présent, nous n’avons pas reçu un seul appel ou courriel d’un seul éditeur, auteur, station de télé, radio ou autre, à la suite de l’article. Ça a foiré !

R : Il suffit d’attendre Henrietta Higgins, il suffit d’attendre ! [Cette réponse des C’s fait référence au refrain « Just you wait, Henry Higgins, just you wait » de la chanson « Just you wait » tirée de la comédie musicale « My Fair Lady ». Le prénom a vraisemblablement été féminisé avec humour par les C’s. – NdT]

Q : J’ai eu une expérience terriblement traumatisante dimanche dernier, le jour où l’article est sorti. J’ai cru que je faisais une crise cardiaque. Que s’est-il passé ?

R : Accès de panique.

Q : C’était affreux. Mon cœur s’est arrêté de battre, il cognait juste si fort que ma poitrine tremblait ; je n’avais plus de pouls. J’ai cru que mon cœur allait s’arrêter pour de bon. (F) Tu as sûrement été secourue par les êtres de 6e densité. (L) J’ai été secourue par Ark. OK, vu l’article, qu’en pensez-vous ?

R : C’est une ouverture sur un choix.

Q : Oh, je vois. Bien. Ma petite liste de diffusion a discuté du fait qu’il semble y avoir quelque chose « dans l’air. » Il y avait récemment ces trois boules de feu, au-dessus du Yukon ; Larry Smith parle du réchauffement du Pacifique ; il y a eu deux énormes EMC [éjection de masse coronale — NdT] — en fait, je pense qu’une est censée frapper aujourd’hui. Il y en a eu une la semaine dernière qui a frappé dimanche ou lundi. Alors, ils s’interrogent sur ces boules de feu et autres trucs liés à des fragments cométaires et ce genre de chose. Ils ont l’impression que quelque chose est imminent. Pouvez-vous commenter cette idée ?

R : Il semble que certains ressentent l’imminence à chaque tournant ! Si jamais « quelque chose » se produit, quelle déception pour ces pauvres gens !

Q : Donc, c’est un peu comme dire que rien n’est imminent. Ils semblent tous œuvrer ensemble avec frénésie. (A) Ce courriel court et étrange me préoccupe… que quelque chose soit « offert. » Cela présente-t-il un danger ?

R : Message n’est pas livraison.

Q : Je suppose que cela signifie que quelque chose « d’offert » n’est pas « livré » par courriel. Dire qu’on a quelque chose à offrir est très différent de le délivrer. Nous avons aussi reçu un courriel d’amis des Aisenberg qui veulent que nous les renseignions sur l’enfant Sabrina. Je leur ai répondu que nous ne pouvions vraiment pas présenter des questions pour les parents à moins que les parents eux-mêmes les posent. Vous vous êtes déjà exprimés là-dessus, et j’ai l’impression, suite à vos commentaires antérieurs, que les parents NE poseront pas de questions. Mais y a-t-il d’autres commentaires que vous pourriez faire à ce sujet ?

R : Ce n’est pas approprié.

Q : Je ne pense pas. D’accord, il est dit dans ce livre de Diodore de Sicile, écrit au cours du 1er siècle av. J.-C., que « certaines offrandes sacrées enveloppées dans de la paille de blé proviennent des Hyperboréens en Scythie, d’où elles sont successivement relayées par les peuples voisins jusqu’à ce qu’elles arrivent à l’Adriatique, à l’ouest. De là, elles sont envoyées au sud, et les premiers Grecs à en prendre possession sont les Dodoniens. Puis, en continuant au sud, elles gagnent le golfe Maliaque, traversent vers l’île d’Eubée, et sont transmises de ville en ville jusqu’à Carystos. Ensuite, ignorant Andros, les Carystiens les mènent à Tenos, et les Téniens à Delos. C’est ainsi qu’il est dit que ces choses rejoignent Délos à l’heure actuelle. »  Depuis des temps très anciens donc, les Hyperboréens avaient l’habitude d’envoyer des offrandes sacrées à l’île de Délos. Maintenant, l’île de Délos est soi-disant le lieu de naissance de Phœbus Apollon, dont la mère était Léto. Il était apparemment né sur le mont Cynthe. C’est vraiment très curieux. Cela est contraire à l’idée ancienne selon laquelle le courant culturel se faisait de la Méditerranée vers le Nord, que la civilisation a débuté au Proche-Orient. Cela sous-entend un flux culturel du Nord vers le Sud. Qu’est-ce donc que ces anciens Hyperboréens envoyaient à l’île de Délos ?

R : Des feuilles comportant des codes cryptés.

Q : Quelle était la relation entre les Hyperboréens, y compris les Celtes de Grande-Bretagne, je crois, et le peuple de Délos ?

R : Les peuples du Nord étaient garants de la civilisation des peuples de la Méditerranée/Adriatique avec les secrets encodés dans leur arrangement génétique extra-terrestre supérieur. La pratique dont vous parlez était une habitude multi-transgénérationnelle.

Q : Est-il vrai que certains d’entre eux communiquaient avec des êtres des densités supérieures par le biais de Stonehenge, et que ces communications qu’ils recevaient…

R : Stonehenge entrait en résonance avec un filet tonal, enseignant des sagesses, demeurant autrement inenseignables, par pénétration psychique via le système d’émission-réception du chakra couronne.

[Note : le mot « rill » (« filet ») est nouveau pour moi. Le dictionnaire Webster le définit comme un petit filet ou un petit ruisseau ; s’écouler dans ou comme un petit ruisseau.]

Q : Stonehenge n’a-t-il jamais été achevé, avec toutes les pierres qui sont là ? Cet auteur suggère qu’il n’a jamais été achevé parce qu’il y a des pierres manquantes…

R : Bien sûr.

Q : Qu’est-il arrivé aux pierres manquantes ? Les livres laissent entendre qu’il n’a jamais été terminé parce que l’architecte a dû mourir.

R : Non-sens. De multiples chocs ont été enregistrés au cours des âges.

Q : Stonehenge a-t-il été édifié par étapes comme le rapporte cet auteur ? Est-ce que ça a d’abord été un fossé circulaire, au temps des trous dits d’Aubrey ?

R : Non.

Q : A-t-il été édifié d’un seul coup, totalement ?

R : Oui.

Q : La légende dit que le dieu, Phébus Apollon, dansait à Stonehenge tous les 19 ans. À quoi est-ce associé ?

R : Symbolique. Les marées, les éclipses de Lune, ce genre de choses. Pensez aux Wiccans entubés sur les super-autoroutes de l’information !

Q : Je veux dire, il y a des pierres qui manquent tout simplement ! Qui pourrait traîner de si gros morceaux de roche ?!. (A) Vous avez demandé pour ces pierres manquantes, et la réponse était les multiples chocs enregistrés. (L) Exactement. Que dire de ces multiples chocs. Quoi, en particulier ?

R : Certains étaient des tremblements de terre, des mini-cataclysmes naturels. D’autres étaient des accidents EM, quand les forces telluriques se sont heurtées à des « forces » extérieures.

Q : Voulez-vous dire que certaines de ces roches ont été vaporisées, en quelque sorte, par une espèce d’arme à faisceau de particules ?

R : Activité EM.

Q : Quelle était la raison d’être des 56 trous d’Aubrey ?

R : Le fondement.

Q : Pourquoi y enfouissaient-ils les cendres des cadavres ?

R : C’était plus tard… des suppositions fragmentaires.

Q : Stonehenge était-il connu autrefois comme le Cloître d’Ambrius ?

R : Oui.

Q : Qui était Ambrius ?

R : Tradition druidique/voile.

Q : À quoi servait le voile ? Qui était Ambrius ?

R : Pas qui. Quoi.

Q : Qu’est-ce qu’Ambrius ?

R : Ils le qualifiaient de dieu. Vous pourriez dire le contraire.

Q : Quelle était la signification du Glaive enfoncé dans le sol, adoré par les Scythes ; les Scythes ont été reliés aux Hyperboréens et aux Celtes de Grande-Bretagne.

R : Scithe.

Q : Qui était-ce ?

R : La faux.

Q : C’était le Dieu Épée ? Saturne ?

R : Non.

Q : C’était la signification de l’épée enfoncée dans le sol ; c’était une faux ?

R : Donner du pouvoir, ou du moins, c’est ce qu’ils pensaient.

Q : Quel dieu cette épée dans le sol représente-t-elle ?

R : Peut-ĂŞtre Zeus.

Q : Bérenger Saunière a-t-il trouvé des parchemins dans un pilier quelconque ?

R : Oui.

Q : Étaient-ce des messages codés ?

R : Il y en avait/il y en a tellement.

Q : Ces messages codés qu’il est censé avoir trouvés, sont-ils les mêmes que ceux présentés dans le livre « Holy Blood, Holy Grail » ?

R : Non.

Q : Ceux du livre sont-ils faux ?

R : Altérés.

Q : Y a-t-il un effet spécifique que nous devrions rechercher dans cette histoire de maximum solaire, en laissant de côté l’idée de quelque chose « d’imminent ? »

R : Laisse son empreinte électromagnétique dans les régions entourant vos visualisations de 3e et 4e densité.

Q : Alors, tout ce tapage là-dessus est en fait une perte de temps et d’énergie. Mais, bon sang, ils y travaillent sûrement pour tout ce qu’ils peuvent en tirer ! C’est extraordinaire ! Bien, maintenant que nous avons les probabilités, qui va être élu président ?

R : Ouvert.

Q : Aaargh ! Ce n’est pas sympa ! Bon, pouvez-vous, au tournant de nos vies, voir quelque chose qui nous échappe, que nous devrions voir, et qui, si nous n’étions pas si fatigués…

R : Laissez-la se dérouler avec des cœurs joyeux.

Q : Ça à l’air chouette. Vous voulez dire que nous allons tous être heureux ?

R : Peut-ĂŞtre, on verra bien.

{Échange privé supprimé}

Q :… Autre chose ?

R : Non. Bonne nuit.

Q : Bonne nuit.

Fin de la séance
 
Top Bottom