Various interesting things in French : documentaries, etc.

Esote

Jedi Council Member
Here is my translation from John KLYCZEK 's article published on SOTT lately, part 1

Barbara Marx Hubbard :​

Marraine du transhumanisme et de la spiritualité synthétique​


Feu Barbara Hubbard, gourou New Age financé par les Rockefeller, a joué un rôle essentiel dans le développement des idées, des croyances et de la technologie nécessaires à la promotion du transhumanisme en tant qu'éveil spirituel.


En 2016, les "Global Future Councils" du Forum Économique Mondial (WEF) ont publié une vidéo intitulée "8 prédictions pour le monde en 2030", qui prévoyait de manière tristement célèbre un Nouvel Ordre Mondial technocratique dans lequel "Vous ne posséderez rien. Et vous serez heureux". Il n'est pas nécessaire de faire preuve d'une grande imagination pour imaginer comment les oligarques du WEF prévoient de déployer des politiques de "développement durable" qui rationneront les biens de consommation dans une "économie de partage" mondiale qui emploie des travailleurs de passage qui seront transformés en serfs sans propriété dans le cadre d'une interprétation techno-communautaire du néo-féodalisme. Mais comment les technocrates mondialistes du WEF parviendront-ils à convaincre la classe des paysans virtuels de se satisfaire de leur état permanent de servitude numérique ?

C'est là qu'intervient la gourou New Age Barbara Marx Hubbard et son soutien à l'Initiative de Cohérence Globale de l'Institut HeartMath, qui propage à travers la planète des dispositifs transhumanistes de rétroaction neuronale [neurofeedback] afin de synchroniser numériquement les rythmes cardiaques et les ondes cérébrales collectifs de l'humanité dans des états de félicité spirituelle synthétique induits électroniquement. Avec la bénédiction transhumaniste de Hubbard, le réseau "neurotech" mondial de HeartMath est prêt à bercer la plèbe et les prolos pour qu'ils se conforment joyeusement à la "nouvelle normalité" de l'économie techno-féodale de la Quatrième Révolution Industrielle.



Dans ce premier volet de ma série sur les contributions de Hubbard à la religion post-humaniste et à l'économie techno-fasciste de la Quatrième Révolution Industrielle néo-eugénique, je ferai l'historique de la façon dont les organisations philanthropiques des Rockefeller ont financé la Fondation pour l’Évolution Consciente de Hubbard afin de faire de l'humanité une nouvelle espèce transhumaine baptisée au nom de la "Conscience du Christ" techno-gnostique. De plus, j'exposerai comment Hubbard a collaboré avec les mondialistes de la World Business Academy, les corporatistes de la Singularity University et les psychologues du potentiel humain "Eupsychien" [Avoir ou aller vers un esprit ou une âme supérieure] en lien avec l'Institut Esalen, afin d'établir un spiritualisme techno-communautaire qui vénère l'évolution transhumaniste contrôlée par les entreprises du Big Tech, qui dominent l'économie des parties prenantes de la Quatrième révolution industrielle. Enfin, je documenterai la façon dont Hubbard a fait progresser la globalisation des technologies portables transhumanistes de biorétroaction [biofeedback] du HeartMath Institute, qui peuvent hypnotiser neuro-technologiquement le prolétariat précaire [precariat] à travers des états virtuels de soumission heureuse à la "Nouvelle Normalité".


Dans les prochains épisodes de cette série, je révélerai comment la mission transhumaniste de Hubbard, qui consiste à diriger "l'évolution consciente", est imprégnée du contrôle malthusien-eugénique de la population. En outre, je dévoilerai comment les alliés transhumanistes de Hubbard au sein de la World Future Society, du Human Potential Movement et de la Foundation for Conscious Evolution sont liés à des réseaux de pédophiles présumés et à des cultes d'abus sexuels.


Quand le New Age rencontre la Nouvelle Normalité

Depuis l'annonce des confinements du COVID-19, les bureaucrates gouvernementaux, les oligarques d'entreprise et les technocrates mondialistes ont multiplié les campagnes de propagande sur la nécessité de s'acclimater à la "Nouvelle Normalité". Vous n'avez probablement jamais entendu ce slogan post-COVID avant 2020, mais Hubbard prophétisait l'aube d'une Nouvelle Normalité au moins dès 2008. En fait, Hubbard a prédit que 2020 marquerait l'année charnière du "changement" mondial vers la Nouvelle Normalité qui fait entrer le monde dans la "Singularité" futuriste envisagée par le directeur de l'ingénierie de Google, Ray Kurzweil, qui est l'un des fondateurs de la Singularity University, un groupe de réflexion post-humaniste où Hubbard a fait la promotion de ses rêves de maîtriser "l'évolution consciente" pour créer une nouvelle espèce transhumaine.

Dans le livre de Hubbard, "52 Codes pour l'évolution consciente de soi" [52 Codes for Conscious Self Evolution : A Process of Metamorphosis to Realize Our Full Potential Self], le " Code 33 " appelait les êtres humains à " s'avancer comme une nouvelle norme " afin de faire évoluer l'espèce humaine de " Homo sapiens sapiens à Homo universalis ". Plus tard, en 2012, Hubbard a publié un autre livre, "Birth 2012 and Beyond : Le grand changement de l'humanité vers l'âge de l'évolution consciente". Dans une section intitulée " 2012 à 2020 et au-delà ", Hubbard proclame que " les huit années qui suivront la Naissance [2012], et qui mèneront jusqu'en 2020, seront cruciales pour mettre en œuvre les changements nécessaires pour que nous puissions entrer en douceur dans la prochaine ère... en progressant vers des communautés évolutionnaires pleinement formées... dans le monde entier, où chaque personne peut apprendre à se transformer et à transformer notre monde " en un Nouvel Ordre Mondial transhumaniste.

Même avant 2008, pendant des décennies, Hubbard a prédit l'avènement d'une nouvelle ère transhumaniste dans laquelle l'humanité fusionnera avec la technologie par le biais de "l'évolution consciente". En tant que militante du Mouvement du Potentiel Humain [Human Potential Movement], Hubbard a travaillé en réseau avec des psychologues de l'Institut Esalen et des corporatistes de la Singularity University pour ouvrir la voie à une coévolution collective de la conscience humaine avec la conscience "noétique" du cosmos [la noétique est l'étude ou la théorie de la connaissance, de la pensée] par le biais de technologies transhumanistes. Soutenue par les fondations philanthropiques de Rockefeller, Hubbard a créé la Fondation pour une Évolution Consciente [Foundation for Conscious Evolution], qui encourage les progrès "synergiques" de la biotechnologie, de la nanotechnologie et de l'intelligence artificielle (IA) avec des supercalculateurs, qui peuvent converger à l'échelle mondiale grâce à "l'internet des objets" (“Internet-of-Things”: IoT) et à "l'internet des corps" (“Internet-of-Bodies”: IoB), afin de créer une nouvelle espèce transhumaine. Pour aider à construire le système nerveux cybernétique collectif d'un super-organisme transhumain en évolution, Hubbard a promu le Réseau Mondial de Cohérence de l'Institut HeartMath [HeartMath Institute’s Global Coherence Network], composé des technologies de neurofeedback portables qui relient les biorythmes humains par le biais de smartphones sur toute la planète.

Dans "Synthèse Évolutionnaire" [An Evolutionary Synthesis : A New World View (Weaving Together a New Memetic Code for the Optimum Future for Humanity)], publié en 2008 par la Fondation pour l'Évolution Consciente, Hubbard a prédit comment, " dans la perspective du transhumanisme évolutionnaire, nous voyons une convergence possible de notre conscience élargie avec nos corps/esprits technologiquement améliorés... comme la prochaine étape de notre évolution ", quand " il y aura une convergence culturelle cosmique du monde vivant entre la vie transhumaine et éventuellement post-humaine ", y compris " la 'vie' à base de silicium ". Préfigurant la nouvelle normalité post-COVID de 2020, Hubbard a ajouté que " dans le transhumanisme évolutionnaire, l'humain universel apparaît pour la première fois sur cette Terre comme une "nouvelle norme" : comme une personne incarnant nos capacités spirituelles, sociales et scientifiques/technologiques. "

Comme l'exploitation techno-fasciste des confinements COVID manifeste le thème du livre de Hubbard de 1993, "Our Crisis Is a Birth" (Notre crise est une naissance), la crise du coronavirus donne naissance à une nouvelle normalité technocratique dans laquelle la vie humaine est de plus en plus contrôlée par des écrans d'ordinateur et des identifiants numériques qui sont prêts à être localisés et suivis par la cybernétique IoT-IoB. Par conséquent, il semble que le tournant de 2020 se soit aligné sur les prédictions de Hubbard concernant un "Grand Décalage" vers la "Naissance" d'une " Évolution Consciente ", dans laquelle l'humanité commence à se "mettre en synergie" avec les technologies informatiques numériques afin d'être "ré-imaginée" comme une nouvelle espèce cyborg transhumaine.

Si vous n'aimez pas l'idée que Big Tech vous transforme biotechnologiquement en un produit informatique numérique, ne vous inquiétez pas. L'initiative mondiale HeartMath de Hubbard peut vous brancher à des appareils de biofeedback qui vous hypnotiseront électroniquement pour vous faire obéir de manière adéquate, pendant que vous serez transformé par techno-eugénisme en serviteur transhumain qui sera heureux de ne rien posséder , pas même son propre corps, dans la nouvelle normalité qu'est la Quatrième Révolution Industrielle techno-fasciste.

Il est certain que la vision de Hubbard du futur transhumain n'a pas été glanée par magie dans une boule de cristal. Au contraire, Hubbard a été étroitement associée à de nombreux architectes du transhumanisme de la nouvelle normalité technocratique, qu'ils ont préparée pendant plusieurs décennies pour 2020.


Barbara Hubbard, la "Conscience du Christ" et la transhumanité cybernétique

La vision de Hubbard de la trans-évolution par le biais d'un système cyber-nerveux superorganique a été inspirée par les prophéties techno-gnostiques de Pierre Teilhard de Chardin et la "révolution de la science du design" [science du dessein, de l'intention...] de R. Buckminster Fuller. Teilhard de Chardin était un prêtre jésuite eugéniste qui prêchait un évangile trans-gnostique d'évolution spirituelle, ou "noétique", par l'éveil de la conscience universelle à travers la "noosphère". Fuller était un éminent futuriste et le parrain de la révolution de la science du design, qui a créé des prototypes de modèles "synergétiques" d'architecture évolutive, tels que le dôme géodésique. Teilhard de Chardin et Fuller ont tous deux professé leur foi dans la "Conscience cosmique du Christ" de l'évolution noosphérique, que Hubbard a idolâtrée comme étant le pivot de l'évolution cybernétique de l'humanité vers un collectif trans-technologique.

Lors du discours prononcé par Hubbard en 2015 devant les membres de l'Institut des sciences noétiques (IONS), elle a fait remonter l'éveil de sa propre évolution consciente à sa lecture du Phénomène de l'Homme de Teilhard de Chardin : " à la minute où j'ai lu cela.... je me suis consacrée à la noosphère". Dérivée du concept du "nous" du philosophe présocratique Anaxagore, qui est l'"esprit" omniprésent du cosmos, la noosphère est, selon Teilhard de Chardin, l'"énergie tangentielle" de l'univers qui évolue à travers la conscience humaine. Dans le discours de Hubbard lors de la conférence internationale IONS de 2015, elle a expliqué comment, grâce aux énergies tangentielles de l'évolution noétique, "la planète s'est dotée d'un nouveau système nerveux au cours des 15 dernières années. Et c'est Internet. C'est Facebook ; c'est Twitter ; c'est 7 milliards de téléphones portables et ce n'est pas fini. . . . Un énorme système nerveux a été acquis, et il nous est ouvert."

En bref, Mme Hubbard pense que l'expansion noosphérique de la conscience fait évoluer le système nerveux biologique humain vers un réseau technologique étendu de smartphones reliés aux médias sociaux sur Internet. En ramifiant ostensiblement les systèmes nerveux humains de manière collective par le biais des téléphones portables et des télécommunications par satellite, les réseaux sociaux en ligne sont, selon Hubbard, en train de construire des tremplins évolutifs vers un zénith transhumain dans lequel les interfaces cerveau-ordinateur et les implants nanotechnologiques uniront la conscience humaine à la conscience cosmique de la noosphère en fusionnant l'intelligence biologique organique avec l'intelligence artificielle de haute technologie.

Dans son livre de 2001, Emergence : The Shift from Ego to Essence (10 Steps to the Universal Human) [Émergence : le passage de l'ego à l'essence (10 étapes vers l'humain universel)], Mme Hubbard explique que la "noosphère" de Teilhard de Chardin est "ce que nous pourrions appeler "la couche pensante de la Terre", ou la sphère de l'esprit. Pensez à cette noosphère comme à un superorganisme invisible, mais omniprésent. Chacun d'entre nous y vit, tout comme nos propres cellules vivent à l'intérieur de notre corps. La noosphère est composée de nos consciences collectives... ainsi que de l'intelligence qui est en train de créer nos corps augmentés à travers une technologie en croissance rapide", notamment "Internet", "la biotechnologie" et "la nanotechnologie".

Lors de son discours de 2017, " Awakening the New Species in You " [Eveiller la nouvelle espèce en vous], au Sommet du Global Purpose Movement à San Francisco, Hubbard a déclaré que la noosphère de Teilhard de Chardin " est maintenant le système nerveux Internet de la planète ", et " nous sommes assez nombreux maintenant pour réveiller notre système nerveux planétaire " grâce à " la haute technologie... l'intelligence artificielle, l'informatique quantique, la robotique, la génétique, tout cela... étant les pouvoirs de nos dieux mythologiques. "

En résumé, Hubbard pensait qu'en exploitant la biotechnologie et la robotique nanotechnologique, les corps humains génétiquement modifiés pouvaient être associés à l'IA quantique, ce qui transformerait les êtres humains en cyborgs transhumains capables d'atteindre la divinité en sollicitant la conscience collective de la noosphère grâce à l'"Internet des objets" [“Internet-of-Things”: IoT] et à l'"Internet des corps" [“Internet-of-Bodies”: IoB].

Inversant l'évangile biblique selon lequel Dieu s'est abaissé pour descendre du Ciel et s'incarner dans le corps humain de Jésus-Christ, Hubbard a prêché l'évangile trans-gnostique de Teilhard de Chardin selon lequel les humains doivent s'élever au rang de dieux en évoluant technologiquement vers des hybrides ultrahumains-machines capables de s'élever jusqu'à la "Conscience du Christ" de la noosphère. Lors de son discours à l'IONS, Hubbard a raconté comment Teilhard de Chardin a prophétisé que " lorsque la sphère de l'esprit... obtiendra ses yeux collectifs, nous ferons l'expérience... de la "Christification" de la Terre".

Selon Hubbard, les "yeux collectifs" de la "sphère de l'esprit", ou noosphère, s'ouvrent grâce au réseau mondial des médias sociaux sur Internet. Dans la vision de l'avenir selon Hubbard, ces réseaux sociaux numériques se répandront à travers le monde et satureront la planète grâce à ce que R. Buckminster Fuller a appelé la révolution de la science du design. Dans l'équation finale, la révolution technétronique (techno-électronique) de Hubbard inspirée par Fuller culminera dans un ensemble intelligent [noetic nexus] de télécommunications par satellite et d'ordinateurs mobiles qui évolueront consciemment vers une singularité transhumaniste IoT-IoB, aboutissant à la "Christification" de la Terre, qui consacrera l'espèce humaine collective comme dieu sur Terre.

Cet évangile techno-gnostique de la conscience christique a également été prêché par Fuller, qui croyait que sa révolution de la science du design exploiterait les progrès de la science et de l'industrie afin d'instaurer de manière technocratique un paradis utopique sur Terre. Comme Hubbard et Teilhard de Chardin, Fuller envisageait que, grâce à la révolution de la science du design, l'"esprit universel", ou la conscience cosmique du Christ, évoluerait par la "synergie" transhumaniste de l'intelligence humaine et du progrès technologique. Dans Synergetics : Explorations in the Geometry of Thinking [Synergétiques : Explorations dans la géométrie de la pensée], Fuller a déclaré que "l'univers est technologie" et que, dans l'époque émergente du nouvel âge, la révolution de la science du design fusionnerait de manière technocratique la conscience du Christ de la noosphère avec la conscience humaine de la biosphère, aboutissant à une singularité cosmique-transhumaniste qui apporterait un paradis sur Terre.

Trouvant en Mme Hubbard une partenaire du "nous" [nous-mate], Fuller l'a présentée comme l'héritière de sa vision futuriste d'une évolution technocratique "christifiée" par le biais de sa révolution de la science du design. Dans le livre de Hubbard publié en 2015, The Evolutionary Testament of Co-Creation : The Promise Will Be Kept, elle a relaté comment Fuller a déclaré : " Il n'y a aucun doute dans mon esprit que Barbara Marx Hubbard - qui a contribué à introduire le concept de futurisme dans la société - est l'humain en vie le mieux informé actuellement concernant le futurisme et ses perspectives ". C'est avec une grande fierté que Hubbard a pris le relais de Fuller et a porté le flambeau de sa révolution techno-chrétienne de la science du design.

Dans son discours intitulé " How Do We Get Ready for 2012 : A Vision for Humanity ", prononcé lors de la Conférence des Prophètes : 2012, le point de basculement [The Prophets Conference : 2012 Tipping Point] à l'université Simon Fraser de Vancouver, au Canada, Mme Hubbard a raconté comment elle et M. Fuller ont vécu des expériences de " conscience christique " qui ont rapproché leurs parcours ésotériques vers l'évolution consciente de haute technologie :

- L'expérience christique de Bucky est qu'il marchait dans les rues de Chicago... il a vu une lumière, il a été soulevé par la lumière et il a entendu les mots : "Bucky, tu es le premier mini-Christ sur Terre, et ce que tu attestes est vrai". Fuller lui a révélé cette vision à une occasion où Hubbard lui a fait part de sa propre "expérience du Christ". Hubbard explique qu'"un jour, j'avais écrit ce livre sur le Nouveau Testament d'un Christ évolutif. Bucky a demandé à me voir seule. Il m'a entourée de ses bras et m'a dit : "Ma chère, j'ai eu la même expérience". Et il a posé sa tempe sur la mienne, et j'ai l'impression qu'il m'a insufflé la révolution de la science du design."

En bref, Hubbard et Fuller ont tous deux professé leur foi en la Conscience Christique de la Noosphère, et Hubbard croyait que son "expérience Christique" partagée avec Fuller avait transmis "noétiquement" sa mission scientifique révolutionnaire du " design " dans sa propre évolution consciente.

Poursuivant le message de la révolution de la science du design de Fuller, Hubbard a paraphrasé un passage de son ouvrage Utopia or Oblivion dans son livre de 1995, The Revelation : Un message d'espoir pour le nouveau millénaire. Dans une section intitulée "Le voyage", Hubbard a relayé les prévisions utopiques de Fuller sur la façon dont la conscience métaphysique, ou noétique, de "l'intelligence universelle" évolue cosmiquement en tandem avec l'évolution de la conscience collective de l'intelligence humaine à travers la progression technologique transhumaniste de la révolution de la science du design :

- "L'univers est... en train de s'élever vers un ordre encore plus élevé parce qu'il augmente en intelligence - à travers nous !
L'intelligence, a proclamé Fuller, n'est pas physique, elle est métaphysique...". Notre technologie devient éphémère, miniaturisée et esthétique, comme les technologies de la nature : photosynthèse, ADN, cerveau humain. Nous avons maintenant la technologie, les ressources et le savoir-faire, disait Fuller, pour faire de ce monde un succès à 100 % de la matière. . . .
La technologie de pointe nous donne le pouvoir de nous transformer et de transformer le monde. . . . L'individu humain a un énorme potentiel inexploité. La planète évolue vers un saut quantique, où tous ses membres se sentiront partie intégrante d'un seul corps. Nous avons la capacité de surmonter l’insuffisance physique, et même de changer notre nature physique - nos systèmes corps/esprit. Ces grands objectifs évolutifs sont la marque du pouvoir."

En d'autres termes, Hubbard a vanté les mérites du postulat de Fuller selon lequel, à mesure que la technologie évolue, elle devient de plus en plus " éphéméralisée " [qui dure très peu de temps] jusqu'à ce qu'elle soit si condensée qu'elle puisse être fusionnée avec la biologie humaine. À son tour, cette fusion "éphémérale" de la biologie et de la technologie transformera, selon Hubbard, les "systèmes corps/esprit" en les fondant dans l'infrastructure numérique de l'économie mondiale.

Pour récapituler, Mme Hubbard était une évangélisatrice de l'évolution transhumaniste consciente par la globalisation d'un système nerveux cybernétique collectif, qui sera dynamisé par la révolution techno-industrielle de la science du design synergétique de Fuller et par l'éveil noosphérique de la Conscience cosmique du Christ de Teilhard de Chardin.



Le "mécène bien-aimé" de Mme Hubbard : Laurence Rockefeller

Pour favoriser la trans-évolution technico-noétique de l'esprit christique universel idolâtré par Fuller et Teilhard de Chardin, Hubbard a créé la Fondation pour l'évolution consciente, qui a été financée par Laurence Rockefeller. Frère de John D. Rockefeller III, David Rockefeller, Nelson Rockefeller et Winthrop Rockefeller, Laurence était président et administrateur fondateur du Rockefeller Brothers Fund, une entreprise philanthropique qui finance des "investissements à impact social" dans la "biotechnologie" et la "technologie numérique". Ces dernières, bien sûr, sont des éléments clés de la matrice IoT-IoB au cœur des rêves transhumanistes d'évolution consciente collective de Hubbard. Laurence a également financé des études ésotériques sur la conscience gnostique du Christ et la parapsychologie noétique.

Dans le préambule de son Testament Évolutionnaire de la Co-Création, dédié à Laurence Rockefeller, Hubbard se félicite de l'aide qu'il lui a apportée pour lancer la Fondation pour une Évolution Consciente : "C'est avec une grande gratitude que je dédie le Testament Évolutionnaire : The Promise Will Be Kept [La promesse sera tenue] à Lawrence Rockefeller, qui a reconnu son objectif d'aider à "faire naître le Christ du 21ème siècle" et m'a soutenue dans la création de la Fondation pour une Évolution Consciente afin de l'introduire dans le monde".

Selon le site officiel de la Fondation pour une Évolution Consciente (Foundation for Conscious Evolution), cette fondation exonérée d'impôts, financée par Rockefeller, promeut une évolution transhumaine "synergique", stimulée par "l'avènement de technologies évolutionnaires radicales telles que la biotechnologie, la nanotechnologie, l'informatique quantique, l'exploration spatiale, etc. Les outils sont là pour nous transformer, transformer nos corps et notre monde. Nous pouvons et nous sommes en train de dépasser la créature de condition humaine vers une nouvelle espèce, une humanité universelle, capable de coévoluer avec la nature." En d'autres termes, alimentée par l'argent de Rockefeller, la Fondation pour une Évolution Consciente prône la fusion de l'humanité avec les ordinateurs quantiques biotechnologiques et nanotechnologiques afin de faire évoluer l'humanité vers une nouvelle espèce transhumaine, que Hubbard a baptisée "Homo Universalis".

Non seulement Rockefeller a fourni le financement de départ de la Fondation pour une Évolution Consciente de Hubbard, mais il a également financé de nombreuses industries de haute technologie, notamment la biotechnologie, la nanotechnologie et l'informatique quantique, que la Fondation pour une Évolution Consciente considère comme des instruments de l'évolution transhumaine "consciente".

En 1946, Laurence Rockefeller et ses frères, David, Nelson, Winthrop et John D. III, ont fondé l'une des toutes premières sociétés de capital-risque, Rockefeller Brothers Inc. qui est aujourd'hui connue sous le nom de Venrock. Laurence a donné le coup d'envoi des activités de Venrock en investissant dans des sociétés de la Silicon Valley, telles qu'Intel et Apple. En fait, Venrock "a siégé au conseil d'administration d'Apple pendant près de 20 ans".

Venrock s'est également aventuré dans les industries de la Big Tech en investissant dans des sociétés de publicité comportementale en ligne, notamment AppNexus et DoubleClick, cette dernière appartenant désormais à Google. Bien entendu, l'analyse de la publicité comportementale est au cœur des algorithmes d'exploration des données qui alimentent ce que Hubbard appelle les systèmes nerveux cybernétiques collectifs des réseaux de médias sociaux.

Parallèlement, Venrock a également financé plusieurs sociétés de biotechnologie, entreprises biopharmaceutiques, sociétés de séquençage génétique et entreprises de modification génétique, dont Abbott Laboratories ; Unity Biotechnology ; Element Biosciences ; REGENXBIO ; 10X Genomics ; Targeted Genetics ; le Genetics Institute ; Centocor, qui appartient à Johnson & Johnson ; Adnexus Therapeutics, qui appartient à Bristol-Myers Squibb ; Idun Pharmaceuticals, qui appartient à Pfizer ; et Sirna Therapeutics, une start-up spécialisée dans la technologie d'interférence ARN (ARNi) qui a été acquise par Merck.

En outre, Venrock a financé des sociétés d'informatique quantique, dont Atom Computing, et des sociétés de nanotechnologie, comme Nanosys. Enfin, Venrock a investi dans des start-ups de blockchain [bases de données], dont Dapper et Flow.

En somme, Laurence Rockefeller a financé le développement d'un ensemble de technologies transhumanistes, dont le Big Data sur Internet, les biotechnologies et les nanotechnologies, tout en propageant l'idéologie trans-évolutionnaire de Hubbard en finançant sa Fondation pour une Évolution Consciente. Il convient de noter que le financement par Laurence du transhumanisme, qui est fondamentalement une version hi-tech de la manipulation eugénique, est enraciné dans la longue histoire de la famille Rockefeller de financement des anciennes versions de l'eugénisme, comme les programmes eugéniques américains du Cold Spring Harbor Laboratory et les programmes eugéniques des Instituts Kaiser Wilhelm de l'Allemagne nazie.

En plus de financer les technologies transhumanistes et les théories trans-évolutionnaires adoptées par Mme Hubbard, Laurence a également défendu la spiritualité noétique de Hubbard en soutenant son évangélisation New Age. Cela s'est fait grâce à des subventions de son Fonds pour l'amélioration de l'esprit humain [Fund for the Enhancement of the Human Spirit]. Dans la section "Remerciements" de son Livre de la Co-Création, Hubbard souligne comment "la publication de ce livre et le programme de sensibilisation qui lui est associé ont été rendus possibles grâce à une généreuse subvention du Fonds pour l'amélioration de l'esprit humain de Laurence Rockefeller". Dans l'édition augmentée de ce livre, qui s'intitule The Revelation : Un message d'espoir pour le nouveau millénaire, Hubbard a copié cette même reconnaissance de la façon dont Rockefeller a financé la publication.

De même, Rockefeller a également fait progresser le mysticisme noétique en finançant le programme PEAR (Princeton Engineering Anomalies Research), qui étudiait les phénomènes parapsychologiques, notamment la psychokinésie et la vision à distance. PEAR a lancé le Global Consciousness Project, qui est un satellite de l'Institute of Noetic Sciences, où Hubbard, qui a soutenu l'IONS dans son livre Birth 2012 and Beyond, a exprimé sa croyance en l'évolution techno-noosphérique par le biais des systèmes cyber-nerveux de la conscience collective, rendus possibles par les réseaux de médias sociaux sur Internet. Le programme PEAR est maintenant restructuré sous le nom de International Consciousness Research Laboratories.

Il faut savoir que Rockefeller a également financé les livres gnostiques de Roger A. Weir sur une relation secrète entre Jésus-Christ et Marie-Madeleine. L'interprétation gnostique de la vie de Jésus par Weir s'accordait avec sa synthèse New Age d'hermétisme, de mysticisme oriental, d'évolution cosmique et de conscience ésotérique. Par exemple, faisant écho au gnosticisme de la "Conscience du Christ" de Hubbard, Fuller et Teilhard de Chardin, Weir a donné les cours New Age suivants dans la salle de réunion de la librairie Bodhi Tree à West Hollywood, en Californie : "Marie-Madeleine et la Grande Voie de Jésus : Shared Presence Transforms of Civilization and Species" ; "Hermetic America Future" ; "Homo Sapiens Stellaris : Star Wisdom Man" ; "Quintessential Dimensions of Consciousness : Une écologie de quatre dimensions en complémentarité dans l'espace-temps" ; et "Parayana : La voie de l'au-delà".

Pour résumer, Rockefeller a financé la recherche en "science" noétique, la littérature gnostique sur la conscience du Christ et la technologie transhumaniste, ainsi que la Fondation pour une Évolution Consciente de Hubbard, qui prône la synergie post-humaine d'une trans-évolution techno-noosphérique qui aboutira à une nouvelle espèce cyborg "christifiée".

En fin de compte, Hubbard et Rockefeller étaient alignés sur pratiquement tous les fronts. En plus d'une source de soutien financier, Rockefeller était très apprécié de Hubbard. Dans son livre de 1998, Conscious Evolution : Awakening the Power of Our Social Potential, Hubbard fait l'éloge du soutien de Rockefeller : " Mes remerciements les plus sincères vont à mon mécène bien-aimé Laurence S. Rockefeller qui a soutenu ce travail avec fidélité, inspiration et générosité ". Puis, dans la section "Dédicace" de son ouvrage Emergence : The Shift from Ego to Essence, Hubbard écrit : " À mon bienfaiteur, Laurence S. Rockefeller, qui a soutenu ce travail pendant dix ans, l'amenant à ce point d'accomplissement ". Quatorze ans plus tard, en 2015, Hubbard a également dédié son Testament Évolutionnaire de la Co-Création à Rockefeller, soulignant ainsi 24 ans de soutien.


Le réseau Eupsychien d'Abraham Maslow : Les racines du Mouvement du Potentiel Humain

Laurence Rockefeller a également favorisé une "évolution consciente" vers le transhumanisme en promouvant le "Mouvement du Potentiel Humain". Il l'a fait par le biais de ses investissements dans la Fondation Potentiel Humain et l'Institut Esalen. Mme Hubbard a également poursuivi cette philosophie de trans-évolution consciente à travers le Mouvement du Potentiel Humain, qui est né des théories psychologiques humanistes et transpersonnelles de son mentor, Abraham Maslow, qui a inventé le principe psycho-spirituel de "l'auto-actualisation." Maslow a prêché son évangile transpsychologique de la réalisation de soi à l'Institut Esalen, qui a également été approuvé par Hubbard. Entre-temps, Hubbard s'est allié à Maslow et à son "réseau Eupsychien" de New Agers d'Esalen pour promouvoir l'évolution du potentiel transhumain par le biais de dispositifs de biofeedback et d'autres technologies informatisées qui peuvent "pirater la conscience".

Un protégé du psychologue comportementaliste E. L. Thorndike, du psychologue de la Gestalt Max Wertheimer et du psychologue psychodynamique Alfred Adler, qui était un collègue de Sigmund Freud, Maslow a combiné la "première force" de la psychologie, le comportementalisme stimulus-réponse, et la "deuxième force" de la psychologie, la psychanalyse freudienne, pour produire une "troisième force" de la psychologie. Cette "troisième force" était la "psychologie humaniste", qui allait ensuite évoluer vers une "quatrième force" de la psychologie transhumaniste connue sous le nom de "psychologie transpersonnelle". Dans la "Préface" de la deuxième édition de son livre, Toward a Psychology of Being, qui a été financée par le Fonds pour l'avancement de l'éducation de la Fondation Ford, Maslow écrit : "Je considère la psychologie humaniste, la psychologie de la troisième force, comme une transition, une préparation à une quatrième psychologie encore plus élevée, transpersonnelle, transhumaine, centrée sur le cosmos plutôt que sur les besoins et les intérêts humains, allant au-delà de l'humanité, de l'identité, de l'accomplissement de soi etc." Il convient de noter ici que la psychologie transpersonnelle de Maslow, fondée sur l'accomplissement du potentiel transhumain, a été fortement influencée par les philosophies de Friedrich Nietzsche, dont le concept de l'ubermensch, ou surhomme, a inspiré l'eugénisme nazi, qui a lui-même joué un rôle de précurseur du transhumanisme.

Maslow, comme Buckminster Fuller, a pris Hubbard sous son aile. Dans son autobiographie de 1989, The Hunger of Eve : One Woman's Odyssey Toward the Future, Hubbard écrit : " J'ai écrit à Abraham Maslow pour lui dire que son livre Toward a Psychology of Being m'avait sauvé la vie. . . . Il m'a répondu immédiatement qu'il aimerait me rencontrer. Il est venu déjeuner à l'appartement de New York. . . . Il m'a dit que j'étais un exemple de sa théorie sur les personnes qui s'accomplissent d'elles-mêmes".

En la consacrant comme une évangélisatrice pour sa psychologie super-potentialisante, Maslow a relié Hubbard à un réseau d'organisations New Age, comme l'Institut Esalen, qui baptisait des fidèles au nom de sa nouvelle psychologie transhumaniste. Selon "Émergence" de Hubbard , "Abraham H. Maslow appelait cela le "réseau Eupsychien", la société des personnes qui s'accomplissent et se transcendent". Dans son autobiographie, Hubbard a raconté comment, dans un effort pour l'aider dans sa mission de gagner des convertis à la psychologie trans-potentialiste de Maslow :

Il [Maslow] a proposé son Réseau Eupsychien, une liste des "bonnes personnes" qu'il avait rassemblées au cours de sa vie, celles qui formeraient la "Bonne Société". C'était avant que le mouvement du potentiel humain ne fasse son apparition. . . . Le Réseau Eupsychian était composé de personnes en mode de croissance. Beaucoup étaient des psychologues humanistes fondant des centres de croissance, comme Carl Rogers, Victor Frankl, Michael Murphy d'Esalen, pour aider les gens à évoluer vers la pleine santé. . . . Ma liste s'élevait bientôt à plus de 1 000 personnes, chacune étant un être précieux, sensible à la civilisation naissante".

Dans "La Révélation : Notre crise est une naissance", Hubbard raconte comment elle a " écrit à tous les membres du réseau [Eupsychien] de Maslow pour leur demander d'exprimer leur opinion positive sur notre avenir. Beaucoup ont répondu et j'ai publié leurs réponses" dans The Center Letter, qui était le bulletin futuriste de Hubbard sur la "transformation évolutionnaire". Grâce à ces publications d'éminents eupsychiens, selon Hubbard, "The Center Letter s'est répandu... dans le monde entier", de "l'Afrique" à "derrière le rideau de fer...". En l'espace de six mois, j'étais [Hubbard] en contact avec les dirigeants du monde émergent. "

Une liste de ces individus et institutions eupsychiens clés est imprimée à la fin de la deuxième édition de Toward a Psychology of Being de Maslow. Dans la préface de cette section finale, qui s'intitule "Addendum : The Eupsychian Network", Maslow décrit les camarades eupsychiens de Hubbard comme un ensemble de mondialistes qui se consacrent à l'évolution collective et consciente du potentiel transhumaniste :

"Je [Maslow] l'appelle le réseau eupsychien parce que tous ces groupes, organisations et revues sont intéressés à aider l'individu à grandir vers une humanité plus complète, la société à grandir vers la synergie et la santé, et toutes les sociétés et tous les peuples à devenir un seul monde et une seule espèce. La liste peut être qualifiée de réseau parce que les adhésions se superposent considérablement et parce que ces organisations et individus partagent plus ou moins la vision humaniste et transhumaniste de la vie, même avant la confirmation de cette vision."

Autrement dit, le réseau eupsychien de Maslow, qui s'est associé à Hubbard, était une clique de "transhumanistes" déterminés à établir un ordre "mondial unique" dans lequel l'humanité actualisera son super potentiel en évoluant et en s'unifiant collectivement en "une seule espèce".

Après le prélude de l'"Addendum", Maslow a catalogué son réseau eupsychien de transhumanistes mondialistes, tels que Barbara Marx Hubbard et Michael Murphy, ainsi que leurs institutions affiliées, dont l'Institut Esalen. En plus de "Mike Murphy, président" de l'"Institut Esalen", le répertoire eupsychien de Maslow comprenait "le projet d'éducation pour le futur de Willis Harman à l'Institut de recherche de Stanford", qui avait été à l'avant-garde de l'ingénierie de l'IA en plus du lancement des premières versions des communications Internet en collaboration avec l'ARPANET de l'armée américaine. Harman a également cofondé la World Business Academy (WBA), un groupe de réflexion futuriste où Hubbard était membre avec le gourou New Age Deepak Chopra. Chopra, un autre affilié d'Esalen, a proclamé que Hubbard était "la voix de l'évolution consciente de notre temps", selon The Evolutionary Testament of Co-Creation. Leader clé du Mouvement du potentiel humain, Harman a également été pendant vingt ans la présidente de l'Institut des sciences noétiques, où Hubbard a prononcé un discours dans lequel elle a fait l'éloge de ses collaborations avec Ervin László, qui était également un membre de la WBA. Dans la section "Appréciations" de son Livre de la Co-Création, Hubbard cite Willis Harman, Michael Murphy et Abraham H. Maslow comme "collègues et enseignants de l'évolution consciente".

Malsow a répertorié plusieurs autres organisations liées à Esalen, y compris des centres de potentiel humain, dans son catalogue d'institutions eupsychiennes :

- "Personal Growth Labs and Basic Encounter Groups" dirigés par "Bill Schutz" à Esalen ;
- Le centre "Kairos", qui est "connecté à Esalen" ;
- L'"Institut Shalal", qui est "connecté à Esalen" ;
- Le "Topanga Human Development Center", qui est "connecté à Esalen" ;
- Le "Center for Human Potential", qui est "connecté avec Esalen".

Parmi les autres institutions de potentiel humain et de psychologie humaniste figurant dans le réseau eupsychien de Maslow, citons le National Center for Exploration of Human Potential, l'American Association of Humanistic Psychology, l'American Humanist Association et le Fellowship of Religious Humanists.

Pour lier le tout, Maslow a intronisé Hubbard dans son réseau eupsychien d'organisations de potentiel humain où il s'est allié aux présidents de la World Business Academy, de l'Institute for Noetic Sciences et de l'Esalen Institute pour faire avancer la mondialisation de la psychologie transhumaniste.

...


 

Esote

Jedi Council Member
Part 2 :

image24-77-1.jpeg


Le transhumanisme à l'Institut Esalen : Le potentiel humain du "piratage de la conscience".

L'Institut Esalen, qui a été soutenu par le Réseau Eupsychien de Maslow et approuvé par Hubbard dans son ouvrage Birth 2012 and Beyond, est surtout connu comme un refuge New Age d'auto-actualisation dirigé par une foule de gourous mystiques orientaux et d'enthousiastes hippies du psychédélisme qui ont propulsé le Mouvement du Potentiel Humain. Cependant, Esalen a également été une plaque tournante pour des psychologues comportementaux, tels que B. F. Skinner, des psychologues humanistes, tels qu'Abraham Maslow, et des ingénieurs informatiques transhumanistes, tels que Mikey Siegel, qui ont été à l'origine d'un Mouvement du Potentiel Transhumain visant à diriger l'évolution noétique de l'espèce humaine par le biais de technologies trans-eugéniques, telles que les interfaces cerveau-ordinateur de "piratage de la conscience" ["consciousness-hacking" : intrusion dans la conscience...].

Cette année, en 2022, un atelier Esalen intitulé "L'évolution surhumaine" explorera "l'ésotérisme évolutionnaire" en analysant les interactions entre "la technologie", "les psychédéliques", "les transformations darwiniennes" et "la révélation métaphysique" qui pourraient indiquer ou même manifester le futur humain (ou surhumain). Il convient de noter ici que le darwinisme était un prédécesseur de l'eugénisme, qui est lui-même le précurseur du transhumanisme.

Le cousin de Darwin, Francis Galton, a défini l'eugénisme comme science de l'exploitation de l'évolution darwinienne par la reproduction sélective de lignées d'élite tout en éliminant les groupes génétiques "inaptes". Plus tard, en 1957, le président de la Société britannique d'eugénisme Julian Huxley, qui était un "ami proche" de son collègue eugéniste Teilhard de Chardin, a inventé le terme "transhumanisme" pour désigner la prochaine phase de l'eugénisme, dans laquelle les méthodes de sélection génétique artificielle de la vieille école seront reléguées au second plan au profit de l'ingénierie biologique par le biais de la fusion homme-machine. Le frère de Julian, Aldous Huxley, auteur du roman dystopique Brave New World, a inventé le terme "potentiel humain" et a inspiré le Mouvement du Potentiel Humain en précurseur à l'Institut Esalen où les mentors de Hubbard, Abraham Maslow et Buckminster Fuller, étaient tous deux des figures de proue.

Il y a toujours eu des connexions fondamentales entre l'Institut Esalen, le Mouvement du Potentiel Humain, le transhumanisme hi-tech et le gnosticisme noétique. En 2013, H+ Magazine, autrement connu sous le nom de Humanity+ Magazine, qui est la publication populaire de l'organisation anciennement connue sous le nom de World Transhumanist Association, a publié un article intitulé "Producing and Consuming the Posthuman Body in Superhero Narratives" [Conception et utilisation du corps post-humain dans les récits de super héros]. Cet article de H+ fait l'historique de la façon dont :

"Plusieurs chercheurs ont établi un lien entre le récit des super-héros et l'émergence d'un "mouvement du potentiel humain" qui est devenu populaire dans les années 1960. Dans des endroits comme l'Institut Esalen, la philosophie du post-humain cosmique a été mise en pratique. ... avec l'intention de débloquer des capacités latentes. Dans son volumineux ouvrage intitulé The Future of the Body : Explorations into the Further Evolution of Human Nature, Michael Murphy, cofondateur d'Esalen, examine... ... les preuves d'un fonctionnement humain "méta-normal". . . . Comme le mouvement du potentiel humain, le transhumanisme est également issu de la contre-culture des années soixante."

Par ailleurs, cet article associe également le mouvement du potentiel transhumain d'Esalen à "un récit théologique ou gnostique". Dans une section intitulée "Les super-héros de l'Age d'Argent et l'émergence du transhumanisme", cet article de H+ explique comment "le transhumanisme, sous certaines formes, dépeint un monde dans lequel la science et la magie sont confondues" à travers "la propagation de nombreux mouvements spirituels ou religieux hybrides, diversement appelés techno-paganisme ou cyber-chamanisme", qui "reconfigurent les chamans en "cyborgs low-tech"".

Un autre article de H+ Magazine, publié en 2014, explore les façons dont le Mouvement du Potentiel Humain et le Projet de la Neurosingularité se rejoignent à travers les associations entre la "génétique", l'"intelligence artificielle", la "nanotechnologie", les "psychédéliques" et une gamme de "psycho-technologies" qui se combinent dans l'évolution transhumaniste. Intitulé "Mindapps and The Neurosingularity Project", cet article explique comment "au nombre des courants actuels du Neurosingularity Project figurent : 1) la théorie du multi-état, 2) le transhumanisme, 3) les psychédéliques, et 4) le mouvement du potentiel humain."

Plus précisément, dans une rubrique intitulée "Le mouvement du potentiel humain et la psychologie positive", cet article explique comment "la théorie du multi-état, les psychédéliques, le transhumanisme, la psychologie transpersonnelle et le mouvement du potentiel humain peuvent tous contribuer à leur épanouissement mutuel et au projet de neurosingularité", le "MPH [Mouvement du Potentiel Humain] étant un précurseur du transhumanisme". En outre, cet article explique comment, " au lieu d'utiliser uniquement la technologie de l'information électronique - ou la biologie hybridée avec l'informatique - pour augmenter l'intelligence humaine, les avancées de la génétique nous font progresser sur la voie de la production de meilleurs cerveaux humains et d'autres objectifs "extropiques" et de potentiel humain ".

En résumé, ces articles de H+ expliquent comment le transhumanisme hi-tech est une excroissance du Mouvement du Potentiel Humain, dont le fer de lance était l'Institut Esalen, qui faisait partie du Réseau Eupsychien de Maslow, où Hubbard s'est associée à d'autres trans-eugénistes gnostiques pour faire progresser l'évolution noétique de l'espèce humaine grâce à des interfaces homme-ordinateur capables de "pirater la conscience".

Plus récemment, en 2018, Esalen a proposé un atelier de "hacking de la conscience" [Consciousness Hacking] animé par Mikey Siegel : un "ingénieur informatique" transhumaniste qui a développé la "robotique intelligente" et la "robotique sociale" respectivement à la National Aeronautics and Space Administration (NASA) et au Media Lab du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Sur le site Web d'Esalen, la biographie de Siegel indique qu'il "utilise la technologie pour faciliter un chemin vers une conscience supérieure, la réalisation de soi, l'éveil et la transcendance." Afin d'industrialiser le "piratage de la conscience" transhumaniste et d'en faire une entreprise mondiale, Siegel, selon le magazine Wired, "a participé à la fondation de la Transformative Technology Conference", qui réunit "un groupe de technologues, de futurologues, d'entrepreneurs et de sociétés de capital-risque qui tentent de transformer le piratage de la conscience en un business de plusieurs milliards de dollars, au même titre que l'industrie du fitness".

L'année précédant son atelier à Esalen, Siegel a donné le coup d'envoi de l'industrie du piratage de la conscience en menant une expérience intitulée "One Thousand Minds Connected Live" [Mille esprits connectés en direct], au cours de laquelle des personnes ont été connectées à des " bandeaux de cognition " qui enregistraient leurs ondes cérébrales par électroencéphalogramme (EEG) pendant qu'elles regardaient toutes un film intitulé MindGamers. En analysant simultanément les données relatives à l'activité électrique du cerveau de cette audience massive, Siegel visait à enregistrer numériquement "la première image d'un esprit connecté en masse". Commentant cette expérience, Siegel a souligné que, grâce à ces interfaces cerveau-ordinateur, "nous sommes en train de changer en tant qu'espèce...". Le cerveau est en train de changer le champ de la culture humaine. Nous sommes profondément différents de ce que nous étions il y a 20 ou 30 ans."

Tim Mullen a aidé Siegel à réaliser l'expérience "Thousand Minds". Selon The Wrap, Mullen est "le PDG de Qusp Labs - une entreprise de neurotechnologie - et a développé une technologie d'interface cerveau-ordinateur (BCI : Brain-Computer Interface) portable similaire à celle utilisée dans ces bandeaux (Thousand Minds EEG)". En développant l'expérience, Mullen a décrit "la vision globale selon laquelle, à l'avenir, nous aurons la capacité de relier les systèmes nerveux des humains...". . . Le travail de base pour cela est en train d'être réalisé en ce moment même...". Les choses s'accélèrent tellement vite qu'il est vraiment possible d'imaginer qu'en une génération nous pourrions voir ce lien fondamental établi".

En bref, ces dispositifs de piratage des ondes cérébrales, conçus par Siegel et Mullen, constituent la prochaine couche noosphérique du système nerveux cybernétique de la transhumanité qui, selon Hubbard, a évolué "consciemment" de l'infrastructure informatique d'Internet vers des réseaux de médias sociaux en ligne qui peuvent maintenant être augmentés par des réseaux collectifs de neurotechnologie du biofeedback. Des conférences sur la technologie transformatrice de Mikey Siegel à l'Institut Esalen de Michael Murphy, en passant par le réseau eupsychien d'Abraham Maslow, il existe des branches de la psychologie, de la neurotechnologie et de la spiritualité transhumaniste qui ont des racines communes avec les prédictions noétiques de Barbara Marx Hubbard sur l'évolution consciente collective par la cybernétique mondiale.


Du potentiel humain au potentiel social : La globalisation du transhumanisme par le neurofeedback

Afin de fusionner la conscience humaine mondiale par le biais de la neurotechnologie cerveau-ordinateur, Hubbard a transformé le Mouvement du Potentiel Humain en Mouvement du Potentiel Social, qu'elle a utilisé pour promouvoir le HeartMath Institute (HMI). L'HMI, organisme à but non lucratif, est un auxiliaire "en synergie" avec la société à but lucratif HeartMath Inc. qui met en œuvre des programmes de marketing à plusieurs niveaux pour vendre des dispositifs de biofeedback, tels que emWave et Inner Balance, qui sont similaires aux bandeaux EEG conçus par Siegel. Programmées pour synchroniser socialement la "cohérence cardiaque" d'un individu avec la communauté mondiale, en téléchargeant les analyses de l'électrocardiogramme (ECG) des utilisateurs vers des bases de données en ligne du Cloud, les technologies de rétroaction biologique de HeartMath sont propagées à travers la planète par l'intermédiaire de l'Initiative de Cohérence Mondiale (GCI : Global Coherence Initiative) du HMI afin d'harmoniser les longueurs d'onde ECG du monde en une résonance collective unique.

Dans le cadre de son projet de piratage de la conscience, Siegel a également conçu un dispositif de biofeedback collectif appelé "HeartSync", qu'il a testé lors du festival Burning Man. Les casques transhumanistes HeartSync peuvent relier jusqu'à 24 personnes à un seul ordinateur afin de synchroniser la respiration et les battements de cœur du groupe. À la "co-hack house" de Siegel, son groupe Consciousness Hacking MeetUp, qui a accueilli au moins "15 000 membres" dans au moins "30 communautés", les participants se livrent à une méditation collective tout en portant un casque HeartSync relié à un ordinateur. Lors des "Project Nights" dans la maison de Siegel, "les fondateurs de start-ups présentent leurs prototypes", comme "le LucidCatcher, un bandeau pour le sommeil qui stimule votre cerveau avec de petites impulsions électriques, censé vous permettre de contrôler vos rêves".

Selon le partenaire commercial de Siegel, Josh Whiton, qui est un ami personnel d'Elon Musk et de Tony Robbins, HeartSync peut être utilisé "pour organiser une réunion du conseil d'administration et brancher tout le monde à un bandeau et à un capteur de fréquence cardiaque pour obtenir un état de cohérence [sic] . . . Vous faites sortir les gens de leur état d'ego pour les mettre dans un état de groupe, en pensant comme un seul homme". D'autres applications de HeartSync, ainsi que d'autres dispositifs de biofeedback de l'IA, des "stimulateurs cérébraux" neurotechniques et la Réalité Virtuelle immersive (RV), incluent des modifications psychothérapeutiques et psychédéliques de la conscience qui peuvent induire par voie digitale la "pleine conscience" et "l'illumination".

La neurotechnologie HeartSync de Siegel est similaire aux dispositifs de biofeedback emWave et Inner Balance vendus par l'Institut HeartMath, qui est soutenu par Hubbard dans son livre Birth 2012 and Beyond. Dans ce livre, Hubbard cite l'"Institut HeartMath" comme "sponsor de la campagne Birth 2012", ainsi que la World Business Academy et la Global Coherence Initiative (GCI), qui est un satellite de l'Institut HeartMath. En plus de ces sponsors de la campagne Birth 2012, Hubbard a établi un répertoire des "Shift Network Allies" [Réseau des Alliés du Changement], dont l'Esalen Institute et l'Institute of Noetic Sciences, où Siegel a été conseiller du IONS Innovation Lab. Siegel et sa société BioFluent Technologies, qui est l'entreprise qui produit les dispositifs de biofeedback HeartSync, figurent également sur la liste des "partenaires et conseillers industriels" du Transformative Technology Lab (TTL), où la présidente et directrice générale de HeartMath, Deborah Rozman, que Hubbard cite comme "alliée" de la campagne Birth 2012, se trouve de même dans la liste des "partenaires et conseillers industriels" du TTL.

Outre M. Rozman, plusieurs autres membres du comité directeur et du conseil consultatif du GCI ont été présentés par Mme. Hubbard comme des "alliés" de la campagne Birth 2012 :

- Gregg Braden, qui a travaillé comme "concepteur principal de systèmes informatiques pour Martin Marietta Defense Systems" et comme "premier responsable des opérations techniques" chez Cisco Systems ;
- Jeddah Mali, qui "joue le rôle de mentor et de consultant auprès de PDG d'initiatives et d'organisations internationales", en plus de "conseiller et guide des leaders d'opinion et des acteurs du changement à l'échelle mondiale", y compris "des clients ... de plus de 60 pays du monde entier" ;
- Howard Martin, qui "a mené des programmes de formation et fait des présentations dans des entreprises de Fortune 100, des agences gouvernementales, l'armée américaine, des systèmes scolaires, et d'organisations œcuméniques" ;
- Jack Canfield, qui "est à l'origine de la série Chicken Soup for the Soul [Soupe au poulet pour l'âme]" et "membre fondateur du Transformational Leadership Council", dont Hubbard a également fait la promotion dans Birth 2012 and Beyond ;
- Lynne McTaggart, qui est "l'auteur des best-sellers internationaux Living The Field et The Intention Experiment, une série d'expériences en ligne scientifiquement contrôlées qui testent le pouvoir de l'intention pour changer le monde physique".
- Marci Shimoff, qui "est l'une des enseignantes vedettes du film/livre phénomène The Secret, ... membre fondateur du Transformational Leadership Council et ... formatrice de premier ordre pour de nombreuses entreprises de Fortune 500" ;
- Lynne Twist, qui "est membre" de l'Institut des sciences noétiques et du Transformational Leadership Council ;
- Nina Rothschild Utne, qui a fondé "une nouvelle entreprise appelée FutureFit" et "un membre fondateur" de l'école Waldorf New Age City of Lakes ;
- Bruce Lipton, qui a "mené des recherches pionnières sur les cellules souches clonées".

En outre, plusieurs autres membres du comité directeur et du conseil consultatif du GCI occupent des postes importants à l'Institut des sciences noétiques :

- Dean Radin "est un membre et un scientifique senior de l'Institut des Sciences Noétiques. . . . Pendant plus de 20 ans, il a effectué des recherches sur la conscience à l'université de Princeton, à l'université d'Édimbourg, à l'université du Nevada et dans des groupes de réflexion de la Silicon Valley, dont le SRI International, où il a enquêté sur les phénomènes psychiques pour le gouvernement américain". M. Radin a également 10 ans d'expérience dans la recherche et le développement des télécommunications de pointe aux laboratoires AT&T Bell et GTE. De plus, Radin "a donné de nombreuses conférences, notamment à.... Google et la Defense Advanced Research Projects Agency [DARPA] du ministère de la Défense".
- Marilyn Mandala Schlitz "est présidente de la recherche et de l'éducation à l'Institut des sciences noétiques . . et cofondatrice/responsable de l'apprentissage d'Integral Learning Corporation. Schlitz... a donné de nombreuses conférences, notamment aux Nations unies et à la Smithsonian Institution."

Roger Nelson, qui "est le fondateur et le directeur du Global Consciousness Project et a longtemps été le coordinateur de la recherche au laboratoire PEAR (Princeton Engineering Anomalies Research) de l'Université de Princeton", financé par le bienfaiteur de Hubbard, Laurence Rockefeller, fait également partie du conseil scientifique de la GCI. En outre, "Nelson est membre du Centre de Théorie et de Recherche de l'Institut Esalen".

Vers la fin de "Birth 2012 and Beyond", Hubbard a publié un chapitre de Claudia Welss, qui est un autre membre du comité directeur de l'Initiative de Cohérence Globale de HeartMath, un membre du conseil d'administration de la Fondation Hubbard pour l'Evolution Consciente et un membre de la " Faculté de recherche élargie " de l'Institut des Sciences Noétiques. Dans le chapitre à propos de Claudia Welss dans " Birth 2012 and Beyond " , intitulé " Energizing Social Synergy for the Shift " [Activation de la synergie sociale pour le changement], elle explique en détail comment les dispositifs de biofeedback de HeartMath peuvent être mis en œuvre pour synchroniser globalement les rythmes de " cohérence cardiaque " de l'électrocardiogramme des individus et des communautés de toute la planète, afin de stimuler artificiellement un " changement " mondial de la conscience évolutionnaire.

Welss définit la "cohérence cardiaque" comme "un état psychophysiologique mesurable" qui peut être quantifié par "des mesures de rétroaction biologique [biofeedback]". Selon Welss, "HeartMath a démontré que nous pouvons intentionnellement modifier le mode de rythme de notre cœur en une forme d'onde cohérente" dans laquelle "l'alignement cœur-cerveau est créé, provoquant une succession favorable de changements neuronaux, hormonaux et biochimiques à mesure que les systèmes se synchronisent et se connectent, facilitant la communication du système global". Dans une section intitulée "Scaling Heart Coherence for Social Synergy", Welss explique comment :

- "Les recherches menées par HeartMath ont confirmé que les signaux électromagnétiques cohérents du cœur d'une personne peuvent être détectés par le système nerveux d'autres personnes et d'animaux. La cohérence cardiaque semble donc animer nos connexions par résonance, non seulement entre nous et avec la nature, mais aussi avec l'esprit du cosmos (ou noosphère), permettant aux parties de communiquer avec le tout."

Afin d'harmoniser les ondes de "cohérence cardiaque" des communautés mondiales avec la conscience collective de la noosphère, Welss appelle à la coordination mondiale de la synchronisation du biofeedback de HeartMath par le biais de "l'Initiative de Cohérence Globale, un projet de HeartMath, qui est basé sur la conviction que la cohérence cardiaque s'étend - du personnel, au social, au planétaire...". . . Si la cohérence cardiaque s'étend effectivement en réseau, nos tentatives de synergie sociale en bénéficieraient à tous les niveaux". Citant les théories évolutionnistes de Jean-Baptiste Lamarck, qui était le parrain de la théorie épigénétique, Welss explique comment :

- "L'Initiative pour la Cohérence Globale estime que trois cent cinquante mille personnes augmentant de façon significative les niveaux de base de leurs cohérences cardiaques, peuvent être suffisantes pour créer un 'environnement de champ cardiaque de cohérence globale'... à travers la répétition prolongée de ce nouveau comportement par une masse critique d'individus.... En générant intentionnellement ce champ de cohérence globale pour le Changement, nous pourrions... constituer une force évolutive positive et consciente."

Dans un chapitre distinct intitulé "Une carte pour franchir le fossé", Hubbard elle-même appelle à la synchronisation de la "cohérence cardiaque" de 350 000 porteurs d'appareils de biofeedback HeartMath en pratiquant la "cohérence rapide" [Quick Coherence] et le "verrouillage du cœur" [Heart Lock-In], qui sont des techniques de "pleine conscience" déposées par HeartMath, par le biais d'un "groupe spécial en ligne". Cette collaboration de biofeedback en ligne est connue sous le nom de "the Global Birthing Care Room, un projet à l'initiative de Global Coherence de l'Institute of HeartMath, qui fournit une représentation numérique des praticiens, sous forme de points lumineux à travers le monde".

En résumé, l'Institut HeartMath a chargé un réseau transhumaniste d'applications [Apps] portables de cohérence globale d'interconnecter les ondes cérébrales et les rythmes cardiaques sur toute la planète afin de "transformer" la conscience collective de l'espèce humaine en un Mouvement à Potentiel Social mondialisé, synchronisé avec l'évolution cosmique de la noosphère par le biais du système nerveux cybernétique des médias sociaux sur Internet. À leur tour, ces vêtements transhumanistes de neurofeedback sont en mesure d'induire biorythmiquement des états synthétiques de félicité qui conditionneront psychologiquement les populations mondiales à se conformer joyeusement aux mandats corporatifs et communautaires de la Quatrième révolution industrielle techno-fasciste.



L'entrepreneuriat évolutif, la technocratie d'entreprise et la singularité transhumaine

Si vous pensez que la synchronisation mondiale par biofeedback de la conscience humaine est un moyen vertueux d'unifier les cœurs et les esprits de la planète en une communauté mondiale utopique, il convient de noter que le HeartMath Institute et HeartMath Inc. sont imprégnés de corporatisme. Ainsi, au lieu de susciter des liens socio-émotionnels sincères dans toutes les classes socio-économiques et d'éclairer les esprits par une véritable illumination spirituelle, la neurotechnologie commerciale de HeartMath est conçue pour bercer le prolétariat précaire [precariat] dans des transes béates qui le rendront soumis aux mandats technocratiques des entreprises de la Quatrième révolution industrielle "capitaliste de surveillance".

En diffusant les Global Coherence Apps et d'autres dispositifs de neurofeedback par le biais de programmes de marketing à plusieurs niveaux et de réseaux de partenariats avec des multinationales et des sociétés de conseil en affaires, l'Initiative pour la Cohérence Globale de HeartMath est animée par un type de corporatisme connu sous le nom d'"entrepreneuriat évolutionnaire", qui a été promu par Hubbard et ses collègues de la Singularity University. En dépit de la rhétorique fleurie d'"amour et de lumière" de Hubbard et des porte-parole du GCI, le réseau d'entrepreneurs évolutionnistes liés à HeartMath est prêt à diriger la "cohérence" du biorythme mondial pour se conformer à l'économie techno-fasciste du Crédit Social de la Quatrième Révolution Industrielle.

Pour recruter des participants au Réseau Mondial de Cohérence, qui utilise des capteurs de biofeedback portables reliés à des smartphones, HMI et HeartMatch Inc. ont recours à des stratagèmes de marketing à plusieurs niveaux qui transforment les praticiens HeartMath en " tuteurs" et " formateurs " HeartMath certifiés, qui offrent un accompagnement en matière de " cohérence cardiaque " par le biais des ateliers HeartMath Resilience. Il est intéressant de noter ici que les stratagèmes de marketing multi-niveaux, que Hubbard préconise dans "Conscious Evolution : Awakening the Power of Our Social Potential", sont issus des ateliers d'épanouissement personnel du Human Potential Movement. En fait, le géant du marketing multi-niveaux, Amway, a été l'une des plus grandes entreprises à avoir intégré le discours hypnotique de l'épanouissement personnel du Mouvement du Potentiel Humain pour escroquer les vendeurs dans des arnaques pyramidales.

Il est également intéressant de noter que l'héritière de la fortune Amway de Richard DeVos est l'ancienne Secrétaire d’État à l’Éducation, Betsy DeVos, qui a financé la technologie d'éducation par biofeedback de Neurocore. Dans mon article intitulé "Secretary DeVos, Neurocore, and Competency-Based Workforce Training", j'ai expliqué comment la société Neurocore, où Betsy a siégé au conseil d'administration, fait partie d'une industrie florissante de l'apprentissage socio-émotionnel qui fait le commerce de la technologie éducative du biofeedback, dont les wearables emWave distribués par HeartMath. Par exemple, HeartMath LLC détient la licence d'entreprise de l'Institut Macquarie, qui organise des ateliers HeartMath, tels que le programme Resilient Educator, qui enseigne aux participants comment utiliser les dispositifs de biofeedback emWave afin d'améliorer l'apprentissage en classe dans les "écoles primaires et secondaires".

En s'appuyant sur des tactiques de marketing multi-niveaux pour propager le Réseau Mondial de Cohérence de la GCI, composé d'appareils de biofeedback à potentiel transhumain, l'Institut HeartMath réalise ce que Hubbard considérait comme une opération d'"entreprenariat évolutionnaire" qui associe la neurotechnologie et la conscience bio-rythmique collective dans la "Singularité" futuriste, telle qu'elle est envisagée par le directeur de l'ingénierie de Google, Ray Kurzweil.

En 2018, lors d'un " Sommet Mondial " de la Singularity University, qui s'intitulait " L'avenir de l'entrepreneuriat : Vivre une créativité exponentielle ", Hubbard a été interviewée par Mark Donohue : un associé de Kurzweil, qui est cofondateur et chancelier de la Singularity U, et de Peter Diamandis, qui est le fondateur et directeur exécutif de la Singularity U. Au cours de cette interview, Donohue et Hubbard ont vanté la façon dont les " entrepreneurs évolutionnaires inspirés par Maslow... " sont à l'avant-garde de l'avènement d'une Singularité transhumaniste grâce à des pratiques commerciales " maslowiennes " qui sont à la charnière de " convergences synergiques. " Donohue a souligné comment :

- "Barbara a été un chef de file précurseur dans les années 70 dans l'organisation de ce que l'on appelle les "SYNCONs", qui consistent à rassembler le meilleur de ce qui fonctionne pour susciter une convergence synergique et créer une nouvelle entité à partir de parties disparates. . . . Il s'agit donc d'un processus de convergence synergique auquel nous sommes invités et nous croyons que Singularity en fait partie, mais nous pensons qu'il s'agit d'un autre niveau de rassemblement pour la technologie exponentielle, avec leurs leaders, pour effectivement obtenir une convergence plus ciblée et organisée par Singularity et passer à l'étape suivante."

En concordance avec les déclarations exaltantes de Donohue à propos des entrepreneurs évolutionnaires, Hubbard a déclaré que "l'entrepreneur exponentiel a le pouvoir de faire évoluer le système, et si les entrepreneurs exponentiels se sentent liés à l'évolution, les lignes directrices d'une plus grande conscience... appliquées à l'entrepreneuriat exponentiel constituent en fait le point de basculement". Ce " point de basculement ", selon Hubbard, permettra à l'humanité de " devenir une nouvelle espèce ". Si vous combinez la haute technologie avec la spiritualité évolutionnaire et une plus grande conscience, si vous combinez les technologies évolutionnaires exponentielles avec le nouveau pouvoir de l'humanité... vous obtenez une nouvelle espèce... Ce n'est pas seulement que nous devenons de nouveaux individus et, dans une certaine mesure, une nouvelle espèce avec ce pouvoir, mais le système tout entier... va vers une nouveauté radicale."

Donohue a confirmé la prédiction du "point de basculement" de Hubbard en proclamant que l'Université de la Singularité contribuera à faire avancer l'espèce humaine vers une évolution transhumaine consciente : "Nous sommes à la naissance de ce que Barbara a appelé 'Homo Universalis'. . . . Le nouvel ensemble sera beaucoup plus grand que ce qui a jamais existé auparavant, et en fin de compte, l'Université de la Singularité est un catalyseur et un leader dans l'éveil de cette nouvelle espèce pour réaliser notre plein potentiel humain [inaudible] dans l'histoire de l'évolution" en "créant des convergences synergiques au prochain stade". Hubbard a conclu l'interview en célébrant Singularity U comme un moteur de l'évolution transhumaine consciente : "C'est un grand privilège de voir ce que Singularity est capable de faire pour aider à initier ce mouvement. Si nous voulons considérer qu'un nouveau mouvement va dans le sens de l'évolution, je dirais que l'Université de la Singularité joue un rôle considérable dans ce sens."

Grâce aux convergences synergiques des entrepreneurs exponentiels, des entreprises, des consommateurs et des groupes de réflexion futuristes comme Singularity U, le Mouvement du Potentiel Humain se transforme en un Mouvement du Potentiel Social, propulsant les rêves transhumanistes de Hubbard d'une évolution consciente collective à travers les marchés mondiaux de la technologie .

Dans son livre, Conscious Evolution : Awakening of Our Social Potential, édité par Donohue, Hubbard consacre six chapitres à la "Partie III : Le Mouvement du Potentiel Social". Tout au long de la "Partie III", Hubbard expose sa vision de "l'évolution sociale" par le biais de la mondialisation technocratique des partenariats public-privé. Par exemple, Hubbard a imprimé un diagramme de la roue des "Innovations en or" de Donohue, qui montre comment le Mouvement du Potentiel Social est mis en œuvre par le biais d'un "Collège mondial" qui fait converger de manière synergique "l'économie/les affaires", "la science/la technologie", "le gouvernement/le droit", "les communications médiatiques", "l'éducation", "la santé" et "la spiritualité/la religion". Afin de développer une "communauté de co-créateurs" [sic] mondiale à travers la sphère de l'économie/des affaires, Hubbard a encouragé les fondations corporatives, notamment la Fondation Bill et Melinda Gates, la Fondation MacArthur et le Center for What Works, ainsi que les sociétés d'investissement à impact [impact-investing firms], telles que le Social Venture Network.

En somme, Hubbard a appelé à un partenariat public-privé pour pousser l'évolution collective-consciente du potentiel social vers la Singularité futuriste par la mondialisation des technologies transhumanistes de neurofeedback, telles que les technologies portables de biofeedback emWave et Inner Balance qui sont distribuées par les projets de marketing multi-niveaux de la Global Coherence Initiative de HeartMath. Il convient de noter ici que, à la Singularity University, Kurzweil s'est associé au fondateur et PDG de SingularityNET, Ben Goertzel, qui a présenté ses recherches sur l'IA lors de la conférence annuelle de 2013 de la World Future Society, cofondée par Hubbard. Goertzel figure également sur la liste des "partenaires et conseillers industriels" du Transformative Technology Lab, aux côtés du président et du PDG de HeartMath.



De 2020 à 2040 : De la Nouvelle Normalité à la Singularité

Depuis près de 20 ans, Kurzweil a prédit que l'année 2045 marquerait l'émergence de la Singularité transhumaine. Avant la prédiction de Kurzweil, Hubbard avait prédit que 2020 marquerait l'année du " basculement " de la conscience mondiale qui propulserait techno-noéticalement l'évolution humaine vers la Singularité transhumaine de 2045.

Lors de son discours à la conférence internationale IONS de 2015, Hubbard " proposa que nous développions un nouvel objectif mondial... d'ici 2020, et la date a été choisie par d'autres personnes [comme] Stephen Dinan ", qui est un ancien directeur du Centre de théorie et de recherche de l'Institut Esalen, un ancien directeur de l'Institut des sciences noétiques, et l'auteur de l'" avant-propos " de Birth 2012 and Beyond de Hubbard. Dans son discours de la IONS, Mme Hubbard a déclaré que :

- " Si nous prenions les 5 prochaines années, et disions que notre objectif serait, d'ici 2020, de connecter suffisamment de co-créateurs dans la santé, l'éducation, l'économie, dans tous les secteurs de l'activité humaine dans toutes les cultures... et de nous présenter d'ici 2020 comme le début de la prochaine étape de l'auto-évolution humaine... [alors] [nous] deviendrions l'humain gnostique ; nous deviendrions des humains qui incarnent réellement le génie de l'évolution, les pouvoirs supramentaux de l'évolution. "

Maintenant que l'année 2020 a marqué le début de la nouvelle normalité post-COVID, qui annonce la grande réinitialisation de la quatrième révolution industrielle technocratique, il semble que les prédictions de Hubbard concernant l'évolution trans-technologique se réalisent et, comme l'a prédit Kurzweil, que "la singularité est proche".

Bien sûr, si vous pensez que le Nouvel Âge de la Singularité de Hubbard semble promettre d'être encourageant ou utopique, attendez les prochains épisodes de cette série d'enquêtes, où je montrerai qu'elle était un défenseur de la réduction malthusienne et eugénique de la population. J'exposerai également comment les affiliations de Hubbard avec la World Future Society, le Mouvement du Potentiel Humain et la Fondation pour l'Evolution Consciente étaient liées à des réseaux de pédophiles présumés et à des cultes d'abus sexuels.

[A suivre]
 

PERLOU

The Living Force
FOTCM Member
https://t.me/momotchiii/3747
Arrêtez tout: le #monkeypox c'est déjà has been, maintenant c'est la grippe de la #tomate. Qui touche bien sûr surtout les enfants de moins de 5 ans et qui ressemble au #monkeypox.
😅
Ceci n'est pas une blague, plusieurs cas signalés en Inde. Quand je vous disais qu'il fallait créer de la confusion. Au moins Bill Gates n'en a pas parlé l'an passé dans une interview :) https://www.cnews.fr/sante/2022-05-30/grippe-de-la-to..
CNEWS (https://www.cnews.fr/sante/2022-05-30/grippe-de-la-to..)
«Grippe de la tomate» : quelle est cette mystérieuse maladie qui touche les enfants ?
Un nouveau virus, nommée «grippe» ou «fièvre de la tomate», a émergé en Inde ces dernières semaines avec plus de 80 cas recensés

Stop everything: #monkeypox is already a thing of the past, now it's the #tomato flu. Which of course mostly affects children under 5 and looks like #monkeypox. 😅This is no joke, several cases reported in India. When I told you that confusion had to be created. At least Bill Gates didn't mention it last year in an interview :) «Grippe de la tomate» : quelle est cette mystérieuse maladie qui touche les enfants ?

CNEWS («Grippe de la tomate» : quelle est cette mystérieuse maladie qui touche les enfants ?)
"Tomato flu": what is this mysterious disease that affects children?
A new virus, called "flu" or "tomato fever", has emerged in India in recent weeks with over 80 cases reported

Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

Après la grippe de la tomate, maintenant on a l'hépatite de la fraise aussi. 😅
YouTube (
)
Organic strawberry recall: FDA investigating hepatitis A outbreak linked to strawberries | ABC7
The FDA is investigating a hepatitis A outbreak linked to fresh organic strawberries bought between March 5 and April 25, 2022. MORE:

After the tomato flu, now we have strawberry hepatitis too. 😅
 

Esote

Jedi Council Member
From SOTT, here is my translation from "Are you a machine ?" :

Êtes-vous une machine ?

Le modèle de la machine est une métaphore omniprésente dans la science depuis 200 ans. Pourquoi ce modèle est-il si attrayant et comment alimente-t-il nos fantasmes transhumains ?

Ma traduction d'un article de Winston Smith du 24 mai 2022 :



Au chapitre 12 de son livre The Matter With Things, Iain McGilchrist détruit élégamment le mythe selon lequel le monde vivant et organique ressemble à une machine. À l'aide de nombreux exemples de comportements qui ne ressemblent en rien à ceux d'une machine, McGilchrist démonte complètement l'idée que des organismes comme nous-mêmes, ou des cellules uniques d'ailleurs, ressemblent à une machine. Dans la seconde moitié du chapitre, il aborde les raisons pour lesquelles le modèle de la machine a été si omniprésent dans notre perception de presque tout.

Je pense qu'il s'agit d'une prise de conscience importante pour nous, car certains aspirent à un avenir transhumain et tentent de nous convaincre que c'est une bonne chose. Le programme transhumaniste consistant à associer l'homme à la machine n'a de sens que si l'homme est considéré comme un type de "machine" et l'ordinateur/le matériel informatique comme un autre type de machine, qui peut s'intégrer de manière transparente. Je ne doute pas que cela puisse être utile dans certains cas - les membres artificiels viennent à l'esprit - mais je doute de son bien-fondé lorsqu'il s'agit de faire "évoluer" la race humaine vers un hybride humain/machine (un cyborg). L'autre volet du rêve transhumaniste concerne la modification des gènes et la manipulation de notre génome à des fins d'"amélioration", de lutte contre les maladies et de longévité. Cela semble être de nobles objectifs, mais ils conçoivent l'ADN comme un programme informatique, alors que, comme nous allons le voir, il est bien plus différent et complexe que cela.



Mais indépendamment du transhumanisme, l'utilisation d'un modèle pour représenter une réalité qui est très différente du modèle est fortement limitée et entraîne un biais malsain. Les machines sont conçues de A à Z dans un but précis. L'utilité est fondamentale. La production, la productivité, le service, tout cela est fondamental pour le modèle. Comme nous le verrons plus loin, le monde du vivant, de l'organique, n'a rien d'une utilité, d'une machine, et devrait être conceptualisé d'une manière complètement différente. Un humain a plus en commun avec une rivière qu'avec un robot.



En quoi la biologie n'est-elle pas comme une machine ?

L'hémisphère gauche a une affinité avec la métaphore de la machine parce que les machines sont constituées de pièces distinctes, ne sont pas vivantes, ont une utilité et peuvent être manipulées et contrôlées - tous les aspects du monde abstrait auquel l'hémisphère gauche accorde la priorité. L'utilisation du modèle de la machine pour expliquer le monde a connu un grand succès depuis environ 200 ans, et ce pour une bonne raison. Ce modèle a permis à l'hémisphère gauche de dominer dans le domaine de la science et nous a donné d'incroyables pouvoirs de manipulation. Nous avons été en mesure de créer des technologies et de manipuler le monde comme jamais auparavant, parce que nous avons pu tout considérer comme une machine et reproduire ou synthétiser des choses à partir de cette compréhension. Cela se poursuit aujourd'hui, puisque nous utilisons les aspects mécaniques du cerveau (ou plutôt ce que nous pensons être mécanique) dans des réseaux neuronaux artificiels pour développer l'intelligence artificielle ou modifier les gènes pour améliorer les "machines" biologiques comme on mettrait à jour le système d'exploitation d'un ordinateur. La métaphore est fausse, comme nous le verrons plus loin, mais elle a néanmoins été un soutien crucial pour permettre de manipuler les substances organiques.

Dans les sciences biologiques, le modèle de la machine a été le paradigme dominant tout au long de la modernité, et même lorsque la physique a abandonné le modèle de la machine à cause de la "mécanique" quantique, la biologie a continué à utiliser la métaphore des machines et des processus mécaniques (des bits reliés entre eux par un "mécanisme" de cause à effet). En fait, l'idée que les êtres vivants sont des machines est tellement ancrée qu'il est plutôt étrange de penser qu'ils pourraient être autre chose - tant la pensée de l'hémisphère gauche a été dominante dans ce domaine. Il semble que la biologie se soit ancrée au modèle mécaniste newtonien, ignorant le fait que la physique a évolué. Le spécialiste des sciences cognitives Donald Hoffman remarque :

- "Non seulement ils ignorent les progrès de la physique fondamentale, mais ils sont souvent catégoriques à ce sujet. Ils disent ouvertement que la physique quantique n'est pas pertinente pour les aspects du fonctionnement du cerveau qui sont impliqués dans la conscience... Ils ne profitent pas des découvertes et des percées incroyables de la physique. Ces connaissances sont là pour que nous les utilisions, et pourtant ma discipline dit : "Nous allons nous en tenir à Newton, merci. Nous resterons 300 ans en arrière dans notre physique"... Je ne pense pas que nous soyons des machines... En tant que réaliste conscient, je suppose que les expériences conscientes sont des éléments ontologiques primitifs, les composants les plus fondamentaux du monde. Je prétends que les expériences sont la vraie valeur du monde. Les expériences de la vie quotidienne - ma sensation réelle d'un mal de tête, mon goût réel du chocolat - c'est vraiment la nature ultime de la réalité." (Hoffman, 2016)

L'hémisphère gauche, si elle est laissée à elle-même, assimile à tort la métaphore à la réalité - car tout pour l'hémisphère gauche est abstraction, théorie, re-présentation, et non la chose ou le processus réel. La métaphore peut être utile jusqu'à un certain point, et l'a effectivement été comme nous l'avons dit, mais nous nous trouvons dans l'erreur lorsqu'elle devient dogmatique, lorsque la métaphore est confondue avec la réalité - le monde observé étant forcé de se conformer à la métaphore pour que tout ait un sens. Lorsque la biologie concerne des machines vivantes et que le biologiste, à l'instar d'un ingénieur travaillant avec des "codes" et des pièces, pense que la compréhension passe par la séparation en éléments séparés, alors nous avons perdu le sens de l'ensemble vivant, fluide et relationnel. Il semble que tout, en biologie, soit expliqué en tant que "mécanisme", tout en décrivant l'organisme dans un langage incompatible avec les processus mécanistes.

- "Certains diront sans doute que ce langage n'est qu'une façon de parler, comme lorsque je dis que le moteur de ma voiture " galère" ou " rame" pour monter la côte en troisième vitesse. Mais ce n'est pas une réponse adéquate à l'omniprésence, à la portée et à l'inéluctabilité de ce langage - ou, plus significativement, à la nature des phénomènes qu'il est appelé à décrire." (McGilchrist, 2021, p. 433)

McGilchrist poursuit en suggérant qu'il existe six caractéristiques du langage utilisé par les biologistes pour décrire ce qu'ils voient et qui ne provient assurément pas de la métaphore de la machine. "Des références à (1) des processus activement coordonnés, exprimant un sentiment de (2) globalité, inextricablement lié à (3) des valeurs, (4) un sens et (5) un but - chacun menant séparément et ensemble, au phénomène de (6) réalisation de soi." (McGilchrist, 2021, p. 434)

Il se passe manifestement quelque chose en biologie qui dépasse le modèle de la machine et le langage qui vient d'être décrit le révèle. Le Dr Jon Lieff, neuropsychiatre, parle dans son livre, The Secret Language of Cells, des incroyables échanges et de la coordination qui se produisent entre les cellules et qui déterminent tous les aspects de la biologie. Les réponses adaptatives et spontanément créatives des cellules révèlent une sagesse qui ne ressemble en rien à celle de mon téléviseur "intelligent" ou de mon MacBook Pro. Des cellules comme les lymphocytes T du système immunitaire peuvent "garder la tête froide", pour ainsi dire, dans des situations qui nécessitent la coordination de nombreuses autres cellules, y compris les neurones, pour gérer une agression de manière intelligente - en répondant à la nouveauté d'une manière qui ne semble pas préprogrammée. Comme le résume le Dr Thomas Verny dans son discours sur les cellules, "nous pouvons conclure que les cellules de notre corps sont véritablement intelligentes et, en tant que telles, forment un substrat essentiel et nécessaire du vivant [embodied mind]." (Verny, 2021, p. 72)

Barbara McClintock, fondatrice de la cytogénétique, dans son discours d'acceptation du prix Nobel en 1984, a tenu des propos similaires sur le monde cellulaire :

- "Un mécanisme de détection doit être présent ... pour alerter la cellule d'un danger imminent ... la conclusion semble inéluctable que les cellules sont capables de détecter la présence dans leurs noyaux d'extrémités de chromosomes brisées et ensuite d'activer un mécanisme qui rassemblera et unira ces extrémités, l'une avec l'autre ... les dispositifs de détection et les signaux qui initient ces ajustements sont au-delà de notre capacité actuelle de compréhension. Un objectif pour l'avenir serait de déterminer l'étendue de la connaissance que la cellule a d'elle-même et comment elle utilise cette connaissance d'une manière "réfléchie" lorsqu'elle est exposée à un risque... Nous ne savons rien, cependant, de la manière dont la cellule détecte le danger et déclenche des réponses à celui-ci, qui sont souvent vraiment remarquables." (McClintock, 1984, pp. 749, 798, 801)

Cependant, le modèle de la machine persiste et est inculqué aux enfants, aux scientifiques et au grand public, de telle sorte que toute autre conception est tout simplement une hérésie.


Les organismes ne sont pas des machines

Dans son livre " The Selfish Gene " [Le gène égoïste], Richard Dawkins décrit les organismes comme des " machines de survie - des véhicules robots programmés aveuglément pour préserver les molécules égoïstes connues sous le nom de gènes ". La métaphore informatique de la "programmation" génétique est omniprésente dans les domaines de la biologie, donnant l'impression que le génome contient le plan directeur architectural du corps. Mais ce n'est pas le cas. Les gènes ne "font" pas une grande partie des choses que nous pensons qu'ils font :

- "On dit que les gènes sont "auto-réplicants", qu'ils exercent une "action génétique", qu'ils "fabriquent" des protéines, qu'ils sont "activés" ou "désactivés" par de l'ADN "régulateur". Mais rien de tout cela n'est vrai... L'ADN fait partie des molécules organiques les plus inertes et les moins réactives."(Lewontin, 2000, pp. xii-xiii)

Les systèmes biologiques ne sont pas des machines - McGilchrist détaille 8 points d'intérêt :


1 . On-off

- "...une machine est statique jusqu'à ce qu'elle soit mise en marche, et peut être arrêtée sans cesser d'exister. Les organismes... tout comme les chutes d'eau ou les tornades, n'ont pas d'interrupteur. L'existence même d'un organisme est, du début à la fin, un flux incessant de matière et d'énergie. S'il s'arrête, même pour un instant, cela signifie la mort immédiate." (McGilchrist, 2021, p. 443)

Comme toutes les choses qui existent dans le processus du vivant [flow], leur nature dynamique, comme pour le feu, ne peut être arrêtée et l'entité continue d'exister comme elle le fait. Je me demande, comme McGilchrist, si ce que nous faisons en anatomie, le découpage des formes vivantes en morceaux anatomiques, ne dénature pas l'importance du flux et des relations qui constituent la chose vivante. En biologie, les entités vivantes sont en devenir du fait de leur activité continue. La machine, en revanche, doit être construite avant d'être mise en mouvement - la chose et ses parties ont la priorité sur le processus et constituent donc une métaphore inadéquate, voire totalement trompeuse, des entités vivantes.

2 . Mouvement versus immobilisme

Un ordinateur, posé sur votre bureau sans être branché, est dans un état proche de l'équilibre dynamique. Lorsque le courant est activé, les composants, statiques au préalable, s'animent de certaines manières, transmettant l'énergie à d'autres composants par des chaînes linéaires, jusqu'à ce que le courant soit à nouveau coupé et que l'état statique soit rétabli. Un organisme, cependant, est en perpétuel changement, avec échange de matière pendant le métabolisme (du grec 'metabole', qui signifie "changement"), flux constant de molécules qui le traversent, activité électrochimique continue. Ce qu'il faut expliquer, c'est comment l'organisme reste stable compte tenu de sa nature fluctuante. Le corps humain compte quelque 37,2 trillions de cellules, chacune effectuant plusieurs millions de réactions par seconde au sein de systèmes de rétroactions complexes avec d'autres cellules. Ce flux d'activité complexe et massif constitue l'organisme.

Quoi que ce soit d'autre que les organismes puissent être, ce que l'on ne peut nier au niveau ontologique, c'est qu'ils sont des flux métaboliques stables d'énergie et de matière. Les machines peuvent prendre part à divers processus, mais les organismes sont eux-mêmes des processus. Ce fait inéluctable doit constituer le point de départ de toute théorie relative à l'organisme. (Nicholson, 2018, p. 148)

McGilchrist cite une observation fascinante du biologiste Craig Holdrege sur la structure, ou la forme, des organismes découlant du flux, qui mérite d'être répétée ici :

- "Avant que le cœur n'ait développé des parois (septa) séparant les quatre chambres les unes des autres, le sang circule déjà en deux "courants" distincts dans le cœur. Le sang qui circule dans les parties droite et gauche du cœur ne se mélange pas, mais s'écoule et tourne en boucle l'un à côté de l'autre, tout comme les courants de halage dans un plan d'eau. Dans la "zone de calme" située entre les deux courants, le septum qui sépare les deux cavités se forme. Ainsi, le mouvement du sang donne les paramètres de la différenciation interne du cœur, tout comme le circuit du cœur redirige le flux sanguin." (Holdrege, 2002, p. 12)

Les organismes sont des systèmes ouverts qui échangent continuellement de l'énergie et de la matière avec leur environnement afin de maintenir un équilibre. Le maintien d'un "état d'équilibre" à faible entropie tout en effectuant ces échanges et en métabolisant, comme le font les organismes, est l'équilibre critique que tous les êtres vivants doivent atteindre pour persister et même proliférer.

L'homéostasie, ce processus de maintien de l'équilibre par le changement, peut sembler paradoxal pour l'hémisphère gauche, mais elle est au cœur de la vie biologique - deux forces s'opposant l'une à l'autre pour produire la stabilité. Même le fonctionnement du cerveau avec un équilibre des deux hémisphères est un exemple d'harmonie à travers des tendances opposées.

3 . Non linéarité

Dans un mécanisme classique, il y a un processus causal linéaire - une séquence prédéterminée et prévisible d'événements, chaque étape étant prédéterminée par la précédente. Les systèmes biologiques ont tendance à évoluer en spirale avec des boucles récurrentes, des causes multiples avec des effets multiples, des facteurs concurrents qui s'influencent mutuellement, le tout d'une manière complexe non linéaire que nous ne comprenons pas entièrement. Comme une toile d'araignée, la tension exercée sur une partie de la toile modifiera la tension exercée sur toutes les autres parties de la toile de différentes manières. Le contexte est primordial - nous le disons depuis longtemps - et les systèmes biologiques ne peuvent pas être expliqués uniquement par des processus ascendants, mais aussi par des processus descendants et latéraux. Lorsqu'un organisme se développe, il ne s'agit pas d'une simple succession d'événements, mais de tout ce qui se passe en même temps et qui ne peut être réduit à une stricte description de ce qui se passe. Pour illustrer l'absurde complexité des voies de communication les plus simples dans les cellules, un groupe de chercheurs a relevé les interactions entre quatre enchainements en cinq étapes seulement. Ils ont constaté qu'il y avait 760 interactions positives et négatives, sans tenir compte d'une multiplicité d'autres effets intermédiaires. Et ceci non pas par étapes mais dans un déroulement indivisible. La spécificité de toute action au sein d'une cellule est difficile, voire impossible, à définir de manière absolue et les chercheurs ont décrit la multitude d'interactions comme étant "tout fait tout à tout" ("les processus imbriqués, réciproques et interpénétrés à une telle échelle montrent que les chaînes de causalité fournissent un aperçu limité des réponses cellulaires" - McGilchrist, 2021, p. 449) - ce qui n'est pas exactement la description précise et linéaire d'une "machine" que l'hémisphère gauche recherche.

4 . Pas d'action à sens unique - peut-être même pas d'interaction ?

Les organismes font preuve d'action, d'interaction et de construction mutuelle dans une dynamique de cause à effet réciproque. Contrairement au modèle de la machine qui indique une direction dans l'action, une chose agissant sur une autre dans une progression linéaire. Lorsqu'un organisme interagit avec son environnement, les deux changent. Par exemple, le génome change en fonction des conditions, et pas seulement à la suite de dommages ou d'accidents. L'ADN est très malléable, réagissant à l'expérience cellulaire de l'environnement et apportant des changements complexes sans perturber l'intégrité fonctionnelle de l'organisme. Il n'y a pas de programmation "aveugle" par un "gène égoïste", mais plutôt une ressource permanente, comme l'écrit Evelyn Fox Keller :

- "Les biologistes d'aujourd'hui reconnaissent qu'aussi crucial que soit le rôle de l'ADN dans le développement et l'évolution, il ne fait rien par lui-même. Il ne crée pas une caractéristique ; il n'inclut même pas un "programme" de développement. Au contraire, il est plus juste de considérer l'ADN d'une cellule comme une ressource permanente dans laquelle une cellule peut puiser pour sa survie et sa reproduction... il est toujours et nécessairement intégré dans un système immensément complexe et enchevêtré de ressources en interaction, qui sont collectivement ce qui donne lieu au développement des caractéristiques de l'organisme." (Keller, 2014, pp. 40-41)

L'action d'une enzyme, souvent décrite par la métaphore mécaniste de la "serrure et de la clé", semble fonctionner grâce à deux parties qui s'adaptent l'une à l'autre dans une négociation dynamique : "en réalité, le récepteur activé ressemble moins à une machine qu'à un... nuage de probabilité d'un nombre presque infini d'états possibles, dont chacun peut différer par son activité biologique" (McGilchrist, 2021, p. 452). Et au-delà de la métaphore de la négociation par rapport à la mécanique, les organismes sont impliqués dans de nombreuses relations symbiotiques, comme nous le savons chez nous et dans notre microbiome intestinal. Les organismes ne réagissent pas tant à un environnement qu'ils n'agissent avec un environnement - il existe une interdépendance vitale. Les effets causaux ne sont pas tous ascendants : ADN - cellule - organisme - environnement. Ils sont également descendants : Environnement - organisme - cellule - ADN. L'environnement joue un rôle important sur l'ADN, tout comme l'ADN sur l'environnement.

5 . Les "parties" changent elles-mêmes

Contrairement à une machine, les "parties" d'un organisme changent en permanence en fonction du contexte. Une cellule sanguine, un neurone, une cellule épithéliale, toutes ont le même génome et pourtant ils se présentent sous la forme de phénotypes très différents avec des caractéristiques héréditaires différentes au sein d'une lignée. En outre, "il y a beaucoup plus de protéines codées par l'ADN qu'il n'y a de gènes pour les fabriquer : ce que ces gènes fabriquent dépend du contexte et de ce qui est requis dans ce contexte" (McGilchrist, 2021, p. 455).

En effet, toutes les molécules qui composent votre corps changent en fonction du contexte dans lequel elles se trouvent et à plusieurs niveaux, produisant une diversité de fonctions et d'effets. La nature changeante des protéines n'est qu'un exemple - les protéines dites "intrinsèquement désordonnées" (soit 30 à 50 % de vos protéines), dont la forme n'est pas fixe, offrent un champ de possibilités pratiquement illimité. Les gènes présentent également un processus malléable soumis aux besoins de l'organisme. Comme le dit le philosophe des sciences Denis Walsh :



- "L'ingénierie du génome par l'organisme est courante. Les cellules coupent, transposent, copient et fixent activement leurs génomes. Elles le font de manière très spécifique et adaptative. Il s'agit d'une perspective très différente de celle qui consiste à considérer l'ADN comme le script, le programme, le schéma directeur, que l'organisme est destiné à devenir. Il y a beaucoup plus d'indétermination, de flux et de créativité dans le processus de ces systèmes " anti-fragiles " d'adaptation et de flexibilité. À bien des égards, la fixité et la solidité des organismes sont une perception inexacte. En fin de compte, même ce que nous considérons comme les parties "solides" des cellules sont en fait des flux. La cellule vivante est essentiellement fluide, principalement de l'eau. Même les surfaces, les membranes cellulaires, le cytosquelette et les divers systèmes de fibres, qui semblent relativement solides, sont "soumis à une dissolution et une reconstitution plus ou moins continues". Nous imaginons que l'organisme contient des structures fixes en raison de la nature de l'attention de l'hémisphère gauche, qui remplace le flux par des sections figées hors du temps : nos diagrammes statiques, ou photomicrographies." (McGilchrist, 2021, p. 458)

6 . L'influence du tout

Supposons un instant que nous puissions identifier les "parties" d'un organisme. Ces "parties" ne sont pas des pièces d'assemblage distinctes qui sont assemblées pour former un tout, mais elles apparaissent en même temps que le reste du corps pour créer un tout. Au fur et à mesure qu'un organisme se développe, des "parties" plus distinctes apparaissent, qui ne "constituent pas le tout mais découlent de l'existence du tout". L'émergence dynamique des propriétés à travers les relations, à différents niveaux, avec les "parties" d'un organisme nous ramène à ce qui est un processus indivisible et non un assemblage de parties. L'interdépendance de tout au sein du processus influence et façonne tout - le tout façonnant les "parties", les "parties" façonnant le tout. L'organisme n'est pas un agrégat mais une unité caractéristique.

"... au niveau phénoménologique, nous voyons cela tout le temps. Lorsque les molécules forment de nouveaux ensembles, des qualités totalement nouvelles, imprévisibles à partir des parties constituantes apparentes, émergent : ainsi, une substance cristalline blanche et savoureuse - le sel de table - émerge des composants du sodium, un métal gris terne et malléable, et du chlore, un gaz jaune verdâtre malodorant et toxique." (McGilchrist, 2021, p. 460)

Les machines ne s'adaptent généralement pas en réponse à l'usure ou à la défectuosité de certaines pièces. Les machines ne sont généralement pas conçues pour inventer comme ça une solution locale à de tels problèmes, afin de poursuivre, voire d'améliorer, la finalité de la machine. Un organisme, en revanche, peut réagir de manière créative pour se guérir lui-même, voire régénérer des parties entières de son corps. Le ver plat peut régénérer son corps entier, y compris son cerveau central, à partir d'un simple fragment de lui-même. De plus, le ver plat régénéré, ou les vers plats si de nombreux fragments se régénèrent, conservent la mémoire du ver d'origine, c'est-à-dire qu'ils se souviennent de la façon de se déplacer dans un labyrinthe.

Les cellules, ainsi que l'ensemble de l'organisme, font preuve d'intelligence - cette capacité à faire face de manière constructive à l'imprévu - grâce à laquelle le tout influence les "parties" autant que les "parties" influencent le tout. Les "parties" ont accès à des informations sur l'ensemble et agissent de manière intelligente au service de l'ensemble.

- "Si une cellule est placée dans un milieu légèrement acide, ses mitochondries se brisent en petites billes sphériques. Mais, étonnamment, lorsque la cellule est replacée dans un milieu normal, elles fusionnent à nouveau en chaînes, et finissent par reprendre l'apparence et la structure interne de mitochondries normales. Supposons encore que vous coupiez un germe de membre en développement dans un embryon d'amphibien, que vous secouiez les cellules pour les séparer les unes des autres, puis que vous les laissiez s'agréger à nouveau pour former un amas aléatoire. Vous replacez ensuite cette masse aléatoire dans l'embryon. Que se passe-t-il ? Une patte normale se développe. La forme du membre dans son ensemble dicte... le réarrangement des cellules." (McGilchrist, 2021, p. 466)

La cellule unique est remarquablement intelligente et, dans le cas d'un micro-organisme prédateur unicellulaire cilié, elle peut chasser et bondir sur sa proie d'une façon qui parait semblable à un chat chassant une souris. Le Spirostomum cilié a de la mémoire et peut être entraîné !

McGilchrist cite des exemples d'expériences où des gènes essentiels ont été éliminés de l'ADN, mais où les organismes retrouvaient ces fonctions même en l'absence du gène. L'adaptation de l'ADN, ou l'influence de l'organisme sur son propre ADN, n'est pas le résultat de simples accidents. Comme le résume McGilchrist, "les organismes ne se contentent pas d'attendre passivement un heureux accident ou de se résigner à disparaître, mais ils se remodèlent activement en réponse aux changements de leur environnement."

7 . Limites imprécises

Les limites d'une machine sont clairement définies, celles des systèmes naturels ne le sont pas. Les êtres vivants sont des processus, comme nous l'avons établi précédemment, et les processus ne sont pas tant définis par l'endroit où ils se trouvent que par ce qu'ils font. De même que le cerveau est continu avec le reste du corps, le microbiome intestinal symbiotique est essentiellement intégré au reste du corps et est en relation vitale avec l'environnement. Plus nous observons les organismes de près, moins les entités individuelles sont délimitées et plus elles sont imbriquées et mises en réseau de manière complexe. Elles deviennent la vaste trame d'une masse de vie interconnectée, coopérative, symbiotique et co-régulatrice.

8 . Débouillardise

Dans le cas d'une machine, les instructions de fabrication de la machine ne peuvent pas être elles-mêmes le produit de la machine qu'elles sont censées fabriquer. Même dans un ordinateur, le logiciel est séparé du matériel : le matériel doit être terminé avant que le logiciel puisse y être extrinsèquement inséré. Le code pour la fabrication de la machine n'est pas écrit simultanément par la machine dans le processus initial même de se former en tant qu'ordinateur. (McGilchrist, 2021, p. 471)

Cependant, les organismes génèrent des informations au cours du processus de développement, par le biais rétroactif des états en cours, afin d'influencer davantage le développement. C'est très différent des machines, car même les logiciels sophistiqués d'intelligence artificielle doivent d'abord bénéficier de l'apport intelligent d'un programmateur, alors qu'il existe des processus cellulaires dans lesquels nous ne pouvons rendre compte d'une telle "pré-programmation".



Pourquoi ce modèle de machine nous plaît-il ?

Nous comprenons les machines, elles peuvent être décomposées, leurs parties peuvent être comprises et elles peuvent être réassemblées pour former un objet fonctionnel et productif. Pour la plupart, elles sont simples - du moins par rapport aux êtres vivants - et nous aimons la simplicité. Nous pouvons maîtriser les enchaînements, nous pouvons manipuler la chaîne de causes et d'effets, nous pouvons avoir le contrôle sur une machine. Il est naturel que nous extrapolions ensuite notre compréhension des machines à d'autres choses animées. Elles donnent l'illusion d'être compréhensibles si elles sont semblables à des machines. Nous faisons abstraction des chaînes de causes et d'événements, comme en biologie moléculaire, et interprétons le système comme étant de nature largement mécanique. Nous identifions un processus répétable de manière fiable dans un organisme et supposons immédiatement qu'il démontre l'aspect mécanique et le déterminisme.

Cependant, les événements aléatoires peuvent produire des résultats largement prévisibles - la chute aléatoire de la pluie aboutit à des flux prévisibles de ruisseaux et de rivières, les décès accidentels aléatoires d'un type particulier restent relativement réguliers et prévisibles. Christopher Hallpike utilise le Monopoly comme métaphore :

- "les joueurs sont tous différents et les lancers de dés produisent un jeu complètement différent à chaque fois, mais les contraintes sous-jacentes produisent essentiellement le même résultat : un seul joueur qui possède tout et qui a poussé tous les autres à la faillite. C'est une bonne illustration du fait que des événements uniques, voire le hasard, et le libre arbitre, sont tout à fait compatibles avec des résultats largement prévisibles."

Les êtres vivants peuvent avoir l'apparence de fiabilité et de stabilité que nous associons aux machines, mais ils sont moins stables et plus fiables que ces dernières. Si la métaphore de la machine a été utile, cela ne signifie pas qu'elle soit vraie. Le problème d'une métaphore utile, mais non vraie, est que vous ne pouvez pas l'extrapoler comme nous l'avons fait pour le monde vivant. Cela commence à devenir un facteur limitant, voire un handicap sérieux. Outre le fait qu'une métaphore erronée peut être limitative dans un sens utilitaire, elle est également préjudiciable à la noble quête scientifique de la compréhension de ce que nous sommes.

McGilchrist suggère qu'au-delà de la simplicité, de la familiarité et de l'utilité, il existe une raison plus passionnelle de s'accrocher au modèle de la machine - "Je suis enclin à penser que l'un des éléments de la popularité du modèle est qu'il encourage le sentiment que nous pouvons facilement comprendre ce qu'est la vie et apprendre à la contrôler...". Ce désir de l'hémisphère gauche de manipuler et de contrôler, tout en niant l'évidence que les organismes ne sont pas des machines et en insistant sur sa vision mécaniste des choses. "Métaphoriquement parlant, c'est comme si de nombreux biologistes résidaient maintenant dans la galerie des glaces de l'hémisphère gauche, et non seulement ils ne peuvent pas trouver la sortie, mais ils ont cessé d'être conscients qu'il existe un monde extérieur à atteindre", déplore M. McGilchrist.

Il est difficile, voire impossible, pour l'hémisphère gauche d'accepter et de comprendre les êtres vivants en tant que processus, fluctuant constamment, évoluant, changeant et s'imbriquant de manière complexe dans son contexte et son environnement. Pour l'hémisphère gauche, le processus doit être traduit en choses, la complexité non linéaire (y compris l'interactivité réciproque et la co-création) doit être traduite en cause et effet linéaire simpliste. L'hémisphère gauche...

"... comprend un ensemble comme étant simplement l'assemblage de parties, et la causalité comme allant du bas vers le haut uniquement, et non de plusieurs directions à la fois. Elle est à l'aise lorsqu'elle peut suivre des procédures ; elle l'est moins lorsqu'il s'agit de reconnaître de nouvelles formes, ou champs, à l'œuvre. Elle préfère ce qui est clairement défini à ce qui a des limites imprécises. Elle ne voit pas les 'Gestalten' [formes reliées à leur environnement], dont la vie fournit les meilleurs exemples."

En biologie contemporaine, cette allégeance à la tendance utilitaire de l'hémisphère gauche à manipuler le monde est une bonne raison de faire une pause et d'examiner ses prétentions à la vérité. On nous avait dit que c'était le "gène égoïste" qui, pour des raisons de pure survie, était le moteur "aveugle" et même le mécanisme de l'évolution. Mais nous savons maintenant que l'organisme dans son ensemble influence son ADN autant que son ADN influence l'ensemble et que, au lieu de la survie du plus apte, il s'agit plutôt de l'épanouissement de la coopération - coopération au sein de l'environnement et avec celui-ci, dans un mode de co-création réciproque.

Mais l'hémisphère gauche, l'hémisphère vers lequel nous semblons être orientés en ce début de 21e siècle, a du mal à traiter avec les êtres vivants et voit plutôt les êtres vivants comme des morts, des zombies, des machines. Pour l'hémisphère gauche, le flux d'êtres vivants doit être arrêté, et ce n'est qu'alors que la représentation statique des parties ou des fragments morts peut être comprise, ou plutôt manipulée et contrôlée. L'hémisphère gauche n'accepte pas non plus l'idée que quelque chose, comme un être humain, ait un but ou une valeur intrinsèque. Dans son monde, tout ce qui a de la valeur doit avoir un but extrinsèque, c'est-à-dire qu'il doit être utile, dans la mesure où l'hémisphère gauche définit l'utilité. Bien sûr, il y a des questions téléologiques, les questions "pour quoi faire ?" des "raisons de la conception de la forme" quand il s'agit de la biologie. Mais la téléologie du vivant ne nécessite pas de déterminisme mais plutôt des tendances et des penchants qui ne sont souvent pas extrinsèquement utilitaires ou exploitables comme l'imagine l'hémisphère gauche. La forme joue un rôle crucial dans la tendance des processus envers une certaine forme, un potentiel intrinsèque au fur et à mesure que le processus se déroule...

"Dans la séquence polymère des acides aminés qui constitue la structure primaire de l'enzyme, écrit Stein, il y a une directionalité et un potentiel pour son déploiement correct en un catalyseur d'une puissance et d'une sélectivité remarquables. Les formes requises dans l'enzyme, dans la cellule, dans l'arbre, peuvent ne pas être obtenues en venant de l'arrière, mais en provenant de l'avant, vers certaines extrémités, certaines conformations, certains attracteurs, tout comme une vallée " attire " l'eau qui tombe uniformément sur les collines environnantes vers une extrémité évidente : l'embouchure d'une seule rivière. Il y a une énergie attractive stockée dans la formation du paysage." (McGilchrist, 2021, p. 479)

Donc un organisme, contrairement à une machine, peut connaitre une multitude d'événements aléatoires qui se produisent à l'intérieur et à l'extérieur, indéterminés, imprévisibles, et pourtant avoir un comportement volontaire. Vous n'accorderiez pas grande confiance à un véhicule à moteur décrit comme une masse de molécules s'écoulant au hasard comme une rivière, mais qui finira par vous mener à destination. Nous ne devrions pas non plus accorder une grande confiance à un être humain décrit comme un mécanisme fixe, prédéterminé et prévisible - c'est peut-être une bonne description d'un androïde, mais pas de votre conjoint ou de votre enfant.

Pourtant la plupart des biologistes orthodoxes veulent s'accrocher au modèle de la machine malgré cette réalité intrinsèque à la biologie. Pour le dire autrement, les machines sont conçues par une intelligence externe (même si la machine est fabriquée par une autre machine, la première machine a été conçue par une intelligence humaine). Leur finalité est extrinsèque, elles sont faites dans le but de servir l'intelligence qui les a conçues. La machine est une représentation et une exécution de la volonté de l'hémisphère gauche humain (principalement). Les machines ne se créent pas à partir d'une volition et d'un but intrinsèques comme le font les organismes. Ainsi, pour que l'hémisphère gauche puisse donner un sens au monde organique, il se tourne vers ce qu'il connaît le mieux, le mécanisme.

Dawkins, dans une tentative de sauver le modèle mécaniste de la biologie, parle de The Blind Watchmaker (l'horloger aveugle), ce qui est très bien, sauf que les organismes ne ressemblent en rien à des montres et que l'évolution, aveugle ou non, ne se déroule pas comme ce serait le cas avec un horloger. Bien sûr, Dawkins tentait de réfuter la conception du dessein intelligent [intelligent design] par un processus de conception sans intention intelligente. C'est un sujet difficile car il nous oblige à revenir à la question primordiale d'un créateur divin.

"Turner écrit : "Pour traiter honnêtement la question qui nous occupe ici - d'où vient le design ? - il n'y a aucun moyen d'éviter le problème de l'intentionnalité : c'est le gorille de 800 livres assis dans le coin". C'est sûrement faux : le gorille est assis, non pas dans un coin, mais au milieu de la pièce. Le monde vivant n'est pas seulement un lieu conçu", conclut-il, "c'est, à sa manière particulière, un lieu intentionnellement conçu... un phénomène vivant rempli de l'intentionnalité qui est l'attribut fondamental de la vie elle-même. Permettez-moi de dire, avant que les hurlements ne commencent, que ni lui ni moi ne plaidons pour un Dieu ingénieur. Ce que nous devons expliquer, c'est comment il y a de l'ordre, de la complexité, de la beauté et un but, tout en acceptant que ce à quoi nous avons affaire n'est pas une machine, et qu'il n'a pas de but extrinsèque, comme en a une machine - il ne remplit pas, de manière instrumentale, les objectifs de quelque chose qui lui est extérieur." (McGilchrist, 2021, p. 486)

Le courant de la vie - Un meilleur modèle ?

"Le mot "nature" en chinois, tzu-jan, et en japonais, shizen, signifie ce qui va "de soi", existe "spontanément", est "juste ce qu'il est". Ce sont, à l'origine, des adverbes, et non des noms - des façons d'être, et non des choses. S'il y a quelque chose dans cette perception ancienne, et je crois qu'elle recèle une grande sagesse, c'est qu'une vision du monde naturel comme une chose, et une chose mécanique de surcroît, ne peut que restreindre notre compréhension de ce à quoi nous avons affaire à une certaine perspective plutôt aliénante. Une machine implique l'existence d'une force créatrice extérieure ayant sa propre finalité : la nature se complaît dans la sienne." (McGilchrist, 2021, p. 488)

Le problème de la modélisation de la vie, suggère M. McGilchrist, est que nous partons des choses comme éléments sous-jacents importants. Or, ce ne sont pas des choses distinctes qui sous-tendent les organismes vivants, mais des processus. Il semble que la physique soit arrivée à cette conclusion bien avant la biologie : les modèles de flux d'énergie et de champs de force, en constante évolution, sont les éléments sous-jacents du monde matériel. Tout est une manifestation d'énergie, de vibration, si vous voulez, non pas statique, mais dans un état constant de mouvement. Au niveau quantique, ce que nous pensions être des particules se révèle être des excitations quantifiées de champs particuliers - des modèles statistiques d'ondes de stabilité dans un océan d'activité en arrière-plan. La matière, et les choses statiques, ne sont qu'une représentation sommaire de la réalité que nous utilisons pour " appréhender " ce qui est. En guise de métaphore, un ruisseau, une rivière, une chute d'eau, l'océan, sont plus proches des organismes que d'une machine.

L'état d'inertie est une illusion. Une illusion du temps et de l'espace. Le monde, aux niveaux moléculaire, atomique et subatomique, bouge très vite - le mouvement des vagues est un tourbillon d'activité. À l'échelle macroscopique, les choses semblent plus statiques, plus solides, mais si vous deviez observer un paysage particulier sur des millions d'années, vous verriez le mouvement de va-et-vient de la matière à grande échelle. Les qualités des choses changent avec l'échelle, mais dans l'ensemble, l'univers matériel coule comme un fleuve de vie. Néanmoins, le cours d'eau n'est encore qu'une métaphore - à ne jamais confondre avec la réalité car nous pourrions être hypnotisés dans un monde virtuel hyperréaliste - il s'agit toujours d'une représentation. Nous devons garder cela à l'esprit. Mais nous pouvons avoir des métaphores plus précises pour le vivant que pour la machine (même si la métaphore de la machine a été utile).

L'hémisphère gauche, ce côté du cerveau qui, selon moi, est obsédé par l'idée du transhumanisme, a un champ d'action étroit, fragmentaire, et il cherche à se concentrer sur un objet figé dans une tranche de temps. Cette perspective étroite du temps et de l'espace dément la profondeur et le flux de l'ensemble et, en effet, il manque quelque chose de très important dans l'image du monde que se fait l'hémisphère gauche.

"Une fois que l'hémisphère gauche a figé son objet dans le temps et l'a décontextualisé dans l'espace, il lui reste des parties fixes, claires, distinctes mais inertes, qui doivent ensuite être reconnectées et réanimées ; les éléments constitutifs doivent être assemblés à nouveau et le courant, pour ainsi dire, rétabli. Pour l'hémisphère droit, ces "objets" sont déjà connectés, animés et en mouvement : le courant n'a jamais été coupé." (McGilchrist, 2021, p. 493)

Je pense que nous pouvons commencer à comprendre les difficultés, voire les catastrophes, qui pourraient se présenter lorsque l'on tente de rattacher la biologie aux machines ou de manipuler l'ADN comme s'il s'agissait d'un simple code informatique. L'hémisphère gauche part de l'hypothèse erronée qu'il relie un type de machine à un autre, ou qu'il est un "ingénieur génétique", alors qu'en fait la nature de la machine et le flux/processus de l'organisme sont fondamentalement différents, et je dirais même incompatibles. La nature est continue, émergente, fluide...

"À un niveau fondamental, la nature est-elle discontinue ou continue ? Je ne vois aucune preuve du caractère discontinu. Toute la discontinuité que nous voyons dans le monde est quelque chose qui émerge d'un continuum sous-jacent... Les quanta sont émergents... ils ne sont pas intégrés au cœur de la nature." (Tong, 2016)

Il ne fait aucun doute que les machines sont douées pour manipuler la biologie - la surveillance d’État témoigne de l'utilité de la technologie moderne pour contrôler les pensées et les comportements par le biais de la gouvernance technocratique. Mais intégrer véritablement l'homme et la machine est une toute autre affaire.
 

PERLOU

The Living Force
FOTCM Member
Les belles personnes restent toujours belles, même si les années passent, même si elles sont fatiguées, si elles ont des rides. Parce que la beauté qui est en nous ne vieillit jamais.
Elle devient, avec les années, plus fragile et précieuse. Les belles personnes n'arrêtent jamais de briller.

Beautiful people always remain beautiful, even if the years pass, even if they are tired, if they have wrinkles. Because the beauty that is in us never ages.
It becomes, with the years, more fragile and precious. Beautiful people never stop shining.

- Augustin Degas
1654182497269.png
 

PERLOU

The Living Force
FOTCM Member
Florent Ly-Machabert
@FLyMachabert
🛑
ALERTE : interdiction de la doxycycline (Vibramycine) par arrêté ministériel en France le 25/05/22. Serait-ce un traitement de MonkeyPox ?

ALERT: ban of doxycycline (Vibramycin) by ministerial order in France on 25/05/22. Could it be a treatment of MonkeyPox ?
 

PERLOU

The Living Force
FOTCM Member
VLADIMIR POUTINE PARLE
"La politique à courte vue des pays européens dans le domaine de l'énergie a conduit à une crise."
"Les Américains ont imposé des sanctions sur nos engrais. Puis ils ont réfléchi et les ont levé. Pas les Européens."
"C'est un bluff" déclare Poutine sur les accusations de l'Occident envers la Russie concernant l'impossibilité d'exporter des céréales des ports ukrainiens.

VLADIMIR PUTIN SPEAKS
"The short-sighted policy of European countries in the field of energy has led to a crisis."
"The Americans imposed sanctions on our fertilizers. Then they thought about it and lifted them. Not the Europeans."
"It's a bluff," says Putin on Western accusations against Russia over the inability to export grain from Ukrainian ports.
t.me/russosphere

1654330306673.png
 

loreta

The Living Force
FOTCM Member
Mitch Ragnarson
@MitchRagnarson
Fumier
😡

Citer le Tweet
joelle neveux
@joelleneveux
· 12h
En réponse à Mitch Ragnarson

View attachment 58829

View attachment 58830
Nadal a peut-être beaucoup d'argent mais rien dans son cerveau car il n'aurait pas dû se vacciner. Mais l'argent rend aveugle, aussi.


Nadal may have a lot of money but nothing in his brain because he should not have been vaccinated. it must be said that money makes you blind!

Sur un autre ordre d'idée, Sott.fr a publié une entrevue avec l'extraordinaire Ariane Bilheran. Elle est une experte en analysant le totalitarisme, mais plus, surtout dans cette entrevue, l'humain. En fait elle est très humaine, c'est pour cela que je l'adore. Mais aussi parce que ce qu'elle nous dit nous permet de réfléchir sur la condition humaine, sur les raisons de tout ce qui se passe et de tout ce qui se passera. Sur le totalitarisme. Ariane Bilheran est une continuité d'Hannah Arendt et comme celle-ci un cerveau et un cœur éveillés. C'est vraiment un cadeau du ciel qui nous est envoyé quand nous rencontrons de personne de ce calibre.

On another note, Sott.fr has published an interview with the extraordinary Ariane Bilheran. She is an expert in analyzing totalitarianism, but more, especially in this interview, the human. In fact she is very human, that's why I love her. But also because what she tells us allows us to reflect on the human condition, on the reasons for everything that happens and will happen. About totalitarianism. Ariane Bilheran is a continuation of Hannah Arendt and like her an awakened brain and heart. It is truly a gift from heaven that is sent to us when we meet people of this caliber.

 
Top Bottom